Résistance : définition de résistance


Résistance : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉSISTANCE, subst. fém.

I. − [À propos de qqc.] Tout phénomène physique qui s'oppose à une action ou à une force.
A. − Action de résister; capacité variable de résister, d'annuler ou de diminuer l'effet d'une force, d'une action subie. Résistance faible, moyenne, nulle; grande résistance. Ces arcs-boutans dont la résistance et la force, qui sembloient devoir être éternelles, ont en partie succombé sous le poids irrésistible des siècles (Crèvecœur,Voyage, t. 1, 1801, p. 214).
MÉCAN. APPL. Résistance des matériaux. ,,Étude des propriétés mécaniques des matériaux et des conditions dans lesquelles ils résistent et se déforment lors de leur emploi`` (Constr. métall. 1975). Résistance des solides; classe, coefficient de résistance.
Résistance à qqc.Résistance au choc, à la compression, au déchirement, à l'éclatement, à l'écrasement, au feu, à la flexion, au roulement, au tirage, à la torsion, à la traction, à l'usure. L'ardoise résiste assez bien à l'action mécanique des agents atmosphériques; sa résistance à la rupture augmente rapidement avec son épaisseur (Bourde,Trav. publ., 1928, p. 89).
Résistance du bois. ,,Force avec laquelle le bois s'oppose à la pénétration, à la séparation ou à la déformation de ses parties`` (Forest. 1946). En mécanique, − Léonard [de Vinci] connaissait (...) la résistance respective des poutres (Stendhal,Hist. peint. Ital., t. 1, 1817, p. 250).
(À) haute résistance. Capable de bien résister. On a pu produire des aciers à haute résistance, présentant des caractéristiques de rupture plus favorables que les aciers ordinaires (Marie, Dilly,Transp. mar., 1932, pp. 457-458).Une grille [de rasoir] d'une extrême minceur − 38 microns − gage d'efficacité. Une grille en acier haute résistance, gage de longévité (Le Point, 27 févr. 1978, p. 32).
De résistance.Dont on ne vient pas à bout facilement. Plat de résistance. V. plat2A 2 a.Pièce de résistance. V. pièce I A 1 a.[Dans un cont. métaph.] Barrès a du talent, mais il lui a manqué la tranche de résistance, le bon morceau dont il se serait nourri pour son œuvre (Renard,Journal, 1892, p. 128).
BIOL., MÉD. Résistance du bacille de Koch, des germes, des microbes, des virus aux antibiotiques; résistance d'un organisme à l'infection; test de résistance. Ils obtiennent leur fameux vaccin, le BCG (...) mettant l'organisme qui a reçu le vaccin en état de résistance vis-à-vis d'une contamination par un bacille virulent (Ce que la Fr. a apporté à la méd., 1946 [1943], p. 114).
Résistance capillaire. ,,Propriété des capillaires de résister à une pression donnée sans éclater`` (Méd. Flamm. 1975). Résistance globulaire. ,,Résistance des globules rouges aux substances hémolysantes`` (Garnier-Del. 1972). Résistance vasculaire. ,,Force qui s'oppose à l'écoulement du flux sanguin dans les vaisseaux`` (Garnier-Del. 1972).
Résistance vitale. Propriété des organismes à se maintenir en vie, à réagir aux facteurs de destruction. La paresse des organismes à changer leurs habitudes et leur structure pour s'adapter péniblement aux circonstances nouvelles, ce qui conduirait à la thèse de la « résistance vitale » (Ruyer,Esq. philos. struct., 1930, p. 305).P. anal. Résistance au froid, à la faim; avoir une grande résistance.
Résistance aux médicaments. ,,Aptitude acquise par un microorganisme ou des parasites à survivre et éventuellement à se reproduire en présence d'un médicament qui normalement les détruit ou les empêche de se multiplier`` (Gunn-Murcia Secours 1984).
ÉLECTR. Opposition au passage du courant. Résistance bobinée, enrobée, immergée, interne, linéaire, liquide, photo-électrique, potentiométrique; résistance pure. (Ds Siz. 1968). La résistance d'un conducteur homogène de section constante est proportionnelle à sa longueur et inversement proportionnelle à sa section, quelle que soit la forme de cette dernière (Sc.1962).
Résistance chauffante. ,,Conducteur connecté directement à une source de courant et utilisé pour transformer l'énergie électrique en chaleur, par effet Joule`` (Siz. 1968). Résistance chauffante d'un fer électrique, d'un four, d'un radiateur. Un petit réchaud à plaque de cuisson dont la résistance chauffante est montée sur mine avec isolement ou mica (Lar. mén.1926, p. 470).
Résistance de terre. ,,En un point d'une installation de mise à la terre, quotient par le courant de terre de la composante de la tension en phase avec ce courant`` (Siz. 1968).
Unité de résistance (électrique, ohmique). L'ohm est l'unité pratique de résistance (H. Fontaine,Électrolyse, 1885, p. 7).Ces exemples mécaniques suffiront pour faire comprendre ce que devient la décharge de la bouteille de Leyde quand la résistance ohmique est très grande (H. Poincaré,Théorie Maxwell, 1899, p. 23).
B. − Force qui s'oppose au mouvement, en particulier au mouvement d'un corps dans un fluide. Résistance de l'atmosphère, de l'eau, de forme, induite. Coulomb (...) fixa plusieurs lois, dont la principale qui porte son nom: la résistance au roulement est inversement proportionnelle au rayon du cylindre et proportionnelle à la pression (Périsse,Automob., 1907, p. 7).
Résistance de l'air. ,,Frottement qui dépend du carré de la vitesse relative mobile/air, de la surface de la section droite S et d'un coefficient K de forme du mobile`` (Sc. 1962). L'oiseau qui descend ainsi peut retarder subitement sa chûte en étendant ses ailes, à cause de la résistance de l'air qui augmente comme le carré de la vîtesse (Cuvier,Anat. comp., t. 1, 1805, p. 511).
Résistance à la marche, à l'avancement. Résistance qu'un bateau offre à la marche par l'avant (d'apr. Soé-Dup. 1906). Résistance de frottement. ,,Résistance qui dépend de la grandeur de la surface mouillée du bateau`` (d'apr. Soé-Dup. 1906).
II. − [À propos de l'animé]
A. − [Sur le plan physique] Qualité de ce qui résiste, caractère résistant (v. ce mot B).
1. [Résistance d'une personne] Énergie, bon état physique qui permet de supporter sans dommage grave des atteintes et des agressions diverses. Synon. endurance.Résistance nerveuse, physique; résistance à l'altitude, à l'effort, aux maladies, aux privations, aux soucis; avoir de la résistance; être à bout, manquer de résistance. La fièvre décimait ces gens débiles, sans résistance contre un climat auquel ils n'étaient guère habitués (Tharaud, An prochain, 1924, p. 147).Les hommes modernes ont besoin d'équilibre nerveux, d'intelligence, de résistance à la fatigue et d'énergie morale, plus que de puissance musculaire (Carrel, L'Homme, 1935, p. 278).
Tenir jusqu'aux extrêmes limites de la résistance. Tout le poids des journées antérieures vous tombait sur les reins, pendant que l'on contemplait ces dérisoires écorchures du sol, où le prochain ordre du jour vous inviterait à tenir « jusqu'aux extrêmes limites de la résistance » (Romains, Hommes bonne vol., 1938, p. 150).
2. [Résistance d'un arbre, d'une graine, d'une plante, etc.] ,,Qualité d'une espèce végétale ou d'une variété résistant à un ravageur ou à une maladie grâce à certains caractères morphologiques, génétiques, etc.`` (Agric. 1977). Résistance au vent. ,,Capacité d'une plante à rester exposée aux vents forts sans subir de dégâts`` (Forest. 1946).
B. − [Sur le plan physique et moral] Action de résister à une agression, une contrainte, une oppression physique ou/et morale.
1. Défense, riposte par la force à un adversaire, à un ennemi qui a déclenché les hostilités. Résistance afghane, islamique, palestinienne; résistance absolue, acharnée, énergique, victorieuse; admirable, faible, héroïque, inflexible, invincible, suprême, ultime, vigoureuse, vive résistance; toute résistance est inutile. C'est la belle résistance du général Teste à Namur, où dans une ville ouverte, avec une poignée de braves, il arrête court l'élan des Prussiens (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 742).La résistance du Fort de Vaux sert un dessein plus vaste que la défense d'un coin de sol. Elle se relie à une victoire, elle fait partie d'une victoire, si la victoire se mesure à l'échec du projet et de la volonté adverses (Bordeaux, Fort de Vaux, 1916, p. 4).
(Foyer, îlot, point) de résistance. Lieu de combat. Certes on s'explique le sang versé dans les combats de rues, même les scènes terribles du temple, les musulmans ayant transformé cet édifice en un suprême réduit de résistance (Grousset, Croisades, 1939, p. 45).Au fig. Ici comme ailleurs, la tentation était forte, pour des chrétiens, de suivre la ligne de moindre résistance et de chercher dans le platonisme les principes d'une solution (Gilson, Espr. philos. médiév., 1932, p. 44).
Faire résistance. Réagir, se débattre. Il n'avait ni la possibilité ni même l'intention de faire résistance, il se trouva en un instant assis au fond de la voiture, entre deux gendarmes (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 88).
2. Refus d'accepter, de subir les contraintes, violences et/ou vexations, jugées insupportables, qui sont exercées par une autorité contre une personne, les libertés individuelles ou collectives; l'action qui en découle. Résistance à l'abus, à l'arbitraire, à l'injustice, au mensonge, à la tyrannie; groupe, mouvement, organisation de résistance. Il a rencontré ce matin au Conseil des Ministres une résistance inattendue, qui l'a contraint à poser la question de sa démission (Affaire Dreyfus, 1899, p. 45).Nobles, bourgeois, clergé même, tous approuvèrent la résistance de Philippe Le Bel au Pape. Le roi de France « ne reconnaissait point de supérieur sur la terre » (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 81).
En partic. [Corresp. à résister II C] Qqn résiste à qqn.Refus de céder à des sollicitations amoureuses. Vaincre une molle résistance. À mon désir fou de la posséder, avant notre départ, à notre retour, elle opposait une résistance incompréhensible, un doux, mais entêté repoussement de mes baisers, de mes caresses (Goncourt, Journal, 1889, p. 1012).
Résistance active, violente. ,,Résistance par la force à l'acte prétendu injuste ou illégal`` (Cap. 1936). La résistance violente est elle-même non-coopération. Elle est immorale à cause de sa violence. Elle devient morale quand elle est non violente. La non-coopération avec le mal est un devoir sacré. Elle est essentiellement spirituelle à cause de son caractère non violent (S. Lassier,Gandhi et la non-violence, Paris, 1970, p. 170).Résistance agressive. ,,Soulèvement pour forcer les gouvernants à retirer l'acte prétendu injuste ou illégal ou même pour se débarrasser de ces gouvernants`` (Cap. 1936). Synon. insurrection.Résistance armée. Résistance qui se fait avec les armes. Je changeai rapidement de logis. La maison inhabitée où je me réfugiai autorisait, à toute extrémité, une résistance armée efficace. Je pouvais suivre de la fenêtre, derrière les rideaux jaunis, les allées et venues nerveuses des occupants (R. Char, Œuvres compl., Feuillets d'Hypnos, Paris, Gallimard, 1985 [1946], p. 205).Résistance passive, non-violente. Résistance qui refuse d'utiliser la force pour tenter d'arrêter l'escalade de la violence. Cette résistance passive devait, si elle se prolongeait, contraindre le roi d'Austrasie à diviser ses forces (Thierry, Récits mérov., t. 2, 1840, p. 39).La deuxième voie serait une résistance non violente (menée) par ceux qui auraient été exercés aux méthodes non violentes. Ils s'offriraient sans armes aux canons des agresseurs (S. Lassier,Gandhi et la non-violence, Paris, 1970, p. 164).
Résistance à l'impôt. Refus de payer tout ou partie de l'impôt. Lorsque, après Louis XIV, les « cours souveraines » sortiront de leur sommeil, leur résistance aux impôts sera acharnée (Bainville, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 262).Résistance à l'oppression. ,,Droit individuel reconnu (...) aux gouvernés de résister aux actes et agissements illégaux ou injustes des gouvernants et de leurs agents`` (Cap. 1936).
Absolument
La résistance. Combat mené contre un envahisseur, un occupant indésirable. Jeune commandant de vingt-neuf ans, déjà blessé quatorze fois au combat. Une véritable star, un exemple pour la résistance et son parti (Le Figaro-Magazine, 5 déc. 1987, p. 16, col. 1).
HIST. (XIXes.). Parti de la Résistance. Au début de la monarchie de Juillet, parti des orléanistes conservateurs. (Dict. xixeet xxes.).
[Gén. avec une majuscule] Au cours de la Seconde Guerre mondiale, action clandestine menée en France et en Europe contre les armées allemandes d'occupation; le mouvement qui en découle. Résistance du maquis, du Vercors; entrer dans la Résistance; passer à la Résistance. Ils pensaient très fréquemment aux tortures que la Gestapo infligeait aux Français de la Résistance qui tombaient entre leurs mains (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 257).Si cette bataille de France est sombre nous pouvons dire, cependant, que jamais la résistance française n'a tant fait ni tant subi (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 514).Faire de la Résistance. Participer à cette action. J'ai fait de la Résistance (...) Mes tâches dans la Résistance n'avaient d'ailleurs aucun intérêt en elles-mêmes. Mais je voulais accélérer l'issue, je ne voulais pas rester les bras croisés en attendant qu'on me délivre (Jankél.ds L'Arc, 1979, n o75, p. 12).
Conseil National de la Résistance (C.N.R.). Je leur donnai pour instruction de hâter la formation, autour de Jean Moulin, du Conseil national de la résistance qui comprendrait les représentants de tous les mouvements, syndicats et partis (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 37).Compagnon, médaille de la Résistance. Merci, dit-il, c'est très important. Ce sera transmis à Londres par radio, dès ce soir. Vous êtes notre meilleur informateur. Vous aurez bien mérité votre Médaille de la Résistance (Vailland, Drôle de jeu, 1945, p. 22).Le maire Yves Millon, entouré de son conseil, des compagnons de la Résistance et des notabilités, me pria de rouvrir le livre d'or de la capitale bretonne (De Gaulle, Mém. guerre, 1956, p. 298).
C. − Volonté ferme de ne pas se soumettre à quelqu'un, de ne pas céder à ses volontés, son emprise, son influence. Résistance morale; briser, vaincre la résistance de qqn. Le cardinal Consalvi, souple et ferme, d'une résistance douce et polie, était l'ancienne politique romaine vivante (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 92).Je ne suis pas éloigné de croire qu'en jouissant d'une plus grande liberté, il cessera d'avoir cet esprit de résistance et d'indiscipline que nous lui avons connu autrefois (Martin du G., Thib., Pénitenc., 1922, p. 738).
D. − Force morale qui consiste à ne pas céder à ses penchants, à faire contrepoids aux difficultés, aux épreuves de la vie. Résistance à la calomnie, aux critiques, au découragement, au désespoir, à l'infortune. Juxtapose à la fatalité la résistance à la fatalité. Tu connaîtras d'étranges hauteurs (R. Char, Œuvres compl., Le Poème pulvérisé, 1985 [1947], p. 258):
Tel est ce mouvement forcé du devoir, cette marche vers l'amont, cette résistance à la pesanteur des inclinations, cette lévitation opposée à la gravitation sensible et au tropisme de l'instinct. Jankél., Traité des Vertus, Paris, Bordas, t. 1, 1968, p. 141.
Être à bout de résistance. N'en plus pouvoir, être sur le point de céder. Qu'il se fasse vite, ce mariage, et qu'on en arrête la date sans perdre une minute, car je suis à bout de patience et de résistance (Aymé, Cléramb., 1950, i, 4, p. 33).
PSYCHANAL. Toutes les forces d'opposition du sujet aux efforts faits pour mettre à jour les complexes ou sentiments refoulés. Lever, faire lever des/les résistances. Pour le caractérologue, les résistances sont à la fois des difficultés à surmonter et des indices à utiliser, car elles ont des origines caractérielles (G. Berger, Traité prat. d'analyse du caractère, 1961, p. 213).
Levée des résistances. C'est en même temps que méthode de levée des résistances que la psychanalyse prend sa dimension spécifique et se distingue d'une simple « herméneutique » (Chazaud1973, p. 130).
Résistance à la guérison. La résistance à la guérison se manifeste en psychothérapie ou en psychanalyse: alors que des premiers résultats positifs avaient été constatés, le sujet ne fait plus aucun progrès ou même paraît régresser vers les premiers stades de la maladie (Mucch.Sc. soc.1969).
[Par antinomie de sens; p. réf. à une logique morale qui veut que l'on résiste pour un plus-être, pour un mieux] Résistance à la grâce. ,,Opposition, refus d'en accueillir la lumière, d'en suivre l'inclination`` (Marcel 1938). Résistance à la justice, à la vérité; résistance contre l'esprit, contre l'Esprit-Saint. Un homme (...) a reçu, bien malgré lui, l'appel de Dieu, un appel irrécusable. Après une longue résistance qui l'a mené jusqu'au bout du monde, il s'est décidé à y répondre (Claudel, Part. midi, 1906, p. 983).
[Par antinomie de termes] Non-résistance*.
Prononc. et Orth.: [ʀezistɑ ̃:s]. Ac. 1694, 1718: resistance; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. A. 1. Fin xiiies. resistence « qualité par laquelle un corps résiste à l'action d'un autre corps » (Mahieu le Vilain, Metheores d'Aristote, éd. R. Edgren, p. 38, lignes 30 et 31); 2. ca 1375 phys. resistence, resistance « force qui s'oppose, ou annule l'effet d'une autre force » (Oresme, Livre du Ciel et du Monde, éd. A. D. Menut, I, chap. 12, p. 110, ligne 18); d'où 1883 résistance électrique « rapport de la puissance perdue dans un circuit sous forme de chaleur ou de rayonnement au carré de l'intensité du courant instantané de conduction » (Jacquez, Dict. d'électr. et de magnét. , p. 172); 1883 électr. « conducteur conçu pour dégager une puissance thermique déterminée » (Id., ibid., p. 171); 3. 1370-72 « qualité de ce qui résiste, caractère résistant » (Oresme, Ethiques, éd. A. D. Menut, VII, 12, f o144c, p. 387); 1798 (Ac.: Dans un repas, Pièce de résistance, Pièce considérable, où il y a beaucoup à manger). B. 1. 1404 resistence « action de se défendre par les armes, de s'opposer par la force à une personne ou un groupe qui emploie la force ou la contrainte physique » (Christine de Pisan, Livre de Charles V, éd. S. Solente, t. 1, p. 130); 2. 1527 resistance « action de résister moralement à ce que l'on subit » (Marguerite de Navarre, Nouvelles lettres, éd. F. Génin, n o46, p. 86); 3. 1530 resistence « action de résister à une autorité établie » (Palsgr., p. 628b); 4. 1549 « action de résister aux sollicitations amoureuses de quelqu'un » (Marguerite de Navarre, Heptaméron, éd. M. François, 2ejournée, 15enouvelle, p. 121); 5. 1842 (Ac. Compl.: Parti de la résistance - polit. -, se dit Des hommes d'État qui craignent de s'engager dans des voies nouvelles, et qui opposent une force d'inertie aux tentatives de réforme); 6. 1940 en France lors de la 2eguerre mondiale (De Gaulle, Discours, 18 juin ds Discours et Messages, p. 4: la flamme de la résistance française); 1940 (Résistance [titre]: B. officiel du Comité National de Salut Public, n o1, 15 déc.); 7. 1907 psychanal. (E. Clarapède, Quelques mots sur la définition de l'hystérie, in Arch. de psychol., t. 7, p. 185 ds Quem. DDL t. 29). Empr. au b. lat. eccl.resistentia « résistance » fin ives.-déb. ves. ds Blaise Lat. chrét., dér. du verbe resistere, v. résister. Fréq. abs. littér.: 3 910. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 4 420, b) 3 453; xxes.: a) 3 555, b) 8 870.
DÉR.
Résistanciel, -elle, adj.,psychanal. Qui se rapporte aux résistances se manifestant au cours de la cure psychanalytique. Il n'y a pas à se préoccuper de synthèse, celle-ci ne présentant pas de difficulté, s'effectuant spontanément une fois l'analyse achevée, c'est-à-dire les obstacles résistanciels à la libre association levés (J. Mynard, Freud et la thérapeutiqueds La Nef, 1967, n o31, p. 62, col. 2). [ʀezistɑ ̃sjεl]. 1reattest. 1967 id.; de résistance, suff. -iel, v. -al.
BBG.Gohin 1903, p. 356. − Quem. DDL t. 11 (s.v. résistance à l'oppression), 21 (s.v. résistance de frottement), 22 (s.v. pièce de résistance), 29, 30. − Seren-Rosso (M.-L.). Petit gloss. des essais de papiers... Banque Mots. 1979, n o17, pp. 39-44.

résistance « le fait de résister »

Résistance : définition du Wiktionnaire

Nom commun

résistance \ʁe.zis.tɑ̃s\ féminin

  1. Qualité par laquelle un corps résiste à l’action d’un autre corps.
    • Sa résistance à la rupture est égale à celle de la laine. — (D. de Prat, Nouveau manuel complet de filature; 1re partie: Fibres animales & minérales, Encyclopédie Roret, 1914)
    • Il pressentait que l’eau triompherait des semelles sans résistance, et, sournoisement, s’infiltrerait jusqu’aux chevilles. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 9)
    • Pour plus d’étanchéité et de résistance au vent, l’embarrure des tuiles plates était faite au mortier de façon très soignée. — (Jean-Louis Boithias & Corinne Mondin, La maison rurale en Basse-Normandie, page 41, éditions Créer, 2001)
  2. (En particulier) (Physique) La force opposée par un corps aux diverses actions qui s’exercent sur lui.
    • J’allai dans la sellerie où je choisis des courroies solides dont j’éprouvai la force de résistance... […]. — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • La résistance de l’air. - La résistance des matériaux.
  3. (En particulier) (Électricité) Opposition de certains corps au passage d’un courant électrique.
    • Tel est le fonctionnement de la radiosonde Bureau. Il existe aussi une radiosonde américaine, de principe un peu différent. Baromètre, thermomètre et hygromètre y commandent, non pas des déplacements d'un index sur un plateau, mais des variations de résistance dans un circuit électrique. — (Pierre Rousseau, La Terre, ma Patrie, collection "Savoir', librairie Arthème Fayard, 1947, page 338)
  4. Trois résistances. (4)
    (Par extension) (Électricité) (Électronique) Élément d’un circuit électrique qui remplit cette fonction.
  5. Obstacle, opposition, difficulté.
    • Je voulus pousser la porte, le volet, mais je sentis quelque résistance.
  6. Force permettant de résister à la fatigue, endurance.
    • De nombreuses expériences m’avaient convaincu que le régime végétarien était celui qui me convenait le mieux et me donnait la plus grande résistance physique. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Il a été prouvé que la privation de sommeil entraîne une baisse de la résistance aux distractibilités visuelle et auditive (Harrison et Horne, 2000b). — (Florence Guiliani, La vigilance entrepreneuriale: les antécédents liés au sommeil du dirigeant de PME, Thèse de doctorat de Gestion et management, Université Montpellier, 2016, page 102)
  7. (En particulier) (Médecine) Capacité de survie d’un organisme face à une maladie.
    • Et tout le village bientôt, à des degrés variant selon la constitution et la force de résistance de chacun, fut en proie à des malaises étranges, symptômes inexplicables d’empoisonnement. — (Louis Pergaud, Un petit logement, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
  8. Défense que font les hommes, les animaux ou les micro-organismes contre ceux qui les attaquent.
    • En 1240, ce jeune vicomte Raymond de Trincavel, dernier des vicomtes de Béziers, […] s’empare, sans se heurter à une sérieuse résistance, des châteaux de Montréal, des villes de Montolieu, de Saissac, de Limoux, d’Azillan, de Laurens et se présente devant Carcassonne. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • Le Tors fit une belle résistance en décochant de toutes ses forces au digne fonctionnaire des coups de pied dans les jambes, […]. — (Louis Pergaud, Une revanche, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Faire beaucoup de résistance, peu de résistance. - Les assiégés ont fait une belle résistance.
    • Opposer une longue résistance. - Il s’est rendu sans résistance.
  9. (En particulier) (Agriculture) (Pharmacie) Perte ou absence de sensibilité d’un parasite ou d’une maladie aux moyens de traitement.
    • Les résultats obtenus sur la commune de Martigny sont assez surprenants par le maintien d’une assez bonne efficacité du tébufénozide et l’existence d’une résistance au thiaclopride et au chlorpyrifos-éthyl. — (Revue suisse de viticulture, arboriculture, horticulture, volumes 37 à 38, 2005, page 126)
    • La résistance au fluvalinate, l’acaricide le plus utilisé dans la lutte contre varroa a été détectée en premier lieu en Italie (1992-1993), puis dans d’autres pays européens (1994-1996) et aux États-Unis (1996-1997), ainsi que dans d’autres pays. — (Reza Shahrouzi, La résistance de varroa aux pyréthrinoïdes en Iran, www.apiservices.com, lu le 25/06/2015)
  10. (Botanique) Mécanisme de défense naturelle présent à l’état latent dans une plante, qui est activé après une attaque parasitaire.
  11. (Figuré)(Familier) Le fait de se faire prier longtemps avant de faire quelque chose.
    • Il a offert une belle résistance à mes demandes répétées.
  12. (Figuré) Opposition aux desseins, aux volontés, aux sentiments d’un autre, ou à ses propres passions.
    • Dès le lendemain du crime, je devins éperdument amoureux de Rosalie. Je songeai aussitôt à en faire ma maîtresse, mais je me heurtai à une résistance entêtée et joviale, qui exaspéra et redoubla ma passion. — (Octave Mirbeau, Le colporteur,)
    • Aussi n’est-il pas rare de voir une bicoque résister pendant des mois à une armée nombreuse. De là, souvent, cette audace et cette insolence du faible contre le fort et le puissant, cette habitude de la résistance individuelle qui faisait le fond du caractère de la féodalité, […]. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
  13. (En particulier) Opposition armée à un envahisseur.
    • D'autres seront déportés pour fait de résistance : Benoît Jean, Bombardier Gabriel, Vouaux Jean. Souvent, dans un état de délabrement physique à leur retour, ils retrouveront leur village meurtri, par l’occupation et les luttes qui y eurent lieu. — (Jean Laurain, Brû, l'histoire de mon village, Remiremont : chez G. Louis, 1997)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Résistance : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉSISTANCE. n. f.
Qualité par laquelle un corps résiste à l'action d'un autre corps. Il est difficile de graver sur les pierres dures, à cause de la résistance de la matière. Cette étoffe n'a pas de résistance. Fig. et fam., Pièce de résistance. Voyez PIÈCE. En termes de Physique, La force de résistance ou simplement La résistance, La force opposée par un corps aux diverses actions qui s'exercent sur lui. La résistance de l'air. La résistance des matérieux. Résistance électrique, Celle que certains corps opposent au passage d'un courant électrique.

RÉSISTANCE signifie aussi Obstacle, opposition, difficulté. Je voulus pousser la porte, le volet, mais je sentis quelque résistance. Il signifie aussi Force permettant de résister à la fatigue, endurance. Il est d'aspect chétif, mais il a beaucoup de résistance. Il se dit encore de la Défense que font les hommes, les animaux contre ceux qui les attaquent. Résistance vigoureuse, opiniâtre. Faible résistance. Faire beaucoup de résistance, peu de résistance. Les assiégés ont fait une belle résistance. Opposer une longue résistance. Il s'est rendu sans résistance. Fig. et fam., Il a fait une belle résistance se dit de Quelqu'un qui s'est fait prier longtemps.

RÉSISTANCE signifie figurément Opposition aux desseins, aux volontés, aux sentiments d'un autre, ou à ses propres passions. Si vous exposez ce projet devant l'assemblée, vous trouverez de la résistance, une grande résistance. Il y aura de la résistance. La chose a passé malgré toute la résistance qu'il y a faite, quelque résistance qu'il y ait apportée. Il a obéi sans résistance.

Résistance : définition du Littré (1872-1877)

RÉSISTANCE (ré-zi-stan-s') s. f.
  • 1Qualité par laquelle un corps résiste à l'action d'un autre corps. Cette étoffe n'a point de résistance. L'art des corps les plus durs dompte la résistance, Delille, Trois règnes, IV.

    Chose de résistance, chose qui dure longtemps.

    Pièce de résistance, pièce de viande où il y a beaucoup à manger.

  • 2 Terme de physique. Résistance des solides, force par laquelle ils résistent au choc, à l'impression d'un corps en mouvement. Un corps ne saurait employer un degré de force à surmonter la résistance d'un autre corps, sans en perdre lui-même une quantité égale à celle qu'il y a employée, Brisson, Traité de phys. t. I, p. 104.

    Solide de la moindre résistance, solide circulaire tel, que, mû dans un fluide, il trouve moins de résistance que tout autre solide circulaire de même base. Bernoulli, effrayé des calculs de Fatis, se mit à chercher par une autre voie le solide de la moindre résistance, et ne fut pas longtemps à le trouver, D'Alembert, Éloges, Bernoulli.

    Terme de charpentier. Force avec laquelle les bois supportent sans se rompre le poids dont on les charge. Tous les auteurs qui ont écrit sur la résistance des solides en général et du bois en particulier, ont donné comme fondamentale la règle suivante : la résistance est en raison inverse de la longueur, en raison directe de la largeur, et en raison doublée de la hauteur, Buffon, Hist. nat. Introd. Œuv. t. VIII p. 253. Il résulte de toutes ces expériences, que la résistance du bois n'est point en raison inverse de sa longueur, comme on l'a cru jusqu'ici, Buffon, ib. p. 231.

    Résistance des milieux, des fluides, difficulté qu'un corps en mouvement a à les traverser. La seconde des deux grandes théories sur lesquelles roule le livre des Principes, est celle de la résistance des milieux au mouvement qui doit entrer dans les principaux phénomènes de la nature, Fontenelle, Newton. Tous les corps tomberaient avec la même vitesse, s'ils ne trouvaient point de résistance, Condillac, Art de rais. II, 4. La loi de la résistance que l'air oppose aux boulets était un des objets les plus essentiels et en même temps le plus difficile de ces recherches, Condorcet, d'Arci. La résistance des fluides dépend de la vitesse du mobile, Brisson, Traité de phys. t. I, p. 86.

  • 3 Terme de mécanique. Nom donné à toute force qui agit en sens contraire d'une autre, dite puissance, dont elle détruit ou diminue les effets.
  • 4Obstacle, difficulté. Je voulus pousser la porte, mais je sentis quelque résistance. Quelques personnes, si l'on en croit Racine le fils, prétendent que Lulli, chargé de mettre en musique l'idylle du grand Racine sur la paix, trouva dans la force des vers une résistance que la poésie de Quinault ne lui avait pas fait éprouver, D'Alembert, Éloges, Lamotte, note 5.
  • 5Défense de l'homme et des animaux contre ceux qui les attaquent. Opposer une longue résistance. L'ennemi ne fit que peu de résistance. Quelle vaine résistance à son puissant appareil ! Malherbe, II, 2. Et sans autre assistance Ce chef des révoltés vous a fait résistance, Du Ryer, Scévole, I, 3. Il y a des nouvelles [de Wolf commandant dans Stettin] qui confirment en tout ce qu'on disait de la résistance admirable de cette place, Pellisson, Lett. hist. t. III, p. 302. Comme ces vaisseaux étaient mal gardés, et qu'on ne se défiait de rien, il s'en saisit sans résistance, Fénelon, Tél. XVI. Il [Coigny] les attaque [les Autrichiens] dans la ville et dans les lignes [de Wissembourg]… on se battait dans les places et dans les rues ; elles étaient couvertes de morts ; la résistance dura six heures entières, Voltaire, Louis XV, 11.
  • 6 Fig. Défense contre ce qui est comparé à un assaillant. Puisqu'après tant d'efforts ma résistance est vaine, Je me livre en aveugle au transport qui m'entraîne, Voltaire, Andr. I, 1. Je vois qu'en combattant vos peines, vous souffrez à la fois du mal et de la résistance, Rousseau, Hél. III, 23.

    Se dit des femmes qui opposent des refus à leurs amants. Elles ne goûtent jamais le plaisir de la résistance, et elles ne lui fournissent jamais le plaisir de la victoire, Fontenelle, Dial. V, Morts mod. Consultez leurs yeux [des femmes], leur teint, leur respiration, leur air craintif, leur molle résistance ; voilà le langage que la nature leur donne, Rousseau, Ém. V. Oubliant cette adroite et molle résistance, Qu'oppose aux doux ébats la pudeur qui balance, Delille, Parad. perdu, IX.

  • 7Opposition aux desseins, aux volontés d'un autre. M. Jurieu dira peut-être : J'emploie, il est vrai, la résistance de la raison contre la présence réelle ; mais c'est aussi que la raison y résiste plus qu'à la Trinité, à l'Incarnation et aux autres mystères que le socinien rejette, Bossuet, 6e avert. 28. S'il [l'homme qui se convertit] surmonte leur résistance [des pécheurs] par sa fermeté et par son courage, Fléchier, Sermons, 2e dim. de l'Avent. Quels flots de sang pour elle avez-vous répandus ? Quel débris parle ici de votre résistance ? Racine, Iphig. IV, 4. On ne m'opposera que trop de résistance, Racine, Phèd. II, 1. Le parlement pourrait sans doute être fort utile au peuple ; mais il saisit communément fort mal les occasions de résistance, Duclos, Œuv. t. V, p. 310.

    Fig. et familièrement. Il a fait une belle résistance, se dit de quelqu'un qui s'est refusé longtemps aux instances, aux propositions qu'on lui faisait.

  • 8Rébellion contre les agents de l'autorité.
  • 9 Terme de manége. Désobéissance du cheval à la volonté du cavalier.
  • 10Parti de la résistance, se dit des hommes d'État qui craignent de s'engager dans des voies nouvelles, et qui opposent une force d'inertie aux tentatives de réforme.

    On dit aussi absolument la résistance.

  • 11Force avec laquelle on se défend contre la fatigue, la faim. Les jeunes soldats ont moins de résistance que les vieux.

HISTORIQUE

XIVe s. Se tu nous donnes ci endroit station et resistance, je te ferai ci endroit un temple, Bercheure, f° 11. Pluseurs seroient seurmontez qui sont de petite vigueur et ont peu de resistence, Oresme, Eth. 208. Posé que une puissance meuve une resistence par certaine isnelté [vitesse], Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVe s. Les fortreces où tel resistence trouveroient que trop convensist perdre de bonnes gens…, Christine de Pisan, Charles V, II, 9. Et à un matin frappa sur eulx, et ne feirent gueres de resistence, Juvénal Des Ursins, Charles VI, 1384.

XVIe s. Vostre bonne grace est la resistance que je treuve en tous les ennuis que puis avoir, Marguerite de Navarre, Lett. XLI. Elle voyant qu'il n'y avoit point de resistance [moyen de résister], se jeta entre les bras de ce serviteur, Marguerite de Navarre, Nouv. X. Theseus descendit en terre sans aucune resistence, et se saisit du port, Amyot, Thés. 23. …Mon ardeur retenue, Au lieu de s'amortir, plus chaude est devenue, Et de ma resistance a pris accroissement, Desportes, Diverses amours, IX, Stances pour Charles IX. Il y a repletion outre mesure, de laquelle s'ensuit tension et renitence ou resistance, Paré, V, 7.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉSISTANCE. Ajoutez :
1 Terme de construction. Solide d'égale résistance, forme qu'il convient de donner à une pièce quelconque, pour que, sous l'action des forces auxquelles elle est soumise, chacun de ses points ait une même résistance à opposer.
3Ajoutez :

Résistances passives, résistances qu'une machine a à vaincre, sans profit pour l'effet utile qu'on se propose.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Résistance : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉSISTANCE, s. f. (Méchanique.) se dit en général d’une force ou puissance qui agit contre une autre, de sorte qu’elle détruit ou diminue son effet. Voyez Puissance. Il y a deux sortes de résistances qui viennent des différentes propriétés des corps résistans, & qui sont reglées par différentes lois ; savoir la résistance des solides & la résistance des fluides, ce qui va être expliqué dans les articles suivans.

La résistance des solides (nous ne parlerons point ici de celle qui a lieu dans la percussion. Voyez Percussion), c’est la force avec laquelle les parties des corps solides qui sont en repos s’opposent au mouvement des autres parties qui leur sont contiguës ; cela se fait de deux manieres, 1°. quand les parties résistantes & les parties résistées, c’est-à-dire les parties contre lesquelles la résistance s’exerce (qu’on nous passe ce terme à cause de sa commodité), qui sont contiguës, & ne sont point adhérentes les unes avec les autres, c’est-à-dire quand ce sont des masses ou des corps séparés. Cette résistance est celle que M. Leibnitz appelle résistance des surfaces, & que nous appellons proprement friction ou frottement ; comme il est très-important de la connoître en Méchanique, voyez les lois de cette résistance sous l’article Frottement.

Le second cas de résistance, c’est quand les parties résistantes, & les résistées, ne sont pas seulement contiguës, mais quand elles sont adhérentes entre elles, c’est-à-dire quand ce sont les parties d’une même masse ou d’un même corps. Cette résistance est celle que nous appellons proprement rénitence, & qui a été premierement remarquée par Galilée, théorie de la résistance des fibres des corps solides.

Pour avoir une idée de cette résistance ou de cette rénitence des parties, il faut supposer d’abord un corps cylindrique suspendu verticalement par une de ses bases, ensorte que son axe soit vertical, & que la base par laquelle il est attaché soit horisontale. Toutes ces parties étant pesantes tendent en-en-bas, & tâchent de séparer les deux plans contigus où le corps est le plus foible, mais toutes les parties résistent à cette séparation, par leur force de cohérence & par leur union : il y a donc deux puissances opposées, savoir le poids du cylindre qui tend à la fracture, & la force de la cohésion des parties du cylindre qui y résistent. Voyez Cohésion.

Si on augmente la base du cylindre sans augmenter sa longueur, il est évident que la résistance augmentera à raison de la base, mais le poids augmentera aussi en même raison. Si on augmente la longueur du cylindre sans augmenter la base, le poids augmentera, mais la résistance n’augmentera pas, conséquemment sa longueur le rendra plus foible. Pour trouver jusqu’à quelle longueur on peut étendre un cylindre, d’une matiere quelconque, sans qu’il se rompe, il faut prendre un cylindre de la même matiere, & y attacher le plus grand poids qu’il soit capable de porter, sans se rompre, & on verra par-là de combien il doit être alongé pour être rompu par un poids donné. Car soit A le poids donné, B celui du cylindre, L sa longueur, C le plus grand poids qu’il puisse porter, x la longueur qu’on cherche, on aura , donc . Si une des extrémités du cylindre est plantée horisontalement dans un mur, & que le reste soit suspendu, son poids & sa résistance agiront différemment ; & s’il se rompt par l’action de sa pesanteur, la fracture se fera dans la partie qui est la plus proche de la muraille. Un cercle ou un plan contigu à la muraille, & parallele à la base, & conséquemment vertical, se détachera des cercles contigus, & tendra à descendre. Tout le mouvement se fera autour de l’extrémité la plus basse du diametre, qui demeurera immobile, pendant que l’extrémité supérieure décrira un quart de cercle, jusqu’à ce que le cercle qui étoit ci-devant vertical, devienne horisontal ; c’est-à-dire jusqu’à ce que le cylindre soit entierement brisé.

Dans cette fracture du cylindre, il est visible qu’il y a deux forces qui agissent, & que l’une surmonte l’autre ; le poids du cylindre qui vient de toute sa masse, a surpassé la résistance qui vient de la largeur de sa base ; & comme les centres de gravité sont des points dans lesquels toutes les forces qui viennent des poids des différentes parties du même corps, sont unies & concentrées, on peut concevoir le poids du cylindre entier appliqué dans le centre de gravité de sa masse, c’est-à-dire dans un point du milieu de son axe ; & Galilée applique de même la résistance au centre de gravité de la base, ce qui nous fournira plus bas quelques réflexions ; mais continuons à développer la théorie, sauf à y faire ensuite les changemens convenables.

Quand le cylindre se brise par son propre poids, tout le mouvement se fait sur une extrémité immobile du diametre de la base. Cette extrémité est donc le point fixe du levier, les deux bras en sont le rayon de la base, & le demi-axe ; & conséquemment les deux forces opposées non-seulement agissent par leur force absolue, mais aussi par la force relative, qui vient de la distance où elles sont du point fixe du levier. Il s’ensuit de-là qu’un cylindre, par exemple de cuivre, qui est suspendu verticalement, ne se brisera pas par son propre poids s’il a moins de 480 perches de longueur, & qu’il se rompra étant moins long, s’il est dans une situation horisontale ; dans ce dernier cas sa longueur occasionne doublement la fracture parce qu’elle augmente le poids, & parce qu’elle est le bras du levier auquel le poids est appliqué.

Si deux cylindres de la même matiere, ayant leur base & leur longueur dans la même proportion, sont suspendus horisontalement ; il est évident que le plus grand a plus de poids que le plus petit, par rapport à sa longueur & à sa base, mais il aura moins de résistance à proportion ; car son poids multiplié par le bras du lévier est comme la quatrieme puissance d’une de ses dimensions, & sa résistance qui est comme sa base, c’est-à-dire comme le quarré d’une de ses dimensions, agit par un bras de levier, qui est comme cette même dimension, c’est-à-dire que le moment de la résistance n’est que comme le cube d’une des dimensions du cylindre, c’est pourquoi il surpassera le plus petit dans sa masse & dans son poids, plus que dans sa résistance, & conséquemment il se rompra plus aisément.

Ainsi nous voyons qu’en faisant des modeles & des machines en petit, on est bien sujet à se tromper en ce qui regarde la résistance & la force de certaines pieces horisontales, quand on vient à les exécuter en grand, & qu’on veut observer les mêmes proportions qu’en petit. La théorie de la résistance que nous venons de donner d’après Galilée, n’est donc point bornée à la simple spéculation, mais elle est applicable à l’Architecture & aux autres arts.

Le poids propre à briser un corps placé horisontalement, est toujours moins grand que le poids propre à en briser un placé verticalement ; & ce poids devant être plus ou moins fort, selon la raison des deux bras du levier, on peut réduire toute cette théorie à la question suivante, savoir quelle partie du poids absolu, le poids relatif doit être, supposant la figure d’un corps connue, parce que c’est la figure qui détermine les deux centres de gravité, ou les deux bras du levier. Car si le corps, par exemple, est un cône, son centre de gravité ne sera pas dans le milieu de l’axe comme dans le cylindre ; & si c’est un solide semi-parabolique, son centre de gravité ne sera pas dans le milieu de sa longueur ou de son axe, ni le centre de gravité de sa base, dans le milieu de l’axe de sa base ; mais en quelque lieu que soit le centre de gravité des différentes figures, c’est toujours lui qui regle les deux bras du levier ; on doit observer que si la base, par laquelle un corps est attaché dans le mur n’est pas circulaire, mais est, par exemple, parabolique, & que le sommet de la parabole soit en haut, le mouvement de fracture ne se fera pas sur un point immobile, mais sur une ligne entiere immobile, que l’on appelle l’axe de l’équilibre, & c’est par rapport à cette figure que l’on doit déterminer les distances des centres de gravité.

Un corps suspendu horisontalement, étant supposé tel que le plus petit poids ajouté le fasse rompre, il y a équilibre entre son poids & sa résistance, & conséquemment ces deux forces opposées sont l’une à l’autre réciproquement comme les deux bras du levier auquel elles sont appliquées.

M. Mariotte a fait une très-ingénieuse remarque sur ce système de Galilée, ce qui lui a donné lieu de proposer un nouveau système. Galilée suppose que quand les corps se brisent, toutes les fibres se brisent à-la-fois ; de sorte qu’un corps résiste toujours avec sa force entiere & absolue, c’est-à-dire avec la force entiere que toutes ses fibres ont dans l’endroit où il est brisé ; mais M. Mariotte trouvant que tous les corps, & le verre même, s’étendent avant que de se briser, montre que les fibres doivent être considérées comme de petits ressorts tendus qui ne deploient jamais toute leur force, à-moins qu’ils ne soient étendus jusqu’à un certain point, & qui ne se brisent jamais que quand ils sont entierement débandés ; ainsi ceux qui sont plus proches de l’axe de l’équilibre, qui est une ligne immobile, sont moins étendus que ceux qui en sont plus loin, & conséquemment ils emploient moins de force.

Cette considération a seulement lieu dans la situation horisontale d’un corps : car dans la verticale, les fibres de la base se brisent tout à la fois ; ce qui arrive quand le poids absolu du corps, excede de beaucoup la résistance unie de toutes les fibres ; il est vrai qu’il faut un plus grand poids que dans la situation horisontale, c’est-à-dire, pour surmonter leur résistance unie, que pour surmonter leurs différentes résistances agissant l’une après l’autre ; la différence entre les deux situations, vient de ce que dans la situation horisontale, il y a une ligne ou un point immobile autour duquel se fait la fracture, & qui ne se trouve pas dans la verticale.

M. Varignon montre de plus, qu’au systême de Galilée, il faut ajouter la considération du centre de percussion, & que la comparaison des centres de gravité avec les centres de percussion, jette un jour considérable sur cette théorie. Voyez Centre.

Dans ces deux systèmes, la base par laquelle le corps se rompt, se meut sur l’axe d’équilibre qui est une ligne immuable dans le plan de cette base ; mais dans le second, les fibres de cette base sont inégalement étendues en même raison qu’elles s’éloignent davantage de l’axe d’équilibre, & conséquemment elles déployent une partie plus grande de leur force.

Ces extensions inégales ont un même centre de force où elles se réunissent toutes ; & comme elles sont précisément dans la même raison que les vîtesses des différens points d’une baguette mue circulairement, le centre d’extension de la base est le même que le centre de percussion. L’hypothese de Galilée, dans laquelle les fibres s’étendent également & se baissent tout-à-la-fois, répond au cas d’une baguette qui se meut parallelement à elle-même, où le centre d’extension ou de percussion est confondu avec le centre de gravité.

La base de fracture étant une surface dont la nature particuliere détermine son centre de percussion, il est nécessaire pour le connoître tout-d’un-coup, de trouver sur quel point de l’axe vertical de cette base, le centre dont il s’agit est placé, & combien il est éloigné de l’axe d’équilibre ; nous savons en général qu’il agit toujours avec plus d’avantage quand il en est plus éloigné, parce qu’il agit par un plus long bras de levier ; ainsi cette inégale résistance est plus ou moins forte, selon que le centre de percussion est placé plus ou moins haut sur l’axe vertical de la base, & on peut exprimer cette inégale résistance par la raison de la distance qui est entre le centre de percussion & l’axe d’équilibre, & la longueur de l’axe vertical de la base.

Nous avons jusqu’ici considéré les corps comme se brisant par leur propre poids ; ce sera la même chose si nous les supposons sans poids & brisés par un poids étranger, appliqué à leurs extrémités ; il faudra seulement observer qu’un poids étranger agit par un bras de levier égal à la longueur entiere d’un corps ; au lieu que son propre poids agit seulement par un bras de levier égal à la distance du centre de gravité à l’axe d’équilibre.

Une des plus curieuses, & peut-être des plus utiles questions dans cette recherche, est de trouver quelle figure un corps doit avoir pour que sa résistance soit égale dans toutes ses parties, soit qu’on le conçoive comme chargé d’un poids étranger, ou comme chargé seulement de son propre poids ; nous allons considérer le dernier cas, par lequel on pourra aisément déterminer le premier ; pour qu’un corps suspendu horisontalement résiste également dans toutes ses parties, il est nécessaire de le concevoir comme coupé dans un plan parallele à la base de fracture du corps, le poids de la partie retranchée étant à sa résistance, en même raison que le poids du tout est à la résistance de quatre puissances agissant par leurs bras de leviers respectifs : or le poids d’un corps considéré sous ce point de vue, est son poids entier multiplié par la distance du centre de gravité du corps, à l’axe d’équilibre ; & la résistance est le plan de la base de fracture, multipliée par la distance du centre de percussion de la base au même axe : conséquemment ces deux quantités doivent toujours être proportionelles dans chaque partie d’un solide de résistance égale.

M. Varignon déduit aisément de cette proposition, la figure du solide qui résistera également dans toutes ses parties ; ce solide est en forme de trompette, & doit être fixé dans le mur par sa plus grande extrémité. Voyez les mém. de l’acad. des sciences, an. 1702. Chambers. (O)

Résistance des fluides, est la force par laquelle les corps qui se meuvent dans des milieux fluides, sont retardés dans leurs mouvemens. Voyez Fluides & Milieu.

Voici les lois de la résistance des milieux fluides les plus généralement reçues. Un corps qui se meut dans un fluide, trouve de la résistance par deux causes, la premiere est la cohésion des parties du fluide : car un corps qui dans son mouvement sépare les parties d’un liquide, doit vaincre la force avec laquelle ces parties sont cohérentes. Voyez Cohésion.

La seconde est l’inertie de la matiere du fluide, qui oblige le corps d’employer une certaine force pour déranger les particules, afin qu’elles le laissent passer. Voyez Force d’intertie.

Le retardement qui résulte de la premiere cause, est toujours le même dans le même espace, tant que ce corps demeure le même, quelle que soit sa vîtesse ; ainsi la résistance est comme l’espace parcouru dans le même tems, c’est-à-dire, comme la vîtesse.

La résistance qui naît de la seconde cause, quand le même corps se meut avec la même vîtesse, à travers différens fluides, suit la proportion de la matiere qui doit être dérangée dans le même tems, c’est-à-dire, elle est comme la densité du fluide. Voyez Densité.

Quand le même corps se meut à travers le même fluide, avec différentes vîtesses, cette résistance croît en proportion du nombre des particules frappées dans un tems égal, & ce nombre est comme l’espace parcouru pendant ce tems, c’est-à dire, comme la vîtesse ; mais de plus elle croît en proportion de la force avec laquelle le corps heurte contre chaque partie, & cette force est comme la vîtesse du corps ; par conséquent, si la vîtesse est triple, la résistance est triple, à cause d’un nombre triple de parties que le corps doit écarter ; elle est aussi triple à cause du choc trois fois plus fort dont elle frappe chaque particule ; c’est pourquoi la résistance totale est neuf fois aussi grande, c’est-à-dire, comme le quarré de la vîtesse ; ainsi un corps qui se meut dans un fluide, est retardé, partie en raison simple de la vîtesse, & partie en raison doublée de cette même vîtesse.

La résistance qui vient de la cohésion des parties dans les fluides, excepté ceux qui sont glutineux, n’est guere sensible en comparaison de l’autre résistance qui est en raison des quarrés des vîtesses, plus la vîtesse est grande, plus les deux résistances sont différentes : c’est pourquoi dans les mouvemens rapides, il ne faut considérer que la résistance qui est comme le quarré de la vîtesse.

Les retardations qui naissent de la résistance peuvent être comparées avec celles qui naissent de la pesanteur, en comparant la résistance avec la pesanteur. La résistance d’un cylindre qui se meut dans la direction de son axe, est égale à la pesanteur d’un cylindre de ce fluide, dans lequel le corps est mû, qui auroit sa base égale à la base du corps, & sa hauteur égale à la hauteur d’où il faudroit qu’un corps tombât dans le vuide, pour acquérir la vîtesse avec laquelle le cylindre se meut dans le fluide.

Un corps qui descend librement dans un fluide, est accéléré par la pesanteur relative du corps qui agit continuellement sur lui, quoique avec moins de force que dans le vuide. La résistance du fluide occasionne un retardement, c’est-à-dire une diminution d’accélération, & cette diminution est comme le quarré de la vîtesse du corps. De plus il y a une certaine vîtesse qui est la plus grande qu’un corps puisse acquérir en tombant ; car si la vîtesse est telle que la résistance qui en résulte devienne égale à la pesanteur relative du corps, son mouvement cessera d’être accéléré. En effet, le mouvement qui est engendré continuellement par la gravité relative, sera détruit par la résistance, & le corps sera forcé de se mouvoir uniformément. Un corps approche toujours de plus en plus de cette vîtesse qui est la plus grande qui soit possible, mais ne peut jamais y atteindre.

Quand les densités d’un corps fluide sont données, on peut connoître le poids respectif du corps ; & en connoissant le diametre du corps, on peut trouver de quelle hauteur un corps qui tombe dans le vuide, peut acquérir une vîtesse telle que la résistance d’un fluide sera égale à ce poids respectif ; ce sera cette vîtesse qui sera la plus grande dont nous venons de parler. Si le corps est une sphere, on sait qu’une sphere est égale à un cylindre de même diametre, dont la hauteur est les deux tiers de ce diametre ; cette hauteur doit être augmentée dans la proportion dans laquelle le poids respectif du corps excede le poids du fluide, afin d’avoir la hauteur d’un cylindre du fluide dont le poids est égal au poids respectif du corps. Cette hauteur sera celle de laquelle un corps tombant dans le vuide, acquiert une vîtesse telle qu’elle engendre une résistance égale à ce poids respectif ; & c’est par conséquent la plus grande vîtesse qu’un corps puisse acquérir en tombant d’une hauteur infinie dans un fluide. Le plomb est onze fois plus pesant que l’eau ; par conséquent son poids respectif est au poids de l’eau, comme dix sont à un : donc une boule de plomb, comme il paroît par ce qui a été dit, ne peut pas acquérir une vîtesse plus grande en tombant dans l’eau, qu’elle n’en acquerreroit en tombant dans le vuide d’une hauteur de fois son diametre.

Un corps qui est plus léger qu’un fluide, & qui monte dans ce fluide par l’action de ce fluide, se meut exactement par les mêmes lois qu’un corps plus pesant qui tomberoit dans ce fluide. Par-tout où vous placerez le corps, il est soutenu par ce fluide, & emporté avec une force égale à l’excès du poids d’une quantité du fluide de même volume que le coup, sur le poids du corps. Cette force agit continuellement, & d’une maniere uniforme sur le corps ; par-là, non-seulement l’action de la gravité du corps est détruite, mais le corps tend aussi à se mouvoir en en-haut, par un mouvement uniformément accéléré, de la même façon qu’un corps plus pesant qu’un fluide tend à descendre par sa gravité respective. Or l’uniformité d’accélération est détruite de la même maniere par la résistance, dans l’ascension d’un corps plus léger que le fluide, comme elle est détruite par la descente d’un corps plus pesant.

Quand un corps spécifiquement plus pesant qu’un fluide, y est jetté, il éprouve du retardement par deux raisons ; par rapport à la pesanteur du corps, & par rapport à la résistance du fluide : conséquemment un corps monte moins haut qu’il ne feroit dans le vuide, s’il avoit la même vîtesse. Mais les différences des hauteurs auxquelles un corps s’éleve dans un fluide, d’avec celle à laquelle un corps s’éleveroit dans le vuide avec la même vîtesse, sont entr’elles en plus grand rapport que les hauteurs elles-mêmes ; & si les hauteurs sont petites, les différences sont à-peu-près comme les quarrés des hauteurs dans le vuide.

Résistance de l’air, est la force avec laquelle le mouvement des corps, sur-tout des projectiles, est retardé par l’opposition de l’air ou atmosphere. Voyez Air & Projectile.

L’air étant un fluide, est soumis aux regles générales de la résistance des fluides ; à l’exception seulement qu’il faut avoir égard aux différens degrés de densité dans les différentes régions de l’atmosphere. Voyez Atmosphere.

Résislances différentes que le même milieu oppose à des corps de différentes figures. M. Newton fait voir que si un globe & un cylindre, de diametres égaux, sont mus suivant la direction de l’axe du cylindre, avec une vîtesse égale dans un milieu rare, composé de particules égales, disposées à égales distances, la résistance du globe sera moindre de moitié que celle du cylindre.

Solide de la moindre résistance. Le même auteur détermine, d’après la derniere proposition, quelle doit être la figure d’un solide qui aura moins de résistance qu’un autre de même base.

Voici quelle est cette figure. Supposez que DNFG (Pl. de Méch. fig. 57.), soit une courbe telle que si d’un point quelconque N, on laisse tomber la perpendiculaire NM, sur l’axe AB, & que d’un point donné G, on tire une ligne droite GR, parallele à une tangente à la figure en N, qui étant continuée coupe l’axe en R, M N est à GR, comme le cube de GR est à . Un solide décrit par la révolution de cette figure autour de son axe AB, & qui se meut dans un milieu depuis A vers E, trouve moins de résistance que tout autre solide circulaire de même base, &c.

M. Newton a donné ce théoreme sans démonstration. Plusieurs géometres ont résolu depuis ce même probleme, & ont découvert l’analyse que l’inventeur avoit tenue cachée. On en trouve une solution dans le I. volume des mém. de l’académie royale des Scienc. de l’année 1699. Elle est de M. le marquis de l’Hôpital, & elle porte le caractere de simplicité & d’élégance qui est commun à tous les ouvrages de cet habile mathématicien. MM. Bernoulli, Fatio, Herman, & plusieurs autres, en ont aussi donné des solutions ; & dans les mém. de l’académ. de 1733, M. Bouguer a résolu ce problème d’une maniere fort générale, en ne supposant point que le solide qu’on cherche soit un solide de révolution, mais un solide quelconque. Voici l’énoncé du problème tel que M. Bouguer l’a résolu. Une base exposée au choc d’un fluide étant donnée, trouver l’espece de solide dont il faut la couvrir, pour que l’impulsion soit la moindre qu’il est possible.

J’ai dit dans mon Traité des fluides, que toutes les solutions qu’on a données de ce problème depuis M. Newton inclusivement, ne répondoient pas exactement à la question ; si on excepte celles où la masse du solide est supposée donnée. Car il ne suffit pas de chercher & de trouver celui d’entre tous les solides qui ont le même axe & la même base avec le même sommet, sur lequel l’impulsion de l’eau est la moindre qu’il est possible ; il faut de plus diviser cette impulsion par la masse entiere, pour avoir l’effet qu’elle produit, & qui est proprement le minimum qu’on cherche.

Cependant les solutions que les auteurs déjà cités ont données du probleme dont il s’agit, peuvent être regardées comme exactes, pourvû qu’on suppose que la résistance du fluide soit continuellement contrebalancée par une force égale & contraire, en sorte que le solide se meuve uniformément En ce cas, il est inutile d’avoir égard à la masse du solide ; & pourvû qu’on lui donne la figure qui est déterminée par la solution, ce solide ira plus vîte que tout autre qui seroit poussé par la même force. Par exemple, un vaisseau dont la proue auroit cette figure, étant poussé par un vent d’une certaine force déterminée, ira plus vîte que tout autre vaisseau dont la proue auroit une figure différente. Ainsi la solution du problème est exacte, quant à l’application qu’on veut en faire au mouvement des vaisseaux ; mais elle ne le sera plus lorsqu’on supposera un solide entierement plongé dans un fluide, & qui s’y mouvra d’un mouvement retardé en éprouvant toujours de la résistance, sans qu’aucune force lui rende le mouvement qu’il perd à chaque instant.

La résistance d’un globe parfaitement dur, & dans un milieu dont les particules le sont aussi, est à la force avec laquelle tout le mouvement qu’il a dans le tems qu’il a décrit l’espace de quatre tiers de son diametre, peut être ou détruit ou engendré, comme la densité du milieu est à la densité du globe. M. Newton conclut aussi de-là que la résistance d’un globe est, toutes choses égales, en raison doublée de sa vîtesse ; que cette même résistance est, toutes choses égales, en raison doublée de son diametre ; ou bien, toutes choses égales, comme la densité du milieu. Enfin, que la résistance actuelle d’un globe est en raison composée de la raison doublée de sa vîtesse, de la raison doublée du diametre, & de la raison de la densité du milieu.

Dans ces propositions on suppose que le milieu n’est point continu ; si le milieu est continu comme l’eau, le mercure, &c. où le globe ne frappe pas immédiatement sur toutes les particules du fluide qui occasionne la résistance, mais seulement sur celles qui en sont proches voisines, & celles-là sur d’autres, &c. la résistance sera moindre de moitié ; & un globe placé dans un tel milieu éprouve une résistance qui est à la force avec laquelle tout le mouvement qu’il a après avoir décrit huit tiers de son diametre, doit être engendré ou détruit, comme la densité du milieu est à la densité du globe.

La résistance d’un cylindre qui se meut dans la direction de son axe, n’est point altérée par aucune augmentation ou diminution de sa longueur ; & par conséquent elle est la même que celle d’un cercle du même diametre, qui se meut avec la même vîtesse sur une ligne droite perpendiculaire à son plan.

Si un cylindre se meut dans un fluide infini & sans élasticité, la résistance résultante de la grandeur de sa section transverse, est à la force avec laquelle tout son mouvement, tandis qu’il décrit quatre fois sa longueur, peut être engendré ou anéanti, comme la densité du milieu est à celle du cylindre, du-moins à peu de chose près.

Ainsi les résistances des cylindres qui se meuvent suivant leur longueur dans des milieux continus & infinis, sont en raison composée de la raison doublée de leurs diametres, de la raison doublée de leurs vîtesses, & de la raison de la densité des milieux.

La résistance d’un globe qui est mu dans un milieu infini & sans élasticité, est à la force par laquelle tout son mouvement peut être engendré ou détruit, tandis qu’il parcourt huit tiers de son diametre, comme la densité du fluide est à la densité du globe, à très-peu près.

M. Jacques Bernoulli a démontré les théorèmes suivans.

Résistance d’un triangle. Si un triangle isocele est mû dans un fluide suivant la direction d’une ligne perpendiculaire à sa base, d’abord par sa pointe, ensuite par sa base ; la résistance dans le premier cas, sera à la résistance dans le second cas, comme le quarré de la moitié de la base est au quarré d’un des côtés.

La résistance d’un quarré mû suivant la direction de son côté, est à la résistance de ce même quarré mû suivant la direction de sa diagonale, comme le côté est à la moitié de la diagonale.

La résistance d’un demi-cercle qui se meut par sa base, est à sa résistance, lorsqu’il se meut par son sommet, comme 3 est à 2.

En général, les résistances de quelque figure plane que ce soit qui se meut par sa base, ou par son sommet, sont comme l’aire de la base à la somme de tous les cubes des dy, divisés par le quarré de l’élément de la ligne courbe. dy est supposée l’elément des ordonnées paralleles à la base.

Toutes ces regles peuvent être utiles jusqu’à un certain point dans la construction des vaisseaux. Voyez Vaisseau, &c. Chambers.

Telles sont les lois que l’on donne ordinairement dans la méchanique sur la résistance des fluides au mouvement des corps. Cependant on doit regarder ces regles comme beaucoup plus mathématiques que physiques ; & il y en a plusieurs auxquelles l’expérience n’est pas tout-à-fait conforme. En effet, rien n’est plus difficile que de donner sur ce sujet des regles précises & exactes : car non-seulement on ignore la figure des parties du fluide, & leur disposition par rapport au corps qui les frappe, on ignore encore jusqu’à quelle distance le corps agit sur le fluide, & quelle route les particules prennent lorsqu’elles ont été mises en mouvement par ce corps Tout ce que l’expérience nous apprend, c’est que les particules du fluide, après avoir été poussées, se reglissent ensuite derriere le corps, pour venir occuper l’espace qu’il laisse vuide par-derriere.

Voici donc le meilleur plan qu’il paroisse qu’on puisse se proposer dans une recherche de la nature de celle-ci : on déterminera d’abord le mouvement qu’un corps solide doit communiquer à une infinité de petites boules, dont on le supposera couvert. On peut faire voir ensuite que le mouvement perdu par ce corps dans un instant donné, sera le même, soit qu’il choque à la fois un certain nombre de couches de ces petites boules, soit qu’il ne les choque que successivement : que de plus, la résistance seroit la même quand les particules du fluide auroient une figure toute autre que la figure sphérique, & seroient disposées de quelque maniere que ce fût, pourvu que la masse totale de ces petits corps continus dans un espace donné, fût supposée la même que lorsqu’ils étoient de petites boules. Par-là on peut arriver à des formules assez générales sur la résistance, dans lesquelles il n’entre que le rapport des densités du fluide, & du corps qui s’y meut.

La méthode générale de M. Newton, & de presque tous les autres auteurs, pour déterminer la résistance qu’un fluide fait à un corps solide, consiste à supposer, qu’au lieu que le corps vient frapper le fluide, ce soit au contraire le fluide qui frappe le corps, & à déterminer par ce moyen le rapport de l’action d’un fluide sur une surface courbe à son action sur une surface plane. La difficulté principale est d’évaluer exactement l’action d’un fluide contre un plan ; aussi les plus grands géometres ne sont-ils point d’accord là-dessus. Cette action vient en grande partie de l’accéleration du fluide, qui, obligé de se détourner à la rencontre du plan, & de couler dans un canal plus étroit, doit nécessairement y couler plus vîte, &, par ce moyen, presser le plan. Mais on ignore jusqu’à quelle distance le fluide peut s’accélérer des deux côtés du plan, &, par conséquent, la quantité exacte de la pression qu’il exerce. C’est-là, ce me semble, le nœud principal de la question, & la cause du partage qu’il y a entre les géometres sur la valeur absolue de la résistance.

Lorsqu’un corps se meut dans un fluide élastique, il est bon de remarquer que ce corps agit non-seulement sur la couche de fluide qui lui est contiguë, mais encore sur plusieurs autres couches plus éloignées, jusqu’à une certaine distance, ensorte que le fluide se condense à la partie antérieure, & se dilate à la partie postérieure du corps. Le fluide se condense à la partie antérieure suivant des lignes perpendiculaires à la surface du corps, & il se dilate de même à la partie postérieure, suivant des lignes perpendiculaires à la surface postérieure du corps ; de sorte que le fluide agit par la force élastique, non-seulement sur la surface antérieure du mobile, mais encore sur la surface postérieure.

Il faut cependant remarquer, que cette derniere action n’a lieu qu’autant que le fluide a une assez grande force élastique pour pouvoir remplir tout d’un coup l’espace que le corps laisse vuide par-derriere : autrement, il ne faut avoir égard qu’à la résistance que souffre la surface antérieure.

Ceux qui voudront approfondir davantage la matiere dont il s’agit, pourront consulter le second livre des principes de M. Newton, le traité du mouvement des eaux de M. Mariotte, où on trouve plusieurs expériences sur la résistance des fluides, l’hydrodynamique de M. Daniel Bernoully, & plusieurs mémoires du même auteur, imprimés dans le recueil de l’académie de Petersbourg, &c. Voyez aussi l’article Fluide, où vous trouverez d’autres remarques très importantes sur ce sujet. (O)

Résistance des eaux, (Hydraul.) il est certain que l’eau dans son cours ne fait résistance que par quelques frottemens qui se sont contre les parois ou côtés des tuyaux qui ne sont pas bien alaisés, ou dans les coudes, jarrets, soupapes & robinets des conduites, ou dans des ajutages trop petits. Ainsi, les jets d’eau ne font de résistance sur les corps qu’ils rencontrent que vers les extrémités, ce qui regarde la résistance que leur fait la colonne d’air qui s’oppose à l’élévation de l’eau dans la sortie de l’ajutage. L’eau même en retombant empêche de s’élever celle qui veut monter, sans compter la résistance des milieux. (K)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « résistance »

Étymologie de résistance - Littré

Prov. et espagn. resistencia ; ital. resistenza ; du lat. resistentia ; de resistere, résister.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de résistance - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin resistentia, du verbe resistere (« résister »), composé du préfixe re- et de sistere (« élever »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « résistance »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
résistance resistɑ̃s play_arrow

Citations contenant le mot « résistance »

  • Une bonne retraite est meilleure qu'une mauvaise résistance. De Proverbe irlandais
  • La résistance amoureuse consiste à reculer pour mieux sursauter. De Willy
  • L'obéissance au devoir est une résistance à soi-même. De Henri Bergson
  • Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l'obéissance il assure l'ordre ; par la résistance, il assure la liberté. De Alain / Propos d'un normand
  • Il devrait y avoir en toute constitution un centre de résistance contre le pouvoir prédominant, et, par conséquent, dans une constitution démocratique, un moyen de résistance contre la démocratie. John Stuart Mill, Le Gouvernement représentatif, XIII Considerations on the Representative Government, XIII
  • Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen. Par l'obéissance il assure l'ordre ; par la résistance il assure la liberté. Émile Chartier, dit Alain, Propos d'un Normand, tome IV , Gallimard
  • Ce que j'appelle République, c'est plutôt une énergique résistance à l'esprit monarchique, d'ailleurs nécessaire partout. Émile Chartier, dit Alain, Avec Balzac, Gallimard

Images d'illustration du mot « résistance »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « résistance »

Langue Traduction
Corse resistenza
Basque erresistentzia
Japonais 抵抗
Russe сопротивление
Portugais resistência
Arabe مقاومة
Chinois 抵抗性
Allemand widerstand
Italien resistenza
Espagnol resistencia
Anglais resistance
Source : Google Translate API

Synonymes de « résistance »

Source : synonymes de résistance sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « résistance »



mots du mois

Mots similaires