La langue française

Détromper

Sommaire

  • Définitions du mot détromper
  • Étymologie de « détromper »
  • Phonétique de « détromper »
  • Évolution historique de l’usage du mot « détromper »
  • Citations contenant le mot « détromper »
  • Traductions du mot « détromper »
  • Synonymes de « détromper »
  • Antonymes de « détromper »

Définitions du mot détromper

Trésor de la Langue Française informatisé

DÉTROMPER, verbe trans.

[Le compl. d'obj. désigne une pers., un attribut ou une manifestation d'une pers.] Faire que quelqu'un ne soit pas (ou plus) trompé, le tirer d'erreur (cf. abuser ex. 21) :
1. L'homme ne trouve le courage de résister, de se révolter que contre une autorité qui montre des signes de défaillance. (...) Mon « optimisme » m'empêchait de le croire autrefois. Mais la guerre m'a détrompé amplement. Le courage révolté, ou « révolutionnaire », de l'homme? Sombre blague. Romains, Les Hommes de bonne volonté,Verdun, 1938, p. 229.
[Le verbe est suivi d'un compl. d'obj. second. qui désigne la chose erronée] Détromper qqn de/sur qqc.Détromper le peuple sur les absurdités qu'il plaira au premier venu de lui débiter (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 378):
2. Tu sais, mon cher ami, que ta santé et ton bonheur sont les deux objets de mes désirs, et quand tu feins de l'ignorer c'est pour avoir le plaisir d'être détrompé d'une erreur que tu n'as pas. Staël, Lettres de jeunesse,1786, p. 117.
Vieilli. [Avec un compl. d'obj. second., la prép. de ou sur désignant la pers. sur laquelle porte (ou a porté) l'erreur] :
3. ... je ne me suis jamais cru digne de l'amour d'un être tel que toi. Tu t'abuses toi-même sur la nature des sentiments que je t'inspire, et mon devoir, (...) c'est de te détromper sur toi-même. Ne me parle donc plus de ton amour, Adèle, ... Hugo, Lettres à la fiancée,1822, p. 256.
4. ... comme on sera bien plus détrompé des Kings, des nobles et des prêtres vers 1870 qu'aujourd'hui, il me vient la tentation d'outrer certains traits contre cette vermine de l'espèce humaine. Stendhal, Souvenirs d'égotisme,1832, p. 125.
Rem. Selon Ac. 1835-78 la constr. détromper qqn sur le compte de qqn est préférable à la constr. détromper qqn de qqn.
Rare. [Le compl. d'obj. second. est une prop. inf. introduite par de] La souffrance (...) nous détrompe de vouloir le moins pour nous porter à vouloir le plus (Blondel, Action,1993, p. 380).
Emploi pronom. réfl., en emploi abs. Lui [à la chimie] reprocher de se détromper elle-même par ses expériences, c'est l'accuser de sa bonne-foi (Chateaubr., Génie,t. 2, 1803, p. 46).
[Le plus souvent dans la conversation à l'impér.] :
5. Joe (...) vous n'avez pas très bien dormi, peut-être? wanda. − Détrompez-vous! Excellente nuit, après la plus divertissante des soirées... Martin du Gard, Un Taciturne,1932, p. 1279.
Vx. [Le verbe est suivi d'un compl. d'obj. second. désignant la chose erronée] Tu penses (...) qu'un poète est méchant (...) Détrompe-toi de cette erreur. Non, le jeune poète est doux, innocent (Chénier, Élégies,1794, p. 19).
Rem. On rencontre ds la docum. a) L'inf. subst. détromper, rare. Fait d'être détrompé. De mes projets, de mes études, de mes expériences, il ne m'est resté qu'un détromper complet de toutes les choses que poursuit le monde (Chateaubr., Mém., t. 4, 1848, p. 597). b) Des ex. du part. passé adj. détrompé, ée. Sorti d'erreur. Si les nuées reviennent voiler le soleil, tout dans l'ombre se flétrit à ses yeux : l'avenir est chargé de maux, tout est sinistre, alarmant, le voilà détrompé, triste, accablé (Senancour, Rêveries, 1799, p. 59). Malades et inquiets, consumés de chagrins incessants, détrompés de leurs espérances, (...) avides d'infini, affamés d'un bonheur qu'ils ne rencontraient nulle part, néanmoins, malgré ces dégoûts, ce vide (...) Otto et Giula s'aimaient, d'une manière inexprimable (Bourges, Crépusc. dieux, 1884, p. 273).
Prononc. et Orth. : [detʀ ɔ ̃pe], (je) détrompe [detʀ ɔ ̃:p]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1611 (Cotgr.). Dér. de tromper*; préf. dé-*. Fréq. abs. littér. : 311. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 790, b) 339; xxes. : a) 267, b) 301.

Wiktionnaire

Verbe

détromper \de.tʁɔ̃.pe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Tirer quelqu’un de l’erreur.
    • Je ne crus point ici devoir détromper le père Milot au sujet de ses croyances linguistiques et il continua : […]. — (Louis Pergaud, Un point d’histoire, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Je veux vous détromper sur le compte de cet homme-là. — Il se fiait à ce fripon, j’ai eu bien de la peine à l’en détromper.
    • — Pour la détromper mon oncle, je crois qu’une bonne fessée s’impose. — (Moi Renart, 1986 (épisode 9))
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉTROMPER. v. tr.
Tirer quelqu'un d'erreur. Vous avez une opinion dont je veux vous détromper. Je veux vous détromper sur le compte de cet homme-là. Il se fiait à ce fripon, j'ai eu bien de la peine à l'en détromper. Cette lettre le détrompa. L'événement l'a bien détrompé. Il a eu de la peine à s'en détromper. Détrompez-vous.

Littré (1872-1877)

DÉTROMPER (dé-tron-pé) v. a.
  • 1Tirer d'erreur. Il croit qu'on le dessert secrètement ; il faut le détromper. Il veut par cet affront qu'elle soit détrompée, Racine, Brit. I, 2. La diète fut bientôt détrompée de la fausse nouvelle de la mort du roi de Suède, Voltaire, Charles XII, 2. Le bonheur m'aveugla ; la mort m'a détrompé, Voltaire, Alz. V, 7.

    Absolument. Avant d'instruire, il faut détromper, Montesquieu, dans le Dict. de BESCHERELLE.

    Détromper de quelqu'un, ôter à quelqu'un l'opinion qu'il avait d'une autre personne. On est quelquefois moins malheureux d'être trompé de ce qu'on aime que d'en être détrompé, La Rochefoucauld, dans RICHELET. Le dessein d'épouser Lucinde devient un dessein très inutile, si l'on ne la détrompe de Moncade, Baron, Homme à bonnes fort. I, 1.

    Détromper se dit des choses dans le même sens. J'irai, bien plus content et de vous et de moi, Détromper son amour d'une feinte forcée Que je n'allais tantôt déguiser ma pensée, Racine, Baj. III, 4. Détrompez son erreur, fléchissez son courage, Racine, Phèd. I, 5.

  • 2Se détromper, v. réfl. Sortir d'une erreur. C'en serait assez pour se détromper de tels docteurs, Bossuet, dans LAVEAUX. Rien n'aide tant à se détromper du monde que le monde même, Massillon, Car. Resp. hum. Les meilleurs princes sont souvent trop crédules ; et, quand ils ont donné leur confiance à quelqu'un de leurs sujets, ils ont peine à la retirer et ne se détrompent pas aisément, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 120, dans POUGENS.

REMARQUE

Vaugelas dit qu'il a vu venir détromper à la cour, qu'on le trouvait étrange au commencement, mais qu'aujourd'hui il est entièrement en usage.

HISTORIQUE

XVIe s. Pour donner quelque sorte de cognoissance des choses tant importantes et detromper le monde des impertinences qu'en veulent faire croire des escrivains de ce temps, Sully, dans le Dict. de DOCHEZ.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DÉTROMPER. Ajoutez :
3 Substantivement. Le détromper, état de celui qui est détrompé. Il ne m'est resté qu'un détromper complet de toutes les choses que poursuit le monde, Chateaubriand, Mém. d'outre-tombe (éd. de Bruxelles), t. VI, Conclusion, l'idée chrétienne et l'avenir du monde.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « détromper »

 Dérivé de tromper avec le préfixe dé-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dé… préfixe, et tromper.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « détromper »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
détromper detrɔmpe

Évolution historique de l’usage du mot « détromper »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « détromper »

  • Crédulité. Plus difficile à dissuader qu'à persuader, et plus facile à tromper qu'à détromper. De Joseph Joubert / Carnets
  • Du coup, Arthur n'a pas le coeur ni le courage de le détromper. Et César, pour égayer les derniers jours de son ami d'enfance, décide de s'installer chez lui et de faire la bringue jusqu'à plus soif. Ce mensonge fournira l'essentiel du comique de situation mais aussi de l'émotion. Les Echos, « Le meilleur reste à venir » : un cancer pour deux | Les Echos

Traductions du mot « détromper »

Langue Traduction
Anglais undeceive
Espagnol sacar de engaño
Italien undeceive
Allemand undeceive
Chinois 不欺骗
Arabe نور من الأوهام
Portugais desiludir
Russe открывать глаза
Japonais だまして
Basque desengainatzeko
Corse indeceive
Source : Google Translate API

Synonymes de « détromper »

Source : synonymes de détromper sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « détromper »

Partager