La langue française

Adepte

Sommaire

  • Définitions du mot adepte
  • Étymologie de « adepte »
  • Phonétique de « adepte »
  • Évolution historique de l’usage du mot « adepte »
  • Citations contenant le mot « adepte »
  • Traductions du mot « adepte »
  • Synonymes de « adepte »
  • Antonymes de « adepte »

Définitions du mot adepte

Trésor de la Langue Française informatisé

ADEPTE, subst. et adj.

I.− Emploi subst.
A.− ALCHIM. Alchimiste réputé parvenu au grand œuvre (cf. ex. de adeptat).
P. ext., vieilli.
a) ,,Personne initiée à l'alchimie.`` (Lar. 20e).
b) Personne initiée à une doctrine ésotérique, aux secrets d'un art; membre d'une société secrète :
1. Cela passe mes connaissances; je ne suis pas un adepte. Ac.1835-1932.
2. ... le gros public s'est mis à s'empêtrer dans l'antique et dans l'exotique. Le faux goût de l'exotique et du bizarre a pénétré dans le domaine musical; (...) Mais ce n'est pas cela qui fait les adeptes et les prosélytes fanatiques. C. Saint-saëns, Harmonie et mélodie,1885, p. 310.
3. On voit, en somme, se répandre, et presque se vulgariser, au xviiiesiècle, toutes les variétés normales ou dégénérescentes qu'engendre le désir d'en savoir plus qu'on ne peut savoir. Les adeptes se multiplient; l'initié foisonne; le charlatan abonde. Le rôle social et politique de l'occulte devient immense. P. Valéry, Variété 5,1944, p. 266.
4. Des recherches parfaitement pertinentes et sagaces ont montré Nerval attiré par le magnétisme, la magie noire, l'illuminisme, la gnose, calculant selon l'arithmosophie et le symbolisme astrologique, pénétrant les arcanes des tarots et les significations alchimiques. Il a bien fallu conclure pourtant que, même s'il a été maçon, ses connaissances ésotériques n'ont pu faire de lui l'adepte qui se fixe dans une doctrine stable. Qu'on en soit persuadé, Nerval n'est l'orthodoxe ni d'une religion, ni d'une hérésie. M.-J. Durry, Gérard de Nerval et le mythe,1956, p. 50.
B.− XIXeet XXes. Membre d'un groupe plus ou moins fermé (secte religieuse, loge maçonnique). Partisan d'une doctrine religieuse, politique ou scientifique, du maître qui la professe :
5. Il faut distinguer trois espèces de sectes religieuses et philosophiques en Allemagne; premièrement les différentes communions chrétiennes (...); secondement, les associations secrètes; et enfin les adeptes de quelques systèmes particuliers dont un homme est le chef. Il faut ranger dans la première classe les anabaptistes et les moraves; dans la seconde, la plus ancienne des associations secrètes, les francs-maçons; et dans la troisième, les différents genres d'illuminés. G. de Staël, De l'Allemagne,t. 5, 1810, p. 144.
6. Toute doctrine se transforme rapidement dans l'esprit des adeptes, et d'autant plus que les adeptes sont ou deviennent plus forts que le maître. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 4, 1855, p. 332.
7. ... une doctrine n'a désormais quelque chance de faire fortune qu'en se rattachant bien largement à l'humanité, en éliminant toute forme particulière, en s'adressant à tout le monde, sans distinction d'adeptes et de profanes. E. Renan, L'Avenir de la science,préf., 1890, p. 106.
Rem. Syntagmes rencontrés : adeptes fervents (P.-A. Ponson du Terrail, Rocambole, t. 1, L'Héritage mystérieux, 1859, p. 80); le jeune adepte, d'abord présenté, puis initié (A.. Comte, Catéchisme positiviste, 1852, p. 215); adeptes d'une secte (R. de Flers, G.-A. de Caillavet, Monsieur Brotonneau, 1923, III, 5, p. 21); - de l'Église jacobine (E. Renan, Souvenirs d'enfance et de jeunesse, 1883, p. 111); des adeptes de la compagnie de Jésus (J.-A. de Gobineau, A. de Tocqueville, Correspondance, lettre de J.-A. de G. à A. de T., 1856, p. 271); - de la religion de la nature (G. Sand, Histoire de ma vie, t. 2, 1855, p. 8); les plus zélés adeptes [de la réforme] (Ch. de Montalembert, Hist. de sainte Élisabeth de Hongrie, 1836, p. 355); les adeptes du régime de Vichy (Ch. de Gaulle, Mémoires de guerre, L'Unité, 1956, p. 38); adeptes de la psychologie de l'évolution (P. Bourget, Essais de psychologie contemporaine, 1883, p. 70); adepte de Jansénius (J.-K. Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 57); adepte de Rousseau (G. Sand, Histoire de ma vie, t. 1, 1855, p. 47); faire des adeptes (H. Massis, Jugements, t. 1, 1923, p. 131); poursuivre, traquer, massacrer les adeptes de la réforme (A. T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol, 1933, p. 43).
P. ext., dans les domaines de l'art ou des sc.Personne qui participe aux activités d'un groupe relativement restreint :
8. À la fin de son étude, Sougez avoue : « De nos jours, il y a trop d'action désordonnée, trop d'adeptes nouveaux, trop d'amateurs aussi ». A. Lhote, Peinture d'abord,1942, p. 171.
Rem. Syntagmes rencontrés. Amateur de qqc. : les adeptes des éperlans (J.-A. Brillat-Savarin, Physiologie du goût, 1825, p. 126); adepte de la littérature la plus symboliste et de la musique la plus compliquée (M. Proust, À la recherche du temps perdu, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, 1918, p. 733); adeptes du marché noir (F. Ambrière, Les Grandes vacances, 1946, p. 653); adeptes du pessimisme (J. Lemaitre, Les Contemporains, 1885, p. 163); adeptes du sport-roi (J.-R. Bloch, Destin du siècle, 1931, p. 123); devenir un - conscient de la peinture ingénue (A. France, L'Île des pingouins, 1908, p. 148).
II.− Emploi adj., rare :
9. J'ai fondé partout des cabinets de lecture et des sociétés littéraires ou savantes. J'ai ouvert bien des librairies et entretenu des imprimeries adeptes. Tous les dissidents de la franc-maçonnerie s'embrassaient dans l'illuminisme. L'Europe allait obéir comme une armée aux plans des maîtres du temple, ... P. Adam, L'Enfant d'Austerlitz,1902, p. 340.
Rem. Dans les ex. suiv., il peut s'agir de constr. du subst. en attribut ou en appos. (d'où a pu sortir, occasionnellement et par brachylogie, l'emploi adj.) :
10. Je commençais à me rendre compte que le système des causes nombreuses d'une seule action, dont Albertine était adepte dans ses rapports avec ses amies quand elle laissait croire à chacune que c'était pour elle qu'elle était venue, n'était qu'une sorte de symbole artificiel, voulu, des différents aspects que prend une action selon le point de vue où on se place. M. Proust, À la recherche du temps perdu,La Fugitive, 1922, p. 615.
11. ... je suis en correspondance avec des chercheurs. Les curés de campagne, ce sont tous des candidats adeptes : en hiver, après l'Angelus, on a le temps de bricoler, n'est-ce pas? Je les ai tous lancés sur mon liquide. R. Martin du Gard, Les Thibault,La Mort du père, 1929, p. 1346.
Prononc. − 1. Forme phon. : [adεpt]. Littré : ,,Ne prononcez pas adette comme on fait dans quelques régions.`` Enq. : /ade2pt/. 2. Dér. et composés : adeptat.
Étymol. ET HIST. − 1. 1630 « alchimiste initié à la formule du grand œuvre » (J. B. van Helmont, Lettre au P. Mersenne, 19 déc. 1630 ds Mersenne, Correspondance, éd. Tannery et De Waard, t. 2, p. 586 ds R. belge Philol. Hist., t. 26, p. 69 : Parlant mal de toute la Cabale, l'on injurie ces rares personnages des Adepts); 1631 « id. » (ibid., 14 fév. 1631, id., t. 3, p. 108, ibid., p. 75 : Je vous prie ne me donner le titre d'Adepte, car je ne le merite); 2. p. ext. 1775 « personne initiée à un art » (D'Alembert, Éloges, Callières ds DG : L'art de la versification était le secret d'un petit nombre d'adeptes). Empr. au lat. des alchimistes adeptus, substantivation du part. passé de adipisci, litt. « celui qui a atteint », empl. d'apr. Du Cange s.v. par Paracelse [1493-1541] et Helmont [l'aut. de l'attest. de 1630 : J. B. van Helmont 1577-1644] comme équivalent du lat. mysta et du gr. ε ̓ π ο ́ π τ η ς; ext. de sens 2 à partir de 1 ne fait pas difficulté, mais l'infl. de l'angl. (Mack. t. 1 1939, 102 et 178) n'est pas à exclure : l'angl. utilise à partir de 1663 lat. adeptus, à partir de 1685 adept au sens de « celui qui est initié dans une société secrète » (NED); à noter la vitalité du mot en angl. : adeptical (1662, J. Chandler, Helmont's Oriatrike, 157 ds NED); adeptist, (id., id. 2, ibid.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 195.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Fér. 1768. − Lacr. 1963. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1814-20.

Wiktionnaire

Adjectif

adepte \a.dɛpt\ masculin et féminin identiques

  1. Amateur.
    • Pendant les années 50, elle est adepte d’un humanisme libéral, Noirs et Blancs se rencontrant « pour parler, boire, danser ». — (Denise Brahimi, Nadine Gordimer : la femme, la politique et le roman, Éditions KARTHALA et IFAS, 2000, p.194)

Nom commun

adepte \a.dɛpt\ masculin et féminin identiques

  1. Personne initiée dans les mystères d’une secte ou dans les secrets d’une science.
    • Nous avons dit ci-dessus que le novatianisme, né un siècle plus tôt, continuait, au milieu du ive siècle, à avoir des adeptes. Un certain Sympronianus avait composé en sa faveur au moins quatre écrits qu'il avait envoyés à saint Pacien, évêque de Barcelone. — (Joseph Tixeront, Précis de patrologie, 4e édition, Paris : librairie Victor Lecoffre & J. Gabalda éditeur, 1920, p. 308)
    • Cela passe mes connaissances ; je ne suis pas un adepte. — L’adepte d’une doctrine.
  2. (Par hyperbole) (Familier) Personne convaincue par une nouveauté et qui la pratique.
    • Le dogme de l’incurable méchanceté de l'homme a, d'ailleurs, chez certains de ses adeptes, une autre racine : un plaisir romantique à évoquer la race humaine murée dans une misère fatale et éternelle. — (Julien Benda, La trahison des clercs, 1927, édition revue & augmentée, Grasset, 1946, p.194)
    • De plus en plus, l’emballage non retournable fait de nouveaux adeptes et l’on s’oriente de plus en plus vers un emballage standard, de dimensions et de poids constants. — (Lyon-horticole et horticulture nouvelle réunis, V.11-12, 1932, p.16)
    • Je suis une adepte de l’apprentissage par le jeu, par la manipulation de matériel. — (Malika Ould, Une heure par semaine pour réussir au CP, Librio, 2014, p.5)
    • Dit autrement, le gueuleton bien arrosé du bon vivant, amateur de viande et de cigare, n'a pas son équivalent chez l’adepte de la graine germée et du tofu mariné à la sauce soja. — (Christian Camara & ‎Claudine Gaston, 150 idées reçues sur le corps humain, First Éditions, 2012)
  3. (Figuré) (Familier) Participant à une activité.
    • On joua surtout au Chasse-cœur dans la seconde moitié du XIXe siècle, tant en France qu’en Belgique. De nos jours, la vogue de ce jeu, particulièrement attrayant, s’est fort ralentie ; toutefois dans les provinces du nord de la France comme en Wallonie, il garde de fidèles adeptes. — (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, p.121)
  4. (Vieilli) Alchimiste parvenu au grand œuvre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ADEPTE. n. des deux genres
. Personne initiée dans les mystères d'une secte ou dans les secrets d'une science. Cela passe mes connaissances; je ne suis pas un adepte. L'adepte d'une doctrine. Il s'est dit primitivement des Alchimistes qui croyaient être parvenus au grand œuvre.

Littré (1872-1877)

ADEPTE (a-dè-pt' ; ne prononcez pas adette comme on fait dans quelques provinces) s. m.
  • 1Un adepte, une adepte. En alchimie, celui qui croyait être parvenu au grand œuvre. On ne douta point que l'auteur de la lettre ne fût un adepte [en alchimie] ou à peu près ; il fut reçu avec honneur dans le laboratoire et prié d'y faire les fonctions de secrétaire, Fontenelle, Leibnitz.
  • 2Celui, celle qui est initié, initiée aux mystères d'une doctrine, d'une secte, d'une science. Eudore traversa le groupe des sophistes, qui le prenaient pour un adepte, Chateaubriand, Mart. II, 70. Je montrerai la copie de votre inscription d'Oropus aux adeptes, s'il y en a en ce pays-ci, Courier, Lett. I, 52.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « adepte »

Du latin adeptus (« acquis à »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Adeptus, qui a acquis, de adipisci, atteindre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « adepte »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
adepte adɛpt

Évolution historique de l’usage du mot « adepte »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « adepte »

  • Un ennemi peut devenir très désagréable, mais il ne sera jamais aussi ennuyeux qu'un adepte. De Elias Canetti
  • Peut-on vraiment être à la fois adepte du DOS et catholique traditionaliste ? Par ailleurs, Céline aurait-il écrit avec Word, Wordperfect ou Wordstar ? Enfin, Descartes aurait-il programmé en Pascal ? De Umberto Eco / Comment voyager avec un saumon ?
  • Nous avons moins besoin d'adeptes actifs que d'adeptes bouleversés. De Antonin Artaud
  • Une doctrine, quelle qu'elle soit, politique, religieuse ou sociale, ne se produit jamais sans trouver plus de contradicteurs que d'adeptes, et ne recrute quelques soldats qu'après avoir fait beaucoup de martyrs. De Louis Blanc / Organisation du travail
  • Les adeptes du calumet (sans doute parce qu'ils marmonnent) disent des choses plus sensées, plus profonds que la moyenne des gens. De Jean-Marie Poupart / Beaux-draps
  • On a moins de ministres qu’avant et, en plus, ils sont adeptes de la semaine de trente-cinq heures... Je me demande comment ils vont arriver à tout faire ! De Laurent Ruquier / Le mois par moi
  • 98% des adeptes d'une religion le sont par naissance et en fonction d'une filiation. D'où il en ressort que la religion est aussi un phénomène génétique. De Jean-François Kahn / Dictionnaire incorrect
  • Une religion qui ne cherche pas à conquérir de nouveaux adeptes est une religion d’un autre type, plus ancien, une croyance tribale. De Michel Houellebecq / interview au Figaro Magazine, 9 janvier 2015
  • La mère est adepte de cultes ésotériques et son mari auteur de livres dans lesquels il raconte ses expériences de « mort imminente » et ses contacts avec l'au-delà. L'enquête sur la disparition des enfants a pris un tour macabre quand les policiers ont constaté une série de décès dans l'entourage du couple. leparisien.fr, Etats-Unis : un couple adepte de cultes ésotériques soupçonné après une série de décès - Le Parisien
  • Un autre adepte du rodéo âgé de 16 – 17 ans s’est fait prendre au quartier des Châtillons. Lui en avait deux à son actif. L’après-midi du 15 mai, il a pétaradé autour de la place des Argonautes avec une motocross de 250 cm3 non homologuée. La police ne l’avait pas interpellé, mais la vidéosurveillance avait filmé ses exploits, ce qui a permis de l’identifier. Journal L'Union, Deux adeptes du rodéo arrêtés à Reims

Traductions du mot « adepte »

Langue Traduction
Anglais adept
Espagnol adepto
Italien seguace
Allemand anhänger
Portugais adepto
Source : Google Translate API

Synonymes de « adepte »

Source : synonymes de adepte sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « adepte »

Partager