La langue française

Amender

Sommaire

  • Définitions du mot amender
  • Étymologie de « amender »
  • Phonétique de « amender »
  • Évolution historique de l’usage du mot « amender »
  • Citations contenant le mot « amender »
  • Traductions du mot « amender »
  • Synonymes de « amender »
  • Antonymes de « amender »

Définitions du mot amender

Trésor de la Langue Française informatisé

AMENDER, verbe.

I.− Emploi trans.
A.− Modifier en vue d'améliorer.
1. [L'obj. désigne une pers. considérée au moral, ou une chose abstr. gén. d'ordre moral] Corriger, réformer. Anton. avilir, détériorer :
1. L'être élevé à la dignité d'homme, au grade d'homme, dans l'échelle des êtres, ne retombe pas, quelles que soient ses fautes, dans la condition des brutes. Dieu n'a pas besoin de cela pour le punir; car ce ne serait pas l'amender, l'élever, le perfectionner, que le punir ainsi; et Dieu n'a pour but, dans toutes ses punitions, que le perfectionnement des êtres. P. Leroux, De l'Humanité,t. 2, 1840, p. 332.
2. Et de même quand, après l'effondrement de la société antique et du régime romain fondé sur la conquête, l'esclavage fut amendé en servage, les serfs aussi furent sur la glèbe objets de quelque propriété individuelle. J. Jaurès, Études socialistes,1901, p. 152.
3. Tandis que cette dernière [l'école classique] cherchait avant tout à amender le coupable en lui faisant expier sa faute, la défense sociale se tourne résolument vers l'avenir et cherche à faire du coupable un homme nouveau délivré de ses tares et de ses instincts antisociaux. Traité de sociologie,t. 2, 1968, p. 219.
Proverbe. Cela n'amendera pas votre marché. Cela n'améliorera pas votre position (Ac. 1798-1932).
2. [L'obj. désigne une chose concr.]
a) AGRIC. [L'obj. désigne le sol, une terre, etc.] Rendre plus fertile, bonifier :
4. Plus loin, on assiste au déblaiement d'une marnière, derrière les arbustes et les rejets de toute essence, sous son manteau d'osmondes, d'aubépines et de houx. On découvre la veine chargée de chaux, précieuse pour amender et réchauffer les terres froides, pour les « réparer ». J. de Pesquidoux, Le Livre de raison,t. 1, 1925, p. VII.
b) MÉD. [L'obj. désigne le symptôme d'une maladie] Diminuer la gravité, le caractère nocif de :
5. Tandis que l'ulcère et les inflammations gastriques sont des maladies à éclipse, dont les signes apparaissent, disparaissent et peuvent être amendés par des thérapeutiques diverses, qui servent ainsi de « tests », le cancer est une maladie progressive, dont les signes radiologiques persistent et augmentent. Ce que la France a apporté à la médecine depuis le début du XXesiècle, 1946, p. 157.
B.− LÉGISL. Faire un amendement* :
6. Le projet est étudié et voté par la chambre qui en a été d'abord saisie, puis il va devant l'autre chambre, qui peut l'accepter, le rejeter ou le modifier (l'amender). G. Vedel, Manuel élémentaire de droit constitutionnel,1949, p. 66.
Rem. Noter 2 emplois jur. aujourd'hui hors d'usage. 1. Condamner à l'amende. (Attesté gén. comme vx ds Ac. 1798-1878, Besch. 1845, Lar. 19e, Littré). 2. Réparer, restituer. (Attesté comme vx ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845).
II.− Emploi intrans., vx
A.− [Le suj. désigne une pers.]
1. [Considérée dans sa situation matérielle] Améliorer ses revenus :
7. Son grand-père gagnait trente-cinq sols; son frère gagne quatre francs dix sols; un autre, peintre décorateur qui a quinze ouvriers; tous ont amendé du trois quarts. Quelques-uns, riches, ont perdu. J. Michelet, Journal,juill. 1845, p. 611.
2. [Considérée dans son état de santé physique ou morale] Se porter mieux. Ce malade n'a point amendé depuis la saignée (Ac. 1798-1878).
Rem. Attesté aussi ds Besch. 1845, Lar. 19e, Littré, Guérin 1892, Quillet 1965.
Proverbe. Jamais cheval ni méchant homme n'amenda pour aller à Rome. On ne se corrige pas en allant en voyage (Ac. 1798-1878).
B.− [Le suj. désigne une denrée, un bien immobilier] Diminuer de prix. Le blé est bien amendé. Cela a fait amender les terres (Ac. 1798). Cela fit amender le vin (Ac. 1835-1878).
Rem. Attesté aussi ds Besch. 1845, Lar. 19e-Nouv. Lar. ill., Littré, Guérin 1892.
III.− Emploi pronom.
A.− [Le suj. désigne une pers. considérée au moral, ou une chose abstr. gén. d'ordre moral] S'améliorer, se corriger. Anton. s'avilir, se détériorer :
8. Alors, elle crevait de fureur. Elle ne s'amendait pas, s'aigrissait, se pervertissait plutôt, tâchait de faire quelque mal. J. Michelet, Journal,appendice, 1860, p. 577.
9. ... Sainte-Beuve a rêvé d'être le régent de notre littérature. La critique était donc pour lui une arme qui corrige, une férule dont il faut donner sur les doigts aux contemporains, pour les forcer à s'amender. É. Zola, Documents littéraires,Études et portraits, 1881, p. 219.
10. ... des femmes abandonnées ou des femmes torturées dans leur ménage, demandant que l'existence leur soit plus clémente, que les débordements de leurs maris s'apaisent, que les vices de leurs enfants s'amendent, que la santé des êtres qu'elles aiment se raffermisse. J.-K. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 149.
11. Voici un livre qui ne vise point à instituer une réforme. Il n'a pas pour objet de persuader que les choses s'amenderaient si l'on y apportait quelque changement proposé par l'auteur. J. de Gaultier, Le Bovarysme,1902, p. 7.
Proverbe. Mal vit qui ne s'amende. Celui qui ne se corrige pas use mal de la vie (Ac. 1798-1932).
B.− [Le suj. désigne une chose concr.]
1. AGRIC. [Le suj. est le sol, une terre, etc.] Devenir plus fertile, riche. Cette terre s'amendera à force de fumier (Ac. 1835-1932).
2. MÉD. [Le suj. désigne le symptôme d'une maladie] Devenir moins violent :
12. Dans cet intervalle, j'ai eu quelques bons moments et mon état physique et moral s'est un peu amélioré. Le resserrement épigastrique et la disposition hypocondriaque se sont un peu amendés, mais aussi l'expansion et le penchant aux distractions du dehors se sont accrus. Maine de Biran, Journal,1818, p. 106.
13. Les bœufs ont le mufle sec : leur muqueuse pituitaire est violemment congestionnée. Les yeux se gonflent. On note un larmoiement intense. Le jetage apparaît alors muqueux, puis purulent. Puis les symptômes s'amendent et la guérison survient en trois semaines. E. Garcin, Guide vétérinaire,1944, p. 89.
Prononc. : [amɑ ̃de].
Étymol. ET HIST. − 1. 1remoitié xiies. dr. « condamner à payer une amende » (Lois de Guillaume, I, Chevallet ds Gdf. : E qui enfraint la pais le rei, cent solz le amendes). − xvies. (Ouverture du Parlement de la St Remy ds Hug.); 2. 1174 « corriger, mettre la dernière main (obj. inanimé) » (G. de Pont St Maxence, Vie de St Thomas, éd. Hippeau, 5817 ds T.-L. : A Cantorbire fu et fet [lire : fez] et amendez [li romanz]); 1690 agric. (Fur. Amender. [...] cultiver et améliorer les terres en y mettant du fumier, de la marne et autres amendements); A. divers emplois fig. a) xiies. « réparer (un méfait) » (Loh., Ars. 3143 fo18 e ds Gdf. Compl. : Ce qu'ai meffet vorai bien amender); 1160-1170 « expier (ses fautes) » (Wace, Rou, éd. Andresen, II, 1709 d'apr. H.-E. Keller, Étude descriptive sur le vocab. de Wace, Paris, 1953, p. 182a : Muine volt devenir e sa vie muer ..., Mult a fait mal el siecle, mult a a amender); b) 1130-1140 emploi abs. « se perfectionner (moralement) » (Wace, Conception Nostre Dame, éd. Ashford, 606 ibid. p. 233a : Issi cum Marie cresseit, Plus amendot e plus saveit); c) spéc. 1565 « [améliorer son prix (pour l'acheteur)] diminuer de prix » emploi abs., part. passé (E. Pasquier, Recherches, II, 5 ds Hug. : Il fut ordonné par le Bureau que les sergens ... auroient chacun huict sols parisis par jour pour la despense d'eux et de leurs chevaux, jusques à ce que les vivres fussent amendes); d) 1784 dr. « apporter à un projet de texte les modifications nécessaires, de manière à l'améliorer (cont. angl.) » (1784, 6 août, Courr. de l'Europe, Chambre des Pairs ds G. von Proschwitz, Introd. à l'étude du vocab. de Beaumarchais, Stockholm, Almquest et Wiksell, 1956, p. 210 : Le bill [de l'Inde] fu lu clause par clause ... Lord Camelford se leva pour donner son opinion sur cette clause du bill ... Il désiroit donc que cette clause fût amendée), sens qui s'établit définitivement pendant la Révolution; B. p. ext. a) ca 1150 « croître, grandir (d'un enfant) » (Wace, St Nicolas, éd. Ronsjö, 1011 ds H.-E. Keller, op. cit., p. 42a : Deudoné crut et amendat Si cum le tenz avant alat), au sens propre seulement en a. fr.; b) 1155 « réussir (d'une personne) » (Wace, Brut, éd. Arnold, 6637 ds H.-E. Keller, op. cit., p. 152b : Si vus oëz que je ament, A mei venez seürement). − fin xiie-début xiiies. Guyot de Provins, Bible ds Gdf. Compl. Du lat. emendare attesté au sens 2 « corriger, améliorer (obj. inanimé) » dep. Varron, Rust., 1, 4, 4 ds TLL s.v., 464, 45 : haec fundi vitia emendari solent domini scientia et sumptu; à l'emploi 2 A a dep. Nep., Them., 1, 1 ibid., 464, 57 : Themistoclis vitia ineuntis adulescentiae magnis sunt emendata virtutibus; à l'emploi 2 A b fréq. en lat. chrét. : Ambrosiast., In II Cor., 12, 19, ibid., 460, 6 : prodest ei qui corripitur ut amendet. 2 A 2 jur., empr. à l'angl. to amend (emprunté lui-même à l'a. fr. amender) attesté au sens gén. de « corriger » dep. 1220, devenu terme du vocab. parlementaire dep. 1777, Burthe au sens de « to make professed improvements in (a mesure before Parliament) », NED, amend 4; voir Mack. t. 1 1939, p. 113. Le sens 1 est dér. de celui de « punir, châtier » attesté en lat. dep. Tac., Ann., 15, 20, ds RLL s.v., 465, 52 : culpa quam poena tempore prior, emendaro quam peccare posterius est. Changement de préf. très anc.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 83.
BBG. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Bruant 1901. − Canada 1930. − Dup. 1961. − Dupin-Lab. 1846. − Gottsch. Redens 1930, p. 256. − Jud (J.). Zum burgundischen Wortgut des Frankoprovenzalischen. Vox rom. 1937, t. 2, p. 10. − Kold. 1902. − Laf. 1878. − Laf. Suppl. 1878. − Laplatte (C.). L'Amende est un enrichissement! Vie Lang. 1954, no23, pp. 79-80. − Laplatte (C.). Langue judiciaire et langue notariale. Autour des mots : amende et amender. Fr. mod. 1948, t. 16, pp. 89-90. − Lav. Diffic. 1846 (s.v. amende).Le Roux 1752. − Noter-Léc. 1912. − Nysten 1814-20. − Pope 1961 [1952]. − St-Edme t. 1 1824.

Wiktionnaire

Verbe

amender \a.mɑ̃.de\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’amender)

  1. Corriger, améliorer, rendre meilleur.
    • Il faut qu’il amende son ouvrage.
    • Si un gars est un gars bien, les femmes ne s’y intéressent guère. Si c’est un salopard, alors elles se disent qu’elles vont essayer de l’amender. — (Peter Cheyney, Les femmes s’en balancent, traduction de Michelle et Boris Vian, Gallimard, 1949, page 125)
  2. (En particulier) (Agriculture) Améliorer la valeur agronomique d'un sol par des apports de calcaire, de chaux, ou de fumier, de matières humiques.
    • On amende les terres avec du fumier, de la marne ; on les amende aussi par le fumier.
  3. (En particulier) (Droit) (Politique) Corriger un projet de loi ou une proposition de loi, lors des débats parlementaires, en vue de l’améliorer.
    • Le gouvernement nous propose d'amender la loi, par telle et telle modifications qu'il a conçues.
    • Le texte établit donc trois procédés distincts pour amender la Constitution, applicable chacun à des chapitres précis. — (France. Ministère de lʼinformation, France. Direction de la documentation, Notes et études documentaires: Numéros 4842 à 4846, 1987)
  4. (Pronominal) Se corriger.
    • Malgré ces erreurs, il ne s’amende pas.
  5. (Suisse) Infliger une amende.
    • La police vaudoise a amendé le conducteur ivre.

Verbe

amender \Prononciation ?\ transitif

  1. Amender (rectifier ; améliorer).
    • Qui de cuer se repentent et amendent lor vie — (Une loenge de Nostre Dame, ms. 12467 de la BnF, vers numéro 2)
  2. Faire réparation, donner un dédommagement, une compensation à.
  3. Payer (une amende).
  4. Gratifier.
  5. Empêcher, prévenir.
  6. Pardonner à.
  7. Condamner à l’amende.
  8. (Intransitif) Profiter, réussir, s’améliorer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMENDER. v. tr.
Corriger, rendre meilleur. Les bons conseils et les bons exemples ont amendé ce jeune homme. Il faut espérer qu'il s'amendera. Il faut qu'il amende son ouvrage. Cette place a bien amendé la position de votre frère. On amende les terres avec du fumier, de la marne; on les amende aussi par les labours, le sarclage, etc. Cette terre s'amendera à force de fumier. Amender un projet de loi, d'arrêté, Y faire des changements, des modifications en vue de l'améliorer. Prov., Mal vit qui ne s'amende, C'est faire un mauvais usage de la vie que de ne point se corriger. Prov. et fig., Cela n'amendera pas votre marché, Cela ne fera pas que vous en soyez quitte à meilleur compte, cela ne rendra pas votre condition meilleure.

Littré (1872-1877)

AMENDER (a-man-dé) v. a.
  • 1Rendre meilleur. Les labours amendent les terres. Les bons exemples ont amendé ce jeune homme. Le réveille-matin eut la gorge coupée ; Ce meurtre n'amenda nullement leur marché, La Fontaine, Fab. V, 6. J'espère avec usure amender mon défaut, Régnier, Élég. IV.
  • 2Modifier un projet de loi. On a amendé le projet présenté par le ministre.
  • 3Autrefois, amender signifiait aussi condamner à l'amende.
  • 4 V. n. Faire des progrès en mieux. Ce malade n'a point amendé depuis sa saignée.
  • 5Baisser de prix. L'abondance étant universelle, et le blé étant amendé, Scarron, I, 62. Vieux en ce sens.
  • 6 V. réfl. S'amender. Cette terre s'est bien amendée. Et disais à part moi : mal vit qui ne s'amende, Régnier, Sat. XII.

    PROVERBE

    Jamais cheval ni méchant homme n'amenda pour aller à Rome ; c'est-à-dire on ne se corrige pas de ses vices en voyageant.

HISTORIQUE

XIe s. E qui enfraint la pais le rei, cent solz le amendés, Lois de Guill. 1.

XIIe s. Dame, valeur, beauté et courtoisie [il y] A tant en vous qu'on n'y sait qu'amender, Couci, XX. Al gentil rei Englois, conte d'Ango, Henri, Duc norman, aquitan, sun seignur e ami, Thomas li arcevesques, qui jadis le servi, Mais or est suens en Deu, saluz eovres si Qu'il guerpisse e ament tuz mals que a fait ci, Th. le Mart. 71. Et se li reis Henris a de rien meserré Encuntre l'arcevesque, par els seit amendé, ib. 56. Ainc mais si bons romans ne fu faiz ne trovez ; à Cantorbire fu e faiz e amendez ; N'i ad mis un seul mot qui ne seit veritez, ib. 166.

XIIIe s. Sont en terre establi li juges Por estre deffense et refuge à cel cui li monde forfet, Por faire amender le meffet, la Rose, 5486. Bele robe et biau garnement Amende les gens durement, ib. 2154. Dangier, si Diex m'amant [me favorise], Vous avez tort vers cel amant, Quant par vous est si mal menez, ib. 3269. Se chevaliers maine chevaliers, il ne les garantist pas, ne escuiers escuiers, ains convient que cascuns amende le meffet en se [sa] personne, Beaumanoir, XXX, 58. Li hoirs a bone reson de soi deffendre, à qui on demande qu'il amende le meffet que ses peres ou si devancier firent, Beaumanoir, VII, 8. Et par cex doit estre osté et amendé ce que li baillis a fet trop, Beaumanoir, 30. C'est bone seurté quant cil qui le [la] coze prent y met toz jors du sien en amendant le lieu dusqu'à tant que ce vient au despouillier [récolte], Beaumanoir, XXXVIII, 12. Or vous agenoillés et m'amendés ce que vous y estes alés contre ma volenté, Joinville, 268. Par cest establissement [le roi] amenda moult le royaume, Joinville, 296. Ils cuevrent [couvrent] dedans la terre les fourmens, les orges, les ris, et viennent si bien que nulz n'i sauroit qu'amender, Joinville, 220. Après la menace, quant le mauvais serjant ne se veut amender, le seigneur fiert ou de mort ou…, Joinville, 197. Le comte de la Marche, comme cil qui ne le pot amender, s'en vint en la prison le roy, Joinville, 206.

XVe s. Le roi Edouard sejournoit à Vilvort… et perdoit son temps, dont il lui ennuyoit moult, et ne le pouvoit amender, Froissart, I, I, 78. Bonnegens, que vous faut ? Qui vous meut ? Pourquoi estes-vous si troublés sur moi ? En quelle maniere vous puis-je avoir courroucé ? Dites le moi, et je l'amenderai pleinement à votre volonté, Froissart, I, I, 248. Si manda tantost à celui Parot le Biernois, que incontinent rendist les forteresses et amendast les forfaitures, Bouciq. I, ch. 20. Et deux grans princes qui se voudroient bien entr'aimer, ne se devroient jamais voir, mais en voyer bonnes gens et sages, l'un vers l'autre, et ceux les entretiendroient ou amenderoient les fautes, Commines, I, 14. Et ne pense point mentir de dire que depuis ceste premiere bataille de Granson jusques au trespas du roy nostre maistre, lesdictes vil'es et particuliers ont amendé de nostre roy d'ung million de florins du Rhin, Commines, V, 2. À l'heure que fut achevé le mariage dessus dit, leurs affaires n'en amendoient gueres, car ils estoient jeunes tous deux, ledit duc Maximilien n'avoit congnoissance de riens, Commines, VI, 3. Je confesse bien que tousjours en y a en telles mutations [révolutions des royaumes entre eux] qui en ont joye, et qui en amendent, Commines, VIII, 17. Dites-moi, je vous requiers, qui a esté votre recteur, ou, par saint François, vous l'amenderez [le payerez] ! Louis XI, Nouv. LX.

XVIe s. Il y a peu de paroles qui ne se puissent amender, mais la vie perdue ne se peut recouvrer, Marguerite de Navarre, Nouv. X. La medecine qu'elle lui bailloit pour amender sa douleur la lui rendoit beaucoup plus forte, Marguerite de Navarre, ib. Il n'y a mefait ne crime qui ne se puisse amender ; mais après la mort, n'y a point d'amendement. - Comment sauriez-vous amender la honte ? dit Longarine, Marguerite de Navarre, ib. XXXII. Le medecin lui dict que son habitude s'en pourroit amender, Montaigne, I, 91. Non seulement ils n'amendent pas ce qu'on leur commet, mais l'empirent, Montaigne, I, 146. On disoit à Socrates que quelqu'un ne s'estoit aulcunement amendé en son voyage, Montaigne, I, 275. Chascune des parties esperoit que sa condition amenderoit par le changement, Amyot, Solon, 60. Il alloit flattant et caressant les femmes pour en amender [tirer profit], Amyot, Crassus et Nicias, 2. A mesure que son ulcere couloit, tousjours alloit en amendant, de façon qu'il recouvra du tout sa veue, Paré, VIII, 25.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AMENDER un ouvrage, c’est en corriger les défectuosités. Les reglemens pour les manufactures de Laineries, portent que les draps & étoffes de laines qui ne pourront être amendés seront coupés par morceaux de deux aulnes de long, quelquefois sans amende, & quelquefois sans préjudice de l’amende.

Parmi les artisans, les besognes saisies par les jurés, qui ne peuvent être amendées, sont sujettes à confiscation.

Amender, signifie aussi diminuer de prix. Les pluies ont fait amender les avoines & les foins. Quelques-uns disent ramender. Voyez Ramender. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « amender »

Du latin emendare (« corriger, amender »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Emendare (de e, indiquant extraction, et mendum, faute), altéré de très bonne heure dans le français et même le provençal (voy. AMENDEMENT) en amendare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « amender »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amender amɑ̃de

Évolution historique de l’usage du mot « amender »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amender »

  • Dans un message publié à l’occasion de la Journée mondiale de l’océan, le Secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a affirmé que la lutte menée par la communauté internationale contre la pandémie du coronavirus constituait une aubaine pour «amender notre relation avec le monde naturel, y compris les mers et les océans de la planète». «La pandémie du Covid-19 nous rappelle avec force les liens intimes qui nous rattachent les uns aux autres, ainsi qu’à la nature. Alors que nous nous employons à stopper la pandémie et à reconstruire en mieux, nous avons une occasion sans précédent – et la responsabilité – d’amender notre relation avec le monde naturel, y compris les mers et les océans de la planète», souligne António Guterres dans son message. Tout en rappelant l’importance des océans pour la continuité de la vie sur la planète, le responsable onusien a alerté sur les dangers qui guettent ces immenses étendues d’eau. «Nous dépendons des océans pour l’alimentation, les moyens de subsistance, le transport et le commerce. Les océans sont les poumons de notre planète et son plus grand puits de carbone et, à ce titre, ils contribuent de façon essentielle à réguler le climat mondial. Aujourd’hui, le niveau de la mer monte à cause des changements climatiques, si bien que, dans des pays de faible élévation et dans des villes et villages côtiers du monde entier, des vies et des moyens de subsistance sont en péril». Selon M. António Guterres, les océans deviennent de plus en plus acides, ce qui fait peser une menace sur la biodiversité marine et les chaînes alimentaires essentielles. Il a également mis en garde contre la pollution plastique qui «est quant à elle omniprésente». «En cette Journée mondiale de l’océan, nous souhaitons mettre en avant l’innovation pour un océan durable», dit-il dans son message, mettant l’accent sur la nécessité de mieux comprendre les océans pour préserver les stocks halieutiques et découvrir de nouveaux produits et médicaments. «La Décennie des Nations unies pour les sciences océaniques au service du développement durable, qui approche, offrira à cet égard une impulsion et un cadre d’action commun. J’exhorte les gouvernements et tous acteurs à s’engager pour la conservation et la viabilité des océans, par l’innovation et la science», conclut le Chef de l’ONU.  Le Matin, Le Matin - António Guterres : Le Covid-19 est une occasion pour amender notre relation avec les océans
  • L’obligation de SISA d’accepter d’acheter et de payer les Billets validement déposés et non pas validement retirés conformément à l’Offre est soumise à la satisfaction ou à la renonciation, à la discrétion de SISA, de certaines conditions énoncées dans l’Offre d’achat. Les conditions générales complètes de l’Offre sont énoncées dans les Documents relatifs à l’Offre. En outre, SISA se réserve explicitement le droit, à sa seule discrétion, d’amender, de prolonger ou, au cas où l’une des conditions décrites dans l’Offre d’achat manquerait d’être satisfaite ou levée, de résilier l’Offre à tout moment avant l’Heure d’expiration. Il est fortement recommandé aux détenteurs des Billets de lire attentivement les Documents relatifs à l’Offre. , Schlumberger : annonce les prix de son offre publique d'achat pour tous les billets de premier rang à 3,300 % en circulation, arrivant à échéance en 2021 de Schlumberger Investment SA | Zone bourse
  • La proposition de loi, qui projette d’amender la loi de 1881 sur la liberté de la presse, prévoit une amende de 15 000 euros et un an d’emprisonnement pour toute « diffusion, par quelque moyen que ce soit et quel que soit le support, de l’image des fonctionnaires de la police nationale, de militaires, de policiers municipaux ou d’agents de douanes ».Allô @Place_Beauvau, c’est pour un roman de David Dufresne sur les violences policières L'Obs, La proposition de loi d’Eric Ciotti pour interdire la diffusion d’images de policiers suscite un tollé

Traductions du mot « amender »

Langue Traduction
Anglais amend
Espagnol enmendar
Italien modificare
Allemand ändern
Portugais alterar
Source : Google Translate API

Synonymes de « amender »

Source : synonymes de amender sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « amender »

Partager