La langue française

Attiédir

Sommaire

  • Définitions du mot attiédir
  • Étymologie de « attiédir »
  • Phonétique de « attiédir »
  • Évolution historique de l’usage du mot « attiédir »
  • Citations contenant le mot « attiédir »
  • Traductions du mot « attiédir »
  • Synonymes de « attiédir »
  • Antonymes de « attiédir »

Définitions du mot attiédir

Trésor de la Langue Française informatisé

ATTIÉDIR, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Attiédir qqc.Rendre quelque chose tiède.
1. Rendre quelque chose moins chaud :
1. Ô vents qui avez passé par Bethléem, qui vous êtes reposés au Pont sur la riante solitude de Basile, qui vous êtes embrasés en Syrie, dans la Thébaïde, à Oxyrinthe, à l'île de Tabenne, qui avez un peu attiédi ensuite votre souffle africain à Lérins et aux îles de la Méditerranée, vous aviez réuni encore une fois vos antiques parfums en cette vallée, proche Chevreuse et Vaumurier; ... Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, p. 182.
Rem. Cf. aussi ex. 1 sous attiédi.
2. Rendre quelque chose moins froid :
2. ... mais lorsqu'elle [la mer] flue de la zone torride vers notre pôle pendant notre hiver, non seulement elle en adoucit la rigueur sur nos côtes, en attiédissant leur atmosphère par sa chaleur, mais elle est peut-être, par ses émanations phosphoriques et ses ondulations, la cause de ces aurores boréales ondoyantes qui, l'hiver, éclairent les nuits des contrées septentrionales, ... Bernardin de Saint-Pierre, Harmonies de la nature,1814, p. 273.
P. compar., poét. :
3. Lieu charmant! Trop heureux qui dans ta belle plaine, Où l'hiver indulgent attiédit son haleine, Au sein d'un doux abri peut, sous ton ciel vermeil, Avec tes orangers partager ton soleil, Respirer leurs parfums, et, comme leur verdure, Même au sein des frimats défier la froidure! Delille, L'Homme des champs,1800, p. 80.
SYNT. Attiédir l'atmosphère, brises marines qui attiédissent les hivers, chaleur qui attiédit les pièces, poêle qui attiédit le vestibule, le soleil attiédit l'air.
B.− P. anal., rare. [En parlant des sensations autres que le chaud et le froid] Rendre moins vif :
4. Il continuait à boire, entre chaque phrase, une petite gorgée de thé, dont le parfum attiédissait ces odeurs plus âpres, où il y avait une pointe de fauve. Zola, Au Bonheur des dames,1883, p. 464.
C.− Au fig.
1. (Correspond plutôt à A 1). [Le compl. désigne les pers., leurs sentiments, leur sensibilité...]
a) Rendre moins passionné, moins chaud, parfois jusqu'à l'indifférence :
5. Voilà un bien grand nombre d'exemples d'habitudes : j'en pourrais citer mille autres; mais je n'ai pas réuni ceux-ci sans choix et au hasard : il y en a à-peu-près de toutes les espèces, ils sont tous différens, et plusieurs même paraissent diamétralement opposés. Vous y voyez tous les genres de la sensibilité attiédis ou exaltés; la mémoire engourdie ou rendue très-vive; les mouvemens devenus toujours très-faciles, mais tantôt dépendans de la volonté à un point extrême, tantôt absolument involontaires; des jugemens d'une finesse singulière, mais si peu distincts qu'on n'en a pas même la conscience; la volonté prendre tantôt une direction, ... Destutt de Tracy, Éléments d'idéologie,Idéologie, 1801, p. 290.
b) Rendre moins vif, moins intense et violent :
6. L'Évangile a dit : Cherchez, et vous trouverez; je te dirai : Cherche, et tu trouveras; ne nie pas ce que tu n'as pu apprécier; ne te lasse pas, recommence vingt fois s'il le faut ton travail de conquête; ce n'est pas du premier coup que le mineur trouve le filon d'or; sois-en certain, tu la rencontreras, celle qui doit calmer tes colères, attiédir ton cœur, dissiper tes tristesses et chanter avec toi l'Hosanna des jours heureux. Du Camp, Mémoires d'un suicidé,1853, p. 260.
2. (Correspond plutôt à A 2). Rendre agréable, emplir d'une chaleur douce, accueillante :
7. Si, devant l'apprentie, il ne la baisait pas même sur les cheveux, il n'entrait dans leur chambre, après vingt années de ménage que troublé d'une émotion de jeune mari, au soir des noces. Elle était discrète, cette chambre, avec sa peinture blanche et grise, son papier à bouquets bleus, son meuble de noyer, recouvert de cretonne. Jamais il n'en sortait un bruit, mais elle sentait bon la tendresse, elle attiédissait la maison entière. Et c'était pour Angélique un bain d'affection, où elle grandissait très passionnée et très pure. Zola, Le Rêve,1888, p. 24.
II.− Emploi pronom.
A.− [Le suj. est une chose] Qqc. s'attiédit.Devenir tiède (supra I A 1).
1. Devenir moins chaud :
8. Et de même que, de semaine en semaine lors de notre premier voyage, je marchais vers la guérison, de semaine en semaine à mesure que nous avancions vers le Sud, l'état de Marceline empirait. Par quelle aberration, quel aveuglement obstiné, quelle volontaire folie, me persuadai-je, et surtout tâchai-je de lui persuader qu'il lui fallait plus de lumière encore et de chaleur, invoquai-je le souvenir de ma convalescence à Biskra... L'air s'était attiédi pourtant; la baie de Palerme est clémente et Marceline s'y plaisait. Gide, L'Immoraliste,1902, p. 462.
2. Devenir moins froid :
9. J'avais froid aussi; le préau et les classes ne s'attiédissent à dix degrés que vers neuf heures et les seize degrés réglementaires, on ne les obtient que le soir, parce qu'il faut aérer à chaque sortie des classes, quelle que soit la température. Frapié, La Maternelle,1904, p. 124.
B.− Au fig. [Se dit partic. en matière de dévotion] Qqn ou qqc. s'attiédit.Devenir tiède, devenir moins ardent, diminuer d'intensité :
10. Aujourd'hui que mon sang s'attiédit, que mes artères se ralentissent et s'apaisent, je puis redescendre en moi-même. Les sourires invitants et les douces paroles ne troublent plus ma rêverie. Je ne crois plus, comme autrefois, que les soupirs voluptueux et les baisers brûlants soient le seul bonheur et la seule sagesse. G. Sand, Lélia,1833, p. 290.
11. La sensibilité et le talent suivent, chose remarquable, une marche presque inverse : la sensibilité s'émousse, s'attiédit, se désabuse (...) le talent s'affermit... Sainte-Beuve, Portraits contemp.,t. 2, 1869, p. 158.
SYNT. L'ardeur s'attiédit, le désir s'attiédit, les sentiments s'attiédissent, la sympathie s'attiédit, la vertu politique s'attiédit.
Rem. Un emploi adj. rare du part. prés. attiédissant, ante. Qui attiédit : ,,Cette faculté électrique [de M. de Chateaubriand] (...) ne l'a pas abandonné encore (...) Elle ne l'a pas trompé particulièrement dans sa relation de guerre et de dégoût contre un état de choses venu le dernier et déjà le plus attiédissant.`` (Sainte-Beuve, Portraits contemp., t. 1, 1869, p. 15).
PRONONC. : [atjedi:ʀ], j'attiédis [ʒatjedi]. Passy 1914 est le seul dict. à noter [ε] ouvert à la 2esyllabe du verbe.
ÉTYMOL. ET HIST. − Fin xiies. atevir au fig. « rendre tiède, moins ardent » (Sermons St Bernard, 141, 8 ds Gdf. Compl. : S'il per aventure at esteiz ateviz en altre tens); xiiies. atiedir (G. de Lorris et J. de Meung, Rose, Corsini, fo130c, ibid.); xives. id. au propre « rendre plus tiède » (Ph. de Vitry, Métamorphoses Ovide, éd. Tarbé, 110 ds T.-L. : Elle [la fontenelle] est chaude endroit mïenuit Et endroit midi refroidist, Au soir et au main atiedist); 1559 pronom. au fig. « se rendre moins ardent » (Amyot, Alc., 33 ds Gdf. Compl. : Ses ennemis s'attiedirent un peu); peu usité au propre d'apr. Rich. 1680. Dér. de tiédir* (a. fr. tieve, teve); préf. a-1*.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 49.
BBG. − Duval 1959.

Wiktionnaire

Verbe

attiédir \a.tje.diʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’attiédir)

  1. Rendre tiède.
    • Cette eau est trop chaude, il faut l’attiédir avec de l’eau froide.
    • Cette eau est trop froide, le soleil l’attiédira.
  2. (Figuré) Diminuer, amortir la vivacité, l’ardeur de quelque sentiment.
    • Le temps attiédira leur zèle.
    • Ce dissentiment n’attiédit pas leur amitié.
    • Son zèle s’est fort attiédi.
    • Leur amitié pour moi s’attiédit, paraît s’attiédir.
    • Un orchestre jouait-il dans une auberge des environs et en étaient-ce les sons attiédis, apportés par le vent ? — (Stefan Zweig, trad. Alzir Hella (2002), La pitié dangereuse, Grasset, Paris, 1939, page 178)
  3. (Pronominal) Devenir tiède.
    • Cette eau s’est attiédie.
    • […] l’amour du mari s’attiédit, et il ne tarda pas à se demander si leur union n’avait pas été une erreur. — (Conan Doyle, Archives sur Sherlock Holmes, Le vampire du Sussex, page 172, traduit par Evelyn Colomb, 1956, Robert Laffont)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ATTIÉDIR (a-tié-dir) v. a.
  • 1Rendre tiède ce qui est chaud. Ce bain est trop chaud, attiédissez-le.
  • 2Rendre tiède ce qui est froid. Lorsque la mer flue de la zone torride vers notre pôle pendant notre hiver, non-seulement elle en adoucit la rigueur sur nos côtes, en attiédissant leur atmosphère par sa chaleur…, Bernardin de Saint-Pierre, Harm. l. V, Harm. anim.
  • 3 Fig. Rendre moins ardent, moins vif. Elles ne ralentissent pas sa foi, elles n'attiédissent pas son espérance, Massillon, Car. Fautes lég. Vos froids raisonnements ne feront qu'attiédir Un spectateur…, Boileau, Art p. III. L'amitié que la présence attiédit, que l'absence efface, Chateaubriand, René, 183. La démarche violente de la noblesse attiédit les préjugés des hommes de bonne foi qu'elle renferme, et augmente les forces des amis de la liberté et de la paix, Mirabeau, Collection, t. I, p. 199. De peur que le goût de la contemplation ne m'attiédît sur l'exercice de mes devoirs, Rousseau, Ém. IV. Ces gens l'embarrassaient, L'attiédissaient…, La Fontaine, Pet. chien.
  • 4S'attiédir, v. réfl. Devenir plus chaud. Cette eau s'est attiédie au soleil.
  • 5Devenir moins chaud. Éloignez cette eau du feu pour qu'elle s'attiédisse.

    Fig. Son zèle s'est fort attiédi. Leur amitié s'attiédissait. Tout est léger ; mais je crains que votre âme Ne s'attiédisse et s'endorme en sa flamme, La Fontaine, Élégie, VI.

HISTORIQUE

XVIe s. L'ardeur premiere commença à s'atiedir, Lanoue, 575. À l'occasion de quoy ses ennemis s'attiedirent un peu, Amyot, Alc. 33. Qui par douce parole lui [un plus fort] cede et condescend à son vouloir, il attiedit cette premiere fureur bouillante, Amyot, Hist. Aethiop.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ATTIÉDIR. - ÉTYM. Ajoutez : On trouve entiedir : XIVe s. Ce sont bogre [hérétiques] qui le contraire De l'iglise vuellent tot fere, Et sa resplendor enlaidir, Et sa grant vigor entiedir, Macé, Bible en vers, f° 108, 1re col.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « attiédir »

À et tiède.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De tiède, avec le préfixe a-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « attiédir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
attiédir atiedir

Évolution historique de l’usage du mot « attiédir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « attiédir »

  • Louis Lortie, Hélène Mercier et Edward Gardner sont d’admirables musiciens : de beaux phrasés, une parure élégante, une musicalité jamais prise en défaut, mais paradoxalement une précaution et une forme de timidité qui finissent par lisser et attiédir le Concerto, pour en livrer une lecture linéaire, métronomique, sage… frustrante. France Musique, Concerto pour deux piano de Poulenc
  • Livré à une puissance abstraite, le monde entier, à l’image de cet animal prédaté, se refugie dans une peur bleue, presque physique, pour échapper à ce prédateur réel ou imaginaire, nommé covid-19. Véritablement hypocondriaque, l’être humain se lance dans des thérapies alternatives en s’administrant toute sorte d’anticorps ou se fourvoie dans des croyances, les plus aberrantes les unes que les autres, dans l’espoir d’attiédir ses pires craintes. Dans cette immense boite obscure ouverte sur toutes les incertitudes, l’Homme a fini par perdre de son ascendant. Tremblant de peur comme un trouillard, il se laisse bercer dans un brouillard mental. SeneNews.com, Le confinement, une erreur de débutant ? (Par Khadim Mbaye)
  • Tôt ou tard, cette racaille et tous ceux qui ont un lien d’intelligence avec l’ennemi seront mis hors d’état de nuire. Depuis le début des attaques terroristes – 15 janvier 2016 – qui ont frappé notre pays, les Burkinabè se sont montrés dignes de leur histoire et de leurs valeurs, refusant de vivre dans la peur et la haine. Nous devons rester forts et tenir bon. L’indicible douleur face à la longue liste des policiers, gendarmes, militaires, forestiers et douaniers qui ont perdu un des leurs ces dernières années ne devrait pas attiédir notre détermination à vaincre les ennemis de notre pays. Au contraire, c’est le moment de nous rappeler que “la Patrie ou la mort, nous vaincrons!” Les échos du Faso, Le tombeau des héros est dans le cœur des Burkinabè - Les échos du Faso
  • Jacques Bonnaffé Le mot d’insurrection est un peu extrême, un peu gonflé. N’est-ce pas attiédir l’insurrection que d’y ajouter le terme poétique ? Rassurez-vous, l’insurrection n’est que poétique… Il y a des tas de mots voisins, par exemple émeutes comme on dit à propos des banlieues, ou encore insoumission. Mon ami le poète belge Jean-Pierre Verheggen parlerait d’incorrection, histoire de titiller l’oreille. Chaque printemps est insurrectionnel. Nous sortons du sommeil, d’une forme d’engourdissement dû à la pression continue des discours, du parler de la pub, des slogans et des fausses promesses. Dans le Printemps, le langage retrouve soudain un cap. L’envie nous prend de mieux comprendre l’origine des mots. Chez Rousseau, la fabrication du mot part de l’émotion. Ce réveil est en soi insurrectionnel. Le thème sera décliné selon deux voies. D’un côté, les textes choisis par l’équipe du Printemps et qui donnent envie de se lever, de partir au combat. De l’autre, la poésie qui est en soi une insurrection. Il faut sortir de notre pays pour s’en apercevoir L'Humanité, Rencontre avec Jacques Bonnaffé, un parrain qui ne se taira pas | L'Humanité

Traductions du mot « attiédir »

Langue Traduction
Anglais cool down
Espagnol enfriarse
Italien calmati
Allemand abkühlen
Chinois 冷却
Arabe ترطيب
Portugais esfriar
Russe остывать
Japonais クールダウン
Basque hoztu
Corse rinfrescà
Source : Google Translate API

Synonymes de « attiédir »

Source : synonymes de attiédir sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « attiédir »

Partager