Consentement : définition de consentement


Consentement : définition du Wiktionnaire

Nom commun

consentement \kɔ̃.sɑ̃t.mɑ̃\ masculin

  1. Action de consentir ou résultat de cette action.
    • Je ne prétends pas rester chez vous sans votre consentement ; mais si je sors, la mort m’attend à la barrière. Et quelle mort ! vous en répondriez à Dieu. — (Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, Paris, 1832)
    • Elle lui avait demandé son consentement à notre mariage, qu’il avait accordé ; tout allait donc bien de ce côté-là. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes)
    • Et, de plus, il travaille pour la patrie, avec le consentement enthousiaste de tout ce que la France contient de repopulateurs. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, page 75)
    • Cet homme fut John Wesley. Au début de sa vie il avait été, à Oxford, un anglican latitudinaire et qui tenait la foi pour un consentement rationnel. — (André Maurois, Histoire de l'Angleterre, Fayard & Cie, 1937, page 599)
    • Peut-être parce que, depuis le XIe siècle, la seule théorie politique de l’islam a été celle de l’obéissance passive à toute autorité de facto, le gouvernement par consentement reste un concept inconnu : l’autocratie a été la véritable et, pour l’essentiel, l’unique expérience. — (Panayiotis Jerasimof Vatikiotis, L’Islam et l’État, 1987, traduction d’Odette Guitard, 1992, page 38)
    • Car la menace ne suffit pas pour faire régner l’ordre. Il y faut aussi suffisamment de droit et de progrès pour obtenir le consentement des peuples. — (Pour un autre monde ; Un autre chemin, motion pour le congrès socialiste de Dijon du 16 au 18 mai 2003)
  2. (En particulier) (Absolument) (Vieilli) L’accord donné par les parents au mariage d’un de leurs enfants.
    • Je ne me marierai jamais qu’avec le consentement de mon père, répondit Modeste. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Les accordailles se font toujours entre le jeune homme et la jeune fille, les parents n’étant consultés que par la suite. S’ils ne refusent pas leur consentement, les deux familles se réunissent, et le prêtre a mission de rédiger le contrat […] — (Pierre Louÿs, Lesbos aujourd’hui, 1901, dans Archipel, 1332)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Consentement : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CONSENTEMENT. n. m.
Action de consentir ou Résultat de cette action. Consentement verbal, tacite, exprès. Consentement par écrit. D'un commun consentement. Donner, refuser son consentement à quelque chose. Arracher, extorquer le consentement de quelqu'un. Le consentement des deux parties est nécessaire pour un mariage. Il s'est marié sans le consentement de son père. Cela ne s'est pas fait de mon consentement. Consentement mutuel. Consentement unanime.

Consentement : définition du Littré (1872-1877)

CONSENTEMENT (kon-san-te-man) s. m.
  • 1Uniformité d'opinion. Le consentement de tous les hommes sur ce point.
  • 2Action de consentir à quelque chose. Il demande mon consentement pour épouser ma nièce, Sévigné, 224. Quand cela se fait du consentement de la fille, Pascal, Prov. 9. Mais n'exigez d'un fils aucun consentement, Corneille, Nicom. II, 3. Je vous réponds déjà de son consentement, Racine, Andr. II, 3. Une fille et même une veuve qui a moins de vingt-cinq ans ne peut contracter mariage sans demander le consentement de son père, de sa mère, ou de ses proches, Le Maître, Plaid. 2, dans RICHELET.

    Terme de droit. Consentement exprès, consentement manifesté de vive voix ou par écrit.

    Du consentement de… ; locution signifiant selon l'opinion unanime. Voilà, du consentement de tous les auteurs catholiques et protestants, le fondement des premières guerres, Bossuet, Variat. X, § 47. Je commence, dans cet examen, par ce qui est, du consentement de tous ceux qui ont écrit sur ce sujet, le fondement de la solide gloire d'un héros, je veux dire la justice de la guerre qu'il entreprend, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 617, dans POUGENS.

SYNONYME

CONSENTEMENT, PERMISSION, AGRÉMENT. Termes qui ont tous trois rapport à des actions de la vie où l'événement dépend en partie de nous, en partie de la volonté des autres. Le consentement, signifiant conformité de sentiment, veut dire qu'on tombe d'accord avec la personne qui demande le consentement. La permission est relative à des choses qui ne sont pas permises, qui sont défendues, et pour lesquelles on obtient dispense. L'agrément, voulant dire qu'on prend à gré, est une nuance du consentement.

HISTORIQUE

XIVe s. Et par ce vouloit Homerus amonnester et induire les roys de Grece que il ne ordenassent pas de la chose publique sans le consentement et elettion du peuple, Oresme, Eth. 69.

XVe s. Et disoient aucuns que c'estoit du consentement du comte d'Ammarle, Fenin, 1418. Du consentement des parties, Bouciq. I, ch. 38.

XVIe s. Il convenoit donc aux prophetes de n'avoir nul consentement avec telles assemblées, veu que c'eust esté une conspiration meschante contre Dieu, Calvin, Instit. 843. Au premier plus effronté qui dict son chois, voilà un consentement de voix encores plus grand à refuser celuy-là, Montaigne, IV, 83. Le plus grand argument de la verité, c'est le general consentement du monde, Charron, Sagesse, I, 15.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CONSENTEMENT. Ajoutez :
3Accord, concordance. Admirant le consentement de sa vie et de sa doctrine, Bossuet, Cornet.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Consentement : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CONSENTEMENT, AGRÉMENT, PERMISSION, (Gramm.) termes relatifs à la conduite que nous avons à tenir dans la plûpart des actions de la vie, où nous ne sommes pas entierement libres, & où l’évenement dépend en partie de nous, en partie de la volonté des autres. Le consentement se demande aux personnes intéressées ; la permission se donne par les supérieurs qui ont le droit de veiller sur nous, & de disposer de nos occupations ; l’agrément s’obtient de ceux qui ont quelqu’autorité ou inspection sur la chose dont il s’agit. Nul contrat sans le consentement des parties : les moines ne sortent point de leurs maisons sans une permission : on n’acquiert point de charge à la cour sans l’agrément du Roi. On se fait quelquefois prier pour consentir à ce qu’on souhaite ; tel supérieur refuse des permissions, qui s’accorde des licences ; un concurrent protégé rend quelquefois l’agrément impossible.

* Consentement, sub. m. (Logiq. & Morale.) c’est un acte de l’entendement, par lequel tous les termes d’une proposition étant bien conçûs, un homme apperçoit intérieurement, & quelquefois désigne au-dehors, qu’il y a identité absolue entre la pensée & la volonté de l’auteur de la proposition, & sa propre pensée & sa propre volonté. La négation & l’affirmation sont, selon les occasions, des signes de consentement. L’esprit ne donne qu’un seul consentement à une proposition, si composée qu’elle puisse être ; il faut donc bien distinguer le consentement du signe du consentement : le signe du consentement peut être forcé ; il n’en est pas de même du consentement. On a beau m’arracher de la bouche que mon sentiment est le même que celui de tel ou de tel, cela ne change point l’état de mon ame. Le consentement est ou exprès, ou tacite, ou présumé, ou supposé : il s’exprime par les paroles ; on l’apperçoit, quoique tacite, dans les actions ; on le présume par l’intérêt & la justice ; on le suppose par la liaison des membres avec le chef. Les misantropes rejetteront sans doute le consentement présumé ; mais c’est une injure gratuite qu’ils feront à la nature humaine ; il est fondé sur les principes moraux les plus généraux & les plus forts : les difficultés qu’on pourroit faire sur le consentement supposé, ne sont pas plus solides que celles qu’on feroit sur le présumé. Le pacte exprès naît du consentement exprès ; le tacite, du tacite ; le présumé, du présumé, & le supposé du supposé. Le consentement de l’enfance, de la folie, de la fureur, de l’ivresse, de l’ignorance invincible, est réputé nul : il en est de même de celui qui est arraché par la crainte, ou surpris par adresse ; en toute autre circonstance, le consentement fonde l’apparence de la faute, & le droit de châtiment & de représaille. Voyez Pacte.

Consentement des parties, (Œconom. anim.) s’entend d’une certaine relation ou sympathie, par le moyen de laquelle, lorsqu’une partie est immédiatement affectée, une autre à une distance se trouve affectée de la même façon.

Ce rapport mutuel ou ce consentement des parties, est sans doute produit par la communication des nerfs, & par leur distribution & leurs ramifications admirables par tout le corps. Voyez Nerf.

Cet effet est si sensible, qu’il se manifeste aux yeux des medecins : ainsi une pierre dans la vessie, en tiraillant ses fibres, les affectera & les mettra dans de telles convulsions, que les tuniques des intestins seront affectées de la même maniere par le moyen des fibres nerveuses ; ce qui produira une colique. Ces tiraillemens s’étendent même quelquefois jusqu’à l’estomac, où ils occasionnent des vomissemens violens : c’est pourquoi le remede en pareil cas doit regarder la partie originairement attaquée.

Les Naturalistes supposent que la ramification de la cinquieme paire des nerfs aux parties de l’œil, de l’oreille, à celles de la bouche, des joues, du diaphragme, & des parties environnantes, &c. est la cause du consentement extraordinaire de ses parties : c’est de-là qu’une chose savoureuse vûe ou sentie, excite l’appétit, & affecte les glandes & les parties de la bouche ; qu’une chose deshonnête vûe ou entendue, fait monter le rouge au visage ; que si elle plaît, elle affecte le diaphragme, & excite au rire les muscles de la bouche & du visage ; & qu’au contraire si elle afflige, elle affecte les glandes des yeux & les muscles du visage, tellement qu’elle occasionne des larmes.

Le docteur Willis, cité par M. Derham, attribue le plaisir du baiser, l’amour, & même la luxure que ce plaisir excite, à cette paire de nerfs qui se ramifiant, & aux levres & aux parties génitales, occasionne une irritation dans celles-ci par l’irritation des premieres.

Le docteur Sach pense que c’est du consentement des levres de l’utérus à celles de la bouche, qu’une femme grosse étant effrayée de voir des levres galeuses, il lui survint des pustules toutes semblables aux levres de l’utérus. Chambers.

Il ne faut au reste regarder toutes ces explications que comme de pures conjectures. La maniere dont nos sensations sont produites, est une matiere qui restera toûjours remplie d’obscurité pour les Physiciens. Voyez Sympathie.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Consentement : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « consentement » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « consentement »

Étymologie de consentement - Littré

Consentir ; provenç. cossentimen ; espagn. consentimiento ; ital. consentimento.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de consentement - Wiktionnaire

(Date à préciser) Substantif dérivé de consentir avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « consentement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
consentement kɔ̃sɑ̃tmɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « consentement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « consentement »

  • Un nouveau pas a été franchi dans la protection des personnes atteintes de maladies mentales. Vendredi 19 juin, le Conseil constitutionnel a ordonné au législateur de prendre des mesures pour que le maintien à l’isolement ou en contention en psychiatrie d’une personne hospitalisée sans son consentement soit contrôlé par un juge. Le Monde.fr, Maintien à l’isolement d’une personne hospitalisée sans son consentement : le Conseil constitutionnel exige l’intervention d’un juge
  • Concernant le consentement ses positions se trouvent renforcées par le Conseil d'État qui a « validé l’essentiel des interprétations ou recommandations » en la matière. Notamment que la gestion devait être symétrique (aussi simple à accorder qu'à refuser) et « porter sur chacune des finalités, ce qui implique notamment une information spécifique ». , Cookie walls, consentement et sanction de Google : le Conseil d'État a tranché - Next INpact
  • Ce livre a été lu avec autant de passion que de révulsion. Mon premier réflexe au réveil : reprendre ma lecture. Un témoignage qui fait la lumière sur toute la problématique ambiguë du consentement. , « Le Consentement » de Vanessa Springora, prix Jean-Jacques Rousseau de l'autobiographie
  • La Commission européenne a annoncé vouloir encourager le développement d'outils pour aider les internautes dans la gestion de leurs données personnelles, et a cité l’exemple d’une application qui permettrait d'éviter à un utilisateur de remplir un outil de gestion du consentement pour chaque site. Dans un rapport d’évaluation du RGPD, deux ans après sa mise en œuvre, la Stratégies, Vers une appli globale de gestion du consentement des internautes ? - Stratégies
  • Assurer la confidentialité et le consentement en ligne Global Security Mag Online, Assurer la confidentialité et le consentement en ligne - Global Security Mag Online
  • Les chercheur·se·s observent également que 76 affaires qui n'auraient pas abouti à un jugement si l'on s'était référé à la précédente loi, ont été jugées. Et la moitié des accusés ont été condamnés. En 2019, ce sont aussi douze personnes qui ont été condamnées pour "viol par négligence" (dans les cas où l'autre n'a pas explicitement exprimé son non-consentement à l'acte). "Il semble que, dans la plupart des cas, cela a comblé un vide en matière d'agression sexuelle", constate Stina Holmberg, co-autrice du rapport. , Suède : 75 % de condamnations pour viol en plus depuis la loi sur le consentement - Terrafemina
  • La seconde différence majeure entre le projet de Mila et le capitalisme de surveillance se rapporte à la notion de consentement. Dans ses travaux, Zuboff critique à juste titre ce qu’elle nomme la méthode Google Street View de collecte des données. Cette méthode mène les entreprises technologiques à s’emparer des données de leurs utilisateurs en absence de consentement éclairé. Lorsque Google envoie ses voitures photographier les rues de Montréal, la multinationale américaine ne demande jamais aux piétons s’ils consentent à ce que de tels clichés soient mis en ligne. Pour cette raison, il semble raisonnable de considérer que les droits fondamentaux des membres du public ne sont pas respectés. The Conversation, Applications de traçage : il faut réfléchir à la notion de consentement
  • Sur le Web, plus de la moitié des utilisateurs acceptent que les marques collectent et utilisent leurs données selon le baromètre « Privacy 2020 » de Commanders Act. Cependant, la manière dont les interfaces de recueil du consentement sont conçues influence fortement leur réponse. , RGPD : recueillir le consentement des utilisateurs dépend fortement du design
  • En Suède, une nouvelle loi sur le consentement donne des résultats spectaculaires POSITIVR, En Suède, une nouvelle loi sur le consentement donne des résultats spectaculaires
  • L'amour est un acte simple et primitif. C'est la lutte, c'est la haine. La violence y est nécessaire. L'amour par consentement mutuel n'est qu'une fastidieuse corvée. De Anatole France
  • L’autorité d’un seul homme compétent, qui donne de bonnes raisons et des preuves certaines, vaut mieux que le consentement unanime de ceux qui n’y comprennent rien. De Galilée
  • Le consentement des hommes réunis en société est le fondement du pouvoir. Celui qui ne s'est établi que par la force ne peut subsister que par la force. De Denis Diderot / Encyclopédie
  • Quand la fin d'un couple est décrétée par consentement mutuel, le regard des deux partenaires se met instinctivement à balayer d'autres horizons. De Claude Lelouch / Itinéraire d'un enfant très gâté
  • Nous croyons de toute notre âme à la résurrection de la chair ; mais il faut que chaque être humain donne son consentement à cette vocation de pourrir. De François Mauriac / Vie de Jésus
  • Une religion doit être embrassée par conviction et non par force, car les offrandes de la divinité exigent le consentement du coeur. De Père Monier
  • L'amour, c'est le consentement de l'homme au bien voulu par la femme. De Thérèse Tardif / Désespoir de vieille fille
  • Il y a du consentement dans le sourire, tandis que le rire est souvent un refus. De Victor Hugo / L'Homme qui rit
  • Il y a deux façons d'enculer les mouches : avec ou sans leur consentement. De Boris Vian / Cantilènes en gelée
  • Il n'y a pas de joie sans consentement. Accepte-toi ! De Françoise Loranger / Mathieu

Images d'illustration du mot « consentement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « consentement »

Langue Traduction
Corse accunsentu
Basque baimena
Japonais 同意
Russe согласие
Portugais consentimento
Arabe موافقة
Chinois 同意
Allemand zustimmung
Italien consenso
Espagnol consentimiento
Anglais consent
Source : Google Translate API

Synonymes de « consentement »

Source : synonymes de consentement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « consentement »


Mots similaires