Éclairer : définition de éclairer


Éclairer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCLAIRER, verbe.

A.− Emploi trans. et intrans.
1. Domaine phys.
a) Donner de la clarté, (de) la lumière à quelqu'un, à quelque chose. Éclairer le chemin, l'escalier; la lune éclaire les allées, les visages. Madame veut sortir, prends une torche, éclaire madame (Gautier, Albertus,1833, p. 136).Un bon feu de cheminée éclaire ma chambre (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, p. 283).
Emploi factitif. Éclairer. Allumer : on entend assez souvent cette expression qui semble bizarre : éclairer le gaz. Elle nous choque, quoiqu'elle soit identique à allumer le gaz (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 158).Arg. ,,Éclairer le velours. Déposer son enjeu sur le tapis`` (Delvau 1867, p. 495).
Spéc. Mettre de la lumière à la disposition d'une personne dans une maison (cf. éclairage A 1 b en partic.).Je suis nourri (...) blanchi, chauffé et éclairé dans l'établissement (Verlaine, Corresp.,t. 3, 1879, p. 101).
Emploi abs. Cette lumière éclaire mal. Le feu dans la cheminée s'éteignait, n'éclairait plus (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 46).L'affaire d'une lampe est d'éclairer (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 2etabl., 1, p. 1584).Arg. ,,Payer comptant, faire reluire sa monnaie. « C'est pas tout ça, i'faut éclairer. C'est six francs »`` (Larch. 1861, p. 118).
b) P. anal. Illuminer, rayonner sur. La joie, un sourire éclaire son visage. Qui serait triste quand il a pour éclairer sa maison ce petit soleil? (Claudel, Annonce,1912, II, 5, p. 179):
1. Installé avec naturel et avec grâce dans la plus belle saison de l'homme, il [Wedeke] éclairait une salle de bal en y entrant sous l'uniforme blanc à parements noirs des cuirassiers de Silésie. Morand, Fin de siècle,1957, p. 11.
2. Au fig. [Le compl. d'obj. désigne une chose ou une pers. qui manque de clarté(s)]
a) [Chose] Rendre clair, compréhensible, intelligible. Éclairer un problème, une question. Synon. élucider; anton. obscurcir.Le nom de ton amant va tout éclairer, va tout nous dire, n'est-ce pas? Qui aimes-tu? Qui est-ce? (Giraudoux, Électre,1937, II, 5, p. 159).À mes yeux, l'attentat d'Alger éclairait, à son tour, la cause principale de nos épreuves (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 69):
2. ... les démonstrations directes, qui éclairent l'esprit, c'est-à-dire qui lui montrent la raison de la vérité démontrée... Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 581.
SYNT. Éclairer une confusion, une difficulté, une erreur, un paradoxe.
En partic. Donner un éclairage, une lumière, un sens qui permet de considérer les choses sous un angle nouveau, de les (faire) comprendre. Éclairer le mystère, le secret de qqn, de qqc. Sa Cité antique éclaire toute l'antiquité par la religion des ancêtres (L. Daudet, Stup. XIXes.,1922, p. 122).L'homme s'emporte partout avec soi; où qu'il soit, il éclaire, il ne voit que ce qu'il éclaire, c'est lui qui décide de la signification des choses (Sartre, Sit. I,1947, p. 185).
b) [Pers. ou aspect de la pers.] Apprendre quelque chose à quelqu'un, l'initier, l'instruire, l'aider à voir clair, à acquérir du discernement. Éclairer qqn, la conscience, les scrupules de qqn. Anton. égarer, perdre qqn.Port-Royal, au moment le plus voilé de son éclipse, continuait par là d'éclairer et d'enseigner (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 434):
3. ... une critique soucieuse d'action (...) se donne pour tâche opérante de façonner cet esprit, de l'éclairer, de l'instruire... Massis, Jugements,1923, p. 245.
Expr. Éclairer qqn de ses conseils; éclairer les yeux de qqn. Ce texte sensationnel (...) pourrait servir à notre défense (...). Il éclairera votre lanterne (Cocteau, Lettre Amér.,1949, p. 68).Être éclairé sur qqn. En savoir long sur lui, savoir qui il est. Le jeune roi était prévenu contre lui [Fouquet], ou plutôt éclairé sur lui (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 5, 1851-62, p. 295).
En partic. Donner une lumière telle ou, si particulière, qu'elle apporte un grand contentement à toute la personne. Éclairer le cœur de qqn. Ce qui compte, ce qui ennoblit et éclaire notre vie, c'est bien moins nos pensées que les sentiments qu'elles éveillent en nous (Maeterl., Sag. et dest.,1898, p. 249):
4. Mais elle, elle était comme un rayon de lumière qui se serait servi de ma vie pour m'éclairer tout le dedans du cœur. Elle était la joie de vivre. J. Bousquet, Traduit du silence,1935-36, p. 181.
Rem. L'usage manifeste que si le verbe éclaircir se réfère principalement à quelque chose, le verbe éclairer se rapporte davantage à quelqu'un.
B.− Emploi pronom.
1.
a) Devenir clair, recevoir de la lumière.
[Le suj. désigne le ciel] Le ciel, avant de s'assombrir tout à fait, s'éclairait de rose (Green, Chaque homme,1960, p. 189).
[Le suj. désigne une cheminée, une maison] La fenêtre de Dona Sol s'éclaire (Hugo, Hernani,1830, II, 1, p. 35).
[Le suj. désigne une couleur] Tout s'éclaire ou s'assombrit, tout rayonne ou s'obscurcit par un effarement alternatif du principe colorant (Fromentin, Maîtres autrefois,1876, p. 322).
P. anal.
[Le suj. désigne un regard, un visage] Les figures s'éclairent ou s'attristent à un mot de celui-ci, à un mot de celui-là (Goncourt, Journal,1870, p. 687).
[Le suj. désigne une pers.] M. de Coantré s'éclaira un peu. Quand même, il y avait quelquefois de bonnes nouvelles! (Montherl., Célibataires,1934, p. 792).
Arg. ,,S'éclairer le fanal. Boire un verre de vin ou d'eau-de-vie`` (Delvau 1866, p. 151).
b) Devenir rare. Il faut que la forêt s'assainisse et s'éclaire, Ou par le bûcheron ou par l'incendiaire (Sully Prudh., Justice,1878, p. 277).
2. Au fig. Devenir compréhensible, dissiper les obscurités, prendre un sens. Ces ténèbres qui nous environnent ne sont pas absolument imperméables, car elles s'éclairent par endroits et l'on discerne quelques vérités (Huysmans, Cathédr.,1898, p. 410).Il fallait une explication. Dissiper les malentendus. Ensuite, tout s'éclairerait (Martin du G., Thib.,Mort père, 1929, p. 1347):
5. Plus les trouvailles de fossiles humains se multiplient, plus leurs caractères anatomiques et leur succession géologique s'éclairent... Teilhard de Chardin, Le Phénomène humain,1955, p. 203.
Prononc. et Orth. : [eklε ʀe] ou p. harmonis vocalique [ekleʀe], (j')éclaire [eklε:ʀ]. La tendance à fermer -ai- en [e] fermé dans l'inf. est combattue par l'infl. de la graph. et par l'anal. avec les formes fortes j'éclaire, éclaire(nt) (cf. Buben 1935, § 36). Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. xes. (Passion, éd. d'A.-S. Avalle, 201 : Cum le matins fud esclairez); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 2637 : Tuz li païs en reluist e esclairet); 2. ca 1200 « répandre la lumière (sur qqn) » (Escoufle, 4015 ds T.-L.); xiiies. [date ms.] « répandre la clarté (dans une pièce) » (Wace, Vie Ste Marguerite, ms Tours, 927 ds Mém. Antiq. Normandie, 3esérie, t. 10, p. 232); 3. ca 1220 « faire comprendre, expliquer » (G. de Coinci, éd. F. Kœnig, I Mir., 41, 244); 1667 part. passé (Molière, Le Sicilien, 11 : Vous avez l'esprit trop éclairé); 4. 1834 milit. « faire reconnaître le terrain qu'on va parcourir par des éclaireurs » (Ségur, Hist. de Nap., VI, 7 ds Littré). Du lat. pop. *exclariare, lat. class. exclarare « éclairer ». Fréq. abs. littér. : 5 164. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 136, b) 7 073; xxes. : a) 7 866, b) 7 355. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 415. − Duneton (C.). Éclairer sa lanterne. Elle. 1977, no1590, p. 39. − Gohin 1903, p. 304. − Sain. Lang. par. 1920, p. 235. − Schalk (F.). Zur Semantik von « Aufklärung » in Frankreich. In : [Mél. Wartburg (W.von)]. Tübingen, 1968, t. 1, pp. 251-266.

Éclairer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ÉCLAIRER, verbe.

A.− Emploi trans. et intrans.
1. Domaine phys.
a) Donner de la clarté, (de) la lumière à quelqu'un, à quelque chose. Éclairer le chemin, l'escalier; la lune éclaire les allées, les visages. Madame veut sortir, prends une torche, éclaire madame (Gautier, Albertus,1833, p. 136).Un bon feu de cheminée éclaire ma chambre (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, p. 283).
Emploi factitif. Éclairer. Allumer : on entend assez souvent cette expression qui semble bizarre : éclairer le gaz. Elle nous choque, quoiqu'elle soit identique à allumer le gaz (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 158).Arg. ,,Éclairer le velours. Déposer son enjeu sur le tapis`` (Delvau 1867, p. 495).
Spéc. Mettre de la lumière à la disposition d'une personne dans une maison (cf. éclairage A 1 b en partic.).Je suis nourri (...) blanchi, chauffé et éclairé dans l'établissement (Verlaine, Corresp.,t. 3, 1879, p. 101).
Emploi abs. Cette lumière éclaire mal. Le feu dans la cheminée s'éteignait, n'éclairait plus (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 46).L'affaire d'une lampe est d'éclairer (Bernanos, Dialog. Carm.,1948, 2etabl., 1, p. 1584).Arg. ,,Payer comptant, faire reluire sa monnaie. « C'est pas tout ça, i'faut éclairer. C'est six francs »`` (Larch. 1861, p. 118).
b) P. anal. Illuminer, rayonner sur. La joie, un sourire éclaire son visage. Qui serait triste quand il a pour éclairer sa maison ce petit soleil? (Claudel, Annonce,1912, II, 5, p. 179):
1. Installé avec naturel et avec grâce dans la plus belle saison de l'homme, il [Wedeke] éclairait une salle de bal en y entrant sous l'uniforme blanc à parements noirs des cuirassiers de Silésie. Morand, Fin de siècle,1957, p. 11.
2. Au fig. [Le compl. d'obj. désigne une chose ou une pers. qui manque de clarté(s)]
a) [Chose] Rendre clair, compréhensible, intelligible. Éclairer un problème, une question. Synon. élucider; anton. obscurcir.Le nom de ton amant va tout éclairer, va tout nous dire, n'est-ce pas? Qui aimes-tu? Qui est-ce? (Giraudoux, Électre,1937, II, 5, p. 159).À mes yeux, l'attentat d'Alger éclairait, à son tour, la cause principale de nos épreuves (De Gaulle, Mém. guerre,1956, p. 69):
2. ... les démonstrations directes, qui éclairent l'esprit, c'est-à-dire qui lui montrent la raison de la vérité démontrée... Cournot, Essai sur les fondements de nos connaissances,1851, p. 581.
SYNT. Éclairer une confusion, une difficulté, une erreur, un paradoxe.
En partic. Donner un éclairage, une lumière, un sens qui permet de considérer les choses sous un angle nouveau, de les (faire) comprendre. Éclairer le mystère, le secret de qqn, de qqc. Sa Cité antique éclaire toute l'antiquité par la religion des ancêtres (L. Daudet, Stup. XIXes.,1922, p. 122).L'homme s'emporte partout avec soi; où qu'il soit, il éclaire, il ne voit que ce qu'il éclaire, c'est lui qui décide de la signification des choses (Sartre, Sit. I,1947, p. 185).
b) [Pers. ou aspect de la pers.] Apprendre quelque chose à quelqu'un, l'initier, l'instruire, l'aider à voir clair, à acquérir du discernement. Éclairer qqn, la conscience, les scrupules de qqn. Anton. égarer, perdre qqn.Port-Royal, au moment le plus voilé de son éclipse, continuait par là d'éclairer et d'enseigner (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 3, 1848, p. 434):
3. ... une critique soucieuse d'action (...) se donne pour tâche opérante de façonner cet esprit, de l'éclairer, de l'instruire... Massis, Jugements,1923, p. 245.
Expr. Éclairer qqn de ses conseils; éclairer les yeux de qqn. Ce texte sensationnel (...) pourrait servir à notre défense (...). Il éclairera votre lanterne (Cocteau, Lettre Amér.,1949, p. 68).Être éclairé sur qqn. En savoir long sur lui, savoir qui il est. Le jeune roi était prévenu contre lui [Fouquet], ou plutôt éclairé sur lui (Sainte-Beuve, Caus. lundi,t. 5, 1851-62, p. 295).
En partic. Donner une lumière telle ou, si particulière, qu'elle apporte un grand contentement à toute la personne. Éclairer le cœur de qqn. Ce qui compte, ce qui ennoblit et éclaire notre vie, c'est bien moins nos pensées que les sentiments qu'elles éveillent en nous (Maeterl., Sag. et dest.,1898, p. 249):
4. Mais elle, elle était comme un rayon de lumière qui se serait servi de ma vie pour m'éclairer tout le dedans du cœur. Elle était la joie de vivre. J. Bousquet, Traduit du silence,1935-36, p. 181.
Rem. L'usage manifeste que si le verbe éclaircir se réfère principalement à quelque chose, le verbe éclairer se rapporte davantage à quelqu'un.
B.− Emploi pronom.
1.
a) Devenir clair, recevoir de la lumière.
[Le suj. désigne le ciel] Le ciel, avant de s'assombrir tout à fait, s'éclairait de rose (Green, Chaque homme,1960, p. 189).
[Le suj. désigne une cheminée, une maison] La fenêtre de Dona Sol s'éclaire (Hugo, Hernani,1830, II, 1, p. 35).
[Le suj. désigne une couleur] Tout s'éclaire ou s'assombrit, tout rayonne ou s'obscurcit par un effarement alternatif du principe colorant (Fromentin, Maîtres autrefois,1876, p. 322).
P. anal.
[Le suj. désigne un regard, un visage] Les figures s'éclairent ou s'attristent à un mot de celui-ci, à un mot de celui-là (Goncourt, Journal,1870, p. 687).
[Le suj. désigne une pers.] M. de Coantré s'éclaira un peu. Quand même, il y avait quelquefois de bonnes nouvelles! (Montherl., Célibataires,1934, p. 792).
Arg. ,,S'éclairer le fanal. Boire un verre de vin ou d'eau-de-vie`` (Delvau 1866, p. 151).
b) Devenir rare. Il faut que la forêt s'assainisse et s'éclaire, Ou par le bûcheron ou par l'incendiaire (Sully Prudh., Justice,1878, p. 277).
2. Au fig. Devenir compréhensible, dissiper les obscurités, prendre un sens. Ces ténèbres qui nous environnent ne sont pas absolument imperméables, car elles s'éclairent par endroits et l'on discerne quelques vérités (Huysmans, Cathédr.,1898, p. 410).Il fallait une explication. Dissiper les malentendus. Ensuite, tout s'éclairerait (Martin du G., Thib.,Mort père, 1929, p. 1347):
5. Plus les trouvailles de fossiles humains se multiplient, plus leurs caractères anatomiques et leur succession géologique s'éclairent... Teilhard de Chardin, Le Phénomène humain,1955, p. 203.
Prononc. et Orth. : [eklε ʀe] ou p. harmonis vocalique [ekleʀe], (j')éclaire [eklε:ʀ]. La tendance à fermer -ai- en [e] fermé dans l'inf. est combattue par l'infl. de la graph. et par l'anal. avec les formes fortes j'éclaire, éclaire(nt) (cf. Buben 1935, § 36). Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. xes. (Passion, éd. d'A.-S. Avalle, 201 : Cum le matins fud esclairez); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 2637 : Tuz li païs en reluist e esclairet); 2. ca 1200 « répandre la lumière (sur qqn) » (Escoufle, 4015 ds T.-L.); xiiies. [date ms.] « répandre la clarté (dans une pièce) » (Wace, Vie Ste Marguerite, ms Tours, 927 ds Mém. Antiq. Normandie, 3esérie, t. 10, p. 232); 3. ca 1220 « faire comprendre, expliquer » (G. de Coinci, éd. F. Kœnig, I Mir., 41, 244); 1667 part. passé (Molière, Le Sicilien, 11 : Vous avez l'esprit trop éclairé); 4. 1834 milit. « faire reconnaître le terrain qu'on va parcourir par des éclaireurs » (Ségur, Hist. de Nap., VI, 7 ds Littré). Du lat. pop. *exclariare, lat. class. exclarare « éclairer ». Fréq. abs. littér. : 5 164. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 7 136, b) 7 073; xxes. : a) 7 866, b) 7 355. Bbg. Chautard (É.). La Vie étrange de l'arg. Paris, 1931, p. 415. − Duneton (C.). Éclairer sa lanterne. Elle. 1977, no1590, p. 39. − Gohin 1903, p. 304. − Sain. Lang. par. 1920, p. 235. − Schalk (F.). Zur Semantik von « Aufklärung » in Frankreich. In : [Mél. Wartburg (W.von)]. Tübingen, 1968, t. 1, pp. 251-266.

Éclairer : définition du Wiktionnaire

Verbe

éclairer \e.kle.ʁe\ ou \e.klɛ.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Apporter de la lumière dans un endroit sombre.
    • La lumière égale d’un grand quinquet éclairait assez nettement tous les objets. — (Ivan Tourgueniev, L’Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • La veilleuse éclairait Carmen d’une pâle lueur rose. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
    • Peu de spectacles, en Europe, dépassent en grandeur celui qu’on découvre de Honfleur quand le soleil couchant, de ses flammes marines, éclaire jusqu’en ses profondeurs l’estuaire de la Seine. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Nous nous trouvâmes bientôt au pied du Sacré-Cœur et de roides escaliers que de vagues réverbères éclairent parcimonieusement. — (Francis Carco, Images cachées, Éditions Albin Michel, Paris, 1928)
    • […]; les volutes de brume qui coiffaient les volcans furent alors éclairées en rouge, donnant à l'ensemble de l'île l’aspect d’une formidable éruption générale. — (Jean-Baptiste Charcot, Dans la mer du Groenland, 1928)
    • Un jour blafard éclairait les dorures de la salle dont la partie inférieure restait plongée dans la pénombre. — (Francis Carco, L’Homme de minuit, Éditions Albin Michel, Paris, 1938)
    • Mal éclairée d’un quinquet nu, la famille veillait autour du poêle triangulaire. — (Jean Rogissart, Passantes d’Octobre, Librairie Arthème Fayard, Paris, 1958)
    • Le bateau s’enfonce dans l’obscurité. Le projecteur fixé au-dessus du chalut éclaire les eaux vertes et écumantes qu’accompagne le cortège des mouettes. — (Jacky Durand, La nuit où le hareng sort, dans Libération (journal) du 29 novembre 2010, p.30-31)
  2. (Par extension) Apporter ou fournir une source de lumière à quelqu’un.
    • […], et deux pages parurent, portant des flambeaux et éclairant une femme d’une taille imposante, d’un maintien majestueux, et surtout d’une admirable beauté. — (Alexandre Dumas, La Reine Margot, 1845, volume I, chapitre V)
  3. Rendre compréhensible une idée, un concept. Faire comprendre à quelqu'un.
    • Faute de pouvoir faire toute la lumière désirable sur ce fait énigmatique, nous réunirons ici le faisceau de vraisemblances et de témoignages qui peuvent seuls nous éclairer pour le moment. — (Robert Triomphe, Joseph de Maistre, page 67, Droz, 1968)
    • Cette découverte a éclairé bien des points restés jusqu’ici obscurs.
    • Ces deux passages de l’"Énéide" s’éclairent l’un par l’autre.
    • Tout s’éclaire ! — Il faut que je l’interroge, il pourra nous éclairer là-dessus.
  4. (Peinture) Distribuer des lumières d’un tableau, y répandre des clairs avec intelligence.
  5. (Militaire) Aller au devant d’une troupe pour voir le terrain.
    • Soucieux, à juste raison, d’éclairer le chemin, Jacques avait un peu pris les devants, […]. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina,1902)

éclairer \e.klɛ.ʁe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Répandre de la clarté.
    • Les yeux des chats, les vers luisants éclairent pendant la nuit.
  2. (Impersonnel) (Vieilli) Faire des éclairs, en parlant de la foudre.
    • Il n’a fait qu’éclairer toute la nuit.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Éclairer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉCLAIRER. v. tr.
Rendre clair, remplir de lumière. Le jour qui nous éclaire. Ce lustre éclaire tout le salon. Une salle de bal bien éclairée. Absolument, Le soleil éclaire. La lune n'éclairait plus. Cette ampoule n'est pas bonne, elle n'éclaire pas, elle éclaire mal. Cet appartement, cet escalier est bien éclairé, n'est pas suffisamment éclairé, est mal éclairé, Le jour y pénètre bien, n'y pénètre pas assez, n'y entre pas dans la direction convenable. Il signifie par extension Apporter ou fournir de la lumière à quelqu'un, afin qu'il y voie clair. Vous m'éclairez mal. Éclairer une personne qui descend dans une cave. Absolument, Allez éclairer. Éclairez. Être logé, nourri, éclairé, Avoir le logement, la nourriture, l'éclairage. Il signifie figurément Rendre plus intelligible. Cette découverte a éclairé bien des points restés jusqu'ici obscurs. Ces deux passages de l'"Énéide" s'éclairent l'un par l'autre. Figurément aussi, il signifie Mettre en état de comprendre, de se rendre compte. Cette étude lui a bien éclairé l'esprit. Être éclairé des lumières de la foi. L'expérience nous éclaire. Il faut que je l'interroge, il pourra nous éclairer là-dessus. Le participe passé

ÉCLAIRÉ, ÉE, signifie, particulièrement au figuré, Qui a de grandes lumières, beaucoup de connaissances, beaucoup d'expérience. Les gens éclairés. C'est un esprit fort éclairé. Un public peu éclairé. Une sagesse éclairée. Par extension, Un jugement éclairé. Une critique éclairée. En termes d'Art militaire, Éclairer sa marche, Faire visiter et bien observer les endroits où l'on veut se porter. Par extension, Éclairer une armée. Ce général sait bien s'éclairer. En termes de Peinture, il signifie Distribuer des lumières d'un tableau, y répandre des clairs avec intelligence. Il est aussi intransitif et alors il signifie Répandre de la clarté. Les yeux des chats, les vers luisants éclairent pendant la nuit. Il s'emploie impersonnellement, en parlant de la Foudre, dans le sens de Faire des éclairs. Il éclaire. Il n'a fait qu'éclairer toute la nuit.

Éclairer : définition du Littré (1872-1877)

ÉCLAIRER (é-klè-ré) v. a.
  • 1Répandre la clarté sur. La lune éclaire nos nuits. Jupiter est éclairé par quatre satellites ou lunes. L'incendie éclairait au loin la campagne. Prends garde que jamais l'astre qui nous éclaire…, Racine, Phèd. IV, 2. Et le jour a partout éclairé mes combats, Racine, Alex. IV, 2. À peine un faible jour vous éclaire et me guide, Racine, Iph. I, 1. Et toi, soleil, et toi qui, dans cette contrée, Reconnais l'héritier et le vrai fils d'Atrée, Toi qui n'osas du père éclairer le festin, Recule, ils t'ont appris ce funeste chemin, Racine, Iph. V, 4.

    On dit poétiquement que le jour éclaira un événement pour indiquer le jour où cet événement s'est passé. La journée Qui devait éclairer notre illustre hyménée, Racine, Iph. IV, 4. Ce jour presque éclaira vos propres funérailles, Racine, Bérén. I, 3. J'espère que bientôt ces voûtes embrasées Du sénat et du peuple éclairant le tombeau…, Voltaire, Brut. II, 2. Les jours qui suivent ces jours de destruction éclairent des forfaits d'un autre genre, Raynal, Hist. phil. VII, 7.

    Poétiquement. Tant que le jour l'éclaire, tant qu'il vit. Tandis que le soleil éclaire ce perfide…, Racine, Esth. II, 1.

    Fig. Mlle de Flamarens disait qu'il [M. de Forcalquier, homme de beaucoup d'esprit] éclairait une chambre en y entrant, Le Président Hénault, Mém. p. 183, in-8, 1855.

    Terme de jeu. Éclairer le tapis, mettre devant soi la somme que l'on veut jouer.

  • 2 Fig. Éclaircir, porter la lumière. Nous saurons éclairer jusqu'au fond de son âme, Tristan, M. de Chrispe, II, 2. Le Seigneur qui éclairera les ténèbres les plus épaisses, Fléchier, Serm. I, 37. Voudriez-vous qu'on mît au grand jour toutes les faiblesses secrètes, toutes les indignités que l'œil de Dieu a éclairées ? Massillon, Car. Enf. prod. Les cieux à nous nuire attachés, Ont éclairé la nuit où nous étions cachés, Voltaire, Orph. I, 3. Si j'allais, éclairant cet abîme odieux, Dans toute son horreur le montrer à tes yeux ! Ducis, Lear, I, 4. Il me serait aisé d'éclairer le dessein Qu'a pu former la haine enfermée en ton sein, Lemercier, Agam. IV, 5. Informe-moi de tout ; c'est à toi d'éclairer Les désordres secrets que je puis ignorer, Lemercier, ib. III, 3. L'art n'a pas de détours qu'un œil perçant n'éclaire, Lemercier, Charles VI, I, 2. La reine dont les yeux pouvaient éclairer l'ombre, Qui sur ce grand secret étend son voile sombre, Briff. Ninus, II, 2.
  • 3Mettre en évidence. La même parure qui a autrefois embelli sa jeunesse éclaire les défauts de sa vieillesse, La Bruyère, III.
  • 4Donner la lumière intellectuelle. Aucun n'est éclairé de rayons si puissants, Aucune âme si haut ne se trouve ravie…, Corneille, Imit. II, 9. Quoi ! j'étouffe en mon cœur la raison qui m'éclaire ! Racine, Andr. V, 4. Lorsque ta raison par l'âge confirmée, Pour éclairer ta foi te prêtait son flambeau, Voltaire, Zaïre, I, 1. Dès que l'âge éclaira votre faible raison, Delavigne, Vêpr. sic. I, 3.

    Donner des lumières, de l'intelligence, détromper. Allons en [du peuple] éclairer l'aveuglement fatal, Corneille, Pol. II, 6. Le ciel en un moment quelquefois nous éclaire, Corneille, D. Sanche, I, 5. Faites choix d'un censeur solide et salutaire, Que la raison conduit et le savoir éclaire, Boileau, Art p. IV. Qu'il entre ; ses avis m'éclaireront peut-être, Racine, Esth. II, 4. Ciel ! daigne m'éclairer, Racine, ib. III, 4. Votre crime aujourd'hui m'éclaire sur le mien, Lamotte, Inès, III, 6. Trop tard sur les malheurs de Nîmes, On éclairerait ta bonté, Béranger, Math. Brun.

  • 5 Terme de peinture. Disposer la lumière dans un tableau. Ce peintre éclaire bien tous ses tableaux.
  • 6Surveiller, épier, observer. Ils éclairent ses pas, en quelque endroit qu'il aille, Ils lisent les premiers les lettres qu'on lui baille, Racan, Berg. I, 1. Constance deviendra l'espion de Licine, Et, l'éclairant de près, fera toujours savoir…, Tristan, M. de Chrispe, I, 3. On l'éclairera de si près qu'il ne fera rien sans que nous le sachions, Scarron, Rom. com. II, 12. Au diable le fâcheux qui toujours nous éclaire, Molière, l'Étourdi, I, 4. J'ai voulu vous parler en secret d'une affaire, Et suis bien aise ici qu'aucun ne nous éclaire, Molière, Tart. III, 3. Il m'importe de ne pas oublier que les hommes m'éclairent, qui que je sois et quoi que je fasse, et qu'ils sont en possession de me juger, Bourdaloue, Carême, t. I, p. 249. Ceux même dont les yeux les devaient éclairer, Racine, Baj. I, 1. On m'épia, on m'éclaira de si près, qu'on s'aperçut que j'avais avec Célie des entretiens nocturnes, Lesage, Guzm. d'Alfar. ch. VIII.
  • 7 Terme de guerre. Éclairer l'ennemi, en observer, surveiller les mouvements.

    Éclairer sa marche, faire reconnaître exactement le chemin, le terrain qu'on va parcourir, pour savoir si l'ennemi n'en occupe pas quelque point. Pendant que Ney attaquait, Murat éclairait ses flancs avec sa cavalerie, Ségur, Hist. de Nap. VI, 7.

  • 8 V. n. Jeter une lueur. Cette bougie éclaire mal. Le gaz éclaire bien. Les vers luisants éclairent pendant la nuit. La lune éclaire sans échauffer. Mon astre dans la nuit éclaire en ce bocage, Desmarets, Mirame, II, 4.
  • 9Éclairer à quelqu'un, faire qu'il y voie à l'aide d'une lumière. … les matelots Jamais ne méprisent les flots, Quelque phare qui leur éclaire, Malherbe, IV, 5.

    Il se dit aussi d'une personne que l'on précède ou auprès de qui on se tient pour qu'elle voie clair. Éclairez à monsieur.

    Absolument. Éclairez. Allez éclairer.

    Aujourd'hui on le fait actif abusivement en ce sens. Éclairez monsieur. Éclairer une personne qui descend un escalier.

  • 10V. imp. Il éclaire, il fait des éclairs. Il a éclairé toute la nuit. Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.

    Par extension. Il appartient à Dieu d'éclairer et de tonner dans les consciences, Bossuet, Par. de Dieu, 1. Dieu a-t-il tonné et éclairé sur une montagne ? Bossuet, I, Pent. 2.

  • 11S'éclairer, v. réfl. Recevoir de la lumière. La campagne s'éclaira peu à peu des rayons de la lune qui montait sur l'horizon.

    Fournir à son éclairage. Il faut bien de l'argent à Paris pour se loger, se nourrir, se chauffer, s'éclairer.

    Fig. Acquérir des lumières, des connaissances. Les esprits commencent à s'éclairer. Le pays s'éclaire.

    Terme militaire. Éclairer sa marche. Cet officier ne faisait pas un mouvement sans s'éclairer.

    PROVERBE

    La chandelle qui va devant éclaire mieux que celle qui va derrière, c'est-à-dire il vaut mieux faire du bien de son vivant que d'obliger par son testament ses héritiers à en faire.

HISTORIQUE

XIe s. Par main [matin] en l'aube, si com li jurz esclaire, Ch. de Rol. LII. Tout li païs en reluist et esclaire, ib. CLXXXVI.

XIIe s. Au matinet, quand il dut esclarer, Ronc. p. 8. En mer se mettent, quant l'aube est esclarée, ib. p. 118. Quant la saison du douz tems s'asseüre, Que biaus estez se rasraine [rasserène] et esclaire, Lors [je] chanterai…, Couci, p. 125. De duel [dueil] morrai et d'ire se mon cuer [je] n'en esclaire [éclaircis, décharge], Sax. XXX.

XIIIe s. Princes avers [avare] ne se doit avancier ; Car bien doner toute valeur esclaire, Poésies mss. du Vatican, dans LACURNE. Bien doit poine [peine] plaire, Qui cuer obscur enlumine et esclaire, Gaces Brulés, Poés. mss. dans LACURNE. Autre devise [je] n'en voel faire [de Blonde], Fors tant que sa biautés esclaire Trestous les lieux où ele vient, Bl. et Jeh. 4709. Quant li quens [le comte] l'oï ensi parler, si li esclaira li cuers et dist à dist à la contesse, Chr. de Rains, 214. Atant ont laissié le plaidier Jusqu'au demain à l'esclairier, Ren. 17584. Il est bon que nous esclairons quele contrariétés taut [tolt, supprime] le premier [testament], quant il n'est pas rapelés especialement, Beaumanoir, XII, 42.

XVIe s. [Phebus] Pleure, et pleurant tant se despite et deult, Que plus au monde esclairer il ne veult, Marot, IV, 76. Hero tandis, qui des creneaux esclaire, De son manteau couvroit la lampe claire, Marot, IV, 116. Quand il tonne ou esclaire, Montaigne, I, 23. Ses ouvrages, presentez d'un lustre qui nous esclaire à la vertu, Montaigne, I, 104. Si j'estoffois l'un de mes discours de ces riches despouilles, il esclaireroit par trop la bestise des aultres, Montaigne, I, 156. Le dragon fourbit et esclaire ses yeulx avec du fenoil, Montaigne, II, 171. Il tonnoit, il esclairoit en harenguant, et il portoit sur sa langue une fouldre terrible, Amyot, Péricl. 13. Sejour en tout temps egalement esclairé d'une lumiere pure et nette, Amyot, ib. 74. Elle les contraignit d'entrer et approcher du lict, tenant elle mesme la lampe pour leur esclairer, Amyot, Pélop. 66. Ilz avoient craint que Caton ne fust eleu preteur, de peur qu'il ne les esclairast de trop près, ou qu'il n'empeschast leurs desseings, Amyot, Cat. d'Utiq. 55. Et parce que le roy de Navarre, alors prisonnier, estoit esclairé de trop près, il fut arresté qu'Aubigné se tiendroit auprès de Fervacques, D'Aubigné, Vie, XXVIII. Un certain Gaspar Baronius, que Dieu avoit esclairé des lumieres de l'evangile, D'Aubigné, ib. CXXIX. Il le supplia de l'en esclarer [informer, instruire], Carloix, VI, 18. Je leur esclaire au rais de mon flambeau, Ronsard, 956.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉCLAIRER.
1 Fig. Ajoutez : La princesse [de Tarente] éclaire ces bois comme la nymphe Galatée, Sévigné, Lett. 29 sept. 1680. Comp. à ÉCLAIRÉ éclairé par les yeux de la Fontaine.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « éclairer »

Étymologie de éclairer - Littré

É- pour es- préfixe, et clair ; provenç. esclairar ; ital. schiarare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de éclairer - Wiktionnaire

Du latin exclarare, même sens. (Vers 980) esclairez (participe passé masculin singulier, cas sujet).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « éclairer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
éclairer eklɛre play_arrow

Conjugaison du verbe « éclairer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe éclairer

Évolution historique de l’usage du mot « éclairer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « éclairer »

  • Cette opération est de nature à diminuer les frais d’éclairage de cette double voie express, reliant sur un peu plus de 50 km El-Milia à Jijel. Il convient de rappeler que depuis son dédoublement, cette route est restée non éclairée au grand dépit de ses usagers. La nuit, ces derniers sont confrontés à tous les risques, surtout que certains aventuriers parmi les pilleurs de sable l’empruntent tous feux éteints tout le long du littoral allant de Lemzayer à Jijel. Par ailleurs, un autre projet du même type est retenu pour éclairer le contournement de la ville de Jijel jusqu’à El-Aouana. Cela permettra, annonce-t-on, de mettre en place des plaques d’éclairage à l’énergie solaire le long de ce tronçon d’une quinzaine de kilomètres. Ce projet mettra dans les meilleures conditions les usagers, surtout parmi les estivants qui l’emprunteront la nuit. http://www.liberte-algerie.com/, L'énergie solaire pour éclairer la RN43: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • Fou celui qui veut éclairer le soleil, fou celui qui veut amuser son âne. De Proverbe indien
  • Quand il s'agit d'éclairer et d'être éclairé, il faut regarder où est le devoir et non où est le péril. De Victor Hugo / Nouvelles Odes
  • Le savant dont les moeurs sont déréglées ressemble à un aveugle qui porte un flambeau dont il éclaire les autres, sans pouvoir s'éclairer lui-même. De Mocharrafoddin Saadi / Le jardin des roses
  • L'homme ne peut s'éclairer par Dieu ; c'est par l'homme qu'on essaiera d'éclairer Dieu. De Simone de Beauvoir / Pyrrhus et Cinéas
  • Il y a trois actes de gouvernement : éclairer, soutenir, combattre : éclairer les aveugles, soutenir les faibles, combattre les ennemis. De Henri Lacordaire / Pensées

Traductions du mot « éclairer »

Langue Traduction
Corse illuminà
Basque enlighten
Japonais 啓発する
Russe просветить
Portugais iluminar
Arabe يضيئ
Chinois 开导
Allemand erleuchten
Italien illuminare
Espagnol iluminar
Anglais enlighten
Source : Google Translate API

Synonymes de « éclairer »

Source : synonymes de éclairer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « éclairer »


Mots similaires