Enflammer : définition de enflammer


Enflammer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ENFLAMMER, verbe trans.

A.− [Le compl. d'obj. dir. désigne une matière combustible] Mettre en flammes. Enflammer une allumette. La lampe, violemment heurtée, chavira, roula en morceaux sur le sol, enflammant le pétrole, brûlant, le tapis, les chaises, la table, allumant un commencement d'incendie (Pergaud, De Goupil,1910, p. 257):
1. ... l'astre du jour brillait alors d'un vif éclat; (...) sa lentille aidant, il enflamma sans peine ces matières combustibles, qui furent déposées sur une couche de feuilles humides à la trifurcation des grosses branches de l'ombu. (...) Le bois s'enflamma, et bientôt une belle flamme ronflante s'éleva du brasero improvisé. Verne, Les Enfants du capitaine Grant,t. 1, 1868, p. 220.
P. anal. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose quelconque] Donner (à quelque chose) les tons chauds et éclatants de la flamme. Le ciel, ensanglanté par le soleil couchant, jetait dans l'eau des figures de nuages écarlates, empourprait le fleuve entier, enflammait l'horizon, faisait rouges comme du feu les deux amis, et dorait les arbres roussis (Maupass., Contes et nouv.,t. 2, Deux amis, 1883, p. 188):
2. ... les derniers rayons qui passent par-dessus les sierras illuminent Tolède d'une flamme jaune où se mêlent de rares ombres. Bientôt les montagnes entrées dans le noir se découpent sur un ciel rouge qui enflamme la ville, puis en s'éteignant la laisse dans la nuit. Barrès, Greco,1911, p. 66.
Emploi pronom. passif. Être vivement coloré. Les fleurs des marronniers s'allumaient comme des candélabres, les torches gigantesques des peupliers s'enflammaient (France, Dieux ont soif,1912, p. 53).
B.− P. ext. (Faire) devenir brûlant, (s')échauffer fortement. Mon sang s'enflammait jusqu'à la fièvre (Michelet, Mémorial,1822, p. 194).
Spéc., MÉD. [Le compl. d'obj. dir. désigne une partie du corps] Provoquer l'inflammation, l'irritation, la tuméfaction (de quelque chose). Le gonflement d'une région enflammée par l'afflux des globules blancs (Garcin, Guide vétér.,1944, p. 200).
Emploi pronom. passif. Être affecté d'une inflammation. Squirrhe, qui, venant à s'échauffer et à s'enflammer, dégénère en cancer (...) léger tubercule, qui, étant irrité, rougit, s'enflamme, s'étend, devient violet, en un mot, carcinomateux (Geoffroy, Méd. prat.,1800, p. 329).
C.− Au fig.
1. [Le compl. désigne une pers. ou un aspect physique de la pers.] Donner un vif éclat. Les joues enflammées par la rougeur de l'espérance et de la cupidité (Dumas père, Monte-Cristo,t. 1, 1846, p. 319).Les yeux étincelants, enflammés d'un ensoleillement radieux de gaîté (Proust, Swann,1913, p. 340):
3. Il y a tout au fond de notre âme une ferveur secrète que l'on sent brûler sourdement et qui ne change rien au vêtement possible du visage et au maintien, mais l'anime et quelquefois l'enflamme tout d'un coup, le colore de ses teintes, le brûle de ses chaleurs et donne aux paroles sa belle lumière et ses clartés idéales. Vigny, Le Journal d'un poète,1853, p. 1307.
Emploi pronom. subjectif. Prendre un vif éclat. Les yeux gris s'enflamment de colère, puis s'éteignent presque aussitôt (Bernanos, Mouchette,1937, p. 1289).Il commençait de rougir et de s'enflammer (Duhamel, Maîtres,1937, p. 49).
P. anal. [Le compl. d'obj. dir. désigne une chose abstr., une valeur hum.] Donner de la force, de la vivacité. Le sens de certains mots, amplifié et enflammé par l'espérance et l'ardeur passionnelle, acquit une puissance émotive (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 594).
2. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers. ou un aspect moral de la pers.] Remplir d'ardeur, d'enthousiasme; accroître la vivacité, l'intensité de. Enflammer qqn, qqc. (de qqc.).Le cercle de montagnes (...), l'air vif et pur (...), tout exaltait, enflammait notre imagination (Dusaulx, Voy. Barège,t. 1, 1796, p. 199).Vous les villes (...) Qui concentrez en vous assez d'humanité, Assez de force rouge et de neuve clarté, Pour enflammer de fièvre et de rage fécondes Les cervelles patientes ou violentes (Verhaeren, Villes tentac.,1895, p. 211).Une Alsacienne bien jolie, bien frusquée, ça enflamme les cœurs, ça excite le patriotisme (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 378).Cf. aussi aiguiser ex. 28 :
4. N'y a-t-il pas dans toute âme humaine, n'y avait-il pas dans l'âme de Jean Valjean en particulier, une première étincelle, un élément divin, incorruptible dans ce monde, immortel dans l'autre, que le bien peut développer, attiser, allumer, enflammer et faire rayonner splendidement, et que le mal ne peut jamais entièrement éteindre? Hugo, Les Misérables,t. 1, 1862, p. 114.
Emploi pronom. subjectif. Devenir ardent, se passionner (pour quelque chose). Des instants de grand danger (...) où la conscience s'avivait, s'illuminait ainsi, et les facultés s'enflammaient à un point surnaturel (Pourrat, Gaspard,1930, p. 215).Ils vibrent, ils s'enflamment, ils confondent l'ébranlement de leur humeur avec le zèle communautaire (Mounier, Traité caract.,1946, p. 484).
3. [Le compl. d'obj. dir. désigne une pers. ou un aspect de son affectivité, de sa sensibilité] Inspirer une(plus) vive affection, tendresse, passion. Je donnerois la moitié de ma vie pour en être adorée quelques heures... Je voudrois l'enflammer, jouir de son délire (Genlis, Chev. Cygne,t. 3, 1795, p. 169).Te dire toute l'ardeur de mes rêves, te dévoiler la bouillante ambition de mes sens irrités par la solitude où j'ai vécu, toujours enflammés par l'attente du bonheur, et réveillés par toi, par toi si douce de formes (Balzac, L. Lambert,1832, p. 180).Elle l'enflammait de ses caresses (...) pour ne pas céder tout de suite, lui qui brûlait comme elle, il dut la retenir (Zola, Bête hum.,1890, p. 172).
Emploi pronom. réfl. [Le suj. désigne un animé] S'éprendre d'un vif amour. C'est alors que tous les animaux s'enflamment des feux de l'amour. J'attribue les ardeurs de cette passion, qui les embrase la plupart au printemps (...) à l'action même du soleil (Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 82):
5. ... depuis que je la connais, je n'ai plus de désirs du tout. Moi qui (...) m'enflammais à la fois pour vingt femmes que je rencontrais dans la rue (...), à présent je crois que je ne puis plus être sensible, jamais plus, à une autre forme de beauté que la sienne; que je ne pourrai jamais aimer d'autre front que le sien, que ses lèvres, que son regard. Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1151.
Rem. On rencontre ds la docum. enflammable, adj. Qui peut être enflammé. J'ai bien ri de ton excitation à propos du « Satyricon ». Il faut que tu sois fort enflammable (Flaub., Corresp., 1852, p. 468). Les petits « rats » des quadrilles, plus malléables et plus enflammables que, ces demoiselles, les sujets de l'Académie nationale (Levinson, Visages danse, 1933, p. 121).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃flɑme] ou [ɑ ̃flame], (j')enflamme [ɑ ̃flɑ:m] ou [ɑ ̃flam]. [ɑ] post. dans l'inf. s'explique p. anal. avec enflamme et flamme*. Étymol. et Hist. 1. Fin xes. trans. « mettre en flammes » (Passion, éd. d'Arco Silvio Avalle, 476 : si'ls enflament [Spiritus Sanctus] cum fugs ardenz); 2. 1690 « mettre dans un état inflammatoire » (Fur.). Dér. de flamme*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 664. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 489, b) 991; xxes. : a) 918, b) 467.
DÉR.
Enflammement, subst. masc.Action d'enflammer; résultat de cette action. En partic. a) [En parlant d'une chose] Embrasement, éclat vif. L'accès de l'amour, le désert, la solitude infinie, où sous l'enflammement éperdu du ciel, vous pouvez dresser vos mirages et vivre dans votre création personnelle (Giono, Angelo,1958, p. 204).b) [En parlant d'une pers.] Exaltation, ardeur vive des sentiments, des impressions. Elle [la Faustin] déployait, à l'égard du premier venu, une coquetterie presque de fille, puis aussitôt il survenait, chez elle, de la réserve, une froideur glaciale qui congelait l'enflammement du monsieur (E. de Goncourt, Faustin,1882, p. 264).Rem. La docum. atteste enflammation, subst. fém. (Quasi-)synon. de inflammation. Une sourde enflammation gonflait la terre. Les peupliers s'allumaient sous une flamme froide mais plus étincelante que le soleil. Des serpentements de braises couraient dans les haies (Giono, Eau vive, 1943, p. 119). Hanse 1949 précise : ,,Enflammation n'est pas français. Dites : L'inflammation d'une masse de poudre, d'une plaie qui se sont enflammées``. Seule transcr. ds Littré : an-fla-me-man. 1reattest. début xiiies. « action d'enflammer » ici au fig. (Li Epistle saint Bernard a Mon Deu, ms. Verdun 72, fo66 rods Gdf.); du rad. de enflammer, suff. -(e)ment1*.
BBG. − Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 127. − Meillet (A.). Rech. sur la synt. comparée de l'Arménien. B. Soc. Ling. 1910-11, t. 16, p. 124.

Enflammer : définition du Wiktionnaire

Verbe

enflammer \ɑ̃.fla.me\[3] transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Mettre en flamme.
    • En un instant, une nappe de feu se propage autour de la coque du paquebot. Ce bouillonnement provenait d’une source sous-marine de naphte, et il a suffi de ce fragment de cigare pour l’enflammer. — (Jules Verne, Claudius Bombarnac, ch. III, J. Hetzel et Cie, Paris, 1892)
    • François s'exécuta, puis, d'un coup de pouce, il enflamma son briquet d'amadou et le tendit, en silence, à la fille. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 40)
    • Celui-ci enflammait des torches de papier toutes préparées et me chauffait la plante des pieds. — (Henri Alleg, La Question, 1957)
    • (Figuré) La colère enflamme les yeux, le visage.
  2. (Médecine) Causer une inflammation.
    • Mais loin de son Plateau, Arsène André étouffait. L’air résineux lui manquait, les brouillards de la Meuse lui enflammaient la gorge. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958, p. 71)
  3. (Figuré) Animer d’une vive passion, particulièrement en parlant des effets de l’amour.
    • Leurs chansons et les gestes de leur danse étaient d’une impudeur ardente qui enflammait peu à peu les spectateurs très nombreux ce soir-là. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)
    • Quelques jeunes clubmen, dont l’imagination aventureuse s’était enflammée de patriotisme, s’entassèrent dans cinq ou six automobiles et partirent clandestinement pour Beacon Hill. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 234 de l’éd. de 1921)
    • Une heure auparavant, j’avais cru que Mauricette serait l’héroïne de mon aventure… Sa mère m’enflammait dix fois davantage. — (Pierre Louÿs, Trois filles de leur mère, René Bonnel, Paris, 1926, chapitre II)
    • Ce 4 mars, Hébert, hargneux, enflammait les tribunes du club des Cordeliers pleines à craquer de « bonnets rouges ». Comme ceux qui venaient de le précéder au perchoir, il désignait Robespierre et ses alliés sans les nommer, préférant employer le mot faction. — (Jean-Pierre Fournier La Touraille, Le jeu de quilles en or, Paris : Éditions Plon, 2014, chap. 26)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Enflammer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENFLAMMER. v. tr.
Mettre en flamme. Une seule étincelle enflamme un magasin de poudre. En un moment, tout le palais fut enflammé. Un tison enflammé. Ce bois s'enflamme facilement. Les roues d'un wagon s'enflamment quelquefois par la vitesse du train. Fig., La colère enflamme les yeux, le visage. Par extension, il signifie Mettre dans l'état morbide qu'on appelle inflammation. Cette pommade enflammera votre plaie. Il a le palais, la bouche, la gorge tout enflammés. Il signifie aussi figurément Animer d'une vive passion, particulièrement en parlant des Effets de l'amour. Ce discours enflamma leur courage. Un rien l'enflamme de colère. Son cœur s'enflamme aisément.

Enflammer : définition du Littré (1872-1877)

ENFLAMMER (an-fla-mé) v. a.
  • 1Mettre en feu, en flammes. Il ne faut souvent qu'une étincelle pour tout enflammer. Ah ! quels coups de tonnerre Ont enflammé le ciel et font trembler la terre ! Voltaire, Sémiram. V, 5.
  • 2 Fig. Exciter comme une flamme dans le cœur, dans l'âme. L'homme est ainsi bâti : quand un sujet l'enflamme, L'impossibilité disparaît à son âme, La Fontaine, Fabl. VIII, 25. Je sais combien est pur le zèle qui t'enflamme, Racine, Esth. II, 5. Du zèle qui pour toi l'enflamme et le dévore, Racine, ib. Prol. Surtout de mon aïeul et l'exemple et la gloire M'enflamme à tout moment et remplit ma mémoire, Campistron, Andronic. I, 8. Cette âme qu'enflammait un courage intrépide, Voltaire, Tancr. v, 6. Le courroux qui l'aigrit, le poison qui l'enflamme, Voltaire, Brut. I, 4. J'enflammerai son jeune cœur de tous les sentiments d'amitié, de générosité, de reconnaissance que j'ai déjà fait naître et qui sont si doux à nourrir, Rousseau, Ém. IV. Aristote éclairait son esprit, Platon enflammait son âme, Barthélemy, Anacharsis, ch. 26. Des fureurs du désir son sang est allumé, La couronne l'enflamme et le charme est formé, Ducis, Macbeth, III, 3.

    Il se dit aussi des passions qui brûlent et emportent. L'opiniâtreté des habitants enflamma sa colère, Vaugelas, Q. C. l. VII, dans RICHELET. Ah ! que vous enflammez mon désir curieux ! Racine, Ésth. II, 7.

  • 3Faire naître la passion de l'amour. Un doux regard a suffi pour l'enflammer. Non, ce n'est ni par choix ni par raison d'aimer Qu'en voyant ce qui plaît on se laisse enflammer, Th. Corneille, Ariane, I, 1.
  • 4 Terme de médecine. Causer l'inflammation. Une piqûre lui enflamma le doigt. L'arsenic enflamme l'estomac.

    Fig. Les veilles enflamment le sang.

  • 5S'enflammer, v. réfl. Prendre feu. Ce bois s'enflamme facilement.

    Fig. Que la guerre s'enflamme et jamais ne finisse, S'il faut, avec la paix, recevoir Polynice, Racine, Théb. IV, 1.

  • 6Se passionner, s'animer, s'emporter. Cet homme s'enflamme facilement. Ils s'enflamment de l'amour de la gloire, Fénelon, Tél. XI. Fiesque aisément s'enflamme aux merveilles des arts, Ancelot, Fiesque, III, 3.

    Il se dit aussi de passions qui éclatent dans les yeux, dans le sang, etc. Vous eussiez vu leurs yeux s'enflammer de colère, Corneille, Cinna, I, 3. Tout mon sang de colère et de honte s'enflamme, Racine, Esth. III, 4.

  • 7Être saisi du sentiment de l'amour. C'est le sort de mon sang de s'enflammer pour vous, Quinault, Thés. V, 5.
  • 8 Terme de médecine. Prendre les caractères de l'inflammation. Le poumon s'enflamma.

HISTORIQUE

XIIe s. Kar enflammez est li miens cuers, Liber psalm. p. 97. Ses blanches mains, ses doigts lons et tretis, Qui font l'amor enflamer et esprendre, Couci, v. Quant veit li reis Henris que veincre nel purra, Mult durement vers lui en ire s'enflamba, Th. le mart. 28.

XIIIe s. Lors envoias tu à la table La toe [ta] grace esperitable Dou Saint Esperit enflamée, Que tant fu joïe et amée, Rutebeuf, II, 22.

XVe s. Moyses sy vit un buisson Tout enframbé sans nulle arsure, Mart. de St Ét. Ce fut une chose qui moult enflamma ceux de Gand, Froissart, I, I, 245. Grands et puissans royaumes, qui peu auparavant estoient si enflambez l'un contre l'autre, et tant empeschez à se tourmenter, Commines, VIII, 17.

XVIe s. Luy seul estoit cause de tous ces maulx, ayant allumé et enflammé ceste guerre, Amyot, Agésil. 50. Vostre cœur soit à present destourné et aliené de nous, j'adjouste mesme enflambé ; toutesfois…, Calvin, Inst. Dédic.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Enflammer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* ENFLAMMER, v. act. (Gramm.) c’est appliquer le feu à un corps combustible d’une maniere sensible pour les yeux au-delà de la surface du corps ; le corps seroit seulement échauffé, si le feu n’y étoit sensible que pour le toucher ; il seroit seulement ardent ou embrasé, si le feu n’y étoit pas sensible pour les yeux au-delà de sa surface.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « enflammer »

Étymologie de enflammer - Littré

Picard, enflamber ; provenç. enflamar ; espagn. inflamar ; ital. infiammare ; du lat. inflammare, de in, en, et flamma, flamme. Enflamber est le même mot, avec l'interposition d'un b appelé par m.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de enflammer - Wiktionnaire

Du latin inflammare[1] ou dérivé de flamme avec le préfixe en- et le suffixe -er[2], par dérivation parasynthétique ; voir enflamber.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « enflammer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enflammer ɑ̃flame play_arrow

Conjugaison du verbe « enflammer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe enflammer

Évolution historique de l’usage du mot « enflammer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enflammer »

  • Il est bien un secteur qui a besoin de notre aide, c’est celui des jeunes artistes et des musiciens. Pour quelques centaines d’euros, vous engagerez un jeune DJ ou , mieux, un groupe de musiciens qui viendra enflammer votre jardin, même pour un public limité. Faire appel à un groupe qui joue en live, c’est trois fois plus efficace pour une ambiance festival… Une astuce ? Faites appel aux groupes de cover : ces groupes très en vogue qui reprennent les plus grands tubes de votre période préférée en live : de quoi mettre votre jardin en mode Woodstock. www.groupes-cover-belgique.be So Soir, [email protected]
  • 30 ans après son dernier titre, Liverpool a été sacré champion d'Angleterre après la défaite de Manchester City contre Chelsea (2-1). De quoi évidemment enflammer la toile ! Onze Mondial, Liverpool : la toile s'enflamme pour le titre des Reds !
  • L’un des journalistes les plus respectés de l’histoire a déclaré que Donald Trump était prêt à voir les États-Unis «  s’enflammer  » si cela l’aidait à rester à la Maison Blanche. Urban Fusions, Donald Trump est `` prêt à voir les États-Unis s'enflammer '' pour être réélu | WTF
  • J'ai toujours considéré une jeune veuve qui pleure son mari comme un bâton de bois vert qu'on a jeté en travers sur le feu : il pleure par un bout, quand le coeur est près de s'enflammer. De Louis Auguste Commerson
  • Il est dangereux d'être trop empressé auprès des femmes et de les assouvir. Il faut de l'indifférence pour les enflammer ; et elles s'accoutument autant de caresses excessives qu'elles s'en dégoûtent à la fin. De Antoine de Rivarol
  • Il faut de l'artifice pour se faire aimer ; il faut chercher avec quelque adresse les moyens d'enflammer, et l'amour tout seul ne donne point l'amour. De Comte de Guilleragues / Lettres de la religieuse portugaise
  • Allumeuse. Personne en général non combustible qui se charge d'enflammer le plus de coeurs possible, pour des buts non-lucratifs. De Joyce Mansour
  • Vieux foin est difficile à enflammer, plus difficile à éteindre. De Miguel de Cervantès / Les nouvelles exemplaires

Images d'illustration du mot « enflammer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « enflammer »

Langue Traduction
Corse accende
Basque su
Japonais 点火する
Russe воспламеняться
Portugais acender
Arabe يشعل
Chinois 点燃
Allemand entzünden
Italien ignite
Espagnol encender
Anglais ignite
Source : Google Translate API

Synonymes de « enflammer »

Source : synonymes de enflammer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « enflammer »



mots du mois

Mots similaires