La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « réformer »

Réformer

Définitions de « réformer »

Trésor de la Langue Française informatisé

REFORMER, verbe trans.

A. −
1. Refaire ce qui était défait; donner une nouvelle forme, image, apparence. Un moment la voiture déchira les brumes qui aussitôt reformèrent leur rideau de grisaille autour du Chenal du Moine (Guèvremont, Survenant, 1945, p. 273).[Dans un cont. métaph.] Oui, l'épreuve est bien le ciseau du sculpteur divin qui réveille, qui reforme en nous la créature céleste, et l'heure de la douleur suprême est celle de la suprême révélation (Monod, Sermons, 1911, p. 164).
2. Empl. pronom. Prendre une nouvelle forme, retrouver sa forme primitive; prendre une nouvelle apparence. À mesure que les rides de l'eau s'élargissaient et se mouraient, il vit l'apparition se reformer. Elle oscilla longtemps dans un balancement qui donnait à ses traits une grâce vague de fantôme (Zola, Fortune Rougon, 1871, p. 180).Le navire glisse sur l'eau, le flot fendu se reforme et le sillage s'efface (Vidal de La Bl., Princ. géogr. hum., 1921, p. 230).
B. −
1. Reconstruire, recomposer, reconstituer ce qui avait été détruit, décomposé, dissous. Après avoir enlevé à la partie respirable sa base par le mercure, nous la lui avons rendue pour reformer de l'air en tout semblable à celui de l'atmosphère (Lavoisier, Chim., t. 1, 1789, p. 49).Une masse vitreuse qui, redissoute dans l'eau, reforme de nouveaux cristaux (Kapeler, Caventou, Manuel pharm. et drog., t. 2, 1821, p. 542).
2. Empl. pronom. Se reconstituer, se recomposer, se régénérer. Au-dessus d'une certaine température, les complexes phosphorescents peuvent se dissocier pour se reformer par refroidissement (M. Curie, Luminescence, 1934, p. 24).Une lueur louche rampe encore autour du village, une espèce de brume au flanc roux que l'aube dissipe chaque matin, qui se reforme chaque soir, là-bas (...) au-dessus des étangs décolorés (Bernanos, M. Ouine, 1943, p. 1434).
Empl. pronom. impers. Plus de fièvre; la suppuration s'arrête, et il est presque certain qu'il ne se reforme pas de foyer dans la cuisse (Flaub., Corresp., 1846, p. 52).Au fig. Le roi se préparait à rentrer dans son palais, moi dans ma retraite. Le vide se reforme autour de monarques sitôt qu'ils retrouvent le pouvoir (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 627).
C. −
1. Regrouper ce qui avait été dispersé; organiser, mettre selon une certaine disposition des éléments divers, épars. Reformer les rangs. Tous reformèrent le cercle autour du foyer tandis que Diavolaccio s'éloignait (Dumas père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 441).Si la Pologne eût été reformée en royaume, la race slave depuis la Baltique jusqu'à la Mer Noire reprenait son indépendance (Chateaubr., Mém., t. 2, 1848, p. 414).
ART MILIT. Ce chef, un grand sec, arrêtait son monde et le reformait au milieu des landes et des broussailles (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 218).Situation qui imposait au commandant de la 4earmée la nécessité de reformer ses unités dissociées (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 294).
2. Empl. pronom. Se regrouper, s'organiser selon une disposition nouvelle ou selon l'ancienne. La Révolution avait été non avenue pour le monde où je vivais. Les idées religieuses du peuple n'avaient pas été atteintes; les congrégations se reformaient (Renan, Souv. enf., 1883, p. 145).Des espaces restaient vides, des groupes se formaient, s'émiettaient, allaient se reformer plus loin (Zola, L'Œuvre, 1886, p. 309).
ART MILIT. Se rallier, se regrouper. Les divisions (...) du corps du maréchal Soult résistèrent bravement au feu terrible des redoutes, et permirent à la cavalerie de Murat (...) de se reformer et de reprendre l'avantage (Sand, Hist. vie, t. 2, 1855, p. 145).Cette retraite, aussi lente et mesurée que possible, doit permettre aux troupes de se reformer et de s'établir à nouveau sur les positions que fournit la route (Foch, Princ. guerre, 1911, p. 258).
Prononc.: [ʀ əfɔ ʀme], (il) reforme [ʀ əfɔ ʀm]. Étymol. et Hist. A. 1. 1174 refurmer « rétablir » (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 3201); 2. ca 1440 « créer, produire à nouveau » (Le Cycle de Mystères des premiers martyrs, éd. G. A. Runnalls, v. 295, p. 75). B. 1. 1269-79 verbe pronom. « prendre une nouvelle forme » (Jean de Meung, Rose, éd. F. Lecoy, 5904); 2. 1787 « se rallier (de troupes dispersées) » (Fér. Crit.). Dér. de former*; préf. re-*. Fréq. abs. littér.: 298. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 152, b) 323; xxes.: a) 395, b) 722.

RÉFORMER, verbe trans.

A. − RELIG. Rétablir dans sa forme ancienne ou primitive. Réformer un ordre religieux. L'abbé Guillaume fut appelé de Dijon en Normandie, par le duc Richard II (...) pour y réformer les couvents (Grillet, Ancêtre violon, t. 1, 1901, p. 67).Non, je ne signerai pas un formulaire qui condamne toutes les idées sur lesquelles ce monastère a été réformé, c'est-à-dire en quelque sorte fondé (Montherl., Port-Royal, 1954, p. 974).
B. −
1. Supprimer, retrancher quelque chose que l'on considère comme nuisible. Réformer les excès, le luxe. On a trop parmi nous réformé l'opulence (Delille, Homme des champs, 1800, p. 34).Voilà ceux qui ont renversé ces saints lieux, ces saintes maisons, qui en ont fait des écuries!... Quand l'Église ne réforme pas de tels abus, (...) Dieu châtie ainsi des crimes par d'autres crimes (Dupanloup, Journal, 1851, p. 141).
2. Diminuer, réduire quelque chose que l'on considère comme superflu, excessif. Réformer ses dépenses. J'ai donc modifié mon régime, réformé ma table. Point de vin, des viandes blanches. Le café proscrit (Toepffer, Nouv. genev., 1839, p. 262).Elle réforma la maison en huit jours, renvoya le chef et sa femme pour ne prendre qu'une cuisinière, qui, avec le valet de chambre et le cocher, devait suffire au service. Elle ne garda aussi qu'un cheval et une voiture (Zola, Argent, 1891, p. 65).
3. Vieilli. Réformer des troupes. ,,Les réduire à un moindre nombre`` (Ac. 1798-1878). On a réformé tel régiment, et on l'a réduit à huit compagnies (Ac.1798-1878).
C. − Transformer en vue d'améliorer; procurer une amélioration.
1. Domaine moral.Synon. corriger.Réformer les mœurs.
a) [Le compl. désigne une pers.] Je crois (...) monsieur, que s'il y a un homme précisément qui puisse attacher Cécile, la réformer dans ses petits défauts (...) c'est vous (Feuillet, Journal femme, 1878, p. 142).
Empl. pronom. Plus que jamais mondain, il avait rempli Avallon (...) de l'éclat surtout de ses parties de plaisir. Enfin il fut sérieusement touché (...). Il fit une confession générale à son frère, religieux minime, et se réforma pour ne plus se démentir (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 5, 1859, p. 90).
b) [Le compl. désigne une composante de la personnalité, le comportement] Un homme que j'ai connu assez vif de ton, et qui a réformé son caractère (Alain, Propos, 1911, p. 102).Cet état d'image [être faits à l'image de Dieu] nous permet d'abord de comprendre ce qu'il y a de vicié en nous, donc aussi ce qu'il faut réformer pour (...) permettre à l'homme de se livrer à l'étreinte mystique du Verbe (Gilson, Espr. philos. médiév., 1932, p. 91).
Absol. Ne retirons rien à l'esprit humain; supprimer est mauvais. Il faut réformer et transformer (Hugo, Misér., t. 1, 1862, p. 618).
c) [Le compl. désigne une not. abstr. de valeur nég.] La mission de l'homme dans la nature c'est de réformer le laid et l'immoral (Renan, Avenir sc., 1890, p. 526).Fermer les cabarets et réformer les mœurs des colons (Camus, Homme rév., 1951, p. 71).
Empl. pronom. À l'époque que nous allons étudier, (...) vous verrez la force et le mensonge se réformant peu à peu sous la main du temps; le droit et la vérité prenant place dans la civilisation (Guizot, Hist. civilis., leçon 3, 1828, p. 10).
2. Domaine intellectuel.Exercer une influence prépondérante. Réformer le monde, les idées, la société. « Nos spectacles », (...) revue qui cherche à réformer le théâtre (Becquet, Organ. loisirs travaill., 1939, p. 216).Comment Ronsard conçoit l'épopée, comment Du Bellay défend et illustre la langue française ou comment De Baïf tente de réformer la versification (J. Vuillemin, Être et trav., 1949, p. 36).
D. − Changer quelque chose qui est institué afin de le transformer; organiser quelque chose.
1. Organiser, modifier quelque chose (un état de fait, un système, une institution) en transformant les règles existantes afin d'améliorer ses structures, son fonctionnement. Réformer l'Église, l'État; réformer les études, les institutions, le calendrier. Lorsque Turgot, en 1775, proposa au roi de réformer l'administration des campagnes, le plus grand embarras qu'il rencontra (...), vint de l'inégale répartition des impôts (Tocqueville, Anc. Rég. et Révol., 1856, p. 305).L'ordonnance du 7 mars 1944 réforma le statut de l'Algérie (Vedel, Dr. constit., 1949, p. 567).
Empl. pronom. L'ancienne corporation devait se transformer, pour continuer à remplir son rôle dans les nouvelles conditions de la vie économique. Malheureusement, elle n'eut pas assez de souplesse pour se réformer à temps (Durkheim, Divis. trav., 1902, p. xxvii).
2. [Le compl. désigne un acte, un écrit] Modifier les termes, la rédaction d'un accord, d'une décision, d'une loi. Réformer la constitution, un jugement, un arrêt. Présenter au tribunal civil une expédition en bonne forme du jugement de condamnation, avec un certificat du tribunal criminel, portant que ce même jugement n'est plus susceptible d'être réformé par aucune voie légale (Code civil, 1804, art. 261, p. 49):
... Birotteau n'ayant pas entendu donner à mademoiselle Gamard cette somme énorme (...), il y avait, judiciairement parlant, lieu à réformer leurs conventions; autrement la vieille fille eût été coupable d'un dol volontaire. Balzac, Curé Tours, 1832, p. 230.
Au fig. Incapable, ainsi que la plupart des hommes, de réformer ses jugements sur de nouvelles expériences, il s'en tenait aux opinions acquises et aux idées préconçues (A. France, Vie fleur, 1922, p. 310).
3. Vieilli. Réformer les monnaies. ,,Changer la valeur ou l'empreinte des espèces, sans faire de refonte`` (Ac. 1835, 1878).
E. − Domaine milit.Retirer du service, mettre à la réforme.
1. [Le compl. désigne un militaire]
a) [Le compl. désigne un officier] Lui retirer son commandement en lui versant sa solde (notamment en cas de réforme des troupes). Synon. arg. usuel fendre* l'oreille.Le Général: Vous avez réformé les vieux officiers et c'est une grande faute (Fongeray, Soir. Neuilly, t. 2, 1827, p. 352).
b) [Le compl. désigne un soldat] Le retirer du service auquel il est (devenu) impropre. Robert Claisse (...) un jeune, qui a été réformé, qui n'a jamais été soldat (Martin du G., Thib., Été 14, 1936, p. 642).Monsieur a fait la guerre. Il était réformé au début des hostilités, réformé pour déficience générale (H. Bazin, Vipère, 1948, p. 144).
2.
a) [Le compl. désigne un animal de l'armée] Réformer des chevaux (Ac. 1835-1935).
b) [Le compl. désigne du matériel] Réformer une partie du matériel (Ac. 1835, 1878). Réformer des effets de petit ou de grand équipement (Ac. 1935). V. réforme B 2 b ex. de Lubrano-Lavadera.
Prononc. et Orth.: [ʀefɔ ʀme], (il) réforme [-fɔ ʀm]. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. « ramener à sa forme primitive » (Sermons St Bernard, 17, 22 et 24 ds T.-L.); 1546 eglises réformées (Calvin, Œuvres, éd. J. W. Baum, E. Cunitz et E. Reuss, X, col. 48 ds Richard, p. 19); 1585 religion réformée (Noël Du Fail, Contes d'Eutrapel, éd. J. Assézat, t. 2, p. 279); 2. déb. xves. « changer une chose abstraite pour l'améliorer » (Jean Gerson, Harengue au roi Charles VI, p. 16 ds Littré); 1491 refformer un testament « en modifier la teneur » (Exéc. testam. de Thomas de Turby, A. Tournai ds Gdf. Compl.); 1656-57 réformer un jugement (Pascal, Provinciales, éd. Brunschvicg, XVIII, VII, p. 44); 3. 1636 « supprimer ce qui paraît excessif » (Monet); 1666 « réduire les dépenses d'une maison » (Boileau, Satire, III ds Littré); 4. 1651 « changer de forme pour transformer (de vieilles robes) » (Scarron, Roman comique, éd. E. Magne, 267); 5. a) 1636 réformer les monnaies (Monet); b) 1671 reformer un régiment (Pomey); 1675 capitaine reformé « congédié » (Widerhold); 1844 être réformé « être dispensé des obligations militaires » (Balzac, Paysans, p. 201). Empr. au lat.reformare « rendre à sa première forme, rétablir, restaurer »; fig. « améliorer, corriger ». Fréq. abs. littér.: 409. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 876, b) 348; xxes.: a) 643, b) 412.
DÉR.
Réformable, adj.Qui est susceptible d'être réformé. [Montesquieu] ne voulait certainement pas la ruine de la monarchie, même de Louis XV; il la considérait comme tempérée par les Parlements et réformable en elle-même (Sainte-Beuve, Caus. lundi, t. 7, 1852, p. 77).Le raïa turc n'en veut à personne des exactions qu'il souffre: c'est la fatalité. L'Anglais pauvre n'en veut à personne, s'il meurt de faim; c'est la fatalité. Le Français se révolte s'il peut soupçonner que sa misère est la conséquence d'une organisation sociale réformable (Renan, Avenir sc., 1890, p. 495). [ʀefɔ ʀmabl̥]. Att. ds Ac. dep. 1762. 1reattest. 1483 refformable (Lettres ds Rec. anc. lois fr., éd. Jourdan, Decrusy, Isambert, t. 11, p. 15); de réformer, suff. -able*.
BBG.Raymondis (L. M.), Le Guern (M.). Le Lang. de la justice pénale. Paris, 1976, pp. 42-45.

Wiktionnaire

Verbe - français

réformer \ʁe.fɔʁ.me\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Rétablir dans l’ancienne forme ; donner une meilleure forme à une chose ; la corriger, la rectifier, soit en ajoutant, soit en retranchant.
    • […] ; mais aujourd'hui nous voyons des puissances considérables se coaliser pour essayer de réformer l'économie capitaliste dans le sens médiéval, au moyen de lois. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence Chap.II, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Les juges furent dans la douloureuse nécessité de réformer leur arrêt. — (Voltaire, Zadig ou la Destinée, III. Le chien et le cheval, 1748)
    • Réformer la justice, la police, les lois, les mœurs.
    • Des gens gui veulent réformer l’état, réformer le genre humain.
    • Réformer un jugement.
  2. Corriger, changer en bien ou en mieux.
    • L'avenir est à ceux qui savent le prédire. Se réformer, c'est se conformer à l'évolution irrésistible et lente des sociétés en marche vers le but inconnu. — (Pierre Louÿs, Liberté pour l’amour et pour le mariage, 1900, dans Archipel, 1932)
    • Et, d'autre part, les historiens n’ont jamais raconté que Louis XIV ait songé à complimenter Louvois d’avoir réformé les mœurs. — (Anatole Claveau, La Vertu, dans Sermons laïques, Paris : Paul Ollendorff, 1898, 3e éd., page 43)
  3. Retrancher ce qui est nuisible ou en excès.
    • Réformer les abus.
    • Réformer les superfluités.
    • Réformer le luxe.
  4. (En particulier) Diminuer.
    • Réformer son train, sa dépense, sa maison.
  5. (Militaire) Retirer, à un officier, son emploi, mais en lui conservant une partie de sa solde.
  6. (Militaire) Reconnaître un soldat impropre au service, en lui donnant, ou non, une pension.
    • Ce soldat, grand blessé de guerre, a été réformé avec pension.
    • Zulma, elle avait un client colonel, même que c’est lui qui m’a fait réformer. — (René Fallet, Le Beaujolais nouveau est arrivé, chapitre II ; Éditions Denoël, Paris, 1975)
    • En 1914, Jean Monnet alors âgé de 25 ans, fut réformé pour raisons de santé. — (Gérard Bossuat, Jean Monnet, l'Europe et les chemins de la paix, 1999, page 23)
  7. (Élevage) Retirer des animaux d'élevage du service ou de l'usage auquel ils étaient affectés, comme n’y étant plus propres.
    • Joséfa le dévorait des yeux ; elle encensait du chef, vieille jument réformée que réveille une musique de cirque. — (François Mauriac, Le Mystère Frontenac, 1933, réédition Le Livre de Poche, page 208)
  8. (Par analogie)Réformer le matériel.
    • Réformer des effets de petit ou de grand équipement.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉFORMER. v. tr.
Rétablir dans l'ancienne forme; donner une meilleure forme à une chose; la corriger, la rectifier, soit en ajoutant, soit en retranchant. Réformer un ordre religieux, Réformer un monastère. Réformer la justice, la police, les lois, les mœurs. Réformer le calendrier. Des gens gui veulent réformer l'État, réformer le genre humain. Réformer un jugement. Il signifie aussi Corriger, changer en bien, en mieux. Réformer sa vie. Réformer son caractère. Il promet toujours de se réformer. Quand il aura acquis de l'expérience à ses dépens, il se réformera. Il signifie encore Retrancher ce qui est nuisible ou en excès. Réformer les abus. Réformer les superfluités. Réformer le luxe. Réformer son train, sa dépense, sa maison, Diminuer son train, réduire sa dépense. Réformer un officier, Lui retirer son emploi, mais en lui conservant une partie de sa solde. Réformer un soldat, Le reconnaître impropre au service, en lui donnant, ou non, une pension. Ce soldat, grand blessé de guerre, a été réformé avec pension. Réformer des chevaux, Les retirer du service auquel ils étaient affectés, comme n'y étant plus propres. On dit par analogie : Réformer le matériel. Réformer des effets de petit ou de grand équipement. Le participe passé

RÉFORMÉ s'emploie adjectivement. Des chevaux réformés. Substantivement, Un réformé, Un soldat qui a été réformé. La religion réformée, le culte réformé, Le protestantisme. On a dit autrefois : La religion prétendue réformée. Substantivement, Les réformés, Ceux qui suivent cette religion.

RÉFORMÉ s'emploie aussi comme nom et se dit des Religieux qui suivent la réforme établie dans l'ordre auquel ils appartiennent; par opposition aux Religieux qui n'ont point reçu cette réforme et qu'on appelle Religieux de la commune observance, ou Anciens.

Littré (1872-1877)

RÉFORMER (ré-for-mé) v. a.
  • 1Rectifier, c'est-à-dire rétablir dans l'ancienne forme ou dans une forme meilleure. Je me persuadai qu'il n'y aurait véritablement point d'apparence qu'un particulier fît dessein de réformer un État, en y changeant tout dès le fondement, et en le renversant pour le redresser ; ni même aussi de réformer le corps des sciences ou l'ordre établi dans les écoles pour les enseigner, Descartes, Méth. II, 2. L'armée toute indépendante [appartenant aux sectaires dits indépendants] réforme elle-même, à sa mode, le parlement, et se rend maîtresse de tout, Bossuet, Reine d'Anglet. Combien de projets M. de Lamoignon a-t-il faits ou réformés ! Fléchier, Lamoignon. Chacun a débité ses maximes frivoles… Corrigé la police et réformé l'État, Boileau, Sat. III. N'allons donc point ici réformer l'univers, Boileau, ib. X. Prendre sur vous le soin de réformer la ville, Boileau, ib. IX. Une vaste capacité… qui réforme les lois et les coutumes, si elles étaient remplies d'abus, La Bruyère, X.
  • 2Procurer une amélioration morale, intellectuelle. Il réforme à son pied les humeurs de la cour, Régnier, Sat. X. Jamais mon dessein ne s'est étendu plus avant que de tâcher à réformer mes propres pensées, et de bâtir dans un fonds qui est tout à moi, Descartes, Méth. II, 3. Sachez que leur objet [des jésuites] n'est pas de corrompre les mœurs ; ce n'est pas leur dessein ; mais ils n'ont pas aussi pour unique but celui de les réformer, Pascal, Prov. V. Faites-moi la grâce de réformer ma raison corrompue, Pascal, Prière. Il eût voulu réformer tous les défauts, Fléchier, Duc de Mont.
  • 3Rétablir dans un ordre religieux la discipline qui s'était relâchée.
  • 4Corriger, modifier la rédaction, la forme d'une pièce, d'un écrit. Réformer une déclaration, un édit. Il n'est pas raisonnable, quoi que vous disiez, que je réforme les louanges que je vous donne, ni que je commence à dire moins de bien de vous lorsque j'en reçois le plus, Voiture, Lett. 25. Il est constant que cette faute est dans l'original et qu'ainsi il n'a de rien servi de la réformer dans les dernières éditions qu'on en a faites, Pascal, Prov. XI. J'ai envoyé à ma nièce deux volumes où j'ai réformé, autant que je l'ai pu, tout ce que vous avez eu la bonté de remarquer dans le Siècle de Louis XIV, Voltaire, Lett. Hénault, 1er févr. 1752.

    Réformer un arrêt, un jugement, se dit d'un tribunal qui modifie un arrêt, un jugement rendu. Sous le nom de conseil s'élève un tribunal souverain où l'on réforme les jugements, Fléchier, le Tellier.

  • 5Retrancher ce qui est nuisible ou superflu. Réformer le luxe. Le pire de tous les abus dans la société, c'est de les réformer sans règle, et cent expériences ont démontré la vérité de cette maxime, Condillac, Étud. hist. III, 1.
  • 6Réformer son train, sa dépense, sa maison, les diminuer, les réduire. A-t-on par quelque édit réformé la cuisine ? Boileau, Sat. III. Vous venez d'être réformé, il faut bien que vous réformiez votre train, Regnard, Attend. s. l'orme. 1.
  • 7Réformer les troupes, les réduire à un moindre nombre. Voilà la paix ; vous serez réformé, vous quitterez le service malgré vous, Dancourt, Vert-galant, sc. 1. On réforme, à la paix, des régiments entiers qui ne se plaignent pas ; pourquoi les jésuites poussent-ils de si hauts cris, quand on les réforme pour avoir la paix ? Voltaire, Pol. et lég. Tolérance, seul cas où l'intolérance est de droit humain.

    Réformer un officier, lui retirer son emploi, en raison d'infirmités physiques ou morales.

    Réformer un soldat, lui donner son congé de réforme.

    Réformer des chevaux, les retirer du service auquel ils ne sont plus propres.

  • 8Réformer les monnaies, en changer l'empreinte ou la valeur sans les refondre.
  • 9Se réformer, v. réfl. Se faire à soi-même quelque correction. On dit qu'après l'avoir achevé [le Jupiter d'Olympie], Phidias ôta le voile dont il l'avait couvert, consulta le goût du public, et se réforma lui-même d'après les avis de la multitude, Barthélemy, Anach. ch. 38.

    Renoncer à ses anciennes habitudes. Un bourgmestre d'Amsterdam le louait [Pierre Ier] de ce qu'il voulait réformer sa nation ; j'y aurai beaucoup de peine, répondit le czar ; mais j'ai un plus grand ouvrage à entreprendre. Eh ! quel est-il ? dit le Hollandais. - C'est de me réformer moi-même, Voltaire, Lett. Pr. roy. de Pr. janvier, 1738.

  • 10S'infliger les uns aux autres des réformations religieuses. Les zwingliens et les calvinistes, qui, de tous ceux qui se sont séparés de Rome, se vantent d'être les plus unis entre eux, ne laissent pas de se réformer, Bossuet, Var. X, 66.
  • 11Subir un retranchement. La table s'allait réformer tout doucement d'elle-même, Hamilton, Gramm. II.

HISTORIQUE

XVe s. À quoy pensois-tu, bel amy ? veulx-tu refformer ou corriger le monde ? Gerson, Harengue au roi Charles VI, p. 16. À la poursuite du duc de Bourgogne furent reffourmez tous ceulx qui du roy avoient eu dons, et contraints à les restituer, Geste des nobles, Viriville, p. 119.

XVIe s. [Alcibiade] autant reformé à Sparte, comme voluptueux en Ionie, Montaigne, I, 185. Ceux de la religion nouvelle qu'ils appellent maintenant reformée, Pasquier, Lett. t. I, p. 189.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉFORMER.
4Ajoutez :

Réformer un portrait, le corriger, le retoucher. Pour le portrait que vous daignez désirer, il m'a dit qu'il faut que je lui donne une après-dînée pour le réformer, Malherbe, Lexique, éd. L. Lalanne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉFORMER, en Jurisprudence, signifie changer de forme & rectifier quelqu’acte ; on dit reformer des conclusions. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réformer »

 Dérivé de former, avec le préfixe re-.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et espagn. reformar ; ital. riformare ; du lat. reformare, de re, et formare (voy. FORMER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « réformer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réformer refɔrme

Citations contenant le mot « réformer »

  • Innover n'est pas réformer. Edmund Burke, Letters, to a Noble Lord, 1796
  • Il faut éclairer d'abord et réformer ensuite. August Strindberg, Dans la chambre rouge
  • Souvent les gens prennent leurs propres lacunes pour celles de la société qui les entoure, et cherchent à réformer ladite société parce qu'ils sont incapables de se réformer eux-mêmes. De Isaac Asimov / Les cavernes d'acier
  • Même si la société a beaucoup évolué et que les assurances ont pris une place majeure dans notre économie, le droit de la responsabilité civile est toujours basé sur cinq articles du code civil, inchangé depuis 1804. L’essentiel des évolutions vient de la jurisprudence, rendant le droit peu accessible. Depuis vingt ans, les travaux pour réformer la responsabilité civile se sont succédé, aboutissant, en mars 2017, à un projet du ministère de la justice (v. Dalloz actualité, 14 mars 2017, art. A. Portmann) visant à clarifier le droit, mais également à introduire des innovations. , Le Sénat veut avancer sur la réforme de la responsabilité civile - Administratif | Dalloz Actualité
  • L’AFASH est satisfaite de la prise de conscience du ministère des Solidarités et de la Santé de faire évoluer le statut des ambulanciers hospitaliers mais l’inquiétude règne au sein de l’association et de la profession, quant à une absence possible de sa participation au chantier annoncé pour septembre dans l’objectif de réformer le statut de l’ambulancier hospitalier et ses conséquences. La lettre économique et politique de PACA, ALBI : "Ségur de la santé", vers une réforme du statut d'ambulancier ? - La lettre économique et politique de PACA

Images d'illustration du mot « réformer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réformer »

Langue Traduction
Anglais reform
Espagnol reforma
Italien riforma
Allemand reform
Chinois 改革
Arabe اعادة تشكيل
Portugais reforma
Russe реформа
Japonais 改革
Basque erreforma
Corse riforma
Source : Google Translate API

Synonymes de « réformer »

Source : synonymes de réformer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réformer »

Réformer

Retour au sommaire ➦

Partager