Hésiter : définition de hésiter


Hésiter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

HÉSITER, verbe

A. − Emploi trans. indir. [L'action n'est pas commencée] Être dans un état d'indétermination, d'incertitude qui empêche d'agir, de prendre parti, ne pas se décider à.
1. Hésiter + prép. + inf.
Hésiter à.S'il hésitait à lui rendre ce service, elle saurait bien l'y contraindre en rappelant d'un seul clin d'œil leur amour perdu (Flaub., MmeBovary, t. 2, 1857, p. 162) :
1. ... Wilhem arriva; il rapportait une lettre; l'étranger hésita à l'ouvrir, comme un homme qui craint de perdre sa dernière espérance; puis brusquement fit sauter le cachet et lut rapidement. Karr, Sous tilleuls,1832, p. 162.
Hésiter de (vieilli).Mais quels sont les éléments de l'art? Seconde question à laquelle j'hésitai pendant plusieurs mois de répondre (Bertrand, Gaspard,1841, p. 46) :
2. ... il me sembla voir un fantôme blanchâtre, enveloppé d'une draperie immense, tel que l'on peint les spectres sortant des tombeaux. Je frissonnai; (...) ému d'effroi j'hésitais de fuir ou de m'assurer de l'objet... Volney, Ruines,1791, p. 17.
Hésiter pour (vieilli).Madame la marquise de T... hésitait pour acheter un meuble sur lequel enchérissait Madame D... (Dumas fils, Dame cam.,1848, p. 18).
2. Hésiter + prép. + subst.
Hésiter dans.Hésiter dans les affaires (Ac. 1835, 1878). Ferme sur ses théories, jamais il n'hésite dans l'application (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 219).
Hésiter entre.Hésiter entre diverses suppositions. Aussitôt après la maison d'école, il hésita entre deux routes et crut se rappeler qu'il fallait tourner à gauche pour aller à Vierzon (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 56).Un personnage de Franz Hellens, voulant offrir un cadeau à sa fille hésite entre un fichu de soie ou une petite boîte en laque du Japon (Bachelard, Poét. espace,1957, p. 86).
Hésiter sur.Courbés, tendant le dos à la rafale, ils marchaient très-vite, suivant Top, qui n'hésitait pas sur la direction à prendre (Verne, Île myst.,1874, p. 60).Après dîner, j'hésitai sur ce que je ferais. J'eus envie d'entrer dans un théâtre; et puis l'idée me vint d'aller en pèlerinage au Quartier Latin, où j'avais fait mon droit jadis (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Ermite, 1886, p. 1055).
3. Hésiter si.[En interr. indir.; le verbe de la sub. est soit à l'ind., soit au cond.] Se demander. Il hésitait donc s'il lirait, en ce moment, la lettre qui venait de lui être remise (Châteaubriant, Lourdines,1911, p. 71).C'est ce que j'ai appris en rentrant, dit Olivier, que le voussoiement d'Edouard consternait. Il hésita s'il n'allait pas le lui dire (Gide, Faux-monn.,1925, p. 1171).
4. Absolument :
3. Brisson a obéi : à regret, je voudrais croire. Maintenant il est chef de son propre gouvernement. Il tâtonne, il hésite. Il ne peut se décider à libérer Picquart... Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 157.
B. − Emploi intrans. [L'action est interrompue] Manifester son incertitude ou son embarras par un temps d'arrêt. Manuel ouvrit la porte, hésita une seconde, comme si refermer cette porte eût été rabattre le couvercle d'un cercueil sur le blessé. Enfin, il la laissa entr'ouverte (Malraux, Espoir,1937, p. 511).Le vieux remue la bouche pour répondre, puis lui tourne le dos, en silence. Sur le seuil, il hésite encore, et s'en va lentement, le plus lentement qu'il peut, la tête penchée, prêtant l'oreille (Bernanos, M. Ouine,1943, p. 1458).
En partic. Marquer un temps d'arrêt dans son élocution, s'arrêter de parler. J'ai vu... Il hésita un moment, baissa la tête, puis la releva. − J'ai cru voir... J'ai vu le trou (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 198) :
4. − Je n'abandonnerai pas votre... (elle hésite une seconde peut-être, juste le temps de prendre le regard de Philippe dans son regard pâle) − Michelle, ajoute-t-elle si naturellement, si simplement qu'il ne trouve rien à répondre, hausse les épaules. Bernanos, M. Ouine,1943p. 1444.
Prononc. et Orth. : [ezite], (il) hésite [ezit]. Le verbe est att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. xves. « être dans un état d'incertitude, d'irrésolution » (Passion de Roman, 486 ds Passion d'Autun, éd. G. Frank, p. 193 : Puisque de mors vous ecytés); ca 1535 hesiter (G. de Selve, Vies de Plutarque ds DG); 2. 1611 spéc., en parlant (Cotgr. to stammer [bégayer]). Empr. au lat.haesitare « être embarrassé, empêché; éprouver une gêne; bégayer; hésiter, balancer ». Fréq. abs. littér. : 5 076. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 454, b) 6 413; xxes. : a) 7 767, b) 9 678.

Hésiter : définition du Wiktionnaire

Verbe

hésiter (h muet)\e.zi.te\ transitif indirect, intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Être incertain, indécis sur le parti, sur la résolution que l’on doit prendre.
    • S'il n'y a aucun signe plessimétrique ou stéthoscopique indiquant une lésion superficielle du poumon, et si la respiration est simplement affaiblie, on ne peut guère hésiter qu'entre l'existence d'indurations centrales ou disséminées et un état emphysémateux du poumon. — (Commentaire sur De l'auscultation plessimétrique, du docteur Noël Gueneau de Mussy (article paru dans L'Union médicale, 1976, n° 83, 85 & 87), publié dans Archives médicales belges, 1876, vol. 10, p. 198)
    • La dame Labache ne pouvait indiquer le moment. En raison du changement d’heure, survenu la même nuit, la déposante hésitait : elle avait, en se mettant au lit, retardé sa pendule pour s’épargner la peine d’y penser le lendemain, […]. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Les sulfatages précoces que beaucoup hésitaient à faire avaient pourtant l’avantage d’atteindre tous les organes de la vigne, notamment les mannes, c’est-à-dire les futurs raisins. — (Philippe Roudier, Vignoble et vignerons du Bordelais (1850-1980), page 265, Presses universitaires de Bordeaux, 1994)
  2. Ne pas trouver facilement ce qu’on veut dire, soit que cela vienne de crainte, d’un défaut de mémoire ou du peu de netteté d’esprit.
    • Il hésitait dans ses réponses.
    • La présence des juges le fit hésiter sur ce qu’il avait à dire.
  3. Marquer un temps d’arrêt dans son élocution, s’arrêter de parler.
    • J’ai vu… Il hésita un moment, baissa la tête, puis la releva. − J’ai cru voir… J’ai vu le trou. — (Peisson, Parti Liverpool, 1932, page 198)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Hésiter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HÉSITER. v. intr.
Être incertain sur le parti, sur la résolution que l'on doit prendre. Hésiter dans les affaires. Il n'hésita point à répondre. Il a longtemps hésité sur le choix de la profession qu'il doit embrasser. Hésiter entre le vice et la vertu. Il n'y a pas à hésiter là-dessus. Je n'hésite pas à vous le confier. Il signifie aussi Ne pas trouver facilement ce qu'on veut dire, soit que cela vienne de crainte, d'un défaut de mémoire ou du peu de netteté d'esprit. Il hésitait dans ses réponses. La présence des juges le fit hésiter sur ce qu'il avait à dire.

Hésiter : définition du Littré (1872-1877)

HÉSITER (é-zi-té) v. n.
  • 1S'arrêter incertain au sujet de. Il hésitait entre le désir et la honte, Vaugelas, Q. C. X, 6. La plupart des gens sur cette question n'hésitent pas beaucoup, Molière, Bourg. gent. III, 12. Elle flotte, elle hésite, en un mot elle est femme, Racine, Athal. III, 3. Mon époux, inflexible en sa fidélité, N'a vu que son devoir et n'a point hésité, Voltaire, Orphel. III, 3. Vous ne sauriez croire à quel point j'ai été affligé que vous ayez pu hésiter sur mes sentiments pour vous, que j'ai manifestés dans toutes les occasions de ma vie, Voltaire, Voisenon, 10 oct. 1774. Il y eut des endroits où il fallut franchir de larges crevasses et sauter d'une glace à l'autre, au risque de tomber entre deux et de disparaître pour jamais ; les premiers hésitèrent, mais on leur cria par derrière de se hâter, Ségur, Hist. de Nap. X, 9. Ce pamphlétaire [P. L. Courier], qui ne se gênait d'aucune vérité périlleuse à dire, hésitait sur un mot, sur une virgule, se montrait timide à toute façon de parler qui n'était pas de la langue de ses auteurs, Carrel, Œuvres, t. V, p. 211.

    Hésiter à, avec l'infinitif. Et dont mon cœur hésite à lui parler, Voltaire, M. de César, I, 1. Il n'hésita pas à favoriser son évasion au risque de s'en faire un dangereux ennemi, Rousseau, Ém. IV.

    Hésiter de, avec un infinitif. Hésiter d'obéir, tarder à obéir, remettre à obéir, c'est faire l'œuvre de Dieu avec négligence, Bourdaloue, Exhort. sur l'obéiss. relig. Ils n'hésitent pas de critiquer des choses qui sont parfaites, La Bruyère, XI. Je n'ai pas hésité de vous soumettre mes doutes sur cette matière, Voltaire, Lett. roi de Prusse, 25.

    Avec un infinitif, on dit habituellement hésiter à ; mais hésiter de est correct aussi.

    Sans hésiter, sans la moindre tergiversation. Dans ce grand naufrage, l'armée, comme un vaisseau battu par la plus horrible tempête, jetait, sans hésiter, à cette mer de neige et de glace tout ce qui pouvait appesantir ou retarder sa marche, Ségur, Hist. de Nap. IX, 12.

  • 2 Particulièrement. Ne pas trouver facilement ce qu'on veut dire. Si est-ce que, hésitant, tremblant, il ne dit que bien peu ce qu'il avait prémédité, Vaugelas, Q. C. VII, 1. Le nouveau Cicéron tremblant, décoloré, Cherche en vain son discours sur sa langue égaré ; …Il hésite, il bégaie…, Boileau, Lutr. VI.

    Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

REMARQUE

L'h était aspirée dans le XVIe siècle comme on voit par Montaigne au mot HÉSITATION ; et Corneille l'a encore aspirée : Ne hésiter jamais et rougir encor moins, Ment. III, 4. Sur quoi Voltaire remarque « Ne hé est dur, on ne fait plus de difficulté de dire aujourd'hui, j'hésite, je n'hésite plus. » Il n'y avait point de dureté à aspirer l'h de ce verbe ; mais le fait est que l'usage en a changé la prononciation.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hésiter »

Étymologie de hésiter - Littré

Lat. hæsitare, fréquentatif de hærere, être attaché, adhérent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de hésiter - Wiktionnaire

(XVe siècle) Du latin haesito, haesitare (« être embarrassé, empêché, éprouver une gêne, bégayer, hésiter, balancer »), intensif de haereo, haerere (« être immobile, rester, demeurer, s'arrêter, se trouver arrêté, hésiter, être embarrassé, douter ») qui, préfixé, a donné adhérer en français.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hésiter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hésiter esite play_arrow

Conjugaison du verbe « hésiter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe hésiter

Citations contenant le mot « hésiter »

  • La Solheim Cup sans hésiter ! Les victoires par équipe, y compris celles que j’ai vécues à l’université, sont les plus belles sur le plan émotionnel. Swing Féminin, Céline Boutier : « Mon meilleur souvenir ? La Solheim Cup sans hésiter ! » • Swing Féminin
  • "Tout simplement noir", comédie de Jean-Pascal Zadi et John Wax, avec Jean-Pascal Zadi, Caroline Anglade, Claudia Tagbo. JP, un acteur raté de quarante ans, décide d’organiser la première marche de contestation noire en France. Mais ses rencontres, entre personnalités influentes de la communauté et soutiens intéressés, le font hésiter entre son envie d’être sur le devant de la scène et son véritable engagement militant. Dans le contexte actuel, un film traitant de l’antiracisme peut être étroitement surveillé. "Tout simplement noir" réussit l’exploit de ne pas tomber dans le déjà-vu et d’allier humour grinçant, autodérision et le militantisme intelligent. À noter, la présence de Lilian Thuram. petitbleu.fr, Les sorties de la semaine - petitbleu.fr

Traductions du mot « hésiter »

Langue Traduction
Corse esitate
Basque zalantzarik
Japonais ためらう
Russe стесняться
Portugais hesite
Arabe تردد
Chinois 犹豫
Allemand zögern
Italien esitare
Espagnol vacilar
Anglais hesitate
Source : Google Translate API

Synonymes de « hésiter »

Source : synonymes de hésiter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « hésiter »


Mots similaires