La langue française

Anxiété

Définitions du mot « anxiété »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANXIÉTÉ, subst. fém.

[En parlant d'un animé, gén. hum., ou de l'esprit hum.]
A.− État de trouble psychique, plus ou moins intense et morbide, s'accompagnant de phénomènes physiques (comportement agité ou immobilité complète, pâleur faciale, sueurs, irrégularités du rythme cardiaque, sensation de constriction épigastrique, spasmes respiratoires), et causé par l'appréhension de faits de différents ordres.
1. [Faits d'ordre matériel : événement fâcheux, etc.] :
1. ... vous voyez tout ce qui peut en résulter de désagréable ou de fâcheux. Tâchez, ma chère cousine, de me tirer de l'affreuse inquiétude où je suis. Je n'ose retourner à Lœwenstein, je voudrais savoir toute l'étendue de mon malheur; le mélange d'espoir et de crainte produit un état d'anxiété pire que la certitude du mal. Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797, p. 1650.
2. On persuade peu à peu au peuple de France qu'il est menacé, que sa sécurité dépend de ses poings, qu'il doit faire montre de sa force, accepter une préparation militaire intense. On a, sciemment, créé dans le pays, ce que vous autres, médecins, vous appelez une psychose; la psychose de la guerre... Et, quand on a éveillé dans une nation cette anxiété collective, cette fièvre et cette peur, ce n'est plus qu'un jeu de la pousser aux pires folies! ... R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 140.
P. anal. :
3. Et dans ce pays, même ce calme, même ces beaux temps, étaient mélancoliques; il restait, malgré tout, une inquiétude planant sur les choses; une anxiété venue de la mer à qui tant d'existences étaient confiées et dont l'éternelle menace n'était qu'endormie. Loti, Pêcheur d'Islande,1886, p. 197.
2. [Faits d'ordre somatique ou psychosomatique, notamment dans certaines maladies : asthme, cardiopathie, etc.] :
4. L'on ne peut se rendre compte de l'anxiété douloureuse où vous met l'appréhension continue de vous trouver mal, ces incessantes menaces de syncopes. Ça arrête toute activité, toute recherche, toute note, on a peur de sortir de chez soi : l'on tremble de déranger quelqu'un en mourant chez lui. E. et J. de Goncourt, Journal,1884, p. 344.
5. On peut distinguer, sans être fort avancé en science médicale, quelques régimes remarquables. L'anxiété d'abord, qui est agitation contenue, avec excitation du cœur, trouble de la respiration, chaleur, froid, sueur; puis l'emportement, qui est une agitation croissant par ses propres effets... Alain, Système des beaux-arts,1920, p. 26.
Anxiété paroxystique (crises d'). Variété d'angoisse se manifestant, la nuit surtout, par une impression d'évanouissement ou de mort, causée par certains dérèglements sympatho-parasympathiques au niveau des appareils cardio-circulatoires, respiratoires ou digestifs (cf. Garnier-Del. 1958, Lar. encyclop., etc.).
Rem. S'emploie aussi en méd. vétér. (cf. E. Garcin, Guide vétér., 1944, p. 196).
3. [Faits d'ordre moral, psychol. : conflit de sentiments, etc.] :
6. La cause de ton ennui est toujours la même : le vide, la honte, le mécontentement. Tu traînes ce boulet de l'irrésolution, qui te rend inerte et impuissant. Tu ranimes ta misère, au lieu de la combattre, et tu sens fuir ta vie sans la consolation d'en avoir tiré quelque chose de noble et de beau. Ô malaise! Ô rage! Ô douleur! − L'âpre anxiété te ressaisit à la gorge. Tu es dans la situation lamentable d'un navire qui fait eau et qui se sentirait, pour son malheur, descendre dans l'abîme. Le deuil t'envahit, deuil mêlé de remords et d'effroi. Amiel, Journal intime,1866, p. 123.
7. ... il avait sinon signalé, du moins divulgué l'influence dépressive de la peur qui agit sur la volonté, de même que les anesthésiques qui paralysent la sensibilité et que le curare qui anéantit les éléments nerveux moteurs; c'était sur ce point, sur cette léthargie de la volonté, qu'il avait fait converger ses études, analysant les effets de ce poison moral, indiquant les symptômes de sa marche, les troubles commençant avec l'anxiété, se continuant par l'angoisse, éclatant enfin dans la terreur qui stupéfie les volitions, sans que l'intelligence, bien qu'ébranlée, fléchisse. Huysmans, À rebours,1884, p. 253.
8. Le plus souvent l'amour n'a pour objet un corps que si une émotion, la peur de le perdre, l'incertitude de le retrouver se fondent en lui. Or ce genre d'anxiété a une grande affinité pour les corps. Il leur ajoute une qualité qui passe la beauté même, ce qui est une des raisons pourquoi l'on voit des hommes, indifférents aux femmes les plus belles, en aimer passionnément certaines qui nous semblent laides. À ces êtres-là, à ces êtres de fuite, leur nature, notre inquiétude attachent des ailes. Proust, La Prisonnière,1922, p. 93.
Spéc., PSYCHOPATHOL. Appréhension d'une menace intérieure souvent indéfinissable (représentations de l'inconscient, interdits du surmoi ...), symptôme de troubles mentaux parfois :
9. Le vacarme avait donc été pour elle seule. Glacée de terreur et n'osant bouger, elle invoqua les âmes pieuses des morts qu'on dit puissantes pour écarter les sombres esprits. Le lendemain, elle n'en parla pas, mais il lui resta, de cette première visitation de l'épouvante, une anxiété lourde, une transe de catacombes dont elle eut le cœur crispé. D'analogues avertissements lui furent donnés les nuits suivantes. Elle entendit une voix panique hurlant à la mort. Bloy, La Femme pauvre,1897, p. 222.
10. Quand la tendance déborde, elle établit un état d'anxiété. Il est à la base de la psychose maniaque dépressive. L'hypertonie sympathique ne commande pas seulement, comme on pourrait le croire, la phase maniaque d'agitation, mais aussi la phase dépressive, les phénomènes vagotoniques et dépressifs que l'on constate alors n'étant, du moins sous leur incidence physiologique, que les symptômes seconds, consécutifs à l'anxiété (...). Nous sommes sous la puissance du vague pendant la digestion et dans le sommeil; (...); il prévaut aussi dans les états de doute et de petite anxiété; il peut être accentué par les substances sympathicolytiques comme la morphine. Le vagotonique tend à la tristesse mélancolique; nerveux et pessimiste, préoccupé de son état de santé, il est prompt au découragement. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 173.
4. [Faits d'ordre spirituel, idéol. : contradictions et limites de la pensée, difficultés d'une conviction durable, d'une foi déterminée, etc.] :
11. Ce prêtre avait dû sentir l'action de Dieu aussi simplement que celui-là sentait ses intérêts terrestres. Ni anxiété, ni nuances de décision, ni hésitation entre les destins, ni rien de ce qu'Augustin avait hérité, à dose minime, des complexités de son père. Quelque chose du déterminisme des bestiaux. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 201.
12. Qu'est-ce que mon existence? Cette question, qui lui a été dictée sans qu'il comprît bien de quelles profondeurs inconscientes elle venait, Moritz ne cesse de se la poser sous toutes les formes; elle trahit chez lui la présence d'une angoisse fondamentale, et le fait apparaître comme tout autre chose qu'un simple névrosé, en proie à des dépressions et à des exaltations. L'anxiété métaphysique s'impose à lui sous une forme très concrète : il fait la douloureuse expérience de la pensée qui connaît brusquement ses propres limites et qui devine, du même coup, qu'arrivée à un certain point elle doit abdiquer; car il y a encore quelque chose, en dehors d'elle-même, au-delà d'elle-même, quelque chose qui est l'existence. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 32.
En partic., domaine de l'expr. :
13. ... chaque expression m'arrête et me donne des scrupules; je n'ai aucune confiance dans ce qui sort de moi; je n'en suis jamais content; je suis toujours tenté de courir après pour le retenir et substituer autre chose qui ne vaut pas ce que je laisse... C'est un vrai tourment, une anxiété singulière que je me donne pour le moindre écrit littéraire, philosophique ou politique que j'entreprenne. Si j'étais sage j'y renoncerais pour conserver la santé, le repos intérieur, la liberté d'esprit qui sont les seuls biens. Maine de Biran, Journal,1819, p. 230.
14. ... le travail est un douloureux enfantement. L'homme n'échappe au terrible ennui du devoir monotone et banal que pour faire face aux anxiétés et à la tension intérieure de la « création ». Créer, ou organiser, de l'énergie matérielle, de la vérité ou de la beauté, c'est un tourment intérieur qui enlève celui qui s'y hasarde à la vie paisible et reployée où gît proprement le vice de l'égoïsme et de l'attachement. Teilhard de Chardin, Le Milieu divin,1955, p. 64.
B.− Rare. Désir intense, extrême tension nerveuse d'une attente vécue, non plus dans la crainte, mais dans le plaisir :
15. Il vivait, d'ailleurs, dans un tel désir, dans une telle anxiété du succès, que ses autres appétits allaient en rester comme diminués et paralysés, tant qu'il ne se sentirait pas triomphant, maître indiscuté de la fortune. Zola, L'Argent,1891, p. 149.
SYNT. a) Anxiété + adj. : anxiété croissante; adj. + anxiété : affreuse, cruelle, grande, nouvelle, vive anxiété. b) Anxiété + subst. : anxiété de l'attente; subst. + anxiété : en proie à l'anxiété. c) Verbe + anxiété : attendre, (se) demander, écouter, interroger, regarder avec anxiété; trembler d'anxiété; éprouver, trahir de l'anxiété. − PARAD. a) (Quasi-) synon. affres, alarme, contrariété, désarroi, désespoir, embarras, émoi, énervement, fébrilité, impatience, indécision, insécurité, mélancolie, névrose, peine, perplexité, préoccupation, souci, souffrance. b) (Quasi-) anton. apaisement, ataraxie, indifférence, paix, patience, placidité, quiétude, résolution, sérénité, soulagement, tranquillité.
Rem. Inquiétude a une valeur plus faible, et angoisse une valeur plus forte que anxiété. Certains aut. spécialistes considèrent que l'anxiété est plutôt d'ordre psychique (cf. le syntagme anxiété d'esprit ds Ac. 1798-1932) et l'angoisse d'ordre physique (cf. Porot 1960, Piéron 1963, Sill. 1965); cette distinction ne se retrouve pas dans l'usage. On peut noter toutefois que l'anxiété a un caractère plus vague, plus diffus, relativement grave, alors que l'angoisse a un caractère plus précis, très grave.
PRONONC. : [ɑ ̃ksjete]. Passy 1914 note une durée mi-longue pour la 1resyllabe du mot (pour l'indication d'une durée sur cette syllabe, cf. aussi Fér. Crit. t. 1 1787 et Fél. 1851).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1190 « vive inquiétude » (Herman, Bible, B.N. 1444, fo63 rods Gdf. Compl. : De Elye et d'Enoch la grans securites Seroit la de paor moult grans anxietes); attest. isolée dans ce sens jusque Nicot 1606; Fur. 1690 note qu',,on ne le dit qu'en Morale`` tandis que Trév. 1704 remarque : ,,Le plus seur est de l'eviter``; s'emploie couramment dep. le xixes.; 2. 1564 méd. « oppression, état d'agitation intense » (Dictionnaire françois-latin de J. Thierry d'apr. M. de Toro ds Fr. mod., t. 4, p. 355); 1585 « oppression » (G.C.D.T., trad. de Boccace, Flammetto, 1. 6, p. 381 ds Hug.); repris au xviiies. (Ac. 1798). Empr. au lat. anxietas « disposition naturelle à l'inquiétude » (Cicéron, Tusc., 4, 27 ds TLL s.v., 201, 6); au sens méd. « oppression, douleur physique » (xies. Triumphus Remacli, 2, 16 ds Mittellat. W. s.v., 730, 40).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 298. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 744, b) 2 540; xxes. : a) 1 710, b) 1 642.
BBG. − Bastin 1970. − Bertr.-Lapie Vocab. 1970. − Foulq.-St-Jean 1962. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Laf. 1878. − Lafon 1969. − Lar. méd. 1970. − Littré-Robin 1865. − March. 1970. − Méd. 1966. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Moor 1966. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1824. − Piéron 1963. − Pomm. 1969. − Porot 1960. − Prév. 1755. − Psychol. 1969. − Sill. 1965.

Wiktionnaire

Nom commun

anxiété \ɑ̃k.sje.te\ féminin

  1. Pénible embarras ; vive inquiétude.
    • Mon esprit, jeune fille, continua Ivanhoé, est plus agité par l’anxiété que ne l’est mon corps par la douleur. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Personne ne parlait. On attendait avec une sorte d'anxiété solennelle. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, J. Hetzel et Cie, Paris, 1873)
    • […] comment leurs bataillons de députés vont-ils répondre aux exigences de l’opinion, d’autant plus impérieuses que nous venons de passer sans transition d’une anxiété collective sans précédent à une espérance inédite — du jamais-vu depuis 1958 ? — (Irène Frain, La vie est lente, l’espérance violente, Le 1, 21 juin 2017, page 3)
    • Pour supporter cette anxiété, nous inventons des mythologies personnelles ou collectives. Plutôt que de céder à la panique, nous construisons des mondes. C’est le moment. Il ne durera peut-être pas. — (Michel Eltchaninoff, « Carnet de la drôle de guerre », dans la newsletter du 21/03/220 de Philosophie Magazine.)
  2. (Médecine) Malaise général, accompagné d’un resserrement à l’épigastre et d’un besoin continuel de changer de position.
    • L’accablement particulier qui l’oppressait ne provenait pas tant d’une anxiété patriotique que de la faim ; évidemment, il se sentait très affamé. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 326 de l’éd. de 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ANXIÉTÉ. n. f.
Pénible embarras, vive inquiétude. Être dans une grande anxiété d'esprit. Une pénible anxiété. Vivre dans l'anxiété. Il se dit, en termes de Médecine, d'un Malaise général, accompagné d'un resserrement à l'épigastre et d'un besoin continuel de changer de position.

Littré (1872-1877)

ANXIÉTÉ (an-ksi-é-té) s. f.
  • 1Angoisse d'esprit. Être dans une grande anxiété.
  • 2 En termes de médecine, état de trouble et d'agitation, avec sentiment de gêne et de resserrement à la région précordiale. Inquiétude, anxiété et angoisse sont trois degrés du même état.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ANXIÉTÉ. Ajoutez. - REM. Ce mot semblait étrange à Balzac, qui écrit le 25 février 1624 (voy. p. 30 du t. I de l'édit. in-f° 1665) : Si, pour entendre une langue, il fallait en apprendre deux, et que l'anxiété, la décrépitude et les irritaments du désespoir me fussent des paroles familières.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ANXIÉTÉ, s. f. en Medecine, inquiétude, angoisse. Voyez Angoisse. (L)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « anxiété »

(XIIe siècle) Du latin anxietas.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Anxietas, de ango, serrer (voy. ANGINE) ; provenç. anxietat ; ital. ansietà.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « anxiété »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
anxiété ɑ̃ksiete

Évolution historique de l’usage du mot « anxiété »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « anxiété »

  • La santé et la sécurité physiques ne sont pas les seules préoccupations qui touchent les salariés du monde entier. Une majorité d’entre eux font état d’anxiété, de distraction et de soucis financiers, selon notre étude. Malgré leurs inquiétudes, on remarque que les salariés ont donné à leurs dirigeants de bonnes notes pour leurs performances durant la pandémie. Afin de comprendre cela, nous avons étudié les expériences professionnelles liées à la pandémie de plus de 100 000 salariés dans le monde depuis la mi-mars. News Assurances Pro, Anxiété, distractions et finance: les défis des salariés face au COVID-19
  • Le scepticisme est l'élégance de l'anxiété. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l’amertume
  • L’indécision, l’anxiété sont à l’esprit et à l’âme ce que la question est au corps. De Chamfort / Maximes et pensées
  • L'anxiété, c'est un conseil d'agenouillement. De Victor Hugo / Les Travailleurs de la mer
  • Ça se vit, l'anxiété. Ça vous rentre de partout, ça vous pénètre, et plus on se démène, plus ça fait mal. De Jean-François Somcynsky / Encore faim
  • Dans les moments de grande tension, l'esprit se fixe sur un détail sans importance dont on se souvient parfaitement bien longtemps après, comme si l'anxiété nous l'avait à jamais gravé dans le cerveau. De Agatha Christie / Le Mystérieux Mr Quinn
  • Sentez-vous que vous ne pouvez pas vous concentrer sur quoi que ce soit pour le moment? Vous n'êtes pas seul. Selon les experts, l'anxiété supplémentaire causée par la pandémie du Covid-19 a nui à notre mémoire de travail. BBC News Afrique, Comment l'anxiété du confinement affecte votre concentration - BBC News Afrique
  • Burn-out écologique, angoisse climatique, dépression environnementale, solastalgie. Tant de synonymes pour un phénomène qui semble prendre de l’ampleur: l’éco-anxiété. Ou le malaise psychologique ressenti face à la crise environnementale dont nous sommes désormais informés quotidiennement. Un phénomène qui a donné naissance il y a déjà une vingtaine d’années dans les pays anglo-saxons à une discipline et une pratique inédite: l’écopsychologie. En Suisse romande un réseau s’est mis en place regroupant des spécialistes venus de différents domaines. Parmi eux, le psychologue Nikola Sanz, la doctorante en sciences de l’environnement Sarah Koller et le sociologue Maxime Michel Egger, ­auteur de plusieurs ouvrages sur l’écopsychologie et qui anime le Laboratoire de transition intérieure à Pain pour le prochain et Action de Carême. Migros Medien, L’éco-anxiété, le nouveau mal | Migros Magazine
  • Aimer son chat, c’est souffrir ? Des chercheurs de l’université de Californie ont voulu décrypter le lien entre attachement à son chat et présence de névroses et de formes d’anxiété. Gretchen Reevy du département de psychologie et Mikel Delgado de celui de médecine et d’épidémiologie ont établi une corrélation entre névrosisme, conscienciosité et amour pour son animal de compagnie. Dans le cadre d’une étude publiée mi-mai dans la revue Anthrozoös, ils ont interrogé 1 239 personnes, dont 87 % de femmes. NEON, L'attachement à son chat est lié à l'anxiété, selon une étude - NEON
  • Si l'anxiété au travail n'est pas née avec le coronavirus, la spécificité du contexte que nous vivons ne doit pas être minimisée. Tout comme le retour à une "vie normale" - qui ne le sera plus vraiment. L'accepter est d'ailleurs un bon début pour se sentir mieux. "Reconnaître l'impact psychologique du retour à cette 'nouvelle normalité' qui pour beaucoup est un environnement étranger, est aussi important que de résoudre les problèmes logistiques au sein de l'entreprise", affirme en ce sens la docteure et professeure agrégée de gestion des ressources humaines Shainaz Firfiray à la revue professionnelle Forbes. Plutôt que d'ignorer le malaise, autant le formuler. , Coronavirus : comment gérer l'anxiété quand on a peur de retourner au travail - Terrafemina
  • Lorsque ces situations pourtant courantes deviennent de véritables sources d’angoisse, cette anxiété peut se traduire par différentes manifestations, parmi lesquelles on retrouve : Femme Actuelle, Anxiété, phobie sociale… Comment lutter contre les conséquences du confinement ? : Femme Actuelle Le MAG
  • Ainsi, près de 20% des Canadiens souffrent maintenant d’anxiété et 22,2% présentent des signes de dépression, d’après l’étude. Le Québec se distingue des autres provinces canadiennes, son taux global d’anxiété étant de «seulement» 13,1% et celui de dépression étant de «seulement» 17%. , COVID-19: voici la source insoupçonnée de votre anxiété! | LesAffaires.com

Images d'illustration du mot « anxiété »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « anxiété »

Langue Traduction
Anglais anxiety
Espagnol ansiedad
Italien ansia
Allemand angst
Chinois 焦虑
Arabe القلق
Portugais ansiedade
Russe тревожность
Japonais 不安
Basque antsietatea
Corse ansietà
Source : Google Translate API

Synonymes de « anxiété »

Source : synonymes de anxiété sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « anxiété »

Anxiété

Retour au sommaire ➦

Partager