La langue française

Apathie

Sommaire

Définitions du mot apathie

Trésor de la Langue Française informatisé

APATHIE, subst. fém.

A.− PHILOS. [Dans la philos. stoïcienne] État d'une âme devenue volontairement étrangère aux affections sensibles (dites « passions » dans le vocabulaire des stoïciens) :
1. L'épicuréisme se résolvait en impassibilité (...). Le stoïcisme en apathie (...), abstiens-toi. Le stoïcien est optimiste. Vigny, Le Journal d'un poète,1834, p. 997.
B.− Cour., p. ext. et affaiblissement, souvent péj. Absence d'énergie, manque d'initiative, indifférence habituelle. Synon. indolence :
2. Il était arrivé, par les vexations du despotisme et la ruine des villes, que les curiales, ou membres des corps municipaux, étaient tombés dans le découragement et l'apathie; les évêques au contraire et le corps des prêtres, pleins de vie, de zèle, s'offraient naturellement à tout surveiller, à tout diriger. Guizot, Hist. gén. de la civilisation en Europe,1828, p. 27.
3. Tu es honteux de tes insurmontables irrésolutions, de tes constantes inconstances, de tes longues apathies, et de tes lâches abattements. Amiel, Journal intime,1866, p. 417.
4. En général les historiens reprochent à Louis XV son indolence et son apathie. Bainville, Hist. de France,t. 1, 1924, p. 277.
5. Mais ces pauvres gens attendent la dernière extrémité pour se plaindre. Indifférence, apathie, résignation, accoutumance à la misère, et peut-être la crainte d'une rebuffade, d'être considérés comme geignants, douillets, ou « tire-au-flanc ». Gide, Le Retour du Tchad,1928, p. 918.
Spéc., MÉD. Indifférence affective se traduisant par un engourdissement physique et moral avec disparition de l'initiative et de l'activité :
6. Nos états de conscience sont liés à la constitution chimique des humeurs du cerveau autant qu'à la structure des cellules. Quand le milieu intérieur est privé des sécrétions des glandes surrénales, le malade tombe dans une dépression profonde. Il ressemble à un animal à sang froid. Les désordres fonctionnels de la glande thyroïde amènent soit de l'excitation nerveuse et mentale, soit de l'apathie. Carrel, L'Homme, cet inconnu,1935, p. 167.
7. L'hypothyroïdien, avec certains troubles physiologiques et trophiques, offre un psychisme engourdi où la vie végétative, par suite de la prédominance vagotonique, enfouit la vie intellectuelle et émotive et amortit l'activité. Torpeur générale, avec un besoin excessif de sommeil, et somnolence fréquente, apathie, paresse, lenteur taciturne, maladresse motrice. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 167.
SYNT. Sortir de l'apathie, secouer l'apathie, retomber dans l'apathie, se tirer de l'apathie, s'arracher à l'a^pathie.
PRONONC. : [apati].
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1375 philos. (stoïcienne) « insensibilité du sage » (R. de Presles, Cité de Dieu, 13, 9 [1531] ds Quem. : Doncques peult l'on dire convenablement cette parfaicte apathie estre a advenir sans aguillon de paour et sans quelconques tristesse); 2. 1601 « indolence, nonchalance » (Charron, De la sagesse, II ds Dict. hist. Ac. fr. t. 3, 1888, p. 309a : Une apathie bestiale des âmes basses et plattes du tout). Empr. au gr. α ̓ π α ́ θ ε ι α « calme de l'âme, absence d'affections sensibles » (de α ̓ privatif et π α ́ θ ο ς affection, impression sensible, dans la philos. stoïcienne), Plutarque, Cicéron, Acad., 2, 42 ds Bailly.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 250. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 458, b) 428; xxes. : a) 268, b) 280.
BBG. − Bach.-Dez. 1882. − Bastin 1970. − Bouillet 1859. − Bruant 1901. − Feugère (F.). En marge de l'exposition Charles V. Dans le vocab. de Duguesclin. Déf. Lang. fr. 1968, no45, p. 26. − Feugère (F.). La Première Renaissance et notre vocab. Déf. Lang. fr. 1970, no51, p. 14. − Foulq.-St-Jean 1962. − Franck 1875. − Goblot 1920. − Lacr. 1963. − Lafon 1969. − Lal. 1968. − Lar. méd. 1970. − Littré-Robin 1865. − March. 1970. − Méd. Biol. t. 1 1970. − Moor 1966. − Mucch. Psychol. 1969. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1824. − Piéron 1963. − Porot 1960. − Psychol. 1969. − Sill. 1965.

Wiktionnaire

Nom commun

apathie \a.pa.ti\ féminin

  1. (Vieilli) État d’une âme qui n’est susceptible d’aucune émotion ; impassibilité.
    • Les stoïciens voulaient que leur sage fût dans une entière apathie.
    • Le docteur sortit de son apathie habituelle pour faire chorus avec son père. — (Pierre-Henri Simon, Les Valentin, 1931)
  2. (Plus courant) Nonchalance, indolence.
    • …allons, paresseux, prends ta lanterne et ta serpe, ajouta-t-elle, en s’adressant à Maurice, qui était retombé dans cette apathie résignée habituelle aux gens que leur position a fait pour obéir. - Et dépêche-toi. — (Alexandre Dumas, Impressions de voyage, La Revue des Deux Mondes T.1, 1833)
    • Mais comment y parvenir, ajoutent-ils, considérant l’apathie formidable et le fatalisme de nos classes dirigeantes ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • On aurait pu se croire dans un fumoir anglais
      Nous sirotions à deux un breuvage irlandais
      Qui donnait à chacun une diction pâteuse
      Une douce apathie, une indolence heureuse.
      — (François Morel, Fumoir anglais, 2006)
    • Le diagnostic différentiel de l’apathie et de la dépression reste un véritable défi lancé au clinicien, certains symptômes étant communs, le manque de motivation en particulier. — (Psychopathologie et neurosciences: Questions actuelles de neurosciences cognitives et affectives, sous la direction de Salvatore Campanella et ‎Emmanuel Streel, De Boeck Supérieur, 2008, page 247)
    • Notre apathie vient aussi, selon lui, d’une terrible impression d’impuissance. — (Sonyae Faure, Citoyens, soyez indociles , Libération, 30 août 2017)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

APATHIE. n. f.
État d'une âme qui n'est susceptible d'aucune émotion. Les stoïciens voulaient que leur sage fût dans une entière apathie. Il est peu usité en ce sens. Il signifie le plus communément en mauvaise part Nonchalance, indolence. Tomber dans l'apathie. Il est d'une apathie dont rien ne peut le faire sortir.

Littré (1872-1877)

APATHIE (a-pa-tie) s. f.
  • 1 Terme de philosophie. État d'une âme qui ne se laisse émouvoir à aucune passion. L'apathie du sage des Stoïciens.
  • 2Indolence à agir, à sentir. Il est d'une apathie dont rien ne peut le faire sortir.

HISTORIQUE

XVIe s. Une apathie bestiale des ames basses et plattes du tout, Charron, Sagesse, II, 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

APATHIE, s. f. composé d’ privatif, & de πάθος, passion, signifie, dans un sens moral, insensibilité ou privation de tout sentiment passionné ou trouble d’esprit. Voyez Passion.

Les Stoïciens affectoient une entiere apathie ; leur sage devoit joüir d’un calme, d’une tranquillité d’esprit que rien ne pût altérer, & n’être accessible à aucun sentiment soit de plaisir ou de peine. V. Stoicien, Plaisir, & Peine.

Dans les premiers siecles de l’Eglise les Chrétiens adoptoient le terme d’apathie, pour exprimer le mépris de tous les intérêts de ce monde, ou cet état de mortification que prescrit l’Evangile ; d’où vient que nous trouvons ce mot fréquemment employé dans les écrivains les plus pieux.

Clément d’Alexandrie, en particulier, le mit fort en vogue, dans la vûe d’attirer au Christianisme les Philosophes qui aspiroient à un degré de vertu si sublime.

Le Quiétisme n’est qu’une apathie masquée des apparences de la dévotion. Voyez Quiétisme. (X)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « apathie »

(Siècle à préciser) Du latin apathia (« impassibilité, insensibilité »), du grec ancien ἀπάθεια, de a- (« sans ») et pathos (« sentiment »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin apathia (« impassibilité, insensibilité »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἀπάθεια, de ἀ privatif, et de πάθος, affection, passion (voy. PATHOS).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « apathie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
apathie apati

Évolution historique de l’usage du mot « apathie »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « apathie »

  • Ce qu’on désigne sous le nom d’impartialité n’est souvent qu’une mixture d’apathie, d’intérêt et de distraction. De Alfred Capus / Les Pensées
  • La science a peut-être trouvé un remède pour la plupart des maux, mais elle n’en a pas trouvé pour le pire de tous : l’apathie des êtres humains. De Helen Keller / My Religion, 1927
  • Il est des êtres qui répugnent à s'insurger quotidiennement contre des détails qui n'en valent pas la peine. Et puis un jour, l'on verra ces êtres prendre une décision que nul de ceux qui leur reprochait leur apathie n'eût été capable de prendre. De Axël
  • En communication, la familiarité entraîne l'apathie. De William Bernbach
  • C'est l'ignorance seule qui engendre l'apathie. De Charles Bay / J'ai osé
  • Sans émotions, il est impossible de transformer les ténèbres en lumière et l'apathie en mouvement. De Carl Gustav Jung
  • Mieux vaut subir la moitié des maux auxquels on s’attend que de rester dans l’apathie par crainte de ce qui pourrait advenir. De Hérodote
  • Cet agent technique de la compagnie et sa compagne ont été testés positifs après un séjour en Guyane. Les CRS toulousains l’ont cotoyé avant d’être détachés à Marseille. Les membres de la compagnie sont donc potentiellement porteurs du virus. Toujours selon nos confrères, face à l’apathie de leur hiérarchie, ces CRS ont consulté un médecin qui aurait choisi de les placer en quarantaine. , Coronavirus à Marseille : Une soixantaine de CRS confinés dans une caserne après un cas de Covid-19
  • Le message est clair: il est temps de déboulonner l’histoire de France. La logique de la table rase, fondement des systèmes totalitaires, est à l’oeuvre dans un climat d’apathie générale. Détruire les oripeaux du passé pour engendrer l’ «homme neuf» rêvé par Lénine, Staline, Mussolini, Hitler, Mao et Pol Pot. Le Figaro.fr, Vandalisme sur la statue de Colbert: «La logique de la table rase est à l’oeuvre»

Images d'illustration du mot « apathie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « apathie »

Langue Traduction
Anglais apathy
Espagnol apatía
Italien apatia
Allemand apathie
Chinois 冷漠
Arabe اللامبالاة
Portugais apatia
Russe апатия
Japonais 無関心
Basque apatia
Corse apatia
Source : Google Translate API

Synonymes de « apathie »

Source : synonymes de apathie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « apathie »

Partager