La langue française

Ennemi, ennemie

Définitions du mot « ennemi, ennemie »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENNEMI, IE, subst.

Personne qui n'aime pas (quelqu'un, quelque chose) ou personne, chose qui n'est pas aimée (de quelqu'un). Anton. ami.
I.− Personne ou collectivité qui est (vis-à-vis d'une autre personne ou collectivité) un objet et/ou un agent de haine, d'actions nuisibles. L'ennemi des lois. Combien de philosophes ont trouvé que le plus cruel ennemi de l'homme était l'homme! (P. Leroux, Humanité,t. 1, 1840, p. 16).La seule estime qui vaille est l'estime d'un ennemi. Et l'estime des amis ne vaut que s'ils dominent leur reconnaissance et leurs remerciements (Saint-Exup., Citad.,1944, p. 605).
A.− Domaine des relations affectives
1. Personne qui éprouve ou suscite de l'inimitié, qui montre ou provoque une attitude inamicale, fortement défavorable et néfaste (par manque d'affinités psychologiques, parti-pris de méchanceté ou motifs particuliers de rancune). Un ennemi redoutable. Richelieu était aussi bon ami qu'ennemi cruel (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 215).L'esprit de guerre et de haine est l'état normal de ces malheureux; le missionnaire exige qu'ils pardonnent à leurs ennemis et leur dit d'abord : « La paix soit avec vous » (Coppée, Bonne souffr.,1898, p. 70).Cf. aussi ami ex. 2, amical ex. 8 :
1. Qui dit voisins dit ennemis. Voyez le champ qui touche au mien. C'est celui de l'homme que je hais le plus au monde. Après lui mes pires ennemis sont les gens du village qui grimpe sur l'autre versant de la vallée, au pied de ce bois de bouleaux. Il n'y a dans cette étroite vallée, fermée de toutes parts, que ce village et le mien : ils sont ennemis. Chaque fois que nos gars rencontrent ceux d'en face, ils échangent des injures et des coups. France, L'Île des pingouins,1908, p. 10.
SYNT. a) Ennemi(s) + adj. : ennemi capital, commun, implacable, puissant; ennemis irréconciliables; (être) l'ennemi déclaré/ juré/né de (telle personne). b) Adj. + ennemi(s) : éternel, principal, vieil ennemi de; vrais ennemis de. c) Subst. + prép. + ennemis : haine des ennemis. d) Verbe + (prép.) + ennemi(s) : se déclarer/ devenir l'ennemi de; se faire des ennemis; traiter en ennemi(s).
Rem. On rencontre ds la docum. des formules qui évoquent antithétiquement l'expr. les amis de mes amis sont mes amis. Comment voulez-vous que je vous reçoive et que je supporte seulement votre présence, si vous n'êtes pas l'ennemi de mes ennemis? Qui non est mecum, contra me est (Bloy, Journal, 1898, p. 274).
Emploi adj. (et souvent p. réf. à la tragédie de Racine La Thébaïde ou les frères ennemis). Ce n'est pas sans raison que Janus a deux visages. Le monde ne marche que par la haine de frères ennemis! (Renan, Drames philos.,Prêtre Némi, 1885, V, 5, p. 607).
2. Rare. [L'obj. et l'agent de l'inimitié correspondent à la même pers.] L'ennemi invisible; être l'ennemi de soi-même :
2. ... toujours coupées et toujours renaissantes, les racines secrètes de l'amour propre ne peuvent périr. Non qu'il doive non plus traiter son ennemi intérieur avec une sorte de colère et d'âpreté violente; car le sacrifice, loin d'endurcir le cœur, attendrit souvent les sentiments qu'il refoule. Blondel, L'Action,1893, p. 383.
3. P. anal.
a) [L'inimitié a pour obj. ou agent un être spirituel une figure allégorique] Être l'ennemi de Dieu. Le Dieu, source de tout esprit, et qui a la chair pour ennemie, comme le diable est son ennemi (Flaub., Tentation,1849, p. 251).Je dis que la nature est notre ennemie, qu'il faut toujours lutter contre la nature, car elle nous ramène sans cesse à l'animal (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Inutile beauté, 1890, p. 1157).
L'ennemi du genre humain/des hommes ou absol. l'Ennemi. Le diable. L'ennemi du genre humain voyoit en frémissant de rage cette vierge innocente échapper à son pouvoir. Il en accuse Astarté (Chateaubr., Martyrs, t. 2, 1810, p. 190).Que Dieu vous reçoive au nombre de ses élus, (...) vous protège contre les embûches de l'ennemi (Huysmans, Oblat,t. 2, 1903, p. 36).
Emploi adj. Destins ennemis. Le sort ennemi m'assiège et me désole (Chénier, Élégies,1794, p. 153).Cf. aussi ami ex. 134 :
3. ... si ma naissance fut prodigieuse, mon étoile ne le fut pas moins. Tour à tour ennemie et charitable, elle m'accable et me préserve. Camus, La Dévotion à la croix,1rejournée, 1953, p. 532.
b) [L'inimitié a pour obj. ou agent un animal, un élément naturel ou une chose personnifié(e)] Ces redoutables ennemis sont des loups assez hardis pour oser, même en plein jour, attaquer les troupeaux (Dusaulx, Voy. Barège,t. 1, 1796, p. 166).Le froid!... Quel ennemi acharné et terrible (Ponson du Terr., Rocambole,t. 1, 1859, p. 10).L'homme est certainement l'ennemi le plus redoutable de la forêt. (...) Par des prélèvements abusifs et désordonnés il ruine les peuplements dans l'immédiat et en compromet l'avenir (Cochet, Bois,1963, p. 136).Cf. aussi ami ex. 158.
Emploi adj. Aussitôt que l'homme a conscience de lui-même, il se trouve dans un monde étranger, ennemi, dont les lois et les phénomènes semblent en contradiction avec sa propre existence (Cousin, Philos. mod.,t. 1, 1847, p. 5).Ma botte ennemie a réveillé mes cors (Rollinat, Névroses,1883, p. 302):
4. Le jardin, tout à coup ennemi, rebrousse, autour d'une petite fille dégrisée, ses feuilles froides de laurier, dresse ses sabres de yucca et ses chenilles d'araucaria barbelées. Colette, La Maison de Claudine,1922, p. 38.
B.− Domaine des relations amoureuses
1. Personne (généralement femme) qui répond à l'amour par de l'indifférence, des refus, des rigueurs et qui est considérée par l'être aimant comme un adversaire à vaincre ou personne dont l'amour est ressenti par l'être aimé comme une agression, une menace à sa vertu, à son indépendance, à sa prédominance, etc. Une belle ennemie. Qui de nous ne connaît, malgré l'institution du divorce, une foule de mauvais ménages dont les conjoints sont des ennemis? (Le Dantec, Savoir!1920, p. 67):
5. − Parfois (...) tous les enchantements sont vains et l'ennemi pénètre en la place (...). − C'est que la princesse (...) favorisait l'ennemi de quelque complicité curieuse ou amoureuse, s'ennuyant d'être ainsi recluse... Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 283.
6. ... jamais vous ne trouverez en moi l'ennemie féminine. Jamais, quoi que vous fassiez, vous ne me verrez retournée contre vous, ni vous faire un reproche. Je suis votre ami. Mais il ne peut plus y avoir en moi, pour vous, que cet ami. Montherlant, Les Jeunes filles,1936, p. 1001.
Emploi adj. Comme une nation armée et forte désire assurer sa place dans le monde avant de renvoyer ses soldats, la femme veut traiter avec le sexe ennemi avant que l'envahissante lourdeur de la vieillesse vienne lui imposer une pacifique résignation (Maurois, Ariel,1923, p. 139).
2. Personne qui représente une rivalité amoureuse (réelle ou supposée). Ainsi se trouvèrent-elles, dès le premier instant, sur un plan où il n'y avait plus ni rivales ni ennemies, mais deux femmes, que la présence d'un enfant suffisait à lier. Pas une seconde, Laure ne douta que ce petit ne fût le fils de son mari : pas un instant, elle ne ressentit de la haine (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 440).
C.− Domaine des relations pol. et idéol.Nous consentons des hécatombes de nos frères, amis, ennemis, à nos idéologies dures et vagues (Arnoux, Calendr. Fl.,1946, p. 309).Cf. aussi ami ex. 84 :
7. On fait des vœux pour les succès du tyran; on s'unit à lui pour repousser l'ennemi étranger; on oublie que le plus dangereux ennemi est celui qui restera pour nous dévorer, que les autres passeront; nous sommes un troupeau de moutons qui nous rallions en ce moment au tigre pour chasser les lions en guerre avec lui, sans penser qu'après s'être servi de nous pour chasser ses ennemis personnels, il tournera contre nous-mêmes ses griffes ensanglantées. Maine de Biran, Journal,1814, p. 7.
1. Domaine de la pol. intérieure.Personne dont les conceptions idéologiques, les actions politiques s'opposent fortement à celles de telle(s) personne(s), telle institution ou sont considérées comme nocives et devant être combattues. Ennemis politiques; ennemi de l'État, de la patrie, du peuple, de la révolution, du roi. Il n'était point infidèle à la règle qui fait du général l'ennemi naturel et instinctif du préfet qui fait tout dans le pays, tandis que le général n'a à vexer qu'une douzaine d'officiers supérieurs au plus (Stendhal, L. Leuwen,t. 3, 1835, p. 115).Les uns disaient qu'il fallait le fusiller [le roi] sans jugement, comme ennemi de la république et du genre humain; (...) d'autres qu'il méritait d'être guillotiné pour avoir trahi la patrie (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 88):
8. ... quel est l'homme assez généreux ou assez impassible pour sacrifier son repos au désir d'être utile, à celui de servir sa patrie, lorsqu'il voit, en imagination, cette lice remplie d'agresseurs et d'ennemis cachés, prêts à l'attaquer et à le harceler? Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 2, 1801, p. 329.
9. Le système politique chargé de faire vivre la nation contient donc un ennemi de cette nation? Il lui faut vaincre l'ennemi intérieur pour remplir le premier de tous ses devoirs, qui est de repousser l'ennemi du dehors... Maurras, Kiel et Tanger,1914, p. XCV.
L'ennemi public (numéro un), l'ennemi numéro un. Individu (considéré comme) très dangereux pour l'ordre social. Luc n'était-il pas l'ennemi public, l'étranger venu on ne savait d'où pour corrompre Beauclair, pour y ruiner le commerce, y souffler la guerre civile, en ameutant les ouvriers contre les patrons? (Zola, Travail,t. 1, 1901, p. 278):
10. L'autorité n'est possible qu'à la condition qu'on se taise. Qui parle, sous prétexte qu'il pense, est un ennemi public. Clemenceau, Vers la réparation,1899, p. 391.
P. métaph. On se tournait désormais contre moi, l'ennemi numéro un, contre qui toutes les armes allaient devenir bonnes (H. Bazin, Vipère,1948, p. 177).
Emploi adj. D'anciennes idées, de vieilles méfiances, l'habitude de se considérer comme politiquement ennemis, séparent encore les hommes dont le concours est indispensable pour préserver la France des plus extrêmes calamités (Lamennais, L'Avenir,1831, p. 172).La société entière se partage en deux grands camps ennemis, en deux classes diamétralement opposées : la bourgeoisie et le prolétariat (Univ. écon. et soc.,1960, p. 5011).
2. Domaine de la pol. extérieure.Chez les Anciens, étranger étoit synonyme d'ennemi (Bonald, Législ. primit.,t. 2, 1802, p. 107).
a) Emploi subst., gén. au plur. ou au sing. collectif, le plus souvent en emploi abs. (Membre d'une) nation qui est objet et/ou agent d'hostilité, d'attaque armée, d'asservissement matériel et moral vis-à-vis (d'un membre) d'une autre nation (généralement pour des motifs de domination impérialiste et de profit). Ennemi héréditaire; haïr, rejeter, l'ennemi. Les Européens tuent leurs ennemis et les enterrent. Les sauvages tuent leurs ennemis et les mangent (Verne, Enf. cap. Grant,t. 3, 1868, p. 59).Le mieux encore est de frapper sur l'ennemi. Celui qu'on tue ne vous tuera pas (Renan, Drames philos., Prêtre Némi, 1885, III, 3, p. 580).C'est la victoire de la France! L'ennemi allemand vient de capituler devant les armées alliées (De Gaulle, Mém. guerre,1959, p. 497):
11. Je t'écris un mot, mon amie, afin que tu ne sois pas inquiète. L'ennemi a perdu la bataille, 40 pièces de canon, 10 drapeaux, 12 000 prisonniers; il a horriblement souffert. J'ai perdu du monde, 1 600 tués, 3 à 4 000 blessés. Napoléon, Ier, Lettres à Joséphine,1807, p. 131.
SYNT. a) Ennemi(s) + adj. : ennemi(s) extérieurs, vaincu(s). b) Subst. + prép. + ennemi(s) : défense, lutte, résistance contre l'ennemi, les ennemis; approche, entreprises, marche, nombre, offensive, poursuite, pression, résistance, retraite de l'ennemi, des ennemis. c) Ennemi + verbe : l'ennemi approche, occupe (un pays, une ville); être entouré d'ennemis. d) Verbe + ennemi(s) : arrêter, attaquer, battre, charger, combattre, contenir, empêcher (de), fuir, poursuivre, rejeter l'ennemi, les ennemis. e) Verbe ou loc. verbale + prép. + ennemi : être face à l'ennemi, être tué à l'ennemi; se livrer/marcher/passer à l'ennemi (au fig. « trahir une cause quelconque »); demeurer/être/livrer/rester/tomber aux mains de l'ennemi; être aux prises/en intelligence avec l'ennemi; se défendre/lutter contre l'ennemi; être en présence de/sous le feu de l'ennemi; travailler pour l'ennemi.
Expr. C'est toujours autant/cela de pris sur l'ennemi. [À propos d'une chose que l'on soustrait à la mainmise de l'ennemi, ou au fig., d'une pers., d'une entité quelconque, considérée comme adversaire] :
12. L'étranger envahit la France, Et je maudis tous ses succès. Mais, bien que la douleur honore, Que servira d'avoir gémi? Puisqu'ici nous rions encore, Autant de pris sur l'ennemi ! (...) Buvons gaîment, buvons encore : Autant de pris sur l'ennemi! Béranger, Chansons,t. 1, Ma dernière chanson peut-être, 1829, pp. 100-101.
Au fig. (avec une var. adj.). Si les enfants ont l'âme bien faite, la tendresse qu'on leur montre ne leur nuira jamais. Elle les soutiendra plus tard, dans les heures mauvaises. C'est toujours cela de pris sur l'existence ennemie (L. Daudet, A. Daudet,1898, p. 191).
b) Emploi adj. Qui est constitué de membres d'une nation objet ou agent d'hostilité pour une autre nation, qui appartient ou se rapporte à ceux-ci. L'artillerie ennemie, les lignes ennemies. Une violente attaque ennemie dans la région de Vaux qui échoua sous nos feux (Bordeaux, Fort de Vaux,1916, p. 287).Que seulement, sur un seul point des lignes, les troupes ennemies fraternisent, et la contagion gagnera aussitôt comme une traînée de poudre! (Martin du G., Thib.,Été 14, 1936, p. 682).Dans les métros et les tramways on lisait : « Taisez-vous, méfiez-vous, les oreilles ennemies vous écoutent » (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 31).
SYNT. Armée, avance, bataillons, batteries, canon, cavalerie, détachements, front, mitrailleuses, nations, offensive, pays, peuples, positions, races, rangs, terre, territoire ennemi(e) (s).
P. métaph. Sous chaque mot qu'il [Gide] a écrit se poursuit un travail de sape contre la cité ennemie : celle où la nature est combattue, où l'assouvissement des passions s'appelle le mal (Mauriac, Mém. int.,1959, p. 184):
13. L'île, comme une place forte, lance une sortie à chaque marée basse : elle récupère ses douves, elle pille le camp ennemi... Queffélec, Un Recteur de l'île de Sein,1944, p. 113.
II.− Par affaiblissement
A.− Personne qui éprouve, manifeste une antipathie prononcée pour quelqu'un ou quelque chose représentant une valeur ou (plus rarement) personne, chose représentant une valeur et qui suscite une aversion marquée (de la part de quelqu'un).
1. [En parlant d'un certain type de personne, notamment d'un écrivain, d'un artiste et, p. ext., de sa pensée, de son œuvre] Je sentais que ce compagnon méprisait d'une belle ardeur toutes les idées qu'il ne partageait pas, et c'est un plaisir de séduire des ennemis de cette sorte jusqu'à jeter ainsi le désarroi dans leur esprit catégorique (Barrès, Jard. Bérén.,1891, p. 77).Une tolérance générale atténue [aujourd'hui] les rivalités de ces anciens ennemis [les artistes des différentes écoles]; (...) la complexité de la société répond à celle des styles; il y a des admirateurs pour tout (Hourticq, Hist. art,Fr., 1914, p. 439).S'ils [les régimes de dictature] mènent contre la liberté de la presse une lutte sans merci, c'est parce qu'ils voient dans la pensée indépendante leur ennemie peut-être la plus grande et la plus menaçante (Civilis. écr.,1939, p. 4407).Cf. aussi adversaire ex. 12.
2. [En parlant d'une chose] Ennemi de
a) [concr.] Adj. Cet autre, partisan du clair-obscur d'école, est ennemi de la teinte plate (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 130).
b) [abstr.] Ennemi de la foi, de la liberté, de la philosophie. L'Ennemi des Lois (ouvrage de Barrès, 1893). Ce Rousseau malheureux par son propre génie (...) Triste ennemi des arts, et célèbre par eux (Michaud, Printemps proscrit,1803, p. 73).Il est positiviste et ennemi acharné du catholicisme (Amiel, Journal,1866, p. 530).Cf. aussi ami ex. 111 et 115.
Emploi adj. Je vois que vous personnellement, vous êtes ennemie du mariage, et que vous pensez qu'il ne faut jamais se marier (Duranty, Malh. H. Gérard,1860, p. 32).Ennemi de la débauche, portant un cœur sentimental qui emplissait ses yeux songeurs et magnifiques, il détestait et méprisait les filles (Pesquidoux, Livre raison,1925, p. 211).
B.− P. anal. Chose qui, par sa nature, est en opposition avec une autre chose et peut nuire à celle-ci.
1. [À propos de choses concr.] Les rides, ces redoutables ennemies de la beauté (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 146).On ne peut se figurer avec quelle rage l'eau attaque son ennemi [le brasier] (Hugo, Rhin,1842, p. 150).À côté de la force centripète, se dresse une force antagoniste, une ennemie née : la force centrifuge (Maeterl., Gde loi,1933, p. 77).
Emploi adj. Les couleurs opposées sont souvent moins ennemies que les nuances d'une même couleur (Michelet, Journal,1821, p. 169).Les savants conflits de sons ennemis qui se combattent d'abord pour s'embrasser ensuite (Berlioz, À travers chants,1862, p. 42).Une sombre toison ennemie du peigne (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 247).
2. [À propos de choses abstr.] Les catholiques, et j'en ai connu de très-sincères, m'ont crié que, dans ces trois termes, il y en avait un qui tuerait les deux autres. La soif de connaître est suivant eux, l'ennemi et le destructeur impitoyable du besoin de croire et du plaisir d'aimer (Sand, Hist. vie,t. 4, 1855, p. 304).L'ennemi mortel de l'âme, c'est l'usure des jours (Rolland, J.-Chr.,Adolesc., 1905, p. 343).L'Église a (...) fort bien pressenti le redoutable ennemi que devait être pour elle (et devenir de plus en plus) la science (Gide, Feuillets,1937, p. 1287).
Loc. proverbiale. Le mieux est l'ennemi du bien. On gâche une chose assez réussie en voulant l'améliorer.
Rem. Attesté ds Ac. 1878, 1932.
Emploi adj. La répression et le mal constituent, au sein de notre société, deux puissances ennemies qui (...) luttent de ruse, et nous condamnent à assister sans fin ni trève aux péripéties de leur combat éternel (L. Blanc, Organ. trav.,1845, p. 26).La terre et le ciel, l'esprit et l'apparence, l'amour et la peine, le temps et l'éternité, ces quatre couples ennemis, vivent, par la magie poétique, dans une miraculeuse concorde (Béguin, Âme romant.,1939, p. 285):
14. Les Anciens se servaient ordinairement du mot vague le plus voisin du mot précis, afin de causer plus de plaisir à l'attention. Ils interdisaient le style ennemi de l'ampleur, les traits vifs qui disent tout, et qui rendent ainsi une longue éloquence impossible. Joubert, Pensées,t. 1, 1824, p. 402.
Rem. Ennemi, ie dans ses emplois comme attribut ou en appos. ne prend une valeur adj. vraiment nette que s'il est précédé d'adv. intensifs ou comparatifs. Mais le plus souvent dans ces emplois, il n'est guère possible de discerner s'il s'agit de l'adj. ou du subst. (cf. ami IV rem. finales).
Prononc. et Orth. : [εnmi] ou, p. harmonis. vocalique, [enmi]. Warn. 1968 indique pour le parler très soutenu [enəmi] avec prononc. de l'e intérieur (en situation protonique) qui aurait, normalement, dû disparaître entièrement et dont la présence s'explique par l'orig. non pop. du mot. Pour figurer l'anc. prononc. avec une nasale à l'initiale : [ɑ ̃nəmi] on pouvait écrire ennemi ou annemi, car il y avait identité de son entre en- et an-. Dès le xiiies. il y avait confusion entre ces 2 graph. chez les copistes de Chrestien de Troyes et l'on note encore Les Avantures de Télémaque. Aujourd'hui on écrit de même sans (de sĭnu), dans (de de ĭntus), néant (de ne gente), dimanche (de die domĭnica), etc. (cf. Bourc.-Bourc. 1967, § 61, II). C'est ainsi que l'on rencontre souvent les 2 orth. annemi ou ennemi. Lorsqu'à partir du xvies. se produit la dénasalisation, la tendance est à donner à la voyelle dénasalisée le timbre correspondant à la voyelle choisie pour écrire l'initiale. [ɑ ̃nəmi] devient donc [anəmi] avec la graph. annemi écrite aussi anemi, la 2econsonne nasale n'ayant plus de raison d'exister puisque la nasalité disparaît. Lorsqu'elle est maintenue, c'est par réaction étymol. La prononc. et la graph. [anəmi] an(n)emi n'ont pas prévalu et elles sont considérées comme tout à fait arch. On les rencontre encore dans qq. provinces. [ɑ ̃nəmi] devient [εnmi] ou [enmi] avec la graph. ennemi qui sont la prononc. et la graph. actuelles. Fér. Crit. t. 2 1787 propose d'écrire énemi pour éviter le risque d'une renasalisation et Dupré 1972 met en garde contre la tendance à prononcer [εdmi] par dissimilation. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. Suivent la même évolution : gemme (a. fr. jamme de gemma), étrenne (a. fr. estreinte), géhenne, garenne et le subj. prés. prenne qui a hésité entre [a] et [ε] jusqu'au xviies. (cf. Buben 1935, § 91). Étymol. et Hist. A. 1. Ca 880 « personne qui déteste quelqu'un et cherche à lui nuire » (St Eulalie, 3 ds Henry Chrestomatie, p. 3 : li Deo inimi); 2. 1580 « qui est contraire à quelque chose » ici en emploi adj. (Montaigne, Essais, L. I, chap. 5, éd. A. Thibaudet, p. 45). B. Ca 1100 « celui qui fait la guerre contre quelqu'un » (Chanson de Roland, éd. Bédier, 144). Adaptation du lat. class. inimicus « ennemi particulier » (contraire de amicus p. oppos. à hostis) puis « ennemi public »; en lat. chrét. sert à désigner le démon. Fréq. abs. littér. : 12 826. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 22 793, b) 12 066; xxes. : a) 13 351, b) 20 314. Bbg. Arickx (I.). Les Orthoépistes sur la sellette. Trav. Ling. Gand. 1972, no3, p. 127. − La Landelle (G. de). Le Lang. des marins. Paris, 1859, p. 408.

Wiktionnaire

Nom commun

ennemi \ɛn.mi\ masculin (pour une femme on dit : ennemie)

  1. Concept antagoniste, en conflit avec un autre.
    • Au milieu de la lutte contre le chaos, dans le sillage de la famine, survint une autre vieille ennemie de l’humanité : la peste, la Mort Pourpre. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 417 de l’éd. de 1921)
    • L’eau est l’ennemie du feu.
    • La folie est l’ennemie de la raison.
    • Le temps est l’ennemi de la jeunesse.
    • Ces individus sont des ennemis, car ils veulent les mêmes terres.
  2. Celui, celle qui veut du mal à quelqu’un.
    • Bien, bien, ma cousine ! il y a deux façons de me servir : l’une en exterminant mes ennemis, l’autre en secourant mes amis. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre XI)
    • Le parti adverse est un parti de concussionnaires, d’ennemis du peuple, traîtres à la patrie, vendus à l’ennemi, à quelque parti que tu appartiennes […] — (Franc-Nohain [Maurice Étienne Legrand], Guide du bon sens, Éditions des Portiques, 1932)
    • En passant au large d’El-Kçar, nous vîmes au flanc des montagnes des Ahl Serif le camp de Raïssouli, qui mettait à la raison les derniers partisans de son ennemi mortel le caïd Er-Remiki. — (Frédéric Weisgerber, Au seuil du Maroc Moderne, Institut des Hautes Études Marocaines, Rabat : Les éditions de la porte, 1947, p. 241)
    • Et puis, je peux faire clamser nos ennemis, en piquant d’une certaine façon un crapaud que j’aurai baptisé au nom de la personne condamnée. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Pour le Chili du XIXe siècle, qui faisait l’expérience d’un début d’industrialisation, l’ennemi et le partenaire principal était l’Empire britannique. — (Armando Uribe, Le Livre noir de l’intervention américaine au Chili, traduction de Karine Berriot & Françoise Campo, Seuil, 1974)
  3. (Religion) (Absolument) (Au singulier) Le diable ; le démon. Souvent capitalisé en Ennemi.
  4. (Courant) (Absolument) (Au singulier ou au pluriel) Nation armée avec laquelle une autre nation est en guerre.
    • Tout ce qui sert votre ennemi vous nuit ; tout ce qui lui nuit vous sert. — (Machiavel, Maximes et pensées, traduction de Toussaint Guiraudet, Éditions André Silvaire, Paris, 1975)
    • Les reflets du couchant, le vent de la mer nous viennent aussi ce soir de chez nos ennemis, de l’Est, du Rhin. — (Jean Giraudoux, Retour d’Alsace – Août 1914, 1916)
    • La soudaine irruption d’un ennemi prêt à l’offensive n’eut d’autre effet immédiat sur New York que d’accroître sa véhémence habituelle. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 212 de l’éd. de 1921)
    • Passer à l’ennemi.
    • Repousser l’ennemi, les ennemis.
    • Mettre l’ennemi en fuite.
    • De nouvelles troupes qui n’ont pas encore vu l’ennemi.
  5. Personne, groupe de personnes ou sentiment intérieur contre qui ou contre quoi l'on combat.
    • Dominer une peur, c'est [...] envisager sa peur comme un adversaire à vaincre. [...] Le combat entre adversaires est loyal. Comme dans les arts martiaux, le but du combat est de faire grandir les adversaires. [...] Par contre, si je considère ma peur comme un ennemi, je cours un grand risque d'être vaincu. L'ennemi est sournois; il n'a pas les mêmes règles du jeu et je ne les connais d'ailleurs pas. Il ne s'annonce pas clairement et peut me surprendre par derrière. Je considère donc mon ennemi comme plus fort et plus rusé que moi. [...] Je n'ai pas confiance en moi face à cet ennemi et je sais qu'il m'aura par ses ruses. — (Robert Henckes, Au rendez-vous de Cana, éditions Fidélité, Namur, 1999, p. 151-152)
  6. (Figuré) C’est autant de pris sur l’ennemi : C’est toujours avoir obtenu quelque avantage, avoir tiré quelque parti d’une mauvaise affaire.
  7. Celui, celle qui éprouve de l’aversion pour des choses bonnes ou mauvaise, justes ou injustes.
    • Oui, nous nous avouons les ennemis de l’ordre, de cet ordre qui ne profite qu’à ceux qui, à force d’exploitation et de roueries, sont parvenus à empiler des millions dans leur coffre-fort. — (Virginie Barbet, dans le journal Égalité du 13 mars 1869 ; cité par Oscar Testut, L’Internationale, 1871)
    • Ennemi de toute violence.
  8. (Proverbial) Le mieux est l’ennemi du bien. → voir mieux

Adjectif

ennemi \ɛn.mi\

  1. S’emploie aussi comme adjectif dans plusieurs des sens indiqués.
    • Mais les assiégés ont contre-miné pour arrêter les progrès des mineurs ennemis et ont remparé la moitié de la barbacane restée debout. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • On leur parle de roumis ennemis. Ennemis ? Les musulmanes des douars kabyles n'ont jamais vu de roumis. Comment pourraient-elles les haïr ? — (Pierre Peytavin, Messaouda, Editions Edilivre, 2014, chap. 9)
    • Des peuples ennemis, ennemis l’un de l’autre.
    • Se précipiter dans les rangs ennemis.
    • Une terre, une nation ennemie.
    • Le chaud et le froid sont des qualités ennemies.
    • (Figuré) La fortune ennemie.
    • (Figuré) Les destins ennemis.
    • (Figuré) Les vents ennemis.
  2. (Peinture) Couleurs ennemies : Couleurs qui, par leur opposition, produisent un effet discordant.

Nom commun

ennemie \ɛn.mi\ féminin (pour un homme on dit : ennemi)

  1. Personne du sexe féminin qui nous est hostile.
    • On remarqua beaucoup, à Plassans, une série d’attaques dirigées par le fils contre les personnes que le père recevait chaque soir dans le fameux salon jaune. La richesse des Roudier et des Granoux exaspérait Aristide au point de lui faire perdre toute prudence. Poussé par ses aigreurs jalouses d’affamé, il s’était fait de la bourgeoisie une ennemie irréconciliable, lorsque l’arrivée d’Eugène et la façon dont il se comporta à Plassans vinrent le consterner. — (Émile Zola, La Fortune des Rougon, G. Charpentier, Paris, 1871, ch. III ; réédition 1879, p. 98)
    • Rô, qui faisait de la chair des pauvres gens qu’elle surprenait chaque jour, de coutumières ripailles, n’était pas seulement une redoutable ennemie, mais, douée par surcroît d’une subtile intelligence et d’une perversion inexplicable, elle savait tendre aux riverains de la côte, pièges et trébuchets, afin qu’y tombassent les imprudents égarés loin du bourg, les indigentes glaneuses de coquilles revenant de la marée, le bissac rempli de palourdes, sourdons, crabes, pétoncles et autres menues proies que leur dispensait à son reflux l’éternelle nourricière des besogneux pour qui le pain est toujours amer. — (Henri Mériot, Les Belles Légendes de Saintonge, La Découvrance éditions, page 72)

Forme d’adjectif

ennemie \ɛn.mi\

  1. Féminin singulier de ennemi.
    • On fait des lits de fumier d’un demi-pied d’épaisseur, on y met dessus deux pouces de chaux vive bien menuisée; remettre un lit de fumier, et successivement un lit de chaux de la même épaisseur jusqu’à la hauteur de deux pieds à trente pouces; il s’établit alors une nouvelle fermentation par la médiation de la chaux, dont toutes les molécules se combinent avec les huiles et les sels des fumiers, elles se neutralisent mutuellement, et sont alors dans l’état propre de la fertilisation; car il est bien reconnu qu’il n’y a que les corps neutres qui soient fertilisant, parce que, loin de tendre à la fermentation qui est ennemie de toute organisation, ils tendent au contraire à se valabiliser, et que c’est l’état où les composés matériels sont le plus prochainement disposés à s’agréger et à exercer leurs affinités. — (Travail de l’année 1804 de la Société d’agriculture des propriétaires de l’arrondissement de Villefranche, département du Rhône, 1805)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENNEMI, IE. n.
Celui, celle qui veut du mal à quelqu'un. Ennemi déclaré. Ennemi juré, mortel. Ennemi de l'État, de la patrie. Se déclarer ennemi de quelqu'un. Se faire un ennemi, des ennemis. Ennemis politiques. Ennemis littéraires. Par extension, Le chat est ennemi de la souris. L'eau et le feu sont ennemis. Dans le style de la Chaire, L'ennemi du genre humain, ou, absolument, L'ennemi, Le diable, le démon. Il se dit très souvent absolument, soit au singulier, soit au pluriel, de la Nation armée avec laquelle une autre nation est en guerre. Devant l'ennemi. À la vue, à l'approche de l'ennemi. Tomber entre les mains des ennemis. Passer à l'ennemi. Repousser l'ennemi, les ennemis. Mettre l'ennemi en fuite. De nouvelles troupes qui n'ont pas encore vu l'ennemi. Fig., C'est autant de pris sur l'ennemi, C'est toujours avoir obtenu quelque avantage, avoir tiré quelque parti d'une mauvaise affaire. Il se dit aussi de Celui, de celle qui éprouve de l'aversion pour des choses bonnes ou mauvaise, justes ou injustes. Ennemi de toute violence. Ennemi des procès. Ennemi des cérémonies. Ennemi du repos. Ennemi de la société. Prov., Le mieux est l'ennemi du bien. Voyez MIEUX. Il s'emploie aussi comme adjectif dans plusieurs des sens indiqués. Des peuples ennemis, ennemis l'un de l'autre. L'armée ennemie. Se précipiter dans les rangs ennemis. Une terre, une nation ennemie. En pays ennemi. Le chaud et le froid sont des qualités ennemies. Figurément, La fortune ennemie. Les destins ennemis. Les vents ennemis. En termes de Peinture, Couleurs ennemies, Couleurs qui, par leur opposition, produisent un effet discordant.

Littré (1872-1877)

ENNEMI (è-ne-mi, mie ; du temps de Chifflet, Gramm. p. 192, la prononciation annemi était reçue à côté de l'autre) s. m.
  • 1Celui, celle qui hait quelqu'un, et cherche toutes les occasions de lui nuire. Un ennemi déclaré. Ennemi mortel, irréconciliable. Lorsque l'on veut choquer un puissant ennemi, Tristan, Mariane, IV, 1. Tu fus mon ennemi même avant que de naître, Corneille, Cinna, v, 1. Ô soupirs ! ô respect ! ô qu'il est doux de plaindre Le sort d'un ennemi quand il n'est plus à craindre ! Corneille, Pomp. v, 1. Il est doux de périr après ses ennemis, Corneille, Rodog. v, 1. L'ennemi qui flatte est le plus dangereux, Corneille, Théodore, IV, 1. Si votre ennemi a faim, donnez-lui à manger ; s'il a soif, donnez-lui de l'eau à boire, Sacy, Bible, Prov. de Salomon, XXV, 21. Le plus fier ennemi, quelque ardeur qui l'enflamme…, Rotrou, Hercule mour. I, 4. Notre ennemi, c'est notre maître, Je vous le dis en bon français, La Fontaine, Fabl. VI, 8. Entre nos ennemis Les plus à craindre sont souvent les plus petits, La Fontaine, ib. II, 9. Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi, La Fontaine, ib. VIII, 10. Venez voir à vos pieds tomber vos ennemis, Racine, Athal. v, 4. Ne craignez plus ; votre ennemie expire, Racine, Baj. v, 10. Vivre avec ses ennemis comme s'ils devaient un jour être nos amis, et vivre avec nos amis comme s'ils pouvaient devenir nos ennemis, n'est ni selon la nature humaine ni selon les règles de l'amitié, La Bruyère, IV. Un ennemi nuit plus que cent amis ne servent, Lamotte, Fabl. v, 4. Ma manière d'agir, ma critique et mes ris M'attireraient bientôt un monde d'ennemis, Regnard, Démocr. I, 6. Votre père et moi, je l'avoue, nous avons été longtemps ennemis l'un de l'autre, Fénelon, Tél. X. Un ennemi, dit un célèbre auteur, Est un soigneux et docte précepteur, Fâcheux parfois, mais toujours salutaire Et qui nous sert sans gage ni salaire, Rousseau J.-B. Épît. II, 4. Lorsqu'on dit d'un homme qu'il a des ennemis, il faut, avant de le juger, bien regarder s'il a mérité d'en avoir, Marmontel, Mém. VII. J'ai des ennemis, mais je ne hais personne, Genlis, Théât. d'éduc. Ennem. génér. I, 5.

    Un ennemi juré, celui qui a fait comme le serment de haïr quelqu'un. Ils sont ennemis jurés.

    Se faire des ennemis, donner lieu à beaucoup de gens de nous en vouloir.

    Un ennemi de Dieu, un impie. Hélas ! si, pour venger l'opprobre d'Israël, Nos mains ne peuvent pas, comme autrefois Jahel, Des ennemis de Dieu percer la tête impie, Nous lui pouvons du moins immoler notre vie, Racine, Athal. III, 7.

    Un ennemi de l'État, un séditieux, un agent de trouble.

    Être ennemi de soi-même, nuire à ses propres intérêts. Non, Cléone, il n'est point ennemi de lui-même, Racine, Andr. III, 3. Quel caprice vous rend ennemi de vous-même ? Racine, Bérén. I, 3. Elle serait bien ennemie d'elle-même, si elle ne le croyait pas, Dancourt, la Folle enchère, sc. 4.

    Familièrement. Ennemi de nature, celui qui s'oppose à ce que la nature demande ou pour soi ou pour les autres.

    Fig. Ainsi donc, philosophe à la raison soumis, Mes défauts désormais sont mes seuls ennemis, Boileau, Épît. v. Et ses heureux vaisseaux N'eurent plus d'ennemis que les vents et les eaux, Racine, Mithr. I, 1.

  • 2L'ennemi du genre humain, et, absolument, l'ennemi, le démon. S'il arrivait qu'à la mort l'ennemi eût quelque prétention sur vous, Pascal, Prov. 9. C'est là que se forgent ces traits de feu, selon les termes de l'apôtre, dont l'ennemi se sert pour allumer les passions dans ces âmes vaines qui sont les idoles du monde, et dont le monde lui-même est l'idole, Fléchier, Mar.-Thér.

    Fig. Il a été bien tenté de l'ennemi, se dit d'un homme qui a fait quelque mauvaise action.

  • 3 Par extension, ennemi se dit pour signifier ce qui nous est utile ou même nous plaît, en le considérant par le seul côté où il nous nuit ou nous déplaît ; ainsi l'amante est l'ennemie de l'amant, parce qu'elle ne cède pas à ses désirs, etc. Fuyez un ennemi qui blesse par la vue, Et dont le coup mortel vous plaît quand il vous tue, Corneille, Poly. I, 1. Hippolyte, en partant, fuit une autre ennemie ; Je fuis, je l'avouerai, cette jeune Aricie, Racine, Phèd. I, 1.

    S. f. Par antiphrase. Une femme qu'on aime et qui oppose des rigueurs. Une belle ennemie. Vers ma belle ennemie Portons sans bruit nos pas, Et ne réveillons pas Sa rigueur endormie, Molière, Am. magnif. 3e interm. sc. 4.

  • 4 Terme de guerre. Les gens, l'armée, la nation contre laquelle on combat. L'ennemi est en forces. Marcher à l'ennemi. Battre, repousser l'ennemi, les ennemis. Après vous avoir ouï condamner la conduite de nos officiers par les événements et vous avoir vu triompher des victoires de nos ennemis, Voiture, Lett. 74. À quelque heure et de quelque côté que viennent les ennemis, ils le trouvent toujours sur ses gardes, toujours prêt à fondre sur eux et à prendre ses avantages, Bossuet, Louis de Bourbon. Et qui peut dissiper Tous les flots d'ennemis prêts à l'envelopper ? Racine, Iphig. v, 3. Annibal fugitif cherchait au peuple romain un ennemi par tout l'univers, Montesquieu, Goût, curiosité. Nos soldats [à Moscou] rencontraient ces vaincus sans animosité, soit qu'ils crussent la guerre finie, soit insouciance ou pitié et que, hors du combat, le Français se plaise à n'avoir plus d'ennemis, Ségur, Hist. de Nap. VIII, 8.

    Passer à l'ennemi, déserter et prendre service chez l'ennemi ; et fig. quitter un parti et se mettre avec ses adversaires.

  • 5 Terme d'astrologie. Maison des ennemis, le douzième signe du zodiaque.
  • 6Il se dit des animaux. Le chat est ennemi de la souris.
  • 7 Par extension, celui, celle qui a de l'aversion, de l'éloignement pour certaines choses. Ennemi des procès. Ennemi de la contrainte. Ennemi du bon sens. Les habitants étaient trop ennemis du travail, Fénelon, Tél. IV. J'étais trop ennemi des affaires et trop inappliqué, Fénelon, ib. XII. Matta n'était point ennemi de la galanterie, Hamilton, Gramm. 4.
  • 8Il se dit des choses qui sont opposées. Cette herbe est ennemie de la vigne. L'eau et le feu sont ennemis. L'orgueil est l'ennemi des vertus. La raison et l'amour sont ennemis jurés, Corneille, la Veuve, II, 3. La médisance est l'ennemi le plus mortel de la charité, Bourdaloue, 11e dim. après la Pent. Dominic. t. III, p. 247.
  • 9 Adj. Hostile. Des peuples ennemis. L'armée ennemie. [Elle] ne redoutera point de puissance ennemie, Corneille, Sertor. II, 1. [Aucuns] qui ne vous aient été moins ennemis que lui, Rotrou, Bél. IV, 6. Elle m'a fatigué de ce nom ennemi, Racine, Brit. IV, 5. Mais je ne vois partout que des yeux ennemis, Racine, Iphig. II, 7.

    Qui hait. Et ma bouche et mes yeux du mensonge ennemis, Racine, Baj. II, 5.

    Contraire. Ô rage, ô désespoir, ô vieillesse ennemie ! Corneille, Cid, I, 8. Quelque peu qu'on lui dise, on craint de lui trop dire, à peine on se hasarde à jurer qu'on l'admire ; Et, pour apprivoiser ce respect ennemi, Il faut qu'en dépit d'elle elle s'offre à demi, Corneille, Tite et Bér. I, 3. De peur que cette voix des destins ennemis Ne fût aussi funeste à la fille qu'au fils, Corneille, Œdipe, II, 3. Les qualités excessives nous sont ennemies et non pas sensibles ; nous ne les sentons pas, nous les souffrons, Pascal, Pensées, part. I, art. 4. Qu'il soit comme le fruit en naissant arraché, Et qu'un souffle ennemi dans sa fleur a séché, Racine, Athal. I, 2. Je fuis ; ainsi le veut la fortune ennemie, Racine, Mithr. III, 1.

    Astre ennemi, se dit, par une métaphore tirée de l'astrologie, d'une influence malfaisante, d'un destin funeste. Sous quel astre ennemi faut-il que je sois née ? Racine, Mithr. I, 2. Des astres ennemis j'en crains moins le courroux, Racine, Esther, II, 7.

    Terme de peinture. Des couleurs ennemies, couleurs qui ne s'assortissent pas.

    En un autre sens, couleurs qui, mêlées ensemble sur la palette ou sur la toile, se détruisent l'une l'autre matériellement et en peu de temps.

    Pôles ennemis, les pôles qui se repoussent, en parlant des aimants.

PROVERBES

Le mieux est l'ennemi du bien, on gâte souvent ce qu'on cherche trop à améliorer.

Plus de morts, moins d'ennemis.

C'est autant de pris sur l'ennemi, se dit quand on a attrapé quelque chose à celui qui, nous devant, ne nous paye pas, ou quand on a retiré quelque chose d'une mauvaise affaire. Mais bien que la douleur honore, Que servira d'avoir gémi ? Puisqu'ici nous rions encore, Autant de pris sur l'ennemi, Béranger, Dernière chans.

Amis au prêter, ennemis au rendre, c'est-à-dire qu'on se brouille quand celui qui a prêté de l'argent le redemande.

Il n'y a point de petit ennemi.

HISTORIQUE

Xe s. Voldrent la veintre li Deo inimi [les ennemis de Dieu], Eulalie.

XIe s. Li reis Marsile est moult mis enemis, Ch. de Rol. X.

XIIe s. Car à vos els [yeux] veez les enemis, Ronc. p. 56. Car qui ce tolt [ravit] dont [il] ne peut faire don, Il en conquiert [s'en fait] enemis et melée, Couci, VI. S'or i laissons [en la Terre sainte] nos ennemis mortieus [mortels], à tousjours mais ert [sera] nostre vie honteuse, Quesnes, Romanc. p. 95. Il a plus d'anemis que lievres en essart [en lande], Sax. XXIX.

XIIIe s. Li rois de Hungrie, qui anemis estoit à ceus de l'ost, Villehardouin, LVI. Ne soufrez qu'anemy [le diable] ait sus moi poesté, Berte, XLV. Envie est de tel cruauté Qu'ele ne porte leauté à compaignon ne à compaigne ; N'ele n'a parent, tant li tiengne, à cui el ne soit anemie, la Rose, 252.

XIVe s. Envoier vous y fault et mander par escrips, Pour savoir s'il voldra estre nos anemis, Guesclin. 9896. Et on dit adès : biaux amis, De plus d'amis mains [moins] d'anemis, Machaut, p. 116.

XVe s. Leur avoit esté grand ennemi, Froissart, I, I, 134. Puis Pise et Florence avaient esté trois cens ans ennemies, avant que Florentins la conquissent, Commines, VIII, 3. Annemy ne dort, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 239.

XVIe s. Le Veronois, terre ennemie [des Venitiens], Montaigne, I, 14. Cette practique, ennemie de leur style ancien, Montaigne, I, 23. Je suis ennemy des actions subtiles et feintes, Montaigne, I, 96. Ennemy juré de…, Montaigne, I, 103. De son ennemy reconconcilié il se faut garder, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 287.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ENNEMI. Ajoutez : - REM. La Fontaine a dit ennemi à : … Notre étourdie Aveuglément se va fourrer Chez une autre belette aux oiseaux ennemie, Fabl. II, 5. C'est une bonne tournure employée aussi par Pascal (voy. ENNEMI, au n° 9).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ENNEMI, s. m. (Droit des Gens.) celui qui nous fait la guerre, ou à qui nous la faisons, en conséquence d’un ordre du souverain. Tous les autres contre qui on prend les armes, sont qualifiés de brigands, de voleurs, ou de corsaires. Au reste on ne regarde pas seulement comme ennemis ceux qui nous attaquent actuellement sur mer ou sur terre, mais encore ceux qui font des préparatifs pour venir nous attaquer, & qui dressent des batteries contre nos ports, nos villes, & nos citadelles, quoiqu’ils ne soient pas encore aux mains avec nous.

Il est certain que l’on peut tuer innocemment un ennemi ; je dis innocemment, tant selon la justice extérieure de toutes les nations, que selon la justice intérieure & les lois de la conscience. En effet, le but de la guerre veut de nécessité que l’on ait ce pouvoir ; autrement ce seroit envain que l’on prendroit les armes, & que les lois de la nature le permettroient.

Mais le pouvoir de tuer l’ennemi s’étend-il sur tous les sujets de cet ennemi, sur les vieillards, les femmes, les enfans… ? Dans les cas où il est permis d’ôter la vie à un ennemi, peut-on employer indifféremment toutes sortes de moyens, le fer, le feu, la ruse, le poison… ? Peut-on profiter du ministere d’un traître pour se défaire de notre ennemi, lorsque… ?

Je frémis ; & pour couper court à toutes ces questions & à d’autres semblables, je réponds en général & en particulier, que l’on ne sauroit trop limiter, trop adoucir les droits cruels de la guerre ; je réponds, dis-je, que l’on ne sauroit trop inspirer, ni étendre trop loin les principes de la modération, de l’honneur, de la générosité, & si l’on peut parler ainsi, de l’humanité même dans les propres actes d’hostilité, que les usages de la guerre les plus reçus paroissent autoriser.

A l’égard des vieillards, des femmes, & des enfans, loin que le droit de la guerre exige que l’on pousse la barbarie jusqu’à les tuer, c’est une pure cruauté, une atrocité d’en user ainsi ; même lorsque le feu de l’action emporte le soldat, pour ainsi dire, malgré lui à commettre des actions d’inhumanité ; comme, par exemple, dans le dernier assaut à la prise d’une ville, qui par sa résistance a extrèmement irrité les troupes.

Je dis plus : le droit des gens est fondé sur ce principe, que les diverses nations doivent se faire dans la paix autant de bien, & dans la guerre le moins de mal qu’il est possible, sans nuire à leurs véritables intérêts : c’est pourquoi, tant qu’on peut l’éviter, les lois même de la guerre demandent que l’on s’abstienne du carnage, & que l’on ne répande pas du sang sans une pressante nécessité. L’on ne doit donc jamais ôter la vie à ceux qui demandent quartier, à ceux qui se rendent, à ceux qui ne sont ni d’un âge ni d’une profession à porter les armes, & qui n’ont d’autre part à la guerre que de se trouver dans le pays ou le parti ennemi. En un mot le droit de la guerre ne va pas au-delà de notre propre conservation. Un état fait la guerre, parce que sa conservation est juste ; mais nous n’avons plus de droit de tuer, dès que nous ne sommes plus dans le cas de la défense naturelle & de notre propre conservation vis-à-vis de l’ennemi.

L’on comprend à plus forte raison que les droits de la guerre ne s’étendent pas jusqu’à autoriser ni à souffrir les outrages contre l’honneur des femmes : car outre qu’un tel attentat ne fait rien ni à notre conservation, ni à notre défense, ni à notre sûreté, ni au maintien de nos droits, il révolte la nature & ne peut servir qu’à satisfaire la brutalité du soldat, qu’il faut au contraire réprimer & punir très-severement.

Qu’on ne s’imagine pas aussi que les moyens d’ôter la vie à l’ennemi soient indifférens. Les coûtumes reçûes chez les peuples civilisés, regardent comme une execrable lâcheté, non-seulement de faire donner à l’ennemi quelque breuvage mortel, mais d’empoisonner les sources, les fontaines, les puits, les fleches, les épées, les dards, les balles, & toutes autres especes d’armes. Les nations qui se sont piquées de générosité, ne se sont point écartées de ces sortes de maximes. On sait que les consuls romains, dans une lettre qu’ils écrivirent à Pyrrhus, lui marquerent qu’il étoit de l’intérêt de tous les peuples qu’on ne donnât point d’exemples différens de ceux qu’ils pratiquoient à son égard.

C’est une convention tacite dont l’intérêt des deux partis exige également l’observation ; ce sont de justes assûrances que les hommes se doivent respectivement pour leur propre intérêt ; & certainement il est de l’avantage commun du genre humain que les périls ne s’augmentent pas à l’infini.

Ainsi pour ce qui regarde la voie de l’assassinat, facile à exécuter par l’occasion d’un traître, je ne dis pas qu’on suborneroit, mais qui viendroit s’offrir de lui-même par haine, par espérance de sa fortune, par fanatisme, ou par tout autre motif possible ; aucun homme, aucun souverain, qui aura la conscience un peu délicate, n’embrassera cette indigne ressource, quelque avantage qu’il puisse s’en promettre. L’état d’hostilité qui dispense du commerce des bons offices, & qui autorise à nuire, ne rompt pas pour cela tout lien d’humanité, & n’empêche point qu’on ne doive éviter de donner lieu à quelque mauvaise action de l’ennemi, ou de quelqu’un des siens. Or un traître commet sans contredit une action également honteuse & criminelle, à laquelle il n’est pas permis de condescendre.

Il n’est pas plus permis de manquer de foi à un ennemi :

Optimus ille
Militiæ, cui postremum est, primumque tueri
Inter bella fidem. Punic. lib. XIV. v. 169.


C’est-à-dire « le guerrier qui est homme de bien, n’a rien tant à cœur que de garder religieusement sa parole à l’ennemi ». Belle sentence de Silius Italicus, écrivain de mérite, & digne consul de Rome !

D’ailleurs, suivant la remarque de Cicéron, tout le monde chérit cette disposition d’esprit qui porte à garder la foi, lors même qu’on trouveroit son avantage à y manquer. N’y a-t-il pas entre les ennemis, quels qu’ils soient, une société établie par la nature ? N’est-ce pas de cette société fondée sur la raison & la faculté de parler qui sont communes à tous les humains, que résulte l’obligation inaltérable de tenir les promesses qu’ils se sont faites ? C’est la foi publique, dit Quintilien, qui procure à deux ennemis, pendant qu’ils ont encore les armes à la main, le doux repos d’une treve : c’est elle qui assure aux villes rendues les droits qu’elles se sont reservés : enfin c’est elle qui est le lien le plus ferme & le plus sacré qui soit parmi les hommes.

Voilà ce que je crois d’essentiel à observer touchant les bornes qu’il faut mettre aux droits de la guerre sur les personnes des ennemis ; & quant à ce qui regarde leurs biens, j’en ai parlé au mot Dégat. Ce sont les mêmes principes d’humanité & de raisons d’intérêt, qui doivent conduire les hommes à ces deux égards ; s’ils violent ces principes sans pudeur & sans remords, tout est perdu ; les représailles seront affreuses, les cris & les gémissemens se perpétueront de race en race, & des flots de sang inonderont la terre. Article de M. le Chevalier de Jaucourt.

Ennemi, en Peinture ; on appelle couleurs ennemies, celles qui s’accordent mal & qui ne peuvent subsister ensemble sans offenser la vûe, ou sans se détruire en très-peu de tems. Le bleu & le vermillon sont des couleurs ennemies ; leur mêlange produit une couleur aigre, rude, & desagréable.

Les habiles peintres se font quelquefois un jeu de vaincre les difficultés qu’on prétend résulter de l’association des couleurs ennemies : ce qui seroit chez les ignorans une témérité, qui ne produiroit que des effets maussades, devient chez les habiles une hardiesse louable, qui n’enfante que des prodiges. Dictionn. de Peint. (R)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ennemi »

Berry, hinnemi, innemi, annemin ; provenç. enemic ; catal. enemig ; espagn. enemigo ; portug. inimigo ; ital. nemico ; du latin inimicus, de in, négatif, et amicus, ami.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(1080) Du latin inimīcus, construit à partir du préfixe privatif in- et de amicus (« ami », à partir de la racine amare, « aimer »). Sous l’influence du préfixe, le a se ferme de deux degrés et devient i (apophonie), enemi en ancien français, inimi au Xe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « ennemi »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ennemi ɛnmi

Évolution historique de l’usage du mot « ennemi »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ennemi »

  • Chacun est l'ennemi de soi-même. De Anacharsis
  • Pour tromper un rival, l'artifice est permis, On peut tout employer contre ses ennemis. Armand Jean du Plessis, cardinal de Richelieu, Les Tuileries
  • L'ennemi mortel de l'âme c'est l'usure des jours. Romain Rolland, Jean-Christophe, l'Adolescent , Albin Michel
  • [Vitellius] osa affirmer que l'odeur d'un ennemi tué est très agréable, surtout quand c'est un concitoyen. Suétone en latin Caius Suetonius Tranquillus, Vies des douze Césars, Vitellius, X
  • https://www.capital.fr/economie-politique/avec-alain-griset-uber-a-un-farouche-ennemi-au-gouvernement-1374779 Capital.fr, Avec Alain Griset, Uber a un farouche ennemi au gouvernement - Capital.fr
  • De leurs ennemis les sages apprennent bien des choses. Aristophane, Les Oiseaux, 375 (traduction H. Van Daële)
  • À moi, Auvergne, ce sont les ennemis ! Louis, chevalier d'Assas,
  • Les ennemis des entrepreneurs sont en premier lieu le code du travail et certains syndicats qui ont un pouvoir de nuisance intolérable. Au point de mettre en péril l'existence même des entreprises. Le Figaro.fr, L'attentisme, ennemi numéro un des entrepreneurs
  • Le corps d'un ennemi mort sent toujours bon. Aulus Vitellius,
  • Nous faisons nos amis, nous faisons nos ennemis ; mais Dieu fait notre voisin. Gilbert Keith Chesterton, Heretics, XIV
  • Les avions de l’ennemi, dessins top-secret de la Seconde Guerre mondiale, par Donald Nijboer, Ysec-Éditions. Prix : 36 €. ISBN : 978-2-846-73335-9. Aerobuzz, Les avions de l'ennemi - Aerobuzz
  • On juge un homme sur ses ennemis aussi bien que sur ses amis. Józef Konrad Korzeniowski, dit Joseph Conrad, Lord Jim, 34
  • Un flatteur est un ennemi secret. De Proverbe magyar
  • Les amis ne sont rien d'autre que les ennemis avec lesquels nous avons conclu un armistice, qui n'est pas toujours honnêtement observé. Giovanni Papini, Le Sac de l'ogre Il Sacco dell'orco
  • Le désir est notre plus vivace ennemi. De Hazrat Ali
  • Ami au prêter, ennemi au rendre. De Antoine Loisel / Institutes coutumières
  • Notre ennemi ne nous quitte jamais, parce que notre ennemi, c’est nous-mêmes. De Proverbe espagnol
  • Un ennemi invisible est pire qu'un ennemi qu'on voit. De Roch Carrier / De l'amour dans la ferraille.
  • On nous réconcilia : nous nous embrassâmes, et depuis ce temps-là nous sommes ennemis mortels. Alain René Lesage, Le Diable boiteux
  • Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé. De Nelson Mandela / Un Long Chemin vers la liberté
  • Il n’est pire ennemi que ses proches. De Proverbe français
  • Le cadavre d’un ennemi sent toujours bon. De Vitellius
  • Il est urgent de se souvenir d’eux, de leurs combats, et de prendre la pleine mesure dans notre présent de cette phrase terrible : « Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté. Et cet ennemi n’a pas fini de triompher. » Club de Mediapart, «Si l’ennemi triomphe, même les morts ne seront pas en sûreté…» | Le Club de Mediapart
  • J'aurais cru que la gloire de pardonner à ses ennemis valait bien l'honneur de les haïr toujours. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, Le Triomphe de l'amour, III, 3
  • Vivent mes ennemis ! Eux du moins ne peuvent pas me trahir. Henry Millon de Montherlant, Malatesta, I, 8, Malatesta , Gallimard
  • Les vrais ennemis de la société ne sont pas ceux qu'elle exploite ou tyrannise, ce sont ceux qu'elle humilie. Georges Bernanos, Nous autres Français, Gallimard
  • Nos vrais ennemis sont en nous-mêmes. Jacques Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Marie-Thérèse d'Autriche, reine de France
  • Rome, si tu te plains que c'est là te trahir, Fais-toi des ennemis que je puisse haïr. Pierre Corneille, Horace, I, 1, Sabine
  • Ô soupirs ! Ô respect ! Oh qu'il est doux de plaindre Le sort d'un ennemi quand il n'est plus à craindre ! Pierre Corneille, La Mort de Pompée, V, 1, Cornélie
  • Fuyez un ennemi qui sait votre défaut. Pierre Corneille, Polyeucte, I, 1, Néarque
  • Je n'ai plus d'ennemis quand ils sont malheureux. Victor Hugo, L'Année terrible
  • Ami est quelquefois un mot vide de sens, ennemi, jamais. Victor Hugo, Tas de pierres, Éditions Milieu du monde
  • […] entre nos ennemis Les plus à craindre sont souvent les plus petits. Jean de La Fontaine, Fables, le Lion et le Moucheron
  • Rien n'est si dangereux qu'un ignorant ami ; Mieux vaudrait un sage ennemi. Jean de La Fontaine, Fables, l'Ours et l'Amateur des jardins
  • Notre Ennemi, c'est notre Maître : Je vous le dis en bon françois. Jean de La Fontaine, Fables, le Vieillard et l'Âne
  • À l'ennemi qui résiste il faut se montrer superbe, et après qu'il est vaincu il est honnête d'user d'humanité. François de La Noue dit Bras de Fer, Discours politiques et militaires
  • On ne se peut consoler d'être trompé par ses ennemis et trahi par ses amis, et l'on est souvent satisfait de l'être par soi-même. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Si tu vaincs un ennemi, il sera toujours ton ennemi. Si tu convaincs un ennemi, il deviendra ton ami. De Morihei Ueshiba
  • Perdre un ennemi est une grande perte. De Christine de Suède
  • Présent d'ennemi, présent de malheur. De Sophocle / Ajax
  • Ami au prendre, ennemi au rendre. De Proverbe français
  • Ça y est, nous y sommes, le dernier défi de cette mission de renseignement Chasser l'ennemi de Call of Duty : Warzone ! Vous allez devoir utiliser le dernier indice trouvé sur le tableau blanc pour terminer cette mission et tenter d'y voir plus clair. Jeuxvideo.com, Call of Duty Warzone, saison 4, mission de renseignement Chasser l'ennemi : L'ennemi compte prendre le train, notre guide - Actualités - jeuxvideo.com
  • [Vitellius] osa affirmer que l'odeur d'un ennemi tué est très agréable, surtout quand c'est un concitoyen. Suétone en latin Caius Suetonius Tranquillus, Vies des douze Césars, Vitellius, X
  • À l'ennemi qui résiste il faut se montrer superbe, et après qu'il est vaincu il est honnête d'user d'humanité. François de La Noue dit Bras de Fer, Discours politiques et militaires
  • […] entre nos ennemis Les plus à craindre sont souvent les plus petits. Jean de La Fontaine, Fables, le Lion et le Moucheron
  • Fuyez un ennemi qui sait votre défaut. Pierre Corneille, Polyeucte, I, 1, Néarque
  • Ô soupirs ! Ô respect ! Oh qu'il est doux de plaindre Le sort d'un ennemi quand il n'est plus à craindre ! Pierre Corneille, La Mort de Pompée, V, 1, Cornélie
  • Nos vrais ennemis sont en nous-mêmes. Jacques Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Marie-Thérèse d'Autriche, reine de France
  • Pour l’atteindre, Grant ne lésina pas sur les moyens. Il fit réaliser des travaux herculéens dans cette région marécageuse : cinq voies navigables furent creusées pour conduire les navires jusqu’au fleuve Mississippi. Le 16 avril, il parvint, avec 17 000 hommes, à établir une tête de pont sur la rive gauche, coupant ainsi les lignes de ravitaillement ennemies. Les Confédérés se réfugièrent alors à Vicksburg, forteresse naturelle. Situées sur une haute falaise, ses fortifications s’étiraient sur 10 kilomètres. La citadelle possédait tout l’attirail pour résister à un assaut : nids d’artillerie, fortins, tranchées… Mais Grant n’en eut cure. Pendant trois jours de suite, il envoya 3 000 de ses hommes au casse-pipe en leur demandant d’attaquer de front les palissades ennemies. Pris sous un déluge de feu, ils tombèrent comme des mouches. Une scène terrible que l’on peut voir en page 5 de L’Oreille de Lincoln. «Misère, quel carnage !» se lamente Blutch en voyant les cadavres de ses frères d’armes. Geo.fr, Les grandes batailles de la guerre de Sécession (3/3) : à Vicksburg, une guerre de nerfs et de tranchées - Geo.fr
  • EXCLUSIF - La culpabilité est l’ennemie de notre santé. Dans un ouvrage, l’ancien chef du service oncologie de la Pitié-Salpêtrière brise de nombreuses idées reçues et invite à une reprise en main positive et responsable de notre santé. Entretien et extraits. LEFIGARO, Manger, boire, se faire plaisir… Si on arrêtait de se priver? Le plaidoyer de David Khayat pour un retour à l’art de vivre
  • J'aurais cru que la gloire de pardonner à ses ennemis valait bien l'honneur de les haïr toujours. Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, Le Triomphe de l'amour, III, 3
  • Les appels au boycott des produits français se poursuivent dans les pays musulmans. Plus de 40 000 personnes ont défilé, mardi, au Bangladesh, accusant la France d'être "l'ennemie des musulmans". France 24, Bangladesh : des dizaines de milliers de manifestants contre la France "ennemie des musulmans"
  • Avec son régiment, il participe en 1823 à la campagne d’Espagne. Il est cité à l’Ordre de l’Armée, pour avoir le 21 août 1823, à la tête de 10 compagnies de son régiment « culbuté une colonne ennemie forte d’environ 1.800 hommes » à Astafulla, sous Tarragone. Il reçoit, à cette occasion, la croix de Chevalier de l’Ordre de Saint Ferdinand et est promu Commandeur de l’Ordre de la Légion d’Honneur. millavois.com, Marin puis fantassin, le Millavois Henry de Thilorier est devenu général
  • Aujourd’hui, la pire ennemie de Maeva Ghennam s’en est donné à coeur joie pour la démonter. En effet, comme vous le savez probablement déjà, une énorme polémique a éclaté sur la toile. Hier, Maeva Ghennam a accusé le mari de Jazz d’adultère. Selon la marseillaise, il aurait plusieurs maitresses à Dubaï. Et l’une d’elle serait une de ses amies… Maeva n’a pas hésité à partager publiquement des captures écrans compromettantes pour Laurent. Et une énorme guerre a éclaté sur les réseaux sociaux. Il y a quelques heures, le mari de Jazz a pris la parole pour reconnaître ses fautes. Le rappeur Sisik a lui aussi tenu à mettre les points sur les i. En effet, afin de protéger son ami, il a forcé Maeva à retirer ses photos en la menaçant de partager une sextape d’elle. Le jeune homme n’a aucune vidéo en sa possession, il s’agissait simplement d’une tactique pour manipuler Maeva. Mais cela a continué d’attiser la polémique sur les réseaux sociaux. Et ce soir, c’est Maya Niiya qui a démonté de façon très violente son ennemie Maeva. NextPlz, Maeva Ghennam : Elle se fait démonter par Maya Niiya suite aux histoires avec Jazz ! - NextPlz
  • À moi, Auvergne, ce sont les ennemis ! Louis, chevalier d'Assas,
  • De leurs ennemis les sages apprennent bien des choses. Aristophane, Les Oiseaux, 375 (traduction H. Van Daële)
  • L'ennemi mortel de l'âme c'est l'usure des jours. Romain Rolland, Jean-Christophe, l'Adolescent , Albin Michel
  • Pour tromper un rival, l'artifice est permis, On peut tout employer contre ses ennemis. Armand Jean du Plessis, cardinal de Richelieu, Les Tuileries

Traductions du mot « ennemi »

Langue Traduction
Anglais enemy
Espagnol enemigo
Italien nemico
Allemand feind
Chinois 敌人
Arabe العدو
Portugais inimigo
Russe враг
Japonais
Basque etsaia
Corse nemicu
Source : Google Translate API

Synonymes de « ennemi »

Source : synonymes de ennemi sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « ennemi »

Ennemi

Retour au sommaire ➦

Partager