La langue française

Apitoiement

Sommaire

  • Définitions du mot apitoiement
  • Phonétique de « apitoiement »
  • Évolution historique de l’usage du mot « apitoiement »
  • Citations contenant le mot « apitoiement »
  • Images d'illustration du mot « apitoiement »
  • Traductions du mot « apitoiement »
  • Synonymes de « apitoiement »
  • Antonymes de « apitoiement »

Définitions du mot apitoiement

Trésor de la Langue Française informatisé

APITOIEMENT, subst. masc.

Action de s'apitoyer; état qui résulte de cette action :
1. Tout cela sert (...) à ce que le misérable animal dont parle Montaigne, et dont il veut faire simplement un heureux animal, sorte de son habitude et presque de sa nature, s'élève au-dessus d'un apitoiement passager, et arrive à des énergies de compassion, à des surcroîts de vertu et d'humanité, autrement inouïs. Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 269.
2. ... tu comprends que tout apitoiement sans restrictions, s'il n'est appuyé sur de très profondes raisons, me paraît en littérature : sensiblerie. C'est parce que j'ai eu ma crise de sensiblerie, d'apitoiement universel, que je méprise un peu cela. J. Rivière, Correspondance[avec Alain-Fournier], 1905, p. 94.
Au plur., avec un sens plus concr., parfois péj. Paroles, gestes, comportement, etc., qui montrent qu'on est apitoyé :
3. Ma femme est une de ces natures de femme qui ne se trouvent à l'aise qu'avec des inférieurs. Elle a des apitoiements, des larmes presque, pour les douleurs imaginaires du théâtre, les suicides racontés dans les faits divers, les paquebots qui éclatent sur les lacs d'Amérique; ... E. et J. de Goncourt, Charles Demailly,1860, p. 301.
4. ... il [le duc] redoutait par-dessus tout les apitoiements, les condoléances, les attendrissements dont il savait qu'on allait entourer son chevet ... A. Daudet, Le Nabab,1877, p. 79.
Rem. 1reattest. 1842 (J.-B. Richard, Enrichissement de la lang. fr., Paris); dér. de apitoyer*, suff. -ment1*.
PRONONC. : [apitwamɑ ̃].
STAT. − Fréq. abs. littér. : 57.

Wiktionnaire

Nom commun

apitoiement \a.pi.twa.mɑ̃\ masculin

  1. Action de s’apitoyer, de se prendre en pitié, souvent au sens péjoratif.
    • Lʼempathie jure dʼautant plus avec ce terme et les autres (fraternité, équité) quʼelle appartient à une configuration de termes plus neutres axiologiquement: la compassion et le compassionnel, le compatissant, lʼapitoiement (souvent oublié). — (Marie-Laure Dimon, Psychanalyse et empathie: Psychanalyse, neurosciences et sociopolitique, 2011)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APITOIEMENT. n. m.
Action de s'apitoyer.

Littré (1872-1877)

APITOIEMENT (a-pi-toî-man) s. m.
  • Action de s'apitoyer. Cœur porté à l'apitoiement.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « apitoiement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
apitoiement apitwamɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « apitoiement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « apitoiement »

  • Il avait perdu un oeil et recevait sans cesse des apitoiements. Il répondit un jour : enviez-moi au contraire, quand je mourrai, je n'aurais qu'un oeil à fermer. De Laurent Thailhade
  • Ce Canada a longtemps fait semblant d’aimer les « francophones ». Plus maintenant. Justin Trudeau choisit ses objets d’apitoiement : il verse des larmes de crocodile sur les épaules des Autochtones, des Noirs, des homosexuels, des femmes, etc. Le Journal de Montréal, Deux fêtes insignifiantes | Le Journal de Montréal
  • « [Trump] comme un enfant qui ne peut pas croire que cela lui soit arrivé – tous ses pleurnicheries et son apitoiement sur soi », a déclaré Biden lors d’un discours à Lancaster, Pennsylvanie. « Eh bien, cette pandémie ne lui est pas arrivée à lui tout seul. Cela nous est arrivé à tous. Et son travail n’est pas de se plaindre. Son travail consiste à faire quelque chose, pour gérer. » Intellivoire, Biden : « Trump c’est comme un enfant qui pleurniche »
  • J'ai une aversion naturelle à l'excès d'émotion dans l'information. Pas seulement la peur. Il y a mille registres à cette facilité de l'émotion : la victimisation, la plainte ou l'apitoiement. Il y a quelques jours, je tombe sur ce sondage en boucle : 44 % des gens en télétravail se disent en souffrance. Quel mot ! Je me suis dit : « On célèbre le 18 juin 1940, on va expliquer à nos grands-pères qui se faisaient tuer que les télétravailleurs sont en souffrance ? » Il y a une sorte de généralisation donc de dilution de toute idée de victime. Il y en a des vraies. De la souffrance aussi, il y en a de la vraie. Mais faire de tout une souffrance, et surtout tout assimiler à la souffrance, c'est un leurre et un dévoiement… Et pourquoi ? Pour des raisons commerciales. Parce que les larmes se vendent. La souffrance se vend, l'apitoiement se vend. Je pense qu'on a très vite été dissonant sur LCI quand il y a eu ce concert de klaxons alarmistes et effrayants. Pour la première fois, comme présentateur, j'ai pris parti pour une forme de tempérament politique : la responsabilité plus que l'obligation ; la raison plus que la peur ; l'observation des faits plutôt que l'alarmisme. Le Point, David Pujadas : « La crise a mis en lumière le conformisme des médias » - Le Point
  • La pandémie du coronavirus ne pouvait pas être seulement une épreuve historique pour la France. Comme si cela ne suffisait pas, il faut qu’elle soit aussi un désastre typiquement français. Telle est la thèse d’élitaire que soutient avec un grand succès un bataillon entier de déclinistes. Philosophes renommés, économistes réputés, polémistes brevetés, politologues estimés, sociologues engagés, et bien entendu hommes politiques radicalisés, tous veulent faire de la crise sanitaire qui s’éloigne, de la crise économique qui s’installe, de la crise sociale qui s’annonce, la démonstration du déclin français, la preuve finale du déclassement d’une ancienne et glorieuse nation. Un pays qui se souvient d’avoir été une grande puissance et ne se voit plus que comme un acteur international de second ordre. Un peuple qui avait inventé un modèle social enviable et qui enrage de vivre enserré par une bureaucratie mais abandonné par son Etat. Des citoyens qui n’accordent plus aucune confiance, aucune estime à leurs dirigeants, qui rejettent le pouvoir politique et détestent leurs élites. Une France profondément divisée, déchirée, démembrée, jadis objet de fierté, aujourd’hui sujet de dédain ou d’apitoiement. Une France en déshérence, en deuil d’elle-même : tel est le miroir funèbre que nous tendent nos déclinistes triomphants. Puisque tout va mal, puisque le coronavirus s’est abattu sur la France, puisque les crises s’empilent, puisque les bonnes répliques ont été introuvables (selon eux), voici donc l’apothéose des déclinistes. Jadis, il nous fallait des historiens ou des économistes, maintenant c’est l’heure des collapsologues. Libération.fr, L’apothéose des déclinistes - Libération
  • On remarque de plus en plus de gens exprimer ouvertement leurs déceptions et leurs frustrations. La plainte, la résignation, la rumination, l’apitoiement, l’appel à la justice et l’agressivité sont quelques-uns des comportements qui peuvent se manifester chez une personne ne pouvant réguler cette frustration. Le Canada Français, Cultivons notre tolérance à la frustration - Le Canada Français
  • Ce n’est pas le public qui me renvoie. Au contraire. Je fais un tabac partout avec ce spectacle depuis deux ans. Mais je ne me voyais pas devenir le Stéphane Hessel de l’humour. À mon âge, je ne veux pas faire le spectacle de trop. Je ne veux pas me décevoir. Je ne me vois plus gambader sur scène comme avant. Ce serait un peu pathétique. J’en ai trop vu sur scène qui s’accrochaient et ne recueillaient que l’apitoiement du public. StarMag.com, Mort Guy Bedos : Pourquoi il avait mis fin à sa carrière ⋆ StarMag.com
  • Comme bien des dirigeants, Penarroya a rapidement dû s’ajuster au nouveau contexte sans compétitions. Cela va du remboursement des billets d’avion à la gestion des coureuses à distance. À ce chapitre, il dit qu’elles ont été contraintes de réduire temporairement le volume des entraînements. « Plus ou moins comme si c’était une transition hivernale », précise-t-il. Mais à une exception près, il n’a pas senti d’apitoiement ou de démotivation dans l’équipe. La Presse, Un élan freiné par la COVID-19

Images d'illustration du mot « apitoiement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « apitoiement »

Langue Traduction
Anglais pity
Espagnol lástima
Italien pietà
Allemand das mitleid
Chinois 可怜
Arabe شفقة
Portugais pena
Russe жалость
Japonais 同情
Basque pena
Corse pietà
Source : Google Translate API

Synonymes de « apitoiement »

Source : synonymes de apitoiement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « apitoiement »

Partager