La langue française

Enténébrer

Définitions du mot « enténébrer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENTÉNÉBRER, verbe trans.

A.− Domaine concr.
1. [Le compl. désigne un inanimé] Envelopper de ténèbres, plonger dans l'obscurité (un paysage, un édifice). Synon. assombrir.Ses vitraux coloriés [de la cathédrale] l'enténèbrent de cette obscurité propre au recueillement (Chateaubr., Mém.,t. 4, 1848, p. 192).Une poussière rougeâtre (...) enténébrait l'atmosphère (Tharaud, Bienaimées,1932, p. 249):
1. Un soir qu'il [Raboliot] était resté plus longtemps à la lisière du Chamboux, (...) il avait vu la nuit engrisailler la lande, l'enténébrer sous un ciel sans lune, ... Genevoix, Raboliot,1925, p. 293.
Au passif. [Avec un compl. introduit par les prép. de ou par] Les bois noirs de sapins étaient déjà obscurcis et enténébrés du soir (Michelet, Oiseau,1856, p. 158).Cette salle était (...) enténébrée malgré ses nombreuses fenêtres par l'éternelle poussière noire (Genevoix, E. Charlebois,1944, p. 78).
Emploi pronom. à sens passif. Otto, debout contre la vitre, (...) regardait s'enténébrer le ciel (Bourges, Crépusc. dieux,1884, p. 317).Le chemin s'enfonce, s'enténèbre (Genevoix, Raboliot,1925, p. 57).
2. Rare. Mettre une note sombre. Orchidées enténébrées de crêpes. De longues boucles noires, presques bleues, enténébraient cette face blanche (Lorrain, Contes chandelle,1897, p. 172).
Rem. La docum. atteste enténèbrement, subst. masc. Il est des rares indépendants que n'aient pas tout d'abord influencé le travers du bleu et la manie du lilas; lui, au contraire, avait à se débarrasser des enténèbrements de l'école (Huysmans, Art mod., 1883, p. 116).
B.− P. métaph. et au fig.
1. [Avec l'idée de confusion, de trouble; le compl. désigne une faculté intellectuelle] Rendre incapable de discernement, faire perdre la possibilité de raisonner. Enténébrer l'esprit, la raison. Je sais pourquoi ma raison, ce soir, est enténébrée. Dans mon esprit gâté par l'abus récent de l'opium, la privation soudaine de cette drogue ajoute le ravage au ravage (Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 187):
2. ... le courant froid qui longeait la côte condensait sur le large des brumes décevantes et molles qui (...) faisaient du rivage ce désert frileux et moite, à l'haleine humide de malade, qui mollissait les muscles et enténébrait le cerveau. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 282.
Emploi pronom. à sens passif. Alban chercha à maîtriser son esprit qui s'enténébrait (Montherl., Songe,1922, p. 114).
2. [Avec l'idée de tristesse, de menace qu'évoquent les ténèbres]
a) Rendre triste, sombre; priver de gaieté, de joie. Sa présence enténébrait le plus joyeux repas. Il [Edward] ne savait plus laisser au vestiaire son masque fatal (Mauriac, Chair et sang,1920, p. 217):
3. On était en droit de rechercher le Christ en deçà du supplice, et dans la plénitude de sa joie (...). C'est le Christ crucifié qu'on continuait à voir, à enseigner. C'est ainsi que cette religion parvint à enténébrer le monde. Gide, Feuillets,1928, p. 899.
b) Emploi pronom. à sens passif. [Le suj. désigne la physionomie d'une pers.] Avoir une expression hostile, menaçante. Des visages qui s'ouvraient déjà, se ferment. Il serait plus juste de dire qu'ils s'obscurcissent, s'enténèbrent (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1105).
Prononc. : [ɑ ̃tenebʀe]. Étymol. et Hist. Fin xiiies. entenebrez (Vies des Saints, Richel. 20330, fo2 rods Gdf.). Dér. de ténèbre*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 22. Bbg. Darm. 1877, p. 139.

Wiktionnaire

Verbe

enténébrer \ɑ̃.te.ne.bʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Envelopper de ténèbres.
    • Si le Dieu s’oubliait, devenait un tyran, voulait enténébrer l’imagination de terreurs serviles, l'esprit armé d'une telle langue, lui retrouvant ses origines, dirait : « Qui t'a créé, c'est moi. » — (Jules Michelet, Bible de l'Humanité, Calmann-lévy, 1876, p.35)
    • Lorsque le ciel sera enténébré, que le peuple ne verra plus goutte dans la vie, alors montera de l'horizon au zénith l’Étoile du Matin irradiant sa splendeur. — (Henri Louatron, À la messe noire ou le Luciférisme existe, Mamers (Sarthe) : à compte d'auteur, s.d. (vers 1918-1920), page 53)

s'enténébrer \sɑ̃.te.ne.bʁe\ pronominal 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Figuré) S’obscurcir.
    • Quelque précaution que je prenne, et quand j’éviterais même de le prononcer des lèvres, le nom de Dieu semble rayonner tout à coup dans cet air épais, étonnant, et des visages qui s’ouvraient déjà, se ferment. Il serait plus juste de dire qu’ils s’obscurcissent, s’enténèbrent. — (Georges Bernanos, Journal d’un curé de campagne, 1936, p. 86)
    • Pour l’instant, ma mémoire ne s'enténèbre pas trop… — (Benoît Lacroix, Rumeurs à l’aube, Éditions Fides, 2015, p. 218)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ENTÉNÉBRER (an-té-né-bré) v. a.
  • Envelopper de ténèbres. Les vitraux [de la cathédrale de Regensburg] l'enténèbrent de cette obscurité propre au recueillement, Chateaubriand, dans le Dict. de DOCHEZ.

HISTORIQUE

XIIIe s. Cil qui ont longuement demore en chartre ont les oelz [yeux] entenebrez et oscurs, et ne poent veoir clerement, Du Cange, tenebrare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « enténébrer »

En 1, et ténèbres.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) De ténèbres, avec le préfixe en-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « enténébrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
enténébrer ɑ̃tenebre

Évolution historique de l’usage du mot « enténébrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « enténébrer »

  • Mais, de grâce, ne lui en tenez pas rigueur. En mobilisant un peu d’empathie, vous comprendrez les ressorts de cette distinction par le candidat, qui est déjà destiné à un bel avenir professionnel dans l’administration. L’enjeu, de cette nomenclature aux allures hardies, c’est d’introduire frauduleusement dans l’énonciation rigoureuse de la norme, des biais et des disparités, l’objet d’une casuistique où il veut chercher la petite bête juridique qui rendrait possible le détournement du pouvoir pour servir des intérêts particuliers, ceux des membres de sa tribu. Les tribalistes se reproduisent entre eux ; ils produisent encore des tribalistes. Le doctrinaire de la tribu, en ce sens, ne travaille plus à élucider les subtilités du droit, mais à en enténébrer la compréhension pour des buts autres que le renforcement de l’autorité de l’État, la préservation des libertés et la promotion des droits humains. camer.be, CAMEROUN :: « LES MINABLES PROPULSÉS » Et la grande blessure de la fonction publique :: CAMEROON
  • Il y a quelque chose de Nick Cave dans sa voix caverneuse, sa manière d'enténébrer le blues-rock avec l'élégance d'un croque-mort. Malgré son patronyme des plus rock'n'roll, John J Presley appartient plutôt à une famille de chanteurs et musiciens allant de Tom Waits aux Black Keys en passant par PJ Harvey ou Blood Red Shoes, dont il vient d'assurer la première partie en tournée. Soit une généalogie qui prend le blues comme source d'un rock au échos électriques bruts et cradingues. rts.ch, John J Presley, le blues dans la peau rock - rts.ch - Musiques
  • « L’ Algérie reconnaîtra les siens et son lustre d’antan recouvrera son éclat. Ne jouiront pas de sa lumière ceux qui ont choisi d’ enténébrer jusqu’aux dépotoirs qui leur serviront de demeures éternelles », a-t-il conclu. Algerie Eco, Yasmina Khadra dénonce "une poignée d'ignares pourris" qui "s'entête à s'agripper au pouvoir" en Algérie - Algerie Eco
  • L'amour du prochain présuppose donc l'amour de soi. La philosophe mystique Simone Weil, juive qui se considérait chrétienne même si elle n'avait jamais été baptisée, grande lectrice et exégète des textes théologiques, avait eu cette phrase sublime en commentant ce verset : « Aimer le prochain plus que soi-même, oublier de se prendre en considération, est une faute contre la raison. » Avec ses élèves de Bourges, à qui elle enseignait la philosophie, elle avait insisté : « L'amour de soi, c'est l'amour naturel. La méconnaissance de l'amour de soi est une folie. » Par quel maléfice l'amour de soi, prôné par la Bible et les Évangiles, s'est-il retourné en haine de soi ? Quatre siècles après Jésus, saint Augustin, évêque d'Hippone et Père de l'Église, subit l'influence de Plotin qui l'a précédé d'une centaine d'années. Ce dernier, un philosophe mystique gréco-romain, considère la personne humaine, l'individu, comme un obstacle majeur à la quête de la sagesse et avec l'identification à l'Un, le principe à l'origine du monde, nommé Dieu par le judéo-christianisme. Augustin marquera définitivement la théologie chrétienne en dénonçant les âmes qui se « détournent de l'amour du bien supérieur et immuable » pour « se complaire en elles-mêmes et ainsi se glacer et s'enténébrer ». Et il lancera cette prière, restée célèbre : « Mon Dieu, faites-moi connaître ce que je suis, et je n'ai pas besoin d'autre chose pour me couvrir de confusion et de mépris de moi-même. » Atlantico.fr, Comment sommes-nous passés de "l'amour de soi", prôné par Jésus, à la "haine de soi" ? | Atlantico.fr
  • Alors que le désenchantement semblait sur le point d'enténébrer les horizons, apparut un jeune homme beau comme le Petit Prince de Saint-Exupéry. Son élégance naturelle et son charisme époustouflant tempérèrent un peu nos hantises. Il n'avait que 25 ans et déjà il était ministre. Ce garçon-là avait tout pour lui : le charme, la jeunesse, l'autorité, l'avenir. Il parlait un français châtié, tenait tête aux grands de ce monde et, la repartie cinglante, il savait remettre à leur place les journalistes étrangers qui tentaient de le désarçonner avec leurs questions piégées. Il s'appelait Bouteflika et il incarnait, à lui tout seul, l'espoir de tout un continent. Son regard aussi clair qu'une eau cristalline donnait envie de le porter aux nues, de lui donner le bon Dieu sans confession. Ce que les Algériens firent les yeux fermés. Bouteflika rassurait et assurait. lejdd.fr, Bouteflika, splendeur et décadence, par Yasmina Khadra

Images d'illustration du mot « enténébrer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « enténébrer »

Langue Traduction
Anglais darken
Espagnol oscurecer
Italien scurire
Allemand verdunkeln
Chinois 变暗
Arabe أغمق
Portugais escurecer
Russe омрачать
Japonais 暗くする
Basque ilundu
Corse scura
Source : Google Translate API

Synonymes de « enténébrer »

Source : synonymes de enténébrer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « enténébrer »

Enténébrer

Retour au sommaire ➦

Partager