La langue française

Déboire

Définitions du mot « déboire »

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉBOIRE, subst. masc.

A.− Vx. Arrière-goût désagréable qu'une boisson laisse dans la bouche. Nous ne pouvons renoncer à nos aliments carnassiers, ni aux affreux déboires de notre médecine (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 128).
P. métaph. La fortune voulut mêler quelques douceurs à l'amertume de ses breuvages, pour en rendre le déboire plus affreux (Chateaubr., Essai Révol.,t. 2, 1797, p. 148).
B.− Usuel, au fig. Impression pénible laissée par un événement malheureux ou décevant. Amer déboire; avoir, éprouver du déboire, des déboires. Quand elle racontait sa vie, c'est-à-dire son déboire de la veille et sa croyance au lendemain (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 208).Nous remettons à plus tard le compte de nos griefs, de nos déboires et de nos chagrins (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 254):
1. Ma songerie aimant à me martyriser S'enivrait savamment du parfum de tristesse Que même sans regret et sans déboire laisse La cueillaison d'un rêve au cœur qui l'a cueilli. Mallarmé, Poésies,Apparition, 1898, p. 30.
P. méton., souvent au plur. Événement qui suscite la déception. Connaître, rencontrer, subir des déboires; déboires conjugaux, sentimentaux. Synon. ennui, échec, épreuve.Une défaillance d'âme transie (...) par des déboires d'argent, par des ennuis de terme (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 21).L'amertume profonde et durable que lui laissa ce déboire (Gide, Journal,1948, p. 328):
2. J'ai vu des garçons et des jeunes filles comprendre la victoire de leur corps comme un moyen de se redonner confiance, de balancer quelque impuissance ou quelque échec de leur vie quotidienne : timidité, déboires, humiliation sociale. Nouvelle idole et nouvelle illusion. Montherlant, Les Olympiques,1924, p. 282.
Prononc. et Orth. : [debwa:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Enregistré au plur. ds Dub. Étymol. et Hist. 1468 « arrière-goût désagréable que donne une boisson » (G. Chastellain, Œuvres, éd. Kervyn de Lettenhove, t. IV, p. 322, 7); 1559 au fig. « issue fâcheuse d'une affaire, déconvenue » (Marguerite de Navarre, L'Heptaméron, éd. M. François, septième Journée, 70enouvelle, p. 418). Dér. de boire*; préf. dé-*. Fréq. abs. littér. : 189. Bbg. Bastin (J.). Mots finissant par oir, oire. In : Nouv. glanures gramm. Riga, 1907, p. 82. − Boire... déboire. Vie Lang. 1962, p. 292.

Wiktionnaire

Nom commun

déboire \de.bwaʁ\ masculin

  1. (Plus rare) (Sens propre) Mauvais goût qui reste d’un liquide après qu’on l’a bu.
    • Du vin qui a un insupportable déboire.
  2. (Plus courant) (Figuré) Dégoût, regret, mécontentement ou désillusion qu’on éprouve face à ou à la suite de situations ou d'événements fâcheux.
    • Ainsi dans les premiers temps du reboisement, beaucoup de reboiseurs […] ne distinguaient pas la valeur forestière des différents sols. Ils ont eu bien des déboires. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, page 145)
    • Un grand clown anglais nous racontait un jour combien de déboires il avait subi, avant de découvrir enfin, après les dizaines d’accoutrements incongrus qu’il avait imaginés, celui qui amuserait les spectateurs. — (Lucien Fabre, Le Rire et les rieurs, Gallimard, Paris, 1929, page 45)
    • Beaucoup viennent chercher au loin la fortune, qui n’y trouvent que déboires et malheurs. — (Jules Verne, Les Enfants du capitaine Grant, 1846)
  3. (Par métonymie) (Figuré) (Au pluriel surtout) Événement malheureux, malchance, déveine.
    • « Graves déboires constatés ! » Constatés par qui ? On aurait pu le dire. J'avoue ne pas voir la portée de ces « graves déboires », alors que le rapport atteste que le nombre des explosions de chaudières en Belgique a diminué de 60 p. 100. — (E. Gruner (publ.), Congrès international des accidents du travail: Comptes rendus des séances et visites du congrès, Tome II, Librairie Polytechnique, Baudry & Cie, Paris, 1890, page 177)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉBOIRE. n. m.
Mauvais goût qui reste de quelque liqueur après qu'on l'a bue. Du vin qui a un insupportable déboire. Il se dit principalement, au sens figuré, des Dégoûts, des sujets de regret, de mécontentement et des désillusions qu'on éprouve. C'est une affaire qui ne lui a donné que des déboires. Il a éprouvé bien des déboires.

Littré (1872-1877)

DÉBOIRE (dé-boi-r') s. m.
  • 1Goût désagréable qu'une boisson laisse dans la bouche. [Un vin qui] N'avait rien qu'un goût plat et qu'un déboire affreux, Boileau, Sat. III. En couvrant d'un aromate le déboire d'une médecine, Rousseau, Ém. II. Convaincu que ces drogues ne pouvaient me sauver, il m'en épargna le déboire, Rousseau, Conf. VI.
  • 2 Fig. Regret, dégoût, mortification. Il lui laissa sentir toute l'amertume et tout le déboire de mille événements fâcheux, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 463.

HISTORIQUE

XVIe s. … Ce prince eut un grand deboire quand il s'apperçut qu'on jetoit son enseigne par terre…, Mém. s. Du G. ch. 5.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉBOIRE. Ajoutez :
3 Opération par laquelle on vide les viviers, au bord de la mer ; on lève la vanne à marée descendante, H. Bout, Rev. britannique, avril 1875, p. 428.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « déboire »

(XVe siècle)[1] Dérivé de boire avec le préfixe dé-, littéralement « un boire qui ôte l'envie de boire »[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et boire : un boire qui ôte l'envie de boire.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « déboire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
déboire debwar

Évolution historique de l’usage du mot « déboire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « déboire »

  • Les âmes communes n'apprennent le sentiment de la justice que lorsqu'elles ont eu des déboires. Henry Millon de Montherlant, Carnets, Gallimard
  • Un homme qui ne réfléchit pas sur le long terme connaîtra des déboires à court terme. De Proverbe chinois
  • Nous promettons avec nos espérances et nous tenons avec nos déboires. De Henry Becque / Notes d'album

Images d'illustration du mot « déboire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « déboire »

Langue Traduction
Anglais disappointment
Espagnol decepción
Italien delusione
Allemand enttäuschung
Chinois 失望的
Arabe خيبة الامل
Portugais desapontamento
Russe разочарование
Japonais 失望
Basque berriz
Corse delusione
Source : Google Translate API

Synonymes de « déboire »

Source : synonymes de déboire sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « déboire »

Déboire

Retour au sommaire ➦

Partager