La langue française

Exalter

Définitions du mot « exalter »

Trésor de la Langue Française informatisé

EXALTER, verbe trans.

I.− [L'action reste extérieure à l'obj.]
A.− Domaine spatial,peu fréq. Porter vers le haut (dans l'espace), élever très haut. Exalter haut. Et les Dieux, à la proue héroïque exaltés (Valéry, Alb. vers anc.,1900, p. 76).On l'a crucifié [saint Pierre] la tête en bas, vers le ciel sont exaltés les pieds apostoliques (Claudel, Corona Benignitatis,1915, p. 403).
Emploi pronom. passif. Être porté vers le haut. Rossignol (...) Tout près du seringa jaillissant, dont la fleur S'exalte et luit ce soir aussi haut que votre arbre? (Noailles, Éblouiss.,1907, p. 205).Nous remontions le Salat qui dévalait à grand bruit et s'exaltait par endroits contre d'énormes barrages de rochers (Abellio, Pacifiques,1946, p. 102).
P. métaph. Crucifier l'argent? Mais quoi! c'est l'exalter sur la potence, ainsi qu'un voleur; c'est le dresser, le mettre en haut, l'isoler du Pauvre (Bloy, Salut par Juifs,1892, p. 51).
Emploi pronom. passif :
1. Plus les sens deviennent prodigues et faciles, plus l'amour se contient, s'appauvrit ou fait l'avare : quelquefois il s'en dédouble nettement, et rompant tout lien avec eux, il se réfugie, se platonise et s'exalte sur un sommet inaccessible, tandis que les sens s'abandonnent dans la vallée aux courants épais des vapeurs grossières. Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 63.
B.− Au fig., domaine moral, en gén.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.] Porter quelqu'un à un rang très haut (dans la hiérarchie des valeurs sociales ou individuelles). On a vu, à des époques différentes, les cabales exalter Pradon et dénigrer Racine; s'élever contre l'antimoine et préconiser le système de Law; poursuivre Voltaire et canoniser le diacre Pâris (Jouy, Hermite,t. 2, 1812, p. 193).Je vous sais gré d'exalter l'individu si rabaissé de nos jours par la démocrasserie (Flaub., Corresp.,1866, p. 88).La mère estime qu'elle s'est acquis des droits sacrés par le seul fait d'enfanter... En exaltant son fruit, c'est sa propre personne qu'elle porte aux nues (Beauvoir, Deux. sexe,t. 2, 1949, p. 410).
Emploi pronom. réfl., rare. Se glorifier soi-même. Cette littérature leur apparaît le mandataire de leur génération, en sorte qu'en l'exaltant ils s'exaltent eux-mêmes; celui qui la ravale leur semble un ennemi personnel (Benda, Fr. byz.,1945, p. 206).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose, gén. abstr.] Rendre honneur à, donner beaucoup d'importance, de valeur à, louer. Je m'occupais (...) d'exalter l'inculture et d'en dresser l'apologie (Gide, Immor.,1902, p. 418).Dans les salles d'attente de troisième classe, les compagnies de chemins de fer ont cette délicatesse suprême d'exalter les vertus du cinzano au lieu de vanter les sites alpestres et méditerranéens (Aymé, Brûlebois,1926, p. 146).Saint Paul condamne la chair et exalte l'état de virginité (Gilson, Espr. philos. médiév.,t. 1, 1931, p. 111).
3. Domaine relig.,rare (sans doute par réf. à l'emploi I C de exaltation). Élever en gloire, célébrer, prôner. Elle ne pourrait être à la fois sainte et républicaine. Du jour où Rome l'exalta sur les autels et dans sa hiérarchie canonique, Jeanne devint suspecte aux libres penseurs (Barrès, Cahiers,t. 12, 1919-20, p. 163).
II.− [L'action affecte l'obj. dans ses caractères propres]
A.− Domaine matériel, sensible.Porter (quelque chose) à un très haut degré d'intensité, développer, mettre en valeur fortement ses qualités essentielles. On a cherché à accélérer la pourriture des pâtes, et à l'exalter même, avec des eaux marécageuses (Al. Brongniart, Arts céram.,t. 1, 1844, p. 117).La neige, demeurée sur les toits, exalte la lumière et la lumière exalte la chaux de la cellule qui semble plus blanche encore (H. Bazin, Lève-toi,1952, p. 141).La couleur (...) joue un rôle plastique, dans la mesure où elle sert à souligner, à qualifier les formes; elle joue un rôle pictural dès l'instant où elle devient solidaire de la pâte pour exalter ses effets (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 76):
2. Ces parfums froids, flottant sur les jardins, apparaissaient dans toute la distinction de leurs détails et de leurs composantes, exaltés contre la fraîche immobilité du crépuscule. Tout prenait une netteté reposée. Tout ce qu'on goûtait se goûtait mieux. Malègue, Augustin,t. 1, 1933, p. 83.
Emploi pronom. réfl. ou passif. Prendre une intensité accrue, être nettement dégagé. L'odeur du seringa s'exalte dans l'air chaud (Jammes, Clairières,1906, p. 82).L'effet qu'il [un tableau] produit dépend du ton de la tenture sur laquelle il se détache : suivant qu'il apparaît sur un fond de tonalité chaude ou amortie, sa couleur s'exalte ou s'affadit (Réau, Archives,bibl., 1909, p. 40).Sa voix [de Pierre] se hausse, s'exalte pour ne plus entendre le martèlement des pas et le bruit des tanks (Sartre, Jeux sont faits,1947, p. 167).
BIOL., PHYSIOL. [Le compl. d'obj. dir. désigne un (système d')organe(s), une fonction, une substance, etc.] Augmenter l'activité, intensifier les propriétés de Exalter l'énergie, la vie. Ils exaltent la sensibilité de cette partie, dont la peau (...) devient susceptible des plus vives impressions, et qui, fortement excitée par les frottements du coït, exalte à son tour la sensibilité des autres organes de la génération (Cuvier, Anat. comp.,t. 5, 1805, p. 84).Ici la sensibilité propre de la fibre nerveuse n'est pas exaltée pour la perception des impressions les plus délicates; elle est plutôt émoussée, affaiblie par des organes protecteurs (Cournot, Fond. connaiss.,1851, p. 160).Qu'elles aient exalté la faculté de cicatrisation, ou diminué l'action frénatrice du sérum (J. Rostand, La Vie et ses probl.,1939, p. 129).
Emploi pronom. passif. Devenir plus actif, plus intense, plus virulent. L'appareil nutritif s'émeut tout entier : l'estomac devient sensible; les sucs gastriques s'exaltent (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 59).La virulence du virus rabique s'exalte quand on passe de lapin à lapin, de cobaye à cobaye. Lorsque la virulence est exaltée et fixée au maximum sur le lapin, elle passe exaltée sur le chien et elle s'y montre beaucoup plus intense que la virulence du virus rabique du chien « à rage des rues » (Pasteur, Travaux,1884, p. 392).
B.− Domaine moral, en gén.
1. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers.]
a) Domaine éthique, relig., philos., pol., idéol.Inspirer des sentiments élevés, nobles; porter aux réflexions métaphysiques, aux grandes émotions spirituelles, aux opinions extrêmes; développer l'ardeur à convaincre, combattre. Cette continence qu'on vous impose, à vous autres prêtres, influence votre vision du monde, l'exalte et la spiritualise (Van der Meersch, Invas. 14,1935, p. 73).C'est vous qui avez exalté les courages, sanctifié l'effort, cimenté les résolutions. Vous fûtes les inspirateurs de tous ceux et de toutes celles qui ont triomphé du désespoir et lutté pour la patrie (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 501).
Emploi pronom. passif. Devenir supérieur, se perfectionner, se quintessencier, etc. J'ai retrouvé l'instinct animal pour qu'il s'exalte et s'ennoblisse et qu'il devienne enthousiasme. J'ai gagné les régions supérieures enchaîné dans la grappe humaine (Barrès, Cahiers,t. 6, 1907-08, p. 230).
Péj. Rendre fanatique; faire dépasser la mesure. Foi que, sans interruption aussi, les prophètes avaient exaltée en eux et portée à un haut degré de fanatisme (P. Leroux, Humanité,t. 2, 1840, p. 732).Natacha est victime des mauvais livres qui ont exalté la cervelle de tous ces pauvres enfants révoltés (...) elle divague, et je me suis dit plus d'une fois qu'avec des idées pareilles sa place n'était point dans notre salon, mais derrière une barricade (G. Leroux, Roul. tsar,1912, p. 39).
b) Domaine affectif, intellectuel, artistique.Inspirer des idées, des impressions, des sentiments très vifs; porter à un très haut degré d'émotion sentimentale, d'activité mentale. Exalter l'imagination, l'orgueil, la personnalité, les sentiments; l'amour, la solitude exalte. Ses premiers effets [de l'opium] sont toujours de stimuler et d'exalter l'homme, cette élévation de l'esprit ne durant jamais moins de huit heures (Baudel., Paradis artif.,1860, p. 412).L'enfant n'est plus exalté par des récits de bataille, mais n'est remué, intéressé que par des livres de science (Goncourt, Journal,1884, p. 380).La rencontre d'une femme, aimée autrefois, l'exalte et le bouleverse jusqu'à l'affoler (Bourget, Nouv. Essais psychol.,1885, p. 225):
3. La passion peut exalter notre âme au point de nous faire croire qu'elle a la puissance de nous rendre immortels. L'amour est sans contredit ce qui donne le plus d'exaltation à l'âme : c'est une seconde création. Chênedollé, Journal,1807, p. 18.
Emploi pronom. réfl. ou passif. Devenir plus ardent, plus passionné. Tu t'exaltes et tu ne raisonnes pas (Gobineau, Pléiades,1874, p. 279).Si jadis je m'étais exalté en croyant voir du mystère dans les yeux d'Albertine, maintenant je n'étais heureux que dans les moments où de ces yeux (...) je parvenais à expulser tout mystère (Proust, Prisonn.,1922, p. 75).Une passion à son sommet s'exalte des plus grands obstacles. À son déclin, le plus petit obstacle la fait fléchir et douter (Faure, Espr. formes,1927, p. 135).
Emploi pronom. réciproque. Se communiquer mutuellement une plus grande ardeur. Cette vie toute passionnée et idéale, où l'amour et la poésie se confondent, s'exaltent et se ravivent l'une de l'autre (Flaub., 1reÉduc. sent.,1845, p. 22).
PSYCHOPATHOL. Surexciter l'activité psychique de façon morbide. L'affection mélancolique (...) où l'esprit et l'imagination, dont la sensibilité est singulièrement augmentée et exaltée, sont encore plus malades que le corps (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 485).
Emploi pronom. passif. Être affecté d'une surexcitation morbide. Son amour s'exalta, il devint fou, et parla de se brûler la cervelle (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 21).Cette imagination d'homme du nord, triste et rêveuse (...) s'exalta peu à peu jusqu'au délire; il fut obsédé par des pensées de mort violente (Thierry, Récits mérov.,t. 1, 1840, p. 127).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne un aspect du comportement humain] Donner plus de vivacité à l'expression. L'effort de sa posture scabreuse et peut-être aussi la peur des blessures faisaient affluer sous ses joues un sang chaleureux et foncé qui exaltait encore l'éclat de ses yeux ouverts (Louÿs, Aphrodite,1896, p. 144).
Emploi pronom. réfl. S'exprimer avec une force, une violence accrue. Ils voyaient rouge, ils s'exaltaient jusqu'à la rage. C'étaient des scènes atroces, des étouffements, des coups, des cris ignobles, des brutalités honteuses. D'ordinaire, Thérèse et Laurent s'exaspéraient ainsi après le repas (Zola, Th. Raquin,1867, p. 191).
Rem. La docum. atteste a) Exaltable, adj., rare. Qui peut s'exalter. L'essentiel, pour faire la conquête d'une Italienne, c'est d'avoir l'âme exaltable (Stendhal, Prom. ds Rome, t. 1, 1829, p. 78). b) Exaltateur, subst. masc. Personne qui exalte. Il fut un magnifique exaltateur, un créateur d'énergies françaises (Barrès, Scènes et doctr., t. 1, 1902, p. 243). Les héros aussi servent de modèles et d'exaltateurs. Tous communiquent à l'homme une force (Id., Cahiers, t. 11, 1914-18, p. 329). c) Exaltatif, ive, adj. Qui exalte. Les chutes s'effritent en ruines Qui s'illuminent En obsèques exaltatives (Verhaeren, Villes tentac., 1895, p. 160).
Prononc. et Orth. : [εgzalte] ou [e-], (j')exalte [εgzalt] ou [e-]. Cf. é-1. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. xes. « élever (en mérite, en dignité), glorifier » (St Léger, éd. J. Linskill, 45); 2. 1680 chim. anc. (Rich. : Exalter. Ce mot se dit en Chimie. Dépouiller de toutes choses impures); 3. 1770 « élever à un haut degré d'intensité (un sentiment) » (Raynal, Hist. phil., V, 1 ds Littré). Empr. au lat. class. exaltare « exhausser, élever, honorer » (cf. exaltation). Fréq. abs. littér. : 1 280. Fréq. rel. littér. : xixes. a) 1 320, b) 1 063; xxes. : a) 2 523, b) 2 229. Bbg. Gohin 1903, p. 344.

Wiktionnaire

Verbe

exalter \ɛɡ.zal.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’exalter)

  1. Élever très haut.
  2. (Figuré) Élever très haut par des louanges, rendre honneur à.
    • Il faut songer qu’à cette époque il y avait en Afrique un assez grand nombre de montanistes qui exaltaient beaucoup la gloire du martyre et n’admettaient point que l’on eût le droit de fuir la persécution. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap.VI, La moralité de la violence, 1908, page 258)
    • Je n’arrive pas à comprendre comment on peut goûter, admirer, exalter une beauté artistique, et rester en même temps un homme méchant, égoïste. — (Panaït Istrati, Les Arts & l’Humanité d’aujourd’hui, page 5 ; paru en 2018)
    • On ne peut trop exalter le mérite de cet écrivain.
    • Exalter les bienfaits reçus.
  3. (Figuré) Élever jusqu’à l’enthousiasme.
    • La lecture des grands poètes exalte l’imagination.
  4. (Pronominal) S’enthousiasmer.
    • Jean-Louis exultait, s’exaltait au point de convergence de ses tendresses essentielles : son naturisme et son christianisme. — (Pierre-Henri Simon, Les Raisins verts, 1950)
  5. (Péjoratif) Élever, transporter, jeter dans une sorte de délire.
    • Dans leurs oupa-oupa, qui passent avec raison pour des danses très obscènes, les acteurs peignent par des pantomimes expressives toutes les passions qui les exaltent. — (Thomas Arbousset, Tahiti et les îles adjacentes, 1867)
    • Les détracteurs du nudisme - les moralistes ou hygiénistes conservateurs d’État ou d’Église - prétendent que la vue du nu, que la fréquentation entre nudistes des deux sexes exaltent le désir érotique. — (Émile Armand, Le nudisme révolutionnaire, dans L’Encyclopédie anarchiste, 1934)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EXALTER. v. tr.
Élever très haut par des louanges. On ne peut trop exalter le mérite de cet écrivain. Exalter les bienfaits reçus. Louer Dieu, exalter son nom. Il signifie encore, figurément Élever jusqu'à l'enthousiasme. La lecture des grands poètes exalte l'imagination. Il signifie également Élever, transporter, jeter dans une sorte de délire. Il travaillait à exalter les esprits. Ces méditations prolongées lui ont exalté l'esprit. C'est un esprit qui s'exalte facilement. Cela se dit pour l'ordinaire avec une nuance de critique. Cette personne a l'imagination exaltée, la tête exaltée. C'est un homme exalté, ou, comme nom, C'est un exalté, une exaltée.

Littré (1872-1877)

EXALTER (è-gzal-té) v. a.
  • 1Élever très haut, louer, vanter beaucoup. Exalter le mérite d'une action. Ils exaltaient la taille et la valeur des Allemands, Perrot D'Ablancourt, César, liv. I, dans RICHELET. Pour sauver du mépris ma constance abattue, Je ne puis exalter l'ennemi qui me tue, Rotrou, Herc. mour. III, 3. Ce n'est pas… Qu'aisément je ne pusse, en quelque ode insipide, T'exalter aux dépens et de Mars et d'Alcide, Boileau, Épît. I. Oui, l'honneur, Valincourt, est chéri dans le monde ; Chacun pour l'exalter en paroles abonde, Boileau, Sat. X. On l'exalte partout, on l'admire, on l'encense, Delavigne, Paria, II, 2.
  • 2Rendre plus actif. Exalter les propriétés d'un médicament. Exalter les fonctions du foie.

    Fig. Ce conquérant imposteur exalta, si l'on peut s'exprimer ainsi, par ses dogmes sanguinaires la férocité naturelle de ces peuples, Raynal, Hist. phil. v, 1. Contrarier ouvertement les grands sentiments est un moyen sûr de les rendre opiniâtres et de les exalter, Genlis, Mlle de Lafayette, p. 153, dans POUGENS.

  • 3Ancien terme de chimie. Redoubler la vertu d'une substance en la purifiant. Exalter de l'antimoine.
  • 4Élever l'esprit au-dessus de son état ordinaire. Le récit de ces grandes actions l'exaltait.

    Absolument. Alors, s'exaltant pour exalter : Eh quoi ! c'est vous, ajoute-t-il, que cette pensée n'enflamme point ? Ségur, Hist. de Nap. VIII, 9.

    Terme de piété. Exalter son âme, prendre des sentiments d'orgueil. Si je n'ai pas eu d'humbles sentiments et que j'aie exalté mon âme, Bossuet, Mar. Thér.

  • 5Jeter dans une sorte de transport, de délire. Des méditations prolongées lui ont exalté l'esprit.
  • 6S'exalter, v. réfl. Être élevé, loué. Si ta gloire peut s'exalter Par l'effet où j'ose prétendre, Permets qu'en ton saint nom je puisse exécuter Ce que tu me vois entreprendre, Corneille, Imit. III, 15.

    Prendre de l'exaltation. Il s'exaltait en racontant ce haut fait.

    Se louer, se vanter réciproquement. Dans la camaraderie on s'exalte les uns les autres.

HISTORIQUE

XVIe s. Puis je sens bien ma plume trop ruralle Pour exalter sa maison liberalle, Marot, II, 22. Il est besoin de monstrer ici brievement, comment et par quels moyens il [le pape] s'est exalté desja dès longtemps pour entreprendre quelque jurisdiction sur les autres Eglises, Calvin, Instit. 899.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

EXALTER. Ajoutez : - REM. Chateaubriand a employé exalter au sens propre de hausser, exhausser : Des espèces de roues alignées sur lesquelles s'exalte le reste de l'édifice, Mém. d'outre-tombe (éd. de Bruxelles), t. VI, Architecture vénitienne, Antonio, etc. Cela n'est pas à recommander ; et la locution toute spéciale d'exaltation de la croix ne suffit pas pour autoriser Chateaubriand, parce que le mot est tout crûment traduit du latin.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « exalter »

(Xe siècle) Du latin exaltare (« exhausser, élever »), de altus (« haut »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. exaltar ; lat. exaltare, hausser, de ex, et altus, haut.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « exalter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
exalter ɛgzalte

Évolution historique de l’usage du mot « exalter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « exalter »

  • Essayons de converser sans nous exalter puisque nous sommes incapables de nous taire. De Samuel Beckett / En attendant Godot
  • Les enfants ont toujours une tendance soit à déprécier, soit à exalter leurs parents. De Marcel Proust / A la recherche du temps perdu
  • La passion est cette forme de l'amour qui refuse l'immédiat, fuit le prochain, veut la distance et l'invente au besoin, pour mieux se ressentir et s'exalter. De Denis de Rougemont / Les mythes de l'amour
  • Notre fête nationale du 14 juillet depuis longtemps sombre dans la banalité et dans l’hypocrisie . Elle devrait être l’occasion d’exalter l’œuvre de la Révolution et les valeurs de la République. Mais la France officielle ne peut exalter ce qu’elle foule aux pieds. L'indécapant, Béziers - Café citoyen de Béziers : L'indécapant
  • Le Macaron Infiniment Amande s’inscrit dans cette recherche initiée autour de la saveur ultime du fruit. Pour en exalter toutes les dimensions, les amandes Valencia sont doucement torréfiées afin d’en sublimer la saveur et créer un jeu de contrastes entre le croquant de la coque et la douceur des amandes grillées… Une architecture du goût, ultime pour ce macaron originel ! A découvrir parmi les nouvelles saveurs de la rentrée, reflet d’une invitation à un voyage en Méditerranée, dès le 27 août au sein de nos boutiques. La lettre économique et politique de PACA, PARIS : Si la perfection n’existe pas, sa recherche conduit à l’excellence ! - La lettre économique et politique de PACA
  • Autant dire un parfait ancrage dans le panafricanisme ambiant qui voudrait se départir des vestiges de la colonisation ou de ce qui en reste pour exalter créativité et indépendance véritable de l’Africain qui se fonde sur des valeurs ancestrales et la parfaite maîtrise de son environnement direct. Celui-là duquel il tire aussi bien son génie que ses ressources vitales à tous points de vue. Que l’auteur ait délibérément choisi la poésie et le récit pour le faire, participe à s’y méprendre de son appropriation de l’oralité entendu comme mode d’expression de prédilection de l’Africain. Toutes choses qui induisent en conséquence cet africanisme mobilisateur aux relents politiques dans le contexte actuel où le néocolonialisme s’accommode volontiers de relais intestins animés par certains des nôtres. Agence de Presse Panafricaine, Livre : Ma plume, mon fusil un engagement politique majeur - Agence de Presse Panafricaine
  • La lumière et la liberté, voici planté le décor des vacances dans le Lot. C’est ce qu’aimait y retrouver Georges Pompidou, dont l’ancienne ferme de Prajoux s’éternise à côté de Cajarc, quasi invisible depuis la route, silencieuse comme le sont parfois les souvenirs des jours heureux. L’ancien président de la République aimait à exalter «le silence profond et la sérénité du causse qui amène la paix intérieure propice à la réflexion et à l’action», tandis que son épouse, Claude Pompidou, y appréciait «la lumière de la Grèce». Ce causse, qui faisait encore dire à Françoise Sagan «ici la France paraît vide», semble dans la nuit se hisser au plus près des étoiles, comme une offrande. Un vide que Sagan recherchait dans de longues errances, esseulée, au milieu d’une végétation rabougrie. À Seuzac, dans un cimetière de carte postale, sur la tombe de l’écrivain, quelques admirateurs déposent bouchons de champagne, jetons de casino, Le Figaro.fr, Rocamadour, Padirac, Saint-Cirq-Lapopie... Vacances dans le Lot en toute liberté

Traductions du mot « exalter »

Langue Traduction
Anglais exalt
Espagnol exaltar
Italien esaltare
Allemand erhöhen
Chinois 提升
Arabe تمجيد
Portugais exaltar
Russe сгущать
Japonais 高揚する
Basque exalt
Corse esalta
Source : Google Translate API

Synonymes de « exalter »

Source : synonymes de exalter sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « exalter »

Exalter

Retour au sommaire ➦

Partager