La langue française

Blâmer

Définitions du mot « blâmer »

Trésor de la Langue Française informatisé

BLÂMER, verbe trans.

A.− Porter un jugement défavorable sur une personne ou sur une chose; faire de sérieux reproches.
1. Emploi trans.
a) Domaine moral, intellectuel, etc.
[Le compl. d'obj. désigne une pers.] :
1. Un jour il se permit de reprendre la conduite odieuse et incorrigible du commandant, il osa le blâmer en sa présence et lui fit les plus vifs reproches. Baudry des Lozières, Voyage à la Louisiane,1802, p. 30.
2. Au lycée, Silbermann remportait les mêmes succès dans ses études, bien qu'il fût souvent blâmé pour son manque de méthode. Notre professeur de français lui reprochait en outre l'abus qu'il faisait de ses lectures et l'habilité avec laquelle il s'appropriait les idées et le style des autres. Lacretelle, Silbermann,1922, p. 82.
[Le compl. d'obj. désigne une chose concr. ou abstr.] :
3. La femme mariée (...) est constamment après son mari, blâme tous ses faits, lui reproche tous les manques de la maison... Faral, La Vie quotidienne au temps de St Louis,1942, p. 147.
Littéraire :
4. ... beaucoup d'hommes blâment la pluie, la neige, la grêle, les vents, le soleil; cela vient de ce qu'ils n'ont pas bien compris la liaison de toutes choses; ils croient que tous ces faits dépendent de décrets arbitraires, et qu'il y a au monde un capricieux jardinier qui peut arroser ici ou là; ... Alain, Propos,1908, p. 32.
b) Domaine esthétique :
5. Vous devez savoir que les lecteurs sont, en général, des juges sévères, plus disposés à blâmer les défauts d'un ouvrage, qu'à en louer les beautés; ... Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 1, 1801, p. X.
6. Une rivale aurait peut-être accusé de dureté d'épais sourcils qui paraissaient se rejoindre, et blâmé l'imperceptible duvet qui ornait les contours du visage. Balzac, La Peau de chagrin,1831, p. 119.
P. méton. Il n'était plus le piteux cavalier que l'art équestre du capitaine blâmait (Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 284).
c) Domaine techn. :
7. ... des hommes, qui semblent être des spécialistes, affirment avec autorité, que nous serons retombés avant les fortifications. Beaucoup d'autres choses encore sont blâmées dans ce ballon d'un nouveau type que nous allons expérimenter avec tant de bonheur et de succès. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Le Voyage du Horla, 1887, p. 1320.
SYNT. Blâmer qqn de, pour, sur qqc.; blâmer qqn de, pour + inf.; blâmer qqc. de, en qqn ou qqc.; blâmer qqn de ce que; rare, blâmer (en emploi abs.) + complétive :
8. Si j'avais rencontré dans cette personne sans fortune et sans nom, (...), la beauté, la vertu, et mille qualités aussi dignes de mon respect que de mon amour... (...) Qui pourrait blâmer que j'eusse le désir de partager ma richesse avec son dénûment, ... Toepffer, Nouvelles genevoises,1839, p. 299.
2. Emploi pronom. réfl. :
9. Le comte se dit que pour en être presque arrivé à se blâmer lui-même, il fallait qu'une erreur se fût glissée dans ses calculs. A. Dumas Père, Le Comte de Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 707.
10. Quand, par dérogation extraordinaire, Haudouin avait caressé sa femme au milieu de la journée, ils en demeuraient un peu gênés, comme s'ils eussent accompli une mauvaise action. Non seulement ils se blâmaient d'avoir dérobé ces instants-là au travail, mais cela leur semblait aussi contraire au bon sens que d'aller au sabbat en plein jour. Aymé, La Jument verte,1933, p. 25.
3. Emploi abs. Que fallait-il faire? Étais-je appelé, comme les grandes personnes, à blâmer, féliciter, absoudre? (Sartre, Les Mots,1964, p. 40):
11. Accuser, blâmer, soupçonner, maudire, railler, condamner, voilà ce qu'il y a au bout de toute causerie politique ou littéraire, ... G. Sand, Histoire de ma vie,t. 3, 1855, p. 440.
B.− Emplois spéc., rare. Infliger un blâme.
1. DR. ANC. :
12. Accusé, poursuivi, mon innocent langage et mon parler timide trouvèrent grâce à peine; je fus blâmé des juges. Courier, Pamphlets pol.,Pamphlet des Pamphlets, 1824, p. 213.
2. DR. ADMIN. :
13. ... Brisson ayant blâmé Zurlinden (sans avoir même le vulgaire courage de mettre son blâme au Journal Officiel), laisse l'acte par lequel Zurlinden est blâmé porter ses conséquences. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 272.
Prononc. : [blɑme], (je) blâme [blɑ:m].
Étymol. ET HIST. − 1. Ca 1050 « faire des reproches à qqn » (Alexis, 47edans T.-L.); ca 1050 « condamner qqc. » (Ibid., 13c, ibid.); 2. 1177 « accuser » (Chr. de Troyes, Chevalier Lion, 4397, ibid.); en partic. 1690 (Fur. : Blasmer, se dit aussi d'une peine infamante ordonnée en Justice pour quelque action dont on fait faire reparation d'honneur). D'un lat. vulg. *blastemare forme issue du lat. chrét. blasphemare (blasphémer*) plutôt par dissimilation de labiales que par croisement avec aestimare, le lien sém. entre les 2 verbes étant assez lâche (Cor., s.v. lastimar). L'existence de *blastemare est attestée par les formes rom. de même type, v. REW3, cf. blastema pour blasphema (Pirson, La Lang. des Inscriptions lat. de la Gaule, Bruxelles, 1901, p. 231). Le sens de blasphemare s'est rapidement affaibli en celui de « blâmer, réprouver en public » (613-658, Chronique de Frédégaire, MGH Scriptor. rer. meroving. II, éd. Krusch, Hannover 1888, p. 142, 2 dans Bambeck, p. 7).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1 175. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 367, b) 1 651; xxes. : a) 1 547, b) 1 169.

Wiktionnaire

Verbe

blâmer \blɑ.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Reprocher ; imputer la faute d'une situation déplorable à quelqu’un ou à quelque chose.
    • Quand nous blâmons les Bas-Alpins de déserter leur pays, ayons la franchise de nous poser cette question : et moi-même, si j'avais vingt ans, y resterais-je ? — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Vous seriez les premiers à nous blâmer de nous être croisés les bras puis d'avoir attendu des rapports de comités. — (Assemblée nationale du Québec, Journal des débats, 15 juin 2001)
    • Je ne peux blâmer entièrement la France d'intervenir en Afrique. Elle y est parfois invitée par les Africains eux-mêmes. — (L'Express, 20 février 2003)
    • Si c'est un crime que l'aimer
      L'on n'en doit justement blâmer
      Que les beautés qui sont en elle.
      — (Jean de Lingendes, Chanson, 1623)
    • Sans la liberté de blâmer, il n’est point d’éloge flatteur. — (Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, acte V, scène 3)
  2. (Absolument) Donner un blâme
    • Il savait louer et blâmer à propos.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BLÂMER. v. tr.
Juger quelqu'un ou quelque chose d'une manière défavorable. Blâmer une personne, une action. On ne saurait le blâmer. Tout le monde a blâmé son procédé. Blâmer un fonctionnaire, un élève. Absolument, Il savait louer et blâmer à propos.

Littré (1872-1877)

BLÂMER (blâ-mé) v. a.
  • 1Juger et prononcer que quelqu'un est digne de blâme. La première chose dont il fut blâmé. On le blâma d'avoir ainsi parlé. Blâmer la légèreté de quelqu'un, ou quelqu'un de sa légèreté. On me blâme de ce que… Je ne vois pas pourquoi l'on me blâme d'obscurité, Descartes, Rép. 3. Ne blâmez pas Perrault de condamner Homère, Boileau, Épigr. 21. Ne savez-vous pas bien que je brûle pour elle, Et que me la blâmer, c'est me faire mourir ? Malherbe, V, 23. Je les blâme tous deux d'avoir tiré l'épée, Bien que le ciel ait pris le parti de César, Et que Caton soit mort dans celui de Pompée, Maynard, Sonnet sur Pompée et César. Ne blâmez donc pas de fausseté ceux…, Pascal, Moyens, 1. Je ne puis te blâmer d'avoir fui l'infamie, Corneille, Cid, III, 4. S'il les [ses vœux] pousse trop loin, moi-même je l'en blâme, Corneille, Sertor. III, 2. J'ai beau vous blâmer, Lui-même il vous défend, vous excuse sans cesse, Corneille, Suréna, I, 2. Et le roi, plus piqué contre vous que contre elle, Blâmera vos frayeurs et nos légèretés D'avoir osé douter de la foi des traités, Corneille, Rod. III, 2. Je ne puis exciter ni blâmer son courage, Voltaire, Alz. V, 2.

    Absolument. Le sénat, dont l'approbation tenait lieu de récompense, savait louer et blâmer quand il fallait, Bossuet, Hist. III, 6.

  • 2 Terme de jurisprudence. Réprimander quelqu'un par autorité judiciaire.
  • 3Se blâmer, v. réfl. Je me blâme d'avoir été si peu prévoyant.

SYNONYME

BLÂMER, CENSURER, RÉPRIMANDER. Il faut d'abord mettre à part réprimander, qui indique le blâme infligé par le supérieur à l'inférieur, par le maître à son élève : un précepteur réprimande son élève inattentif ; un ministre réprimande un employé. Entre blâmer et censurer, la nuance est que blâmer est plus étendu et signifie aussi bien le blâme secret que le blâme public ; tandis que censurer implique toujours une certaine solennité dans la forme, comme était l'acte du censeur à Rome : vous le blâmez, j'en suis sûr ; mais irez-vous jusqu'à le censurer ?

HISTORIQUE

XIe s. Et altre qui blasmed ait esté, Lois de Guill. 16. Que mi parent pur mei seient blasmet, Ch. de Rol. LXXXII.

XIIe s. Par eux es blasmez, Ronc. p. 14. Se il s'enfuit, n'en doit estre blamez, ib. p. 69. Se j'en travail [souffre], je n'en sai qui blasmer, Couci, II. La peine de mon service Me veuillez guerredonner, Ou trop feriez à blasmer, ib, p. 119. Que [car] mon langage ont blasmé li François Et mes chançons, oïant les Champenois, Quesnes, Romancero, p. 83. Car tost [nous] en seriens blasmé et vil tenu, Sax. XXVIII. Li evesque se sunt encuntre lui drecié ; De la cruiz l'unt blasmé qu'il porte, e chastié, Th. le mart. 38. En grant humilité devez à curt aler, Que nuls ne vus en puisse reprendre ne blasmer ; De pes [paix] en purra l'un vers le rei mielz parler, ib. 36.

XIIIe s. Einsi leur failli li vesques d'Ostun et li quens Guis de Forais, et Pierres Bromons et maint autres assés, qui moult en furent blasmé, Villehardouin, XXXI. Mout [elle] se blasme en son cuer et forment se demente, Berte, CXI. Morans, ce dist li rois, n'en faites à blasmer [vous n'êtes pas à blâmer], ib. CXXXIX. Et un pou après monsieur Jehan de Waleri revint, qui blasma le roy et son conseil de ce que il estoient en demeure, Joinville, 227.

XIVe s. Ou se il se cource [courrouce] sans raison ou autrement que par raison, il est à blasmer, Oresme, Eth. 43.

XVe s. Quoi qu'on lui blamast ni desconseillast, le gentil chevalier ne s'en voulut oncques delaier, Froissart, I, I, 16.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

BLÂMER. Ajoutez :
4Blâmer une chose, une personne à quelqu'un, la blâmer devant lui. Ne savez-vous pas que je brûle pour elle, Et que me la blâmer c'est me faire mourir ? Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne. Il [M. de Barcos] me blâma fort ceux qui parlent ou font des conférences [des cinq propositions de Jansénius], Mme de Liancourt, dans STE-BEUVE, Port-Royal, t. II, p. 218, 3e édit.

REMARQUE

Corneille a donné deux régimes directs à blâmer. Tout ce qu'on le blâmait (mais c'étaient tours d'école), C'est qu'il faisait mal sûr de croire sa parole, Ment. IV, 1. Cela n'est pas correct.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « blâmer »

Du latin populaire *blastemare (→ voir bestemmiare en italien, blestema en roumain), altération de blasphemare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et anc. espagn. blasmar ; ital. biasimare ; de blasphemare, qui prit le sens particulier de blâmer (voy. BLASPHÉMER). Blasphemare, terme ecclésiastique, ayant passé dans le langage vulgaire, y prit un sens général.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « blâmer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
blâmer blame

Évolution historique de l’usage du mot « blâmer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « blâmer »

  • Je sus toujours mieux louer que blâmer. Émile Chartier, dit Alain, Histoire de mes pensées, Gallimard
  • […] Sans la liberté de blâmer, il n'est point d'éloge flatteur. Pierre Augustin Caron de Beaumarchais, Le Mariage de Figaro, V, 3
  • Aimez qui vous résiste et croyez qui vous blâme. Jean-François Casimir Delavigne, Louis XI
  • Blâmer ceux qui désertent c'est se blâmer soi-même de n'avoir pas su les retenir. De Louise Maheux-Forcier / Appassionata
  • On loue et on blâme la plupart des choses parce que c'est la mode de les louer ou de les blâmer. De François de La Rochefoucauld / Sentences et maximes morales
  • Seul celui qui aime a le droit de blâmer, de corriger. De Ivan Tourgueniev / Roudine
  • Sur ce qui nous arrive, il ne faut que blâmer soi-même. Oui c'est désagréable. De Félix Leclerc
  • Tout louer est d'un sot, tout blâmer est d'un fat. De Proverbe français
  • La star du tennis portugaise Joao Sousa est venue à la défense du numéro un mondial Novak Djokovic en insistant sur le fait que le Serbe ne peut pas être le seul à blâmer pour les événements qui se sont produits lors de l’Adria Tour. Au total, quatre joueurs ont été testés positifs lors de l’Adria Tour, dont le fondateur de l’événement, Djokovic. Breakingnews.fr, Il ne peut pas être le seul à blâmer
  • Cher Nikki, merci, maintenant nous savons qui est responsable du désordre racial américain! Les États-Unis sont innocents de tout problème et de tout acte répréhensible, toutes les choses odieuses que nous voyons maintenant sont dues aux encouragements des agents russes! Quelle tâche facile les autorités américaines ont – blâmer simplement les Russes! 👍🏻 https://t.co/XIlr4hlWZ7 News 24, "Il suffit de blâmer les Russes!" L'envoyé adjoint de Moscou se moque de Nikki Haley pour avoir blâmé les troubles américains contre la Russie - News 24
  • Le ministre a déclaré plus tard à la station de radio LBC que le penchant de son enfant pour les romans JK Rowling était peut-être à blâmer et "peut-être que j'avais Harry Potter en tête". News 24, Matt Hancock s'excuse pour la bévue de 'Daniel Rashford' et blâme 'Harry Potter sur le cerveau' - News 24
  • Le président de l’Association citoyenne pour la protection du boisé Fabi, François Villeneuve, se dit lui aussi déçu de la conclusion des pourparlers avec le promoteur et déplore les insinuations du conseiller Pierre Tremblay selon lesquelles des menaces de groupes de pression auraient fait avorter la possibilité d’un compromis. « C’est n’importe quoi. Il est sur une autre planète. Au contraire, s’il avait utilisé notre groupe, s’il avait été plus transparent, on aurait pu trouver des pistes à développer avec le promoteur. On aurait pu assurer une acceptabilité sociale. Il a juste lui à blâmer dans les circonstances. » La Tribune, Boisé Fabi : Déçu, Tremblay blâme les «menaces de certains groupes» | Sherbrooke | Actualités | La Tribune - Sherbrooke

Traductions du mot « blâmer »

Langue Traduction
Anglais blame
Espagnol culpar
Italien incolpare
Allemand vorwerfen
Portugais culpar
Source : Google Translate API

Synonymes de « blâmer »

Source : synonymes de blâmer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « blâmer »

Blâmer

Retour au sommaire ➦

Partager