Clair : définition de clair, claire


Clair, claire : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CLAIR, CLAIRE, adj. et subst.

I.− Emploi adj. et adv.
A.− Emploi actif
1. Domaine de la vue
a) [En parlant d'une source de lumière ou de la production de la lumière] Qui rayonne, donne une bonne lumière, qui illumine, qui permet de voir. Jour, feu clair; temps clair; nuit claire. Anton. sombre, obscur.Chaque aéroport vantait son temps clair, son ciel transparent, sa bonne brise (Saint-Exupéry, Vol de nuit,1931, p. 94):
1. Quand le temps était clair, on apercevait la petite ligne d'argent qu'elle [la mer] faisait à quinze kilomètres de là. Gide, Si le grain ne meurt,1924, p. 412.
SYNT. Soleil clair; lune, étoile claire; un bon feu clair; un feu flambant clair; mettre qqc. sur [ou à] feu clair (c.-à-d. vif).
P. métaph. :
2. mesa. − Tu es radieuse et splendide! Tu es belle comme le jeune Apollon! Tu es droite comme une colonne! Tu es claire comme le soleil levant! Claudel, Partage de midi,1949, II, p. 1029.
3. ... le souvenir du jour où je vous ai tenue pour la première fois dans mes bras est aussi clair, aussi éblouissant en moi qu'un souvenir de petit garçon : ... Anouilh, La Répétition,1950, III, p. 81.
Emploi adv. Il fait clair. Il fait jour, il y a beaucoup de lumière (naturelle) dans un lieu. Parle! Prends mon bras, car la nuit est noire et il ne fait point clair (Claudel, Tête d'Or,2eversion, 1901, p. 179).
P. anal. Voir clair. Avoir une bonne vue. À nuit close, l'abbé voyait mal clair, juste assez pour se diriger le long des maisons (G. Duhamel, Chronique des Pasquier, Cécile parmi nous, 1938, p. 238).
b) P. méton. [En parlant d'un objet coloré ou d'une couleur] Qui produit un effet semblable à celui d'une bonne lumière naturelle. Teint clair, étoffe claire. Anton. foncé.
SYNT. Une robe gris clair, des cheveux châtain clair, des yeux clairs.
Loc. Croquer une pomme à belles dents claires.
Emploi adv. Peindre clair :
4. Les impressionnistes ont peint clair : les œuvres des impressionnistes donnent une grande impression de lumière. Hugues, Espr. d'atelier,s.d.
2. P. anal., domaine de l'ouïe
a) [En parlant d'un son, d'un bruit, d'une voix, d'une mus.] Qui produit sur l'oreille un effet comparable à celui que produit sur les yeux une lumière vive; aigu, argentin. Un cri, un tintement clair; une note, un timbre clair(e). Anton. sombre, grave.Elle eut un de ces petits rires clairs, cristallins, qui n'appartenaient qu'à elle (A. Arnoux, Pour solde de tout compte,1958, p. 234).
Expr. À haute et claire voix. D'une voix nette, bien perceptible.
Emploi adv. Chanter clair. Chanter d'une voix, claire. Sa main droite [d'Ulysse] prit et fit vibrer la corde, qui chanta bel et clair, comme un cri d'hirondelle (A. Schaeffner, Les Orig. des instruments de mus.,1936, p. 185):
5. Chanter, c'est ma façon de me battre et de croire; Et si de tous les chants mon chant est le plus fier, C'est que je chante clair afin qu'il fasse clair! E. Rostand, Chantecler,1910, II, 3, p. 110.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. composé clairsonnant. La trompette clairsonnante (Claudel, Les Euménides, trad. d'Eschyle, 1920, p. 967).
b) LING. Les voyelles claires (i, u, ...). Les voyelles claires sont celles dont le point d'articulation est situé vers la partie antérieure du palais, à savoir i, u, é, è, eu fermé et la voyelle nasale in (M. Grammont, Petit traité de versif. fr.,1908, p. 109).
c) [En parlant d'un métal] De l'argent clair et liquide. De l'argent (métal) qui, parce que pur, sonne clair et par conséquent est de bon aloi, en même temps qu'il est libre de toute hypothèque et immédiatement disponible (liquide).
P. ext. La fortune claire et liquide des deux enfants Borniche était de soixante-dix mille francs (Balzac, La Rabouilleuse,1842, p. 510).
Rapporter clair et net tant par an. Rapporter tant, tous frais déduits. Au fig. :
6. Si je vais à la Sorbonne aujourd'hui et que je demande ce qu'on y fournit au clair et au net sur la morale, on me répondra, et je verrai bien qu'on a essayé de trente-six palliatifs... Barrès, Mes cahiers,t. 8, 1909-11, p. 28.
B.− Emploi passif, domaine de la vue
1. [En parlant d'un espace, d'un lieu] Qui reçoit beaucoup de lumière, de jour. Chambre, église claire. Synon. bien éclairé; anton. sombre.
Rem. On rencontre ds la docum. l'adj. clarteux, euse, région. [Se dit souvent d'une chambre d'une salle] Clair, éclairé. En s'arrachant de l'éblouissement du dehors, et en pénétrant dans ce cube de noir, ils ont les yeux crevés et restent là quelques minutes, perdus, comme des hiboux. − C'est pas très clarteux, dit Mesnil Joseph (Barbusse, Le Feu, 1916, p. 82).
2. [En parlant d'un fluide]
a) [En parlant de l'eau] Qui laisse passer la lumière. Eau, fontaine, source claire. Synon. translucide, transparent, limpide; anton. opaque, trouble.Ce que je veux vous apporter c'est de l'eau claire (Giono, L'Eau vive,1943, p. 26).
b) [En parlant d'autres liquides, ou d'objets contenant un liquide dont la couleur est claire, ou qui est transparent] Vin clair; le beaujolais est un vin clair; bouillie, bouillon, soupe clair(e).
c) [Avec une idée second. suggérant un certain état naturel ou voulu] Œuf clair. Œuf non fécondé. Bouillon clair. Bouillon léger. Lait clair. Petit lait.
[L'idée second. peut être péj.] Bouillon, sirop clair (supra b). Bouillon, sirop peu consistant.
Expr. proverbiales et fig. C'est de l'eau claire. Cela ne vaut rien. Croyez cela et buvez de l'eau claire (pour critiquer la crédulité de quelqu'un).
3. [En parlant d'une chose ayant quelque anal. avec p. ex. l'ondulation ou la couleur d'un liquide, etc.] Qui donne l'impression de laisser passer la lumière parce que sa matière est peu condensée. Toile claire. Toile peu serrée. Blés clairs. Blés clairsemés.
Emploi adv. Semer clair. Semer peu serré. Gâcher clair. Avec peu de plâtre. Le plâtre [pour moules céramiques] doit être gâché clair (A. Brongniart, Traité des arts céram.,1844, p. 131).
SYLVIC. Faire une coupe claire. Couper les arbres de manière qu'il en reste peu (cf. clairière). Anton. coupe sombre.
Rem. On relève ds la docum. le verbe trans. clairer. a) Éclairer, briller. Attesté ds Lar. 19e,,vx mot``, DG ,,T. provinc.``, Lar. Lang. fr. ,,dialect.`` Un grand feu de bois, clairant vif (Pergaud, De Goupil à Margot, 1910, p. 205). b) Synon. de claircer (s.v. clairce rem.). Terme de fonderie. Clairer le minerai. Le laver (cf. Lar. 19e-20e).
C.− Emplois fig. [P. réf. à une source lumineuse qui rayonne ou reçoit une bonne lumière]
1. Domaine de la vie affective et morale.Qui caractérise le rayonnement d'une conduite sans ambiguïté, exempte de trouble. Une vie claire, un bonheur clair. Synon. pur, loyal.Tout sera clair et lumineux en moi malgré la pluie et le brouillard (A. Arnoux, Rencontres avec Richard Wagner,1927, p. 102).Il [l'étudiant] avait un sourire si clair, si ensoleillé, que Gourgaud sourit lui aussi et se sentit rassuré (G. Magnanne, La Bête à concours,1941, p. 16):
7. Alors, c'est venu [la réponse d'Albin] tout droit de Baumugnes (...). C'est venu, clair et franc, sans lie, sans arrière-pensée, comme un verre de marc. Giono, Un de Baumugnes,1929, p. 125.
2. Domaine de la vie intellectuelle
a) [En parlant de l'intelligence ou d'une pers. sous le rapport de son intelligence, de l'activité de son esprit] Qui analyse et comprend bien. Avoir l'esprit clair; une claire connaissance de qqc. (Quasi-)synon. net; anton. confus.Son intelligence est vive, juste et claire : c'est un harmonieux esprit (Barbey d'aurevilly, 2eMemorandum,1838, p. 294).Un regard clair nettoie la conscience comme un rayon de lumière purifie une eau (Gide, Les Faux-monnayeurs,1925, p. 1073):
8. ... Callot est net, clair, fin, précis, fidèle au vrai, malgré le maniéré de ses tournures et l'extravagance fanfaronne de ses ajustements; ... T. Gautier, Tra los montes,Voyage en Espagne, 1843, p. 117.
P. méton. [En parlant d'un produit de l'activité de l'esprit] Conception, idée claire.
Emplois adv.
Loc. usuelle. Voir clair (cf. supra A 1 a). Comprendre parfaitement une situation. J'ai voulu d'abord voir clair en moi (J. Bousquet, Traduit du silence,1935-36, p. 19):
9. Ce que j'admire en lui, c'est cette lucidité qui ne se dément pas, ce désir de voir aussi clair que possible, de ne pas se leurrer sur lui-même. Green, Journal,1949, p. 245.
P. anal. Tourner clair. Tourner net. Simon a un fauché lent et large qui déblaie bien (...). Ça tourne clair autour de lui (Giono, L'Eau vive,1943, p. 175).
b) [En parlant d'événements, d'une situation] Dont la compréhension ou l'interprétation n'offre pas de difficulté pour quiconque cherche à comprendre. Les faits sont clairs. Synon. patent, évident; anton. embrouillé, mystérieux.On oublie, depuis la vérité connue, que ce qui parut clair en ce temps-là, ce fut le mensonge (Clemenceau, La Réparation,1899, p. 204).Il est impossible de rendre clair et satisfaisant ce qui n'est qu'un tissu d'erreurs et de confusions (Ruyer, Esquisse d'une philos. de la struct.,1930, p. 318).Si le monde était clair, l'art ne serait pas (Camus, Le Mythe de Sisyphe,1942, p. 135):
10. ... il faudrait pourtant se résoudre à demeurer dans les ténèbres, à vivre entouré d'énigmes. L'argent, l'amour, rien n'est clair; le hasard, s'il existe, est aussi mystérieux que la providence et plus qu'elle encore, il est indéchiffrable! Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 187.
11. M. Joseph Reinach, (...) montre comment le fait de la trahison de Henry se trouve cadrer à miracle avec tout ce que l'on connaît de l'affaire Dreyfus-Picquart-Esterhazy. Par là tout s'explique, tout se comprend, tout devient clair. Clemenceau, La Réparation,1899, p. 530.
12. Ce que nous n'avons pas eu à déchiffrer, à éclaircir par notre effort personnel, ce qui était clair avant nous, n'est pas à nous. Ne vient de nous-même que ce que nous tirons de l'obscurité qui est en nous et que ne connaissent pas les autres. Proust, Le Temps retrouvé,1922, p. 880.
13. ... tu n'as pas remarqué, au souper de la générale, de quel regard il me foudroyait quand je parlais avec Volange? C'est clair comme deux et deux font quatre. À partir de là tout s'enchaîne. S. de Beauvoir, Les Mandarins,1954, p. 412.
Il est clair que. Il est bien clair qu'une statue a pour objet d'imiter de tout près un homme vraiment vivant (Taine, Philos. de l'art,t. 1, 1865, p. 15).
Expr. fam. C'est clair comme le jour, comme de l'eau de source, de l'eau de roche; prouver clair comme le jour que...; c'est clair et net. C'est clair comme de l'eau de boudin. Ce n'est pas clair du tout. Son affaire est claire (fam., péj.). On sait tout sur quelqu'un, son compte est bon, il a peu de chance de s'en tirer.
3. Domaine de l'expression.Qui consiste à s'exprimer de manière à être compris sans ambiguïté et donc vite. Allusion, indication claire et précise; réponse claire; langage, style clair. Si la langue [de Calvin] manque de souplesse, elle est invariablement claire et la ligne en est pure et droite (Green, Journal,1950-54, p. 286):
14. − ... J'ai entendu tant de raisonnements qui ont failli me tourner la tête, et qui ont tourné suffisamment d'autres têtes (...) que j'ai compris que tout le malheur des hommes venait de ce qu'ils ne tenaient pas un langage clair. Camus, La Peste,1947, p. 1424.
15. Les Français se figurent qu'on peut tout comprendre, tout tirer au clair (« ce qui n'est pas clair n'est pas français »). Ils font une exception pour le Créateur, ils y sont bien obligés par la foi, mais si l'Église n'était pas là pour veiller, ils le définiraient. Green, Journal,Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 251.
Emploi adv. Dire une chose tout clair. La dire sans ambiguïté et sans ambages. Le meilleur repas m'est, je vous le dis tout clair, Une chose odieuse (Ponchon, La Muse au cabaret,1920, Cabarets d'hier et d'aujourd'hui, p. 36).
P. anal., domaine mus.Le style en est clair, brillant et rapide [de la 1reSymphonie de Beethoven] (J.-C. Prod'homme, Les Symphonies de Beethoven,1921, p. 19).
P. ext., domaine de la psychol.Il vit dans mes yeux la claire expression d'une âme candide (Balzac, Le Lys dans la vallée,1836, p. 210).
II.− Emplois subst. (masc.)
A.− Emploi abs. ou suivi d'un compl. déterm. (non partitif)
1) [Dans l'espace]
a) Espace ensoleillé. Il venait de sortir de la forêt et du nuage (...) il fit quelques pas en avant pour être au clair (Giono, Batailles dans la montagne,1937, p. 61).
PEINT. Les clairs. Il dit simplement les clairs pour les parties lumineuses et éclairées (Moreau-Vauthier, La Peinture,1933, p. 46).
Arg. Les clairs. Les yeux. Souffler ses clairs [= ses yeux]. Dormir (L. Rigaud, Dict. du jargon parisien, 1878, p. 89).
b) Le clair de + subst. = subst. + clair.Le clair des tons. Les tons clairs. Dans le clair d'un essart (P. Vialar, Le Fusil à deux coups, 1960, p. 30) = dans un essart clair :
16. ... on apercevait (...) les vieux moulins toujours debout, levant leurs bras, au clair du ciel, ... A. Daudet, Les Rois en exil,1879, p. 69.
17. ... des fleurs et des caractères persans du seizième siècle, tissés dans le clair et la tendresse de ces trois uniques tons : de l'argent, de l'or vert, du bleu lapis-lazuli. E. de Goncourt, Les Frères Zemganno,1879, p. 188.
2. [Dans le temps météor.] Temps clair. Le temps est revenu vers le clair (Giono, Solitude de la pitié,1932, p. 59).
3. Clair + de + étoile, lune
a) Le clair de + subst. déterminé.À la clarté de. Au clair de la lune (Début de chanson populaire). Dans la nuit éclairée par la pleine lune.
b) Le clair de + subst. indéterminé.Le clair d'étoiles prolongeait le jour (Genevoix, Match à Vancouver, Laframboise et Bellehumeur, 1942, p. 59).
Clair de lune. Nuit de pleine lune. Alors ce ne sont plus que clairs de lune, gondoles, ivresses éthérées (Queneau, Pierrot mon ami,1942, p. 84).
P. métaph. La mort lui a mis son clair de lune sur la face (Renard, Journal,1897, p. 541).
P. anal. et p. méton. Ce grès à la couverte, couleur mastic, et où il y a des filtrées de bleu, et qu'on appelle en Chine clair de lune, serait un vase de la plus haute antiquité (E. de Goncourt, La Maison d'un artiste,1881, p. 226).
Rem. On rencontre ds la docum. des dér. fantaisistes. C'est Pierrot, clair-de-lunaire (J. Richepin, Le Pavé, 1883, p. 212). Un corps de femme ainsi clair de luné (E. et J. de Goncourt, Journal, 1888 ds M. Fuchs, Lex. du Journal des Goncourt, 1912).
B.− Emploi partitif
1. [Dans l'espace] Région. (Midi). Le clair de qqc. Partie lumineuse, ensoleillée de quelque chose. En partic. Bord d'un bois, où reparaît la lumière du jour. Aurore était entrée dans la forêt, mais pas profond et sans jamais quitter le clair de la lisière (Giono, Que ma joie demeure,1935, p. 392).
2. Au fig., usuel. Le plus clair de qqc. La partie nettement, incontestablement la plus importante de quelque chose. Donner le plus clair de son argent, de son temps à qqn, à qqc.; passer le plus clair de son temps à. Le plus clair de la journée, je suis seul dans ma chambre ou sur les routes (Green, Journal,Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 84).
C.− Loc. verbales. Prép. + clair
1. Prép. + clair (sans article)
a) De clair. Être ganté de clair. Le partenaire du maréchal est un petit capitaine d'état-major, sanglé, frisé, ganté de clair (A. Daudet, Contes du lundi,1873, p. 14).
Rem. On rencontre ds la docum. le dér. clair-ganté. De beaux messieurs Clairs-gantés essayent des poses (Toulet, Vers inédits, 1920, p. 37).
b) En clair. S'habiller en clair, plus rarement s'habiller de clair.
Montrer. (Se) détacher en clair. Ce joli groupe [l'Amour et Psyché de Gérard] se détache en clair d'un fond de ciel bleu et de collines boisées (T. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 17).
P. métaph. :
18. ... la mise en contact avec l'argent est un excellent réactif pour nous rendre sensible un caractère, pour nous le faire voir en clair et à plein. Thibaudet, Réflexions sur la crit.,1936, p. 54.
Au fig. Dire, écrire en clair. En langage sans équivoque. La liberté, précisément, ne peut s'imaginer sans le pouvoir de dire en clair le juste et l'injuste (Camus, L'Homme révolté,1951, p. 359):
19. Chacun [des arbres] avait son drame, son histoire, écrits en clair dans sa chair, dans le mouvement qu'il avait épousé. P. Vialar, La Chasse aux hommes,Les Odeurs et les sons, 1953, p. 164.
Spéc. Télégraphier en clair. Sans utiliser de code secret. Le 10 juillet 1888, Herz télégraphia en clair, de Francfort (Barrès, Leurs figures,1901, p. 49).Dépêche en clair. Dépêche non chiffrée.
2. Prép. + clair (précédé de l'article déf.)
a) Sabre au clair. Sabre placé hors du fourreau. À la grille, l'escadron de cuirassiers se formaient, sabre au clair (De Vogüé, Les Morts qui parlent,1899, p. 358).
b) Au fig.
Tirer qqc. au clair.
Rare. Tirer à clair. Ayant tiré à clair ceci que la vie humaine est une chose affreuse (Hugo, L'Homme qui rit,t. 1, 1869, p. 21).
Autres loc. :
20. ... un dessin est beau comme une écriture est belle. On y lit au clair la possession de soi, et cette profonde politesse qui mesure les gestes, mais vivifiée par l'esprit qui décide. Cette force sans passion, et qui parle à l'esprit seulement, est la parure de l'artiste; ... Alain, Système des beaux-arts,1920, p. 277.
21. ... le grand journal de ce matin et de cet après-midi a complètement rempli son triple office de me mettre au clair, de me délivrer, et finalement de me rendre à moi-même. Du Bos, Journal,1927, p. 241.
Prononc. et Orth. : [klε:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Homon. clerc. Lorsque clair suit un mot indiquant la couleur, il est inv. : des feuilles vert clair. Étymol. et Hist. A. Adj. 1. a) « éclatant [par sa couleur] » xies. vis cler (Alexis, éd. Ch. Storey, 347); ca 1100 soleil cler, jur cler, helme cler, sanc cler (Roland, éd. Bédier, 157, 162, 3274, 1342); b) « éclatant [par sa sonorité] » ca 1100 graile cler (ibid., 3194); c) « limpide » mil. xiiies. iaue clere (G. de Coincy, Miracles, éd. Koenig, t. 3, 173, v. 207); 2. ca 1174 « peu dense » (B. de Ste-Maure, Troie, 14485 ds T.-L. : li renc cler); 3. fin xiies. « évident, compréhensible » (Dialogues Grégoire, 13, 19, ibid.); 1680 stile clair (Rich.); 4. fin xiies. « qui saisit clairement » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, 277, ibid.); 1690 esprit clair (Fur.). B. Adv. 1. ca 1100 suner cler (Roland, éd. Bédier, 3138); 2. « de façon disséminée », v. clairsemé; 3. ca 1100 vedeir cler (Roland, 1992), v. aussi clairvoyant. C. Subst. 1. 1160-74 par cler « par temps clair » (Wace, Rou, II, 2304 ds T.-L.); 1611 clair de lune (Cotgr.); 2. ca 1375 « endroit peu touffu » (Modus et Ratio, éd. Tilander, t. 1, p. 27); 3. a) 1585 le plus clair de (N. du Fail, Contes d'Eutrapel, t. 2, p. 253 ds IGLF); b) 1803 tirer une affaire au clair (Wailly). Du lat. class. clarus « clair, brillant [du ciel, de la lumière], sonore [de la voix] », « intelligible manifeste ». Fréq. abs. littér. Clair : 7 699. Claire : 3 360. Fréq. rel. littér. Clair : xixes. : a) 5 750, b) 10 597; xxes. : a) 13 994, b) 13 741. Claire : xixes. : a) 2 367, b) 4 501; xxes. : a) 7 251, b) 5 496. Bbg. Colón (G.). Un Cambio de perspectiva etimológica Rosicler y su mediato origen francés. Trav. Ling. Litt. Strasbourg. 1971, t. 9, no1, pp. 229-251. − Gottsch. Redens. 1930, passim.Mat. Louis-Philippe 1951, p. 204. − Quem. Fichier.

Clair, claire : définition du Wiktionnaire

Adjectif

clair \klɛʁ\

  1. Qui a l’éclat du jour, de la lumière.
    • Mais, ô planète belle et claire […] — (François de Malherbe, II, 4)
    • Adieu donc, clairs soleils si divins et si beaux, Adieu l’honneur sacré des forêts et des eaux ! — (Mathurin Régnier, Plainte)
    • L’étoile reparaîtra avec un nouvel éclat ; vous la verrez marcher devant vous plus claire que jamais, et, comme les mages, vous serez transportés de joie. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Élévations sur les mystères, VI)
  2. Qui reçoit beaucoup de jour.
    • Le Havre, tout le monde le sait, est une ville de création beaucoup plus récente que Rouen, une ville claire, ouverte, aérée, une ville rectiligne. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Puis le donjon cesse d’être habité et ne garde qu’un rôle défensif tandis que la famille du seigneur s’installe dans un logis plus vaste et plus clair […] — (Brigitte Coppin, À la découverte du Moyen Âge, Père Castor Flammarion, 1998)
    • Il n'y a pas que le propriétaire qui a changé ! Les 17 chambres sont agréables et claires, équipées d’écrans plats, d'un coffre fort individuel, la literie est neuve et l’accueil y est chaleureux. — (Petit Futé Languedoc-Roussillon 2015, p.393)
  3. Transparent, pas trouble, pur.
    • Des vitres bien claires.
    • Clair comme le cristal.
    • Un nouveau réservoir d’eau claire de 200 litres conservera l’eau, mieux que des barils de chêne. — (Alain Gerbault, À la poursuite du soleil ; tome 1 : De New-York à Tahiti, 1929)
    • Vin clair. Eau claire.
    • Le long d’un clair ruisseau buvait une colombe. — (Jean de la Fontaine, Fables II, 12)
    • Savoure ce nectar plus clair que le rubis. — (Nicolas Gilbert, Nouvel Épicure)
  4. (Par extension) (Familier) Qualifie un œuf qui n’est pas fécondé.
    • Les reproducteurs ont absolument besoin d’eau avant et pendant la ponte ; sans quoi la fécondation n’a pas lieu (et tous les œufs sont clairs). — (L’Élevage des canards, dans Almanach de l’agriculteur français - 1932, éditions La Terre nationale, 1932, p. 106)
  5. Luisant, poli.
    • Des armes claires.
    • Vaisselle claire.
  6. (Par extension) La meilleure partie, la partie la plus sûre, la plus incontestable.
    • Le plus clair de son bien, de sa fortune, de bonnes terres, de bonnes maisons.
    • Lesquels deux mille écus du plus clair de mon bien seront pris et perçus. — (Jean-François Regnard, Le Légataire IV, 6)
  7. Peu foncé.
    • La petite, qui roulait sur ses vingt ans, était aguichante au possible, mince et rembourrée, les yeux clairs, mouillés de candeur vicieuse. — (Victor Méric, Les Compagnons de l’Escopette, Éditions de l’Épi, Paris, 1930, p. 30)
    • Il suivait une pente où l’herbe, usée à peine, sous le sombre sapin et sous le clair bouleau […] — (Charles François Philibert Masson, Les Helvétiens II)
  8. (Par extension) Éclairci.
    • Le temps, le ciel est clair.
    • Tous les jours se levaient clairs et sereins pour eux. — (Jean Racine, Phèdre IV, 6, 1677)
    • Pour toi, toute fumée ondulant, noire ou gaie, Sur le clair paysage […] — (Victor Hugo, Les Voix intérieures, 19)
  9. Peu consistant, peu épais.
    • Cette purée est trop claire.
  10. Peu serré, clairsemé.
    • Une toile claire. Les blés sont clairs.
  11. Net, aigu, en parlant de la voix et des sons.
    • La voix des femmes est plus claire que celle des hommes.
    • Il soit dit que sur l’heure il se transportera
      au logis de la dame ; et là d’une voix claire,
      devant quatre témoins assistés d’un notaire.
      — (Jean Racine, Les Plaideurs II, 4)
  12. (Figuré) Intelligible, aisé à comprendre, simple.
    • Cet auteur n’est pas clair. Des termes clairs. Des idées claires.
    • Je ne vois pas un seul auteur de l’antiquité qui ait un système suivi, méthodique, clair, marchant de conséquence en conséquence. — (Voltaire, Dictionnaire philosophique : Philosophie)
    • Ne doit-on pas interpréter des édits vagues et obscurs par des lois claires et reconnues qui les expliquent ? — (Voltaire, Lettre CLXVI : À M. Jabineau de la Voute, 4 février 1766)
    • J’exigerais de ceux [les esprits forts] qui vont contre le train commun et les grandes règles, qu’ils fussent plus que les autres, qu’ils eussent des raisons claires et de ces arguments qui emportent conviction. — (Jean de la Bruyère, XII)
    • Prenez quelque loiſir de rêver là-deſſus ;
      Laiſſez moins de fumée à vos feux militaires,
      Et vous pourrez avoir des viſions plus claires.
      — (Pierre Corneille, Nicomède II, 3)
    • Cette affaire n’est pas claire, elle est embrouillée.
    • Ce procédé, cette conduite, ces discours ne sont pas clairs, ils sont équivoques.
  13. Évident, manifeste.
    • L’armée est la manifestation la plus claire, la plus tangible et la plus solidement rattachée aux origines que l’on puisse avoir de l’État. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chap. III, Les préjugés contre la violence, 1908, p. 151)
    • Vous déguiſez en vain une choſe trop claire,
      Je vous vis encor hier entretenir Valère,
      Et l’accueil gracieux qu’il recevoit de vous
      Luy permet de nourrir un espoir aſſez doux.
      — (Pierre Corneille, Horace I, 2)
    • Le jour est déjà grand ; et la honte plus claire De l’apôtre ennuyé l’avertit de se taire. — (François de Malherbe, I, 4)
    • La justice, leur commune amie, les avait unis ; et maintenant ces deux âmes pieuses, touchées sur la terre du même désir de faire régner les lois, contemplent ensemble à découvert les lois éternelles d’où les nôtres sont dérivées ; et si quelque légère trace de nos faibles distinctions paraît encore dans une si simple et si claire vision, elles adorent Dieu en qualité de justice et de règle. — (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Michel le Tellier, chancelier de France, 25 janvier 1686)
    • Qui cherche la perfection,
      Loin de tout croire en téméraire,
      Pèse avec mûre attention tout ce qu’il entend dire et tout ce qu’il voit faire ;
      La plus claire apparence a peine à l’engager ;
      Il sait que notre esprit est prompt à mal juger,
      Notre langue prompte à médire ;
      Et, bien qu’il ait sa part en cette infirmité,
      Sur lui-même il garde un empire
      Qui le fait triompher de sa fragilité.
      — (Pierre Corneille, L’Imitation de Jésus-Christ I, 4)
    • De sorte que le chemin est au chemin, comme la force à la force ; ce que l’on peut prendre même pour la vraie cause de cet effet : étant clair que c’est la même chose de faire faire un pouce de chemin à cent livres d’eau, que de faire faire cent pouces de chemin à une livre d’eau ; et qu’ainsi, lorsqu’une livre d’eau est tellement ajustée avec cent livres d’eau, que les cent livres ne puissent se remuer un pouce, qu’elles ne fassent remuer la livre de cent pouces, il faut qu’elles demeurent en équilibre, une livre ayant autant de force pour faire faire un pouce de chemin à cent livres, que cent livres pour faire faire cent pouces à une livre. — (Blaise Pascal, De l’équilibre des liqueurs, II)
    • Que dirai-je des difficultés qu’on suscite dans l’exécution, lorsqu’on n’a pu refuser la justice à un droit trop clair ? — (Jacques-Bénigne Bossuet, Oraison funèbre de Michel le Tellier, chancelier de France, 25 janvier 1686)
    • L’on ne doit pas croire pour cela qu’il leur fût permis de tenir leur esprit en suspens sur la mission de Jésus-Christ ; puisqu’outre d’autres prophéties plus claires que le soleil qu’ils avoient devant les yeux, le Sauveur leur confirmoit sa venue par tant de miracles, qu’on ne pouvoit lui refuser sa créance sans une manifeste infidélité […] — (Jacques-Bénigne Bossuet, Explication de la prophétie d’Isaïe sur l’enfantement de la Sainte Vierge, et du psaume XXI)
  14. Qui comprend aisément, en parlant de l’esprit.
    • Avoir l’esprit clair.
    • Étaient-ce impressions qui pussent aveugler un jugement si clair ? — (François de Malherbe, V, 4)

Nom commun

claire \klɛʁ\ féminin

  1. (Arts) Les cendres lavées ou les os calcinés dont on se sert pour faire les coupelles dans l’affinage.
  2. Chaudière à clarifier le sucre.
  3. Coupelle à raffiner l’or.
  4. Réservoir d’eau de mer limpide pour les huîtres.
  5. (Zootechnie) Bassin peu profond dans lequel on affine les huîtres.
    • Des huîtres de claire.

Forme d’adjectif

claire \klɛʁ\

  1. Féminin singulier de clair.
    • Tandis que Zola fait d’Offenbach « le dieu de sauterie », le directeur d’un « bastringue », que Barbey d’Aurevilly l’accuse de « voyoucratiser » le théâtre, Nietzsche y voit « une musique française avec un esprit voltairien, libre, impertinente, avec un petit grincement sardonique mais claire, spirituelle jusqu’à la banalité (il ne farde rien) et dépourvue de la sensibilité mignarde et souffreteuse des Viennois » (§ 833 de La Volonté de Puissance). — (Marc Nouschi, Petit atlas historique de la culture en Occident, 2009)

Forme de verbe

claire \klɛʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de clairer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de clairer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de clairer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de clairer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de clairer.

Nom commun

claire \klɛʁ\ féminin

  1. (Arts) Les cendres lavées ou les os calcinés dont on se sert pour faire les coupelles dans l’affinage.
  2. Chaudière à clarifier le sucre.
  3. Coupelle à raffiner l’or.
  4. Réservoir d’eau de mer limpide pour les huîtres.
  5. (Zootechnie) Bassin peu profond dans lequel on affine les huîtres.
    • Des huîtres de claire.

Forme d’adjectif

claire \klɛʁ\

  1. Féminin singulier de clair.
    • Tandis que Zola fait d’Offenbach « le dieu de sauterie », le directeur d’un « bastringue », que Barbey d’Aurevilly l’accuse de « voyoucratiser » le théâtre, Nietzsche y voit « une musique française avec un esprit voltairien, libre, impertinente, avec un petit grincement sardonique mais claire, spirituelle jusqu’à la banalité (il ne farde rien) et dépourvue de la sensibilité mignarde et souffreteuse des Viennois » (§ 833 de La Volonté de Puissance). — (Marc Nouschi, Petit atlas historique de la culture en Occident, 2009)

Forme de verbe

claire \klɛʁ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de clairer.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de clairer.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de clairer.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de clairer.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif de clairer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Clair, claire : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CLAIR, AIRE. adj.
Qui projette de la lumière. La lune est claire. Le feu est clair de sa nature. Le bois sec fait un feu très clair. On l'emploie aussi comme nom masculin. Le clair de la lune, ou Clair de lune, La lumière, la clarté de la lune. Nous marchâmes toute la nuit au clair de la lune. Il fait clair de lune, grand clair de lune, un beau clair de lune. En termes de Peinture, Clair de lune, Tableau qui représente une vue prise au clair de la lune. Il signifie aussi Qui reçoit beaucoup de lumière. Cette église est très claire. Cette chambre, cette galerie est fort claire. On dit dans ce sens Il fait bien clair dans cette église, dans cette chambre, dans cette galerie. Absolument, Il fait clair, Il fait jour. Il ne faisait pas encore clair quand nous partîmes, Nous partîmes avant le lever du jour. Il faisait encore clair quand nous arrivâmes, Nous arrivâmes avant la tombée de la nuit. Mettre le sabre au clair, Le tirer hors du fourreau. Les cavaliers ont chargé, sabre au clair. Il signifie encore Qui est luisant, poli. Des armes claires. Vaisselle d'argent fort claire. Un plancher bien clair et bien frotté. Teint clair, Teint vif et uni. En parlant des Couleurs, il signifie Peu foncé. Vert clair. Rouge clair. Châtain clair. Bai clair. Il se dit, comme nom, en termes de Peinture, des Couleurs hautes qui représentent les jours, les parties les plus éclairées. Dans ce sens il s'emploie ordinairement au pluriel. Les clairs sont bien entendus, sont mal entendus dans ce tableau. Il se dit également, dans les ouvrages de tapisserie, des Laines et des soies claires qui servent à rehausser l'ouvrage. Cet ouvrage de tapisserie est presque achevé, il n'y a plus que les clairs à mettre. Il signifie aussi Qui est transparent, qui laisse passer librement la lumière, en sorte que l'on peut voir au travers. Verre clair. Des vitres bien claires. Clair comme cristal de roche. Il signifie particulièrement Qui n'est point trouble. Une claire fontaine. De l'eau claire. Vin clair. Ce vin n'est pas encore clair. Cette liqueur est claire. Clair comme de l'eau de roche. Le temps est clair, le ciel est clair et serein, Il n'y a aucun nuage en l'air. Fig., Tirer au clair un fait, une affaire, une difficulté, L'éclaircir. Il signifie aussi Qui a peu de consistance. Dans ce sens, il est opposé à Épais et il ne se dit proprement que des Choses liquides. Ce sirop est trop clair. Cette bouillie, cette purée est trop claire. Lait clair. On dit aussi Lait clair pour Petit lait. Il signifie encore Qui n'est pas bien serré, dont les parties ne sont pas près l'une de l'autre. Toile claire. De la gaze bien claire. Avoir les cheveux bien clairs. Les blés sont fort clairs. Ce bois est fort clair. Adverbialement, Semer clair, Répandre la graine de loin en loin et en moindre quantité qu'à l'ordinaire. Il se dit en outre de la Voix et des sons et signifie Qui est net et pur. Cet enfant de chœur a la voix claire. La voix des femmes est ordinairement plus claire que celle des hommes. Un son, un timbre clair. Il signifie au figuré Qui est intelligible, aisé à comprendre. Idée claire. Style clair. Discours clair. Il s'est expliqué en termes fort clairs. Une expression claire. Un commentaire très clair. Il n'y a rien de si clair. Il est clair que... Cela est clair et net. Méthode claire et aisée. On l'emploie comme nom dans Télégramme en clair, Dépêche en clair, Télégramme rédigé en langage intelligible à tous et non en langage secret et convenu. Il s'applique aussi aux Personnes. Ce professeur n'est pas clair dans ses définitions. Cet auteur, ce poète n'est pas clair. Fig., Avoir l'esprit clair, Avoir beaucoup de netteté dans l'esprit, dans le jugement. Il signifie aussi Qui est évident, manifeste. Son droit est clair comme le jour. La raison, la conséquence en est claire. Preuve claire, claire comme le jour. Il vous trompe, la chose est claire. Ce procédé, cette conduite, ces discours ne sont pas clairs, Ce procédé, cette conduite, ces discours sont équivoques. Cette affaire n'est pas claire, Elle est embrouillée et suspecte. Clairs deniers, argent clair, L'argent, les sommes qu'on peut toucher quand on veut, qu'on peut recevoir aisément. Il s'est payé des plus clairs deniers de la recette. C'est de l'argent clair. On dit dans le même sens, Il m'a constitué une rente sur le plus clair de son bien. Voilà le plus clair de son revenu. Il s'emploie aussi adverbialement et signifie d'une manière nette et distincte. On ne voit pas clair dans cette pièce. Le jour baisse; on ne voit plus clair. Fig., Voir clair, voir fort clair, Avoir l'esprit pénétrant. On ne lui en fera pas aisément accroire, il voit fort clair. On dit aussi Voir clair dans une affaire, L'avoir bien débrouillée, la bien connaître. Avant de m'engager, je veux y voir clair. Fig., Clair et net, haut et clair, Franchement, nettement, et sans chercher d'adoucissement, de détours. Parler clair et net, haut et clair. Il a dit son sentiment haut et clair. Clair et net signifie quelquefois Tous frais déduits. Il gagne, clair et net, cent mille francs dans cette affaire.

Clair, claire : définition du Littré (1872-1877)

CLAIR (klêr, klê-r') adj.
  • 1Qui a l'éclat du jour, de la lumière. Le bois sec fait un feu très clair. Mais, ô planète belle et claire…, Malherbe, II, 4. Adieu donc, clairs soleils si divins et si beaux, Adieu l'honneur sacré des forêts et des eaux ! Régnier, Plainte. L'étoile reparaîtra avec un nouvel éclat ; vous la verrez marcher devant vous plus claire que jamais, et, comme les mages, vous serez transportés de joie, Bossuet, Élévations sur les myst. VI.
  • 2Qui reçoit beaucoup de jour. Cette chambre est fort claire.

    Transparent. Des vitres bien claires. Clair comme le cristal.

  • 3Luisant, poli. Des armes claires. Vaisselle claire.

    Argent clair ou clairs deniers, argent comptant, et, par suite, argent qu'on est certain de toucher. Sa Majesté, dans les premiers jours de sa régence, épuisa l'épargne des plus clairs deniers, La Rochefoucauld, Mém. 23.

    Par extension. Le plus clair de son bien, de sa fortune, la partie la plus sûre, la plus incontestable, par exemple de bonnes terres, de bonnes maisons, de bonnes rentes. Lesquels deux mille écus Du plus clair de mon bien seront pris et perçus, Regnard, Légat. IV, 6. Son plus clair revenu consistait en bon vin, Voltaire, Finances.

    Argent clair s'est dit, ainsi que argent sec, pour argent comptant, à cause de l'éclat, ou, plaisamment, à cause de l'état sec que présentent des pièces de monnaie comptées pour un payement.

  • 4Qui est d'une nuance peu foncée, en parlant des couleurs. Vert clair. Brun clair. Un teint clair. Il suivait une pente où l'herbe, usée à peine, Sous le sombre sapin et sous le clair bouleau…, Masson, Helv. II.

    Clair-brun, clair-brune, qui est d'un brun clair. Cheveux clair-bruns. Cette fille est clair-brune. Dans cette orthographe, qui est celle de l'Académie, clair est adverbe.

  • 5Qui n'est pas trouble. Vin clair. Eau claire. Le long d'un clair ruisseau buvait une colombe, La Fontaine, Fabl. II, 12. Ainsi qu'un clair ruisseau, captif entre ses bords, Delavigne, Ép. à Lamartine. Clairs ruisseaux, sombres bois, qui la vîtes fidèle, Cessez de retracer à mon cœur affligé L'image d'une ardeur et si vive et si belle, Chaulieu, Sur une infidélité. Savoure ce nectar plus clair que le rubis, Gilbert, Nouvel Épicure.

    Fig. Faire de l'eau claire, ne pas réussir. Mais quoi ! que feras-tu que de l'eau toute claire ? Molière, l'Étour. III, 1.

    Par extension. Le temps, le ciel est clair. Tous les jours se levaient clairs et sereins pour eux, Racine, Phèd. IV, 6. Pour toi, toute fumée ondulant, noire ou gaie, Sur le clair paysage…, Hugo, Voix intér. 19.

  • 6Qui a peu de consistance, par opposition à épais. Cette purée est trop claire.

    Un œuf clair, œuf qui a été pondu par une femelle d'oiseau non fécondée.

    Lait clair signifie quelquefois petit-lait.

  • 7Qui n'est pas assez serré, dont les parties ne sont pas rapprochées. Une toile claire. Les blés sont clairs.

    Bois clair, bois dont les arbres sont assez éloignés les uns des autres.

  • 8Net, aigu, en parlant de la voix et des sons. La voix des femmes est plus claire que celle des hommes. Et là d'une voix claire, Devant quatre témoins assistés d'un notaire, Racine, Plaid. II, 4.
  • 9 Fig. Aisé à comprendre. Cet auteur n'est pas clair. Des termes clairs. Des idées claires. Un système suivi, méthodique, clair, marchant de conséquence en conséquence, Voltaire, Dict. phil. Philosophie. Ne doit-on pas interpréter des édits vagues et obscurs par des lois claires et reconnues qui les expliquent ? Voltaire, Lett. de la Voute, 4 février 1766.

    Cette affaire n'est pas claire, elle est embrouillée.

    Ce procédé, cette conduite, ces discours ne sont pas clairs, ils sont équivoques.

    Familièrement. Est-ce clair ? c'est-à-dire ai-je parlé d'une façon intelligible ?

    Le plus clair d'une affaire, tout ce qu'on peut y comprendre.

  • 10Qui comprend aisément, en parlant de l'esprit. Avoir l'esprit clair. Étaient-ce impressions qui pussent aveugler Un jugement si clair ? Malherbe, V, 4.
  • 11Évident, manifeste. Son droit est clair. La loi est claire et précise. Vous déguisez en vain une chose trop claire, Corneille, Hor. I, 2. Et vous pourrez avoir des visions plus claires, Corneille, Nicom. II, 3. Le jour est déjà grand ; et la honte plus claire De l'apôtre ennuyé l'avertit de se taire, Malherbe, I, 4. Maintenant ces deux âmes pieuses contemplent ensemble à découvert les lois éternelles d'où les nôtres sont dérivées ; et si quelque légère trace de nos faibles distinctions paraît encore dans une si simple et si claire vision, elles adorent Dieu en qualité de justice et de règle, Bossuet, le Tellier. Qui cherche la perfection, Loin de tout croire en téméraire, Pèse avec mûre attention Tout ce qu'il entend dire et tout ce qu'il voit faire ; La plus claire apparence a peine à l'engager, Corneille, Imitation, I, 4. Ce que l'on peut prendre pour la cause de cet effet, étant clair que c'est la même chose de faire faire un pouce de chemin à cent livres d'eau que de faire faire cent pouces de chemin à une livre d'eau, Pascal, Équil. des liqueurs, II. Que dirai-je des difficultés qu'on suscite dans l'exécution, lorsqu'on n'a pu refuser la justice à un droit trop clair ? Bossuet, le Tellier. Des prophéties plus claires que le soleil, Bossuet, Hist. II, 4. J'exigerais de ceux [les esprits forts] qui vont contre le train commun et les grandes règles, qu'ils fussent plus que les autres, qu'ils eussent des raisons claires et de ces arguments qui emportent conviction, La Bruyère, XII.

    Familièrement. C'est un profit tout clair, un profit manifeste. Au lieu de dépenser mon argent, je l'ai placé, c'est un profit tout clair. Détaillons un peu les obligations que je vous ai : premier acte [de Tancrède], premier remercîment ; la première scène du second, supprimée, profit tout clair, Voltaire, Lett. d'Argental, 24 sept. 1760.

  • 12Clair, s. m. Clarté. Au clair de la lune. Notre promenade fut charmante au clair de lune, Sévigné, 214. Les bigots… criaient tous Disant : au clair de lune Il [Guilain] fait danser les loups, Béranger, Ménétr. de Meudon.

    Terme de peinture. Un clair de lune, tableau d'une vue prise au clair de la lune.

    Il fait clair, il fait jour, et aussi on voit clair. Il fait clair dans cette galerie.

  • 13 Terme de peinture. Parties éclairées d'un tableau. C'est ainsi que la peinture divise en grande masse ses clairs et ses obscurs, Montesquieu, Goût, Variété.
  • 14Dans une tapisserie, les clairs, les laines, les soies de couleur claire. Cette tapisserie est presque achevée, il n'y a plus que les clairs à mettre.

    Endroit d'une étoffe ou d'un bas où, les fils étant à moitié usés, le jour se voit à travers sans qu'il y ait un trou. Raccommoder, faire les clairs d'un bas.

  • 15Tirer un liquide au clair, le mettre en bouteilles quand il a bien reposé.

    Fig. Tirer une affaire au clair, l'éclaircir, en étudier toutes les circonstances.

    Dans le même sens, mettre au clair. Chavigny, se voyant mis au clair [dévoilé], n'eut recours qu'au pardon, Saint-Simon, VIII, 98.

  • 16Clair, adv. D'une manière claire, distincte. Voir clair. On lui vient dire qu'il verra clair [ne sera pas aveugle], Sévigné, 6.

    Entendre clair, avoir l'ouïe bonne. Moins usité que voir clair.

    Fig. Voir clair, être pénétrant, se rendre compte d'une chose. Et le sort, qui détruit tout ce que je consulte, Me fait voir assez clair que jamais ce tumulte N'aura paix qu'au tombeau, Malherbe, V, 21. Ils se vantent de voir fort clair en leurs affaires, La Fontaine, Fiancée. L'œil qui voit dans les cœurs clair comme dans les cieux, Sait quelle aversion j'eus depuis pour tes dieux, Rotrou, St. Gen. III, 6. Je commence à voir clair dans cet avis des cieux, Racine, Athal. II, 6. Dieu voit clair dans nos cœurs, Bossuet, I, Pent. 2. Elle voit bien clair à l'intérêt que j'y prends, Sévigné, 382. On voit clair au travers de mes paroles, Sévigné, 45. En venant à vouloir voir clair aux effets de notre marquise, Molière, l'Av. IV, 1. Qui peut aisément voir clair dans l'histoire que vous ferez, Molière, ib. V, 5. Vous avez vu clair et dans la vanité de toutes les choses humaines et dans les grandes vérités de l'éternité, Massillon, Car. Inconstance. Qui voudraient voir clair dans les secrets de Dieu, Massillon, Car. Temples. Ceux qui voudraient voir clair dans les voies éternelles de Dieu, Massillon, Avent, Noël. Ma musique est une musique de conséquence, il faut voir clair à ce qu'on fait, Regnard, Sérén. sc. 18.

    Parler clair, parler avec une voix grêle et aiguë.

    Fig. Parler clair, parler clair et net, parler ouvertement, sans réticence ni ménagement. Déclarant haut et clair que celui qui se dit mon ami ne l'est point.

    Fig. Cette ferme lui rapporte clair et net quatre mille francs par an, c'est-à-dire tous frais déduits.

    Clair, en espaçant, de loin en loin. Semer clair. Des épinards plantés clair.

HISTORIQUE

XIe s. Que nous perdons clere Espagne la bele, Ch. de Rol. IV. Bels fut li vespres, et li soleils fut cler, ib. X. Cler en riant [il] l'a dit à Guenelon, ib. XLVII. Montjoie [il] escrie et hautement et cler, ib. CXLV. Li sanz touz clairs par mi le cors lui raie, ib. CXLVI.

XIIe s. Princes e très cliers e granz ies [tu es] en ceste cité, Machab. I, 2. Mil graille sonent, mout en sont cler li son, Ronc. p. 71. Clere est la nuit et la lune luisant, ib. p. 111. L'espée [il] ceint, dont li pons [la poignée] reluit cler, ib. p. 125. À cleres armes, à riches gonfanons, ib. p. 133. Cler luit la lune par la cité antie, ib. p. 147. Plus [j'] en auroie le cuer del ventre cler [satisfait], ib. p. 158. Mais se vos ieus, où l'on se puet mirer, Qui tant sont cler…, Couci, II. Que li faus enfes [enfant] qui crie Pour la bele estoile avoir, Qu'il voit haut et cler seoir, ib. III. Mais son cler vis et sa fresche bouchete, ib. VI. Et vos [votre] douz front qui plus est cler que glace, ib. X. Le front poli et cler, les oils vairs et rianz, Sax. V. Ce fu à Pentecoste, que il fait bel et cler, ib. XII.

XIIIe s. La fille [de] Blancheflor la roÿne au cler vis, Berte, XX. [Elle] cuida que il fust jour, pour ce qu'il faisoit cler, ib. XLIII. S'en depart la royne, car la lune luist clere, ib. XLIV. [Votre père] Qui ça vous envoia bele, plaisant et clere, ib. XCVIII. Et l'autre partie par clers usages et par cleres coustumes, usées et acoustumées de lonc tans pesivlement [paisiblement], Beaumanoir, 13. Bien seüst veoir cler, Qui i veïst un mauvais cas, Rutebeuf, 306. Cis siecles est moult fel, si nous veut enganer ; N'i a vraie justice ; nus n'i peut veïr cler, Moult i convient grant garde por nos ames salver, Ch. d'Ant. I, 96. Si que je leur monsterrai tout cler, que je n'enporte point d'argent, Joinville, 282.

XIVe s. Il est tout clair que telles petites fortunes ne font pas…, Oresme, Eth. 24. Et dit cilz d'Alebret : Je le dirai tout cler : On dit que vous tenez et faites enserrer Ung chevalier prison que je doi bien amer, Guesclin. 13405. La paste est plus clere et est comme boulie clere, Ménagier, II, 5. Laissiez reposer vos rainsseures ; puis vuidiez le cler, et le coulez, ib.

XVe s. De nuit on oyt moult clair, Froissart, II, II, 213. Et le comte qui sage et subtil estoit, et qui à ses besognes assez clair veoit, Froissart, II, III, 5. Et chevaucherent ces François tous armés au clair, Froissart, I, I, 316. Je vois bien cler ; jà ne faut qu'on me maine, Orléans, Ball. 97. Pour estre de cette chose certainement et au clair informé, Bouciq. III, ch. 4. Le jour estoit ung peu au cler et esclarcy, Commines, I, 11. Ayant clere congnoissance de gens, Commines, II, 6. Sire, dit elle qui de loing traire vouloit clere eaue [tirer des éclaircissements], plaise vous moy nommer celles qui sont mariées et à qui, Perceforest, t. III, f° 74.

XVIe s. C'est une chose claire comme le soleil en plein midi, Calvin, Instit. 1155. Au lieu que je declaire, Le fleuve Lot couve son eau peu claire, Marot, I, 258. J'ay mis au clair le plus grand de mes doutes, J'ay descouvert cent secrets d'un traict d'œil, Saint-Gelais, 181. Le nom tout seul de François de la Tour Dira assez au clair sang de Turene Qu'il n'est pas mort, Saint-Gelais, 196. Il y voyoit si clair, d'un jugement si sain que…, Montaigne, I, 147. Voir clair en ses affaires, Montaigne, II, 80. Il faict clair [il fait beau soleil], Montaigne, II, 358. Les accidents qui sont advenus aux cinq roys, qui regnerent à Rome depuis Numa, ont rendu sa gloire encore plus claire et plus illustre, Amyot, Numa, 36. Galba en prit la hardiesse de dire publiquement hault et clair, qu'il…, Amyot, P. Aem. 51. Si tost donques que le jour fut clair…, Amyot, ib. 52. Si feit ses rencs clairs du commencement, pour engarder que les ennemis ne le peussent envelopper, Amyot, Crassus, 44. Des sachets de toile claire, De Serres, 225. Comme dans un miroir, on voit toutes les graces Au clair de votre teint…, Œuvres de DESPORTES, p. 155, dans LACURNE. Suppose que l'heritier offre accomplir le testament, et ce de bailler caution, ou de laisser es mains de l'executeur autant que se monte le cler du dit testament, Coustum. génér. t. I, p. 77.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CLAIR. Ajoutez :
17Terme rural. En labour clair, dans une terre labourable qui n'est pas plantée. Ma terre de la Riverie [basse Normandie],… consistant en bâtiments d'habitation et d'exploitation, cours, jardins légumiers, terre en labour clair, labour planté et pré, Gaz. des Trib. 7-8 sept. 1874, p. 859, 3e col.
19En clair, se dit d'une dépêche écrite en caractères ordinaires, par opposition à dépêche chiffrée. Quelle peut donc être cette dépêche en clair que le colonel L… déclare vous avoir entendu lire à la date du 23 ? Gaz. des Trib. 8 oct. 1873, p. 968, 2e col.
19Le sabre au clair, le sabre tiré hors du fourreau. Les gendarmes à cheval, le sabre au clair, faisaient évacuer les rues voisines en les parcourant au grand trot, Indépendance belge, dans Gaz. des Trib. 20-21 avril 1874, p. 383, 4e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Clair, claire : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CLAIR, (Physiq.) adjectif relatif à la quantité des rayons de lumiere qu’un corps réfléchit vers nos yeux, & quelquefois à la quantité de parties solides qu’il contient.

Ainsi on dit des couleurs claires, une eau claire, un verre clair, une étoffe claire. Une étoffe est d’autant plus claire qu’elle contient moins de parties solides, & qu’elle est percée d’un plus grand nombre de jours. Un verre, une eau sont d’autant plus clairs, qu’ils permettent un passage plus libre aux rayons de la lumiere, & que par conséquent ils en renvoyent moins à nos yeux. Une couleur est d’autant plus claire, que sa teinte est plus foible, plus voisine du blanc, & que par conséquent la quantité de rayons réfléchis est plus grande. V. Blancheur.

Clair, Bay-clair, (Maréchallerie & Manége.) nuance de poil bay. Voyez Bay.

Clair, en Peinture, se dit des parties les plus éclairées d’un tableau ; elles s’appellent le clair, ou pour parler plus pittoresquement, les parties lumineuses on éclairées. (R)

Clair obscur, s. m. (Peinture.) Rien ne peut donner une idée plus nette du clair obscur, que ce qu’en dit M. de Piles.

En Peinture, la connoissance de la lumiere, par rapport à la distribution qu’on en doit faire sur les objets, est une des plus importantes parties & des plus essentielles à cet art. Elle contient deux choses, l’incidence des lumieres & des ombres particulieres, & l’intelligence des lumieres en général, que l’on appelle ordinairement le clair obscur.

Par l’incidence de la lumiere, il faut entendre la connoissance de l’ombre que doit faire & porter un corps situé sur un tel plan, & exposé à une lumiere donnée ; connoissance qui s’acquiert par celle de la perspective, dont les démonstrations nécessitent le peintre à lui obéir. Par l’incidence des lumieres, l’on entend donc les lumieres & les ombres qui appartiennent aux objets particuliers ; & par le mot de clair obscur, l’art de distribuer avantageusement les lumieres & les ombres qui doivent se trouver dans un tableau, tant pour le repos & la satisfaction des yeux, que pour l’effet du tout ensemble.

L’incidence des lumieres, ainsi qu’on l’a dit, force le peintre à suivre les lois de la perspective, au lieu que le clair obscur dépend absolument de l’imagination du peintre ; car celui qui choisit les objets est maître de les disposer de maniere à recevoir les lumieres & les ombres telles qu’il les desire dans son tableau, & d’y introduire les accidens & les couleurs dont il pourra tirer de l’avantage. Enfin comme les lumieres & les ombres particulieres sont comprises dans les lumieres & les ombres générales, il faut regarder le clair obscur comme un tout, & l’incidence de la lumiere comme une partie que le clair obscur suppose.

On désigne par le mot clair, non-seulement ce qui est exposé sous une lumiere directe, mais aussi toutes les couleurs qui sont lumineuses de leur nature ; & par le mot obscur, non-seulement il faut entendre toutes les ombres causées directement par l’incidence & par la privation de la lumiere, mais encore toutes les couleurs qui sont naturellement brunes ; ensorte que sous l’exposition de la lumiere même elles conservent l’obscurité, & soient capables de grouper avec les ombres des autres objets. Tels sont, par exemple, un velours chargé, une étoffe brune, un cheval noir, des armures polies, & d’autres choses semblables, qui conservent leur obscurité naturelle ou apparente à quelque lumiere qu’on les expose.

Il faut encore observer que le clair obscur qui renferme & suppose l’incidence de la lumiere & de l’ombre, comme le tout renferme sa partie, regarde cette même partie d’une maniere qui lui est particuliere, en ce que le clair obscur ajoûte à la précision de cette partie, l’art de rendre les objets plus de relief, plus vrais, & plus sensibles. Mais quoique le clair obscur comprenne la science de distribuer toutes les lumieres & toutes les ombres, il s’entend plus particulierement des grandes lumieres & des grandes ombres, ramassées avec une industrie qui en cache l’artifice. Trois moyens conduisent à la pratique du clair obscur.

I. moyen. La distribution des objets.

II. moyen. Le corps des couleurs.

III. moyen. Les accidens.

Premierement la distribution des objets. La distribution des objets forme des masses de clair-obscur, lorsque par une industrieuse œconomie on les dispose de maniere que ce qu’ils ont de lumineux se trouve joint ensemble d’un côté, & que ce qu’ils ont d’obscur se trouve lié ensemble d’un autre côté, & que cet amas de lumieres & d’ombres empêche la dissipation de notre vûe ; c’est ce que le Titien appelloit la grappe de raisin, parce que les grains de raisin séparés les uns des autres auroient chacun sa lumiere & son ombre également, & partageant ainsi la vûe en plusieurs rayons, lui causeroient de la confusion : au lieu qu’étant tous rassemblés en une grappe, & ne faisant par ce moyen qu’une masse de clair & qu’une masse d’ombre, les yeux les embrassent comme un seul objet. Ce que je dis ici de la grappe de raisin ne doit pas être pris grossierement à la lettre, ni selon l’arrangement ni selon la forme ; c’est une comparaison sensible, qui ne signifie autre chose que la jonction des clairs & la jonction des ombres.

En second lieu, le corps des couleurs. La distribution des couleurs contribue aux masses des clairs & aux masses d’ombres, sans que la lumiere directe y fasse autre chose que de rendre les objets visibles : cela dépend de la supposition que fait le peintre, qui est libre d’introduire une figure habillée de brun, qui demeurera obscure malgré la lumiere dont elle peut être frappée, & qui fera d’autant plus son effet, qu’elle en cachera l’artifice. Ce que je dis d’une couleur peut s’entendre de toutes les autres couleurs, selon le degré de leur ton, & le besoin qu’en aura le peintre.

Le troisieme moyen de produire l’effet du clair-obscur naît des accidens. Leur distribution peut servir à l’effet du clair-obscur, ou dans la lumiere ou dans les ombres. Il y a des lumieres & des ombres accidentelles : la lumiere accidentelle est celle qui est accessoire au tableau, comme la lumiere de quelque fenêtre, ou d’un flambeau, ou de quelqu’autre cause lumineuse, laquelle est pourtant inférieure à la lumiere primitive : les ombres accidentelles sont, par exemple, celles des nuées dans un paysage, ou de quelqu’autre cause que l’on suppose hors du tableau, & qui peut produire des ombres avantageuses ; mais en supposant hors du tableau la cause de ces ombres volantes, pour ainsi parler, il faut prendre garde que cette cause supposée soit vraissemblable, & non pas impossible. Voy. le cours de Peint. de M. de Piles.

On appelle un dessein de clair-obscur, un dessein qui est lavé d’une seule couleur, ou dont les ombres sont d’une couleur brune, & les lumieres rehaussées de blanc. On nomme encore ainsi les tableaux qui ne sont que de deux couleurs, comme les fresques de Polydore qui sont à Rome.

Les planches gravées à la maniere noire portent encore le nom générique de clair-obscur. (R)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « clair »

Étymologie de clair - Littré

Wallon, clér ; Berry, clar, cl mouillés ; bourguig. clar ; provenç. clar ; espagn. claro ; ital. chiaro ; du latin clarus, clair.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de clair - Wiktionnaire

(XIVe siècle) De l’ancien français cler, du latin clarus (« clair »). À noter que l’orthographe clair si elle était cohérente remonterait à un mot latin *clarius. (XIIe siècle) cler. (Xe siècle) clar.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « clair »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
clair klɛr play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « clair »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « clair »

  • « On vient là tous les étés depuis qu'on est gamins. L'eau est tellement claire qu'on ne peut pas résister. C'est notre petite côte d'Azur ! » Ces hommes âgés de 30 à 45 ans vivent à Mours, à deux pas du lac des Ciments de Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise). Comme chaque année dès que la chaleur devient trop lourde, ils passent leur après-midi au bord de l'eau et piquent une tête de temps en temps. Ce samedi, ils étaient plusieurs centaines à faire de même. leparisien.fr, Canicule : dans ce lac interdit du Val-d’Oise, «l’eau est si claire qu’on ne peut pas résister» - Le Parisien
  • A retrouver dès le 6 juillet en clair via myCANAL ou sur TV via le canal Evénement N°19 pour nos abonnés, en collaboration avec la @FHCM. pic.twitter.com/uOO4hbfWef Univers Freebox, Canal+ va lancer une nouvelle chaîne éphémère en clair à partir de lundi prochain
  • Géant américain, Johnson and Johnson a décidé d'aller plus loin, en interdisant cette semaine la vente de substances éclaircissantes conçues pour l'Asie et le Moyen-Orient. Le Figaro.fr, L'Oréal supprime les mots «blanc», «blanchissant» et «clair» de ses produits
  • Si le monde était clair, l'art ne serait pas. De Albert Camus / Le mythe de Sisyphe
  • Doit-on dire un noir ou un homme de couleur. Tout ceci n’est pas clair. De Serge Gainsbourg
  • Celui qui assiste en spectateur voit clair, celui qui prend parti se laisse égarer. De Proverbe chinois
  • Les chats voient clair la nuit, mais ça ne leur sert à rien. Les chattes voient clair aussi. De François Cavanna
  • L'art c'est la science faite clair.
  • Restructuration. En clair : "Mon vieux, vous êtes viré !" De Jacques Mailhot / La politique d'en rire
  • Dans l’obscurité j’avance au clair de ma plume. De Grand Corps Malade / Midi 20
  • La rêverie est le clair de lune de la pensée. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Orage. L'éclair ne voit pas clair. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • Que tout fût clair, tout nous semblerait vain. De Paul Valéry / La jeune Parque
  • Ce qui est trop clair n'est pas intéressant. De Alexandre Soljenitsyne
  • Les yeux de l'étranger voient plus clair. De Charles Reade
  • La nuit venue, on y verra plus clair. De Roland Topor
  • Si les coeurs étaient clairs, le monde serait clair. De Jacques Audiberti / Le Mal court
  • Etre clair, c'est avouer. De Jean Rostand / Carnet d’un biologiste

Images d'illustration du mot « clair »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « clair »

Langue Traduction
Portugais claro
Allemand klar
Italien chiaro
Espagnol claro
Anglais clear
Source : Google Translate API

Synonymes de « clair »

Source : synonymes de clair sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « clair »


Mots similaires