La langue française

Bonheur

Sommaire

  • Définitions du mot bonheur
  • Étymologie de « bonheur »
  • Phonétique de « bonheur »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bonheur »
  • Citations contenant le mot « bonheur »
  • Images d'illustration du mot « bonheur »
  • Traductions du mot « bonheur »
  • Synonymes de « bonheur »
  • Antonymes de « bonheur »

Définitions du mot bonheur

Trésor de la Langue Française informatisé

BONHEUR, subst. masc.

A.− [Au sens restreint et primitif du terme, gén. avec une valeur partitive] Un, des bonheur(s), le bonheur de.
1. Bonne fortune, chance favorable, occasion propice, événement propre à apporter quelque satisfaction :
1. ... je vous vois d'ici rire à votre tour et vous écrier : − est-ce tout? Oh! les aimables aventures, les engageantes histoires, et quel voyageur à pied vous êtes! Rencontrer des ours, ou entendre un avaleur de sabres, (...) en vérité, il faut en grande hâte se jeter en bas de sa chaise de poste, et ce sont là de merveilleux bonheurs! Comme il vous plaira. Quant à moi, (...) je leur trouve des charmes que je ne puis dire. Riez donc tant que vous voudrez du voyageur à pied, je suis toujours tout prêt à recommencer, et, s'il m'arrivait encore aujourd'hui quelque aventure pareille, « j'y prendrais un plaisir extrême ». Hugo, Le Rhin,1842, p. 163.
2. Le « bonheur » ou « heur bon », c'est le bon augure, c'est le favorable présage tiré du vol et du chant des oiseaux, à l'opposé du « malheur »... A. France, La Chemise,1909, p. 222.
Marchand de bonheur. (Quasi-)synon. diseur de bonne aventure :
3. ... il a dit le remarquable marchand de bonheur qu'il ferait, assurant qu'il savait très bien le bonheur qu'il fallait à chaque homme, après l'avoir interrogé sur son tempérament, ses goûts, son milieu, etc., etc. E. et J. de Goncourt, Journal,1891, p. 71.
SYNT. Avoir du bonheur (au jeu), avoir le bonheur de : [aller] chercher fortune, ... [avoir] le bonheur de trouver de grands biens et une femme capable ... de changer sa mauvaise destinée (Stendhal, L'Abbesse de Castro, 1839, p. 149), avoir un bonheur insolent, être en bonheur, jouer avec/de bonheur (Napoléon Ier, Lettres à Joséphine, 1814, p. 44), porter bonheur (porte-bonheur : (quasi-) synon. fétiche) :
4. « Comte, on me nomme porte-bonheur. Je veux vous porter bonheur et vous rendre la santé; voici ce que je ferai pour vous : je suis catholique, je me ferai protestante. Cela vous portera bonheur, puis j'ai tant de magnétisme en moi, et surtout dans mes cheveux, que ma présence dans la même chambre, suffira pour faire partir vos douleurs. En revanche, je vous demande un tout petit service, (...) adoptez-moi comme votre fille, (...) Croyez-moi, cher comte, une bonne action vous portera bonheur, songez-y bien! » Bourges, Le Crépuscule des dieux,1884, pp. 113-114.
Loc. adv.
Au petit bonheur. (Quasi-)synon. au hasard ou (en exclam.) advienne que pourra;Au petit bonheur, Comédie d'A. France (1898) :
5. Le reste se casa où il put, les femmes sur les genoux des hommes et les hommes au petit bonheur, au hasard des angles de tables et des bouts de bancs restés libres. Courteline, Messieurs-les-Ronds-de-cuir,1893, p. 259.
Au petit bonheur de. Au gré des occasions plus ou moins favorables qui se présentent. ... sans calcul, au petit bonheur de ses plaisirs et des événements (Zola, Pot-bouille,1882, p. 240).
Au petit bonheur la chance. (Quasi-)synon. à tout hasard... [aviser] au petit bonheur la chance (Giono, Un de Baumugnes,1929, p. 91).
Rem. 1. Cette dernière expr. est pléonastique; elle prouve que le sens primitif de heur (= augure, chance, fortune) n'est plus senti dans bonheur; de même pour les expr. au petit bonheur du hasard (Zola, La Débâcle, 1892, p. 624) et au hasard du petit bonheur (Villiers de l'Isle-Adam, Contes cruels, 1883, p. 53). 2. Dans toutes ces expr., le qualificatif petit n'a pas de signification précise, il indique simplement que bonheur est pris dans une accept. restreinte.
Par bonheur. (Quasi-)synon. par chance :[avoir des enfants] par bonheur ou par malheur (Balzac, La Duchesse de Langeais,1834, p. 325).
PARAD. a) (Quasi-)synon. aubaine, avantage, bénédiction, veine. b) (Quasi-)anton. adversité, calamité, catastrophe, désastre, déveine, échec, fatalité, guignon, infortune, malchance, mésaventure, revers.
2. Spéc., domaine de l'expr.Bon effet obtenu par hasard, ou parfois avec une habileté qui donne l'impression du hasard. Bonheur(s) d'expression :
6. Nous savons bien qu'il n'y a presque point de cas où la liaison de nos idées avec les groupes de sons qui les appellent une à une ne soit tout arbitraire ou de pur hasard. Mais pour avoir de temps en temps observé, approuvé, obtenu quelques beaux effets singuliers, nous nous flattons que nous puissions quelquefois faire tout un ouvrage bien ordonné, sans faiblesses et sans taches, composé de bonheurs et d'accidents favorables. Mais cent instants divins ne construisent pas un poème, lequel est une durée de croissance et comme une figure dans le temps; ... Valéry, Variété 3,1936, p. 14.
7. Poussin rougirait d'une réussite qui ne tiendrait qu'au hasard d'une impulsion du sang, au bonheur d'une tache vineuse sur l'azur ou d'une chair moite sur la pelouse, bref, à l'emportement d'une fougue élémentaire, si son esprit n'y portait l'ordre d'une convenance et d'une liaison intelligible. L. Gillet, Essai sur l'art fr.,1938, p. 62.
PARAD. a) (Quasi-)synon. aisance, facilité, succès, trouvaille. b) (Quasi-)anton. affectation, calcul, recherche.
B.− [Au sens large et gén. à la forme abs.] Le bonheur.
1. État essentiellement moral atteint généralement par l'homme lorsqu'il a obtenu tout ce qui lui paraît bon et qu'il a pu satisfaire pleinement ses désirs, accomplir totalement ses diverses aspirations, trouver l'équilibre dans l'épanouissement harmonieux de sa personnalité. Bonheur véritable, bonheur de la vie; croire au bonheur. Encore un instant de bonheur, œuvre poét. de Montherlant (1934); Le bonheur fou, roman de Giono (1957) :
8. ... le bonheur ne consiste point dans des instans isolés d'énergie, de volupté ou d'oubli. Le bonheur est une succession presque continue, et durable comme nos jours, de cet heureux concours de paix et d'activité, de cette harmonie douce et austère qui est la vie du sage. Toute joie vive est instantanée, et dès-lors funeste ou du moins inutile; le seul bonheur réel c'est de vivre sans souffrir, ou, plus exactement encore, être heureux, c'est vivre : tout mal est étranger à la plénitude de la vie, et toute souffrance a pour principe des causes de destruction. La douleur est contraire à l'existence; quiconque souffre ne vit pas pleinement et entièrement; ... Senancour, Rêveries,1799, pp. 91-92.
9. Je suis mécontent de tout le monde parce que je le suis de moi-même. Le bien-être constant, le bonheur consiste dans la possession d'une destinée en rapport avec nos facultés. Si nos facultés étaient quelque chose de constant et de fixe, il serait possible, dans certains cas, d'arranger sa vie de manière que le rapport qui constitue le bonheur se maintînt; mais nos facultés, nos dispositions, notre manière de sentir et de juger la vie changent avec l'âge, pendant que notre situation et nos rapports restent les mêmes, ou vice versa. Comment pourrions-nous jamais être constamment heureux? Maine de Biran, Journal,1814, p. 22.
10. Le bonheur est de sentir son âme bonne; il n'y en a point d'autre, à proprement parler, et celui-là peut exister dans l'affliction même; de là vient qu'il est des douleurs préférables à toutes les joies, et qui leur seraient préférées par tous ceux qui les ont ressenties. Il entre dans la composition de tout bonheur l'idée de l'avoir mérité. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 184.
11. Lorsque le rapport avec le monde extérieur nous est agréable, nous l'appelons plaisir; mais cet état passager n'est pas le bonheur. Nous entendons par bonheur un état qui serait tel que nous en désirassions la durée sans changement. Or voyons ce qui arriverait si un tel état était possible. Pour qu'il le fût absolument, il faudrait que le monde extérieur s'arrêtât et s'immobilisât. Mais alors nous n'aurions plus de désir, puisque nous n'aurions plus aucune raison pour modifier le monde, dont le repos nous satisferait et nous remplirait. Nous n'aurions plus par conséquent ni activité, ni personnalité. Ce serait donc le repos, l'inertie, la mort, pour nous, comme pour le monde. (...) Vouloir vivre, c'est accepter le mal. Vous imaginez le bonheur absolu possible, c'est le néant que vous désirez. P. Leroux, De l'Humanité,t. 1, 1840, pp. 19-20.
12. ... j'ai prononcé, au contraire, que le bonheur était un patrimoine universel et indivisible, que nul ne s'appropriait exclusivement sans être coupable de crime d'égoïsme. Entendez donc que le devoir, l'amour, le dévouement, consistent à faire de son bonheur celui des autres, et du bonheur des autres le sien propre, tandis que l'égoïsme consiste à faire son bonheur du malheur de tous. Néron souhaitait que le peuple romain n'eût qu'une tête pour l'abattre d'un seul coup : voilà l'égoïsme. Titus estimait perdre le jour où il avait manqué de rendre un homme heureux : voilà l'amour. Lacordaire, Conf. de Notre-Dame,1848, p. 185.
13. Il y a sur terre de telles immensités de misère, de détresse, de gêne et d'horreur, que l'homme heureux n'y peut songer sans prendre honte de son bonheur. Et pourtant ne peut rien pour le bonheur d'autrui celui qui ne sait être heureux lui-même. Je sens en moi l'impérieuse obligation d'être heureux. Mais tout bonheur me paraît haïssable qui ne s'obtient qu'aux dépens d'autrui et par des possessions dont on le prive. (...). Pour moi j'ai pris en aversion toute possession exclusive; c'est de don qu'est fait le bonheur, et la mort ne me retirera des mains pas grand-chose. (...) Mon bonheur est d'augmenter celui des autres. J'ai besoin du bonheur de tous pour être heureux. J'admirais, je n'ai pas fini d'admirer, dans l'évangile un effort surhumain vers la joie. Le premier mot qui nous est rapporté du Christ, c'est « heureux... » son premier miracle, la métamorphose de l'eau en vin. Le vrai chrétien est celui que suffit à enivrer l'eau pure. C'est en lui-même que se répète le miracle de Cana. Gide, Les Nourritures terrestres,1897, pp. 268-270.
14. Claudel et le christianisme ont vu bien plus profond en pensant que cette éphémère jouissance était la seule possible sur terre. Mais ils ont eu tort d'affirmer pour un au-delà la possession de la joie. C'est qu'ils n'ont pas eu le courage de reconnaître l'illusion qu'était ce bonheur fixe. Le bonheur n'est que cette palpitation précaire de la main tendue vers son bien. Il n'est que cela. J. Rivière, Correspondance[avec Alain-Fournier] 1908, p. 43.
15. Devoir d'être heureux : il n'est pas difficile d'être malheureux ou mécontent; il suffit de s'asseoir, comme fait un prince qui attend qu'on l'amuse; ce regard qui guette et pèse le bonheur comme une denrée jette sur toutes choses la couleur de l'ennui; (...) il est toujours difficile d'être heureux; c'est un combat contre beaucoup d'événements et contre beaucoup d'hommes; il se peut que l'on y soit vaincu; (...) il est impossible que l'on soit heureux si l'on ne veut pas l'être; il faut donc vouloir son bonheur et le faire. Ce que l'on n'a point assez dit, c'est que c'est un devoir aussi envers les autres que d'être heureux. Alain, Propos,1923, p. 472.
16. Les mâles n'ont pas d'âme pour la félicité. À leurs yeux, le bonheur est un état négatif, insipide au sens littéral du mot, dont on ne prend conscience que par un malheur caractérisé; le bonheur s'obtient en n'y pensant pas. Un jour, on fait réflexion sur soi-même, on se rend compte qu'on n'a pas trop d'ennuis : on se dit alors qu'on est heureux. Et on dresse en règle de conduite ce fameux poncif, que le bonheur ne s'obtient qu'à la condition de ne pas le rechercher. (...) C'est un homme, Goethe, qui a parlé du « devoir du bonheur ». Et c'est un homme encore, Stendhal, qui a écrit ce mot magnifique, et qui va si loin (il contient toute une philosophie et toute une morale) : « Je ne respecte rien au monde comme le bonheur. » Mais ces hommes-là étaient des hommes supérieurs (...). On a dit cent fois l'espèce de malaise qui s'empare de l'homme quand il se trouve arrivé à un stand-point, dans un état d'équilibre où il n'y a plus en lui de désirs : cette sorte de malaise rappelle celui qu'on éprouve dans un canot à pétrole, si le moteur s'arrête par accident, sur une mer étale. De là vient que la conscience du bonheur donne une si grande sensation de solitude. Cela est méconnu souvent. Il arrive, toutefois, que l'homme ait une conception positive du bonheur. Le bonheur est alors pour lui la satisfaction de la vanité. (...) La femme, au contraire, se fait une idée positive du bonheur. C'est que, si l'homme est plus agité, la femme est plus vivante. Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 1003.
17. ... quand tu parles de bonheur, ou bien tu parles d'un état de l'homme qui est d'être heureux comme d'être sain, et je n'ai point d'action sur cette ferveur des sens, ou bien tu parles d'un objet saisissable que je puis souhaiter de conquérir. Et où donc est-il? « Tel homme est heureux dans la paix, tel autre est heureux dans la guerre, tel souhaite la solitude où il s'exalte, tel autre a besoin pour s'en exalter des cohues de fête, tel demande ses joies aux méditations de la science, laquelle est réponse aux questions posées, l'autre, sa joie, la trouve en Dieu en qui nulle question n'a plus de sens. (...) Ainsi t'échappe ce fantôme sans entrailles que vainement tu prétendais saisir. Si tu veux comprendre le mot, il faut l'entendre comme récompense et non comme but, car alors il n'a point de signification. » Saint-Exupéry, Citadelle,1944, pp. 695-696.
Rem. 1. Contrairement au plaisir, le bonheur s'associe gén. à l'idée de continuité, de longue durée. Mais il est envisagé parfois comme un état très bref; d'où certaines assoc. de prime abord paradoxales : quelques éclairs de ce bonheur calme (Maine de Biran, Journal 2, 1824, p. 115); une seconde d'un bonheur suraigu et surhumain, idéal et charnel, affolant, inoubliable (Maupassant, Contes et nouvelles, t. 1, Réveil, 1883, p. 880), etc., qui justifient la rem. de Lal. : ,,L'idée de durée n'est pas essentielle au bonheur, ...`` :
18. Sois heureux avec le moment. Tout bonheur qui dure est malheur. Aie du respect pour tous les moments, et ne fais point de liaisons entre les choses. N'attarde pas le moment : tu laisserais une agonie. Vois : tout moment est un berceau et un cercueil : que toute vie et toute mort te semblent étranges et nouvelles. Schwob, Le Livre de Monelle,1894, p. 19.
Rem. 2. Par affaiblissement sém., bonheur peut être employé comme (quasi)synon. de plaisir :
19. ... des pédagogues ... accoururent pour mettre de la clarté dans son esprit. « C'est bien simple, lui dirent-ils, les bonnes actions sont celles qui nous sont utiles, c'est-à-dire celles qui rendent vraiment heureux. Les mauvaises sont celles qui nous sont nuisibles, c'est-à-dire celles qui nous rendent malheureux ». J'entends, dit l'instituteur, mais que dirai-je à un homme qui me déclarera : il est évident que j'abuse de l'absinthe et que je finirai par une attaque de delirium tremens, mais mon plaisir c'est l'apéritif redoublé tous les soirs et moyennant cette série de bonheurs immédiats, j'accepte parfaitement un désagrément pour l'avenir. Barrès, Mes cahiers,t. 8, 1909-10, p. 45.
SYNT. a) Bonheur complet, conjugal, domestique, éternel (le bonheur d'une éternité passée dans la contemplation de l'Être suprême ... bonheur éternel : Chateaubriand, Les Martyrs, 1810, p. 169), futur, humain, inespéré, parfait, passé, perdu, public, suprême, terrestre, universel; grand, immense bonheur; heureux du bonheur de. b) Bonheur de (la/sa) famille, de l'homme, de l'humanité; chance(s), excès, jours, promesse(s), rêve, secret, souvenir, vie (de/du) bonheur; au comble du bonheur, pour comble de bonheur. c) Bonheur (de/d') aimer, être, faire, plaire, posséder, pouvoir, rencontrer, revoir, voir; apporter, assurer, devoir, envier, goûter, promettre, rendre, retrouver, rêver, sacrifier, trouver (le/son) bonheur (à/de); jouir, souhaiter du bonheur; (arg.) aller au bonheur. (Quasi-) synon. faire l'amour (E. et J. de Goncourt, Journal, 1852, p. 69).
PARAD. a) (Quasi-)synon. béatitude, enchantement, euphorie, extase, prospérité, ravissement, sérénité. b) (Quasi-)anton. angoisse, anxiété, inquiétude.
Proverbe. L'argent ne fait pas le bonheur, le malheur des uns fait le bonheur des autres.
2. [Le bonheur dans des situations particulières] :
20. « Frère, lui dis-je avec un air d'intérêt, savez-vous ce que c'est que le bonheur! » Il me regarda avec de grands yeux, avala une bouchée avant de me répondre : « Le bonheur! me dit-il enfin; de quel bonheur parlez-vous? » (...) Depuis que je suis du monde, j'en ai eu de mille sortes : enfant, j'ai eu le bonheur d'avoir une mère, pendant qu'il y en a tant qui n'ont ni père ni mère; (...) homme fait, j'ai eu le bonheur de voyager aux frais du public et de m'instruire des mœurs et des usages de tous les peuples; vous voyez que voici bien des bonheurs. − Je vous comprends, mon brave; mais tous ces bonheurs ne sont que des fractions de bonheur, des espèces diverses d'une seule famille : comment comprenez-vous le bonheur en général? − Comme il n'y a pas de vagabond en général, je ne puis vous répondre. Seulement, dans le cours de ma vie, j'ai observé que pour un homme bien portant, le bonheur c'était un verre de vin et un morceau de lard; pour un homme malade, c'était d'être couché tout seul dans un bon lit à l'hôpital. Janin, L'Âne mort et la femme guillotinée,1829, pp. 67-68.
21. ... le bonheur n'est pas exigeant en fait de cadre. Une chaumière et un cœur! dit la romance : un grenier et le contentement d'esprit suffisent encore. Tant qu'on a un endroit pour travailler en paix et pour reposer sa tête, tant qu'on a un cœur pour épancher ses peines et pour partager ses joies, on a le nécessaire, on peut vivre, on peut même se dire privilégié, et j'oubliais le pain quotidien, la santé, l'indépendance, la profession choisie et autres ingrédients du bonheur qui te sont en outre accordés et qui ne sont pas peu de chose. Amiel, Journal intime,1866, p. 235.
22. Comment y a-t-il encore des hommes pour s'obstiner dans vos demeures! Comment y trouvent-ils encore ce peu de joie, ce rien de bonheur nécessaire pourtant à la vie? ... Mais moi-même, après tout, n'ai-je pas vécu là de ces minutes qui font sentir dans toute sa force animale le simple bonheur que c'est de vivre? Sous ces petites palmeraies, impressionnantes d'isolement et de résignation, j'ai connu le délice de se désaltérer à l'eau un peu terreuse qui coule dans la séguia, ... J. et J. Tharaud, La Fête arabe,1912, p. 153.
23. ... mon bonheur inouï, ne pouvant ignorer sa fragilité, avait-il quelque chose de plus pur et de plus bouleversant. Mais comment le dire? On n'exprime pas le bonheur... Je me tus. Et, dans le silence, j'éprouvai profondément mon bonheur. Mais il n'était pas triomphant : c'était un bien fragile, délicat, dont la fragilité même faisait le prix. Il était fait de sensations toutes simples : celle de voir Maurice à côté de moi, celle de posséder la certitude de sa présence; celle de se laisser envahir par la lumière tendre et de s'être évadée de l'existence quotidienne. Daniel-Rops, Mort, où est ta victoire?1934, pp. 311-312.
3. [Le bonheur dans ses manifestations extérieures] :
24. Je conçois que votre bonheur vous accable en quelque sorte. C'est l'effet de la surprise, c'est l'effet de la violence de la passion; les transports de la joie ne durent que quelques momens, l'ame ensuite se concentre dans elle-même, et se répand peu au-dehors. Il est trois sortes de gens qui parlent peu, ce sont les savans et les gens fort heureux ou fort malheureux; ainsi l'on peut dire que le savoir, la douleur et le bonheur sont muets. Les uns ont trop à dire pour parler, et les autres ne trouvent point d'expressions qui puissent les satisfaire. La nature même leur refuse les moyens ordinaires de manifester leurs sentimens : ... Sénac de Meilhan,L'Émigré,1797, p. 1885.
25. ... ce jeune homme, (...) plein d'affection pour tous, parce qu'il était heureux et que le bonheur rend bons les méchants eux-mêmes, versait jusque sur son juge la douce affabilité qui débordait de son cœur. Edmond n'avait dans le regard, dans la voix, dans le geste, tout rude et tout sévère qu'avait été Villefort envers lui, que caresses et bonté pour celui qui l'interrogeait. Dumas père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 78.
26. Je l'entourai de tant d'amour que les ombres du jour s'écarteront sur son passage, le bonheur sera dans ses yeux comme la couleur bleue dans la transparence du ciel, je la veux heureuse afin de rendre aimable le bonheur... J. Bousquet, Traduit du silence,1935-36, p. 239.
4. P. compar. :
27. ... les souvenirs les plus vivants et les plus enivrants ne sont pas ceux qui, mêlés de joie et de peine, nous ont demandé des années entières pour ne laisser qu'un mot après eux. Les plus puissants sont ces moments de bonheur inouï qui éclatent dans la vie comme un incendie, qui l'éclairent et la brûlent durant quelques heures, et qui, lorsqu'ils sont éteints, se représentent à nous affranchis de tous soins endurés pour les obtenir, libres de tout désespoir de les avoir perdus. Soulié, Les Mémoires du diable,1837, p. 182.
28. Octave Lanoue fumait une petite pipe en bois d'olivier. Il portait légèrement inclinée sur l'épaule sa tête qui est fine et agréable à voir. Sa figure exprimait un bonheur si calme qu'il ressemblait à l'absence, au vide, au néant, elle exprimait un bonheur habituel, enfin quelque chose de comparable au bonheur d'une pendule qui est remontée pour cent ans, au bonheur d'une pierre qui tombe dans l'espace pour l'éternité. G. Duhamel, Confession de minuit,1920, p. 64.
5. P. métaph. :
29. Puisqu'ils se croyaient heureux, ils l'étaient en effet, le bonheur ne dépendant que de l'idée qu'on s'en forme. (...) cage plus ou moins large pour des bêtes petites ou grandes; le milan étoufferait dans celle où le serin vole à l'aise, et d'autres, où l'on enferme des vautours, feraient mourir les lions; mais que les barreaux soient resserrés ou élargis, il arrive un jour où l'on se trouve tout haletant sur le bord, regardant le ciel et rêvant l'espace sans limites. Flaubert, La 1reÉducation sentimentale,1845, pp. 120-121.
30. Nous attendons, l'âme ouverte, des cascades d'événements heureux. Il n'en arrive que d'à moitié bons et nous sanglotons tout de suite. Le bonheur, le vrai bonheur, j'ai appris à le connaître. Il ne consiste point dans la venue subite d'une grande félicité, car elles sont bien rares et bien courtes, les grandes félicités, et elles vous laissent, une fois passées, l'âme plus sombre, comme font les éclairs dans la nuit; mais il réside simplement dans l'attente tranquille et patiente d'une foule d'allégresses qui n'arrivent jamais. Le bonheur, c'est l'attente, l'attente heureuse, la confiance, c'est un horizon plein d'espérance, c'est le rêve! Oui, ma chère, il n'y a de bon que le rêve, ... Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Souvenirs, 1884, p. 1291.
31. Il sentait qu'il avait manqué le bonheur; mais il ne songeait pas à se plaindre : il savait que le bonheur existait ... soleil, je n'ai pas besoin de te voir pour t'aimer! (...). Et il pensait que, pas plus que la foi ou le manque de foi, ce ne sont les enfants ou le manque d'enfants qui font le bonheur ou le malheur de celles qui se marient et de celles qui ne se marient pas. Le bonheur est le parfum de l'âme, l'harmonie du cœur qui chante. Et la plus belle des musiques de l'âme, c'est la bonté. R. Rolland, Jean-Christophe,Les Amies, 1910, pp. 1247-1248.
6. P. méton., avec personnification ou valeur allégorique :
32. ... on se sent défendu par le feu qui ronfle, par la marmite qui fume, par tout cet humble bonheur − et même par cette odeur provocante d'oignons, tout pareils à de petits fruits blancs, dans une assiette. Un vrai dîner de famille, de ces dîners d'hiver, plus intimes, plus cordiaux que les autres, où le bonheur frileux vient se blottir près du feu. Dorgelès, Les Croix de bois,1919, p. 123.
33. Hier, le bonheur est entré tout à coup, comme jadis, et il s'est tenu un instant dans le grand salon silencieux et sombre. Nous étions debout devant une fenêtre et nous regardions la pluie qui tissait son voile dans le ciel obscurci, (...) j'ai senti que le bonheur était proche, humble comme un mendiant et magnifique comme un roi. Il est toujours là (mais nous n'en savons rien), frappant à la porte pour que nous lui ouvrions, et qu'il entre, et qu'il soupe avec nous. Green, Journal,1940, p. 9.
7. En interj. :
34. O bonheur, bonheur! Une lettre de Raynaud qui décide ton mariage, qui demande à papa de me laisser venir à ta noce. Je ne pourrai pas, je crains bien, jouir de ce beau jour; mais pourvu qu'il vienne, que je sache ta félicité, quoique de loin, je suis contente, ... E. de Guérin, Journal,1838, p. 227.
35. Quelle joie de n'avoir qu'à dire : oui. Avec ma vie déjà usée, avec ma peau plus toute neuve, je fabriquais du bonheur pour l'homme que j'aimais : quel bonheur! (...). C'était chaque jour le même paysage d'eau et d'herbe, le même bruit de machine et d'eau : mais nous aimions qu'un seul matin ressuscitât de matin en matin, un seul soir de soir en soir. C'est ça le bonheur : tout nous était bon. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 423.
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [bɔnœ:ʀ]. ,,Ménage remarque que dans les provinces on prononçait bonhur; ce qu'il condamne; cette prononciation existe encore dans les provinces du Midi; elle est tout à fait à rejeter`` (Littré). Pour la dénasalisation de [ɔ ̃], cf. bon1. 2. Homon. : (de) bonne heure.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. Ca 1121 « fatalité heureuse, chance » (S. Brandan, éd. E.G.R. Waters, 362 dans T.-L. s.v. ëur); 1668 par bonheur loc. adv. (La Font., Fab., VI, 3 dans Rob.); 2. xves. « bien être, félicité » (Froiss., I, I, 41 dans Littré); cf. 1534 (Rab., Garg., I, 58, ibid.). Composé de bon1* et de heur*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 19 268. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 42 827, b) 23 077; xxes. : a) 22 200, b) 19 680.
BBG. − Cassagneau (M.). Vox media. Vie Lang. 1969, p. 433. − Cohen 1946, p. 47, 75. − Darm. Vie 1932, p. 145, 190. − Fabre-Luce (A.). Les Mots qui bougent. Paris, 1970, p. 33. − Logre. Le Bonheur. Vie Lang. 1957, pp. 207-209. − Mat. Louis-Philippe 1951, p. 202. − Rohou (J.). Le Bonheur, la joie, le plaisir dans les tragédies de Racine. Cah. raciniens. 1968, no24, pp. 16-19; 1969, no25, pp. 11-81.

Wiktionnaire

Nom commun

bonheur \bɔ.nœʁ\ masculin

  1. État heureux causé par une complète satisfaction.
    • J’ai passé neuf ans près de toi, neuf ans d’un bonheur qui n’était pas fait pour ce monde ; c’est plus qu’aucun homme n’en a jamais obtenu. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Sentir un amour, un dévouement immense pour celui qu’on aime, et rencontrer dans son cœur, à lui, un sentiment infini où l’âme d’une femme se perd, et toujours ! dites, est-ce un bonheur ? — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Il est en nous un sentiment inné, développé d’ailleurs outre mesure par la Société, qui nous lance à la recherche, à la possession du bonheur. La plupart des hommes confondent le bonheur avec ses moyens, et la fortune est, à leurs yeux, le plus grand élément du bonheur. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Aussi s’était-elle, dès le premier moment, laissée aller avec un sentiment de bonheur indéfinissable, à la pente qui l’entraînait vers le Cœur-Loyal, et l’amour s’était installé en maître dans son âme. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Cet homme n’est pas heureux, et cependant j’envie son bonheur. Dites-moi ce qu’il y a à répondre à cela, sinon que le bonheur est en nous, en chacun de nous, et que c’est le désir de ce qu’on n’a pas ! — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
    • Elle ne savait pas, jeune fille de dix-sept ans, depuis longtemps orpheline, que le bonheur n’est jamais pour nous qu’un visiteur furtif ; qu’il luit et s’évanouit comme l’éclair et laisse dans l’âme une saveur de cendre amère, des jonchées de ruines et d’illusions brisées. — (Out-el-Kouloub, Zaheira, dans « Trois contes de l’Amour et de la Mort », 1940)
    • Des souvenirs lui revenaient par bribes. Il se remémorait le bonheur qu’il avait découvert à marcher dans les champs ou à travers les bois. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Moi j’en ai rien à foutre d'être quelqu'un. Je suis un mec sans ambition. Moi mon bonheur, c'est la pêche et le pastaga. Tu vois, ça va pas chercher bien loin. — (David Thomas, Je n'ai pas fini de regarder le monde, Albin michel, 2012)
    • " Le bonheur est un puzzle dont il convient de replacer les éléments chaque matin " (Yves Michallet le bonheur d'être vous)
  2. Événement heureux.
    • Il est toujours égal au milieu de tous les malheurs et de tous les bonheurs du monde.
    • Il lui est arrivé plusieurs bonheurs en un jour.
  3. Chance favorable.
    • Il a eu le bonheur d’éviter ce danger.
    • Il s’en est tiré par le plus grand bonheur du monde.
    • Quel bonheur qu’il ne nous ait pas reconnus !
  4. (Familier) Réussite, prospérité.
    • Les immenses succès obtenus par la civilisation matérielle ont fait croire que le bonheur se produirait tout seul, pour tout le monde, dans un avenir tout prochain.— (Georges Sorel, Lettre à Daniel Halévy, 15 juillet 1907, dans Réflexions sur la violence, 1908)
    • Avoir un bonheur insolent.
    • Jouer de bonheur.
  5. Bon hasard, par des circonstances heureuses, dans les choses qu’on entreprend.
    • Il a eu du bonheur toute sa vie.
    • Avoir un bonheur constant.
  6. Résultat variable d’une action (généralement au pluriel).
    • Plusieurs peintres de Venise, de Ferrare et de Brescia avaient utilisé avec des bonheurs divers de tels procédés. — (Georges Perec, Un cabinet d’amateur, 1979, Le Livre de Poche, page 96)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BONHEUR. n. m.
Félicité, état heureux, prospérité. Bonheur parfait, solide, durable. Bonheur sans mélange. Bonheur apparent. Goûter le bonheur. Jouir du bonheur de la vie. Rien ne trouble son bonheur. Le bonheur de l'État. Contribuer au bonheur de quelqu'un, faire son bonheur. Envier le bonheur d'autrui. Son plus grand bonheur est de... Il signifie aussi Événement heureux, chance favorable. Bonheur inespéré. Il lui est arrivé un grand bonheur. Prendre part au bonheur de quelqu'un. Un coup de bonheur. Il a eu le bonheur d'éviter ce danger. Il s'en est tiré par le plus grand bonheur du monde. Ô bonheur! Quel bonheur qu'il ne nous ait pas reconnus! Dans ce sens, il a un pluriel. Il lui est arrivé plusieurs bonheurs en un jour. Avoir du bonheur, Être favorisé par le hasard, par des circonstances heureuses, dans les choses qu'on entreprend. Il a eu du bonheur toute sa vie. Avoir un bonheur constant. Avoir plus de bonheur que de prudence. C'est avoir bien du bonheur. On dit dans un sens analogue Son bonheur parut l'abandonner. Il abuse de son bonheur, etc. On dit de même, aux Jeux de hasard, Jouer avec bonheur. Être en bonheur, etc. Fam., Avoir un bonheur insolent, se dit d'une Personne qui réussit constamment, malgré les fautes, les erreurs qu'elle commet. Fig. et fam., Jouer de bonheur, Réussir dans une affaire où l'on avait à craindre d'échouer. Fam. et pop., Au petit bonheur, Arrive ce qu'il pourra. Je fais ce marché au petit bonheur. Avoir le bonheur de. Façon de parler dont on se sert par civilité, par compliment. Il est trop heureux, puisqu'il a eu le bonheur de plaire. Depuis que je n'ai eu le bonheur de vous voir.

PAR BONHEUR, loc. adv. Heureusement. Par bonheur, je me trouvai avoir assez d'argent pour le payer. Par bonheur pour lui, je me trouvai là.

Littré (1872-1877)

BONHEUR (bo-neur ; Ménage remarque que dans les provinces on prononçait bonhur ; ce qu'il condamne ; cette prononciation existe encore dans les provinces du Midi ; elle est tout à fait à rejeter) s. m.
  • 1Événement heureux ; chance favorable. Il a eu le bonheur que l'âge ne l'a point miné lentement et ne lui a point fait une longue et languissante vieillesse, Fontenelle, Lahire. Le bonheur peut conduire à la grandeur suprême, Corneille, Cinna, II, 1. Puisqu'il tient à bonheur d'être l'un de nous deux, Corneille, Rod. IV, 1. J'ai craint un ennemi, mon bonheur me le livre, Corneille, Héracl. IV, 4.

    Succès. Le bonheur des armes françaises.

    Dans ce sens il s'emploie aussi au pluriel. Il lui pourrait arriver tous les malheurs et tous les bonheurs du monde, Vaugelas, Remarques. Depuis un certain temps il lui est arrivé des bonheurs de toutes sortes, Th. Corneille, Remarques. Il est toujours égal au milieu de tous les malheurs et de tous les bonheurs du monde, Chifflet, Grammaire, p. 35. De combien de petits bonheurs l'homme du monde n'est-il pas entouré ! Marivaux, dans LAVEAUX.

    Porter bonheur, annoncer, procurer bonne chance. J'avais fait venir M. Bailli pour me porter bonheur, Sévigné, 531.

    Avoir du bonheur, être favorisé par le hasard.

    Jouer avec bonheur, être en bonheur, avoir la chance au jeu ; et figurément, jouer de bonheur, réussir contre toute espérance.

    Familièrement. Au petit bonheur ! Arrive ce qu'il pourra !

    Par bonheur, par bonne chance. Un voyageur Qui s'était muni par bonheur Contre les mauvais temps…, La Fontaine, Fabl. VI, 3.

    De bonheur, se dit dans le même sens. De bonheur pour elle, ces gens partirent presque aussitôt, La Fontaine, Psyché, II, p. 118.

  • 2État heureux, état de pleine satisfaction et de jouissance. Le comble du bonheur. Il n'est pas de plus grand bonheur. Après avoir joui d'un bonheur constant. La vertu fait le bonheur. Le bonheur des méchants comme un torrent s'écoule, Racine, Athal. II, 7. Je faisais le bonheur d'un héros tel que vous, Racine, Mithr. IV, 4. … Le sort, qui toujours change, Ne vous a pas promis un bonheur sans mélange, Racine, Iph. I, 1. Le bonheur a cela de la mer et du flux Qu'il doit diminuer sitôt qu'il ne croît plus, Mairet, Sophon. IV, 1. Dieux puissants qui veillez au bonheur de la terre, Brébeuf, Phars. VII. Le roi qui fait le bonheur de tant de peuples, Fénelon, Tél. II. Je ferai votre bonheur, pourvu que vous sachiez en jouir, Fénelon, Tél. I. Près du bonheur extrême est l'extrême infortune, Chénier M. J. Œdipe roi, V, 4. Dans le cours de nos ans, étroit et court passage, Si le bonheur qu'on cherche est le prix du vrai sage, Qui pourra me donner ce trésor précieux ? Voltaire, 2e Discours. Mais quel bonheur honteux, cruel, empoisonné…, Voltaire, Orphel. III, 4. Que sont ces biens peu sûrs, près des plaisirs du cœur ? Tout l'univers vaut-il un instant de bonheur ? Gilbert, Didon à Énée. Le vois-tu bien, là-bas, là-bas, Là-bas, là-bas ? dit l'espérance ; Bourgeois, manants, rois et prélats Lui font de loin la révérence ; C'est le bonheur, dit l'espérance, Béranger, Bonheur. Car Dieu mit ces degrés aux fortunes humaines ; Les uns vont tout courbés sous le fardeau des peines ; Au banquet du bonheur bien peu sont conviés, Hugo, F. d'automne, 32.

    Le bonheur éternel, la félicité des élus.

  • 3Le bonheur de, avec un infinitif, c'est-à-dire la satisfaction intime, le bonheur. Il a eu le bonheur de conserver longtemps sa mère. Toutes deux d'une si heureuse constitution, qu'elles semblaient nous promettre le bonheur de les conserver un siècle entier, Bossuet, Marie-Thér. Le bonheur de lui plaire est le seul où j'aspire, Racine, Brit. III, 8.

    Avoir le bonheur de, formule de civilité. Depuis que j'ai eu le bonheur de vous voir.

  • 4Bonheur du jour, sorte de petit meuble où l'on serre les papiers et les petits objets auxquels on tient. Parfois cependant il range à sa manière ; ce matin, par exemple, il a ouvert le bonheur du jour, et vidé les tiroirs, Mme Reybaud, dans Rev. des deux mondes, 1er juillet 1859, p. 14.

SYNONYME

1. BONHEUR, FÉLICITÉ, BÉATITUDE. Bonheur veut dire proprement bonne chance, et, par conséquent, il exprime l'ensemble des circonstances, des conditions favorables qui font que nous sommes bien. Il a donc un caractère extérieur, objectif, qui en fait la nuance avec félicité. La félicité n'est point liée à ces conditions du dehors ; elle est plus propre à l'âme même ; aussi on ne dira pas : la félicité que les richesses procurent ; mais on dira : le bonheur qu'elles procurent. La béatitude, qui est du style mystique, est la félicité destinée, dans une autre vie, à ceux qui auront pratiqué la vertu dans celle-ci.

2. BONHEUR, CHANCE., Ce qui distingue ces deux mots, c'est que chance est tout à fait indéterminé, et que bonheur ne l'est pas. Le bonheur est la bonne chance ; tandis que la chance peut être aussi bien mauvaise que bonne.

HISTORIQUE

XIIe s. Et j'atendrai… Joie d'amour, se bon eür m'i maine, Couci, XI.

XIIIe s. [Que] Dame Diex par sa grace lui renvoit bon eür, Berte, XLI. Et miex vient de bon eür nestre, Qu'estre de bons [riches], c'est dit pieça, Lai de l'ombre.

XVe s. Et prioit moult gracieusement que chacun se peinast de bien faire la besogne et garder son bonheur, Froissart, I, I, 41.

XVIe s. Paoures humains, qui bon heur attendez, Rabelais, Garg. I, 58. Si en allant en quelque voyage ils rencontrent une de ces bestes, ils le reputent de bon-heur, Paré, XXIII, 27. Le pays à qui je dois Le bon-heur de ma naissance, Ronsard, 431.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BONHEUR. - HIST.

XVIe s. Ajoutez : M'egarant par les champs, du bon-heur adressé, Je decouvre à mes pieds un jouvenceau blessé, Desportes, Roland furieux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BONHEUR, s. m. (Morale.) se prend ici pour un état, une situation telle qu’on en desireroit la durée sans changement ; & en cela le bonheur est différent du plaisir, qui n’est qu’un sentiment agréable, mais court & passager, & qui ne peut jamais être un état. La douleur auroit bien plûtôt le privilége d’en pouvoir être un.

Tous les hommes se réunissent dans le desir d’être heureux. La nature nous a fait à tous une loi de notre propre bonheur. Tout ce qui n’est point bonheur nous est étranger : lui seul a un pouvoir marqué sur notre cœur ; nous y sommes tous entraînés par une pente rapide, par un charme puissant, par un attrait vainqueur ; c’est une impression ineffaçable de la nature qui l’a gravé dans nos cœurs, il en est le charme & la perfection.

Les hommes se réunissent encore sur la nature du bonheur. Ils conviennent tous qu’il est le même que le plaisir, ou du moins qu’il doit au plaisir ce qu’il a de plus piquant & de plus délicieux. Un bonheur que le plaisir n’anime point par intervalles, & sur lequel il ne verse pas ses faveurs, est moins un vrai bonheur qu’un état & une situation tranquille : c’est un triste bonheur que celui-là. Si l’on nous laisse dans une indolence paresseuse, où notre activité n’ait rien à saisir, nous ne pouvons être heureux. Pour remplir nos desirs, il faut nous tirer de cet assoupissement où nous languissons ; il faut faire couler la joie jusqu’au plus intime de notre cœur, l’animer par des sentimens agréables, l’agiter par de douces secousses, lui imprimer des mouvemens délicieux, l’enivrer des transports d’une volupté pure, que rien ne puisse altérer. Mais la condition humaine ne comporte point un tel état : tous les momens de notre vie ne peuvent être filés par les plaisirs. L’état le plus délicieux a beaucoup d’intervalles languissans. Après que la premiere vivacité du sentiment s’est éteinte, le mieux qui puisse lui arriver, c’est de devenir un état tranquille. Notre bonheur le plus parfait dans cette vie, n’est donc, comme nous l’avons dit au commencement de cet article, qu’un état tranquille, semé çà & là de quelques plaisirs qui en égayent le fond.

Ainsi la diversité des sentimens des philosophes sur le bonheur, regarde non sa nature, mais sa cause efficiente. Leur opinion se réduit à celle d’Epicure, qui faisoit consister essentiellement la félicité dans le plaisir. Voyez cet article. La possession des biens est le fondement de notre bonheur, mais ce n’est pas le bonheur même ; car que seroit-ce si les ayant en notre puissance, nous n’en avions pas le sentiment ? Ce fou d’Athenes qui croyoit que tous les vaisseaux qui arrivoient au Pirée lui appartenoient, goûtoit le bonheur des richesses sans les posséder ; & peut-être que ceux à qui ces vaisseaux appartenoient véritablement, les possédoient sans en avoir de plaisir. Ainsi, lorsqu’Aristote fait consister la félicité dans la connoissance & dans l’amour du souverain bien, il a apparemment entendu définir le bonheur par ses fondemens : autrement il se seroit grossierement trompé ; puisque, si vous sépariez le plaisir de cette connoissance & de cet amour, vous verriez qu’il vous faut encore quelque chose pour êre heureux. Les Stoïciens, qui ont enseigné que le bonheur consistoit dans la possession de la sagesse, n’ont pas été si insensés que de s’imaginer qu’il fallût séparer de l’idée du bonheur la satisfaction intérieure que cette sagesse leur inspiroit. Leur joie venoit de l’ivresse de leur ame, qui s’applaudissoit d’une fermeté qu’elle n’avoit point. Tous les hommes en général conviennent nécessairement de ce principe ; & je ne sai pourquoi il a plu à quelques auteurs de les mettre en opposition les uns avec les autres, tandis qu’il est constant qu’il n’y a jamais eu parmi eux une plus grande uniformité de sentimens que sur cet article. L’avare ne se repaît que de l’espérance de joüir de ses richesses, c’est-à-dire, de sentir le plaisir qu’il trouve à les posséder. Il est vrai qu’il n’en use point : mais c’est que son plaisir est de les conserver. Il se réduit au sentiment de leur possession, il se trouve heureux de cette façon ; & puisqu’il l’est, pourquoi lui contester son bonheur ? chacun n’a t-il pas droit d’être heureux, selon que son caprice en décidera ? L’ambitieux ne cherche les dignités que par le plaisir de se voir élevé au-dessus des autres. Le vindicatif ne se vengeroit point, s’il n’espéroit de trouver sa satisfaction dans la vengeance.

Il ne faut point opposer à cette maxime qui est certaine, la morale & la religion de J. C. notre Législateur & en même tems notre Dieu, lequel n’est point venu pour anéantir la nature, mais pour la perfectionner. Il ne nous fait point renoncer à l’amour du plaisir, & ne condamne point la vertu à être malheureuse ici-bas. Sa loi est pleine de charmes & d’attraits ; elle est toute comprise dans l’amour de Dieu & du prochain. La source des plaisirs légitimes ne coule pas moins pour le Chrétien que pour l’homme profane : mais dans l’ordre de la grace il est infiniment plus heureux par ce qu’il espere, que par ce qu’il possede. Le bonheur qu’il goute ici-bas devient pour lui le germe d’un bonheur éternel. Ses plaisirs sont ceux de la modération, de la bienfaisance, de la tempérance, de la conscience ; plaisirs purs, nobles, spirituels, & fort supérieurs aux plaisirs des sens. Voyez Plaisir.

Un homme qui prétendroit tellement subtiliser la vertu qu’il ne lui laissât aucun sentiment de joie & de plaisir, ne feroit assûrément que rebuter notre cœur. Telle est sa nature qu’il ne s’ouvre qu’au plaisir ; lui seul en sait manier tous les replis & en faire joüer les ressorts les plus secrets. Une vertu que n’accompagneroit pas le plaisir, pourroit bien avoir notre estime, mais non notre attachement. J’avoue qu’un même plaisir n’en est pas un pour tous : les uns sont pour le plaisir grossier, & les autres pour le plaisir délicat ; les uns pour le plaisir vif, & les autres pour le plaisir durable ; les uns pour le plaisir des sens, & les autres pour le plaisir de l’esprit ; les uns enfin pour le plaisir du sentiment, & les autres pour le plaisir de la réflexion : mais tous sans exception sont pour le plaisir. Consultez cet article.

On peut lire dans M. de Fontenelle les réflexions solides & judicieuses qu’il a écrites sur le bonheur. Quoique notre bonheur ne dépende pas en tout de nous, parce que nous ne sommes pas les maîtres d’être placés par la fortune dans une condition médiocre, la plus propre de toutes pour une situation tranquille, & par conséquent pour le bonheur, nous y pouvons néanmoins quelque chose par notre façon de penser. (C)

* Bonheur, Prospérité, (Gramm.) termes relatifs à l’état d’un être qui pense & qui sent. Le bonheur est l’effet du hasard ; il arrive inopinément. La prospérité est un bonheur continu, qui semble dépendre de la bonne conduite. Les fous ont quelquefois du bonheur. Les sages ne prosperent pas toûjours. On dit du bonheur qu’il est grand, & de la prospérité qu’elle est rapide. Le bonheur se dit & du bien qui nous est arrivé, & du mal que nous avons évité. La prospérité ne s’entend jamais que d’un bien augmenté par degrés. Le capitole sauvé de la surprise des Gaulois par les cris des oies sacrés, dit M. l’abbé Girard, est un trait qui montre le grand bonheur des Romains : mais ils doivent à la sagesse de leurs lois & à la valeur de leurs soldats, leur longue prospérité.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bonheur »

(XIIe siècle) Univerbation, → voir bon et heur.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bon et heur (voy. ce mot). L'étymologie, appuyée en cela par la synonymie, montre que le sens propre et primitif est bonne chance, et que le sens qui se rapproche de félicité est secondaire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bonheur »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bonheur bɔnœr

Évolution historique de l’usage du mot « bonheur »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bonheur »

  • On peut défaire n'importe quel bonheur par la mauvaise volonté. Émile Chartier, dit Alain, Minerve ou De la sagesse, Gallimard
  • Le bonheur est une chose terrible à supporter. Henri Alban Fournier, dit Alain-Fournier, Correspondance avec Jacques Rivière, Gallimard
  • L'homme qui réclame la liberté, c'est au bonheur qu'il pense. Claude Aveline, Avec toi-même, etc., Mercure de France
  • La barque de Caron va toujours aux enfers. Il n'y a pas de nautonier du bonheur. Gaston Bachelard, L'Eau et les Rêves, José Corti
  • Il y a du bonheur dans toute espèce de talent. Honoré de Balzac, Le Cabinet des antiques, Préface
  • La beauté se raconte encore moins que le bonheur. Simone de Beauvoir, La Force de l'âge, Gallimard
  • Je n'ai aucune espèce de joie à faire le bonheur des gens qui ne me plaisent pas. Paul, dit Tristan Bernard, Jules, Juliette et Julien, L'Illustration
  • Le bonheur est comme la vérole : pris trop tôt, il peut gâter complètement la constitution. Gustave Flaubert, Correspondance, à Louise Colet, 1853
  • On fait le délicat dans les jours de bonheur. Eschyle, Agamemnon, 1205 (traduction P. Mazon)
  • Mettez le bonheur dans la liberté, la liberté dans la vaillance. Thucydide, Histoire de la guerre du Péloponnèse, II, 43, 4 (traduction J. de Romilly)
  • Le bonheur est proche du malheur ; oui, le bonheur est proche du malheur. , Coran, XCIV, 5-6
  • Le souvenir du bonheur n'est plus du bonheur ; le souvenir de la douleur est de la douleur encore. George Gordon, lord Byron, Marino Faliero, II, 1
  • Le bonheur n'est jamais grandiose. Aldous Huxley, Brave New World, 16
  • Chercher le bonheur dans cette vie, c'est là le véritable esprit de rébellion. Henrik Ibsen, Les Revenants, I
  • L'homme jouit du bonheur qu'il ressent, et la femme de celui qu'elle procure. Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses
  • Je ne sépare point l'idée de bonheur de l'idée de perfection. Anne Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert, Lettres, à l'abbé ***
  • Mettre la sagesse à être heureux, cela est raisonnable ; cependant j'aimerais encore mieux mettre mon bonheur à être sage. Anne Thérèse de Marguenat de Courcelles, marquise de Lambert, Lettres, à l'abbé ***
  • Le bonheur, la faculté de jouir de toutes les choses de la vie et de l'esprit, est-il le privilège des seules natures grossières ? Valery Larbaud, A. O. Barnabooth, Journal intime , Gallimard
  • Il n'est pas au pouvoir de notre volonté de ne pas souhaiter d'être heureux. Nicolas Malebranche, De la recherche de la vérité
  • Il y a dans tous les succès humains une part mal définie de bonheur. André Maurois, Lyautey, Plon
  • Le bonheur est une fleur qu'il ne faut pas cueillir. André Maurois, Mémoires, Flammarion
  • La volupté même et le bonheur ne se perçoivent point sans vigueur et sans esprit. Michel Eyquem de Montaigne, Essais, I, 42
  • Il faudrait convaincre les hommes du bonheur qu'ils ignorent, lors même qu'ils en jouissent. Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu, Mes pensées
  • Le bonheur ne m'ennuie jamais. Henry Millon de Montherlant, Carnets, Gallimard
  • Le bonheur et le malheur sont toujours relatifs à quelque situation antécédente dont on conserve le souvenir. Charles Bonnet, Essai analytique sur les facultés de l'âme
  • Le bonheur s'attache aux plus fragiles aspects, et naît, de préférence, des choses minimes et du vent. Robert Brasillach, L'Enfant de la nuit, Plon
  • Un bonheur passionné ressemble à de l'angoisse. Ioánnis Papadhiamandopoúlos, dit Jean Moréas, Le Voyage de Grèce, La Plume
  • Le bonheur dans l'esclavage fait de nos jours figure d'idée neuve. Jean Paulhan, Le Bonheur dans l'esclavage, Pauvert
  • L'héroïsme est peu de chose, le bonheur est plus difficile. Albert Camus, Lettres à un ami allemand, Gallimard
  • Il n'y a pas de honte à préférer le bonheur. Albert Camus, La Peste, Gallimard
  • […] ce prolongement, cette multiplication possible de soi-même, qui est le bonheur […]. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs , Gallimard
  • Le vrai bonheur coûte peu ; s'il est cher, il n'est pas d'une bonne espèce. François René, vicomte de Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe
  • La musique est le refuge des âmes ulcérées par le bonheur. Émile Michel Cioran, Syllogismes de l'amertume, Gallimard
  • Le bonheur n'est pas le but mais le moyen de la vie. Paul Claudel, Journal, Gallimard
  • Le bonheur n'est pas un luxe ; il est en nous comme nous-mêmes. Paul Claudel, La Ville (2e version), III, Cœuvre , Mercure de France
  • À force de plaisirs notre bonheur s'abîme. Jean Cocteau, Vocabulaire, La Sirène
  • Soyez heureux, c'est là le vrai bonheur. Jean Commerson, Le Dessin humoristique, légende d'un dessin
  • Un bonheur nous vient-il, cherchons-en un nouveau. Léon Dierx, Aspirations, Le Dentu
  • Notre bonheur n'est qu'un malheur plus ou moins consolé. Jean-François Ducis, Cité par Charles Augustin Sainte-Beuve, Consolations, I
  • Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre. Eugène Grindel, dit Paul Eluard, Poésie ininterrompue, le Château des pauvres , Gallimard
  • Être heureux, c'est une vertu et une des plus puissantes. Joseph Arthur, comte de Gobineau, Les Pléiades
  • La réussite n'est souvent qu'une revanche sur le bonheur. Bernard Grasset, Remarques sur l'action, Gallimard
  • Qu'on déraisonne tristement sur le bonheur, c'est le sort de presque tous ceux qui en ont écrit. Melchior, baron de Grimm, Correspondance littéraire
  • Quand on voudra s'occuper utilement du bonheur des hommes, c'est par les Dieux du ciel que la réforme doit commencer. Paul Henri Thiry, baron d'Holbach, Système de la nature
  • Il n'y a de bonheur possible pour personne sans le soutien du courage. Émile Chartier, dit Alain, Minerve ou De la sagesse, Gallimard
  • […] Le bonheur, amie, est chose grave. Il veut des cœurs de bronze et lentement s'y grave. Victor Hugo, Hernani, V, 3, Hernani
  • Le bonheur est vide, le malheur est plein. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • Le bonheur, c'est tout de suite ou jamais. Marcel Jouhandeau, Éléments pour une éthique, Grasset
  • L'on veut faire tout le bonheur, ou, si cela ne se peut ainsi, tout le malheur de ce qu'on aime. Jean de La Bruyère, Les Caractères, Du cœur
  • Il ne faut jamais penser au bonheur ; cela attire le diable, car c'est lui qui a inventé cette idée-là pour faire enrager le genre humain. Gustave Flaubert, Correspondance, à Louise Colet, 1853
  • Le plus grand secret pour le bonheur, c'est d'être bien avec soi. Bernard Le Bovier de Fontenelle, Du bonheur
  • Un grand obstacle au bonheur, c'est de s'attendre à un trop grand bonheur. Bernard Le Bovier de Fontenelle, Du bonheur
  • On appelle bonheur un concours de circonstances qui permette la joie. Mais on appelle joie cet état de l'être qui n'a besoin de rien pour se sentir heureux. André Gide, Divers, Gallimard
  • Ne distingue pas Dieu du bonheur et place tout ton bonheur dans l'instant. André Gide, Les Nourritures terrestres, Gallimard
  • Où tu ne peux pas dire tant mieux, dis : tant pis, Nathanaël. Il y a là de grandes promesses de bonheur. André Gide, Les Nourritures terrestres, Gallimard
  • Ne peut rien pour le bonheur d'autrui celui qui ne sait être heureux lui-même. André Gide, Les Nouvelles Nourritures, Gallimard
  • Dieu n'a pas prévu le bonheur pour ses créatures : il n'a prévu que des compensations. Jean Giraudoux, Intermezzo, I, 6, l'inspecteur , Grasset
  • […] Un même fait porte des rameaux opposés et le malheur qu'il engendre annule le bonheur qu'il avait causé […]. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs , Gallimard
  • Ce qui pour nous fait le bonheur ou le malheur de notre vie consiste pour tout autre en un fait presque imperceptible. Marcel Proust, Jean Santeuil, Gallimard
  • Jconnaîtrai jamais le bonheur sur terre Je suis bien trop con. Raymond Queneau, L'Instant fatal, Gallimard
  • L'argent donne tout ce qui semble aux autres le bonheur. Henri de Régnier, Donc , Kra
  • Le goût mûrit aux dépens du bonheur. Jules Renard, Journal, 13 janvier 1908 , Gallimard
  • On n'est pas heureux : notre bonheur, c'est le silence du malheur. Jules Renard, Journal, 21 septembre 1894 , Gallimard
  • Le bonheur […] est un fruit délicieux, qu'on ne rend tel qu'à force de culture. Nicolas Edme Rétif, dit Restif de La Bretonne, Les Parisiennes
  • À quelque chose, bonheur aussi est bon. Pierre Reverdy, En vrac, Éditions du Rocher
  • L'univers est une énorme injustice. Le bonheur a toujours été une injustice. Jules Romains pseudonyme littéraire devenu ensuite le nom légal de Louis Farigoule, Les Hommes de bonne volonté, le Tapis magique , Flammarion
  • L'espèce de bonheur qu'il me faut, ce n'est pas tant de faire ce que je veux que de ne pas faire ce que je ne veux pas. Jean-Jacques Rousseau, Correspondance, à M. de Malesherbes
  • Un homme vraiment heureux ne parle guère et ne rit guère ; il resserre pour ainsi dire son bonheur autour de lui. Jean-Jacques Rousseau, Émile ou De l'éducation
  • Je me tresse un bonheur comme un panier de jonc, et j'y mets un grillon, une nuit de septembre, le ciel bien lessivé par un matin tout blond, une fille endormie qui se mélange à l'ombre. Claude Roy, Poésies, À regret , Gallimard
  • Si tu veux comprendre le mot de bonheur, il faut l'entendre comme récompense et non comme but. Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle, Gallimard
  • Le bonheur est une idée neuve en Europe. Louis Antoine Léon Saint-Just, Rapport à la Convention, 3 mars 1794
  • Le bonheur n'est jamais triste ou gai. Il est le bonheur. Armand Salacrou, Histoire de rire, Gallimard
  • Lorsqu'on souffre d'une vraie souffrance, comme on regrette même un faux bonheur ! Armand Salacrou, Histoire de rire, Gallimard
  • Nous sommes beaucoup plus malheureux dans le malheur qu'heureux dans le bonheur. Armand Salacrou, Histoire de rire, Gallimard
  • Tout bonheur que la main n'atteint pas n'est qu'un rêve. Joseph-Marie, dit Joséphin Soulary, Sonnets humoristiques, Rêves ambitieux
  • La gloire elle-même ne saurait être, pour une femme, qu'un deuil éclatant du bonheur. Anne Louise Germaine Necker, baronne de Staël-Holstein, dite Mme de Staël, Corinne ou l'Italie
  • La beauté n'est que la promesse du bonheur. Henri Beyle, dit Stendhal, De l'amour
  • Il est difficile de ne pas s'exagérer le bonheur dont on ne jouit pas. Henri Beyle, dit Stendhal, Journal
  • J'appelle caractère d'un homme sa manière habituelle d'aller à la chasse du bonheur, en termes plus clairs, mais moins significatifs : l'ensemble de ses habitudes morales. Henri Beyle, dit Stendhal, Vie de Henry Brulard
  • Le vrai bonheur est une contemplation active. Isaac Félix, dit André Suarès, Remarques, Gallimard
  • On voyait le sillage et nullement la barque Parce que le bonheur avait passé par là. Jules Supervielle, Les Amis inconnus, le Sillage , Gallimard
  • Le bonheur a les yeux fermés. Paul Valéry, Mauvaises Pensées et autres, Gallimard
  • Ce qui m'intéresse, ce n'est pas le bonheur de tous les hommes c'est celui de chacun. Boris Vian, L'Écume des jours, Pauvert
  • Tout bonheur est une innocence. Marguerite de Crayencour, dite Marguerite Yourcenar, Alexis ou le Traité du vain combat, Plon
  • Tout bonheur est un chef-d'œuvre : la moindre erreur le fausse, la moindre hésitation l'altère, la moindre lourdeur le dépare, la moindre sottise l'abêtit. Marguerite de Crayencour, dite Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien, Plon
  • Sur les flots, sur les grands chemins, nous poursuivons le bonheur. Mais il est ici, le bonheur. Horace en latin Quintus Horatius Flaccus, Épîtres, I, XI, 28
  • Hélas, la porte du bonheur ne s'ouvre pas vers l'intérieur, et il ne sert donc à rien de s'élancer contre elle pour la forcer. Elle s'ouvre vers l'extérieur. Il n'y a rien à faire. Søren Aabye Kierkegaard, Ou bien ou bien
  • Les maux sont moins néfastes au bonheur que l'ennui. Giacomo Leopardi, Zibaldone, III, 229
  • La nécessité de rechercher le véritable bonheur est le fondement de notre liberté. John Locke, Essai sur l'entendement humain, II, 21 Essay on the Human Understanding, II, 21
  • Le bonheur est d'autant plus grand qu'on y prête moins attention. Alberto Pincherle, dit Alberto Moravia, Le Mépris, I Il Disprezzo, I
  • Ce n'est pas dans la science qu'est le bonheur, mais dans l'acquisition de la science. Edgar Allan Poe, Tales of the Grotesque and Arabesque, The Power of Words
  • Pour l'amour et la beauté et le bonheur Il n'y a ni mort ni changement. Percy Bysshe Shelley, La Sensitive The Sensitive Plant
  • Nous ne sommes pas heureux, et le bonheur n'existe pas ; nous ne pouvons que le désirer. Anton Pavlovitch Tchekhov, Les Trois Surs, III
  • Seul celui qui méprise le bonheur aura la connaissance. Georg Trakl, Aphorisme Aphorismus
  • Le bonheur rend généreux. De Brice Parain / Contre l'esprit de neutralité
  • La jouissance du bonheur amoindrira toujours le bonheur. De Honoré de Balzac / Massimilla Doni
  • Le bonheur rend aveugle. De Eschyle
  • Le bonheur réside en nous. De John B. Sheerin
  • L’argent fait le bonheur. De Proverbe québécois
  • Le bonheur supprime la vieillesse. De Franz Kafka
  • Le bonheur est toujours ailleurs. De Robert Hollier / Marche ou crève, Carignan
  • Pourquoi avoir peur du bonheur ? De Virginie Despentes / Les jolies choses
  • Le bonheur est toujours compté. De Yoram Kaniuk / Encore une histoire d'amour
  • Viser au bonheur, aspirer au bonheur, chercher le bonheur, c'est prendre pour cible un reflet dans la glace. De Jean-François Somaun / La Vraie Couleur du caméléon
  • La vie est bonheur Mérite-la.
  • Le bonheur, ça se cultive ! Pas besoin d'aller rechercher des choses compliquées, pas besoin d'être riche, les moyens sont en nous, encore faut-il savoir où les trouver et comment les utiliser.  France Bleu, Ici, on vous offre 5 clés du bonheur !

Images d'illustration du mot « bonheur »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bonheur »

Langue Traduction
Anglais happiness
Espagnol felicidad
Italien felicità
Allemand glück
Portugais felicidade
Source : Google Translate API

Synonymes de « bonheur »

Source : synonymes de bonheur sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bonheur »

Partager