La langue française

Accorder

Définitions du mot « accorder »

Trésor de la Langue Française informatisé

ACCORDER, verbe trans.

I.− Emploi trans. [L'agent désigne toujours une pers.] Accorder quelqu'un ou quelque chose.
A.− [Le compl. d'obj. désigne une ou plusieurs pers.]
1. Accorder (ensemble) des personnes. Établir une entente entre des personnes d'opinion divergente ou contraire, les mettre d'accord :
1. Vous, pontife du Dieu de l'air, Obtenez-nous cela, mon père, je vous prie; Parlez pour nous à Jupiter. − Très volontiers, ma chère amie : Mais je ne sais comment accorder mes enfants; Tu me demandes du beau temps, Et ta sœur a besoin de pluie. J.-P.-C. de Florian, Fables,Le Prêtre de Jupiter, 1792, p. 176.
2. ... il n'en souffre pas encore; à ce déclin de la jeunesse et de l'amour, menacé de partout, dans son métier, dans son génie, peut-être dans son honneur et dans sa sécurité, il accepte tous les secours, d'où qu'ils viennent : Dieu et le monde, Louis XIV et le grand Arnauld, Montespan et Sainte-Thècle, il saura plus tard accorder dans son cœur ces puissances ennemies. F. Mauriac.La Vie de Jean Racine,1928, p. 150.
3. Je vois l'Albin; l'ombre de sa montagne est sur lui. L'Albin, avec sa procession de joueurs d'harmonicas; chargé de son village qu'il porte comme un baluchon en le tenant par une poignée de son herbe grasse. Je vois l'Angèle; comme elle est! Et puis, je vois le petit. Il faut accorder tous ces gens-là ensemble. Je m'approche de maman Philomène avant la soupe et j'y dis : − maîtresse, voilà la foulaison finie et le tout engrangé prêt à vendre. J. Giono, Un de Baumugnes,1929, p. 117.
Spéc., vx., MAR. ,,À l'impér. accorde! commandement fait aux rameurs [d'une chaloupe] pour qu'ils nagent « naviguent » ensemble.`` (Jal 1848).
Rem. Littré indique un emploi substantivé : commander l'accorde (cf. inf. étymol.).
2. Accorder sa fille à quelqu'un. [L'agent désigne un père de famille] Promettre sa fille en mariage au demandeur (avec lequel le père se déclare tacitement ou explicitement d'accord) :
4. anatole. − Fausse nouvelle! Monsieur Péponet m'accorde toujours sa fille! octave, entrant. − C'est donc vrai? T. Barrière, E. Capendu, Les Faux bons hommes,1856, p. 83.
5. « Son ascendant était irrésistible, » dira Matthieu d'Édesse. Libéral avec cela et magnifique à la manière du grand Bohémond son père, ce prince charmant semblait destiné à faire le bonheur de la Syrie franque. Le Roi Baudouin II, qui était venu le recevoir, lui accorda en mariage sa deuxième fille, Alix. R. Grousset, L'Épopée des croisades,1939, p. 132.
Promettre la main de sa fille à quelqu'un. Même sens :
6. − Est-elle riche? − Non; et même lorsque M. de Beaupréau a consenti à m'accorder sa main, c'était à la condition qu'elle se marierait sans dot, bien que la fortune vînt de sa mère, et que M. de Beaupréau ne fût point le père d'Hermine. P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole,L'Héritage mystérieux, 1859, p. 455.
B.− [Le compl. d'obj. désigne un ou plusieurs inanimés]
1. Mettre en harmonie des choses éventuellement ou effectivement opposées. Trois constructions sont possibles :
a) Accorder + obj. au plur., gén. abstr.
7. ... − flamand dans l'exécution individualiste et naturaliste dans le dessin, antique par ses sympathies et idéaliste par raison. Accorder tant de contraires n'est pas une mince besogne : aussi n'est-ce pas sans raison qu'il a choisi pour étaler les mystères religieux de son dessin un jour artificiel et qui sert à rendre sa pensée plus claire, − semblable à ce crépuscule où la nature mal éveillée nous apparaît blafarde et crue, où la campagne se révèle sous un aspect fantastique et saisissant. Ch. Baudelaire, Salon de 1846,1846, p. 153.
8. Mais qui est-ce qui n'a pas raison? Les vérités se battent; il faut les accorder; c'est très difficile. On ne peut pas gouverner des vérités, il faut les comprendre. Concevez-vous un préfet qui aurait charge de toutes les vérités, et de les ajuster selon leurs exigences? Alain, Propos,1930, p. 969.
9. De cette soirée effrayante, nous avons deux récits, l'un de Jean-Jacques, l'autre de Hume, et chacun a voulu que l'autre soit un menteur. Mais nous ne voyons pas pour nous que les deux récits soient si contradictoires, et il ne semble pas bien difficile de les accorder. J. Guéhenno, Jean-Jacques,Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 192.
b) Accorder qqc. et qqc. :
10. On a le dégoût de l'humanité, mais un dégoût profitable. On vomit son siècle, et on se fait bâtir un hôtel dont le décor est sobre, discret, distingué. C'est d'un comique définitif. Mais, dirait à peu près Barrès, s'il fallait accorder ses principes et sa vie, où irait-on! L'on n'en finirait plus. J. Renard, Journal,1898, p. 509.
c) Accorder qqc. avec qqc. :
11. Il ne dépendait pas de lui d'accorder le christianisme avec les doctrines de la démocratie. Les épreuves, le bienfait de la douleur, cela est à l'opposé des thèses de notre démocratie. Bourget me dit qu'il n'aime pas l'insistance, le chant du violon, la virtuosité, la complaisance du littérateur qui ajoute. M. Barrès, Mes cahiers,t. 9, 1 sept. 1911-1 janv. 1912, p. 221.
12. Chose digne de remarque, la plante humaine la mieux protégée et gardée, la moins durcie et épaissie par les actions, la moins livrée aux hasards de ce monde, est sans doute celle qui les exprime le mieux en leurs passages, en leurs nuances, en leurs ombres et lumières, comme l'aiguille de la boussole, si bien protégée et toujours tremblante. Et c'est si bien notre lot, d'accorder nos pensées avec l'intime battement de la vie, que nous ne nous lassons point de suivre ce double langage, essayant de faire marcher ensemble l'air et la chanson. Alain, Propos,1928, p. 761.
Accorder qqc. à qqc. :
13. Je suis allé à lui et pour dire quelque chose, je lui ai demandé le chemin de La Chapelle. Puis je me suis fait connaître. Il m'a offert un verre de vin. Il est affreusement difficile de parler à un paysan sans l'inquiéter, d'accorder son langage au sien. Avec lui je m'en tire. Je n'ai pas accepté quand même son verre. Il n'a pas insisté. Alain-Fournier, J. Rivière, Correspondance,lettre de A.-F. à J.-R., juill. 1911, p. 281.
14. Ces énergiques simplifications l'enchantaient. Perdre une occasion d'agrément afin d'accorder sa vie à ses principes lui semblait le fait d'une dangereuse malade. Soit, elle était incohérente, puisque l'objet et son contraire l'accueillaient tour à tour; mais l'élan de s'abandonner sans scrupules à l'un et à l'autre, parce qu'ils s'étaient assez justifiés en lui plaisant, cet élan-là restait toujours le même et faisait l'unité de ses états disparates. H. de Montherlant, Le Songe,1922, p. 71.
15. Peut-être n'ai-je pu réprimer un mouvement de colère, de révolte contre cet inconnu qui venait tranquillement de disposer de moi comme de son bien. Peut-être étais-je trop absorbé par l'entreprise absurde d'accorder en quelques pauvres secondes mes pensées, mes projets, mes souvenirs même, ma vie entière, à la certitude nouvelle que faisait de moi un autre homme? G. Bernanos, Journal d'un curé de campagne,1936, p. 1241.
Rem. Dans la mesure où il existe une différence sém. entre les deux variantes de cette dernière constr., la 1resuggère une idée d'harmonie, la seconde une idée d'adaptation.
Emplois techn.
ÉLECTRICITÉ :
16. On accorde l'oscillateur sur un autre oscillateur grâce à l'emploi d'une hétérodyne auxiliaire; si l'accord n'est pas exact, il y a des battements. J. Mercier, Traité de radio-électricité,t. 1, 1937, p. 226.
GRAMM. Faire concorder la forme parlée ou écrite des mots (variables) suivant les règles de la syntaxe dite d'accord :
17. De même, pour les signes, il ne s'agit pas de parler d'abord de substantifs et d'adjectifs; de les faire accorder en genres, en nombres et en cas; d'y joindre un verbe, d'établir des règles pour que ses diverses terminaisons indiquent les personnes, les nombres, les temps, les modes; et de prendre des mesures pour que ces mots réunis forment des propositions, lesquelles ensuite nous rattacherions les unes aux autres, par différents moyens : c'est encore là, commencer par la fin, ou du moins par le milieu de la carrière. A.-L.-C. Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie, Grammaire, 1803, p. 119.
18. Mais les hésitations qu'on éprouve parfois en écrivant une lettre, je les ressentais pour chaque syllabe de cette écriture géante. Point de participes à accorder, mais l'orthographe des mots les plus communs me devenait bizarre. Je voulus les appeler tout haut : mais jamais pavillon rouvert après des siècles ne rendit des portraits et des meubles plus vermoulus que ne le fit ma mémoire après deux ans de silence. J. Giraudoux, Suzanne et le Pacifique,1921, p. 127.
19. Le besoin d'accorder un verbe avec une énumération de sujets n'est pas plus impérieux pour Racine que je ne le sens en moi-même. Admirables exemples : ... mais le fer, le bandeau, la flamme est toute prête. ... Que ma foi, mon amour, mon honneur y consente. A. Gide, Journal,1934, p. 1198.
MUS. Établir, avec l'aide du diapason, un rapport exact.
a) Vieilli. Entre la voix et un ou plusieurs instruments. ,,Elle accordait parfaitement sa voix avec le clavecin.`` (Ac. 1798). ,,Elle accordait parfaitement sa voix avec le piano.`` (Ac. 1835).
b) Entre plusieurs instruments d'un même orchestre. ,,Accorder des instruments les uns avec les autres.`` (Ac. 1878) :
20. En effet, à un signal qu'il donna, les ménétriers grimpèrent à l'orchestre; et, sans se donner la peine d'accorder leurs violons, se mirent à racler de toute leur force une contredanse : les quatre premières mesures de l'air n'étaient pas achevées, que vingt quadrilles étaient en place, et dix tables vacantes. V. de Jouy, L'Hermite de la Chaussée d'Antin,t. 2, 1812, p. 65.
21. Les musiciens accordent leurs instruments; les bohémiennes reviennent en dansant avec tambourins et tambours de basque. Un valet de théâtre à longues basques, cheveux rouges, parcourt la scène en sonnant une cloche. G. Apollinaire, Casanova,1918, II, p. 997.
Rem. Ces deux ex. pourraient être aussi rangés sous c.
c) Entre plusieurs sons d'un même instrument. ,,Ce musicien a été longtemps à accorder son violon`` (Ac. t. 1 1932) :
22. Il sortait d'une période de tranchées : ayant posé sa vareuse à cause de la chaleur, il accordait un piano qu'il avait découvert chez un habitant. Cette bonne fortune est rare pour un amateur de musique. Une flûte, un violon, posés sur une table, attendaient les artistes, et aussi la partition d'un trio classique. H. Bordeaux, Les Derniers jours du fort de Vaux,1916, pp. 174-175.
Au fig., fam. [À l'impér. 1reou 2epers. plur.] Accorder ses violons. Se mettre d'accord :
23. On s'installait dans une classe, toujours la même, une salle d'étude blanche, noire, crayeuse, « la moins malsonnante de toutes », disait en riant le vieux professeur de musique. « Allons, Monsieur Des Lourdines, accordons nos violons... vos honorés parents se portent-ils bien? ... Ah! ah!... ils ne vous ont point fait savoir de leurs nouvelles! Nous allons donc reprendre le dernier exercice, Monsieur Des Lourdines. » A. de Châteaubriant, Monsieur des Lourdines,1911, pp. 65-66.
P. anal., PEINT. :
24. Avez-vous l'œil délicat, ou, pour parler plus vrai, une âme délicate, vous sentirez dans chaque peintre le ton général avec lequel il accorde tout son tableau. Stendhal, Hist. de la peinture en Italie,t. 1, 1817, p. 136.
2. Accorder qqc. à qqn. Se déclarer d'accord avec quelqu'un en allant au-devant de ses désirs, de son attente.
a) [L'obj. désigne un don] Concéder par faveur ou privilège, octroyer :
25. − Ah! pour aujourd'hui vous allez m'accorder cette faveur, mon cher cœur, dit M. Renaud en s'avançant vers sa femme. − Vous êtes trop aimable pour vous refuser, joli cavalier, répondit-elle du même ton. G. Flaubert, La Première éducation sentimentale,1845, p. 86.
26. « Une fille Ravet, votre ancienne maîtresse, paraît-il, vient d'accoucher d'un enfant qu'elle prétend être à vous. La mère va mourir et implore votre visite. Je prends la liberté de vous écrire et de vous demander si vous pouvez accorder ce dernier entretien à cette femme, qui semble être très malheureuse et digne de pitié... » G. de Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, L'Enfant, 1882, p. 683.
27. Justement, comme MmeDuveyrier et MmeJosserand recevaient les premiers invités, ce pauvre Théophile, qu'on surveillait depuis le matin, céda à une brutalité regrettable. Campardon priait Valérie de lui accorder la première valse. É. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 152.
Rem. Dans cet emploi, accorder c'est donner une chose gén. demandée, mais avec une idée de supériorité, de condescendance de la part de celui qui donne.
Spéc. [L'obj. désigne un don concédé par une autorité pol. ou admin. qui détient le pouvoir de donner] :
28. Il désirait sans doute de grandes améliorations, des améliorations devenues aussi indispensables qu'utiles en elles-mêmes; mais en s'y refusant lorsqu'il n'était plus temps, le roi et la noblesse ont bouleversé le royaume. Mon père a constamment supplié le roi d'accorder ce qu'il serait obligé de céder. G. de Staël, Lettres de jeunesse,t. 1, 1789, p. 328.
29. De son côté, le Toscan, incapable de se laisser vaincre en bons procédés, accorde à Clélie la liberté d'une partie des otages, et lui donne des armes et un beau cheval. J. Michelet, Histoire romaine,t. 1, 1831, p. 83.
30. Le chef de bureau arrivait souriant, affectueux, bonhomme au dernier point. Il pressa sa femme et sa fille sur son cœur avec une effusion extraordinaire, et leur dit qu'il avait été tellement affecté de leur séparation, qu'il avait supplié le ministre de lui accorder un congé. P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole,L'Héritage mystérieux, 1859, p. 410.
31. − L'assemblée nationale, délibérant sur la proposition formelle du roi; considérant que la cour de Vienne, au mépris des traités, n'a cessé d'accorder sa protection ouverte aux Français rebelles; qu'elle a formé un concert avec plusieurs princes de l'Europe contre l'indépendance et la sûreté de la nation française; que François II, roi de Hongrie et de Bohême, après ses notes du 18 mars et du 7 avril dernier, a refusé de renoncer à ce concert;... Erckmann-Chatrian, La Patrie en danger,t. 1, 1870, p. 451.
32. ... et cela d'une façon si frappante qu'ayant demandé après Sedan à pouvoir rejoindre l'empereur, et ayant été éconduit par Bismarck auprès de qui on l'avait mené, ce dernier levant par hasard les yeux sur le jeune homme qui se disposait à s'éloigner, fut saisi soudain par cette ressemblance et, se ravisant, le rappela et lui accorda l'autorisation que, comme à tout le monde il venait de lui refuser. M. Proust, À la recherche du temps perdu,Le Côté de Guermantes 1, 1920, p. 129.
33. Il eut l'ingénieuse idée d'enrôler pour son entreprise le duc de Norfolk, chef politique du parti libéral, et le snobisme triompha de la vanité paternelle. Shelley put rentrer à Field-Place avec tous les honneurs de la guerre; on lui accordait une pension annuelle de 200 livres, sans conditions. A. Maurois, Ariel ou la Vie de Shelley,1923, p. 62.
34. Nous arrivâmes à 12 h. 30 à Doullens et nous déjeunâmes avec le roi. Haig et Foch assistaient à ce déjeuner. Après le déjeuner, le roi reçut le président, puis il m'accorda une audience particulière à laquelle assista le général Haig. Enfin il reçut le général Foch. J. Joffre, Mémoires,1931, p. 252.
35. le roi. − Il réussit dans tout ce qu'il entreprend. le connétable. − Votre altesse a raison de lui accorder ses faveurs. A. Camus, Le Chevalier D'Olmedo,adapté de F. Lope de Vega, 1957, 3ejournée, 9, p. 795.
En partic., quand le don est une grâce, un pardon :
36. Les riches bourgeois d'Ypres firent alors ouvrir au comte les portes de leur ville, en implorant sa miséricorde. Il leur promit merci, mais on trancha la tête à trois cents hommes des petits métiers et l'on envoya trois cents otages dans les prisons de Bruges. Courtray se rendit ensuite, en conjurant le prince d'accorder son pardon. Il se contenta d'enlever deux cents otages. P. de Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 1, 1821-1824, p. 210.
37. « Vous me trouverez bien téméraire de venir vous importuner dans un pareil moment pour vous supplier de m'accorder une grâce, dernière ambition de ma vie : je désirerais ardemment être choisi par vous au nombre de vos défenseurs. » F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 4, 1848, p. 733.
Au fig. :
38. ... un grand nombre de feuilles de mes livres ont été tracées sous la tente, dans les déserts, au milieu des flots; j'ai souvent tenu la plume sans savoir comment je prolongerais de quelques instants mon existence... Si le ciel m'accorde un repos que je n'ai jamais goûté, je tâcherai d'élever en silence un monument à ma patrie; si la providence me refuse ce repos, je ne dois songer qu'à mettre mes derniers jours à l'abri des soucis qui ont empoisonné les premiers. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 2, 1848, p. 235.
P. ell., dans le style parlé. [Dans une réplique à une demande qui vient d'être formulée] Accordé. C'est (c'était) accordé :
39. « Me proposait-on un plan de trente millions, qui me convînt? Accordé, disais-je; mais à faire en vingt ans, c'est-à-dire à quinze cent mille francs par an. » ... E.-D. de Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène t. 1, 1823, p. 969.
40. Maître Jacques Charmolue prit la parole avec douceur : − Attendu l'obstination douloureuse de l'accusée, je requiers l'application de la question. − Accordé, dit le président. V. Hugo, Notre-Dame de Paris,1832, p. 358.
41. Oh! Je t'en supplie! Pas de scènes! ... si c'est pour demander quelche chose, accordé d'avance... Tout ce que tu voudras pourvu que j'aie la paix! F. de Curel, La Nouvelle idole,1899, III, 2, p. 233.
42. Vous avez cinq jours et demi par semaine pour parler à Gillou en particulier. Accordez-moi le même droit pour le jour qui reste. marie.Accordé! Accordé! D'ailleurs, cela ne me changera guère. Même quand nous sommes tous trois ensemble, c'est avec lui que vous causez, avec lui que vous riez. Je me demande quel rôle je joue entre vous deux. H. de Montherlant, Fils de personne,1943, I, 2, p. 279.
b) [L'obj. désigne un fait, une parole, une pensée pouvant être exprimés sous forme de prop.] Donner son assentiment intellectuel.
À ce qui a été fait, en reconnaître la valeur juridique (vx) :
43. Le duc d'Orléans et son frère répétèrent alors l'un après l'autre, les paroles prescrites par le traité. « Mon très-cher seigneur, par votre commandement, j'accorde, je consens et j'agrée tout ce que vous avez fait, et lui remets toutes choses entièrement. » Le roi reprit la parole : « et moi je veux et commande que chacune des parties tienne ce que j'ai ordonné; ... etc. » ... P. de Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 3, 1821-1824, p. 133.
À ce qui a été dit ou pensé, le reconnaître comme exact ou vrai :
44. Oubliez ce qui vient de se passer pour voir les choses comme elles sont. M. Lefort est un homme très mal élevé, je vous l'accorde, mais il ne manque ni de bon sens ni de savoir-faire. Il ne nous propose après tout que ce que mon mari eût exécuté lui-même, s'il avait vécu. H. Becque, Les Corbeaux,1882, II, 10, p. 141.
45. Comment on essaye de définir par la science seule et de restreindre l'action dans l'ordre naturel : il y a quelque chose. Cette donnée qu'accordent ceux mêmes qui concèdent le moins, cet aveu de la naïve expérience ne m'est point imposé malgré moi : j'ai voulu qu'il y ait quelque chose. M. Blondel, L'Action,1893, p. 43.
Accorder que + ind. :
46. − Vous voulez cinq centimes, et j'accorde que la besogne les vaut. Seulement, je ne puis pas vous les donner. Si je vous les donnais, je serais simplement fichu... comprenez donc qu'il faut que je vive, moi d'abord, pour que vous viviez. É. Zola, Germinal,1885, p. 1392.
Accorder que + subj. (avec une idée d'hypothèse) :
47. Celui qui défend la France est toujours celui qui défend le royaume de France. Celui qui ne rend pas une place peut être tant républicain qu'il voudra et tant laïque qu'il voudra. J'accorde même qu'il soit libre-penseur. Il n'en sera pas moins petit-cousin de Jeanne d'Arc. Ch. Péguy, L'Argent,1913, p. 1243.
P. anal. [L'obj. désigne une valeur exprimée par un subst.] Reconnaître cette valeur comme existant réellement :
48. Il est arrivé, un peu petit, court comme Claudel, avec sa belle figure un peu grasse qui déjà s'alourdit du bas. Il m'a salué solennellement, à sa manière. Et nous sommes immédiatement partis nous promener jusqu'à minuit au hasard. Sa langue extrêmement correcte, l'importance qu'il accorde à vos moindres bêtises, m'ont beaucoup fatigué et presque fâché ce soir-là, après le long voyage. Alain-Fournier, J. Rivière, Correspondance,lettre de A.-F. à J. R., sept. 1911, p. 300.
49. − Comment Souday est-il avec vous? − Il a été successivement froid et bouillant, suivant qu'il m'a cru royaliste ou républicain. Depuis qu'il a compris que je n'étais ni l'un ni l'autre, il est devenu tiède; il m'accorde une certaine valeur, en tant qu'artiste, mais « comme penseur » trouve que je ne vaux rien. A. Gide, Journal,1923, p. 771.
c) [L'obj. désigne une attitude intellectuelle ou morale favorable du sujet] :
50. Sténio, saisi d'admiration, s'étonna d'abord intérieurement d'avoir à sa disposition un si riche trésor. C'était la première fois qu'il voyait la princesse d'aussi près et qu'il lui accordait autant d'attention. G. Sand, Lélia,1833, p. 258.
51. Et je suppose dans tout ce que je dis là, Monsieur Bonnard, que l'historien a sous les yeux des témoignages certains; tandis qu'en réalité, il n'accorde sa confiance à tel ou tel témoin que par des raisons de sentiment. A. France, Le Crime de Sylvestre Bonnard,1881, p. 499.
52. Je parle beaucoup d'Anne et de moi-même et peu de mon père. Non que son rôle n'ai été le plus important dans cette histoire, ni que je ne lui accorde de l'intérêt. Je n'ai jamais aimé personne comme lui et de tous les sentiments qui m'animaient à cette époque, ceux que j'éprouvais pour lui étaient les plus stables, les plus profonds, ceux auxquels, je tenais le plus. F. Sagan, Bonjour Tristesse,1956, p. 161.
53. On accorde souvent plus de crédit aux recommandations d'un étranger, et les Américains reconnaissent que l'intervention anglaise, qui avait elle-même été catalysée par la contribution française, fut d'un grand poids dans la décision qu'ils prirent, vers la fin de 1941, de s'engager enfin dans les voies de la réalisation. B. Goldschmitt, L'Aventure atomique,1962, p. 34.
Rem. Dans cet emploi, le verbe forme loc. avec le compl. d'obj.; le syntagme ainsi formé équivaut souvent à une loc. verbale ou adjective : accorder son attention, se montrer attentif; accorder sa confiance, se fier à; accorder de l'intérêt, se montrer intéressé par; etc.
II.− Emploi pronom. S'accorder
A.− Emploi réciproque. Être ou se mettre en harmonie.
1. [Le suj. désigne une pers. ou une qualité, une fonction, etc. d'une pers.] :
54. − Qu'y a-t-il donc? disait-elle parfois tout haut, nous nous aimons, et nous ne sommes pas heureux... Notre affection ne fait que du malheur autour de nous. Sans cesse, elle tâchait de comprendre. Cela venait peut-être de ce que son caractère et celui de son cousin ne s'accordaient pas. É. Zola, La Joie de vivre,1884, p. 1022.
55. J'espère qu'elle (notre amitié) ne finira jamais. Je n'ai parlé d'elle, de vous, qu'à une seule personne, qu'à mon amie qui m'a fait la surprise de venir passer une heure auprès de moi. Elle aimerait beaucoup vous connaître et je crois que vous vous accorderiez, car elle est aussi extrêmement littéraire. M. Proust, À la recherche du temps perdu,À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 868.
56. − Aucun entraînement ... j'ai réfléchi ..., aucun entraînement : pas le moindre. Le même silence durait toujours : il eut l'impression de se jeter dedans, tête baissée. − Tu connais Mmede Montanel. Nos âges s'accordent et aussi nos goûts, nos vues d'avenir. G. Bernanos, La Joie,1929, p. 585.
[Avec un compl. circ. marquant l'obj. de l'accord (sur + subst.; à ou pour + inf.)] :
57. Je pars d'ici après-demain et je me décide à ne pas retourner à Genève, d'abord parce que je ne me sens pas la force de dire adieu à mon père, et parce que l'on s'accorde à dire que la route de Pontarlier est la moins mauvaise. G. de Staël, Lettres de jeunesse,t. 1, 1791, p. 420.
58. On cause de Bauër, de son déséquilibrement, de son article de ce matin, qui rend impossible la signature de la pétition en faveur d'Oscar Wilde, qui semblerait une signature forcée par l'intimidation. On cause de Bergerat, sur le compte duquel la femme et le mari s'accordent pour le déclarer un méchant; ... E. et J. de Goncourt, Journal,déc. 1895, pp. 875-876.
59. Marianne et Catherine s'entendaient pour se moquer et rire des petites baigneuses de leur âge. Sur tout autre sujet, elles se querellaient plus souvent qu'elles ne s'accordaient. Elles se faisaient un grief mutuel de n'être pas nées dans le même pays. A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 96.
60. Et que le monde spirituel l'emporte en souveraine importance, c'est en vue de mon esprit, lequel dépend étroitement de mon corps; l'un et l'autre s'entendent et s'accordent pour obtenir en moi l'harmonie. Je ne veux ni ne puis chercher à soumettre et subordonner l'un à l'autre, ainsi que se propose de faire l'idéal chrétien. A. Gide, Journal,1949, p. 339.
[Avec un compl. désignant la pers. ou la chose avec laquelle s'établit l'harmonie] S'accorder à ou avec :
61. Ah Charle, dans l'instant j'arrête, je reçois cette jeune servante; elle va soulager, servir la gouvernante, et dans l'occasion pourra vous seconder : avec elle tâchez de vous bien accorder. J.-F. Collin d'Harleville, Le Vieux célibataire,1792, II, 9, p. 50.
62. Stidmann, supplié par moi de dire la vérité, m'a désespérée en m'avouant que son opinion, à lui, s'accordait avec celle de tous les artistes, des critiques et du public. H. de Balzac, La Cousine Bette,1847, p. 195.
63. En ces termes reculés, Madame Mathias venait à la maison aider Mélanie, avec qui elle s'accordait d'ailleurs fort mal. Madame Mathias, d'un caractère difficile, violente et sensible, me montrait beaucoup d'intérêt. Elle avait imaginé diverses supercheries édifiantes et morales pour me rendre meilleur. A. France, Le Petit Pierre,1918, p. 28.
64. Permettez-moi de vous le dire avec la simplicité d'un homme de mon âge, qui n'a que de la sympathie pour un jeune confrère bien doué, ardent au bien, et d'une ambition légitime. Depuis quelque temps, mon cher Pernichon, je déplore certaines imprudences, d'ailleurs vénielles − disons certaines démarches imprudentes − qui s'accordent mal avec ce que nous savions de vous, de votre modération, de votre tenue, de votre précoce maturité. G. Bernanos, L'Imposture,1927, p. 392.
2. [Le suj. désigne une chose]
Spéc., MUS. [En parlant de chants ou plus gén. des instruments d'un orchestre] :
65. « Il n'est personne ici de l'orchestre et des loges qui par tenants et aboutissants ne soit sûr de l'impunité, tant qu'il n'assassinera pas, devant témoins. » Les instruments s'accordaient quand un flot de municipaux parut aux portes. J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 218.
66. J'aurai toute ma vie répété la même chose, tâché d'exprimer une profonde symphonie qui est en moi, et de l'exprimer toujours plus complète et plus nuancée, avec ses mille chants qui doivent s'accorder, s'harmoniser. M. Barrès, Mes cahiers,t. 9, 1 janv.-1 avr. 1912, p. 264.
67. Accorder(s'). ... dans le charivari d'un orchestre qui s'accorde il nous arrive encore d'entendre criailler une anche détachée de son tuyau... A. Schaeffner, Les Origines des instruments de musique,1936, p. 271.
Lang. commune. S'accorder à ou avec :
68. Marie-Josèphe-Rose de Tascher, inscrite au registre de l'état civil du deuxième arrondissement de Paris, 19 ventôse an IV (9 mars 1796), porte que Napoléon Buonaparte naquit à Ajaccio le 5 février 1768? et que son acte de naissance, visé par l'officier civil, constate cette date. Cette même date s'accorde parfaitement avec ce qui est dit dans l'acte de mariage, que l'époux est âgé de vingt-huit ans. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, t. 2, 1848, p. 298.
69. Voilà un problème : la religion (qui tient en mépris les biens de ce monde et qui redoute les séductions terrestres) peut-elle s'accorder avec cet amour de la nature? Maurice de Guérin voulait croire que l'homme était l'élu qui devait adorer le seigneur, en le félicitant de son œuvre. M. Barrès, Mes cahiers,t. 8, juill. 1910-1 févr. 1911, p. 202.
B.− Emploi réfl. [Le suj. désigne une pers.; le pronon. réfl. est en fonction de compl. indir.] Accorder qqc. à soi-même (cf. sup. I B 2 a) :
70. Une délégation somma le patron de livrer tous ses encriers et toutes ses plumes. Huchon avait un stylographe. Les copains s'installèrent. − Nous nous accordons cinq minutes, montre en mains. J. Romains, Les Copains,1913, p. 23.
71. Il va falloir répondre des choses, repris-je d'une voix altérée. T'imagines-tu qu'il passera l'éponge si facilement? − Tu t'accordes beaucoup d'importance, Aldo, remarqua-t-elle d'une voix lointaine. Tu n'es pas humble. Ni toi ni moi ne comptons tellement dans cette affaire, ajouta-t-elle avec un ton d'évidence. J. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 265.
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [akɔ ʀde], j'accorde [ʒakɔ ʀd]. Enq. : /ako2 ʀd/. Conjug. parler. 2. Dér. et composés : accord, accordable, accordage, accordailles, accordance, accordant, accordé (-ée) subst. masc. et fém. et adj., accordement, accordéon, accordéoniste, accordeur, accordo, accordoir, Cf. corde. 3. Forme graph. − Pour la graph. acc-, cf. accabler. Fér. Crit. t. 1 1787 propose les graph. accorder ou acorder avec un seul c.
Étymol. ET HIST. I.− « Mettre d'accord » 1. 1100 trans. « réconcilier (qqn) » (Roland, éd. Bédier, 74 : Par vos saveirs sem puez acorder); 1100 pronom. « faire la paix avec (qqn; d'une pers.) » (ibid., éd. Bédier, 2621 : A Charlemagne se vuldrat acorder); 1165 (?) et au Moy. Âge seulement acorder a + inf. « mettre (qqn) en état de, le rendre capable de » + inf. (Clef d'amors, éd. Doutrepont, 647 ds T.-L. : Sera tost la dame acordee A bien amer...); d'où divers emplois : a) 1172-74 trans. « arrêter, décider (ici un acte jur.) » (G. de Pont Ste Maxence, Vie St Thomas, éd. Hippeau, 1826, ibid. : Quant le jugement [li jugemenz] fu fez et acordez). − 1665, Retz, Conjuration de Fiesque ds Dict. hist. Ac. fr., I, 1865, 514 b; b) 1554 prob. seulement au xvies. « conclure un accord » (Amyot, Traduction de Diodore, XIV, 7 ds Hug. : [Les Grecs] commencerent à entrer dedans le pays de la Medie, de laquelle estoit gouverneur Tiribazus, qui accorda avec eulx et les laissa passer comme bons amys); c) 1158-1180 mus. trans. acorder a « mettre en harmonie (la voix avec l'instrument) » (Thomas, Roman de Tristan, éd. Bédier, 844 ds T.-L. : La dame chante dulcement, La voiz acorde a l'estrument); xives. trans. « mettre en accord les sons d'un instrument suivant le diapason » (G. de Machault, 9 ds Littré : David li prophete jadis, Quant il voloit apaisier l'ire De Dieu, il acordoit sa lire Dont il harpoit si proprement); d) xves. trans. dr. « (d'un père) promettre une fille en mariage » (Cte d'Artois, 20 ds Gdf. Compl. : la belle fut adcordee au noble conte); e) xves. gramm., trans. « mettre entre les mots d'une même phrase la concordance que prescrit la syntaxe » (E. Le Goust, Response au rondeau 42 de Charles d'Orléans ds DG : Accorder... l'adjectif et le substantif); f) 1677 peint. pronom. « assortir, harmoniser les couleurs et les nuances » (R. de Piles, 2eConvers., p. 292 ds Brunot t. 6, p. 708 : Ainsi toutes les couleurs... doivent s'accorder et convenir, pour ainsi dire, en une couleur... cet accord se fait de deux façons); appliqué à l'archit. Besch. 1845 s.v. : accorder... Archit. Joindre un vieil ouvrage à un neuf. Appliquer à un ouvrage des parties de construction d'un goût différent; g) 1687 mar. « faire effort de concert en nageant [ramant] dans un canot » (Desroche, Dict. des termes propres de mar. : Acorde. C'est un commandement que l'on fait à l'équipage de la chaloupe pour le faire nager ensemble). − 1922 (Lar. univ. s.v. : Accorde! Mar. Commandement adressé aux rameurs pour qu'ils rament ensemble. N. f. Commander l'accorde); 1831 pronom. « id. en halant sur un cordage » (Will. : Accorder (s') v. r.... On doit de même s'accorder en halant sur un cordage; pour agir ensemble dans l'effort); 2. 1291 « concéder » (Cart. de N. D. de Beaug., fo22 ro, A. Loiret ds Gdf. Compl. : Je vuil et otroy et acors). II.− « Être d'accord » 1170 pronom. « (d'une chose) être compatible avec, s'harmoniser avec (qqc.) » (Cligès, éd. Foerster, 1884 ds T.-L. : Ne s'acordent pas bien ansamble Repos et los, si con moi sanble); 1remoitié du xiiies. intrans., puis pronom. « id. (en parlant de pers.) » (Henri d'Andeli, éd. Héron, IV, 3, ibid. : C'est granz domages et granz deuls Que li uns a l'autre n'acorde), d'où divers emplois : a) xiie-xiiies. mus. « être au même diapason (de plusieurs instruments) » (Aiol et Mirabel, éd. Foerster, 4267, ibid. : A fait ses cors soner, Ses olifans bondir et acorder); b) 1607 gramm., « être en accord », pronom. Hulsius, Dict. d'apr. FEW, vol. 24, fasc. 134, p. 83a. Empr. au lat. *accordare, formé à la suite de concordāre, discordāre (de cor « cœur ») d'apr. des couples tels que consentio − adsentio. Lat. concordāre, intrans. signifie « être d'accord »; très rarement trans. « mettre d'accord » : obj. inanimé, attesté en 405 (Secundini Manichaei ad Augustinum epistula, p. 895, 1. 23 ds TLL s.v., 89, 23; déjà chez Pline, Nat. hist., 16, 173, ibid., 89, 22, mais texte jugé douteux par Ernout (Philologica, II, p. 180), obj. animé (St Jérôme, Adv. Jovin., 1, 48, ibid. 89, 26); cet emploi trans. a été assumé par le nouvel *accordare. À la différence de consentio, réputé « abstrait », concordo, au contraire concr. (Ernout, loc. cit.), s'intègre dans la série des verbes exprimant un accord intellectuel ou moral d'apr. une image empr. aux sens : type concino, consono : d'où association faite dès le lat., de cor- c(h)orda (au plur. « instruments à cordes, lyre ») dans concordare : cf. Festus ds Ernout, loc. cit., p. 182 : Fides genus citharae dicta, quod tantum inter se cordae ejus quantum inter homines fides concordet, et Cassiodore, Var., 2, 40, 12 ibid. : hinc etiam appellatam aestimamus cordam, quod facile corda moveat. Cette hyp. d'Ernout écarte donc l'hyp. lat. *acchordare (du lat. chorda « corde d'un instrument de mus. ») (FEW, REW3) et celle de accorder terme de mus., dér. de corde (Gamillscheg ds Z. rom. Philol., t. 43, 1923, 516). − Gröber ds Arch. lat. Lex., I, 234. − Pour l'emploi de accorde comme terme de mar., on peut se demander si l'explication habituelle comme forme impér. du verbe accorder est acceptable, et s'il n'est pas plutôt la continuation techn. de l'a. fr. accorde, subst. fém. synon. de accort « accord ». (Cf. estre d'acorde; faire qqc. d'une acorde, Gdf. « de concert »).
STAT. − Fréq. litt. abs. : 5051. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 9 393, b) 4 818; xxes. : a) 5 449, b) 7 606.
BBG. − Dagn. 1965. − Dupin-Lab. 1846. − Ernout (A.). Philologica. 2. Paris, 1957, pp. 179-180. − Foulq.-St.-Jean 1962. − Gamillscheg (E.). Zu Walther von Wartburgs Französischem etymologischen Wörterbuch. Z. rom. Philol. 1923, t. 43, p. 516. − Gramm. t. 1 1789. − Gröber (G.). Vulgärlateinische Substrate romanischer Wörter. Archiv für lateinische Lexicographie und Grammatik. 1884, t. 1, p. 234. − Rougnon 1935. − Tournemille (J.). Accorder ses faveurs. Vie Lang. 1965, no157, p. 222. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Verbe

accorder \a.kɔʁ.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’accorder)

  1. Mettre d’accord.
    • Accorder les cœurs.
    • Accorder une personne avec une autre.
    • Ces deux hommes étaient en procès, en querelle, on vient de les accorder.
    • Nous tâcherons de nous accorder.
  2. Ne pas rejeter ce qu'on vous propose, ne pas refuser ce qui est demandé ; reconnaître pour vrai.
    • Les successeurs de Descartes nient l'efficace des causes secondes; Descartes en partie la nie et en partie l’accorde. Il l'accorde explicitement, mais implicitement il la nie. — (Jules Simon, Introduction de: « Œuvres de Descartes », édition Charpentier à Paris, 1845)
    • Deux marchands qui se rendent au camp nous demandent la permission de voyager avec nous pour plus de sécurité. Elle leur est accordée, […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 52)
  3. Concilier de façon à ôter l’apparence de contradiction.
    • Accorder les Écritures.
    • Il n’est pas facile d’accorder ces deux textes, ces deux passages.
    • Comment accorder toutes ces lois ?
  4. (Régionalisme) Convenir.
    • Tu passes me voir quand ça t’accorde.
    • J'avais déjà trouvé un navire en partance pour l'Amérique et accordé pour mon passage. — (Philippe Suchard, Un voyage aux États-Unis d'Amérique, chapitre III ; Éditions de la Baconnière, Boudry [Suisse], 1947, p. 12)
  5. (Musique) Mettre plusieurs instruments au même diapason.
    • Accorder les tons.
    • Ces voix s’accordent parfaitement.
  6. (Peinture) Assortir les couleurs et les nuances de manière à produire un effet harmonieux.
    • Ces deux couleurs s’accordent bien.
  7. Octroyer ; concéder.
    • Cela est absolument inadmissible. Il ne faut jamais accorder à une seule personne, fût-elle en danger de mort, le privilège exorbitant de mettre en péril, et en péril très grave, toutes les personnes qui font partie d'un train. — (Maxime Du Camp, Les chemins de fer à Paris, dans la Revue des deux mondes, V.74, 1868, page 127)
    • La grande avenue était complètement déserte : on avait accordé trois heures aux habitants pour vider les lieux, et tout le monde, semblait-il, s’était hâté d’en profiter. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 304 de l’éd. de 1921)
    • Aujourd'hui, on fait grief à la France de ne pas concéder à l'Alsace cette même autonomie que l'Allemagne avait accordée au Reichsland. Mais quelle était donc cette autonomie ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • À une date indéterminée, le Capétien aurait accordé aux « habitants de la ville où il avait été sacré roi » et à ses faubourgs […] divers privilèges : […]. — (Eric Bournazel, Louis VI le Gros, Fayard, 2007)
  8. (Grammaire) Mettre entre les mots d'une même phrase la concordance que prescrit la syntaxe.
    • D. Quand les participes passifs sont déclinables , à quoi les fait-on accorder ?
      R. On les fait accorder ou avec un nom substantif, ou avec le nominatif du verbe, ou avec le régime absolu du verbe.
      — (Pierre Restaut, Principes généraux et raisonnés de la grammaire françoise, Paris : chez Jean Dessain, 1730, 5e éd. revue & corrigée, Paris : chez Lottin, 1745, chap.3, art. 2 , p. 351)
    • M. Copernic lui a chanté une chanson […] sur la grammaire telle qu’on l’apprend au pays des rêves. C’et sur l’air du Bon tabac :
      Tous les mots s’accordent au pays des rêves
      Et dansent ensemble le long des cahiers ;
      Le pluriel et le singulier
      Et tous les participes passés ;
      Les noms composés par deux se promènent
    • Et font des sourires aux mots dérivés ! — (Colette Vivier, La maison des petits bonheurs, 1939, éd. Casterman Poche, page 189.)Et les cédilles, ça ressemblait à rien ces zigouigouis, quant au verbe avoir qui s'accordait tantôt avec le complément d'objet direct tantôt pas, c'était un cauchemar. — (Akli Tadjer, Alphonse, Jean-Claude Lattès, 2005)
  9. (Marbrerie) Joindre, c'est en montant les pièces de marbre, les faire affleurer, les faire joindre avant de les polir.
  10. (Pronominal) Se mettre d'accord ; s'entendre sur un sujet.
    • Les deux chevaliers s'étant donc accordés avec un égal plaisir à se reconnaître frères d'armes , ils se séparèrent pour ce moment, après mille protestations d’amitié. — (Pierre Louis de Rigaud Vaudreuil , Tableau des mœurs françaises aux temps de la chevalerie, Paris : Adrien Égron, 1825, vol.1, page 65)
    • Ils sont de même humeur, ils s’accorderont bien ensemble.
    • Les deux esprits n’auront pas de peine à s’accorder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACCORDER. v. tr.
Mettre d'accord. Accorder les cœurs. Accorder une personne avec une autre. Ces deux hommes étaient en procès, en querelle, on vient de les accorder. Nous tâcherons de nous accorder. Accordez-vous avec vous-même. Je m'accorde avec vous en ce point, sur ce point. Ils s'accordent tous pour me tromper, pour me perdre. Ils sont de même humeur, ils s'accorderont bien ensemble. Les deux esprits n'auront pas de peine à s'accorder. Prov., Ces gens s'accordent comme chien et chat, Ils ne peuvent s'accorder, ils ne sauraient vivre ensemble.

S'ACCORDER se dit aussi généralement de Toutes les choses qui ont entre elles de la convenance, de la ressemblance, de la conformité, du rapport, en quelque manière que ce soit. Ces voix s'accordent parfaitement. Ces deux couleurs s'accordent bien. Ce que vous me dites aujourd'hui ne s'accorde pas avec ce que vous m'avez dit hier. Ces deux passages ne s'accordent pas.

ACCORDER, en parlant de doctrine, d'opinions, de lois, etc., signifie Concilier de façon à ôter l'apparence de contradiction. Accorder les Écritures. Il n'est pas facile d'accorder ces deux textes, ces deux passages. Comment accorder toutes ces lois? En termes de Peinture, Accorder les tons, Assortir les couleurs et les nuances de manière à produire un effet harmonieux. En termes de Musique, Accorder un violon, une basse, une harpe, un piano, etc., En mettre toutes les cordes juste au même ton. Ce musicien a été longtemps à accorder son violon. Accorder des instruments les uns avec les autres, Les mettre tous au même ton. Accorder des violons et des basses au ton du piano. Prov. et fig., Accordez vos flûtes, Convenez de ce que vous voulez faire, convenez des moyens de faire réussir votre dessein. Cette expression a vieilli. Par extension, il signifie Octroyer, concéder. Accorder un privilège, une grâce, une faveur. Le pape accorda tant d'années d'indulgence. Dieu ne lui a pas accordé de vivre assez longtemps pour voir ses enfants établis. Je lui accorde tout ce qu'il demande. Accorder une demande, En accorder l'objet. Accorder une jeune fille en mariage, La promettre à celui qui la demande pour l'épouser. Accorder du temps à un débiteur, Consentir à retarder l'époque où il doit s'acquitter.

ACCORDER signifie encore Reconnaître pour vrai. Je vous accorde cette proposition. C'est une vérité de fait qu'il faut que vous m'accordiez. Accordez-moi ce principe, cette hypothèse, ce point de départ. J'accorde qu'il a eu raison de refuser; mais il y a la manière. En termes de Grammaire, il signifie Mettre entre les mots d'une même phrase la concordance que prescrit la syntaxe. Suivant les règles de la Grammaire, il faut accorder l'adjectif avec le nom en genre et en nombre, et, quand les langues ont des cas, les accorder aussi en cas. On dit plus ordinairement Faire accorder. Il faut faire accorder le verbe avec son sujet. Le verbe s'accorde, doit s'accorder en nombre et en personne avec son sujet.

Littré (1872-1877)

ACCORDER (a-kor-dé) v. a.
  • 1Mettre en bonne intelligence, concilier, arranger. Accorder deux plaideurs. Accorder des ennemis. Accorder un différend. Comme le sujet de leur querelle fut public, elle fut accordée au sortir du palais par M. le duc d'Orléans, La Rochefoucauld, Mém. 182. Le ciel, qui de sa main daigna nous accorder, Doit faire que l'effet à l'attente réponde, Rotrou, Antig. I, 4.
  • 2Effacer les contrariétés, les désaccords, concilier. C'est celle qui accorde les contrariétés par un art tout divin, Pascal, édit. Cousin. Il accorde en peu de mots l'immatérialité de l'âme avec le pouvoir qu'a la matière d'altérer ses fonctions, Pascal, ib. Mais d'ailleurs comment pourrions-nous accorder avec l'infinie bonté de Dieu, notre Créateur et notre père, de nous avoir appelés à un état où il ne nous fût pas possible d'obtenir la souveraine béatitude ? Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 77. Accordez ces discours que j'ai peine à comprendre, Corneille, Mort de P. V, 3. D'Albe avec mon amour j'accordais la querelle, Corneille, Hor. I, 4. Accordez le respect que mon trône vous donne Avec cet attentat sur ma propre personne, Corneille, Sert. II, 2. Vous saurez accorder votre amour et ma gloire, Corneille, Sert. III, 4. Quelle convention peut-il y avoir entre J. C. et Bélial, et comment peut-on accorder le temple de Dieu avec les idoles ? Bossuet, Hist. II, 358. Pour accorder le franc arbitre et la prédestination, La Mothe le Vayer, 12. Comment peut-on avec tant de colère Accorder tant d'amour ? Racine, Ath. III, 8. … je saurai peut-être accorder quelque jour Les soins de ma grandeur et ceux de mon amour, Racine, Andr. I, 2. Il a accordé une piété solide avec une profonde érudition, Fontenelle, Oracl. 9. Il faut accorder les contradictions qui ne sont qu'apparentes ; il faut faire un choix bien raisonné, quand elles sont réelles, Fontenelle, de Lisle. J'étais fatigué de me trouver toujours entre deux hommes que je ne pouvais accorder [qui conseillaient des choses opposées], Fénelon, Tél. XII. Pouvant accorder la résidence avec la cour, Sévigné, 453.

    Accorder en ce sens prend avec, et quelquefois à : Je ne sais s'il y a moyen pour donner des règles fermes, pour accorder les discours à l'inconstance de nos caprices, Pascal, Pens. I, 3. … un prince aimable Qui sait accorder si bien… Aux talents d'un capitaine Les vertus d'un citoyen, Chaulieu, à Vendôme.

  • 3Demeurer d'accord, avouer. J'accorde cette proposition, ce fait. Oui, j'accorde qu'Auguste a droit de conserver L'empire où sa vertu l'a fait seule arriver, Corneille, Cinna, II, 1. De quel poids peut être le suffrage d'un homme comme moi, d'un homme sans lettres et sans étude ? On vous l'accorde ; l'Église peut fort bien se passer de votre suffrage, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 347. Plutôt que d'accorder qu'il faille dire la forme d'un chapeau, j'accorderais que…, Molière, le Mar. forcé, 6. Ils ne nient ces choses ni ne les accordent ; ils n'y pensent point, La Bruyère, 16. Au cas qu'on ait accordé les principes, et qu'on demeure ferme à les avouer, Pascal, Pensées, I, 3.
  • 4Concéder. Accorder un privilége, une grâce, une demande. Il lui accorda de venir auprès de lui. Accordez-moi une audience. Ne rien accorder aux faiblesses de la nature. Les dieux ne lui ont pas accordé de revoir sa patrie, Fénelon, Tél. III. Je ne te veux qu'un mot ; accorde ma prière, Rotrou, St-Genest, IV, 4. Puisque vous le voulez, j'accorde qu'il le fasse, Corneille, Cid, IV, 5. Une vie où l'on n'accorde rien aux passions extrêmes, Massillon, Rich. Accorder à Dieu une chiquenaude pour mettre le monde en mouvement, Pascal, édit. Cousin. On se remet en grâce avec eux ; on leur pardonne, et on leur demande qu'ils nous accordent le même pardon, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 300. Il est vrai, reprit Jésus-Christ, Moïse vous l'a accordé, mais il ne l'a accordé qu'à la dureté de votre cœur, Bourdaloue, ib. p. 360. De n'avoir point de repos que les superfluités ne me soient accordées, Bourdaloue, ib. p. 405. Lorsqu'on verra qu'elle s'accorde tous les soulagements et se ménage toutes les douceurs qu'elle est en pouvoir de se procurer, Bourdaloue, ib. p. 467. Il semble que l'on n'entre dans un emploi que pour pouvoir obliger et n'en rien faire ; la chose la plus prompte et qui se présente d'abord, c'est le refus ; et l'on n'accorde que par réflexion, La Bruyère, 11.
  • 5Accorder une fille, la promettre en mariage. Mon père est près de m'accorder, La Fontaine, Nic.
  • 6 Terme de musique, mettre d'accord. Accorder la voix avec un instrument. Accorder un piano. On a un vieux clavecin ; Émile l'accorde, Rousseau, Ém. V. Pour accorder ma flûte avec ton instrument, Régnier, Sat. X. Il semble… Que Phébus à leur ton accorde sa vielle, Régnier, Sat. III. Près du temple sacré, les Grâces demi-nues Accordent à leurs voix leurs danses ingénues, Voltaire, Henr. IX. C'est ressembler à un musicien qui se contenterait de trouver des sons harmonieux, et qui ne se mettrait point en peine de les unir et de les accorder pour en composer une musique douce et touchante, Fénelon, Tél. XXII.
  • 7En peinture, accorder les tons, assortir les couleurs et les nuances.
  • 8 Terme de grammaire, mettre l'accord entre les mots. Accorder un verbe avec son sujet en personne et en nombre.
  • 9S'accorder, v. réfl. S'arranger, être arrangé à l'amiable. Leur différend s'est accordé. Les deux adversaires se sont accordés. Tu n'as dans leur querelle aucun sujet de craindre ; Elle a trop fait de bruit pour ne pas s'accorder, Corneille, Cid, II, 3.
  • 10Être d'accord, en bonne intelligence. Moi-même, je ne m'accorde pas toujours avec moi-même, Bossuet, Conn. de Dieu. Les nôtres bien souvent s'accordent mal ensemble, Corneille, Poly. IV, 6. L'enfant et le héros s'accordent mal ensemble, Corneille, Œd. II, 4. Est-il possible que celui-là m'estime, en l'estime duquel tous nos ennemis s'accordent ? Guez de Balzac, Lett. I, 2. On dit communément ami jusqu'aux autels, pour signifier que, dans toutes les autres choses qui n'ont nul rapport à la religion, et qui d'ailleurs ne sont pas mauvaises en elles-mêmes, on peut s'accorder avec un ami, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 273. Hélas ! combien se sont liés et accordés ensemble aux dépens du pauvre et de l'innocent, Bourdaloue, ib. p. 304. Réunissons trois cœurs qui n'ont pu s'accorder, Racine, Andr. V, 5. [Un roi qui] meurt, et laisse après lui, pour venger son trépas, Deux fils infortunés qui ne s'accordent pas, Racine, Mithr. I, 1. Si sa bouche s'accorde avec la voix publique, Racine, Bérén. I, 3. La vérité s'accorde avec la renommée, Racine, Baj. I, 2. Que ta voix s'accorde avec ce que j'écris, Racine, Iph. I, 1. Tous deux jaloux de plaire et plus de commander, Ils sont montés trop haut pour pouvoir s'accorder, Voltaire, Catil. I, 6. [Ils] rapprocheront trois cœurs qui ne s'accordaient pas, Voltaire, Irène, V, 3. Les Anglais avec moi pourraient mal s'accorder, Voltaire, Adél. IV, 5. Nos volontés ne s'accordaient pas avec les siennes, Lesage, le Bach. I, 139. On était prêt à passer à une guerre ouverte, lorsqu'on s'accorda de part et d'autre de s'en tenir aux décisions de l'oracle, Fénelon, Philos. Thalès. Accordez-vous donc avec vous-mêmes, Massillon, Injust. Qu'il est rare, mes frères, que la nature s'accorde avec la grâce, Massillon, Car. Vocation. Cette république [l'Europe chrétienne], quoique divisée, s'était accordée longtemps dans les projets des croisades, Voltaire, Ess. sur l'hist. gén. I, 333. Hélas ! ces deux partis, sans pouvoir se détruire, Ne se sont accordés qu'à déchirer l'empire, Ducis, Macbeth, I, 1.
  • 11Demeurer d'accord, consentir à. Les provinces s'accordaient encore à cette forme de gouvernement, Perrot D'Ablancourt, Tac. 3. Madame, enfin Galba s'accorde à nos souhaits, Corneille, Oth. II, 3. Je ne désespère pas de me pouvoir accorder de cela avec vous, Voiture, Lett. 52. Étant tous unis dans le dessein de perdre M. Arnauld, ils se sont avisés de s'accorder de ce terme de prochain, que les uns et les autres disaient ensemble, quoiqu'ils l'entendissent diversement, Pascal, Prov. 1. A tout ce qu'on disait, doucet je m'accordais, Régnier, Sat. X. Charnacé stipule qu'il le couchera [le tailleur], le nourrira et le payera avant de le renvoyer ; le tailleur s'y accorde et se met à travailler, Saint-Simon, 59, 236.
  • 12Être en accord, en conformité, en rapport. Ces maximes ne s'accordent pas au dessein de la plupart des gens, Pascal, Prov. 5. La force s'accorde avec cette bassesse, Pascal, édit. Cousin. Mon récit ne s'accorde guère avec ce que raconte cet auteur, Bossuet, Hist. I, 7. Sa demande s'accorde à mon désir, Molière, Mis. V, 2. Le moyen de lui résister quand elle [la voix de la nature] s'accorde à la voix du cœur ? Rousseau, Hél. I, 10. Toute religion qui pourrait s'accorder avec le code, serait admise ; toute religion qui ne s'y accorderait pas, serait proscrite, Idem, I, 447. Il n'y a aucun de ces tempéraments qui puisse, en quelque manière, s'accorder non-seulement avec le christianisme le plus exact et le plus étroit, mais avec le christianisme le plus modéré et le moins sévère, Bourdaloue, Pensées, t. II, p. 259. Le zèle de la religion et l'amour des richesses, principes bien opposés, s'accordaient à augmenter tous les jours le nombre des découvertes dans les climats lointains, Fontenelle, Delisle. Tout cela, évalué avec toutes les précautions nécessaires, s'accordait à donner à la Méditerranée la même étendue que les observations astronomiques dont on voulait se défier, Fontenelle, ib.
  • 13Être concédé. Des grâces pareilles s'accordent difficilement. Comme cette dignité ne s'accorde pas toujours au mérite.
  • 14En grammaire, prendre, autant qu'il est possible, les mêmes formes accidentelles. L'adjectif s'accorde en genre et en nombre avec son substantif, c'est-à-dire qu'il en prend le genre et le nombre. Le verbe s'accorde en nombre et en personne avec son sujet, c'est-à-dire qu'il se met au même nombre et à la même personne.

    PROVERBE

    Accordez vos flûtes, c'est-à-dire faites vos préparatifs, vos arrangements.

REMARQUE

1. S'accorder, dans le sens d'être d'accord, régit l'infinitif avec à : Les évangélistes s'accordent à nommer saint Pierre devant tous les apôtres. On se sert aussi, bien que plus rarement, de la préposition de : Ils s'accordèrent tous de prendre ce parti.

2. Accorder, dans le sens de reconnaître, régit l'indicatif ou le subjonctif, si la phrase est affirmative : J'accorde que cela est ou que cela soit, qu'il le fera ou qu'il le fasse ; mais le subjonctif seulement, si elle est négative : Je n'accorde pas que cela soit. Quand la phrase est affirmative, le sens est différent avec le subjonctif ou l'indicatif : J'accorde que cela soit, signifie une concession provisoire ; je ne sais si cela est, mais je l'accorde. Au contraire, j'accorde que cela est indique une concession définitive : vous m'avez convaincu ; je donne mon assentiment.

3. Accorder, dans le sens de octroyer, veut toujours le subjonctif : J'accorde que vous fassiez cela. J'ai accordé à mon fils qu'il allât à Paris. On pourrait aussi, au temps passé, se servir du conditionnel : Il lui accorda qu'il irait à Paris. Autrement, on emploie de avec l'infinitif : Je vous accorde de faire cela, d'aller à Paris.

SYNONYME

ACCORDER, RACCOMMODER, RÉCONCILIER. Mettre l'union entre des personnes qui sont en opposition. On accorde ceux qui sont en dispute pour des prétentions ou des opinions. On raccommode ceux qui se sont brouillés. On réconcilie ceux qui entretiennent entre eux des inimitiés. Entre les gens qu'on accorde, il peut n'y avoir rien de personnel ; entre les gens qu'on raccommode ou qu'on réconcilie, des affaires personnelles, des passions, des intérêts sont toujours intervenus. La nuance est faible entre raccommoder et réconcilier. Raccommoder est plus familier que réconcilier, et quand il est nécessaire de les distinguer, il y a entre eux la différence qu'il y a entre la brouille et l'inimitié.

HISTORIQUE

XIe s. À Charlemagne [il] se voudrat acorder, Ch. de Rol. 185. Mais Guenelon fai (fais) acorder au rei, ib. 285.

XIIe s. Se m'i poez par enging acorder, Ronc. p. 4. A cel conseil s'acordent tel cinq cent chevaliers, Sax. 16. Les enemis faisiens [nous faisions] acorder et païer [mettre en paix], ib. Sire, car faites mander Vos barons et acorder, Hues de la Ferté, Romanc. p. 191. Bien fust ore la terre de mon pere escillie [ruinée], Se la guerre ne fust acordée et païe [appaisée], Audefroi le Bastard, Rom. p. 12.

XIIIe s. Si ne se purent à cele fois acorder, por ce qu'il lor sembla qu'il n'avoient mie encore deniers assez, Villehardouin, 8. Et s'acorderent entre aux [eux] à ce qu'il se trairoient envers Venise, Villehardouin, ib. 10. Dame, bien m'i puis acorder, la Rose, 5523. Li aucun des homes voelent dire que… mais je ne m'i accort pas, Beaumanoir, X, 9. En heritages qui sont tenu en vilenages, s'acorde nostre coustume à l'usage de France, Beaumanoir, XVIII, 24. Et por ce je m'acort que longe prison li soit baillie, Beaumanoir, XXX, 19. Que la vieille sa mere s'est au roi acordée…, Berte, 16. Ensi s'accorderent tout au mainsné [puîné], Chr. de Rains, p. 3. Au conseil que nous lui donames s'acorda li rois, dont la royne fu moult lie, Joinville, 288. Je lui demandai au quel avis il s'acordoit, et il me dit : Je m'acorde que nous nous laissons tous tuer ; si nous en irons tous en paradis. Mais nous ne le creumes pas, Joinville, 240. Le traité de l'acorder fu tel que l'en devoit rendre au soudanc Damiete…, Joinville, 237. Ainsi li rois acorda le comte de Champaigne à la royne de Chypre, Joinville, 204. À tant qu'il sceust se li amiraus de Egypte lui acorderoient la treve que il avoient rompue, Joinville, 161. Acordé fu que le roy descendroit à terre le vendredi devant la Trinité, Joinville, 214.

XIVe s. David li prophete jadis, Quant il voloit apaisier l'ire De Dieu, il acordoit sa lire, Dont il harpoit si proprement, Machaut, p. 9. Quand les paroles s'acordent as œuvres, il [elles] sont creues, Oresme, Eth. 295. A chose vraye toutes choses s'acordent, Oresme, ib. 17.

XVe s. Adonc [je] congneu que ma pensée Accordoit à ma destinée, Orléans, Bal. 62. Ains accorderent ses ennemis entre eux paisiblement et firent secretement savoir à la roine, Froissart, I, I, 9. Ainsi et sur cet estat fut la journée accordée de combattre [il fut convenu de combattre], Froissart, I, I, 91. Il leur accorda tout ce qu'ils demandoient, Froissart, II, III, 8. Et disoient les deputés au comte de Flandre : Cher sire, accordez vous tellement que nous reportions paix en la ville de Gand, Froissart, II, 2, 55. Et à ce s'accorde Aristote semblablement, Seneque et tous les autres sages, selon le contenu de leur dit, Christine de Pisan, II, 4. Leur capitaine saillit dehors à seureté pour cuider composer, il ne peut accorder, Commines, III, 9. Et le marquis s'y accorda et son oncle y contredit, Commines, VIII, 6. Et si l'on dit que par là… je m'accorderai assez que ung jeune roy le fist, Commines, VI, 13. Disant au dit duc que ceulx qui estoient en Bretaigne pourroient bien acorder sans lui…, Commines, II, 5.

XVIe s. Il n'a pu accorder avecques le pape, parce que il y demandoit excessive somme d'argent pour l'investiture de ses terres, Rabelais, Epi. 14. La tourterelle en gemit, et en mene Semblable deuil : et j'accorde à leurs chants, Marot, III, 298. … je confesse ce point, Que ce seul don ne t'accorderois point, Marot, IV, 59. Disant : Mon fils, ma parole et ma voix Trop de leger s'acorda à la tienne, Marot, ib. Nous avons aussi un autre ancien pere qui accorde à notre opinion, Calvin, Inst. 280. Et encore que nous leur accordissions que ceste dissimulation fust bonne pour quelque temps, Calvin, ib. 667. Par quoy ces deux choses s'accordent très bien, Calvin, ib. 904. Ils n'estiment point qu'un homme soit chrestien, sinon qu'il s'accorde à toutes leurs exterminations, Calvin, ib. 928. Le roi accorda trefve pour quelques jours, Montaigne, I, 23. Dionysius se mocquoit des musiciens qui accordent leurs flutes et n'accordent pas leurs mœurs, Montaigne, I, 145. Et cet aultre que Plutarque vouloit induire à s'accorder avecques son frere, Montaigne, I, 207. S'il advient que mes humeurs plaisent et accordent à quelque honneste homme…, Montaigne, IV, 114. Il advient souvent que les jugements d'aultruy ne s'accordent pas aux miens, Montaigne, IV, 123. A la fin ils accorderent entre eux qu'ils decideroient ce differend par le vol des oiseaux, Amyot, Rom. 14. Accorder une lyre ou une viole, Amyot, Thém. 2. Il arriva des ambassadeurs avec plein pouvoir d'accorder et appointer tous differends, Amyot, Alc. 23. Deidamia, estant encore petite garse, avoit esté accordée à Alexandre fils d'Alexandre le Grand et de Roxane, Amyot, Pyrrh. 7.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ACCORDER des instrumens, c’est tendre ou lâcher les cordes, allonger ou raccourcir les tuyaux jusqu’à ce que toutes les parties de l’instrument soient au ton qu’elles doivent avoir.

Pour accorder un instrument, il faut d’abord déterminer un son qui doit servir aux autres de terme de comparaison ; c’est ce qu’on appelle prendre ou donner le ton : ce son est ordinairement l’ut pour l’orgue & le clavecin, & le la pour le violon & la basse, qui ont ce la sur une corde à vuide, & dans un medium propre à être aisément saisi par l’oreille : telle est la chanterelle du violoncelle & la seconde du violon.

A l’égard des flûtes, hautbois, & autres instrumens semblables, ils ont leur ton à peu près fixe, qu’on ne sauroit gueres changer qu’en changeant quelque piece de l’instrument. On peut encore les allonger un peu à l’emboîture des pieces, ce qui baisse le ton de quelque chose : mais il doit nécessairement résulter des tons faux de toutes ces variations, parce que la juste proportion est rompue entre la longueur totale de l’instrument, & les intervalles d’un trou à l’autre.

Quand le ton est déterminé, on y fait rapporter tous les autres sons de l’instrument, qui doivent être fixés par l’accord selon les intervalles qui leur sont assignés. L’orgue & le clavecin s’accordent par quintes & par octaves ; la basse & le violon par quintes ; la viole par quartes & par tierces. En général on choisit toûjours des intervalles consonans & harmonieux, afin que l’oreille soit mieux en état de juger de leur justesse.

On remarque que les instrumens dont on tire le son par inspiration, comme la flûte & le hautbois, montent sensiblement quand on en a joüé quelque tems, ce qui vient, selon quelques-uns, de l’humidité qui, sortant de la bouche avec l’air, les renfle & les raccourcit ; ou plûtôt c’est que la chaleur & la raréfaction que l’air reçoit pendant l’inspiration rendent ses vibrations plus fréquentes, diminuent son poids ; & augmentant ainsi le poids relatif de l’atmosphere, rendent le son un peu plus aigu, suivant la doctrine de M. Euler.

Quoi qu’il en soit de la cause, il faut, au moment de l’accord, avoir égard à l’effet, & forcer modérément le vent quand on donne le ton avec ces instrumens ; car pour qu’ils restent d’accord durant le concert, il faut qu’ils soient un peu trop bas en commençant. (S)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « accorder »

Du bas latin accordare composé de ad, cor, cordis et -are.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bourguig. écodai ; provenç. et espagn. acordar ; ital. accordare. D'après Ménage, accorder vient de corda, corde. C'est une erreur ; il vient de à et cor, cœur (voy. ce mot), comme le prouvent le mot français concorder et les mots latins parallèles, concors, vecors, excors. Concordare a en latin presque tous les sens d'accorder, et Ovide a dit : « Concordant carmina nervis. » Accorder, dans l'acception de mettre d'accord un instrument de musique, est donc non la signification propre, mais la signification figurée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « accorder »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
accorder akɔrde

Évolution historique de l’usage du mot « accorder »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « accorder »

  • Vous faites accorder vos pianos ?... Faites donc accorder vos participes ! De Francis Blanche
  • Le courage est le prix que la vie exige pour accorder la paix. De Amélia Earhart
  • Personne ne veut accorder aux autres le droit de se tromper. De Johann Wolfgang von Goethe
  • C'est encore accorder quelque chose que de refuser avec grâce. De Publius Syrus / Sentences
  • Je préfère accorder de bonne grâce ce que je ne pourrais pas empêcher. De André Gide / Les faux-monnayeurs
  • Il ne faut rien accorder aux sens quand on veut leur refuser quelque chose. De Jean-Jacques Rousseau / Les confessions
  • J’ai tendance à semer le malentendu afin de m’accorder avec le plus grand nombre. De Serge Bouchard / Quinze lieux communs
  • Prouver que j'ai raison serait accorder que je puis avoir tort. De Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais / Le Mariage de Figaro
  • Il faut accorder une part d’humanité à celui qui commet des choses terribles. De Abderrahmane Sissako / Le Figaro et vous, 10 décembre 2014
  • Il y a des manières d’accorder les grâces, qui sont plus insupportables que le refus. De Chevalier de Méré / Maximes, sentences et réflexions morales et politiques
  • Refuser et accorder, c’est ce que les femmes savent faire à la perfection, et elles seules. De Georg Simmel
  • On ne doit pas accorder sa confiance à quelqu'un qui ne sourit jamais. De Henry de Montherlant
  • Se tromper et devoir cependant accorder sa confiance à son être intérieur, c'est cela un homme. De Gottfried Benn
  • On croit si volontiers tout ce qui, de près ou de loin, semble s'accorder à nos désirs ! De Michèle Mailhot / Le portique
  • Il n’y a qu’une façon, au fond, de s’accorder, c’est de penser librement. De Tristan Bernard / Le Poil civil
  • Dakar, 25 juin (APS) – L’entraîneur du FC Sochaux (Ligue 2 française), le Sénégalais Omar Daf, ne va pas accorder de passe-droits à ses compatriotes malgré leur présence massive au sein de l’effectif sochalien, pour demeurer en accord sur ce point avec sa ligne de conduite, assure Pape Fall, ancien international sénégalais reconverti entraîneur. "Omar (Daf), tout le monde connait comme un garçon intelligent et très sérieux, et il n’a pas besoin de changer d’attitude en dépit de la présence remarquée des internationaux sénégalais’’, a indiqué Pape Fall dans un entretien avec l’APS. , APS - Pape Fall : "Omar Daf ne va pas accorder de passe-droits à ses compatriotes à Sochaux'' (Pape Fall)
  • La France va accorder 350 millions d’euros de prêts en soutien à l’économie tunisienne, a annoncé lundi le président français, Emmanuel Macron, au cours d’une conférence de presse conjointe, tenue à l’Elysée, avec son homologue tunisien, Kaïs Saïed. , La France accorde 350 millions d’euros de prêt en soutien à l’économie Tunisienne | TRT Français
  • Les statuts des banques Raiffeisen interdisent aux 229 banques du groupe d'accorder des crédits sans garantie et en conséquence la conclusion et le développement de relations rentables avec la clientèle d'entreprises, selon un document dont le magazine a obtenu un exemplaire. , Presse: Raiffeisen souhaite pouvoir accorder des crédits non garantis | Zone bourse

Images d'illustration du mot « accorder »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « accorder »

Langue Traduction
Anglais grant
Espagnol conceder
Italien concedere
Allemand gewähren
Portugais conceder
Source : Google Translate API

Synonymes de « accorder »

Source : synonymes de accorder sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « accorder »

Accorder

Retour au sommaire ➦

Partager