La langue française

Dégoût

Sommaire

  • Définitions du mot dégoût
  • Étymologie de « dégoût »
  • Phonétique de « dégoût »
  • Évolution historique de l’usage du mot « dégoût »
  • Citations contenant le mot « dégoût »
  • Traductions du mot « dégoût »
  • Synonymes de « dégoût »
  • Antonymes de « dégoût »

Définitions du mot dégoût

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉGOÛT, subst. masc.

A.− Manque d'appétit. Un frisson, un geste, une grimace de dégoût. Elle essaya de manger. Elle ne put rien avaler. Tout lui donnait un dégoût insurmontable (A. France, Lys rouge,1894, p. 384):
1. C'était surtout l'horrible faim et une disette de plus en plus menaçante. Ma mère supportait tout cela avec un grand courage, mais elle ne pouvait vaincre le dégoût que lui inspiraient les oignons crus, les citrons verts et la graine de tournesol, dont je me contentais sans répugnance : ... Sand, Histoire de ma vie,t. 2, 1855, p. 213.
B.− P. anal. Aversion, répugnance :
2. Le cœur réagit par la méfiance ainsi que le corps réagit par le dégoût. On a noté que les mêmes objets, les mêmes odeurs, qui soulèvent le dégoût quand ils viennent d'autrui, ne l'éveillent plus quand ils viennent de nous, et même suscitent notre intérêt : comme si le corps déjà s'aimait organiquement et détestait − parce qu'il redoute − le corps d'autrui. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 475.
[L'obj. du dégoût est un animé ou une réalité concr.] :
3. C'était la première jouissance d'amour-propre qu'il eût jamais éprouvée. Il [Quasimodo] n'avait connu jusque-là que l'humiliation, le dédain pour sa condition, le dégoût pour sa personne. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 83.
4. Grasse, sale, voûtée, bigote, bornée, irascible, dure jusqu'à la cruauté, sournoise, vindicative, elle fut, dès la première vue, un objet de dégoût moral et physique pour moi, comme elle l'était déjà pour toutes mes compagnes. Sand, Histoire de ma vie,t. 3, 1855, p. 92.
En partic. :
5. Alors avait commencé l'ère des doutes, tiraillements de la pensée qui provoquent les crampes d'estomac, les insomnies, la fièvre, le dégoût de soi-même; ... Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 2, 1869, p. 18.
6. ... il est donné à tous de se haïr quelquefois, de céder un instant au dégoût de soi-même; le difficile est de persévérer dans cette haine et dans cette horreur. Mauriac, La Vie de Jean Racine,1928, p. 240.
[L'obj. du dégoût est une abstraction] :
7. ... je trouvais plaisir dans mon obéissance, parce qu'elle me débarrassait de ma volonté. Mon défaut capital est l'ennui, le dégoût de tout, le doute perpétuel. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 3, 1848, p. 301.
Spéc., au plur. Écœurements. Vous que j'ai tant vus souffrir des langueurs et des dégoûts de la servitude militaire, c'est pour vous surtout que j'écris ce livre (Vigny, Serv. et grand. milit.,1835, p. 128):
8. Je vous assure qu'on ne réfléchit guère à toutes ces subtilités quand l'envie vous prend de faillir. Je suis même certain qu'une femme n'est mûre pour l'amour vrai qu'après avoir passé par toutes les promiscuités et tous les dégoûts du mariage, qui n'est, suivant un homme illustre, qu'un échange de mauvaises humeurs pendant le jour et de mauvaises odeurs pendant la nuit. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, Une Ruse, 1882, p. 832.
Rem. Dans ces 2 emplois la prép. de n'a pas la même valeur que dans les cas précédents; elle indique la cause des dégoûts.
C.− Manque d'intérêt ou d'estime pour quelque chose (parfois pour quelqu'un). Il résulte de là un grand dégoût pour les disputes métaphysiques (Maine de Biran, Journal,1814, p. 29):
9. ... quand je vois ton dégoût pour les joueurs de tennis, nos voisins, insolents avec le garçon et qui mettent les pieds sur les chaises... Montherlant, Les Olympiques,1924, p. 301.
Dégoût de + inf. :
10. Marthe secouait la tête avec une lassitude infinie. C'était plus fort qu'elle. Il y avait tout au fond de son être une morne désespérance, un dégoût de vivre qu'elle ne pouvait surmonter. Elle s'abandonnait, se sentant plus molle et plus légère qu'une plume emportée dans un tourbillon d'orage. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 146.
Au plur., vx. Mortifications. Cf. adulation ex. 2 :
11. Indépendamment de mes chagrins et de mes inquiétudes domestiques, il faut encore me résigner à tous les dégoûts des haines littéraires. Hugo, Lettres à la fiancée,1821, p. 76.
Spéc. Intense sentiment de lassitude; absence complète d'attraits pour quelque chose. Je partis dans un de ces momens où l'on se livre à la destinée, où tout paraît meilleur que la servitude, le dégoût et l'insipidité (Staël, Corinne,t. 2, 1807, p. 408):
12. Je me livrai donc sans choix, sans goût, sans intérêt au déroulement de mes jours. Au milieu des dégoûts et de l'apathie, où ma raison détrompée retenoit mon cœur aimant, mes plus fréquentes impressions étoient la réaction sur moi des misères de mes semblables. Senancour, Rêveries,1799, p. 4.
Prononc. et Orth. : [degu]. Ds Ac. 1694 et 1718 sous l'anc. forme desgoust; ds Ac. 1740-1932 sous la forme mod. Homon. dégout (de dégoutter). Étymol. et Hist. 1. éd. 1595 « manque d'appétit » (Montaigne, Essais, 1. 3, chap. 13, éd. A. Thibaudet, p. 1220); 2. av. 1630 « déplaisir, chagrin » (D'Aubigné, Vie, XII ds Littré); 3. 1636 « aversion pour quelqu'un ou quelque chose » (Monet). Déverbal de dégoûter*. Fréq. abs. littér. : 2 965. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 757, b) 4 120; xxes. : a) 5 194, b) 4 071.

Wiktionnaire

Nom commun

dégoût \de.ɡu\ masculin (orthographe traditionnelle)

  1. Manque de goût, d’appétit.
    • Il a un si grand dégoût, qu’il ne peut manger de rien.
    • Il n’a plus de fièvre, mais il lui est resté du dégoût.
    • Vaincre, surmonter son dégoût.
  2. Répugnance violente éprouvée pour ce qui est perçu comme nuisible à sa santé.
    • D’écœurement, de dégoût et d’indigestion, Tintin vomit tripes et boyaux et faillit en crever pendant la nuit. — (Louis Pergaud, « La Traque aux nids », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Des hoquets de dégoût convulsèrent de nouveau leurs faces hâlées, zébrées de rides : depuis un mois, ils avaient bu de l’eau dans laquelle mijotait ce noyé ; depuis un mois tout le pays s’abreuvait de cette pourriture. — (Louis Pergaud, « Un petit logement », dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Le dégoût est une réaction émotionnelle de défense atavique à l'encontre d'agents extérieurs susceptibles de nous contaminer : les sécrétions corporelles (morves, vomissures, excréments), les parasites (vers, poux, etc.), les corps en décomposition et les vecteurs de maladies contagieuses (pestiférés, lépreux). Le dégoût entraîne une réaction de rejet, voire de destruction, des substances ou des individus virtuellement contaminants. — (Mathieu Ricard, Plaidoyer pour l'altruisme, NiL, Paris, 2013, p. 450)
  3. Répugnance qu’on a pour certains aliments.
    • Elle nous imposait ses goûts et ses dégoûts. — (Jean Rogissart, Hurtebise aux griottes, L’Amitié par le livre, Blainville-sur-Mer, 1954, p. 23)
  4. (Figuré) Aversion qu’on prend pour une chose ou pour une personne.
    • Elle guettait les passants, mais avec un air d'indifférence profonde, presque de dégoût. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • Si Gobineau a été l'objet du dégoût, de la crainte, de l’ostracisme de nos « rationalistes », c'est qu'il s'est élevé à la fois contre leurs faux raisonnements et contre leur absurde principe de la primauté de la raison : […]. — (Louis Thomas, Arthur de Gobineau, inventeur du racisme (1816-1882), Paris : Mercure de France, 1941, p.33)
  5. (Figuré) Déception dans l’usage d’une chose qui en amène la répugnance. — Note : En ce sens, on l’emploie surtout au pluriel.
    • Il fut abreuvé de dégoûts.
    • Il a eu bien des dégoûts dans sa carrière.
    • Éprouver, essuyer des dégoûts.
    • Il connaît tous les dégoûts du métier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉGOÛT. n. m.
Manque de goût, d'appétit. Il a un si grand dégoût, qu'il ne peut manger de rien. Il n'a plus de fièvre, mais il lui est resté du dégoût. Vaincre, surmonter son dégoût. Il se dit aussi de la Répugnance qu'on a pour certains aliments. Ce malade a le dégoût de la nourriture. Il lui a pris un dégoût pour la viande. Il signifie au figuré Aversion qu'on prend pour une chose ou pour une personne. Il a le dégoût du monde. Il lui a pris un grand dégoût pour ce genre d'études. Le dégoût de la vie s'empara de lui. Il signifie encore, figurément, Déception dans l'usage d'une chose qui en amène la répugnance. En ce sens, on l'emploie surtout au pluriel. Il fut abreuvé de dégoûts. Il a eu bien des dégoûts dans sa carrière. Éprouver, essuyer des dégoûts. Il connaît tous les dégoûts du métier.

Littré (1872-1877)

DÉGOÛT (dé-goû, ou long, ce qui le distingue de dégout ; le t se lie : un dé-goû-t affreux ; au pluriel, l's se lie : des dé-goû-z affreux) s. m.
  • 1Manque de goût, d'appétit. Le soir elle eut un grand dégoût, Molière, Tart. I, 5. À quoi bon ce dégoût et ce zèle inutile ? Est-il donc, pour jeûner, quatre-temps ou vigile ? Boileau, Lutrin, I.
  • 2Répugnance qu'on a pour certains aliments. Il avait un dégoût pour les choux. Mon parrain, dès qu'il l'eut apprise [cette histoire], Me prédit le dégoût du vin, Béranger, Nourrice.
  • 3Aversion, répugnance pour une personne ou pour une chose. C'est donc là le dégoût qu'apporte l'hyménée, Corneille, Poly. IV, 3. Il ne faut qu'un soupçon, un dégoût, un caprice, Pour en faire à sa haine un soudain sacrifice, Corneille, Attila, IV, 1. Et guérir aisément d'un dégoût qu'elle a pris, Rotrou, Vencesl. III, 5. Il conçoit du dégoût pour les délices du péché, Pascal, Prov. 8. Qu'attendez-vous, chrétiens, à vous convertir ? … ne craignez ni la maladie, ni les dégoûts, ni les tentations, ni les peines les plus cruelles, Bossuet, Anne de Gonz. Si vous avez un dégoût général de tout ce qui vous éloigne de Dieu, Fléchier, Serm. II, 152. M. de Louvois paraît désolé de ce que son crédit commence à tomber ; il m'envie ma faveur et m'attribue les dégoûts du roi, Maintenon, Lett. à Mme de St-Geran, 13 mars 1688. Ce dégoût naturel que nous avons de la prière, Massillon, Car. Prière, 1. … L'outrage qu'elle [une religieuse infidèle] ajoute à ses infidélités, et au dégoût où elle est tombée de son état, Massillon, Profess. relig. 2. Cette raison [le peu d'usage de la prière] n'est pas si générale, qu'on ne voie souvent les âmes les plus fidèles à la prière éprouver constamment ces dégoûts, Massillon, Car. Prière, 1. Je n'ai lu qu'avec un extrême dégoût ses vers grossiers [d'Horace] contre des vieilles et contre des sorcières, Voltaire, Cand. 25. C'est là le point de l'ennui le plus profond, de cet horrible dégoût de soi-même, qui ne nous laisse d'autre désir que celui de cesser d'être, Buffon, Nature des animaux. Mais comment expliquer ces lugubres accès, Ce dégoût des humains, cette pâleur mortelle ? Ducis, Hamlet, II, 5.
  • 4Déplaisir, mortification. M. de Coulanges a essuyé un violent dégoût, Sévigné, 235. On ne voudra pas donner un tel dégoût à notre gouverneur, Sévigné, 511. Mille dégoûts viendront, dit le prophète ermite ; Il en vint en effet, l'ermite n'eut pas tort ; Mainte peste de cour fit tant par maint ressort Que la candeur du juge, ainsi que son mérite, Furent suspects au prince…, La Fontaine, Fabl. X, 10. N'admirez-vous point que nous nous trouvons heureux d'avoir repassé le Rhin, et que ce qui serait un dégoût s'il [Turenne] était au monde, nous paraît une prospérité, parce que nous ne l'avons plus ? Sévigné, 203. Combien d'âmes ont été comme arrachées à Jésus-Christ par ces dégoûts qu'on leur a donnés ? Fléchier, Serm. I, 81. Notre premier duc de Piney est fort connu par ses deux ambassades à Rome où il reçut tant de dégoûts, Saint-Simon, 16, 182. Le monde a ses dégoûts comme la vertu, Massillon, Car. Dégoûts. Les confrères [les conseillers] les accablaient de dégoûts, Voltaire, Louis XIV, 4. Afin que la cour de Turin, qui n'a pas voulu le retenir, et qui est pourtant fâchée de l'avoir perdu, ne s'imagine pas que M. de la Grange, en arrivant à Berlin, ait commencé par essuyer un dégoût apparent, D'Alembert, Lett. au roi de Prusse, 12 sept. 1766.

HISTORIQUE

XVIe s. Tous ces degouts engagerent d'Aubigné à s'en venir à Lyon au desceu de ses parens, D'Aubigné, Vie, XI. Bouffement à l'estomach avec degoust, Paré, XX, 22. Le vin nuit aux malades ; c'est la premiere chose de quoy ma bouche se degouste, et d'un desgoust invincible, Montaigne, IV, 263.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dégoût »

 Dérivé de goût avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et goût.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « dégoût »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dégoût degu

Évolution historique de l’usage du mot « dégoût »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dégoût »

  • Une heure de lecture est le souverain remède contre les dégoûts de la vie. De Montesquieu
  • L'entêtement et le dégoût se suivent de près. De Jean de La Bruyère / Caractères
  • Plus je me regarde, plus je me dégoûte Mais plus je me compare, plus je me préfère. De Proverbe bourguignon
  • Nul n’est dégoûté de sa propre mauvaise odeur. De Proverbe grec antique
  • Les armes sont peu nombreuses contre le dégoût de soi-même. De Jean Filiatrault / Le Refuge impossible
  • Une heure de skate-board est un bon remède contre les dégoûts de la lecture. De Anonyme
  • S’aimer dans le dégoût, ce n’est pas s’aimer. De Jean Genet / Les Bonnes
  • Même si le bouc pue, ce ne sont pas les chèvres qui lui marqueront du dégoût. De Proverbe peul
  • Je ne réponds pas d'avoir du goût, mais j'ai le dégoût très sûr. De Jules Renard / Journal
  • Quiconque jouit trop est bientôt dégoûté ; Il faut au bonheur du régime. De Jean-Pierre Florian / Le Cheval et le poulain
  • J'ai rarement ouvert une porte par mégarde sans découvrir un spectacle qui me fît prendre l'humanité en pitié, en dégoût ou en horreur. Anatole François Thibault, dit Anatole France, La Vie en fleur, Calmann-Lévy
  • On s'accoutume à tout dans l'abondance, il n'y a guère de dégoût dont elle ne console. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, La Vie de Marianne
  • Qui goûte de tout se dégoûte de tout. Hippolyte Adolphe Taine, Vie et opinions de Thomas Graindorge
  • Le goût est fait de mille dégoûts. Paul Valéry, Choses tues, Gallimard
  • Autrefois, quand on était las et dégoûté du monde, on entrait au couvent ; et lorsqu'on avait du bon sens, on y restait. Aujourd'hui, quand on est las et dégoûté du monde, on entre dans la révolution, et lorsqu'on est intelligent, on en sort. De Georges Darien / Le Voleur
  • Qui goûte de tout se dégoûte de tout. De Hippolyte Taine
  • Le dégoût et les soucis naquirent de l'abondance. De Pindare / Les olympiques
  • La satiété engendre le dégoût. De Michel de Montaigne / Essais
  • Le dégoût est une chose curieuse. Il fait prendre en grippe jusqu'à la raison et au bon sens, par antipathie pour la vulgarité. Henri Frédéric Amiel, Journal intime, 20 janvier 1866
  • On mourra de dégoût si l'on ne prend pas, de-ci de-là, un grand bain d'azur. Théodore de Banville, Odes funambulesques
  • - Ah ! Seigneur ! donnez-moi la force et le courage De contempler mon cœur et mon corps sans dégoût ! Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, Un voyage à Cythère
  • Il ne faut point s'opiniâtrer à faire goûter aux enfants certaines personnes pieuses dont l'extérieur est dégoûtant. François de Salignac de La Mothe-Fénelon, De l'éducation des filles
  • On évoque souvent les merveilleux souvenirs d’enfance liés à l’alimentation et nous avons eu envie de prendre le contre-pied, de parler de l’anti-madeleine de Proust. Le point de départ de cette exposition, ce sont d’ailleurs des témoignages d’internautes qui étaient invités à nommer sur une plateforme dédiée les aliments qui les répugnaient le plus. Parce que nous avons tous un vécu avec le dégoût. Migros Medien, «Le dégoût est au départ un réflexe de survie» | Migros Magazine
  • "Tristesse et dégoût"... sur Instagram, l'ancien nageur Camille Lacourt publie une image choc du judoka Teddy Riner ! Public.fr, "Tristesse et dégoût"... sur Instagram, l'ancien nageur Camille Lacourt publie une image choc du judoka Teddy Riner !
  • Par ailleurs, une autre séquence, filmée au même endroit à Levallois-Perret, le jour de la Fête de la musique, a également fait polémique, mais sans prêter à rire cette fois. On y voit clairement l'ancien maire de la ville, filmé de dos, danser bras dessus, bras dessous avec une femme non identifiée. Sa main descend doucement dans son dos et atteint ses fesses. Il glisse même la main dans la poche arrière de cette femme avant que cette dernière n'attrape le bras de l'ex-maire pour l'éloigner. Un geste jugé "déplacé" par de nombreux internautes, dont certains ont exprimé leur "dégoût". ladepeche.fr, Détournements et "dégoût"... la danse de Patrick Balkany amuse et scandalise internet - ladepeche.fr
  • « Nous sommes en train de casser un outil qui fonctionne bien. Nous avons été autonomes, nous avons gagné de l’argent pendant des années. Et au final, on paie les pots cassés. Depuis le mois de mars, nous sommes dans l’antichambre de la mort. À titre personnel, j’espère qu’on me proposera un départ à la retraite. Il y a du dégoût car nous avons tout pour tourner ici… Je pense aux jeunes qui dépensent une énergie phénoménale et vont être sur le carreau. La région sera encore plus sinistrée, cela aura un impact sur les écoles, les commerces. C’est dramatique ». Le Telegramme, « On a du mal à y croire » - Fermeture Hop - Le Télégramme
  • Ne commence pas avec tes mauvaises manières, ne crois pas, d’après le titre, que l’objet de cette rubrique a changé et que ce serait devenu une chronique pour régler les problèmes de couple. On parle toujours d’auto, ici ! Souviens-toi, c’était en 2010, une éternité en temps automobile, on a vu débarquer le Nissan Juke, et tout le monde a écarquillé les jeux, tellement le petit Japonais était décalé. Pour ne pas dire clivant. Et aussitôt, deux clans irréconciliables se sont formés : ceux qui le détestaient et ceux qui l’adoraient. Bon, joker, même si j’aime bien le côté "cartoon", il faut bien avouer qu’avec ses gros yeux, et surtout ses clignotants au sommet des ailes qui lui donnaient un air de batracien ahuri, le Juke ne faisait pas dans la dentelle côté look. M’est avis que le designer était sous acide et branché sur Disney Channel quand il a pris la planche à dessin… N’empêche, en 9 ans de carrière, le Juke a quand même été produit à 1,5 million d’exemplaires, pour un engin que beaucoup ignoraient avec une moue de dégoût, c’est plutôt pas mal, non ? Car au-delà de son look, le Juke a inventé un segment, celui des SUV urbains, mes frères (et mes sœurs), et depuis, il a inspiré pas mal de monde… nrpyrenees.fr, Un jouet pour adultes - nrpyrenees.fr

Traductions du mot « dégoût »

Langue Traduction
Anglais disgust
Espagnol asco
Italien disgusto
Allemand der ekel
Chinois 厌恶
Arabe الاشمئزاز
Portugais desgosto
Russe отвращение
Japonais 嫌悪
Basque nazka
Corse disgrazia
Source : Google Translate API

Synonymes de « dégoût »

Source : synonymes de dégoût sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dégoût »

Partager