Vide : définition de vide


Vide : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VIDE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. −
1. Qui ne contient rien de concret; p. ext., qui est dépourvu de son contenu. Anton. empli, plein, rempli. Armoire, boîte, coffre, valise, vitrine vide; assiette, bouteille, tasse, verre vide; emballage, pot de confiture vide; appartement, pièce vide (sans meubles); espace vide entre deux colonnes; parties vides d'un édifice; récipient à moitié, aux trois quarts vide. Les plats vides couvraient la table, et un nombre prodigieux de pots de bière, les uns vides, les autres pleins, attestaient qu'ils étaient là depuis longtemps (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 261).Entre chaque pile [de briques], on laisse un espace égal à l'épaisseur d'une brique et entre chaque groupe de 8 piles, on laisse un espace vide égal à 5 fois l'épaisseur d'une brique; cet intervalle sera la base du foyer (Bourde, Trav. publ., 1928, p. 132).
Loc. verb.
Avoir l'estomac vide. Ne pas avoir d'aliments dans l'estomac; p. ext., être affamé. Sous les peupliers, la position devenait intenable (...). Le pis était qu'on avait l'estomac vide, le repas du soir ayant consisté en deux betteraves pour les six hommes (Zola, Débâcle, 1892, p. 444).
(Avoir) le ventre vide. Être affamé. Nous traînions sur le port depuis des semaines, le ventre vide, les pieds vannés, sales et hirsutes (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 72).
Avoir les mains vides. V. main 1reSection I D 1 a.Avoir la bourse vide. V. bourse1.
[En parlant de l'enveloppe, de la coque d'un végétal, d'un animal] Qui a été débarrassée de la matière vivante qui la remplissait. Synon. creux.Cosse de pois vide; coquille de noix vide. Un tapage, de l'autre côté du mur, lui coupa la parole. C'étaient des jurons d'homme, des pleurs de femme (...), avec des coups sourds qui sonnaient comme des heurts de courge vide (Zola, Germinal, 1885, p. 1228).Certaines zones sont plus peuplées que d'autres, les courants accumulent les coquilles vides en certains points (Combaluzier, Introd. géol., 1961, p. 113).
En partic.
PHILOS. ANC. [En parlant de l'espace] Inoccupé par la matière. (Dict. xixeet xxes.).
SC. PHYS. [En parlant d'un espace clos] Qui contient une matière raréfiée. Après plusieurs essais, il [Lee de Forest] fut amené à placer dans une ampoule vide une électrode chaude et une électrode froide qu'il reliait, respectivement à la terre et au circuit d'utilisation, en série avec une batterie (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 268).
[En parlant d'un milieu, d'une solution] Optiquement vide. Au travers duquel l'ultramicroscope ne permet de déceler aucune suspension. Les solutions des sels alcalins et alcalino-terreux sont seules optiquement vides (Gasnier, Dépôts métall., 1927, p. 186).
Spécialement
INFORMAT. ,,Qui caractérise une information nulle, dont il ne faut pas tenir compte ou non porteuse de sens`` (Bureau 1972).
LING. Mot vide. Mot qui n'est pas chargé d'une fonction sémantique, dont le rôle est uniquement d'indiquer, de préciser ou de transformer la catégorie des mots pleins et de régler leurs rapports entre eux (d'apr. Tesn. 1965, p. 53). Synon. mot-outil (rem. s.v. outil); anton. mot plein*.Ainsi le télégramme français « Arriverai Paris demain train huit heures » se comprend aisément comme « j'arriverai à Paris demain par le train de huit heures », tandis que les mots vides de cette phrase n'auraient, à eux seuls, aucun sens; j', à, par, le, de (Tesn. 1965, p. 54).
LOG. Occurrence vide. Occurrence ,,dont le remplacement ne transforme pas la valeur de vérité de l'énoncé où elle se trouve`` (GDEL).
MATH. Ensemble vide. Ensemble ne contenant aucun élément. Il existe un ensemble et un seul n'ayant aucun élément; on l'appelle ensemble vide et on le note ø (Chamb.1981).
NAV. FLUVIALE. Bateau vide. Synon. bateau lège*.La vitesse des convois et des bateaux est actuellement voisine de : 3,5 kmh pour les bateaux en charge, isolés; 4, 5 kmh pour les convois de deux péniches chargées; 6, 5 kmh pour les bateaux vides (Nav. intér. en Fr., 1952, p. 7).
ZOOL. [En parlant d'une jument] Qui n'est pas fécondée. (Ds St-Riquier-Delp. 1975). Anton. plein (v. ce mot I A 1 b).
2. Où il n'y a personne, qui est inoccupé. Synon. désert, libre, vacant ; anton. occupé.Appartement, chambre, pièce vide; chaise, fauteuil, lit, trône vide; autocar, wagon vide; allée, boulevard, rue vide; scène de théâtre vide (soit avant l'entrée des acteurs, soit un court instant au cours d'un spectacle). J'aime l'isolement, non la solitude. Il me plaît d'entendre aller et venir autour de moi alors que je suis seul dans la pièce où j'écris, mais une maison vide me cause toujours un certain malaise (Green, Journal, 1954, p. 260).
P. exagér.
Où il y a peu de monde. Synon. désert, où il n'y a pas un chat (fam., v. chat1).Les magasins, les rues sont vides à cette heure; Paris, les cafés, les salles de spectacles sont vides en cette saison:
[L'officier] donna le billet à Alain. − Tu l'échappes belle, mon garçon. Allez! file, voilà ton sauf-conduit. Jamais la vie ne leur avait paru si belle qu'au long du chemin qui les ramenait vers Avelghem, libres. Le pays était vide et désert, les maisons pillées (...). On n'avait pas mangé depuis la veille (...). Mais on venait d'échapper à la mort. On se sentait vivre. Et la guerre était finie. Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 435.
Qui semble complètement désert et sans vie du fait de l'absence d'une personne aimée. Elle annonça à René et à Alix qu'elle partirait pour Paris le lendemain (...). Ne reste pas longtemps, maman Laure, la maison est trop vide sans toi (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 449).
CHASSE, VÉN. Enceinte, couvert, étang vide. Enceinte, couvert, étang qui ne contient pas de gibier (d'apr. Duchartre 1973).
3. Qui n'est pas occupé par quelque chose; dont rien ne vient rompre l'uniformité. Synon. dénudé, dépeuplé, nu2; anton. encombré, peuplé, rempli.Mer, plaine vide; grands espaces vides; terres vides. On était aux premiers jours de novembre, le vent d'est avait apporté déjà une bourrasque de neige, il faisait très froid, entre les quatre murs vides, sur le carreau nu (Zola, Débâcle, 1892, p. 505).Aussi loin que porte mon regard, la campagne est vide (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1960, p. 367).
Poét. Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux Ne retiendra ce cœur qui dans la mer se trempe Ô nuits! ni la clarté déserte de ma lampe Sur le vide papier que la blancheur défend Et ni la jeune femme allaitant son enfant. Je partirai! (Mallarmé, Poés., 1898, p. 38).
B. − Au fig.
1. [En parlant d'un espace de temps] Qui n'est pas occupé par une activité. Anton. plein, rempli.Dimanche d'hiver vide et triste; soirée vide; heure, moment, temps vide. La dernière soirée de l'année (...) Cette année a été pour moi si monotone, si peu remplie, si vide, qu'elle m'a semblé étonnamment courte (Loti, Journal, 1878-81, p. 282).Pour ma part, je me sens écrasé d'ennui après une longue journée complètement vide [à l'armée] (Green, Journal, 1942, p. 258).
P. ext. Qui n'est marqué par aucun événement important. Il faut [après le IVesiècle] (...) traverser de longs siècles vides; ils comptent pourtant dans la formation de notre art (Hourticq, Hist. art, Fr., 1914, p. 4).
2. [En parlant d'une pers.]
a) Qui se sent privé de vitalité, qui est incapable de réfléchir, d'agir. Nous allons causer de tout cela et je me déciderai, mais je me sens très vide et très fatigué, et je ne suis pas gai (Flaub., Corresp., 1863, p. 324).Quand Anny m'a quitté, d'un seul coup, d'une seule pièce, les trois ans se sont écroulés dans le passé. Je n'ai même pas souffert, je me sentais vide (Sartre, Nausée, 1938, p. 88).
(Avoir) la tête, le crâne, le cerveau, l'esprit vide. Ne plus jouir de toute sa présence d'esprit, se sentir incapable de réfléchir ou d'agir (à la suite d'un choc émotif ou d'une grande fatigue). Je ne raisonnais plus (...). Et je demeurai immobile le cerveau vide, le cœur battant (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Morin, 1882, p. 853).Il revenait surtout à cet instant (...) où il avait senti drôlement que tout son être se vidait, que son crâne était vide, que son cœur n'avait plus de sang (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 40).Nous marchions la tête vide, les yeux douloureux de leur excès de fixité, les jambes molles (Gracq, Syrtes, 1951, p. 164).
(Avoir) le cœur vide. Être dénué de tout sentiment, de toute vie affective. Jamais son cœur vide et altier n'avait goûté les douceurs de la famille (Sand, Valentine, 1832, p. 98).J'ai le cœur affreusement vide (Loti, Journal, 1878-81, p. 275).
Regard, yeux vide(s). Regard où n'apparaît aucune expression. Elle regardait les maisons, les gens (...) avec des yeux vides qui ne voyaient rien (Maupass., Fort comme la mort, 1889, p. 41).Épuisé (...), le socialiste (...) promena un regard vide sur les collègues qui l'attendaient (Vogüé, Morts, 1899, p. 377).
Avoir une case vide. V. case2.
b) Qui manque de profondeur, qui est dépourvu de qualités morales, intellectuelles. Synon. futile, inintéressant, insignifiant, superficiel.La femme du monde est vide d'ordinaire; avec les convenances pour lois, l'opinion pour guide, le scandale pour crainte, la toilette pour pensée (Péladan, Vice supr., 1884, p. 55).Pozzi, autre chirurgien (...) ne m'intéresse pas du tout (...). Il est bellâtre, pommadé, bavard et vide (L. Daudet, Salons et journaux, 1917, p. 189).
3. Qui manque d'intérêt, de caractère, de densité. Synon. creux, futile, inintéressant, plat1, stérile, superficiel; anton. plein.Discours, discussion, existence, livre, style vide; paroles, propos vides. Je hais de plus en plus chaque jour les grands hôtels, les grandes villes, les grands seigneurs et les grands laquais. Tout cela est insolent, vide et creux (Hugo, Fr. et Belg., 1885, p. 135).Tout le matin, il pleura. Il connut pour la première fois l'affreux chagrin de l'absence. Tourment intolérable pour tous les cœurs aimants. Le monde est vide, la vie est vide, tout est vide (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 206).
C. − Vide de.Qui est dépourvu de. Synon. dénué de, privé de, sans.Appartement vide de tous ses meubles; rue vide de voitures; monde vide de Dieu; mots vides de sens; livre vide d'idées; existence vide d'amour; regard vide d'expression. Le curé disait la messe, et il éprouvait une souffrance indicible, en devinant la solitude derrière lui, autour de lui, partout: solitude de l'église vide de fidèles; solitudes des âmes vides de la grâce de Dieu (R. Bazin, Blé, 1907, p. 178).Vous êtes vide de tout, et d'abord de vous-même. Vous êtes petit, et rapetissez tout à votre mesure (Montherl., Reine morte, 1942, i, 1ertabl., 3, p. 145).
II. − Subst. masc.
A. −
1. SCIENCES
a) PHILOS. ANC. Espace pur que l'on suppose inoccupé par de la matière. (Dict. xixeet xxes.). Synon. vacuité, vacuum.Le vide et le plein.
La nature a horreur du vide. [Aphorisme de ceux qui, avant les expériences de Toricelli et Pascal, soutenaient que le vide n'existait pas] Aristote connaissait la pesanteur de l'air, cependant il soutenait que l'eau ne s'élevait dans un tuyau sans air que parceque la nature avait horreur du vide (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 138).
P. anal. Une nouvelle réalité se précipite nécessairement à la place de celle qui vient de disparaître; car la nature a horreur du vide (J. de Maistre, Constit. pol., 1810, p. 77).Si le texte est unique de sa catégorie, il n'est pas restituable, et il le restera (...). Il ne faut pas restituer n'importe quoi (...); l'épigraphiste doit être insensible à l'horreur du vide (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 487).
b) SC. PHYS.
Vide absolu, parfait. Espace clos dépourvu de matière. Il est impossible d'obtenir un vide parfait, puisque la matière qui entoure l'espace considéré y exerce une pression de vapeur définie, aussi emploie-t-on généralement ce terme pour désigner un espace qui contient de l'air ou un autre gaz à très basse pression (Uv.-Chapman1956).
Espace clos contenant une matière raréfiée. Vide imparfait, relatif; vide pneumatique (obtenu à l'aide d'une machine pneumatique); appareil à faire le vide (par aspiration de l'air); pompe à vide; tube à vide; mesurer le degré du vide (à l'aide de manomètres); produire du vide (à l'aide de pompes, de trompes). Un vide très poussé est fait dans la cornue, de telle sorte que le magnésium produit, distille et vient se déposer à l'état solide dans la partie haute de la cornue (Guillet, Techn. métall., 1944, p. 68).D'après la pression résiduelle P du gaz, on distingue le vide grossier (P = 1 torr), le vide moyen (de 1 à 10-3torr), le vide poussé (de 10-3à 10-6torr), l'ultravide (de 10-7à 10-12torr). On estime à 10-18l'ordre de grandeur du vide des espaces intersidéraux (Mathieu-KastlerPhys.1983).Nettoyage* par le vide (vieilli).
Vide barométrique*.
Vide moléculaire. État d'un milieu où la matière est suffisamment raréfiée pour que les molécules ne se rencontrent que très rarement. (Dict. xxes.).
Vide optique. État d'un milieu caractérisé par le fait qu'aucun appareil optique très puissant n'y décèle aucune particule de matière. On (...) distingue trois catégories principales:les vacuoles de digestion,les vacuoles de sécrétion,les vacuoles paraplasmiques proprement dites qui donnent à l'ultramicroscope une impression de vide optique (Husson, Graf, Biol. gén., 1965, p. 49).
CH. DE FER. Frein à vide. Type de frein que l'on desserre en faisant le vide dans la conduite et que l'on serre en rétablissant la pression atmosphérique. Le frein à vide fonctionne par l'action de la pression atmosphérique qui agit à la partie inférieure d'un piston se déplaçant dans un cylindre vertical dans lequel on fait le vide (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 143).
CONSTR. Essorage par le vide. ,,Procédé de bétonnage consistant à opérer une succion, au moyen d'une pompe à vide spéciale, au travers de perforations dans les coffrages munis de toiles, de manière à enlever l'eau en excédent dans le béton`` (GDEL).
Loc. adv. Sous vide. [En parlant du traitement d'un produit] Que l'on effectue en l'absence de gaz dans un milieu clos. Emballage, manipulation sous vide. Grâce au procédé de la cuisson des aliments sous vide, les parfums (...), l'assaisonnement sont maintenus dans le sachet ou la barquette pour la plus grande joie de nos papilles (Le Figaro Magazine, 20 janv. 1990, p. 144, col. 1).
PÉTROL. Distillation sous vide. ,,Fractionnement de produits lourds, pour lequel il est nécessaire de faire le vide dans l'appareil de distillation`` (GDEL).
2.
a) Lieu, espace où il n'y a rien. Synon. néant.[Il] revint sur ses pas et se mit à remonter le boulevard. La caravane s'était évanouie. Le silence et le vide à perte de vue: un gouffre horizontal (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 81).
[Suivi d'un compl. du nom] Le vide de la cour, de la salle, de la maison, des bâtiments. Le plus grand nombre, dans leur hâte, dans la certitude désespérée que tout serait détruit, laissaient les vieilles demeures ouvertes, les fenêtres et les portes béantes sur le vide des pièces déménagées (Zola, Débâcle, 1892, p. 39).Le vide de ces rues, où seul le bruit de nos pas traîne sur le pavé raboteux, m'étonne agréablement (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 46).
Loc. verb.
Faire le vide (dans un lieu). Éloigner tout élément matériel ou humain. Il restait debout, sur le seuil, retenant sa respiration. Son père, cette chose inanimée... Les bras à demi allongés, les mains doucement jointes. Ennobli. Si calme!... On avait fait le vide autour de cette parade: les sièges avaient été poussés le long des murs (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1304).
Faire le vide (autour de soi, de qqn). Éviter ses amis, écarter toutes les relations de quelqu'un, contribuer à son isolement. Il fit le vide autour de lui. Christophe s'en chargeait, de lui-même. Il ne contentait personne, n'étant d'aucun parti, ou mieux, étant contre tous (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 773).Bals, visites, casinos, je refusai tout. J'ai même déclaré, pendant un certain temps, que j'étais fiancée, afin de faire le vide autour de moi (Montherl., Lépreuses, 1939, p. 1446).Empl. pronom. Vous le reconnaîtrez aux plaies hideuses dont son corps est couvert; sur son passage, la foule s'écarte, autour de lui se fait le vide, car chacun fuit son approche et jusqu'à l'air qu'il respire (Monod, Sermons, 1911, p. 192).
Au fig. Faire le vide (en soi, dans son esprit). Essayer de ne plus penser à rien. Voulez-vous essayer votre capacité intuitive? Avant de sortir de chez vous, faites le vide dans votre esprit (...) essayez de réaliser cet état de blanc intérieur, d'écran vide d'images, que connaissent et savourent les rêveurs et les musardiers (L. Daudet, Monde images, 1919, p. 89).J'étais là, à me torturer de questions, pendant qu'il reposait tranquillement, loin de ses pensées: c'était trop injuste! J'essayai de faire le vide en moi, mais non, je ne pouvais pas dormir. Je me levai sans bruit (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 456).
b) En partic.
α) Partie de l'espace qui s'étend en profondeur. Avoir les jambes dans le vide; tomber dans le vide; regarder le vide; être attiré par le vide; avoir peur du vide. Suarès me parle d'une femme sujette au vertige et qui cependant n'a pas craint de s'élancer dans le vide en parachute (Green, Journal, 1937, p. 120).
CONSTR. [En parlant d'un mur] Tirer, pousser au vide. Perdre son aplomb, déverser. [On nomme] étrésillon [une] pièce de bois qu'on place entre deux murs qui poussent au vide (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 2, 1928, p. 31).
β) L'espace, considéré indépendamment de ce qui l'occupe. Fixer le vide.
Loc. verb. Dans le vide.
Regarder dans le vide; avoir le regard, les yeux (perdus) dans le vide. Regarder sans voir, soit par lassitude ou fatigue, soit parce que l'on est trop absorbé par ses pensées. Son visage avait durci et vieilli. Il regardait dans le vide d'un air las (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 127).Un visage étrange, au regard de fou, (...) fixe le vide avec une tristesse infinie (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 311).
Au fig.
Parler dans le vide. Tenir des propos qui n'intéressent personne ou qui n'aboutissent à rien. Elle me regardait avec extase, mais je voyais que sa tête n'y était plus, et que je parlais dans le vide (Loti, Aziyadé, 1879, p. 96).Henri n'avait aucune envie de rompre avec les communistes: mais il ne voulait pas non plus se mentir. Il se leva: « Toute la question c'est de savoir si George a dit vrai ou non. En attendant, on parle dans le vide. − C'est bien mon avis », dit Dubreuilh. Lambert et Samazelle sortirent avec Henri (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 299).
(Faire qqc.) dans le vide. Faire quelque chose en pure perte, sans que cela soit suivi d'effet. Promettre dans le vide. Pendant quinze nuits d'angoisse, elle avait supplié dans le vide; elle aurait tout donné, sa maison, sa santé, dix ans de vie pour sauver la paix (Sartre, Sursis, 1945, p. 322).
3. Souvent au plur.
a) Partie d'un objet non occupé par un élément matériel. Synon. cavité, espace1, fente, fissure, ouverture, trou.Vide central d'une cartouche; boucher un vide dans un mur; combler, remplir les vides d'une charpente. Des vides s'allongeaient dans les casiers, des livres qui n'étaient plus calés par les autres gisaient, étalés dans des amas de poussière, sur les planches (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 208).Les enfants ont brisé six carreaux sur dix; on a tendu de la cretonne sur les vides (Gide, Journal, 1917, p. 618).
Spécialement
ARCHIT. Ouverture, baie pratiquée dans un mur; toute partie d'un bâtiment qui n'est pas occupée par de la construction. Anton. plein.Le palais du Doge offre des entrelacs reproduits dans quelques autres palais, particulièrement au palais Foscari. Les colonnes soutiennent des cintres ogives; ces cintres laissent entre eux des vides: entre ces vides l'architecte a placé des rosaces (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 340).L'art de l'architecture répartit avec harmonie dans une façade pleins et vides. Les pleins dominent dans l'architecture romane, les vides dans le gothique (Vogüé-Neufville1971).
BÂTIMENT
Vide d'air, de construction. Espace aménagé dans les cloisons d'un bâtiment. (Dict. xxes.).
Vide sanitaire. Espace contenu et ventilé, ayant une hauteur réglementaire minimale de 20 cm, que l'on aménage entre le sol et les planchers des bâtiments construits sans sous-sol. Elle est élégante, livrée avec un revêtement de brique crépie (...). C'est un vaste trois-pièces dont nous avons beaucoup aimé la double baie de plain-pied sur le jardin (...). Elle est construite sur vide sanitaire ventilé (Écho de la mode, 28 avr. 1968, p. 71, col. 2).
CARR. Cube au vide. ,,Mesure du tonnage des matériaux extraits d'une carrière, qui consiste à relever périodiquement l'emplacement du front de taille, pour déduire géométriquement le vide créé entre deux relevés successifs`` (Lar. Lang. fr.).
PEINT. Partie d'un tableau que l'artiste a (volontairement ou non) conçu peu rempli par le dessin, la couleur. Tout autre est le climat de l'œuvre tourangelle [la Pietà de Jean Fouquet] : un tableau compact, étouffé, sans un vide, une frise remplie d'agenouillements et de figures penchées, comme une chambre où il y a un mort (Gillet, Art fr., 1938, p. 52).
SYLVIC. Espace dépourvu d'arbres dans une forêt ou dans un endroit reboisé. En 1963 on trouvera encore dans la coupe 13 un certain nombre de places de semis de chêne qui pourront être sauvées par un dégagement énergique. L'ensemble de ces places ne représentera sans doute pas la surface prévue du 1/5 de la parcelle et on complétera en installant dans les vides quelques bouquets résineux (Cochet, Bois, 1963, p. 104).
En partic.
Partie de l'espace où il manque quelque chose. Il y a un vide dans cette pièce. Les vides entre les candélabres étaient comblés par les bouquets, en sorte que, là où il n'y avait pas une lumière, il y avait une fleur (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 641).Il s'agissait (...) de nouveaux fusains à planter dans les vides des massifs (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 11).
Partie de l'espace qui sépare deux groupes. Par instants, un flot de foule, la sortie de quelque théâtre, passait. Mais des vides se faisaient bientôt, et il venait, sous la fenêtre, des groupes de deux ou trois hommes qu'une femme abordait (Zola, Curée, 1872, p. 454).L'armée von Hausen engagée partie devant la droite de Foch, partie contre la gauche de l'armée de Langle, ne sut pas pénétrer dans le vide de 40 kilomètres qui existait entre ces deux armées, brèche que masquait bien imparfaitement notre 9e division de cavalerie (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 405).
b) Place, poste devenu vacant par le départ ou le décès d'une personne. Nos troupes, qui avaient constamment combattu et marché, étaient fatiguées et avaient besoin de combler les vides creusés dans leurs rangs (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 358).
Vide politique. Absence de personnalité politique susceptible de faire face à une situation donnée. Mais il est un danger auquel ne pense pas M. Perès. C'est la tentation que peut susciter, chez certains dirigeants arabes, le sentiment qu'il existe un vide politique en Israël (...). Si la mort de Lévi Eshkol a ouvert en Israël ce qui ressemble à une crise larvée, il pourrait être fatal que ses voisins la prissent pour une crise nationale (L'Express, 3 mars 1969, p. 56, col. 1).
c) Interruption, manque dans une continuité. Synon. manque1.Mardi, soupé chez MmePrugnières. Mercredi entendu Sivori le grand violoniste, jeudi fait le tour du Salève. Mais en attendant, n'ayant pas de cahier, j'ai laissé un vide se faire dans mon journal. La moindre maille rompue dans le filet devient bien vite un gros trou (Amiel, Journal, 1866, p. 509).Être historien, c'est au contraire ne jamais se résigner. C'est tout tenter, tout essayer pour combler les vides de l'information (L. Febvre, Vers une autre hist., [1949] ds Combats, 1953, p. 428).
Vide juridique. Absence de législation sur un point particulier. Depuis le début de l'année, la France s'est dotée d'une loi destinée à combler le vide juridique qui empêchait de punir les malveillances liées à l'informatique (...). Cette loi [la loi Godfrain] leur impose [aux entreprises] désormais de protéger les informations relatives aux personnes physiques et aux personnes morales (Temps réel, oct. 1988, p. 39, col. 2).
B. − Au fig.
1. Espace de temps inoccupé. Synon. creux, trou.Les vides d'une journée. « Je n'ai rien à faire cet après-midi,si j'allais le voir? » (...) Cette visite tromperait un peu le vide des heures qu'il allait passer tout seul (Bourget, Actes suivent, 1926, p. 113).
P. ext. Espace de temps qui sépare deux personnes. Je ne savais plus (...) comment combler (...) ce vide énorme de deux années qui mettait entre nous comme un abîme de secrets (Fromentin, Dominique, 1863, p. 257).
2. Perte, manque causé(e) par l'absence ou la disparition d'une personne reconnue pour ses compétences ou d'un être cher. Grand vide laissé par la mort de qqn, par un départ. Rimbaud (...) n'est plus là? Vide affreux! (Verlaine, Corresp., t. 1, 1872, p. 80).
3. Sentiment d'insatisfaction, de lassitude provoqué le plus souvent par une déception, un manque d'intérêt aux choses de la vie. Vide intérieur; avoir un sentiment de vide. Je sens en moi un vide immense et rien ne me distrait (Balzac, Lettres Étr., t. 2, 1843, p. 196).Elle se sent au cœur une tristesse, une lassitude, un grand vide (A. Daudet, Crit. dram., 1897, p. 40).
4. Sentiment d'absence durant lequel un humain ne pense plus, n'agit plus. Elle s'endormit. Elle sortit en criant d'un cauchemar, qu'elle essaya vainement de se rappeler. Rien qu'un vide douloureux dans sa tête, ses dents serrées, ses membres crispés, de l'épouvante (Arland, Ordre, 1929, p. 312).
5. Caractère de ce qui est dénué d'intérêt, de sérieux, de valeur. Synon. futilité, inanité, néant, vacuité, vanité.Le vide d'une existence fastueuse; le vide d'un discours, d'une discussion, des idées. Les aides de camp, pour la plupart vrais officiers de salon, étaient affectés au service personnel des maréchaux et des généraux. Sous des dehors brillants, ils cachaient le vide de leurs fonctions (Clemenceau, Iniquité, 1899, p. 413).Il m'est arrivé de souper cinq ou six fois à table d'hôte en compagnie de vingt à trente personnes, marchands, négociants, officiers, etc. Je ne saurais rendre l'insignifiance, le vide de la conversation (Benda, Trahis. clercs, 1927, p. 252).
Loc. fam. C'est du vide. C'est un mensonge, une futilité. Synon. fam. c'est du vent*.Sa déchéance, ses lamentations, c'étaient des mensonges, du vide, il s'était poussé dans le vide, à la surface de lui-même pour échapper à la pression insoutenable de son véritable monde (Sartre, Âge de raison, 1945, p. 179).
III. − Loc. adv. À vide
A. − [En parlant d'un véhicule] Sans rien contenir. Diligence, train à vide. C'est un grand chaland qui remonte le fleuve à vide, et qui semble voler sur les eaux (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 295).Vers le soir, des camions venus à vide quittent le village, chargés de meubles, de bicyclettes, de radios (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 408).
Passage à vide. V. passage1II A 2 c β.
B. − [En parlant d'un appareil, d'un moteur] Sans produire l'effet ou le résultat normalement attendu. Marche à vide d'un appareil. C'est le freinage électrique; notre moteur lancé à vide aurait mis plusieurs minutes à s'arrêter dans les conditions ordinaires, à condition toutefois qu'il soit bien graissé et que ses balais soient peu serrés (Soulier, Gdes applic. électr., 1916, p. 74).
Au fig. Sans être suivi d'effet. La vérité aussi est une passion. Quand l'instinct s'étiole derrière elle, la pensée tourne à vide (Mounier, Traité caract., 1946, p. 609).
C. − MUS. Corde à vide (d'un instrument à cordes). Corde que l'on fait résonner sur toute sa longueur. Jouer à vide sur la corde de mi du violon. Dans l'indication du doigté, la corde à vide [d'un instrument] se marque par un zéro (BrenetMus.1926, p. 27).
Prononc. et Orth.: [vid]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. I. Adj. 1. a) ca 1100 voide « qui ne contient aucun objet perceptible à la vue, aucun corps solide ou liquide » (Roland, éd. J. Bédier, 1507); b) ca 1200 avoir le ventre vide (Renart, éd. M. Roques, X, 11418: Que tu n'as pas le vantre vit); c) ca 1261 a vuide main « sans rien apporter » (Rutebeuf, Le Mariage Rutebeuf, 112 ds Œuvres compl., éd. E. Faral et J. Bastin, t. 1, p. 551); 1559 les mains vuides (Amyot, Cam., 19 ds Littré); 2. a) 1160-74 vide de + compl. concr. ou abstr. « qui ne renferme pas de, qui est dépourvu de » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, append., 318, t. 2, p. 319); b) 1670 vide de sens (Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre, p. 666); 3. ca 1170 « (lieu) sans occupants, (place) où il n'y a personne » (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 41); 4. a) ca 1200 avoir la tête, le cerveau vide « être étourdi, se sentir faible, du fait de la fatigue, du surmenage, du manque de nourriture » (Renart, éd. E. Martin, IX, 582: Le chief ai vuit et estoné); b) 1690 avoir des chambres vuides dans sa tête « être un peu fou » (Fur.); c) 1718 cerveau vuide, teste vuide « qui ne dispose plus de tous ses moyens intellectuels, qui a de la difficulté à réfléchir, à lier ses idées » (Ac.); d) av. 1776 tête vide, esprit vide « sans idées, sans pensées » (Mllede Lespinasse, Lett., t. 1, p. 216 ds Littré: ma tête est vide comme une lanterne); e) 1871 regard vide « regard sans expression » (Zola, Fortune Rougon, p. 231); 5. ca 1210 au fig. « (personne) qui manque de fond, de ressources intellectuelles ou affectives » (Guiot de Provins, Bible, 1873 ds Œuvres, éd. J. Orr, p. 68); 6. ca 1265 au fig. « qui manque de contenu, de densité, qui est dénué de sérieux, d'intérêt véritable » (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, II, CXXVI, p. 310: cele foi est wide ki est sans oevre); 7. a) av. 1593 « (espace de temps) qui n'est pas rempli par une occupation, ou qui est consacré à des activités futiles, sans intérêt » (Amyot, Epît. ds Littré); b) 1681 p. ext. « qui n'est marqué par aucun fait saillant ou événement important » (Bossuet, Discours sur l'hist. univ., I, 12, p. 154); 8. 1647 philos., sc. « (espace) qui ne renferme aucune réalité matérielle, aucun corps de quelque nature qu'il soit » (Descartes, Lettre à Chanut, 6 juin ds Œuvres philos., éd. F. Alquié, t. 3, p. 737); 9. 1848 « (surface, étendue) qui est nue, qui n'est occupée par aucun élément susceptible de rompre son uniformité » (Chateaubr., Mém., t. 4, p. 181); 10. 1960 math. ensemble vide (Bourbaki, Hist. math., p. 18). II. Subst. 1. ca 1280 « partie d'une armure qui laisse le corps découvert » (Girart d'Amiens, Escanor, éd. H. Michelant, 19221); 2. ca 1377 philos. « absence de toute réalité matérielle dans un espace donné; espace pur, supposé inoccupé par la matière » (Oresme, Livre du Ciel et du Monde, éd. A. J. Denomy et A. D. Menut, p. 160); 3. a) 1611 « espace plus ou moins important qui n'est pas ou n'est plus occupé par un élément matériel » (Cotgr.); b) 1636 archit. « partie d'un bâtiment qui n'est pas occupée par de la construction, de la maçonnerie, etc. » (Monet); c) 1846 peint. « partie d'un tableau qui n'est pas suffisamment remplie » (Baudel., Salon, p. 126); d) 1964 vide sanitaire (Lar. encyclop.); 4. a) 1647 phys. « absence de corps matériel, de quelque nature qu'il soit, dans un espace déterminé » (Pascal, Expériences nouvelles touchant le vuide [titre], Paris); b) 1855 vide barométrique (Littré-Robin); 5. av. 1662 « sentiment d'insatisfaction, de lassitude, sans cause immédiate, dû à l'absence d'occupation, au manque d'intérêt intellectuel ou affectif » (Pascal, Pensées, 622 ds Œuvres compl., éd. L. Lafuma, 1963, p. 587); 6. a) 1675 « espace, lieu où il n'y a rien de perceptible, où l'œil ne rencontre aucun objet, aucun être vivant » (Bossuet, La Vallière ds Littré); b) 1694 tirer, pousser au vide « (en parlant d'un mur) perdre son aplomb » (Corneille (Th.)); c) 1868 « espace qui s'étend en profondeur et où le regard ne découvre aucun objet matériel propre à servir d'appui » (Annuaire du Club alpin suisse, p. 90 ds Quem. DDL t. 27); d) 1872 faire le vide autour de qqn « le fuir, contribuer à son isolement » (Littré); e) 1879 parler dans le vide « parler sans être écouté ou sans susciter le moindre intérêt » (Loti, Aziyadé, p. 96); f) 1882 regarder dans le vide « diriger son regard dans l'espace sans fixer précisément aucun objet » (Zola, Pot-Bouille, p. 66); 7. 1680 « perte, disparition de quelqu'un ou de quelque chose, ressentie comme une privation, un manque » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 892); 8. a) 1685 « chose vaine, sans valeur; néant » (Bossuet, Oraison funèbre d'Anne de Gonzague, p. 301); b) 1690 « caractère de ce qui manque d'un contenu substantiel, de ce qui est dépourvu d'intérêt, de sérieux, de valeur réelle » (Fur.); 9. 1704 « interruption, lacune dans une continuité temporelle, dans les occupations » (Vauban, Projet d'une dixme royale, p. 99 ds Littré). III. A vide 1. a) 1283 courre a vuit « (en parlant d'un moulin) tourner sans qu'il n'y ait de grain » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon,1141, t. 1, p. 93); b) 1538 « sans le contenu possible ou prévu » (Est. ds FEW t. 14, p. 589b); 2. a) av. 1660 au fig. « sans effet utile » (Scarron, Œuvres, t. 7, p. 259 ds Littré); b) 1876 « sans produire le résultat normal » (Lar. 19e); 3. 1701 mus. toucher à vide « jouer d'un instrument en laissant une corde vide sur toute sa longueur » (Fur.); 1832 jouer à vide (Raymond). Vuide, forme fém. de vuit (voit, voide dans les dial.), att. jusqu'au xves., qui est issu du b. lat. *vocitus, de la famille de vocuus « vide », lat. class. vacuus « vide, inoccupé, libre (au propre et au fig.); sans réalité, sans valeur », forme que l'on restitue d'apr. vocivus « vide », att. chez Plaute à côté de vacivus « id. », v. vacive. Fréq. abs. littér.: adj. 6 175; subst. 3 303. Fréq. rel. littér.: adj. xixes.: a) 5 735, b) 8 232; xxes.: a) 10 587, b) 10 584; subst. xixes.: a) 3 004, b) 4 247; xxes.: a) 5 633, b) 5 824. Bbg. Quem. DDL t. 27, 41. − Thomsen (V.). Étymol. Romania. 1875, t. 4, pp. 257-262.

Vide : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

VIDE, adj. et subst. masc.

I. − Adjectif
A. −
1. Qui ne contient rien de concret; p. ext., qui est dépourvu de son contenu. Anton. empli, plein, rempli. Armoire, boîte, coffre, valise, vitrine vide; assiette, bouteille, tasse, verre vide; emballage, pot de confiture vide; appartement, pièce vide (sans meubles); espace vide entre deux colonnes; parties vides d'un édifice; récipient à moitié, aux trois quarts vide. Les plats vides couvraient la table, et un nombre prodigieux de pots de bière, les uns vides, les autres pleins, attestaient qu'ils étaient là depuis longtemps (Karr, Sous tilleuls, 1832, p. 261).Entre chaque pile [de briques], on laisse un espace égal à l'épaisseur d'une brique et entre chaque groupe de 8 piles, on laisse un espace vide égal à 5 fois l'épaisseur d'une brique; cet intervalle sera la base du foyer (Bourde, Trav. publ., 1928, p. 132).
Loc. verb.
Avoir l'estomac vide. Ne pas avoir d'aliments dans l'estomac; p. ext., être affamé. Sous les peupliers, la position devenait intenable (...). Le pis était qu'on avait l'estomac vide, le repas du soir ayant consisté en deux betteraves pour les six hommes (Zola, Débâcle, 1892, p. 444).
(Avoir) le ventre vide. Être affamé. Nous traînions sur le port depuis des semaines, le ventre vide, les pieds vannés, sales et hirsutes (Cendrars, Bourlinguer, 1948, p. 72).
Avoir les mains vides. V. main 1reSection I D 1 a.Avoir la bourse vide. V. bourse1.
[En parlant de l'enveloppe, de la coque d'un végétal, d'un animal] Qui a été débarrassée de la matière vivante qui la remplissait. Synon. creux.Cosse de pois vide; coquille de noix vide. Un tapage, de l'autre côté du mur, lui coupa la parole. C'étaient des jurons d'homme, des pleurs de femme (...), avec des coups sourds qui sonnaient comme des heurts de courge vide (Zola, Germinal, 1885, p. 1228).Certaines zones sont plus peuplées que d'autres, les courants accumulent les coquilles vides en certains points (Combaluzier, Introd. géol., 1961, p. 113).
En partic.
PHILOS. ANC. [En parlant de l'espace] Inoccupé par la matière. (Dict. xixeet xxes.).
SC. PHYS. [En parlant d'un espace clos] Qui contient une matière raréfiée. Après plusieurs essais, il [Lee de Forest] fut amené à placer dans une ampoule vide une électrode chaude et une électrode froide qu'il reliait, respectivement à la terre et au circuit d'utilisation, en série avec une batterie (Hist. gén. sc., t. 3, vol. 2, 1964, p. 268).
[En parlant d'un milieu, d'une solution] Optiquement vide. Au travers duquel l'ultramicroscope ne permet de déceler aucune suspension. Les solutions des sels alcalins et alcalino-terreux sont seules optiquement vides (Gasnier, Dépôts métall., 1927, p. 186).
Spécialement
INFORMAT. ,,Qui caractérise une information nulle, dont il ne faut pas tenir compte ou non porteuse de sens`` (Bureau 1972).
LING. Mot vide. Mot qui n'est pas chargé d'une fonction sémantique, dont le rôle est uniquement d'indiquer, de préciser ou de transformer la catégorie des mots pleins et de régler leurs rapports entre eux (d'apr. Tesn. 1965, p. 53). Synon. mot-outil (rem. s.v. outil); anton. mot plein*.Ainsi le télégramme français « Arriverai Paris demain train huit heures » se comprend aisément comme « j'arriverai à Paris demain par le train de huit heures », tandis que les mots vides de cette phrase n'auraient, à eux seuls, aucun sens; j', à, par, le, de (Tesn. 1965, p. 54).
LOG. Occurrence vide. Occurrence ,,dont le remplacement ne transforme pas la valeur de vérité de l'énoncé où elle se trouve`` (GDEL).
MATH. Ensemble vide. Ensemble ne contenant aucun élément. Il existe un ensemble et un seul n'ayant aucun élément; on l'appelle ensemble vide et on le note ø (Chamb.1981).
NAV. FLUVIALE. Bateau vide. Synon. bateau lège*.La vitesse des convois et des bateaux est actuellement voisine de : 3,5 kmh pour les bateaux en charge, isolés; 4, 5 kmh pour les convois de deux péniches chargées; 6, 5 kmh pour les bateaux vides (Nav. intér. en Fr., 1952, p. 7).
ZOOL. [En parlant d'une jument] Qui n'est pas fécondée. (Ds St-Riquier-Delp. 1975). Anton. plein (v. ce mot I A 1 b).
2. Où il n'y a personne, qui est inoccupé. Synon. désert, libre, vacant ; anton. occupé.Appartement, chambre, pièce vide; chaise, fauteuil, lit, trône vide; autocar, wagon vide; allée, boulevard, rue vide; scène de théâtre vide (soit avant l'entrée des acteurs, soit un court instant au cours d'un spectacle). J'aime l'isolement, non la solitude. Il me plaît d'entendre aller et venir autour de moi alors que je suis seul dans la pièce où j'écris, mais une maison vide me cause toujours un certain malaise (Green, Journal, 1954, p. 260).
P. exagér.
Où il y a peu de monde. Synon. désert, où il n'y a pas un chat (fam., v. chat1).Les magasins, les rues sont vides à cette heure; Paris, les cafés, les salles de spectacles sont vides en cette saison:
[L'officier] donna le billet à Alain. − Tu l'échappes belle, mon garçon. Allez! file, voilà ton sauf-conduit. Jamais la vie ne leur avait paru si belle qu'au long du chemin qui les ramenait vers Avelghem, libres. Le pays était vide et désert, les maisons pillées (...). On n'avait pas mangé depuis la veille (...). Mais on venait d'échapper à la mort. On se sentait vivre. Et la guerre était finie. Van der Meersch, Invas. 14, 1935, p. 435.
Qui semble complètement désert et sans vie du fait de l'absence d'une personne aimée. Elle annonça à René et à Alix qu'elle partirait pour Paris le lendemain (...). Ne reste pas longtemps, maman Laure, la maison est trop vide sans toi (Daniel-Rops, Mort, 1934, p. 449).
CHASSE, VÉN. Enceinte, couvert, étang vide. Enceinte, couvert, étang qui ne contient pas de gibier (d'apr. Duchartre 1973).
3. Qui n'est pas occupé par quelque chose; dont rien ne vient rompre l'uniformité. Synon. dénudé, dépeuplé, nu2; anton. encombré, peuplé, rempli.Mer, plaine vide; grands espaces vides; terres vides. On était aux premiers jours de novembre, le vent d'est avait apporté déjà une bourrasque de neige, il faisait très froid, entre les quatre murs vides, sur le carreau nu (Zola, Débâcle, 1892, p. 505).Aussi loin que porte mon regard, la campagne est vide (Mauriac, Nouv. Bloc-Notes, 1960, p. 367).
Poét. Rien, ni les vieux jardins reflétés par les yeux Ne retiendra ce cœur qui dans la mer se trempe Ô nuits! ni la clarté déserte de ma lampe Sur le vide papier que la blancheur défend Et ni la jeune femme allaitant son enfant. Je partirai! (Mallarmé, Poés., 1898, p. 38).
B. − Au fig.
1. [En parlant d'un espace de temps] Qui n'est pas occupé par une activité. Anton. plein, rempli.Dimanche d'hiver vide et triste; soirée vide; heure, moment, temps vide. La dernière soirée de l'année (...) Cette année a été pour moi si monotone, si peu remplie, si vide, qu'elle m'a semblé étonnamment courte (Loti, Journal, 1878-81, p. 282).Pour ma part, je me sens écrasé d'ennui après une longue journée complètement vide [à l'armée] (Green, Journal, 1942, p. 258).
P. ext. Qui n'est marqué par aucun événement important. Il faut [après le IVesiècle] (...) traverser de longs siècles vides; ils comptent pourtant dans la formation de notre art (Hourticq, Hist. art, Fr., 1914, p. 4).
2. [En parlant d'une pers.]
a) Qui se sent privé de vitalité, qui est incapable de réfléchir, d'agir. Nous allons causer de tout cela et je me déciderai, mais je me sens très vide et très fatigué, et je ne suis pas gai (Flaub., Corresp., 1863, p. 324).Quand Anny m'a quitté, d'un seul coup, d'une seule pièce, les trois ans se sont écroulés dans le passé. Je n'ai même pas souffert, je me sentais vide (Sartre, Nausée, 1938, p. 88).
(Avoir) la tête, le crâne, le cerveau, l'esprit vide. Ne plus jouir de toute sa présence d'esprit, se sentir incapable de réfléchir ou d'agir (à la suite d'un choc émotif ou d'une grande fatigue). Je ne raisonnais plus (...). Et je demeurai immobile le cerveau vide, le cœur battant (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Morin, 1882, p. 853).Il revenait surtout à cet instant (...) où il avait senti drôlement que tout son être se vidait, que son crâne était vide, que son cœur n'avait plus de sang (Genevoix, Raboliot, 1925, p. 40).Nous marchions la tête vide, les yeux douloureux de leur excès de fixité, les jambes molles (Gracq, Syrtes, 1951, p. 164).
(Avoir) le cœur vide. Être dénué de tout sentiment, de toute vie affective. Jamais son cœur vide et altier n'avait goûté les douceurs de la famille (Sand, Valentine, 1832, p. 98).J'ai le cœur affreusement vide (Loti, Journal, 1878-81, p. 275).
Regard, yeux vide(s). Regard où n'apparaît aucune expression. Elle regardait les maisons, les gens (...) avec des yeux vides qui ne voyaient rien (Maupass., Fort comme la mort, 1889, p. 41).Épuisé (...), le socialiste (...) promena un regard vide sur les collègues qui l'attendaient (Vogüé, Morts, 1899, p. 377).
Avoir une case vide. V. case2.
b) Qui manque de profondeur, qui est dépourvu de qualités morales, intellectuelles. Synon. futile, inintéressant, insignifiant, superficiel.La femme du monde est vide d'ordinaire; avec les convenances pour lois, l'opinion pour guide, le scandale pour crainte, la toilette pour pensée (Péladan, Vice supr., 1884, p. 55).Pozzi, autre chirurgien (...) ne m'intéresse pas du tout (...). Il est bellâtre, pommadé, bavard et vide (L. Daudet, Salons et journaux, 1917, p. 189).
3. Qui manque d'intérêt, de caractère, de densité. Synon. creux, futile, inintéressant, plat1, stérile, superficiel; anton. plein.Discours, discussion, existence, livre, style vide; paroles, propos vides. Je hais de plus en plus chaque jour les grands hôtels, les grandes villes, les grands seigneurs et les grands laquais. Tout cela est insolent, vide et creux (Hugo, Fr. et Belg., 1885, p. 135).Tout le matin, il pleura. Il connut pour la première fois l'affreux chagrin de l'absence. Tourment intolérable pour tous les cœurs aimants. Le monde est vide, la vie est vide, tout est vide (Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p. 206).
C. − Vide de.Qui est dépourvu de. Synon. dénué de, privé de, sans.Appartement vide de tous ses meubles; rue vide de voitures; monde vide de Dieu; mots vides de sens; livre vide d'idées; existence vide d'amour; regard vide d'expression. Le curé disait la messe, et il éprouvait une souffrance indicible, en devinant la solitude derrière lui, autour de lui, partout: solitude de l'église vide de fidèles; solitudes des âmes vides de la grâce de Dieu (R. Bazin, Blé, 1907, p. 178).Vous êtes vide de tout, et d'abord de vous-même. Vous êtes petit, et rapetissez tout à votre mesure (Montherl., Reine morte, 1942, i, 1ertabl., 3, p. 145).
II. − Subst. masc.
A. −
1. SCIENCES
a) PHILOS. ANC. Espace pur que l'on suppose inoccupé par de la matière. (Dict. xixeet xxes.). Synon. vacuité, vacuum.Le vide et le plein.
La nature a horreur du vide. [Aphorisme de ceux qui, avant les expériences de Toricelli et Pascal, soutenaient que le vide n'existait pas] Aristote connaissait la pesanteur de l'air, cependant il soutenait que l'eau ne s'élevait dans un tuyau sans air que parceque la nature avait horreur du vide (Bern. de St-P., Harm. nat., 1814, p. 138).
P. anal. Une nouvelle réalité se précipite nécessairement à la place de celle qui vient de disparaître; car la nature a horreur du vide (J. de Maistre, Constit. pol., 1810, p. 77).Si le texte est unique de sa catégorie, il n'est pas restituable, et il le restera (...). Il ne faut pas restituer n'importe quoi (...); l'épigraphiste doit être insensible à l'horreur du vide (L'Hist. et ses méth., 1961, p. 487).
b) SC. PHYS.
Vide absolu, parfait. Espace clos dépourvu de matière. Il est impossible d'obtenir un vide parfait, puisque la matière qui entoure l'espace considéré y exerce une pression de vapeur définie, aussi emploie-t-on généralement ce terme pour désigner un espace qui contient de l'air ou un autre gaz à très basse pression (Uv.-Chapman1956).
Espace clos contenant une matière raréfiée. Vide imparfait, relatif; vide pneumatique (obtenu à l'aide d'une machine pneumatique); appareil à faire le vide (par aspiration de l'air); pompe à vide; tube à vide; mesurer le degré du vide (à l'aide de manomètres); produire du vide (à l'aide de pompes, de trompes). Un vide très poussé est fait dans la cornue, de telle sorte que le magnésium produit, distille et vient se déposer à l'état solide dans la partie haute de la cornue (Guillet, Techn. métall., 1944, p. 68).D'après la pression résiduelle P du gaz, on distingue le vide grossier (P = 1 torr), le vide moyen (de 1 à 10-3torr), le vide poussé (de 10-3à 10-6torr), l'ultravide (de 10-7à 10-12torr). On estime à 10-18l'ordre de grandeur du vide des espaces intersidéraux (Mathieu-KastlerPhys.1983).Nettoyage* par le vide (vieilli).
Vide barométrique*.
Vide moléculaire. État d'un milieu où la matière est suffisamment raréfiée pour que les molécules ne se rencontrent que très rarement. (Dict. xxes.).
Vide optique. État d'un milieu caractérisé par le fait qu'aucun appareil optique très puissant n'y décèle aucune particule de matière. On (...) distingue trois catégories principales:les vacuoles de digestion,les vacuoles de sécrétion,les vacuoles paraplasmiques proprement dites qui donnent à l'ultramicroscope une impression de vide optique (Husson, Graf, Biol. gén., 1965, p. 49).
CH. DE FER. Frein à vide. Type de frein que l'on desserre en faisant le vide dans la conduite et que l'on serre en rétablissant la pression atmosphérique. Le frein à vide fonctionne par l'action de la pression atmosphérique qui agit à la partie inférieure d'un piston se déplaçant dans un cylindre vertical dans lequel on fait le vide (Bailleul, Matér. roulant ch. de fer, 1951, p. 143).
CONSTR. Essorage par le vide. ,,Procédé de bétonnage consistant à opérer une succion, au moyen d'une pompe à vide spéciale, au travers de perforations dans les coffrages munis de toiles, de manière à enlever l'eau en excédent dans le béton`` (GDEL).
Loc. adv. Sous vide. [En parlant du traitement d'un produit] Que l'on effectue en l'absence de gaz dans un milieu clos. Emballage, manipulation sous vide. Grâce au procédé de la cuisson des aliments sous vide, les parfums (...), l'assaisonnement sont maintenus dans le sachet ou la barquette pour la plus grande joie de nos papilles (Le Figaro Magazine, 20 janv. 1990, p. 144, col. 1).
PÉTROL. Distillation sous vide. ,,Fractionnement de produits lourds, pour lequel il est nécessaire de faire le vide dans l'appareil de distillation`` (GDEL).
2.
a) Lieu, espace où il n'y a rien. Synon. néant.[Il] revint sur ses pas et se mit à remonter le boulevard. La caravane s'était évanouie. Le silence et le vide à perte de vue: un gouffre horizontal (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 81).
[Suivi d'un compl. du nom] Le vide de la cour, de la salle, de la maison, des bâtiments. Le plus grand nombre, dans leur hâte, dans la certitude désespérée que tout serait détruit, laissaient les vieilles demeures ouvertes, les fenêtres et les portes béantes sur le vide des pièces déménagées (Zola, Débâcle, 1892, p. 39).Le vide de ces rues, où seul le bruit de nos pas traîne sur le pavé raboteux, m'étonne agréablement (Vercel, Cap. Conan, 1934, p. 46).
Loc. verb.
Faire le vide (dans un lieu). Éloigner tout élément matériel ou humain. Il restait debout, sur le seuil, retenant sa respiration. Son père, cette chose inanimée... Les bras à demi allongés, les mains doucement jointes. Ennobli. Si calme!... On avait fait le vide autour de cette parade: les sièges avaient été poussés le long des murs (Martin du G., Thib., Mort père, 1929, p. 1304).
Faire le vide (autour de soi, de qqn). Éviter ses amis, écarter toutes les relations de quelqu'un, contribuer à son isolement. Il fit le vide autour de lui. Christophe s'en chargeait, de lui-même. Il ne contentait personne, n'étant d'aucun parti, ou mieux, étant contre tous (Rolland, J.-Chr., Foire, 1908, p. 773).Bals, visites, casinos, je refusai tout. J'ai même déclaré, pendant un certain temps, que j'étais fiancée, afin de faire le vide autour de moi (Montherl., Lépreuses, 1939, p. 1446).Empl. pronom. Vous le reconnaîtrez aux plaies hideuses dont son corps est couvert; sur son passage, la foule s'écarte, autour de lui se fait le vide, car chacun fuit son approche et jusqu'à l'air qu'il respire (Monod, Sermons, 1911, p. 192).
Au fig. Faire le vide (en soi, dans son esprit). Essayer de ne plus penser à rien. Voulez-vous essayer votre capacité intuitive? Avant de sortir de chez vous, faites le vide dans votre esprit (...) essayez de réaliser cet état de blanc intérieur, d'écran vide d'images, que connaissent et savourent les rêveurs et les musardiers (L. Daudet, Monde images, 1919, p. 89).J'étais là, à me torturer de questions, pendant qu'il reposait tranquillement, loin de ses pensées: c'était trop injuste! J'essayai de faire le vide en moi, mais non, je ne pouvais pas dormir. Je me levai sans bruit (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 456).
b) En partic.
α) Partie de l'espace qui s'étend en profondeur. Avoir les jambes dans le vide; tomber dans le vide; regarder le vide; être attiré par le vide; avoir peur du vide. Suarès me parle d'une femme sujette au vertige et qui cependant n'a pas craint de s'élancer dans le vide en parachute (Green, Journal, 1937, p. 120).
CONSTR. [En parlant d'un mur] Tirer, pousser au vide. Perdre son aplomb, déverser. [On nomme] étrésillon [une] pièce de bois qu'on place entre deux murs qui poussent au vide (Robinot, Vérif., métré et prat. trav. bât., t. 2, 1928, p. 31).
β) L'espace, considéré indépendamment de ce qui l'occupe. Fixer le vide.
Loc. verb. Dans le vide.
Regarder dans le vide; avoir le regard, les yeux (perdus) dans le vide. Regarder sans voir, soit par lassitude ou fatigue, soit parce que l'on est trop absorbé par ses pensées. Son visage avait durci et vieilli. Il regardait dans le vide d'un air las (Sartre, Mort ds âme, 1949, p. 127).Un visage étrange, au regard de fou, (...) fixe le vide avec une tristesse infinie (Huyghe, Dialog. avec visible, 1955, p. 311).
Au fig.
Parler dans le vide. Tenir des propos qui n'intéressent personne ou qui n'aboutissent à rien. Elle me regardait avec extase, mais je voyais que sa tête n'y était plus, et que je parlais dans le vide (Loti, Aziyadé, 1879, p. 96).Henri n'avait aucune envie de rompre avec les communistes: mais il ne voulait pas non plus se mentir. Il se leva: « Toute la question c'est de savoir si George a dit vrai ou non. En attendant, on parle dans le vide. − C'est bien mon avis », dit Dubreuilh. Lambert et Samazelle sortirent avec Henri (Beauvoir, Mandarins, 1954, p. 299).
(Faire qqc.) dans le vide. Faire quelque chose en pure perte, sans que cela soit suivi d'effet. Promettre dans le vide. Pendant quinze nuits d'angoisse, elle avait supplié dans le vide; elle aurait tout donné, sa maison, sa santé, dix ans de vie pour sauver la paix (Sartre, Sursis, 1945, p. 322).
3. Souvent au plur.
a) Partie d'un objet non occupé par un élément matériel. Synon. cavité, espace1, fente, fissure, ouverture, trou.Vide central d'une cartouche; boucher un vide dans un mur; combler, remplir les vides d'une charpente. Des vides s'allongeaient dans les casiers, des livres qui n'étaient plus calés par les autres gisaient, étalés dans des amas de poussière, sur les planches (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 208).Les enfants ont brisé six carreaux sur dix; on a tendu de la cretonne sur les vides (Gide, Journal, 1917, p. 618).
Spécialement
ARCHIT. Ouverture, baie pratiquée dans un mur; toute partie d'un bâtiment qui n'est pas occupée par de la construction. Anton. plein.Le palais du Doge offre des entrelacs reproduits dans quelques autres palais, particulièrement au palais Foscari. Les colonnes soutiennent des cintres ogives; ces cintres laissent entre eux des vides: entre ces vides l'architecte a placé des rosaces (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 340).L'art de l'architecture répartit avec harmonie dans une façade pleins et vides. Les pleins dominent dans l'architecture romane, les vides dans le gothique (Vogüé-Neufville1971).
BÂTIMENT
Vide d'air, de construction. Espace aménagé dans les cloisons d'un bâtiment. (Dict. xxes.).
Vide sanitaire. Espace contenu et ventilé, ayant une hauteur réglementaire minimale de 20 cm, que l'on aménage entre le sol et les planchers des bâtiments construits sans sous-sol. Elle est élégante, livrée avec un revêtement de brique crépie (...). C'est un vaste trois-pièces dont nous avons beaucoup aimé la double baie de plain-pied sur le jardin (...). Elle est construite sur vide sanitaire ventilé (Écho de la mode, 28 avr. 1968, p. 71, col. 2).
CARR. Cube au vide. ,,Mesure du tonnage des matériaux extraits d'une carrière, qui consiste à relever périodiquement l'emplacement du front de taille, pour déduire géométriquement le vide créé entre deux relevés successifs`` (Lar. Lang. fr.).
PEINT. Partie d'un tableau que l'artiste a (volontairement ou non) conçu peu rempli par le dessin, la couleur. Tout autre est le climat de l'œuvre tourangelle [la Pietà de Jean Fouquet] : un tableau compact, étouffé, sans un vide, une frise remplie d'agenouillements et de figures penchées, comme une chambre où il y a un mort (Gillet, Art fr., 1938, p. 52).
SYLVIC. Espace dépourvu d'arbres dans une forêt ou dans un endroit reboisé. En 1963 on trouvera encore dans la coupe 13 un certain nombre de places de semis de chêne qui pourront être sauvées par un dégagement énergique. L'ensemble de ces places ne représentera sans doute pas la surface prévue du 1/5 de la parcelle et on complétera en installant dans les vides quelques bouquets résineux (Cochet, Bois, 1963, p. 104).
En partic.
Partie de l'espace où il manque quelque chose. Il y a un vide dans cette pièce. Les vides entre les candélabres étaient comblés par les bouquets, en sorte que, là où il n'y avait pas une lumière, il y avait une fleur (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 641).Il s'agissait (...) de nouveaux fusains à planter dans les vides des massifs (Châteaubriant, Lourdines, 1911, p. 11).
Partie de l'espace qui sépare deux groupes. Par instants, un flot de foule, la sortie de quelque théâtre, passait. Mais des vides se faisaient bientôt, et il venait, sous la fenêtre, des groupes de deux ou trois hommes qu'une femme abordait (Zola, Curée, 1872, p. 454).L'armée von Hausen engagée partie devant la droite de Foch, partie contre la gauche de l'armée de Langle, ne sut pas pénétrer dans le vide de 40 kilomètres qui existait entre ces deux armées, brèche que masquait bien imparfaitement notre 9e division de cavalerie (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 405).
b) Place, poste devenu vacant par le départ ou le décès d'une personne. Nos troupes, qui avaient constamment combattu et marché, étaient fatiguées et avaient besoin de combler les vides creusés dans leurs rangs (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 358).
Vide politique. Absence de personnalité politique susceptible de faire face à une situation donnée. Mais il est un danger auquel ne pense pas M. Perès. C'est la tentation que peut susciter, chez certains dirigeants arabes, le sentiment qu'il existe un vide politique en Israël (...). Si la mort de Lévi Eshkol a ouvert en Israël ce qui ressemble à une crise larvée, il pourrait être fatal que ses voisins la prissent pour une crise nationale (L'Express, 3 mars 1969, p. 56, col. 1).
c) Interruption, manque dans une continuité. Synon. manque1.Mardi, soupé chez MmePrugnières. Mercredi entendu Sivori le grand violoniste, jeudi fait le tour du Salève. Mais en attendant, n'ayant pas de cahier, j'ai laissé un vide se faire dans mon journal. La moindre maille rompue dans le filet devient bien vite un gros trou (Amiel, Journal, 1866, p. 509).Être historien, c'est au contraire ne jamais se résigner. C'est tout tenter, tout essayer pour combler les vides de l'information (L. Febvre, Vers une autre hist., [1949] ds Combats, 1953, p. 428).
Vide juridique. Absence de législation sur un point particulier. Depuis le début de l'année, la France s'est dotée d'une loi destinée à combler le vide juridique qui empêchait de punir les malveillances liées à l'informatique (...). Cette loi [la loi Godfrain] leur impose [aux entreprises] désormais de protéger les informations relatives aux personnes physiques et aux personnes morales (Temps réel, oct. 1988, p. 39, col. 2).
B. − Au fig.
1. Espace de temps inoccupé. Synon. creux, trou.Les vides d'une journée. « Je n'ai rien à faire cet après-midi,si j'allais le voir? » (...) Cette visite tromperait un peu le vide des heures qu'il allait passer tout seul (Bourget, Actes suivent, 1926, p. 113).
P. ext. Espace de temps qui sépare deux personnes. Je ne savais plus (...) comment combler (...) ce vide énorme de deux années qui mettait entre nous comme un abîme de secrets (Fromentin, Dominique, 1863, p. 257).
2. Perte, manque causé(e) par l'absence ou la disparition d'une personne reconnue pour ses compétences ou d'un être cher. Grand vide laissé par la mort de qqn, par un départ. Rimbaud (...) n'est plus là? Vide affreux! (Verlaine, Corresp., t. 1, 1872, p. 80).
3. Sentiment d'insatisfaction, de lassitude provoqué le plus souvent par une déception, un manque d'intérêt aux choses de la vie. Vide intérieur; avoir un sentiment de vide. Je sens en moi un vide immense et rien ne me distrait (Balzac, Lettres Étr., t. 2, 1843, p. 196).Elle se sent au cœur une tristesse, une lassitude, un grand vide (A. Daudet, Crit. dram., 1897, p. 40).
4. Sentiment d'absence durant lequel un humain ne pense plus, n'agit plus. Elle s'endormit. Elle sortit en criant d'un cauchemar, qu'elle essaya vainement de se rappeler. Rien qu'un vide douloureux dans sa tête, ses dents serrées, ses membres crispés, de l'épouvante (Arland, Ordre, 1929, p. 312).
5. Caractère de ce qui est dénué d'intérêt, de sérieux, de valeur. Synon. futilité, inanité, néant, vacuité, vanité.Le vide d'une existence fastueuse; le vide d'un discours, d'une discussion, des idées. Les aides de camp, pour la plupart vrais officiers de salon, étaient affectés au service personnel des maréchaux et des généraux. Sous des dehors brillants, ils cachaient le vide de leurs fonctions (Clemenceau, Iniquité, 1899, p. 413).Il m'est arrivé de souper cinq ou six fois à table d'hôte en compagnie de vingt à trente personnes, marchands, négociants, officiers, etc. Je ne saurais rendre l'insignifiance, le vide de la conversation (Benda, Trahis. clercs, 1927, p. 252).
Loc. fam. C'est du vide. C'est un mensonge, une futilité. Synon. fam. c'est du vent*.Sa déchéance, ses lamentations, c'étaient des mensonges, du vide, il s'était poussé dans le vide, à la surface de lui-même pour échapper à la pression insoutenable de son véritable monde (Sartre, Âge de raison, 1945, p. 179).
III. − Loc. adv. À vide
A. − [En parlant d'un véhicule] Sans rien contenir. Diligence, train à vide. C'est un grand chaland qui remonte le fleuve à vide, et qui semble voler sur les eaux (Moselly, Terres lorr., 1907, p. 295).Vers le soir, des camions venus à vide quittent le village, chargés de meubles, de bicyclettes, de radios (Triolet, Prem. accroc, 1945, p. 408).
Passage à vide. V. passage1II A 2 c β.
B. − [En parlant d'un appareil, d'un moteur] Sans produire l'effet ou le résultat normalement attendu. Marche à vide d'un appareil. C'est le freinage électrique; notre moteur lancé à vide aurait mis plusieurs minutes à s'arrêter dans les conditions ordinaires, à condition toutefois qu'il soit bien graissé et que ses balais soient peu serrés (Soulier, Gdes applic. électr., 1916, p. 74).
Au fig. Sans être suivi d'effet. La vérité aussi est une passion. Quand l'instinct s'étiole derrière elle, la pensée tourne à vide (Mounier, Traité caract., 1946, p. 609).
C. − MUS. Corde à vide (d'un instrument à cordes). Corde que l'on fait résonner sur toute sa longueur. Jouer à vide sur la corde de mi du violon. Dans l'indication du doigté, la corde à vide [d'un instrument] se marque par un zéro (BrenetMus.1926, p. 27).
Prononc. et Orth.: [vid]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. I. Adj. 1. a) ca 1100 voide « qui ne contient aucun objet perceptible à la vue, aucun corps solide ou liquide » (Roland, éd. J. Bédier, 1507); b) ca 1200 avoir le ventre vide (Renart, éd. M. Roques, X, 11418: Que tu n'as pas le vantre vit); c) ca 1261 a vuide main « sans rien apporter » (Rutebeuf, Le Mariage Rutebeuf, 112 ds Œuvres compl., éd. E. Faral et J. Bastin, t. 1, p. 551); 1559 les mains vuides (Amyot, Cam., 19 ds Littré); 2. a) 1160-74 vide de + compl. concr. ou abstr. « qui ne renferme pas de, qui est dépourvu de » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, append., 318, t. 2, p. 319); b) 1670 vide de sens (Bossuet, Oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre, p. 666); 3. ca 1170 « (lieu) sans occupants, (place) où il n'y a personne » (Rois, éd. E. R. Curtius, p. 41); 4. a) ca 1200 avoir la tête, le cerveau vide « être étourdi, se sentir faible, du fait de la fatigue, du surmenage, du manque de nourriture » (Renart, éd. E. Martin, IX, 582: Le chief ai vuit et estoné); b) 1690 avoir des chambres vuides dans sa tête « être un peu fou » (Fur.); c) 1718 cerveau vuide, teste vuide « qui ne dispose plus de tous ses moyens intellectuels, qui a de la difficulté à réfléchir, à lier ses idées » (Ac.); d) av. 1776 tête vide, esprit vide « sans idées, sans pensées » (Mllede Lespinasse, Lett., t. 1, p. 216 ds Littré: ma tête est vide comme une lanterne); e) 1871 regard vide « regard sans expression » (Zola, Fortune Rougon, p. 231); 5. ca 1210 au fig. « (personne) qui manque de fond, de ressources intellectuelles ou affectives » (Guiot de Provins, Bible, 1873 ds Œuvres, éd. J. Orr, p. 68); 6. ca 1265 au fig. « qui manque de contenu, de densité, qui est dénué de sérieux, d'intérêt véritable » (Brunet Latin, Trésor, éd. F. J. Carmody, II, CXXVI, p. 310: cele foi est wide ki est sans oevre); 7. a) av. 1593 « (espace de temps) qui n'est pas rempli par une occupation, ou qui est consacré à des activités futiles, sans intérêt » (Amyot, Epît. ds Littré); b) 1681 p. ext. « qui n'est marqué par aucun fait saillant ou événement important » (Bossuet, Discours sur l'hist. univ., I, 12, p. 154); 8. 1647 philos., sc. « (espace) qui ne renferme aucune réalité matérielle, aucun corps de quelque nature qu'il soit » (Descartes, Lettre à Chanut, 6 juin ds Œuvres philos., éd. F. Alquié, t. 3, p. 737); 9. 1848 « (surface, étendue) qui est nue, qui n'est occupée par aucun élément susceptible de rompre son uniformité » (Chateaubr., Mém., t. 4, p. 181); 10. 1960 math. ensemble vide (Bourbaki, Hist. math., p. 18). II. Subst. 1. ca 1280 « partie d'une armure qui laisse le corps découvert » (Girart d'Amiens, Escanor, éd. H. Michelant, 19221); 2. ca 1377 philos. « absence de toute réalité matérielle dans un espace donné; espace pur, supposé inoccupé par la matière » (Oresme, Livre du Ciel et du Monde, éd. A. J. Denomy et A. D. Menut, p. 160); 3. a) 1611 « espace plus ou moins important qui n'est pas ou n'est plus occupé par un élément matériel » (Cotgr.); b) 1636 archit. « partie d'un bâtiment qui n'est pas occupée par de la construction, de la maçonnerie, etc. » (Monet); c) 1846 peint. « partie d'un tableau qui n'est pas suffisamment remplie » (Baudel., Salon, p. 126); d) 1964 vide sanitaire (Lar. encyclop.); 4. a) 1647 phys. « absence de corps matériel, de quelque nature qu'il soit, dans un espace déterminé » (Pascal, Expériences nouvelles touchant le vuide [titre], Paris); b) 1855 vide barométrique (Littré-Robin); 5. av. 1662 « sentiment d'insatisfaction, de lassitude, sans cause immédiate, dû à l'absence d'occupation, au manque d'intérêt intellectuel ou affectif » (Pascal, Pensées, 622 ds Œuvres compl., éd. L. Lafuma, 1963, p. 587); 6. a) 1675 « espace, lieu où il n'y a rien de perceptible, où l'œil ne rencontre aucun objet, aucun être vivant » (Bossuet, La Vallière ds Littré); b) 1694 tirer, pousser au vide « (en parlant d'un mur) perdre son aplomb » (Corneille (Th.)); c) 1868 « espace qui s'étend en profondeur et où le regard ne découvre aucun objet matériel propre à servir d'appui » (Annuaire du Club alpin suisse, p. 90 ds Quem. DDL t. 27); d) 1872 faire le vide autour de qqn « le fuir, contribuer à son isolement » (Littré); e) 1879 parler dans le vide « parler sans être écouté ou sans susciter le moindre intérêt » (Loti, Aziyadé, p. 96); f) 1882 regarder dans le vide « diriger son regard dans l'espace sans fixer précisément aucun objet » (Zola, Pot-Bouille, p. 66); 7. 1680 « perte, disparition de quelqu'un ou de quelque chose, ressentie comme une privation, un manque » (Mmede Sévigné, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 2, p. 892); 8. a) 1685 « chose vaine, sans valeur; néant » (Bossuet, Oraison funèbre d'Anne de Gonzague, p. 301); b) 1690 « caractère de ce qui manque d'un contenu substantiel, de ce qui est dépourvu d'intérêt, de sérieux, de valeur réelle » (Fur.); 9. 1704 « interruption, lacune dans une continuité temporelle, dans les occupations » (Vauban, Projet d'une dixme royale, p. 99 ds Littré). III. A vide 1. a) 1283 courre a vuit « (en parlant d'un moulin) tourner sans qu'il n'y ait de grain » (Philippe de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon,1141, t. 1, p. 93); b) 1538 « sans le contenu possible ou prévu » (Est. ds FEW t. 14, p. 589b); 2. a) av. 1660 au fig. « sans effet utile » (Scarron, Œuvres, t. 7, p. 259 ds Littré); b) 1876 « sans produire le résultat normal » (Lar. 19e); 3. 1701 mus. toucher à vide « jouer d'un instrument en laissant une corde vide sur toute sa longueur » (Fur.); 1832 jouer à vide (Raymond). Vuide, forme fém. de vuit (voit, voide dans les dial.), att. jusqu'au xves., qui est issu du b. lat. *vocitus, de la famille de vocuus « vide », lat. class. vacuus « vide, inoccupé, libre (au propre et au fig.); sans réalité, sans valeur », forme que l'on restitue d'apr. vocivus « vide », att. chez Plaute à côté de vacivus « id. », v. vacive. Fréq. abs. littér.: adj. 6 175; subst. 3 303. Fréq. rel. littér.: adj. xixes.: a) 5 735, b) 8 232; xxes.: a) 10 587, b) 10 584; subst. xixes.: a) 3 004, b) 4 247; xxes.: a) 5 633, b) 5 824. Bbg. Quem. DDL t. 27, 41. − Thomsen (V.). Étymol. Romania. 1875, t. 4, pp. 257-262.

Vide : définition du Wiktionnaire

Adjectif

vide \vid\ masculin et féminin identiques

  1. Qui ne contient rien ; qui est totalement dépourvu de.
    • Ces lieux communs mythologiques et ce cliquetis de mots sonores, mais à peu près vides de sens, plurent au roi Sighebert et à ceux des seigneurs Francs qui, comme lui, comprenaient quelque peu la poésie latine. — (Augustin Thierry, Récits des temps mérovingiens, 1er récit : Les quatre fils de Chlother Ier — Leur caractère — Leurs mariages — Histoire de Galeswinthe (561-568), 1833 - éd. Union Générale d’Édition, 1965)
    • Place, espace vide.
    • La bouteille est à moitié vide.
    • Il a le ventre vide, l’estomac vide.
    • Il n’y a plus rien dans la maison, elle est vide.
    • (Figuré) Avoir la tête vide, le cerveau vide, éprouver la faiblesse de tête que produisent le manque de nourriture, la
    • (Figuré) Le cœur vide se dit pour exprimer le Manque d’affection et de sentiments.
    • Ces discours amusent l’oreille et laissent le cœur vide.
    • (Familier) Moment vide : moment libre d’occupation.
    • Il y a des moments vides dans la journée, qu’on ferait bien de remplir par quelque occupation.
    • Existence vide, Existence qui n’est pas occupée.
    • Époque vide, époque qui n’a été signalée par aucun événement remarquable.
    • Un discours, un ouvrage vide de sens, de raison : où il n’y a ni sens ni raison, où il n’y a rien de solide.
  2. (Théâtre) Sans acteur pendant un moment.
    • Le théâtre, la scène est vide, reste vide se dit lorsque, dans le courant d’un acte, il ne reste aucun acteur sur la scène.
    • Une scène vide, un acte vide se dit d’une Scène, d’un acte sans événement, sans action, sans incident.
  3. (Mathématiques) Égal à l’ensemble vide.
    • Par suite de sa définition, un corps est nécessairement non vide.

Nom commun

vide \vid\ masculin

  1. Espace vide.
    • […] ; j’eus comme un étourdissement, et je dus m’accrocher fortement aux rebords de la croisée, pour n’être pas précipité dans le vide... — (Octave Mirbeau, Le colporteur, 1919)
    • Une corde, munie d’une sorte de ralingue, avait été lancée par-dessus le vide et s’était accrochée à un fragment de garde-fou. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 370 de l’éd. de 1921)
    • Il est interdit aux notaires de laisser du vide dans la minute de leurs actes.
  2. (Physique) Lieu où il n’y a pas de matière, qui ne contient pas d’air.
    • Quelle que soit la méthode de synthèse utilisée, l’alcool γ-acétopropylique se sépare et se purifie par distillation sous vide (78-80°/5 mm Hg). — (Bulletin de la Société chimique de France, 1966, page 1813)
    • Au delà de 107 Hz, la masse des électrons est elle-même trop importante pour que ceux-ci puissent suivre l’excitation, et le matériau a alors un comportement diélectrique semblable à celui du vide. — (Jean-Marie Haussonne, Céramiques pour l'électronique et l'électrotechnique, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2002, page 31)
  3. (Architecture) Toute ouverture ou baie dans un mur, de tout espace qui n’est pas occupé par une construction.
    • La façade du Palais des doges présente cette particularité que les pleins sont au-dessus des vides.
    • Ce mur pousse au vide, Il perd son aplomb, Il déverse ou fait ventre.
  4. (Figuré) Sentiment de manque, par rapport aux personnes ou aux occupations dont on vient d’être privé.
    • Et les muges ? Pauvres muges ! On leur a fait tellement de tort avec la pollution et le mazout que les amateurs de muges aux olives sont plutôt rares. C'est un grand vide dans les traditions que la disparition de ce poisson appelé « mulet » dans le reste de la France. — (Christiane Maréchal raconte la Provence calendale: Noël, Étrennes, les Rois, Éditions de Provence, 1996, page 27)
    • Notre foyer s'équipait, se suréquipait de tous les appareils et gadgets qui simplifient la vie domestique. Grille-pain, brosse à dents électrique, chaîne 2 x 100 watts et autres remparts illusoires contre le vide de l'existence. — (Jean-Marie Callens, « Morituri te salutant », dans Des nouvelles de Palaiseau, HB éditions, 1994)
    • Faire le vide autour de quelqu’un, L’isoler.
    • (Par analogie) Cet orateur fait le vide dans la salle où il parle, Il décourage, il fait fuir les auditeurs.
  5. (Figuré) Vanité, vacuité, néant.
    • Favrolles prend la parole. Son vide intérieur, son inconscience braillarde se masquent sous l'énergie de ses propositions. — (Léon Trotsky, Le drame du prolétariat français, 1922, annexe à l'édition de 1964 de Littérature et Révolution (les Lettres Nouvelles, éditeur))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Vide : définition du Littré (1872-1877)

VIDE (vi-d') adj.
  • 1Qui ne contient rien, ou qui n'est rempli que d'air. Sa bourse est vide. Il a l'estomac vide. La cruche au large ventre est vide en un instant, Boileau, Lutr. I. Bradley a découvert que la lumière qui vient de Sirius à nous n'est pas plus retardée dans son cours que celle du soleil ; si cela ne prouve pas un espace vide, je ne sais ce qui le prouvera, Voltaire, Lett. au roi de Pr. 15 avr. 1739. On peut démontrer que le volume de la substance même la plus dense contient encore beaucoup plus d'espace vide que de matière pleine, Buffon, Hist. min. Introd. Œuv. t. VI, p. 409. Galilée observa les effets des pompes aspirantes, et, s'étant assuré que l'eau n'y monte qu'à trente-deux pieds, et qu'au delà le tuyau demeure vide, il conclut qu'on n'avait point connu la vraie cause de ce phénomène, Condillac, Traité des syst. ch. 16.

    Avoir le cerveau vide, se dit de la faiblesse de tête qu'on éprouve par le défaut de nourriture.

    Jument vide, jument qui ne porte pas, qui n'est pas pleine.

    Un habit brodé tant plein que vide, un habit où les parties brodées occupent autant d'espace que les parties vides de broderie.

    En architecture, tant plein que vide, voy. PLEIN 1, n° 16.

    Vide se dit en parlant des massifs de maçonnerie dans lesquels on a pratiqué des cavités ou des chambrettes.

  • 2 Par extension, qui n'est pas occupé. Théâtre vide. Place vide. On nous place près de la porte sur un banc qui se trouva vide, Genlis, Ad. et Th. t. II, p. 61, dans POUGENS.

    Fig. Laisser la place vide à, laisser liberté de. Heureux père et mari, ma fuite et leur tombeau Laissent la place vide à ton hymen nouveau, Corneille, Méd. v, 7.

    En parlant des pièces dramatiques, le théâtre, la scène est vide, reste vide, se dit quand les acteurs d'une scène sortent, avant qu'aucun de ceux de la scène suivante soit entré.

    Terme de jeux. Faire vide, se dit quand un joueur blouse toutes les billes qui sont sur le tapis, ou les fait sauter hors du billard.

    Les mains vides, les mains dégarnies, ne portant rien. Tout le monde sait sa réponse à ceux qui lui reprochaient [à Bias] de sortir les mains vides de sa ville abandonnée au pillage des ennemis : J'emporte tout avec moi, Diderot, Opin. des anc. phil. (Grecs).

    Mains vides, mains dégarnies d'argent, en parlant de celui qu'on laisse aller sans lui rien donner. Vous ne laisserez pas aller les mains vides celui à qui vous donnerez la liberté, Sacy, Bible, Deutéron. XV, 13.

    Mains vides, mains dégarnies d'argent à donner, de présent à faire, quand il s'agit de solliciter ou d'obtenir quelque chose. Il ne vient jamais les mains vides. On ne paraît pointaux Indes les mains vides devant les personnes constituées en dignité, Bernardin de Saint-Pierre, Chaum. indienne.

    Fig. Allons à Dieu et n'y allons pas les mains vides, Bourdaloue, Myst. Épiphan. t. I, p. 121.

    Fig. Les mains vides signifie aussi sans faire de profits illicites ou non. C'est un honnête homme, il est sorti de hautes fonctions les mains vides.

  • 3Dépourvu de. Un autel vide d'offrandes. L'un meurt vide de sang, l'autre plein de séné, Boileau, Art p. IV. Que dis-je ? en quel état croyez-vous la surprendre [Rome] ? Vide de légions qui la puissent défendre, Racine, Mithr. III, 1. Allez ; et dans ses murs [de Troie], vides de citoyens, Faites pleurer ma mort aux veuves des Troyens, Racine, Iphig. v, 2.
  • 4 Fig. Où il n'y a point d'occupation, d'affaires, d'événements. Tout ce qui est vide dans les temps de faction et d'intrigue, passe pour mystérieux à tous ceux qui ne sont pas accoutumés aux grandes affaires, Retz, Mém. t. II, liv. III, p. 482, dans POUGENS. Qu'importe à l'histoire de diminuer ou de multiplier des siècles vides, où aussi bien l'on n'a rien à raconter ? Bossuet, Hist. I, 12.

    Un temps vide, un temps libre d'occupations. Pour remplir des moments que la variété des plaisirs laisse encore vides, Massillon, Carême, Prière, 2.

  • 5 Fig. Qui manque de, au moral, en parlant des personnes. Je ne pense qu'à vous ; si par un miracle… vous étiez hors de ma pensée, il me semble que je serais vide de tout, Sévigné, 8 avr. 1671. Jusque - là mon cœur, plein de vains désirs et vide de biens solides, sera toujours dans l'agitation et dans le trouble, Bourdaloue, Sur la récompense des saints, 1er avent, p. 26. Vide de vous et rempli de lui-même, Son amour-propre extrême, Au plus touchant récit, au trait le plus brillant, à l'éloquence la plus vive Refuse de prêter une oreille attentive, Delille, Convers. II.

    Vide de soi-même, exempt d'amour-propre. Plus nous sommes vides de nous-mêmes, plus nous avons de disposition à être remplis de Dieu, Guez de Balzac, Socr. chrét. 6. Toujours vide de lui-même et plein des autres, son amour-propre [de Corbinelli] est l'intime ami de leur orgueil, car il ne les offense point, Sévigné, 11 sept. 1689.

    Absolument. Qui manque des vrais biens. Si la reine avait été plus fortunée, son histoire serait plus pompeuse ; mais ses œuvres seraient moins pleines, et avec des titres superbes elle aurait peut-être paru vide devant Dieu, Bossuet, Reine d'Angl. C'est elle [l'avarice] qui, trouvant l'âme pauvre et vide au dedans, la pousse au dehors, Bossuet, la Vallière.

    Avoir la tête vide, avoir peu d'idées. Ma tête est vide comme une lanterne, Mlle de L'Espinasse, Lett. t. I, p. 216, dans POUGENS.

    Avoir le cœur vide, manquer d'affections et de sentiments.

  • 6 Fig. Qui manque de certaines conditions intellectuelles ou morales, en parlant des choses. Quand je vous ai dit que la grandeur et la gloire n'étaient parmi nous que des noms pompeux, vides de sens et de choses, Bossuet, Duch. d'Orl. Que pouvons-nous entendre par ces mots : voir tout en Dieu ? ou ce sont des paroles vides de sens, ou elles signifient que Dieu nous donne toutes nos idées, Voltaire, Philos. Comm. sur Malebranche.

    Scène vide, acte vide, scène, acte sans événement, sans action, sans incident. Que l'action, marchant où la raison la guide, Ne se perde jamais dans une scène vide, Boileau, Art p. III.

  • 7 Fig. Qui offre des lacunes. Rien n'est vide, tout se touche, tout se tient dans la nature ; il n'y a que nos méthodes et nos systèmes qui soient incohérents, Buffon, Ois. t. XIV, p. 27.
  • 8 Fig. Sans vertu, sans efficacité. Ce ne sont plus ici des temples vides, semblables à celui de Jérusalem, où tout se passait en ombre et en figure, Massillon, Carême, Temples. Il [Dieu] ouvrira vos cœurs à nos instructions, et sa parole ne retournera pas à lui vide, Massillon, ib.
  • 9 S. m. Espace vide. Il est défendu de laisser du vide dans la minute d'un acte. Le vent a abattu des arbres et fait des vides dans vos allées. Il [un homme riche devenu gêné] emprunte de tous côtés pour se cacher à lui-même sa misère, il remplit par ce moyen en quelque façon le vide de sa maison, Bossuet, la Vallière. Comme vous n'avez pas tous les jours des livres nouveaux qui méritent votre examen, ces petits morceaux de littérature rempliront très bien les vides de votre journal, Voltaire, Mél. litt. Cons. à un journ. Pièc. de poés. L'on peut démontrer que l'or, qui est la matière la plus dense, contient beaucoup plus de vide que de plein, Buffon, Quadr. t. IV, p. XLII. Les vides et les cavernes n'ont pu se former que dans la croûte extérieure, [de la terre], Buffon, Not. just. Ép. nat. t. XIII, p. 249.
  • 10En architecture, toute ouverture ou baie dans un mur, tout espace entre les poteaux d'une cloison ou les solives d'un plancher.

    Les pleins et les vides, voy. PLEIN 1, n° 16.

    Ce mur pousse au vide, il perd son aplomb.

  • 11 Terme de métallurgie. Vide d'un fourneau, la cuve.
  • 12L'espace vide qui est entre les corps célestes. Comment percer des airs la campagne profonde ? Percer Mars, le soleil et des vides sans fin ? La Fontaine, Fabl. VIII, 16. La constance du mouvement des astres, qui subsiste depuis des millions d'années sans altération, a persuadé à Newton que ces grands corps nagent dans le vide, Bailly, Hist. astr. mod. t. II, p. 609. Qui dirige la course éternelle et rapide Des mondes emportés dans les plaines du vide ? Saint-Lambert, Sais. I.
  • 13 Terme de physique. Espace qui ne contient point d'air. Sur le sujet du vide, ils [les anciens] avaient droit de dire que la nature n'en souffrait point, parce que toutes leurs expériences leur avaient toujours fait remarquer qu'elle l'abhorrait et ne le pouvait souffrir ; mais, si les nouvelles expériences leur avaient été connues, peut-être auraient-ils trouvé sujet d'affirmer ce qu'ils ont eu sujet de nier par là que le vide n'avait point encore paru, Pascal, Frag. d'un traité du vide. Qu'y a-t-il de plus absurde que de dire… que des corps inanimés ont des passions, des craintes, des horreurs ?… de plus, que l'objet de cette horreur fût le vide ? qu'y a-t-il dans le vide qui puisse leur faire peur ? Pascal, Pens. XXV, 207, édit. HAVET. Torricelli, son disciple et son successeur [de Galilée], imagina la fameuse expérience du vide, qui a donné naissance à une infinité de phénomènes tout nouveaux, Fontenelle, Préf. Acad. des sciences. Ce n'est que depuis l'invention de la machine du vide et les expériences des pendules, qu'on est assuré que la matière est toute également pesante ; on a vu, et peut-être l'a-t-on vu avec surprise, les corps les plus légers tomber aussi vite que les plus pesants dans le vide, Buffon, Ess. arithm. mor. t. x, p. 209. Les animaux qui n'ont qu'un ventricule au cœur, comme les reptiles et les poissons, soutiennent sans péril un vide de plusieurs heures, Brisson, Traité de phys. t. II, p. 123.

    Vide pneumatique, ou vide de Boyle, celui qui est produit au moyen de la machine pneumatique.

    Vide de Torricelli, ou vide barométrique, l'espace compris entre le sommet de la colonne mercurielle et l'extrémité close du tube. Vide absolu, ou, simplement, vide, espace supposé vide de toute matière. Je m'accommode assez, pour moi, des petits corps ; Mais le vide à souffrir me semble difficile, Molière, Fem. sav. III, 2. Parce, dit-on, que vous avez cru dès l'enfance qu'un coffre était vide, lorsque vous n'y voyiez rien, vous avez cru le vide possible, Pascal, Pens. III, 3. L'attraction et le vide, bannis de la physique par Descartes et bannis pour jamais selon les apparences, y reviennent ramenés par M. Newton, armés d'une force toute nouvelle dont on ne les croyait pas capables, et seulement peut-être un peu déguisés, Fontenelle, Newton. Zénon d'Élée voulut qu'il n'existât pas de vide dans la nature, Lévesque, Instit. Mém. sc. mor et pol. t. I, p. 263. Leucippe admettait le vide ; il imagina des atomes, principes constituants de tout ce qui existe, ID. ib. p. 265.

  • 14Action d'écarter les personnes. Cet homme est méprisé, on fait le vide autour de lui.

    Faire le vide dans une contrée, en emmener les habitants, les bestiaux, les provisions. En 1812, l'armée russe fit le vide devant les Français.

  • 15 Fig. Absence, interruption dans ce qui occupe ou charme. Ces quinze livres quatre sous ne le mèneront pas fort loin, à moins que son industrie ou quelque commerce particulier ne remplisse les vides du temps qu'il ne travaillera pas, Vauban, Dîme, p. 99. Pour ne laisser aucun vide dans les plaisirs, Hamilton, Gram. 10. Le métier de la guerre a des vides fréquents et quelquefois considérables, abandonnés ou à une oisiveté entière ou à des plaisirs qu'on se rend témoignage d'avoir bien mérités, Fontenelle, Marsigli. Elle [l'étude] remplit utilement les vides de la journée qui pèsent si fort à tant de personnes, Rollin, Traité des Ét. t. I, Disc. prélim. Mettre à profit les vides que laissent les affaires, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 566, dans POUGENS. Ma détestable santé me met quelquefois dans l'impuissance de penser et d'écrire ; cela met dans ma vie des vides effroyables, Voltaire, Lett. en vers et en prose, 32. Il avait beaucoup plus à remplir le vide de son temps que celui de son âme, Condorcet, Maurepas. Plus les plaisirs ont été vifs [dans la jeunesse], plus le vide qu'ils laissent, lorsque l'habitude en a flétri les premiers charmes et dissipé les illusions, devient difficile à remplir, Condorcet, Courtanvaux. Ce vide qu'éprouvent les ministres déplacés, lorsqu'ils n'ont rien à substituer ni aux grands objets qui les ont occupés, ni à ces agitations qui fatiguent et qu'on préfère à l'ennui, Condorcet, Maurepas.
  • 16 Fig. Lacune. Il n'y a point de vide qu'on ne doive regretter dans une vie dont les moindres particularités ont eu quelque chose de divertissant, Hamilton, Gram. 5. N'y a-t-il pas visiblement un vide entre le singe et l'homme ? Voltaire, Dict. phil. Chaîne des êtres. Ce vide que nous remarquons entre le végétal et le minéral, se remplira apparemment quelque jour ; il y avait un semblable vide entre l'animal et le végétal, Bonnet, Contempl. nat. Œuv. t. VIII, p. 197, dans POUGENS. Les découvertes brillantes laissent presque toujours entre elles et les vérités qui les ont précédées, un vide qu'il faut remplir, Condorcet, d'Arci.
  • 17 Fig. Il se dit par rapport aux choses ou aux personnes dont on vient d'être privé. La pauvre Mme de la Fayette ne sait plus que faire d'elle-même ; la perte de M. de Larochefoucauld fait un si terrible vide dans sa vie, qu'elle en comprend mieux le prix d'un si agréable commerce, Sévigné, 416. Vous trouverez un grand vide dans la maison, Bossuet, Lett. quiét. 473. La perte qu'elle [Mme des Ursins] fit du cardinal de la Trémoille ne laissa pas de lui faire un vide, Saint-Simon, 389, 258. À peine eus-je perdu mon mari que tu remplis le vide qu'il avait laissé dans mon cœur ; de son vivant, il en partageait avec toi les affections, Rousseau, Hél. IV, 2. Vous n'avez que trop raison, sire, sur la décadence où tout est tombé, et sur le grand vide que laisse la mort de Voltaire, D'Alembert, Lett. au roi de Pr. 19 sept. 1779.
  • 18 Fig. État d'une âme sans attache. Le secret d'entretenir toujours une passion, c'est de ne pas laisser naître aucun vide dans l'esprit en l'obligeant de s'appliquer sans cesse à ce qui le touche si agréablement, Pascal, Pass. de l'amour. Rien n'est si insupportable à l'homme que d'être dans un plein repos… il sent alors son néant, son abandon, son insuffisance, sa dépendance, son impuissance, son vide, Pascal, Pens. XXV, 26. Elle [l'âme] trouve en soi-même un vide infini que Dieu seul pouvait remplir, Bossuet, la Vallière. En chassant Dieu de notre cœur, qui le remplissait tout entier, le péché y a laissé un vide affreux et une indigence extrême, Massillon, Profess. relig. Serm. 3. Quelle proportion ont-ils pu concevoir entre le vide supposé de notre cœur et un objet infini ? Boullainvilliers, Réfut. de Spinosa, p. 192.
  • 19 Fig. Vide de, manque de. Ne doit-il pas [le mauvais prêtre] en chercher la cause [du peu de succès de son ministère] plus dans sa tiédeur, dans le relâchement de sa piété, dans le vide de l'esprit de Dieu, qu'il a laissé éteindre en lui… que dans l'endurcissement de son peuple ? Massillon, Conf. Retr. pour des curés. Ce vide d'idées et ce vain bruit de paroles, si ordinaire dans les ouvrages de cette espèce, D'Alembert, Éloges, Mongin.
  • 20Vanité, nullité, néant. Moins vous êtes heureux dans votre élévation, plus vous devez sentir le vide de tout ce qui fait l'agitation et l'empressement des autres hommes, Massillon, Carême, Prosp. temp. Elle [l'âme] voit ce qu'elle n'avait jamais vu, ses devoirs, ses espérances… le vide de toutes les créatures, l'abus de tous les plaisirs, Massillon, Carême, Inconstance. Sentant ce vide affreux de ma grandeur suprême, Voltaire, Sémiram. III, 1.

    Se dit avec le même sens en parlant de personnes. [Villeroy] nulle lecture, nulle instruction ; force vent et parfait vide, Saint-Simon, 392, 64.

  • 21À vide, loc. adv. Sans contenir rien, sans rien porter, sans rien recevoir. La voiture s'en va à vide. Jusqu'à ce qu'il finisse par tout jeter et retourne à vide, Rousseau, Ém. III. Aucun ne sortait de chez elle à vide, Rousseau, Confess. v.

    Fig. Quoi ! ce bienheureux logement, Dont je me montrai tant avide, Me fut donc promis vainement, Et j'ai fait malheureusement Tant de remerciements à vide ? Scarron, Œuv. t. VII, p. 259. Vous êtes plaisante avec vos remerciements… c'est être à vide de reconnaissances, comme vous l'étiez, il y a un an, de désespoirs, Sévigné, 6 mai 1671.

    Terme de musique. Corde à vide, celle qu'on fait résonner dans toute sa longueur. On dit de même : Jouer à vide. On peut donner à la première corde à vide le nom qu'on veut, Diderot, Musiq. des anc.

    Mâcher à vide, remuer les mâchoires sans rien avoir dans la bouche. [Il] alléguait Simonide, Qui dit, pour être sain, qu'il faut mâcher à vide, Régnier, Sat. x. Ne pouvant trouver des pensées nouvelles, ils [les auteurs des discours académiques] ont cherché des tours nouveaux, et ont parlé sans penser, comme des gens qui mâcheraient à vide, et feraient semblant de manger en périssant d'inanition, Voltaire, Lett. sur les Anglais, 24, sur les Académies.

    Par extension. Parlez haut, parlez haut, sans tant mâcher à vide, Scarron, D. Japhet d'Arm. III, 16.

    Fig. Mâcher à vide, se repaître de vagues espérances, et aussi n'avoir que des idées creuses et sans réalité. Écrire vaguement et sans avoir rien à dire, c'est mâcher à vide, c'est parler pour parler, Voltaire, Lett. Mme du Deffant, 4 juin 1764.

    Fermer une serrure à vide, tourner le pêne, mais sans le faire entrer dans la gâche. En passant contre la petite porte de communication, je m'aperçus qu'elle était entr'ouverte ; Brégi avait fermé à vide la serrure, Genlis, Mlle de la Fayette, p. 82, dans POUGENS.

    Terme de métallurgie. Frapper à vide, frapper sur l'enclume, non sur la pièce.

HISTORIQUE

XIe s. Que mort [il] l'abat en une voide place, Ch. de Rol. CXIII.

XIIe s. Fait Robert : la terre est voide del traïtur Qui voleit la corune tolir à sun seignur, Th. le mart. 155.

XIIIe s. Le chief ai vuit et estoné Du duel [deuil], et de l'ire et del pens Dont tot est devoiez mon sens, Ren. 15898. Et por ce est il bon à le [la] dame, se ele met les teres wides d'une part et les plaines d'autre, que ele face retenue que li oir ou li executeur prennent les terres plaines, Beaumanoir, XIII, 24. Ou li manniers [meunier] par malvese garde lait courre son molin à wit…, Beaumanoir, XXXVIII, 19. Mais s'il le sentent vuit de science et de mors [mœurs], J. de Meung, Test. 701. Cele foi est vuide qui est sans oevre, Latini, Trésor, p. 461. Cil qui ira à borse vuide Est bien fols, se trover i cuide Biau geu, biau ris ne bele chiere, Rutebeuf, II, 41.

XIVe s. Le vieu qui est es corps est cause de legiereté, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVe s. Le pays estoit tout vuide et despourvu de gens d'armes de la partie des Anglois, Froissart, II, II, 10. Quand ils ont tant mangé de chairs mal cuites que leur estomac leur semble estre vuit et affoibli, Froissart, I, I, 34. À vuide main fait on le sourt, Nulz n'a ce qu'il a demandé, Qu'on ne lui die : ostende, Deschamps, Poésies mss. f° 525. Ô homme vain et vuid de tout bien, de quoy te peuz-tu complaindre ? Intern. consol. II, 13.

XVIe s. Uses hardiment de l'adjectif substantivé, comme le liquide des eaux, le vuide de l'air, Du Bellay, J. I, 32, verso. Nos coffres sont quasi tousjours aussi vuides d'or, que la teste d'un amoureux passionné est vuide de raison, Lanoue, 164. Pour employer le temps qui me demeuroit vuide, je me suis mis à revoir ce que j'avois traduit, Amyot, Épît. Voyans qu'il falloit ainsi retourner les mains vuides en leurs maisons, Amyot, Cam. 19. Celles [fourmis] qui sont vuides font place à celles qui sont chargées, à fin qu'elles passent à leur aise, Paré, Animaux, 8. L'ambition n'a point de borne ; c'est un gouffre qui n'a ni fond ni rive ; c'est le vuide que les philosophes n'ont encores pu trouver en la nature, Charron, Sagesse, I, 21. De mains vuides prieres vaines, Cotgrave

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

VIDE. Ajoutez :
23 Terme de grammaire. Dans les langues isolantes, mot vide, mot qui, dans un composé, a perdu sa valeur propre et ne joue qu'un rôle de suffixe, par opposition à mot plein, mot qui, dans ce même composé, a gardé sa valeur.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « vide »

Étymologie de vide - Littré

Wallon, vûd ; bourguig. veude ; picard, uide ; génev. vuide ; provenç. voig, vuei, vuech, voh ; catal. vuyd ; du lat. viduus, qui veut dire veuf.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : La dérivation de vide par viduus a été attaquée par MM. Schuchardt et Thomsen (Romania, avril 1875, p. 256 et 257). Il est certain que viduus a donné régulièrement vedve dans le français ancien, veuf dans le français moderne, et qu'il est difficile d'en tirer vuide ou voide (angl. void), qui sont les anciennes formes. En conséquence MM. Schuchardt et Thomsen, indépendamment l'un de l'autre, ont eu recours à un mot du latin populaire vocitus, rendu vide. Du moins on sait qu'à côté de la forme classique vacare, être vide, vacant, il y a une forme populaire qui substitue l'o à l'a : vocare pour vacare, vocatio pour vacatio, vocivus pour vacivus. Vocitus rend compte de l'ancienne forme française voide ou vuide et de l'italien vuoto, voto. Il est probable que là est la vraie étymologie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de vide - Wiktionnaire

De l’ancien français vuit (m.), vuide (f.), du bas-latin vocitu, croisement du latin vocīvus, variante de vacīvus, et de vacatus, participe passé de vacare, de vacuus ; cf. catalan buit, italien vuoto, occitan vuèg.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « vide »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
vide vid play_arrow

Citations contenant le mot « vide »

  • Dimanche, le traditionnel vide-greniers organisé par l’association des Cavaliers de Trouzilit au manoir a bénéficié d’un flux continu de visiteurs. Trois cent quarante-cinq mètres de linéaires étaient partagés par 69 exposants (56 en 2019). Le Telegramme, Flux continu de visiteurs au vide-greniers - Tréglonou - Le Télégramme
  • Depuis cinq ans déjà, la maison de retraite Hubert-de-Flers tient un stand lors du traditionnel vide grenier du 14 juillet au Malzieu (organisé par l’office de tourisme). Comme tous les ans, les habitués sont venus très nombreux sur ce stand place des Ursulines. Il fonctionne grâce à la générosité des familles de résidents et des bénévoles qui donnent différents objets, sans cela cette opération ne serait pas réalisable. "Cette année nous tenons particulièrement à remercier la commune du Malzieu-Forain pour l’ensemble des meubles et objets dont elle nous a gratifiés, indique la maison de retraite. Nos remerciements vont également à l’office de tourisme, aux bénévoles et aux familles qui nous aident ce jour-là à installer le stand et à remballer le soir venu." midilibre.fr, Un vide-greniers pour les résidents - midilibre.fr
  • Ranger ses vêtements dans un sac de compression sous vide pour alléger sa penderie ? Une technique maline que l'on aimerait pouvoir adapter à sa valise quand on part en voyage pour y gagner de la place. Seulement, s'il est facile de vider l'air dans le sac de compression avec un aspirateur quand on fait ses bagages, difficile d'effectuer l'étape inverse sur le lieu de vacances, notamment lorsqu'il s'agit d'un hôtel ou d'un camping. , Comment bien ranger sa valise ? Ces sacs sous vide malins pourraient bien changer votre voyage
  • Stéphane Dugast est un habitué des aventures autour du monde, mais le confinement a raccourci son horizon. Il a enfourché son vélo mi-juillet à Dunkerque, il veut rejoindre Hendaye via la "diagonale du vide". À travers son périple, il veut surtout aller à la rencontre des Français. France 3 Bourgogne-Franche-Comté, Il traverse la "diagonale du vide" à vélo à la rencontre des Français
  • La porte de Laplume Animation Tourisme est ouverte au soleil d’été, aux touristes et aux promeneurs, à ceux qui viennent s’inscrire au célèbre vide-greniers du dimanche 23 août. petitbleu.fr, Laplume animation : le vide- greniers, c’est le 23 août - petitbleu.fr
  • Brocantes, vide-greniers, boutiques éphémères ou braderies spéciales,... l'envie de flâner ou de chiner à la recherche d'objets vous titille? Découvrez sans plus tarder la liste des possibilités pour ce week-end du 8 et 9 août 2020 à Paris. , Les brocantes et vide-greniers ce week-end du 8 et 9 août 2020 à Paris - Sortiraparis.com
  • A Dieppe, le vide-grenier a attiré de nombreux chineurs, environ 4 000 selon les organisateurs. Il s'agit de l'une des premières brocantes à être autorisée depuis le confinement. Les gestes barrières restent bien évidemment de mise.  France 3 Normandie, Environ 4000 chineurs se sont rassemblés au vide-grenier de Dieppe, l'un des premiers depuis le confinement
  • L'enfer est dans un coeur vide. De Khalil Gibran
  • Quand les talons claquent, l'esprit se vide. De Louis Hubert Lyautey
  • Ceux qui couchent seuls ont le coeur vide. De Thepmoli
  • Quand mon verre est vide, je le plains ; quand mon verre est plein, je le vide. De Raoul Ponchon / La Muse gaillarde
  • L'amour est vide d'ego L'ego est vide d'amour.
  • Un sac vide tient difficilement debout. De Benjamin Franklin / Maximes pour l'almanach du pauvre Richard
  • Le vide nous attend à tout moment. De Shashi Deshpande / Question de temps
  • Le ventre plein fait la tête vide. De Proverbe italien
  • Perdre, c'est connaître le vide. De Gilbert Dupuis / La Marcheuse
  • Voyez : même le vide est indispensable. De Olivier Lockert / Hypnose
  • La douleur, c'est le vide. De Jean-Paul Sartre / Situations
  • Le pot vide ne déborde pas. De Proverbe jamaïcain
  • La nature a horreur du vide. De Adage cartésien
  • La gourmandise vide les poches. De Proverbe allemand

Images d'illustration du mot « vide »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « vide »

Langue Traduction
Corse viotu
Basque hustu
Japonais 空の
Russe опорожнить
Portugais vazio
Arabe فارغة
Chinois 空的
Allemand leer
Italien vuoto
Espagnol vacío
Anglais empty
Source : Google Translate API

Synonymes de « vide »

Source : synonymes de vide sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « vide »



mots du mois

Mots similaires