Aviver : définition de aviver


Aviver : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

AVIVER, verbe trans.

I.− Généralement
A.− [Le compl. désigne un obj. ou un inanimé concr.] Rendre plus vif, donner plus d'éclat :
1. Une lueur diamantée luisait dans ses yeux, allumés par une couche de fard posée sous la paupière. Le carmin avivait ses lèvres, et ses jupes toutes neuves, faites avec les taffetas donnés par le marquis, se lustraient aux cassures de frissons subits, et semblaient secouer des étincelles. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 111.
2. [Dans les dessins de Le Sidaner] chaque indication est un sentiment traduit, et que rehausse, avive et transfigure soudain une légère teinte d'aquarelle insinuée avec un goût sans défaut. C. Mauclair, De Watteau à Whistler,1905, p. 253.
3. − Et les bouts noirs et blancs de ses oreilles frémissent quand un bruit étranger aux rumeurs coutumières de la forêt heurte ses notes discordantes au concert monotone qui berce son sommeil, quand un silence plus prolongé suspend les mille voix paisibles de l'harmonie sur laquelle se brode sa quiétude ou quand une soleillée plus ardente, répandant sur cette ombre une douche chaude de lumière, avive les verts ardents des feuilles de ronces et viole la nuit de sa retraite malgré le bouclier vigoureux des pousses virides. Pergaud, De Goupil à Margot,1910, p. 127.
Rem. Besch. 1845 observe que le mot est peu usité en ce sens; Dub. précise que l'usage contemporain préfère raviver. Ce dernier mot suppose cependant, en rigueur de sens, que la vivacité avait été perdue.
Emploi pronom. [Le suj. désigne un obj. ou un inanimé concr.] S'aviver (de qqc.).Devenir plus vif :
4. L'état de rêve antérieur émoussait la douleur; on voyait trouble, on sentait peu; à présent la vue est nette, on n'échappe à rien, on saigne de tout. La plaie s'avive. La douleur s'accentue de tous les détails qu'on aperçoit. On revoit tout dans le souvenir. Tout retrouver, c'est tout regretter. Il y a dans ce retour au réel toutes sortes d'arrière-goûts amers. On est mieux, et pire. C'est ce qu'éprouvait Lethierry. Il souffrait plus distinctement. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 401.
5. Oh! Il y avait surtout le papillon « citron aurore »! (...). Il était dans une vitrine du fond; ses deux nuances si fraîches et si étranges, comme celle d'une peinture de Chine, d'une robe de fée, s'avivaient l'une par l'autre, formaient un ensemble lumineux quand venait le crépuscule gris et quand déjà les autres papillons ses voisins paraissaient ne plus être que de vilaines petites chauves-souris noirâtres. Loti, Le Roman d'un enfant,1890, p. 229.
6. Quand Prinet tire sur sa cigarette, la braise en s'avivant l'éclaire. Une seconde sortent de la nuit les longues mains sèches, le beau visage sévère et faible, la fatigue tragique sous le casque, moins tragique pourtant que ce matin, quand Alban l'a vu, épuisé, qui dormait en plein jour. Montherlant, Le Songe,1922, p. 109.
7. Le jour extérieur, dont la clarté s'avive encore des scintillements de la Seine, passe par-dessus les volets mal ajustés et les doubles rideaux, met au plafond une large bande blanche qui ressemble à un tremblement de pierreries, et envoie vers la tête du lit un reflet. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Le 6 octobre, 1932, p. 36.
B.− Emplois spéc.
1. [Le résultat recherché est un accroissement de vie] CHIR. Aviver une plaie, les lèvres d'une peau, un tissu. Exciser les bords d'une plaie pour favoriser une suture ou la surface d'un tissu pour favoriser l'accolement avec un autre tissu.
2. [Le résultat recherché concerne la couleur ou l'éclat d'un obj.]
a) GRAV.-SCULPT. Aviver une taille. Lui donner plus de brillant en la creusant avec un burin ou un autre outil aigu. Aviver une statue, une pierre, un marbre. Leur donner plus d'éclat, de poli.
b) PEINT.-DÉCORATION. Aviver un tableau. Rendre ses couleurs plus fraîches, plus éclatantes par un traitement approprié.
c) TECHNOL. Travail et art du métal. Aviver un métal.
BIJOUT. Aviver l'or, l'argent. Leur donner leur dernier poli avec du rouge d'Angleterre ou de la pierre ponce.
MÉTALL. Polir une plaque de métal par « grattage » sur un disque abrasif en vue du dépôt électrolytique :
8. Un second grattage de la plaque de cuivre rouge pour obtenir le plaqué d'argent avive la surface, et la planche est prête à recevoir la feuille d'argent. M. Gasnier, Dépôts métalliques directs et indirects,1927, p. 137.
MIROITERIE. Aviver une feuille d'étain. La frotter légèrement avec du mercure.
d) TEINTURERIE. Aviver le coton. Lui donner de l'éclat par un traitement chimique approprié après son passage à la garance (cf. avivage C).
3. [Le résultat recherché est un accroissement du tranchant, de l'aigu]
a) GRAV.-SCULPT. Aviver les arêtes d'une pierre. Les retoucher lorsqu'elles ont pu être légèrement épaufrées par le frottement d'un objet quelconque (d'apr. Noël 1968).
b) MENUIS. Aviver une poutre. La tailler à vive arête.
II.− Au fig. [L'obj. désigne une disposition phys. ou mor., une idée, une sensation, un sentiment] Synon. aiguiser, émousser, exciter :
9. Morne esprit, autrefois amoureux de la lutte, L'Espoir dont l'éperon avivait [pour attisait] ton ardeur, Ne veut plus t'enfourcher! ... Baudelaire, Les Fleurs du Mal,Variante, 1857-61, p. 445.
10. ... et cela se voit bien au théâtre, où la langue de la comédie continue de demeurer réfractaire aux hardies tentatives des stylistes nouveaux. Ces derniers en arrivent alors à écrire, non plus dans le but de communiquer leurs pensées, mais à la seule fin d'exciter et d'aviver en eux un certain nombre de sensations qu'ils savent inaccessibles au plus grand nombre. P. Bourget, Nouv. Essais de psychol. contemp.,1885, p. 196.
11. Je dois également à ma mère un ardent désir, un besoin de me rendre utile, et si déjà ce désir existait naturellement en moi, sommeillant, elle sut l'éveiller, l'aviver sans cesse. Gide, Geneviève,1936, p. 1351.
Emploi pronom. :
12. La sentence de Diderot est absurde qui dit : « Il n'y a que le méchant qui soit seul. » Non, « L'amour-propre, principe de toute méchanceté, s'avive et s'exalte dans la société qui l'a fait naître et meurt faute d'aliment dans la solitude. » Guéhenno, Jean-Jacques,Grandeur et misère d'un esprit, 1952, p. 307.
Rem. On rencontre dans la docum. l'emploi fig. de la forme adj. en -ant : ,,Excitation nerveuse plus forte, plus pénétrante qu'autrefois, plus avivante du travail littéraire`` (E. et J. de Goncourt, Journal, 1868, p. 455). Absent des dict. consultés.
DÉR.
Aviveur, euse, subst.a) Métall. Aviveur sur métaux. ,,Polisseur sur métaux qualifié`` (Mét. 1955). b) Teint. ,,Ouvrier chargé de faire bouillir les objets teints dans une solution de sel d'alun destinée à rendre plus vive leur couleur`` (Mét. 1955). (1955, Mét.; suff. -eur*).
PRONONC. : [avive], j'avive [ʒavi:v]. Demi-longueur chez Passy 1914 pour [avive].
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1121-22 intrans. « s'animer » (St Brandan, éd. Suchier, 970 ds T.-L. : Les tempestes aviverent), seulement en a.fr. et m.fr.; 1160-70 trans. au fig. « exciter, animer » (Wace, Rou, 2ep., 1357 ds Gdf. Compl. : La geste est grande e lunge e grieve a translater, Mais l'um me purreit bien mun enging aviver); 1225-30 au propre « rendre plus vif » (G. de Lorris, Rose, 2356, ibid. : Aviveras le feu ardent); fin xiie-début xiiies. pronom. « s'animer » (Brut, Ms. Munich, 1723, Vollm. ds Gdf. : Cum plus cumbatent, plus s'avivent Et del ferir forment estrivent); 1392 trans. technol. « nettoyer pour rendre plus propre à la dorure » (Lille, ap. La Fons. ds Gdf. Compl. : Vif argent pour aviver et dorer vaissielle); 1723 id. « donner de l'éclat à une couleur » (J. Savary des Bruslons, Dict. univ. de comm. : Aviver une couleur. Terme de teinturier. C'est la rendre plus vive, plus éclatante, plus brillante, en la passant, lorsqu'elle est teinte, et bien lavée, sur de l'eau tiède mêlée de quelques ingrédiens); 1865 chir. (Littré-Robin : Aviver [...] En chirurgie, aviver les bords d'une cicatrice, d'une plaie, ou un tissu [en it. dans le texte], mettre à nu la portion saine et vasculaire de ces parties en enlevant leur surface déjà cicatrisée, couverte de matières gangréneuses ou de productions morbides nuisibles). Composé de vif*; préf. a-1*, dés. -er.
STAT. − Fréq. abs. littér. : Aviver. 186. Avivant. 15.
BBG. − Barb.-Cad. 1963. − Chabat t. 1 1875. − Chesn. 1857. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 2 1783; t. 3 1784. − Forest. 1946. − Jossier 1881. − Littré-Robin 1865. − Mét. 1955 (s.v. aviveur). − Mots rares 1965. − Noël 1968. − Pierreh. 1926 (s.v. aviveur).

Aviver : définition du Wiktionnaire

Verbe

aviver \a.vi.ve\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rendre plus vif.
    • On n’entendait que […] le battement régulier de la vieille horloge comtoise dont l’énorme lentille de cuivre s’avivait avec le flot de soleil qui déferlait en chatoyant. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Aviver le feu. — Un peu de rouge avive le teint.
    • (Figuré)La réflexion avive la douleur. — Le temps aviva ses regrets. — Sa douleur s’avivait à chaque mouvement qu’il faisait.
  2. (Beaux-Arts) Donner de la vivacité, de l’éclat, rendre une matière plus fraîche et plus nette.
    • Aviver un tableau en le nettoyant. — Aviver une couleur.
    • On avive une statue de bronze en la grattant légèrement pour la dorer.
    • On avive une poutre en la taillant à vive arête.
    • Aviver une taille, Lui donner plus de brillant.
  3. Frotter, Gratter
    • Frotter légèrement avec du mercure, en parlant de l’étain.
    1. (Miroiterie) Frotter avec le mercure et une pelote de serge la feuille d’étain pour la rendre brillante après qu'elle a été tendue sur la table, et avant de la couvrir entièrement de vif-argent.
    • (Fontainerie) Gratter le bout d'un tuyau de plomb ou ses rives, et le blanchir avec de l'étain avant d'y taire une soudure. Ceci se fait avec un grattoir ou une lime.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Aviver : définition du Littré (1872-1877)

AVIVER (a-vi-vé) v. a.
  • 1Rendre vif, donner de la vivacité. Aviver un tableau, une couleur, une statue. Le vent avive le feu.

    Fig. La marche a quelque chose qui avive mes idées, Rousseau, Conf. IV.

  • 2 Terme d'arts. Aviver une figure de bronze, la nettoyer, pour la rendre plus propre à la dorure.

    Aviver l'or, l'étendre, après qu'il a été amalgamé avec le vif-argent.

  • 3Couper le bois à vive arête.
  • 4Blanchir avec de l'étain la surface du plomb que l'on veut souder.
  • 5S'aviver, v. réfl. Devenir vif. Une couleur qui s'avive. Sa douleur s'aviva.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et saches que du regarder Feras ton cuer frire et larder, Et tout adès en regardant Aviveras le feu ardant, la Rose, 2356. Et douter ne se doivent des prelas qui or vivent, S'en meurs ou en science autrement ne s'avivent, J. de Meung, Test. 688. Vinrent de bon poivre avivé Et jelines et cos sauvaiges, Fabliaux, édit. BARBAZ. t. IV, p. 88. Voiez la malice du monde, Comment tousjours croist et avive, Bestiaire dans DU CANGE, avivare.

XIVe s. Car mes voloirs à ce s'avive, Ne dou faire ne seray jà lassez, Tant qu'en ce mond vous plaira que je vive, Machaut, p. 4. Quant il ha servi longuement Et obeï desiramment, Jà soit ce qu'en bonespoir vive, Adès desirs en lui s'avive, Machaut, p. 29.

XVe s. L'amoureux lien, lequel n'empesche mie un à poursuivir le noble exercice des armes, ainçois est ce qui plus fait es jeunes cœurs aviver et croistre le desir de l'honnorable poursuite chevalereuse, Bouciq. I, ch. 7.

XVIe s. …Puis eslargie [la flamme] aviva sa pasture Des pins gommeux qui sont secs de nature, Ronsard, 642.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Aviver : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

AVIVER, v. act. en termes de Bijoutier & autres ouvriers en métaux ; c’est donner le vif ou le dernier poli ou lustre à un ouvrage, par le moyen du rouge d’Angleterre détrempé avec de l’esprit-de-vin, & de la pierre-ponce détrempée dans de l’eau-de-vie ou du vinaigre.

Aviver, terme de Doreur ; aviver une figure de bronze pour la dorer, c’est la nettoyer & la gratter légerement avec un burin ou autre semblable outil, ou la frotter avec de la pierre ponce, ou autre matiere semblable. Cela se fait pour la rendre plus propre à prendre ou recevoir la feuille d’or, qui ne veut rien de sale ou d’impur lorsqu’on l’applique dessus, après toutefois avoir chauffé la figure, ou ce qu’on veut dorer. Le mot d’aviver signifie donner de la vivacité, & rendre la matiere plus fraîche & plus nette ; & dans ce sens on s’en sert en diverses rencontres, quand on parle de joindre les métaux & de les souder ensemble. Voyez la figure de l’avivoir, Planche II. du Doreur, fig. 8.

Aviver, en Teinture, c’est rendre une couleur plus vive & plus éclatante, en passant l’étoffe, la soie, la laine, &c. teinte, sur un mêlange tiede d’eau & d’autres ingrédiens choisis selon l’espece de couleur à aviver. Voyez Teinture.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « aviver »

Étymologie de aviver - Littré

À et vif ; provenç. avivar, avidar ; espagn. avivar ; ital. avivare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de aviver - Wiktionnaire

 Dérivé de vif avec le préfixe ab-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aviver »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aviver avive play_arrow

Conjugaison du verbe « aviver »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe aviver

Évolution historique de l’usage du mot « aviver »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aviver »

  • Sans projet, ni accompagnement, nombre d’entre eux risquent de se retrouver livrés à eux-mêmes au matin du 11 juillet, date de fin de l’état d’urgence sanitaire. Cette situation n’est pas nouvelle : elle est la conséquence de politiques publiques de la jeunesse incomplètement déployées dans les domaines de la protection de l’enfance et de l’insertion, mais aussi d’évolutions sociétales : le recul de l’âge de l’autonomie et son corollaire, l’entrée plus tardive sur le marché du travail, font que les jeunes sont les plus exposés au chômage. Mais elle a acquis une dimension inédite, que va encore aviver la crise sociale qui arrive, quelles que soient les mesures prises pour en réduire la durée et les effets. Aujourd’hui, de façon plus claire encore qu’hier, nous devons nous poser cette simple question : quel parent, quelle société peut accepter de mettre certains de ses enfants à la rue à l’âge de leurs 18 ans, sans projet abouti ni soutien, en particulier dans cet environnement ? La Croix, Pour ne pas laisser les jeunes vulnérables sombrer
  • La FIBA est une organisation politiquement neutre qui veut que le basketball serve à renforcer la cohésion plutôt qu’à aviver les divisions politiques. Toutefois, elle ne doit pas rester silencieuse au sujet du racisme. La FIBA condamne catégoriquement toute forme de discrimination qui est une attaque des droits fondamentaux individuels. Le racisme n’a sa place ni dans le basketball, ni dans le sport, ni dans la société. , FIBA : Lettre ouverte du président Hamane Niang au nom du Comité exécutif - Bamada.net
  • L’Amérique est en proie à un déferlement de colère historique suite à la mort de George Floyd, un homme noir asphyxié par un policier blanc. Loin d’apaiser, les mots rageurs du président américain ne font qu’aviver le courroux de la rue. Le Soir Plus, Etats-Unis: comment la rhétorique rageuse de Trump attise la contestation - Le Soir Plus
  • L’étude réalisée par le cabinet KPMG va sans nul doute aviver les regrets de Jean-Michel Aulas. Elle le confortera également dans sa posture, vent debout contre la décision de la Ligue, dès le 30 avril, d’arrêter la saison de Ligue 1. Et ce alors que les principaux championnats européens allaient décider, au fil du printemps, de reprendre la compétition. Football.fr, PSG, OL, la catastrophe se confirme - Football.fr
  • Par ailleurs, les principaux objectifs de l’UTSS sont de développer le concept de solidarité et d’entraide. On note  les diverses formations de la société. En outre, celui d’aviver le sens du volontariat au profit des démunis. Et d’ouvrir l’horizon d’abnégation aux bienfaiteurs. Ce qui permet la participation à l’élaboration et à la réalisation d’une politique générale et intégrée. L'Economiste Maghrébin, L’UTSS dément l'inscription aux citoyens pour l'obtention d’une subvention
  • Et c'est le mérite des commissaires que de l'aviver. Par l'exhumation d'archives qui faisaient défaut en 1985 au Petit Palais, ces spécialistes - trois Français et une Américaine du Fine Arts Museum de San Francisco, coproducteur de l'événement - invalident le jugement des frères Goncourt. Le Figaro.fr, James Tissot : des crinolines au goupillon
  • Ne comptez pas sur Zinedine Zidane pour aviver une polémique. Encore moins lors d’une conférence de presse d’avant-match. L’entraîneur français du Real Madrid connaît trop bien ce petit jeu pour donner du poids aux propos des joueurs et du staff du FC Barcelone qui ont mis en cause l’impartialité des arbitres. Sports.fr, "Un jour ce sont les horaires, un autre les arbitres..."

Traductions du mot « aviver »

Langue Traduction
Corse revive
Basque berpiztu
Japonais 蘇らせる
Russe возрождать
Portugais reviver
Arabe اعادة احياء
Chinois 复活
Allemand beleben
Italien rivivere
Espagnol reanimar
Anglais revive
Source : Google Translate API

Synonymes de « aviver »

Source : synonymes de aviver sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « aviver »


Mots similaires