La langue française

Bouffissure

Définitions du mot « bouffissure »

Trésor de la Langue Française informatisé

BOUFFISSURE, subst. fém.

A.− État de ce qui est bouffi.
1. Gonflement des chairs. Cf. bouffir* et bouffi* :
1. Le personnage fait parfois de vains efforts pour inscrire un monocle dans la bouffisure de ses paupières. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Les Maîtres, 1937, p. 67.
SYNT. Bouffissure de la face, des pommettes, des traits, du visage, des yeux.
Spéc., MÉD. Gonflement des tissus provoqué par une infection ou par des infiltrations séreuses ou adipeuses dans les cellules :
2. Les formes du pied disparaissaient dans une telle bouffissure, que la peau tout entière semblait près de se rompre, et elle était couverte d'ecchymoses occasionnées par la fameuse machine. Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 16.
2. P. ext., le plus souvent au plur. Gonflement, poche, boursouflure. En huit jours, son visage changea, il lui vint des bouffissures sous les yeux (Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 767).
3. P. anal. [Le compl. de nom désigne un obj. concr., extérieur à l'homme] Un immense soleil couleur d'or avec de grands rayons obliques et qui passent, entre les bouffissures des nuées (Flaubert, La Tentation de St Antoine,1856, p. 649).
B.− Au fig. Caractère de ce qui est bouffi.
1. [En parlant d'une pers. ou de son expr.] Vanité poussée à l'extrême, au point d'être ridicule. La vanité et la bouffissure des prétentions étant presque toujours en raison inverse du mérite (C. Desmoulins, Le Vieux Cordelier,1793-94, p. 122, note).
2. [En parlant d'une œuvre littér. ou artistique] Boursouflure du style, du langage. L'emphase, la bouffissure qui marque la plupart des monuments du XVIIesiècle (Michelet, Le Peuple,1846, p. 152).Synon. grandiloquence.
PRONONC. ET ORTH. : [bufisy:ʀ]. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. boufisûre avec un seul f et un accent circonflexe pour marquer la durée longue de [u] devant [ʀ].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1582 (Liébault, Maladies des femmes, 15 dans Quem.); 1690 fig. « caractère de ce qui est ampoulé, enflure de l'expression et du style » (Fur.). Dér. du rad. du part. prés. de bouffir*; suff. -ure*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 45.

Wiktionnaire

Nom commun

bouffissure \bu.fi.syʁ\ féminin

  1. État des chairs qui sont bouffies.
    • Malgré, ou plutôt à cause de cet état de bouffissure, l’acheteur, le plus souvent, est séduit par le poil lustré, onctueux et cette ardeur factice qui fait cabrioler, se cabrer, ou croupionner les chevaux, comme s’ils étaient doués d’une vigueur hors ligne […]. — (Gabriel Maury, Des ruses employées dans le commerce des solipèdes, Jules Pailhès, 1877)
    • D’une pauvre maison de pisé, une paysanne sortit. Sa vieille face portait les peines d’une vie de travail, les fatigues d’une existence difficile et les bouffissures de chagrins récents. — (Éric-Emmanuel Schmitt, L’Évangile selon Pilate, Albin Michel, 2000, collection Le Livre de Poche, page 144.)
  2. Ces chairs bouffies elles-mêmes.
    • Déjà il était souverainement beau, les bouffissures de son visage semblaient mystérieusement annulées [...]. — (Michel Houellebecq, Sérotonine, Flammarion, 2019, p. 258)
  3. (Figuré) Emploi de termes ampoulés ou d’expressions exagérées.
    • Bouffissure du style.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BOUFFISSURE. n. f.
État des chairs qui sont bouffies. Bouffissure du visage. Fig., Bouffissure du style, Emploi de termes ampoulés, d'expressions exagérées.

Littré (1872-1877)

BOUFFISSURE (bou-fi-su-r') s. f.
  • 1 Terme de médecine. Intumescence molle et sans rougeur, plus ou moins étendue, formée par de la sérosité infiltrée dans le tissu cellulaire sous-cutané.
  • 2 Fig. Orgueil. La bouffissure [du cardinal de Bouillon] est si générale, qu'il se loue d'avoir exercé cette charge très fidèlement, Saint-Simon, 279, 29.

    Bouffissure de style ou, simplement, bouffissure, emploi de termes ampoulés. Je préfère à ces vaines bouffissures le simple squelette de la pensée, Bernardin de Saint-Pierre, Mort de Socrate.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bouffissure »

Bouffir. On disait, dans l'ancien français, le boufois pour la morgue, la bouffissure.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de bouffir avec le suffixe -ure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bouffissure »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bouffissure bufisyr

Évolution historique de l’usage du mot « bouffissure »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bouffissure »

  • Hier, le 20 mars, c’était le premier jour du printemps. Aujourd’hui, un film célèbre, à sa manière, cette fièvre soudaine de la nature, cette bouffissure sensuelle qui affole faune, flore et corps, jusqu’au climax de l’été, véritable grand-messe du vertige organique. Cette célébration se passe à Sète, dans le Sud de la France, et court le temps de l’été 1994. Elle est signée Abdellatif Kechiche, cinéaste absolu et génie naturaliste dont Mektoub My Love : Canto Uno est le sixième film. Pendant presque 3h, il montre simplement les comportements amoureux d’une bande de jeunes gens, le désir, les corps pleins, les peaux brûlantes de soleil, avec, pour toile de fond, la Méditerranée qui scintille d’éclats de lumière d’or et les nuits chaudes dans les clubs de la ville portuaire. Inspiré très lointainement de La blessure, la vraie de François Bégaudeau, le film a pour héros Amin. Il est étudiant à Paris et est redescendu dans sa famille pour y passer l’été. Il retrouve ses copines (dont la callipyge Ophélie), son cousin Tony, dragueur invétéré, sa mère au franc-parler lumineux et tous les copains du coin. Vanity Fair, Pourquoi « Mektoub, my love : canto uno » de Kechiche nous fait du bien
  • Nous vivons une époque formidable. Ce n’est d’ailleurs pas tant l’époque actuelle qui se distingue par ce que l’on pourrait qualifier de « l’épaisseur ». Ce serait plutôt le « politiquement correct » qui l’a infiltrée. C’est même plus que de l’épaisseur. On pourrait parler d’empâtement, voire de bouffissure. Mais pour ceux qui n’auraient pas la chance de se rendre compte de l’existence de cette infâme moraline glucosée, voici heureusement un petit lexique qui devrait très vite y remédier : Contrepoints, Petit lexique politiquement correct | Contrepoints

Traductions du mot « bouffissure »

Langue Traduction
Anglais puffiness
Espagnol hinchazón
Source : Google Translate API

Synonymes de « bouffissure »

Source : synonymes de bouffissure sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bouffissure »

Bouffissure

Retour au sommaire ➦

Partager