La langue française

Corrompre

Définitions du mot « corrompre »

Trésor de la Langue Française informatisé

CORROMPRE, verbe trans.

I.− [L'obj. désigne un corps, une substance matérielle]
A.− Changer l'état naturel de quelque chose en le rendant mauvais, généralement par décomposition. Corrompre l'atmosphère, la chair, l'eau; les exhalaisons des eaux stagnantes corrompent l'air. Synon. avarier, détériorer, gâter, polluer, souiller, vicier.La chaleur corrompt la viande (Lar. Lang. fr.) :
1. ... le visage de saint Jean, très gris, plombé, est d'une douleur profonde, délicate, qui semble avoir corrompu sa chair. G. de La Tourette, Léonard de Vinci,1932, p. 84.
Emploi pronom. Un insecte, en se corrompant, peut engendrer une foule de petits insectes de même catégorie (Rostand, Genèse vie,1943, p. 16).
B.− Emplois techn. Apporter une modification dans la substance ou la forme de certains matériaux.
1. SERR. ,,L'action de changer la forme et la nature du fer, en le refoulant ou en repliant ses parties les unes sur les autres et dans un sens contraire, pour lui ôter sa ductilité et le rendre plus cassant`` (Jossier 1881).
2. PEAUSS. et MÉTALL. Synon. de corroyer (d'apr. Duval 1959).
II.− Au fig.
A.− [Au plan de la vie psychique ou soc.; l'accent est mis sur l'altération, la désintégration] Altérer la valeur d'une structure concrète ou abstraite, la changer en mal.
1. [Le compl. désigne une œuvre, une structure, une valeur soc.] Corrompre l'autorité, la discipline, l'État, la foi, les institutions, la sculpture; la démagogie corrompt la démocratie; les idées nouvelles corrompent la république. Synon. (partiels) déformer, détruire.Les princes (...) excèdent leur pouvoir et corrompent la justice (A. France, Anneau améth.,1899, p. 416):
2. Il [Satan] empoisonne l'eau lustrale, il brûle dans la cire consacrée, respire dans l'haleine des vierges, déchire avec la haire et la discipline, corrompt toute voie. Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 154.
Emploi abs. La parole peut construire, comme elle peut créer, comme elle peut corrompre (Valéry, Eupalinos,1923, p. 92).
2. [Le compl. désigne une réalité psychique, une valeur intellectuelle ou culturelle : idée, jugement, goût, sentiment] Affaiblir ou détruire la valeur (beauté, exactitude, justesse, originalité, pureté). Corrompre le bonheur, les désirs, l'esprit, le goût littéraire, le plaisir, la raison, la tendresse; le mépris corrompait ma générosité; le dandysme corrompt l'élégance. Synon. dégrader, dénaturer.La politique corrompt toujours la beauté (Stendhal, Journal,t. 3, 1809-11, p. 92).L'envie amère lui tombait [à Du Roy] dans l'âme goutte à goutte, comme un fiel qui corrompait toutes ses joies (Maupass., Bel-Ami,1885, p. 333):
3. Il [Mallarmé] ne pouvait donc produire que fort peu; mais ce peu, à peine goûté, corrompait la saveur de toute autre poésie. Valéry, Variété III,1936, p. 15.
3. [L'obj. désigne une réalité, une valeur du domaine de l'expr. individuelle ou soc.] Corrompre une langue. La dénaturer, altérer sa pureté (par des usages considérés comme fautifs, par des emprunts). Corrompre un mot. Le déformer, phonétiquement ou graphiquement. Corrompre un manuscrit, un texte. Altérer, volontairement ou non, son authenticité, sa forme ou son sens, par faute de copie, interpolation, omission ou addition; mal établir, mal interpréter. Il lui eût confié les manuscrits et traités de Platon, s'il n'eût eu peur qu'il les corrompît et emberlificotât davantage (L. Daudet, Sylla,1922, p. 233).
Emploi pronom. La langue se corrompt; son style se corrompt peu à peu.
B.− [L'accent est mis sur le jugement moral qu'appelle l'altération] Dénaturer, dégrader en détruisant ce qui est intègre, sain, honnête et constitue une valeur morale.
1. [Le compl. est un nom de pers. individuel ou collectif] Corrompre les foules, la jeunesse, les journaux, le peuple, la presse; le pouvoir corrompt presque toujours ceux qui l'exercent; la prospérité corrompt les hommes. Synon. débaucher, démoraliser, dépraver, pervertir.Il [Triboulet] déprave le roi, il le corrompt, il l'abrutit (Hugo, Roi s'am.,1832, p. 340).
[Avec une valeur atténuée] Influencer en mal :
4. Pour lui plaire, comme si elle [Emma] vivait encore il adopta ses prédilections, ses idées (...). Il mettait du cosmétique à ses moustaches, il souscrivait comme elle des billets à ordre. Elle le corrompait par delà le tombeau. Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 201.
Emploi pronom. La presse se corrompt.
En partic.
a) Rare. Inciter (quelqu'un) à un comportement sexuel que condamne la société. Corrompre une femme. Synon. débaucher, séduire.Elle corrompait tous les petits garçons (E. de Goncourt, Élisa,1877, p. 127).
Rem. Cet emploi est signalé comme ,,vx`` par Lar. Lang. fr.
b) Usuel. Pousser (quelqu'un) à agir contre son devoir, sa conscience, par des dons, des promesses, la persuasion (cf. corruption II B 1). Corrompre un député, un fonctionnaire, une personne de confiance. Synon. acheter, soudoyer, stipendier.Les pauvres qui ne demandent pas mieux que de corrompre cette autorité subalterne [le garde champêtre], la sentinelle avancée de la propriété (Balzac, Paysans,1844-50, p. 153):
5. Ils [Emma et son amant] avisèrent (...) à organiser leurs rendez-vous; Emma voulait corrompre sa servante par un cadeau; mais il eût mieux valu découvrir à Yonville quelque maison discrète. Flaubert, Madame Bovary,t. 2, 1857, p. 4.
2. [Le compl. désigne une entité abstr. de nature individuelle ou soc.] Corrompre le cœur, les mœurs, la morale, la conscience, l'opinion publique, les sentiments humains; l'argent corrompt les âmes. Synon. avilir, dégrader, dénaturer, pervertir, souiller, vicier.[Ce fut plus] en déréglant les esprits qu'en dégradant les cœurs, ou même en corrompant les mœurs... (Tocqueville, Anc. Rég. Révol.,1856, p. 251):
6. Rousseau a commis un attentat bien plus grave que le simple renversement du tribunal de la conscience qui condamnait tous les crimes... Jean-Jacques n'a pas détruit la conscience, il l'a corrompue. Mauriac, Mes grands hommes,1949, p. 67.
Emploi pronom. La morale se corrompt; les mœurs se corrompent.
3. Emploi abs. Corrompant sans plaisir, amoureux de lui-même (Musset, Namouna,1832, p. 423).Le plaisir de corrompre est un de ceux qu'on a le moins étudié; il en va de même de tout ce qu'on prend d'abord soin de flétrir (Gide, Journal,1917, p. 625).
Rem. 1. Corrompre, presque toujours empl. avec un sens négatif, peut parfois être utilisé avec un sens neutre ou positif. a) Pop. et vx. Corrompre l'eau. La mélanger avec du vin, du vinaigre, du sucre, etc. afin de corriger, de rectifier son goût. Attesté ds Littré, Lar. 19e-20e. b) Littér. (avec un renversement de valeur : la corruption est, en réalité, un bienfait). L'encens corrompait divinement l'air (Arnoux, Écoute, 1923, p. 168). Il faut laisser le travail intérieur corrompre heureusement les textes (Id., Visite Mathus., 1961, p. 13). 2. La docum. atteste le subst. fém. corromperie, région. Synon. saloperie. La mère Tuvache (...) [répétait] qu'il fallait être dénaturé pour vendre son enfant, que c'était une horreur, une saleté, une corromperie (Maupass., Contes et nouv., t. 1, Aux champs, 1882, p. 79). 3. Selon Littré, corrompable ,,pourrait être employé à côté de corruptible, qui se dit moins communément de la corruption matérielle``.
Prononc. et Orth. : [kɔ ʀ ɔ ̃:pʀ ̥], (je) corromps [kɔ ʀ ɔ ̃]. [ʀ] simple ds la majorité des dict. [rr] double donnée comme var. ds Warn. 1968. Pour Fér. Crit. t. 1 1787 et Gattel 1841, r est forte. Ds Ac. depuis 1694. Conjug. : cf. rompre. Étymol. et Hist. 1. 1160-74 « séduire, violer (une femme) » (Wace, Rou, éd. A. J. Holden, II, 4257); réputé ,,vx`` ds Nouv. Lar. ill.; 2. a) 1165-70 « altérer un texte » (Chr. de Troyes, Erec et Enide, éd. M. Roques, 21); b) 1216 intrans. « s'altérer par décomposition » (Anger, Trad. Vie St Grégoire, 747 ds T.-L.); 3. a) 1172-74 « pervertir, altérer (moralement) » (G. de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 2768 : ... li pullent sels qui l'esperit corrunt); b) 1283 « engager quelqu'un par des dons, des promesses, à agir contre sa conscience, son devoir » (Ph. de Beaumanoir, Coutumes Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1246). Empr. au lat. class. corrumpere (< rumpere « rompre, briser » et cum intensif) « détruire, anéantir, altérer (physiquement ou moralement) ». Fréq. abs. littér. : 470 (corrompant : 189). Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 260, b) 516; xxes. : a) 339, b) 442.

Wiktionnaire

Verbe

corrompre \kɔ.ʁɔ̃pʁ\ transitif 3e groupe (voir la conjugaison)

  1. Gâter, altérer, changer en mal.
    • Il allait quelquefois chez Zadig, et se mettait à table sans être prié : il y corrompait toute la joie de la société, comme on dit que les harpies infectent les viandes qu'elles touchent. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, IV. L'envieux, 1748)
    • Le bonheur de t'avoir est toujours corrompu par la perspective de te perdre. — (San Antonio, Réflexions définitives sur l'au-delà, S-A 9 , Fleuve noir, 2000)
    • La viande se corrompt par les grandes chaleurs.
    • La langue latine commença à se corrompre peu de temps après Auguste.
  2. Séduire, débaucher.
    • Il fut tué par un des siens dont il avait voulu corrompre la femme.
    • Socrate fut accusé de corrompre la jeunesse.
  3. (Par extension) Engager quelqu'un par des dons, des promesses, ou par d'autres moyens, à faire quelque chose contre son devoir, sa conscience, contre l'honneur, etc.
    • La justice est faussée, et ceux qui élèvent la voix au nom du peuple, on les corrompt ou on les supprime, et ceux qui le servent le volent. (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch; Le Legs de Caïn (Contes Galiciens), traduction anonyme de 1874).
  4. (Technique) Plier, rompre à force de plier.
    • Corrompre un métal, un cuir.

Verbe

corrompre

  1. Corrompre, souiller.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CORROMPRE. (Il se conjugue comme ROMPRE.) v. tr.
Altérer en désorganisant. Ces miasmes avaient corrompu l'air. Eau corrompue. La viande se corrompt par les grandes chaleurs. Il s'emploie surtout au sens figuré. Corrompre les mœurs. Corrompre le cœur. Un esprit corrompu. Le luxe a corrompu cette nation. Mot corrompu par l'usage. La langue latine commença à se corrompre peu de temps après Auguste. Le goût se corrompt avec les mœurs. Corrompre le jugement. Socrate fut accusé de corrompre la jeunesse. Corrompre une fille, une femme, La séduire la débaucher. Il se dit aussi figurément en parlant d'un Texte, d'un passage qu'on altère. Le texte a été bien corrompu en cet endroit. Il signifie souvent Engager quelqu'un, par des dons ou autrement, à faire quelque chose contre son devoir, sa conscience. On corrompit les témoins. Il s'est laissé corrompre. Le prisonnier corrompit ses gardiens et s'évada.

Littré (1872-1877)

CORROMPRE (ko-ron-pre), je corromps, tu corromps, il corrompt, nous corrompons, ils corrompent ; je corrompais ; je corrompis ; je corromprai ; je corromprais ; corromps, corrompons ; que je corrompe, que nous corrompions ; que je corrompisse ; corrompant ; corrompu v. a.
  • 1Rompre l'ensemble, et, par suite, gâter, détruire. Arsanes mit le feu partout et corrompit tout ce qui pouvait servir à l'usage des hommes, Vaugelas, Q. C. 168.

    Fig. Adieu donc ! Fi du plaisir Que la crainte peut corrompre, La Fontaine, Fabl. I, 9. Vous corrompez tout par d'injustes usages, Massillon, Car. Voc. Comme toute chair a corrompu sa voie, Massillon, ib. Motifs. Belle Aréthuse, ainsi ton onde fortunée Roule, au sein furieux d'Amphitrite étonnée, Un cristal toujours pur et des flots toujours clairs, Que ne corrompt jamais l'amertume des mers, Voltaire, Henr. IX. Vous avez corrompu tous les dons précieux Que pour un autre usage ont mis en vous les dieux, Voltaire, Catil. I, 1. L'effroi qui me saisit, corrompant mon espoir…, Voltaire, Triumv. IV, 6. Vous comprenez assez quelle amertume affreuse Corrompait de mes jours la durée odieuse, Voltaire, Zaïre, I, 2. Les novateurs dont les interprétations corrompaient la simplicité de la foi, Chateaubriand, Génie, I, I, 1. Je puis t'abandonner ; oui, je mourrai content, J'ai corrompu ta joie, Delavigne, Vêpres, sicil. IV, 5.

    Altérer la forme, la figure, l'état de certaines choses. Corrompre la forme d'un chapeau. Ce sens a vieilli.

    Terme de corroyeur. Faire venir le grain à un cuir de vache. Corrompre la vache.

    Terme de métallurgie. Corrompre le fer, en pétrir toutes les parties par le feu ou par le marteau.

    Terme de cirier. Corrompre la cire, lui ôter la ductilité.

    Terme de cartonnier. Corrompre les coupeaux ou cartons, les recourber de manière que la partie concave soit du côté de la peinture des cartes à jouer.

    Populairement. Corrompre l'eau, la corriger en y ajoutant un peu de vin, de vinaigre, de sucre, etc.

  • 2Gâter par décomposition putride. La décomposition de substances organiques avait corrompu les eaux. La terre que nous habitons n'est devenue salubre que par les travaux de l'homme ; dans son origine, elle était couverte de forêts et de marécages qui corrompaient l'air ; c'est l'état actuel de Madagascar, Raynal, Hist. phil. IV, 4.
  • 3Dépraver. Corrompre les mœurs. La flatterie le corrompit. Deux cœurs nés généreux qu'un traître a corrompus, Voltaire, Fanat. III, 11. Cambyse, fils de Cyrus, fut celui qui corrompit les mœurs des Perses, Bossuet, Hist. III, 5.
  • 4Altérer, modifier en mal, en parlant de la langue, du goût, du style. La lecture des mauvais auteurs corrompt le goût. Corrompre une langue. L'invasion des barbares corrompit le latin. Dans les arts d'imagination, tout ce qui n'est pas neuf ou brillant est inutile ; et la multiplication des ouvrages médiocres corrompt le goût au lieu de le former, Condorcet, Haller.

    Corrompre un texte. La négligence des copistes a corrompu bien des passages dans les auteurs anciens. Il a omis ces paroles par un dessein outrageux, pour corrompre la pensée de ce père, Pascal, Prov. Réfut. de la rép. à la 12e lett. Il découvre l'orgueil caché et l'hypocrisie des Pharisiens et des docteurs de la loi qui la corrompaient par leurs interprétations, Bossuet, Hist. II, 6.

  • 5 Fig. Gagner quelqu'un par dons ou promesses. Il essaya de corrompre ses juges. On corrompit les témoins. C'est à qui se sent faible à corrompre son juge, Quinault, la Comédie sans comédie, II, 5. Il avait corrompu par argent la garnison, Fénelon, Tél. XX. On l'accusait aussi d'avoir corrompu à force de présents la prêtresse de Delphes, qui avait ordonné, de la part du Dieu, de le rappeler de l'exil, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. III, p. 591, dans POUGENS. Des moines, parcourant l'Helvétie alarmée, Divisent les tribus et corrompent l'armée, Massillon, Helvétiens, V.

    Séduire, en parlant d'une femme. En poursuivant les fuyards, il fut tué par un des siens dont il avait corrompu la femme, Bossuet, Hist. I, 10. Crispe, fils de Constantin, mais d'un autre mariage, accusé par cette marâtre [la seconde femme de l'empereur Constantin] de l'avoir voulu corrompre, trouva son père inflexible, Bossuet, ib. I, 11.

    Absolument. Les vices n'y sont point un sujet de ridicule ; corrompre ou être corrompu ne s'appelle point un usage ou une manière de vivre, Montesquieu, Esp. XVIII, 25. Ce Philippe qui, mieux qu'homme du monde, savait diviser pour réduire et corrompre pour asservir, Marmontel, Élém. litt. Œuvres, t. VIII, p. 86, dans POUGENS.

  • 6Se corrompre, v. réfl. Se putréfier. La viande se corrompt rapidement dans les jours chauds et orageux. Je vois qu'un corps tel que l'eau est divisible, muable, sujet à se corrompre, à se geler, Boulainvilliers, Réfutation de Spinosa, p. 41.

    Se dépraver, s'altérer. Les mœurs se corrompent. La langue grecque se corrompit peu à peu. Cette sagesse insensée, ingénieuse à se tourmenter, habile à se tromper elle-même, qui se corrompt dans le présent, qui s'égare dans l'avenir, Bossuet, Duch. d'Orl. C'est une chose étonnante comment les langues se forment, s'augmentent, se perfectionnent, et comment, après un certain cours d'années, elles dégénèrent et se corrompent, Rollin, Hist. anc. Œuvres, t. XI, 2e part. p. 602, dans POUGENS.

HISTORIQUE

XIIe s. Deus, quel duel [deuil] des prelaz que lur mestier ne funt ! Mucie est la lumiere qui esclaire le munt [monde], Il sunt li pullent cors que l'esperit corrunt, Th. le mart. 69.

XIIIe s. Qui gist en mortel pechié est corrumpuz, Psautier, f° 21. Li lius [lieu] estoit tout corrompus, et moult i ot mors de gens, Chr. de Rains, 177. Nostre coustume a corrumpu ceste loi et suefre que testamens se prueve par deus loiax tesmoins, Beaumanoir, XII, 40. Et par ce est le [la] droite mesure du souverain corrompue en plusors liex, si comme il est dit dessus, Beaumanoir, XXVI, 12. Et por ce loonz [conseillons] noz à toute maniere de juges qu'il se gardent de prendre dons par les quix il soient corrompu, Beaumanoir, XL, 33. Donques li baillis doit estre soufrans et escoutans, en tele maniere qu'il laist à cex qui sont devant li en jugement, dire toute lor volenté et tout ce qu'il lor plera, partie contre autre, et sans corrumpre lor paroles, Beaumanoir, XII, 19.

XIVe s. Ceulx qui ont l'apetit corrompu et la volenté pour malvois vices se delettent en choses qui ne sont pas bonnes à l'ame, Oresme, Eth. 19. J'ai pour l'amour de toi grant paine recheüe, Et en terre et en mer ; mais Diex m'a secorue ; De nul homme de char n'ai esté corrompue, Baud. de Seb. III, 132. Icellui suppliant a congneu que ses diz tesmoings il avoit induis et corroz, et leur avoit promis de donner le vin, mais qu'ilz deposassent à son entension, Du Cange, corrumpere.

XVe s. Et pour ce que je n'y veux mettre ni oster [à la matière de ses chroniques], oublier ni corrompre, ni abreger, Froissart, I, I, 1.

XVIe s. De peur que les grains ne se corrompent et pourrissent, Montaigne, II, 186. S'ils faisoient quelque appointement avec serment solennel, il duroit jusques à ce que l'une des parties se trouvast la plus forte, pour le corrompre et violer, et vaincre par malice, Lanoue, 55. Une oligarchie corrompue comme aussi fut celle d'Athenes, Lanoue, 65. Il estimoit estre convenable de deposer la substance du feu en garde de personnes non corrompues ny polluées, Amyot, Numa, 17. Ses ambassadeurs corrompirent deux des meilleures et plus anciennes maisons de la ville, Amyot, Publ. 5. Se laisser corrompre par argent, Amyot, Alc. et Cor. comp. 8. Boire de l'eau puante et corrompue, Amyot, Anton. 21. On luy fit entendre que la tourmente estoit sur la montagne, ce nonobstant on ne luy sceut dissuader de passer ce jour là, pensant corrompre [rompre, vaincre] le temps, contre l'opinion de tous, Du Bellay, M. 521. Hormis qu'il se trouvoit fort las et corrompu [courbatu], à cause du tourment qu'il avoit souffert, Paré, XIX, 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CORROMPRE, v. act. (Morale.) expression empruntée de ce qui se passe dans la gangrene du corps, & transportée à l’état de l’ame ; ainsi un cœur corrompu est un homme dont les mœurs sont aussi malsaines en elles-mêmes, qu’une substance qui tombe en pourriture ; & aussi choquantes pour ceux qui les ont innocentes & pures, que le spectacle de cette substance, & la vapeur qui s’en exhale, le seroient pour ceux qui ont les sens délicats.

Corrompre, (Physiq.) voyez Corruption.

Corrompre, (Art méch.) c’est altérer la forme. Le pannier de mon habit est corrompu. Les hérétiques ont souvent corrompu les textes sacrés.

Corrompre un cuir, terme de Corroyeur, qui signifie le ployer ; ainsi ces artisans disent corrompre un cuir des quatre quartiers, c’est-à-dire le plier de patte en patte pour lui couper le grain. Voyez Corroyer, & la fig. Pl. du Corroyeur.

* Corrompre, (Manuf. en soie) c’est mettre plus ou moins de fils dans la premiere maille de corps, ou dans la premiere dent du peigne, pour empêcher l’étoffe de se rayer.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « corrompre »

Provenç. corrompre ; catal. corromprer ; espagn. corromper ; ital. corrompere ; du latin corrumpere, de cum, et rumpere, rompre. L'ancien français, à côté du participe corrompu, avait aussi corrot ou corrout, dont le simple se trouve : un nombre rout ou roupt, un nombre fractionnaire. Corrompu est un participe fait sur le verbe français ; corrot provient directement du participe latin corrúptus, avec l'accent sur ru.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin corrumpere (« briser totalement »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du latin corrumpere.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « corrompre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
corrompre kɔrɔ̃pr

Évolution historique de l’usage du mot « corrompre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « corrompre »

  • La liberté aussi peut corrompre, et la liberté absolue peut corrompre irrévocablement. De Getrude Himmelfarb
  • Emanciper les femmes, c'est les corrompre. De Honoré de Balzac / La femme de trente ans
  • La vertu fascine mais il y a toujours en nous l’espoir de la corrompre. De L. Langanesi
  • L'éducation sert à nous corrompre nous-mêmes afin de mieux rentrer dans le système. De Anonyme
  • Que toute loi soit claire, uniforme et précise : l'interpréter, c'est presque toujours la corrompre. De Voltaire / Dictionnaire philosophique
  • Un seul mauvais exemple, une fois donné, est capable de corrompre toute une nation, et l’habitude devient une tyrannie. De Voltaire / Dictionnaire philosophique
  • La dépravation suit le progrès des lumières. Chose très naturelle que les hommes ne puissent s'éclairer sans se corrompre. De Nicolas Restif de la Bretonne / Le pornographe
  • Aurions-nous donc oublié que se vendre ou se laisser corrompre est bien pire que risquer la plus cruelle des persécutions ? De Abbé Pierre / Aube Nouvelle, 1950
  • Les acteurs et les stars seraient les seuls capables de gouverner. Il est impossible de les corrompre, ni avec de l’argent, ni avec des femmes, ils ont déjà tout eu ! De Richard Gere / Ciné Info - Juin 2001
  • Le bruit avait couru, entre temps, indiquant que des membres influents de l’opposition tenteraient de corrompre des élus pour, au moment venu, bénéficier de leur parrainage. Ces responsables de l’opposition, s’ils en existent vraiment, devraient se résoudre à abandonner leur plan. BENIN WEB TV, Bénin - Présidentielle 2021: les candidats seront désignés par Amoussou et Bio Tchané
  • Pour parvenir à ses fins, l’individu s’était fait passer pour un médecin, ami de la famille, afin de corrompre ses petites victimes âgées de moins de 10 ans. Il a déclaré répondre à « des pulsions ». , Faits-divers - Justice | Le gardé à vue évadé de la cité judiciaire, interpellé
  • XALIMANEWS-Un des responsables de la Sedima à tenu à rétablir la vérité suite au tollé qui a suivi le supposé litige foncier qui oppose l’entreprise à la population de Djilakh. Moustapha Diop, directeur adjoint de Sedima Abattoir explique pourquoi le patron de Sedima a remis de l’argent aux populations. « Nous avions fait le déplacement pour expliqer à la population le projet. Au moment de prendre congé, Babacar Ngom a remis de l’argent à la population en bons voisins », a-t-il expliqué. Mais, précise-t-il, ils n’ont jamais essayé de les soudoyer. « Il n’a pas essayé de les corrompre. C’est contradictoire, les terrains nous appartiennent et nous avons des papiers qui l’attestent et nous n’avons pas besoin d’acheter le silence des populations », insiste-t-il avant de préciser que les terres dont il s’agit ne se trouvent pas à Ndengeler mais à Djilakh ( à 12 kilomètres du village) qui se trouve dans la commune de Sindia Xalima.com, Les précisions de la Sedima sur l'argent remis aux populations de Djilakh - Xalima.com

Images d'illustration du mot « corrompre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « corrompre »

Langue Traduction
Anglais to bribe
Espagnol sobornar
Italien corrompere
Allemand zu bestechen
Chinois 贿赂
Arabe لرشوة
Portugais subornar
Russe подкупать
Japonais 賄賂
Basque erosketa egiteko
Corse per corruzzà
Source : Google Translate API

Synonymes de « corrompre »

Source : synonymes de corrompre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « corrompre »

Corrompre

Retour au sommaire ➦

Partager