Brouiller : définition de brouiller


Brouiller : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

BROUILLER, verbe trans.

A.− Rendre trouble par agitation. Brouiller un liquide, un vin (en remuant la lie).
P. anal. Rendre trouble, confus et inutilisable par quelque autre moyen. Brouiller une piste :
1. Quand le notaire les reçut enfin, et qu'il fallut signer, le vieux [Fouan] chercha ses lunettes, les essuya; mais ses yeux pleins d'eau les brouillaient, sa main tremblait... Zola, La Terre,1887, p. 333.
2. ... il n'y a plus de terrains d'aviation, donc plus d'avions, l'électronique est brouillée, les ports sont tous détruits et infectés, ... A. Beaufre, Dissuasion et stratégie,1964, p. 128.
P. ext. Agiter et mélanger de manière à mettre en complet désordre. Brouiller les cartes (avant un tirage) :
3. On a joué (...) au jeu du secrétaire : on écrivait des questions sur des bulletins; on pliait les bulletins, et on les brouillait dans une corbeille; chacun devait prendre une question au hasard... O. Feuillet, Le Journal d'une femme,1878, p. 6.
Emploi pronom. Devenir trouble, confus :
4. Les traits assez nets du Berry calcaire − le vrai Berry − se brouillent aux approches du Massif Central. Vidal de La Blache, Tabl. de la géogr. de la France,1908, p. 156.
B.− Au fig.
1. Mettre du désordre dans les idées ou les affaires. Mais ce qui surtout brouilla toutes les cervelles (A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 304):
5. − Monsieur, dit l'avoué, vous brouillez toutes mes idées. Je crois rêver en vous écoutant. De grâce, arrêtons-nous pendant un moment. Balzac, Le Colonel Chabert,1835, p. 46.
Locutions
Brouiller les pistes. D'autres policiers, notamment dans l'entourage de Briand, ministre des Affaires étrangères à l'époque, brouillaient les pistes (L. Daudet, Bréviaire du journ.,1936, p. 187).
Brouiller les cartes. Il paraît évident que Danton brouilla les cartes, espérant encore regagner la Gironde (G. Lefebvre, La Révolution fr.,1963, p. 350).
Emploi pronom. :
6. Maintenant elle trouvait plutôt que c'était elle qui avait tort. Mais elle ne savait plus bien, les choses se brouillaient dans sa tête; ... Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 977.
2. Rompre une union, faire naître la désunion entre des personnes :
7. Son père la force à bouder Paris; il veut la brouiller avec une amie intime; ... Stendhal, Lucien Leuwen,t. 1, 1836, p. 277.
Emploi pronom. Se brouiller avec qqn.Cesser d'être en bons termes :
8. ... j'ai hérité d'une part dans une fabrique d'objets en caoutchouc, je me suis brouillé avec ma belle-mère... Giraudoux, Siegfried et le Limousin,1922, p. 33.
3. Fam. Être brouillé avec qqc.Comprendre ou retenir difficilement qqc. :
9. ... qu'est-ce que ce monsieur assez bien de sa personne qui sortait comme j'entrais? Je dois le connaître (...) mais je ne l'ai pas remis, vous savez que je suis brouillé avec les noms... Proust, Le Côté de Guermantes 1,1920, p. 207.
PRONONC. : [bʀuje], (je) brouille [bʀuj].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1219 « altérer, abîmer » (Guill. le Maréchal, 7517, Meyer dans R. Hist. litt. Fr., t. 5, p. 304); 2. 1268-71 « mêler en dérangeant » (E. Boileau, Métiers, éd. G.-B. Depping, 272 dans T.-L.); 1611 brouiller les cartes, œufs brouillez (Cotgr.); 3. 1346-1407 « rendre trouble » (E. Deschamps, II, 181 dans Gdf. Compl. : La veue me trouble et breille); 1652-96 pronom. (Sévigné, 12 dans Littré : Le jeudi le temps se brouilla); 4. xve-xvies. « rendre confus [le cerveau] » (L'Amant ressuscité, p. 206 dans La Curne); 5. ca 1470 « désunir » (Trahison de France, p. 166 dans Gdf. Compl.); 1651 (Corneille, Nicomède, 564, cité dans Ch. Marty-Laveaux, Œuvres de Corneille, Paris, t. 11, p. 141 : Ah! ne me brouillez point avec la République). D'un gallo-roman *brodiculare (DEI; Gam. Rom.2t. 1, p. 384; EWFS2; v. aussi FEW t. 15, 1, p. 300a) dér. de *brodicare, postulé par le bergamasque brodigar « souiller » (DEI) et dér. du germ. *brod « bouillon », v. brouet. Cette hyp. est la seule à pouvoir rendre compte des formes anc. trisyllabiques du mot fr.; aussi l'hyp. d'une dérivation de l'a. fr. breu, brou (brouet*) d'apr. fouiller, souiller (Bl.-W.5; Dauzat 1968; REW3, no1321) est-elle à écarter.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 713. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 960, b) 769; xxes. : a) 847, b) 1 293.
BBG. − Duch. 1967, § 45. − Gottsch. Redens. 1930, p. 217, 236, 292, 316. − Sain. Sources t. 2 1972 [1925], p. 135, 442, 444. − Schuchardt (H.). Romanische Etymologien. Sitzungsberichte der philosophisch-historischen Klasse der kaiserlichen Akademie der Wissenschaften. 1899, t. 141, no3, p. 139. − Tilander (G.). Rem. sur le Roman de Renart. Göteborg, 1923, p. 167.

Brouiller : définition du Wiktionnaire

Verbe

brouiller \bʁu.je\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se brouiller)

  1. Mettre pêle-mêle, mêler, mélanger.
    • Pourquoi ce bœuf impassible, et qui ne rumine même pas, semble-t-il attendre, pour ne pas brouiller l’herbe française avec l’herbe allemande ? — (Jean Giraudoux, Retour d'Alsace - Août 1914, 1916)
  2. Troubler, déranger, altérer, en parlant de choses matérielles qui ne peuvent être mêlées.
    • Voulez-vous donc laisser au gibier le temps de brouiller la voie ? Donnez du cor, mordious ! — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • À l'inverse, sur le territoire d'Abbobsbrook, proche de la rivière, l'« autre chaîne » était tellement brouillée qu'elle en devenait inregardable. Il n'aurait servi à rien d'essayer de la capter. — (Adam Mars-Jones, Pied-de-mouche, traduit de l'anglais (Royaume-Uni) par Richard Cunningham, Éditions Jean-Claude Lattès, 2010)
    • Brouiller du vin, remuer un tonneau, une bouteille de vin, en sorte que la lie ou le sédiment se mêle avec la liqueur.
    • Brouiller une serrure, en déranger les ressorts, l’empêcher de fonctionner.
    • Brouiller les verres d’une lunette, rendre troubles les verres d’une lunette, en détruire la transparence.
    • Brouiller la vue, rendre la vue trouble.
    • Brouiller le teint, causer une altération dans le coloris du teint.
    • Ce mouvement de bile lui a brouillé le teint.
    • Le temps se brouille, le temps se gâte.
  3. (Figuré) Bouleverser, confondre, troubler, en parlant de choses morales, ou des personnes.
    • Les vins puissants qu'il avait absorbés en quantité lui brouillaient la cervelle en même temps que les pensées d'amertume auxquelles il se livrait. — (Michel Zévaco, Le Capitan, 1906, Arthème Fayard, coll. « Le Livre populaire » no 31, 1907)
    • Largement relayées par les médias, les déclarations cacophoniques de la rentrée autour de la mise en place de la réforme — le ministre des comptes publics Gérald Darmanin affirmant qu’elle aurait lieu, le président de la République partageant ses doutes — ont encore contribué à brouiller le message. — (Aline Leclerc, Prélèvement de l’impôt à la source : « C’est comme un nuage qui va nous arriver dessus », Le Monde. Mis en ligne le 6 septembre 2018)
  4. (Figuré) (Par extension) Mettre la désunion ou la mésintelligence entre des personnes.
    • Waldeck-Rousseau était trop supérieur pour jouer au jeu misérable des colportages de propos. Et puis, loin de songer à brouiller les chefs d’État, il ne cherchait qu’à les rapprocher. — (Joseph Caillaux, Mes Mémoires, I, Ma jeunesse orgueilleuse, 1942)
    • Alphonse lui-même, qui semblait encore le meilleur de tous, eh bien ! ma chère, il s’est brouillé avec moi pour une misère. — (Perlette, chap.4, dans l'Artiste : Revue de Paris, 1847, 4e série, vol.9, p.198)
  5. (Par analogie) Mettre en dégoût.
    • Votre serviteur a fait la sottise de lire tout d’une haleine les érotiques grecs, ce qui a manqué le brouiller avec cette littérature qui, depuis un an, faisait ses délices, tant il a trouvé mauvais ces romanciers. — (« Réponse de M. Akerblad à Paul-Louis Courier, depuis Florence, le 16 novembre 1808 », dans les Œuvres complètes de P.L. Courier, précédées d'un essai sur l'auteur par Armand Carrel, Paris : chez Firmin Didot frères, fils & Cie, 1869, p. 286)
    • Cet homme est brouillé avec le bon sens, il n’est pas raisonnable, il est extravagant.
    • Il est brouillé avec la grammaire, il parle ou écrit incorrectement.
  6. (Pronominal) Mettre la désunion, la mésintelligence entre des personnes qui vivaient bien ensemble.
    • Les affaires se brouillent de tous côtés.
    • Son cerveau se brouille. On dit plus fréquemment dans ce sens embrouiller.
    • Ces deux amis se sont brouillés.
    • Il s’est brouillé avec toute sa famille.
    • Se brouiller avec la justice, s’exposer aux poursuites de la justice par quelque méfait.

Verbe

brouiller \Prononciation ?\ transitif (voir la conjugaison)

  1. Mêler.
    • Nus poissonniers de Paris ne puet ne ne doit brooueiller poisson, come morue salée, maqueriau salé et harenc blanc. — (Livre des métiers, XIIIe s.)
    • Meschant est qui te brouille [qui mêle le vin avec de l'eau]
      Je parle aux taverniers.
      — (Basselin, XVe s.)
  2. Embrouiller.
    • Hélas ! avocats emparlés,
      Mainte fois nous avez brouillés,
      Et maintenus en plaidoyers.
      — (Complainte du commun de France, XVe s.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Brouiller : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BROUILLER. v. tr.
Mettre pêle-mêle. Il a brouillé tous ses papiers. Un plat d'œufs brouillés. Brouiller les cartes, Les mêler avant de jouer. Il signifie, figurément et familièrement, Chercher à mettre du trouble dans une affaire, à l'embrouiller. Il signifie aussi Rendre confus, trouble, déranger, altérer, en parlant de choses matérielles qui ne peuvent être mêlées. Brouiller du vin, Remuer un tonneau, une bouteille de vin, en sorte que la lie ou le sédiment se mêle avec la liqueur. Cette potion, ce sirop se brouille. Brouiller une serrure, En déranger les ressorts, l'empêcher de fonctionner. Brouiller les verres d'une lunette, Brouiller une lunette, Rendre troubles les verres d'une lunette, en détruire la transparence. Brouiller le teint, Causer une altération dans le coloris du teint. Ce mouvement de bile lui a brouillé le teint. Brouiller la vue, Rendre la vue trouble. Le temps se brouille, Le beau temps se gâte. Il signifie aussi figurément Bouleverser, confondre, troubler, en parlant de choses morales, ou même des personnes. Brouiller les affaires. Les affaires se brouillent de tous côtés. Cet homme, si l'on n'y prend garde, brouillera tout. L'amour lui a brouillé la cervelle, lui a brouillé l'esprit. Ce que vous venez de lui dire a brouillé toutes ses idées. Son cerveau se brouille. On dit plus fréquemment dans ce sens EMBROUILLER. Il signifie encore figurément Mettre la désunion, la mésintelligence entre des personnes qui vivaient bien ensemble. Brouiller deux amis. L'intérêt, la rivalité les a brouillés. On les a brouillés par de faux rapports. Ces deux amis se sont brouillés. Il s'est brouillé avec toute sa famille. Fig. et fam., Cet homme est brouillé avec le bon sens, Il n'est pas raisonnable, il est extravagant. Il est brouillé avec la grammaire, Il parle ou écrit incorrectement. Fam., Se brouiller avec la justice, S'exposer aux poursuites de la justice par quelque méfait.

Brouiller : définition du Littré (1872-1877)

BROUILLER (brou-llé, ll mouillées, et non brouyé) v. a.
  • 1Mettre pêle-mêle, mêler. On a brouillé mes papiers. Un des noms reste encore, et le prélat par grâce Une dernière fois les brouille et les ressasse, Boileau, Lutr. I.

    Absolument. Elles filaient si bien, que les sœurs filandières Ne faisaient que brouiller auprès de celles-ci, La Fontaine, Fabl. V, 5.

    Fig. Brouiller les cartes, semer la discorde, mettre le désordre. Dans le même sens : Tu courus chez Satan brouiller de nouveaux fils, Boileau, Sat. XI.

    Brouiller des œufs, les battre et les mêler.

    Brouiller du vin, remuer du vin dans un tonneau, dans une bouteille, de manière que le dépôt se mêle avec le vin, ce qui le trouble.

    Brouiller le teint, en troubler l'uni et la fraîcheur. Ma mère en est la cause ; et ce qu'elle me dit Me brouille tout le teint, me sèche et m'enlaidit, Regnard, Distrait, III, 1.

    Brouiller une serrure, la déranger.

  • 2 Fig. Brouiller les affaires. Brouiller la vue. Brouiller l'esprit, les idées. L'amour lui a brouillé la cervelle. Brouiller la populace, Corneille, Perthar. III, 4. Elle brouille tout notre sort, Corneille, Héracl. V, 1. Là ma douleur trop forte a brouillé ces images, Corneille, Poly. I, 3. Je n'ai qu'à dire un mot pour brouiller bien des choses, Corneille, Othon, IV, 1. Les soucis, les ennuis nous brouillèrent la tête, Régnier, Sat. VI. L'empereur Constance brouillait tout dans l'Église, Bossuet, Hist. II, 12. Les hommes brouillaient les idées qu'ils avaient reçues, Bossuet, Hist. II, 2. Hérode brouille toutes choses, Bossuet, Hist. II, 5. Les musiciens ont étrangement brouillé ces distinctions, Rousseau, Ém. II. Ronsard qui le suivit, par une autre méthode, Réglant tout, brouilla tout, fit un art à sa mode, Boileau, Art p. I. Non, non ; faisons toujours ce que le ciel prescrit, Et d'aucun autre soin ne nous brouillons l'esprit, Molière, Tart. IV, 1. J'avais les plus belles pensées du monde, et vos discours m'ont brouillé tout cela, Molière, Festin, I, 2.
  • 3Brouiller quelqu'un, lui ôter la netteté de ses idées, l'embarrasser. Ce mot de grâce me brouille, je n'y suis point accoutumé, Pascal, Provinc. 4. Les détails frivoles de son domestique le brouillent comme les affaires les plus importantes, Vauvenargues, La libéralité. Sévère incessamment brouille ma fantaisie, Corneille, Poly. III, 1.
  • 4Confondre les choses en parlant. Que nous brouilles-tu ici de ma fille ? Molière, l'Avare, IV, 3.
  • 5Brouiller du papier, barbouiller du papier, écrire des choses inutiles.
  • 6Désunir des amis. Ils s'efforçaient de me brouiller avec vous. J'aurai pu jusqu'ici brouiller tous les chapitres, Boileau, Lutrin, I. Plus on veut les brouiller, plus on va les unir, Racine, Andr. I, 1. La déesse Discorde ayant brouillé les dieux, Et fait un grand procès là-haut pour une pomme, La Fontaine, Fabl. VI, 20. Ah ! ne me brouillez point avec la république, Corneille, Nicom. II, 3.
  • 7 V. n. Semer l'intrigue et le trouble. Appréhendant que les Français tranquilles chez eux ne portassent du secours aux rebelles des Pays-Bas, il saisit avidement cette occasion de brouiller, Anquetil, Ligue, II, 254.
  • 8Se brouiller, v. réfl. Se troubler. devenir confus. Ma mémoire se brouille. Les affaires de Babylone se brouillent ; et le temps marqué par les prophéties pour le rétablissement de Juda arrive parmi tous ces troubles, Bossuet, Hist. II, 4. Tout se brouille en Occident, Bossuet, Hist. I, 11. Les affaires de l'empire se brouillaient d'une terrible manière, Bossuet, Hist. I, 10. Les affaires parurent ensuite se brouiller un peu, Bossuet, Relat. Cela s'était brouillé dans ma tête, Sévigné, 462. Les idées se brouillent dans l'esprit du monde le plus net, Bossuet, Nouv. myst. 10.

    Le temps se brouille, le ciel se couvre de nuages ; et figurément : Le jeudi, le temps se brouilla [les affaires allèrent mal], Sévigné, 12.

    Se brouiller en parlant, s'embarrasser, se troubler.

  • 9Cesser d'être ami. Il se brouilla avec tous ses parents. Licinius se brouille avec lui, Bossuet, Hist. I, 10. Pompée et César s'unissent par intérêt et puis se brouillent par jalousie, Bossuet, Hist. III, 7.

    Se brouiller avec, renoncer à… Et ne nous brouillons point avec nos bons destins, Corneille, Sertor. IV, 2. Les jansénistes ne se brouillent ni avec la foi ni avec la raison, Pascal, Prov. 2.

    Familièrement. Se brouiller avec la justice, faire quelque action qui expose à être poursuivi en justice. Je n'ai pas l'esprit comme toi de me brouiller avec la justice, Molière, Fourb. I, 2.

  • 10 Terme de manége. On dit qu'un cheval se brouille quand, trop ardent, il confond ses mouvements, ou quand il ne peut bien se manier par la faute de celui qui le monte.

SYNONYME

BROUILLER, EMBROUILLER. Brouiller est le simple, sans aucune idée accessoire ; aussi peut-il également s'employer en bien comme en mal : on brouille des drogues, on brouille des œufs, c'est-à-dire on les mélange comme ces substances doivent être mélangées. Au contraire, embrouiller a toujours un sens défavorable : c'est porter un brouillement qui trouble et qui met le désordre. Puis, même dans les cas où ces deux verbes ont le même sens, c'est-à-dire expriment désordre et confusion, ils n'ont pas le même emploi : brouiller est encore ici plus général : on brouille toute espèce de chose, du vin, des papiers, du fil ; mais on n'embrouille que ce qui, étant brouillé, se trouve dérangé et mal en ordre. Par une conséquence analogue d'idées, embrouiller implique maladresse, malhabileté, ce que brouiller n'implique pas du tout : brouiller les affaires peut être un acte d'habileté, malfaisante sans doute, mais réelle ; tandis que embrouiller les affaires, c'est y porter le désordre par défaut d'intelligence et de lumières.

HISTORIQUE

XIIIe s. Nus poissonniers de Paris ne puet ne ne doit brooueiller poisson, come morue salée, maqueriau salé et harenc blanc, Liv. des mét. 272.

XVe s. Meschant est qui te brouille [qui mêle le vin avec de l'eau] ; Je parle aux taverniers, Basselin, XVIII. Vecy un passage que je ne sçay comment tu feras passer ton acteur [auteur] parmi, sans estre broullié beaucop ; car il est moult estroit, Chastelain, Exposition sur verité. Hélas ! avocats emparlés, Mainte fois nous avez brouillés, Et maintenus en plaidoyers, Monstrelet, Complainte du commun de France. Il n'eut guere allé, avant que le ventre lui brouillast tellement qu'il fut contraint de…, Louis XI, Nouv. LXXIX.

XVIe s. Combien qu'aujourd'hui beaucoup de sottes bestes se meslent de brouiller le papier, Calvin, 313. Soillez, broillez de leur sang, pluye et fanges, Marot, J. V, 138. Peut estre aussi que les ans, Après un long et long aage, Par estrangers courtisans Brouilleront nostre langage, Du Bellay, J. III, 34, recto. Que l'eternelle tempeste Qui brouille dedans ma teste Mille tourbillons enclos, Du Bellay, J. III, 78, recto. Là fut le vase, où les sorts se brouilloient, Du Bellay, J. IV, 40, verso. … car la guerre en avoit la serrure brouillée, Du Bellay, J. VI, 33, recto. Il bat et brouille l'eau pour d'aultres pescheurs, Montaigne, I, 121. Les avirons desrobbant le vaisseau soubs nous, je me sens brouiller la teste et l'estomach, Montaigne, IV, 4. Si ta force et vertu [du vin] surprend Et brouille nostre fantasie, Jean Lehoux, XII. Nous l'augmentons, et la brouillons encore d'avantage [la colère], Amyot, Comment refrén. la col. 42. Un vin brouillé et demy d'eau, Straparole, Nuits, t. II, p. 160, dans LACURNE SAINTE-PALAYE.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brouiller »

Étymologie de brouiller - Wiktionnaire

Voir brouiller ci-dessus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de brouiller - Wiktionnaire

(XIIIe siècle) Du gallo-roman[1] *brodiculare, de *brodicare, du germanique *bruþą, « brouet » qui donne broth en anglais. Ce verbe est à rapprocher de bruir (« passer à la vapeur »), de l’ancien français bruller (« brûler ») ou de l’anglais broil (« jeter des vapeurs, bouillonner »), brew (« concocter »). Ceci explique le substantif brouillard (proprement : « vapeur »).
Littré[2] le rapproche de l’ancien occitan bruelhar (« pousser, bourgeonner »), du catalan brollar (« jaillir ») mais cette hypothèse ne peut rendre compte des formes trisyllabiques du mot en ancien français[3].
L’italien brogliare, imbrogliare, sbrogliare est emprunté à l’ancien français et nous revient sous la forme de imbroglio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de brouiller - Littré

Provenç. bruelhar, brolhar, bruillar, bourgeonner, surgir ; catal. brollar, même sens ; ital. brogliare, brouiller, remuer ; d'après Diez, du même radical que breuil (voy. ce mot) ; la série des sens étant bourgeonner, surgir, pousser, remuer, troubler. On ne peut le rattacher à brouillard, qui, en raison de la forme brouas, ne concorde pas par les lettres, et qui n'a pas le sens de brouiller. Scheler, écartant le prov. brolhar, voit dans brouiller l'all. brudeln, bouillonner.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « brouiller »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brouiller bruje play_arrow

Conjugaison du verbe « brouiller »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe brouiller

Évolution historique de l’usage du mot « brouiller »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brouiller »

  • Dans le second corpus d’images, on retrouve les danseuse.eur.s en conversation dans des moments à l’écart du spectacle : loges, chambres, endroits en tout cas propices à plus d’intimité et à l’expression personnelle qui leur était jusqu’alors confisquée. S’il s’agissait auparavant de sonder les corps et l’énergie, il s’agit ici de sonder les âmes et les cœurs. Des séquences dans lesquelles on tombe, on s’allonge parfois avec elleux pour se lover pudiquement dans une intimité authentique, fragile, bouleversante de vérité : les aveux d’orgueil blessé, les amours imaginaires et non réciproques, la danse comme un exutoire, ce que l’on apporte de sa vie pour nourrir un personnage, et autant de questionnements existentiels qui nourrissent une mise en abîme permanente, tout en révélant de manière aiguë des sentiments profondément universels ou partagés. Une mise en dialogue entre elleux, et entre elleux et les spectateurices. Si un sentiment indéniable de vérité émerge, il serait pourtant faux de croire que leurs discours et récits sont absolument vrais. Les éclairages de couleurs comme objets manifestes de mise en scène sont d’ailleurs là pour nous mettre sur la piste d’un anti-naturalisme. Et ne dit-on pas des comédien.ne.s qu’iels jouent davantage que d’autres – car c’est le cas de tout le monde – en permanence? Patric Chiha est peut-être l’un.e des seul.e.s réalisateur.trice.s contemporain.e.s à avoir un talent certain pour brouiller les frontières entre la part documentaire et ce qui relèverait d’une dimension plus fictionnelle, et par là mettre non pas à mal mais à l’épreuve l’affirmation tenant lieu de repère de François Niney sur la distinction entre ceux-ci : « En fiction le monde est dans le cadre ; en documentaire, le cadre est dans le monde ». Si tout est mis(e) en scène, il faut bien avouer que leur façon d’être ou leur jeu sont troublants. Car la vérité, essentiellement fugace, n’est jamais tout à fait là où on l’attend. Elle n’est sans doute jamais dans les récits de vie, ou l’expression d’émotions à cœur ouvert, mais plutôt dans un geste, une intonation, un regard, un sourire gêné. Brothers of the Night était déjà en la matière, et davantage encore qu’ici, un objet dont le genre filmique se dérobe perpétuellement, qui fuit littéralement. Si on tient absolument à répondre à cette question (elle reste pertinente lorsqu’il y a des enjeux historiques, moraux, qu’il s’agit d’un document qui tient lieu de preuve), reste à se reposer sur le contrat avec les spectateurices, ou plus encore, abandonner, s’abandonner. Et comme dans une relation amoureuse et de séduction, qui serpente ici, miser et prendre le risque de croire en l’autre, en ce que porte sensiblement la forme filmique. Si la vérité est dans la danse, la vérité du film est dans la danse qu’il mène avec les spectateurices. DIACRITIK, Patric Chiha : Sonder les corps et les cœurs dans la nuit (Si c’était de l’amour)
  • Les performances des GPS ne sont pas remises en question. Mais ces systèmes ont 2 faiblesses surtout dans le domaine militaire : on peut les brouiller, donc ça ne marche plus, l'avion ne sait plus où il est et on peut les leurrer, les tromper et faire croire aux avions qu'ils sont au-dessus d'un point A alors qu'ils volent au-dessus d'un point B. L'invention de Sodern  s'affranchit de ces risques. RTL.fr, Les viseurs d'étoiles de Sodern pour remplacer le GPS !
  • Depuis décembre le Tiers QG tisse sa propre programmation. Chez Manifesta, on aime hybrider les concepts, les pratiques, brouiller les pistes. Et même si le lieu, un ancien snack aujourd’hui absorbé dans une résidence étudiante, a pour mission la médiation artistique, il vit à son propre rythme sans s’appuyer sur la programmation principale – ce qui tombe bien quand celle-ci ouvrira avec plus de deux mois de retard. Se déploient donc dans le petit local les « Archives invisibles ».  Marsactu, À Belsunce, Manifesta expose la "belle mémoire" de la cité Bassens | Marsactu
  • « J’ai hâte de revoir la mer » : comment Edouard Philippe s'amuse à brouiller les pistes Gala.fr, « J’ai hâte de revoir la mer » : comment Edouard Philippe s'amuse à brouiller les pistes - Gala
  • Il n'est de pire ennemi que l'obligé qui s'empresse de se brouiller avec celui qui l'a aidé pour se prouver à lui-même que l'autre n'y a été pour rien. De Jacques Attali / Fraternités - Une nouvelle utopie
  • Notre raison n'est propre qu'à brouiller tout et qu'à faire douter de tout : elle n'a pas plus tôt bâti un ouvrage qu'elle vous montre les moyens de le ruiner. De Pierre Bayle / Dictionnaire historique et critique
  • Quand un ami vous prend une maîtresse, il ne faut pas se brouiller complètement avec lui, afin de le connaître encore à l’époque où on lui en sera reconnaissant. De Albert Guinon
  • "France, mère des arts, des armes et des lois...", pourquoi veut-on toujours y brouiller les premiers avec les derniers? De Françoise Sagan / Le régal des chacals
  • Crédits, dettes, avances et réductions ont l'inconvénient de ralentir la circulation de l'argent et de brouiller les amis. De Massa Makan Diabaté / Le Coiffeur de Kouta
  • Il n'est pas bon de suspendre le cours d'un rêve ; on risque de brouiller le message. De Rachel Fontaine / Black Magic
  • J’aime bien les ennemis : on est sûr, avec eux, de ne pouvoir se brouiller. De Pierre Daninos / Vacances à tous prix
  • Ah ! ne me brouillez point avec la République Pierre Corneille, Nicomède, II, 3, Prusias

Traductions du mot « brouiller »

Langue Traduction
Portugais bloquear
Allemand stören
Italien disturbare
Espagnol interferir
Anglais blur
Source : Google Translate API

Synonymes de « brouiller »

Source : synonymes de brouiller sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « brouiller »



mots du mois

Mots similaires