La langue française

Indifférence

Définitions du mot « indifférence »

Trésor de la Langue Française informatisé

INDIFFÉRENCE, subst. fém.

I. − [Correspond à indifférent I]
A. −
1. État de celui/ce qui est indifférent, fait d'être indifférent. Ce silence, qui m'affligeait de la part de mon père, le blessait probablement de la mienne. (...) ce que je prenais pour de l'indifférence était peut-être un ressentiment caché (Constant, « Cahier rouge »,1830, p. 90).Malgré ma mine tranquille, j'ai toujours préféré la folie des passions à la sagesse de l'indifférence (France, Bonnard,1881, p. 419).Le jugement de nos contemporains sur Guillaume Tell [de Rossini] (...) c'est l'indifférence. L'indifférence absolue, sans phrases (P. Lalo, Mus.,1899, p. 116).La politesse, c'est l'indifférence organisée (Valéry, Tel quel II,1943, p. 51).V. ataraxie ex. 3 :
1. Dieu m'était devenu indifférent. Lorsque vous m'aurez forcée à convenir que je le hais, en serez-vous plus avancé, imbécile? − Vous ne le haïssez plus, lui dis-je. La haine est indifférence et mépris. Et maintenant, vous voilà enfin face à face, lui et vous. Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1160.
a) Indifférence + adj.
[L'adj. exprime une qualité] C'est ici le lieu de honnir à jamais ces mangeurs stupides qui avalent avec une indifférence coupable les morceaux les plus distingués (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 147).V. affiché ex. 10; épicurien A 1 ex. de Bourget.Il accepte avec une égale indifférence les ironiques compliments et les témoignages d'admiration sincère (Renard, Poil Carotte,1894, p. 57).Une pareille impassibilité torturait Judith, et, parfois, la rassurait. Une aussi monstrueuse indifférence n'était pas possible (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 120):
2. ... il ne pouvait supporter cette insolente indifférence, cette façon de le réduire à l'état de machine, de le nier dès qu'il voulait parler en tant qu'individu et non transmettre des renseignements. Malraux, Cond. hum.,1933, p. 238.
SYNT. Aimable, amère, amicale, apathique, apparente, belle, calme, charmante, complète, constante, dédaigneuse, feinte, fière, froide, grande, hautaine, implacable, incroyable, merveilleuse, morne, morose, paisible, placide, profonde, singulière, soudaine, souveraine, sublime, superbe, suprême, tiède, totale, tranquille, triste indifférence; indifférence absolue, affectée, bienveillante, compréhensive, ennuyée, entière, extrême, généreuse, glaciale, impassible, injurieuse, majestueuse, méprisante, miséricordieuse, polie, provocante, sceptique, silencieuse, stupide.
[L'adj. exprime une relation] Il s'indigne contre l'indifférence générale, contre la paix et la joie d'un monde insensible à sa peine (J. Vuillemin, Essai signif. mort,1949, p. 150):
3. À ce terme se manifeste, avec ses conséquences immorales, la sympathie universelle, ou l'universelle indifférence du génie germanique. Viennent toute religion, toute philosophie, toute histoire, l'auteur du Faust, le Faust contemporain les réfléchira, les absorbera dans l'océan de sa poésie. Michelet, Introd. Hist. univ.,1831, p. 429.
En partic. [L'adj. précise le domaine auquel s'applique l'indifférence] Indifférence artistique, métaphysique, politique; indifférence religieuse (infra 2 a); indifférence sensuelle. Ce terrible passage de l'amour à l'indifférence conjugale (Balzac, Physiol. mar.,1826, p. 111).Alors la science ne ferait plus de progrès et s'arrêterait par indifférence intellectuelle, comme quand les corps minéraux saturés tombent en indifférence chimique et se cristallisent (C. Bernard, Introd. ét. méd. exp.,1865, p. 353).
b) Indifférence + compl. introd. par la prép. de.
[Le compl. désigne celui qui éprouve l'indifférence] Indifférence du public; indifférence des égoïstes, des masses, des passants. Il n'y a point de blessure plus cruelle que celle qui est faite au cœur d'une mère par l'indifférence de ses enfants (Chênedollé, Journal,1833, p. 167).Ce peu de succès n'avait nullement découragé les inventeurs, et bien d'autres mécaniques avaient vu le jour, mais toutes s'étaient heurtées à l'indifférence des autorités et à l'hostilité du public (P. Rousseau, Hist. techn. et invent.,1967, p. 342):
4. Je ne sais quelle indifférence de mourant m'est venue avant l'heure. Autrefois, un désir, une ambition, une espérance me sortaient un jour, violemment, de cet état d'âme. Aujourd'hui, je sens qu'il n'y a plus rien au monde que je me donnerais la peine de désirer, d'ambitionner, d'espérer, de rêver. Goncourt, Journal,1874, p. 994.
P. anal. [Correspond à indifférent I B] Tout nous quitte, hélas! et l'ingratitude des gens vient compléter l'indifférence des choses (Amiel, Journal,1866, p. 278).Au fond du champ, deux phares s'allumèrent dans l'indifférence de la nuit (Malraux, Espoir,1937, p. 813):
5. Comme si cette grande colère m'avait purgé du mal, vidé d'espoir, devant cette nuit chargée de signes et d'étoiles, je m'ouvrais pour la première fois à la tendre indifférence du monde. Camus, Étranger,1942, p. 1209.
[Le compl. désigne un trait du comportement de celui qui éprouve l'indifférence] Indifférence d'une caresse, d'un geste. Cette espérance seule peut le consoler de l'indifférence du billet qu'il reçoit (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 177).Et sans doute, l'aveu qu'elles me firent de l'indifférence de leurs gémissements sous les étreintes (...) pénétra mon esprit du goût de l'ironie (Léautaud, Essai sentimental.,1896, p. 23).
[Le compl. désigne la cause de l'indifférence] Les sots s'aperçurent de son mépris pour eux, car les sots ont un tact singulier sur cet article, et rien ne les chagrine tant que l'indifférence du mépris (Chateaubr., Essai Révol., t. 2, 1797, p. 82).Les temples, les arcs, les colisées de Rome morte, foulés aux pieds dans Rome vivante, avec l'indifférence de l'habitude ou la profanation de l'oubli (Lamart., Voy. Orient, t. 1, 1835, p. 69).
c) Indifférence + compl. introd. par d'autres prép.[Le compl. désigne l'objet de l'indifférence]
Indifférence à + subst.Quiconque connaît l'indifférence que j'ai aux choses humaines, le peu de prix que j'attache à tout, saura ce qu'il a dû m'en coûter pour me plier à tant de contraintes (Chateaubr., Mém., t. 3, 1848, p. 203).Je m'étonnai de son indifférence aux bosses, aux taches, aux assiettes cassées : elle ne se fâchait jamais (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 92).V. bourgeois II B 1 ex. de Flaubert :
6. ... le plus dangereux effet de l'épuisement qui gagnait, peu à peu, tous ceux qui continuaient cette lutte contre le fléau, n'était pas dans cette indifférence aux événements extérieurs et aux émotions des autres, mais dans la négligence où ils se laissaient aller. Camus, Peste,1947, p. 1374.
SYNT. Indifférence au bien et au mal, au juste et à l'injuste, à l'opinion publique, aux approbations, aux haines, aux outrages, aux tentations.
Indifférence à l'égard de + subst. Comme toutes les fortes passions de l'homme, l'ambition nous entretient dans un singulier état d'indifférence à l'égard d'autrui (Bernanos, Imposture,1927, p. 387).Mes amis ne concevaient point cette indifférence à l'égard de l'avenir (Valéry, Variété V,1944, p. 96).V. froideur ex. 5.
Indifférence à l'endroit de + subst. Il serait peut-être vain d'accuser les artistes d'indifférence à l'endroit de la seule « chose publique » qui compte : le domaine des idées et des pressentiments (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 177).
Indifférence de + subst. (vieilli).Indifférence des autres, de tout. Cette inquiétude qui finit par le dégoût ou du moins l'indifférence de la vie (Senancour, Rêveries,1799, p. 158).Il y a une chose que j'aime beaucoup en M. Leconte, c'est son indifférence du succès (Flaub., Corresp.,1853, p. 231).
Indifférence devant + subst.Il y a quelque chose de primaire à s'étonner de l'indifférence des êtres devant la mort d'un de leurs proches (Montherl., Célibataires,1934, p. 909).
Indifférence envers + subst.Je peux, dans mon surgissement du monde, me choisir comme regardant le regard de l'autre et bâtir ma subjectivité sur l'effondrement de celle de l'autre. C'est cette attitude que nous nommerons l'indifférence envers autrui (Sartre, Être et Néant,1943, p. 448).
Indifférence pour
+ subst. Il faudrait pouvoir unir les contraires, l'amour de la vertu avec l'indifférence pour l'opinion publique, le goût du travail avec l'indifférence pour la gloire, et le soin de sa santé avec l'indifférence pour la vie (Chamfort, Max. et pens.,1794, p. 29).Il était plein d'une indifférence dédaigneuse pour tout ce qui se passait (Nizan, Conspir.,1938, p. 247).
SYNT. Indifférence pour le bien, la gloire, la patrie, la religion; indifférence pour la mort, pour la vie; indifférence pour les hommes, pour les choses; indifférence pour les arts, les études, les richesses, les sciences.
+ inf. (vieilli).Dans l'état de chute, l'homme n'a guère d'indifférence réelle, à aucun moment, pour faire le bien ou le mal; sa volonté est toujours fléchie et déterminée à l'un ou à l'autre (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 2, 1842, p. 104).
Indifférence sur + subst. (vieilli).Indifférence sur son sort, sur la politique, sur les plaisirs. L'indifférence du sage sur ce que les hommes inquiets ou prévenus appellent des malheurs et des biens (Senancour, Obermann, t. 1, 1840, p. 184):
7. Tu as su (...) de quel malheur le ciel m'a frappé. Je n'ai plus d'enfant! Je n'ai plus rien dans l'avenir que vide et tristesse et indifférence sur moi-même. Lamart., Corresp.,1833, p. 335.
Indifférence vis-à-vis de + subst.Une atmosphère d'indifférence vis-à-vis des fins optimistes que l'homme prête à la vie et d'acceptation définitive de la cruauté de Dieu (Faure, Espr. formes,1927, p. 205).
d) Subst. + d'indifférence.Certains éléments du monde, les vivants, cherchent à persévérer dans leur être; ils s'efforcent de remonter le courant d'indifférence qui entraîne la matière inanimée (Maurois, Journal,1946, p. 14).Je l'aime autant que jamais et je souffre abominablement de ne pouvoir le lui laisser connaître; cette attitude qu'elle m'impose, ce masque d'indifférence qu'elle me force à revêtir, lui paraissent certainement plus sincères que ce que je ne pourrais que balbutier (Gide, Et nunc manet,1951, p. 1154).V. filtrer ex. 12.
SYNT. Accent, air, geste, signe, sourire, ton d'indifférence; carcan, cuirasse, halo d'indifférence; état, fond, preuve, sentiment, symptôme d'indifférence; abîme, désert, mur d'indifférence.
e) Verbe + (de) l'indifférence.Ce soir-là, elle redoutait tellement une scène, qu'elle affecta l'indifférence (Zola, Nana,1880, p. 1304).Il écoutait en silence (...), profondément intéressé, bien qu'il jouât l'indifférence et affectât de s'étirer les bras en soupirant bruyamment (Courteline, Train 8 h 47,1888, 1repart., 5, p. 58):
8. Les réticences de mon père m'étonnaient et me piquaient (...). Il aurait dû s'intéresser à mes efforts, à mes progrès, me parler amicalement des auteurs que j'étudiais : il ne me marquait que de l'indifférence et même une vague hostilité. Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 175.
SYNT. Affronter, feindre, professer, simuler l'indifférence; reprocher à qqn son indifférence; concevoir, éprouver, inspirer, montrer (de) l'indifférence; se heurter à l'indifférence; demeurer, s'enfermer, mourir, sombrer, vieillir dans l'indifférence; se cuirasser d'indifférence; accuser qqn d'indifférence; souffrir de l'indifférence de qqn; témoigner de l'indifférence à qqn; accorder qqc. à qqn par indifférence; prendre qqc. pour de l'indifférence.
f) Loc. adv.
(Faire qqc.) avec indifférence. Accueillir, accepter, considérer, recevoir (qqc. ou qqn) avec indifférence. Comme je peux tout entendre avec indifférence, de même je peux tout ignorer sans peine (Cottin, C. d'Albe,1799, p. 198).La mêlée en était arrivée à ce point (...) où l'on marche avec indifférence sur des amas de blessés et de cadavres (Hugo, Han d'Isl.,1823, p. 430).
Prendre, recevoir qqc. en (toute) indifférence. Cette certitude me consolait et me faisait prendre en patience et en indifférence l'intervalle que je croyais court entre le départ et la réunion (Lamart., Nouv. Confid.,1851, p. 14).
2. En partic.
a) Indifférence religieuse, en matière de religion ou, absol., indifférence. ,,État d'esprit ou système d'une personne qui admet que toutes les religions sont également bonnes ou mauvaises`` (Marcel 1938). Essai sur l'indifférence en matière de religion (ouvrage de Lamennais, 1817-1823). Si j'ignore la marche et les relais de ma conversion, je puis au moins deviner quels sont les motifs qui, après une vie d'indifférence, m'ont ramené dans les parages de l'Église (Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 34):
9. Il semble (...) que pour le moment, une très grande partie de la jeunesse soit parvenue à un état de complète indifférence religieuse, − due peut-être, précisément, pour une part, à un transfert du sentiment religieux sur d'autres objets. Maritain, Human. intégr.,1936, p. 76.
b) [Dans le domaine des relations amicales ou amoureuses] Quand je songe à mon indifférence pour lui, je m'étonne encore qu'il ait continué de m'aimer comme il l'a fait (Dumas père, Teresa,1832, III, 7, p. 190).Le contraire de l'amour n'est pas la haine mais l'indifférence (Choisy, Psychanal.,1950, p. 41):
10. Amélie n'est plus rien pour moi. Je dirai même que l'indifférence que j'ai sentie pour elle dans cette soirée a été telle que j'en ai éprouvé quelque gêne. Delécluze, Journal,1825, p. 243.
P. méton., au plur. Manifestations d'indifférence. Le souvenir de ses indifférences et de ses duretés fait que toujours j'appréhende un peu le revoir (Gide, Journal,1915, p. 514):
11. Maintenant qu'elle lui appartenait, elle devait être toute à lui. Il se disait qu'il l'aimait assez pour qu'elle se contentât de son amour. Il n'admettait pas ses rêveries, se sentait cruellement blessé par ses indifférences passagères. Zola, M. Férat,1868, p. 79.
3. Au plur., rare. Fait d'être indifférent à l'égard de plusieurs objets. L'âme traversée d'indifférences, de contradictions désolées et de distractions en dérive (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 296):
12. ... je me suis dégoûté de mon public, et retiré dans ma coquille; j'ai successivement quitté les longs travaux et les vastes pensées (...); le découragement de la tristesse s'est compliqué des indifférences du mépris. Amiel, Journal,1866, p. 99.
4. Spécialement
a) CHIM. [Correspond à indifférent I C 3 a] Indifférence [du saccharose] vis-à-vis de la potasse ou de la soude (Rouberty, Sucr.,1922, p. 11).
b) LING. Position d'indifférence. ,,Position normale des organes vocaux pendant le silence`` (Mar. Lex. 1933, p. 99).
c) PHILOS. Liberté d'indifférence. Faculté de se décider en l'absence de tout mobile ou motif capable de terminer la volonté (d'apr. Goblot 1920). Les théories antagonistes dites du déterminisme et de la liberté d'indifférence sont toutes deux fausses et fondées sur une erreur commune (Renouvier, Essais crit. gén., 3eessai, 1864, p. xxxiv).La prétendue liberté d'indifférence qui n'est que l'impossible indétermination du contenu du choix par rapport au contenu des motifs (Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 177).
d) PHYSIQUE :
13. ... l'inertie de la matière consiste dans l'indifférence au repos et au mouvement; de sorte que ce qu'on nomme la mobilité des corps ne doit pas être regardé comme une qualité spéciale, mais seulement comme une conséquence du principe de l'inertie de la matière. Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 187.
II. − [Correspond à indifférent II] Caractère indifférent de quelque chose; neutralité. Quant à moi, cela m'est d'une indifférence absolue (Staël, Lettres L. de Narbonne,1794, p. 267).Ils ne pouvaient continuer la conversation muette qu'avaient eue leurs regards. Ils ne pouvaient non plus rester dans l'indifférence d'un dialogue ordinaire (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 224).L'indifférence des unités arithmétiques, dans son acception légitime, s'explique suffisamment parce qu'elle exprime l'acte de poser, sans autre détermination encore, le fait d'exister l'un sans l'autre (Hamelin, Élém. princ. représ.,1907, p. 48).
ÉCON. Situation où deux choix différents ont, pour celui qui les fait ou peut les faire, la même attirance (d'apr. Cotta 1972). Les néomarginalismes adoptent une neutralité de principe à l'égard des mobiles humains et les accueillent sans tri dans leurs échelles de préférences et leurs systèmes d'indifférences (Perroux, Écon. xxes., 1964, p. 384).
Courbe (ou ligne) d'indifférence. Représentation graphique d'un ensemble de combinaisons de quantités données de deux produits qui font éprouver au consommateur un même degré de satisfaction (d'apr. Cotta 1972) :
15. ... je ne dis pas que des schèmes généraux de maximation (les courbes et surfaces d'indifférence de V. Pareto) et d'équilibre (les équilibres de E. Barone) peuvent logiquement englober tous les mobiles humains... Perroux, Écon. xxes., 1964p. 595.
Surface (ou zone) d'indifférence. Surface couverte par un ensemble de courbes d'indifférence correspondant à un ensemble de degrés de satisfaction provoqués par des combinaisons de quantités différentes de deux mêmes produits. V. ex. 15.
III. − Rare
A. − Fait de ne pas faire de différences entre deux objets; objectivité. L'indifférence entre le bien et le mal, entre le juste et l'injuste, entre la liberté et la tyrannie, est une marque de faiblesse autant qu'une marque de force (Quinet, All. et Ital.,1836, p. 117):
14. Il faut dans cet ouvrage que chaque nation ait son dieu, comme de raison. Mais le poète les admettra tous. Il peindra les cérémonies de toutes les religions avec une indifférence et une égalité parfaites. Chénier, Amérique,1794, p. 111.
B. − BIOL. Synon. rare de indifférenciation B.La première conception, celle de la spécificité absolue des cellules, s'oppose (...) formellement à la seconde, celle de l'indifférence absolue (Policard, Histol. physiol.,1922, p. 152).
Prononc. et Orth. : [ε ̃difeʀ ɑ ̃:s]. Ac. 1694-1740 : -diffe- : ensuite -diffé-. Étymol. et Hist. 1. 1372 « état physique qui ne présente rien de particulier » (D. Foulechat, Trad. du Policraticus de J. de Salisbury, fo33 vo, col. I ds R. Ling. rom. t. 33, p. 322); 2. 1606 « état d'une personne indifférente » (Crespin, 3epart., s.v. indifferenza). Empr. au b. lat.indifferentia au sens 1. Fréq. abs. littér. : 2 934. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 433, b) 3 580; xxes. : a) 3 993, b) 5 228.

Wiktionnaire

Nom commun

indifférence \ɛ̃.di.fe.ʁɑ̃s\ féminin

  1. État d’une personne qui n’extériorise pas ses sentiments, ses états d’âme.
    • État d’indifférence, état mental qui ne contient ni plaisir ni douleur.
    • Liberté d’indifférence, état d’une âme libre de choisir entre deux partis, parce qu’aucun motif ne la fait pencher vers l’un plutôt que vers l’autre.
    • Sous cet air d’indifférence, il cache beaucoup d’ambition. Affecter de l’indifférence pour quelque chose.
    • Sachez qu’aujourd’hui seule l’indifférence est payante. — (Philippe Sollers, Éloge de l’infini, Gallimard, page 700)
  2. État d’une personne qui n’a aucun intérêt pour ce qui l’entoure.
    • Il regardait ce paysage familier avec la même sensation d’indifférence songeuse que l'on éprouve en regardant un port inconnu, où on n'est jamais allé, où on n'ira jamais, du pont d'un navire, lors d'une courte escale. — (Isabelle Eberhardt, Le Major,1903)
  3. (En particulier) État d’une personne qui n’est pas sensible à l’amour.
    • J’ai pitié de ceux qui vont deux à deux, enchaînés par l’indifférence. — (Henri Barbusse, L’Enfer, Éditions Albin Michel, Paris, 1908)
  4. (Par extension) Manque total d'intérêt pour une chose.
    • Quand elles se parlaient, c'était avec politesse, mais avec une mutuelle indifférence. — (Marie-Jeanne Riccoboni, Histoire d’Ernestine, 1762, édition Œuvres complètes de Mme Riccoboni, tome I, Foucault, 1818)
    • L’indifférence en matière de foi était devenue de règle, car d’hostilité on n’en sentait point trop encore ; à peine sourdait-elle, peut-être, dans quelques propos sacrilèges. — (Louis Pergaud, Le Sermon difficile, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

INDIFFÉRENCE. n. f.
État d'une personne indifférente. Sous cet air d'indifférence, il cache beaucoup d'ambition. Affecter de l'indiffèrence pour quelque chose. Il fut navré de l'indifférence que lui montrèrent alors ses prétendus amis. Il est dans une indifférence générale pour les choses du monde. L'indifférence religieuse, ou L'indifférence en matière de religion. L'indifférence en matière politique. Liberté d'indifférence, État d'une âme libre de choisir entre deux partis, parce qu'aucun motif ne la fait pencher vers l'un plutôt que vers l'autre. En termes de Philosophie, État d'indifférence, État mental qui ne contient ni plaisir ni douleur.

INDIFFÉRENCE se dit particulièrement en parlant d'une Personne qui n'est point sensible à l'amour. Être, vivre dans l'indifférence. Vaincre l'indifférence d'une maîtresse. Elle a pour lui la plus complète indifférence. Il ne la voit pas avec indifférence. Le calme de l'indifférence.

Littré (1872-1877)

INDIFFÉRENCE (in-di-fé-ran-s') s. f.
  • 1L'état d'une personne indifférente. Cette indifférence que je sens lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d'aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, Descartes, Médit. IV, 7. Ils ont tous deux leur compte, et, sur cette assurance, Ils tiennent le passé dans quelque indifférence, Corneille, Mél V, 6. L'indifférence qu'ils ont pour la vérité, fait que non-seulement ils ne prennent aucune part à sa défense, mais qu'ils voient même avec peine qu'on s'efforce de détruire le mensonge, Pascal, Prov. X. Il n'avait pas de ces froides indifférences ni de ces faibles ménagements qui font qu'on abandonne les affaires d'autrui, pour ne s'en pas faire à soi-même, Fléchier, Duc de Mont. D'où vient que, pour son Dieu pleine d'indifférence, Jérusalem se tait en ce pressant danger ? Racine, Athal. III, 8. La grâce [selon Malebranche] ne fait que mettre l'homme en équilibre et en indifférence entre le bien et le mal, Fénelon, t. III, p. 268. D'un œil d'indifférence il a vu le supplice, Voltaire, Orphel. IV, 2. Au demeurant, disposez du peu qui reste à exécuter comme il vous plaira ; cela m'est de la dernière indifférence, Diderot, Lett. à M. Lecheton. Je n'eus jamais d'indifférence Pour la gloire du nom français, Béranger, Ma dern. chanson. Bientôt ses actions [de Napoléon] démentirent ses paroles, et chacun s'étonna de son indifférence à donner des ordres pour un si grand établissement, Ségur, Hist. de Nap. V, 1.
  • 2Indifférence des religions, indifférence en matière de religion, indifférence religieuse, et, absolument, indifférence, état d'une personne qui, ne s'attachant à aucune religion, les met toutes au même rang. Quand on aura accordé au commentateur qu'il faut laisser croire et prêcher tout ce qu'on voudra, alors il demandera, sans plus de façon, l'indifférence des religions, c'est-à-dire qu'on n'exclue personne du salut et que chacun règle sa foi par sa conscience, Bossuet, 6e avert. 93. Chercher un repos funeste et une entière indépendance dans l'indifférence des religions ou dans l'athéisme, Bossuet, Reine d'Angl. De l'indifférence en matière de religion, Titre d'un ouvrage de l'abbé de Lamennais. C'est toi qui l'as nommé, docte abbé : notre mal et le tien, l'indifférence pour la religion ; il en a fait un livre, comme ces médecins qui composent des traités sur une maladie dont eux-mêmes sont atteints, et en raisonnent d'autant mieux, Courier, Lett. VIII.
  • 3 Terme de philosophie. Liberté d'indifférence, liberté que laisse l'indifférence. Il parait probable que nous avons la liberté d'indifférence dans les choses indifférentes ; car qui pourra dire que Dieu ne nous a pas fait ou n'a pas pu nous faire ce présent ? Voltaire, Phil. Newt. part. I, ch. 4. La liberté qu'on nomme d'indifférence est un mot sans idée, une absurdité, car ce serait se déterminer sans raison, ce serait un effet sans cause, Voltaire, Dict. phil. Philosophie, IV.
  • 4État de l'âme d'une personne qui n'est point sensible à l'amour. Au contraire, pour tous dedans l'indifférence, Elle n'ôte à pas un ni donne l'espérance, Corneille, Cid, I, 1 (1res édit.) . N'y portez, s'il se peut, que de l'indifférence, Corneille, Suréna, I, 3. Sévigné, de qui les attraits Servent aux grâces de modèle, Et qui naquîtes toute belle à votre indifférence près, La Fontaine, Fabl. IV, 1. L'indifférence est le sommeil de l'âme, Favart, Soliman II, III, 9. Vous la verrez sans doute avec indifférence, Voltaire, Zaïre, IV, 7.
  • 5 Terme de chimie. État d'un corps dont les affinités chimiques sont satisfaites, et qui n'a plus de tendance à se combiner à d'autres éléments.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* INDIFFÉRENCE, s. f. (Gram & Philosophie morale.) état tranquille dans lequel l’ame placée vis-à-vis d’un objet, ne le desire, ni ne s’en éloigne, & n’est pas plus affectée par sa jouissance qu’elle ne le seroit par sa privation.

L’indifférence ne produit pas toûjours l’inaction. Au défaut d’intérêt & de goût, on suit des impressions étrangeres, & l’on s’occupe de choses, au succès desquelles on est de soi-même très-indifférent.

L’indifférence peut naître de trois sources, la nature, la raison & la foi ; & l’on peut la diviser en indifférence naturelle, indifférence philosophique, & indifférence religieuse.

L’indifférence naturelle est l’effet d’un tempérament froid. Avec des organes grossiers, un sang épais, une imagination lourde, on ne veille pas ; on sommeille au milieu des êtres de la nature ; on n’en reçoit que des impressions languissantes ; on reste indifférent & stupide. Cependant l’indifférence philosophique n’a peut-être pas d’autre base que l’indifférence naturelle.

Si l’homme examine attentivement sa nature & celle des objets ; s’il revient sur le passé, & qu’il n’espere pas mieux de l’avenir, il voit que le bonheur est un fantome. Il se refroidit dans la poursuite de ses desirs ; il se dit, nil admirari prope res est una, Numici, solaque, quæ possit facere & servare beatum ; Numicius, il n’y a de vrai bien que le repos de l’indifférence.

L’indifférence philosophique a trois objets principaux, la gloire, la fortune & la vie. Que celui qui prétend à cette indifférence s’examine, & qu’il se juge. Craint-il d’être ignoré ? d’être indigent ? de mourir ? Il se croit libre, mais il est esclave. Les grands fantomes le séduisent encore.

L’indifférence philosophique ne differe de l’indifférence religieuse que par le motif. Le philosophe est indifférent sur les objets de la vie, parce qu’il les méprise ; l’homme religieux, parce qu’il attend de son petit sacrifice une récompense infinie.

Si l’indifférence naturelle, réfléchie, ou religieuse est excessive, elle relâche les liens les plus sacrés. On n’est plus ni pere attentif, ni mere tendre, ni ami, ni amant, ni époux. On est indifférent à tout. On n’est rien, ou l’on est une pierre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « indifférence »

(Siècle à préciser) Du latin indifferentia ; voir indifférer et indifférent.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. indifferentia, de indifferens, indifférent.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « indifférence »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
indifférence ɛ̃diferɑ̃s

Citations contenant le mot « indifférence »

  • En France, le premier jour est pour l'engouement, le second pour la critique et le troisième pour l'indifférence. Jean François Delharpe ou Delaharpe, dit de La Harpe, Mélanges
  • La gloire n'est qu'une des formes de l'indifférence humaine. Valery Larbaud, Ce vice impuni, la lecture, Gallimard
  • L'indifférence qu'on porte à l'autre est sans doute la pire des raisons de lui être fidèle. Robert Mallet, Apostilles, Gallimard
  • Descartes l'avait déjà vu avec une admirable clarté : la liberté d'indifférence est le plus bas degré de la liberté. Gabriel Marcel, Le Mystère de l'être, Aubier
  • […] On ne peut rien écrire dans l'indifférence. Simone de Beauvoir, Les Mandarins, Gallimard
  • Une indifférence paisible Est la plus sage des vertus. Évariste Désiré de Forges, chevalier puis vicomte de Parny, Élégies
  • Le pire péché envers nos semblables, ce n'est pas de les haïr, mais de les traiter avec indifférence ; c'est là l'essence de l'inhumanité. George Bernard Shaw, Le Disciple du diable, II The Devil's Disciple, II
  • Il faudrait pouvoir unir les contraires, l’amour de la vertu avec l’indifférence pour l’opinion publique, le goût du travail avec l’indifférence pour la gloire, et le soin de sa santé avec l’indifférence pour la vie. De Chamfort / Maximes et pensées
  • Autrui nous est indifférent et l'indifférence n'incline pas à la méchanceté. De Marcel Proust / La prisonnière
  • L'indifférence est une épreuve. Le succès est une épreuve que l'on réserve à ceux que l'indifférence n'a pas su tuer. De Christian Bobin / Un désordre de pétales rouges
  • Les animaux ont le droit d'être indifférents. Moi, je suis un animal avec quelque chose en plus, quelque chose qui change tout, qui m'ôte le droit à l'indifférence : je sais. De François Cavanna / Coup de sang
  • Comment se tue en nous l'amour : trois degrés : souffrance, indignation, puis indifférence. La souffrance use l'amour, l'indignation le brise, et on arrive ainsi à l'indifférence finale. De Charles-Augustin Sainte-Beuve
  • L'indifférence, elle te tue à petits coups. De Gilbert Bécaud / L’indifférence
  • L’indifférence est l’antichambre du cynisme. De Anonyme
  • Qu’importe le temps Qu’emporte le vent Mieux vaut ton absence Que ton indifférence. De Serge Gainsbourg / Indifférente
  • L'indifférence donne un faux air de supériorité. De Joseph Joubert / Carnets
  • L’indifférence comme préférence, c’est le mépris qui prend vie. De Anonyme
  • L'indifférence est le commencement de l'échec. De Proverbe français
  • L'indifférence est une paralysie de l'âme. De Anton Tchekhov
  • Il y a pire que la haine ; il y a l'indifférence. De Yvon Deveault
  • La politesse, c'est l'indifférence organisée. De Paul Valéry
  • Jean-Claude Raspiengeas décrit le quotidien désenchanté de ceux qui roulent pour nous dans l'indifférence générale, tenant parfois "le cerceau" de père en fils, fiers d'un métier autrefois considéré (les auditeurs de RTL se souviendront de l'émission Les Routiers sont sympas, que Max Meynier a animé pendant onze ans de 20h30 à minuit), désormais abîmé par un système qui s'emballe. Victimes de la "logistisation" du monde, géolocalisés au mètre près, ils éprouvent un découragement qui ne vient pas tant de leurs conditions de travail dégradées que de la disparition progressive de la "loi fraternelle et exigeante de la route", qui se traduisait par exemple par un café chaud en guise d'accueil. lejdd.fr, "Routiers", ils roulent pour nous dans l'indifférence générale
  • Depuis le 2 juillet, c’est dans l’indifférence gouvernementale que ces familles se retrouvent à la rue. À ce terrible décompte, il faut ajouter les centaines de milliers de ménages qui ont dû accepter un logement trop petit, trop cher, en mauvaise condition, loin de l’école de leurs enfants, des transports en commun et des services publics. Journal Métro, À la rue dans l’indifférence
  • « Il y eut une période où la question palestinienne mobilisait », a rappelé le député MoDem Bruno Joncour, regrettant « l’indifférence » actuelle. « Depuis plusieurs décennies, chacun parle de la reconnaissance de deux États et n’en reconnaît qu’un seul », a déploré le président du groupe d’études France-Palestine. IsraelValley, Dans l'indifférence générale, des parlementaires français souhaitent "l'État de Palestine". - IsraelValley
  • Aux portes du centre administratif, les agents communaux que l'on croise oscillent entre indifférence et satisfaction. leparisien.fr, Entre nostalgie et indifférence, la mairie de Saint-Denis s’apprête à tourner la page du PCF - Le Parisien
  • Le groupe parlementaire du courant du Futur de l’ancien Premier ministre Saad Hariri a estimé que les propos ayant émergé ces derniers jours concernant une démission du cabinet de Hassane Diab et la volonté de M. Hariri de reprendre la tête de la présidence du Conseil tenaient de la « désinformation », accusant le gouvernement « d’indifférence » quant aux répercussions de la crise économique et financière sur les Libanais. L'Orient-Le Jour, Le groupe parlementaire du Futur accuse le gouvernement d’« indifférence » - L'Orient-Le Jour

Images d'illustration du mot « indifférence »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « indifférence »

Langue Traduction
Anglais indifference
Espagnol indiferencia
Italien indifferenza
Allemand gleichgültigkeit
Chinois 漠不关心
Arabe لا مبالاة
Portugais indiferença
Russe равнодушие
Japonais 無関心
Basque axolagabekeria
Corse indiferenza
Source : Google Translate API

Synonymes de « indifférence »

Source : synonymes de indifférence sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « indifférence »

Indifférence

Retour au sommaire ➦

Partager