La langue française

Assentiment

Sommaire

  • Définitions du mot assentiment
  • Étymologie de « assentiment »
  • Phonétique de « assentiment »
  • Évolution historique de l’usage du mot « assentiment »
  • Citations contenant le mot « assentiment »
  • Images d'illustration du mot « assentiment »
  • Traductions du mot « assentiment »
  • Synonymes de « assentiment »
  • Antonymes de « assentiment »

Définitions du mot assentiment

Trésor de la Langue Française informatisé

ASSENTIMENT, subst. masc.

A.− PHILOS. Acte de l'esprit par lequel on donne son adhésion à une idée, à une opinion que l'on reconnaît pour vraie. Synon. croyance :
1. L'inférence, dit Newman, a des degrés, mais l'assentiment n'en a pas. Le contenu du jugement peut avoir bien des origines; mais l'assentiment, en quoi consiste la croyance, est purement personnel. Sans doute l'affirmation n'a pas sa valeur uniquement en elle-même; celle-ci dépend avant tout du mouvement de pensée qui la sous-tend. Mais le grand mérite de la Grammaire de l'Assentiment est d'avoir montré qu'il y a entre l'inférence et l'assentiment une différence de nature, une hétérogénéité radicale; l'assentiment n'est pas seulement la conséquence d'une inférence, il est autre qu'elle. Entre les raisons sur lesquelles s'appuie la croyance et la croyance elle-même, il y a un saut, en quoi consiste précisément l'engagement de la personne. J. Lacroix, Marxisme, existentialisme, personnalisme,1949, p. 100.
Cour. Affirmation que l'on est du sentiment de quelqu'un, que l'on partage son avis, sa manière de voir :
2. Lanoue m'écoutait avec une complaisance attentive et murmurait à chacune de mes phrases : « Je suis parfaitement de ton avis ». Cet assentiment obstiné ne tardait pas à me donner de l'impatience. G. Duhamel, Confession de minuit,1920, p. 182.
P. ext. Adhésion (à une forme d'art, à un genre, à une œuvre, etc.) :
3. Je ne puis admettre que deux écoles : ou bien la volupté pratiquée comme un art, avec des esclaves spécialisées et tout ce qu'on lit dans Suétone; ou bien le mariage, la réalisation parfaite de cette promesse que la nature m'a faite, la nuit où je me suis éveillé dans la honte à la puberté. Mais l'adultère, cette demi-mesure, cette littérature bourgeoise... Le monde entier peut y aller, il ne m'aura pas. (Je me demande pourquoi je n'ai pas formulé plus tôt ces protestations : l'assentiment que je donnais aux histoires et aux romans d'adultère n'a jamais été sincère : même, je me cachais mal mon dégoût.) Larbaud, A. O. Barnabooth,1913, p. 287.
4. L'ordre dans lequel les pensées nous sont présentées, toute la composition même du livre n'ont d'autre objet que de gagner, sans jamais le forcer, notre assentiment. Du Bos, Journal,1922, p. 60.
B.− Consentement (à une décision, à un acte, etc.) accompagné de l'adhésion aux motifs qui y engagent. Synon. accord, approbation :
5. Il hésita, pâlit, regarda autour de lui d'un air ombrageux; mais alors il vit tous les fronts s'incliner et toutes les mains s'étendre en signe d'assentiment; Trenmor avait laissé voir ses traits. G. Sand, Lélia,1839, p. 416.
6. ... dans les premiers siècles, le vote des centuries dans l'élection du magistrat n'était, nous l'avons vu, qu'une pure formalité. Dans le vrai, le consul de chaque année était créé par le consul de l'année précédente, qui lui transmettait les auspices, après avoir pris l'assentiment des dieux. Fustel de Coulanges, La Cité antique,1864, p. 419.
Rem. 1. Assentiment/consentement. Au sens A, l'assentiment n'est qu'un acte de l'esprit et non un acte de volonté propre à déterminer la conduite d'autrui. Consentement signifie, au contraire, ,,acquiescement à l'exécution de quelque chose`` (Sardou 1877). Par le consentement, ,,on veut avec (cum) d'autres personnes; on veut que ce qu'elles veulent se fasse`` (Ibid.) ou du moins on ne s'y oppose pas. En ce sens ,,assentiment semble dire moins que consentement : il est moins volontaire et ne conditionne pas l'action`` (Foulq.-St-Jean 1962). Au sens B, assentiment dit plus que consentement : il suppose non seulement qu'on n'empêche pas l'action d'autrui, mais encore que l'on y adhère, que l'on approuve les mobiles. ,,On peut donner son consentement à une chose sans y donner son assentiment, c'est-à-dire qu'on peut consentir qu'elle se fasse sans adopter les motifs qui engagent à la faire`` (Bonnaire 1835). 2. En vén., vx, synon. de assentement (cf. assentir2dér.). Cf. Baudr. Chasses 1834, Besch. 1845 (s.v. assentement), Lar. 19e, Nouv. Lar. ill. et DG.
PRONONC. ET ORTH. : [asɑ ̃timɑ ̃]. Ac. enregistre assentiment. Barbeau-Rodhe 1930 note une durée mi-longue pour la 2esyll. du mot. Besch. 1845 enregistre, en plus de assentiment, l'anc. forme assentement avec la mention ,,vieux mot``. Littré signale pour assentement : ,,Il a été dit aussi pour assentiment`` (cf. Littré, s.v. assentement ou assentiment). Littré donne la possibilité d'une prononc. par [ss] géminées : a-ssan-ti-man.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1181 assentiment (Statuts d'Hôtels-Dieu, 12 [Le Grand], Delb. ds Quem. : Et la seconde fois establi, par l'assentiment des freres, que por les malades de l'Ospital de Jerusalem soient louez iiii mieges sages) − 1416 ds Gdf. Compl.; forme reprise dep. Ac. 1798; 1212 assentement (Charte messine, Bibl. Ec. des Ch., 1880, p. 393 ds Gdf. Compl. : Par commun assentement) − 1611, Cotgr., forme reprise ds Trév. 1752 qui qualifie le mot de ,,vieux``; encore citée par Littré. Dér. de assentir1*; suff. -ment1*; forme assentiment d'apr. sentir, sentiment.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 446. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 583, b) 523; xxes. : a) 445, b) 850.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Dupin-Lab. 1846. − Foi t. 1 1968. − Foulq.-St-Jean 1962. − Franck 1875. − Goblot 1920. − Lacr. 1963. − Lal. 1968. − Miq. 1967. − Noter-Léc. 1912. − Piguet 1960. − Spr. 1967.

Wiktionnaire

Nom commun

assentiment \a.sɑ̃.ti.mɑ̃\ masculin

  1. Acquiescement déclaré ou tacite, volontaire ou forcé à un acte, à une opinion ; action de les approuver.
    • Cédric, quoique assis sur un siège de même hauteur que ses concitoyens, et sans distinction apparente, paraissait cependant agir avec l’assentiment général comme chef de l’assemblée. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Partout elle avait trouvé bon accueil, prompt assentiment, mais elle se propose d’aller plus outre. Pourquoi ne pas instaurer une Adoration permanente du Saint Sacrement ? — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • L’autoritativité peut donc être définie comme une attitude consistant à produire et à rendre public des textes, à s’auto-éditer ou à publier sur le WWW, sans passer par l’assentiment d’institutions de référence référées à l’ordre imprimé. — (Évelyne Broudoux, Autoritativité, support informatique, mémoire, Journées “ hypertextes, mémoire, fiction ”. Montréal, novembre 2003, @rchiveSIC (https:/archivesic.ccsd.cnrs.fr))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ASSENTIMENT (a-san-ti-man, et aussi a-ssan-timan) s. m.
  • Mouvement de la volonté qui accède. Ne donnez point votre assentiment à cette décision, à cet acte. L'évidence force l'assentiment.

HISTORIQUE

XIIIe s. Par l'assentement des autres messages monstra la parole Quesnes de Bethune, Villehardouin, XCIII. Et chargierent leur parole, par l'assentement de tous, à Nevelon l'evesque de Soissons, qui estoit des douze, Villehardouin, CX. Par vostre assentement Je d'un de vos enfans lui feroie present, Berte, LXXXIII. Fais apporter la chartre que li marchis ot de l'empereur Bauduin, qui faite fu par le commun assentement des haus barons, H. de Valenciennes, XVI.

XVe s. De la bonne volonté et assentement de tous, Bouciq. I, ch. 30.

XVIe s. Ils entendent qu'un assentement, par lequel les contempteurs de Dieu acceptent pour vray ce qui est contenu dans l'Escriture, doit estre reputé pour foy, Calvin, Instit. 424. L'on ne peut acquerir vraie saisine en fief sans foi ou assentement du seigneur, Loysel, 747. Tous les Estats d'un commun assentement nommerent M. de Chasteaubriand, Carloix, I, 31.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « assentiment »

Dérivé de l'ancien français assentir (1171), emprunté au latin assentire « approuver ». Sorti d'usage puis réapparait dans les dictionnaires à la fin du XVIIIe s. ((1798), Académie) et en politique pendant la révolution ((1192), assentiment national).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Assentir 1 ; provenç. assentiment, asentimen ; ital. assentimento. On disait aussi dans l'ancien français, assens.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « assentiment »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
assentiment asɑ̃timɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « assentiment »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « assentiment »

  • Mieux vaut les critiques d’un seul que l’assentiment de mille. De Proverbe chinois
  • Rien de ce qui résulte du progrès humain ne s'obtient avec l'assentiment de tous. De Christophe Colomb
  • Le silence n'équivaut pas toujours à un assentiment : en général, il révèle simplement l'incapacité des gens à réagir sur le coup. De Paulo Coelho / Le démon et mademoiselle Prym
  • Etre courageux dans l'isolement, sans témoins, sans l'assentiment des autres, face à face avec soi-même, cela requiert une grande fierté et beaucoup de force. De Milan Kundera / La plaisanterie
  • nous sommes bien dans un monde pourri avec l'assentiment de ceux qui sont en place tous politiques ou pas média presse tous vereux dans leurs domaines une dictature au grand jour et les bades corneille qui n'y vois rien ladepeche.fr, Un tentaculaire trafic d’or démantelé entre la France et l'Allemagne - ladepeche.fr
  • L’avocat et écrivain François Sureau a lu pour « La Croix » le livre de Bernard-Henri Lévy consacré à la période singulière de confinement qui vient de s’écouler. L’occasion d’une réflexion sur l’action de l’État et le trouble assentiment qu’elle a recueilli, et sur l’altération de l’esprit public. La Croix, « Ce virus qui rend fou », Bernard-Henri Lévy revient sur le confinement

Images d'illustration du mot « assentiment »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « assentiment »

Langue Traduction
Anglais consent
Espagnol consentimiento
Italien consenso
Allemand zustimmung
Chinois 同意
Arabe موافقة
Portugais consentimento
Russe согласие
Japonais 同意
Basque baimena
Corse accunsentu
Source : Google Translate API

Synonymes de « assentiment »

Source : synonymes de assentiment sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « assentiment »

Partager