Dénaturer : définition de dénaturer


Dénaturer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

DÉNATURER, verbe trans.

A.− Emploi trans.
1. Changer dans sa nature, dans son apparence ou sa présentation, par une modification spontanée ou voulue; priver de son caractère naturel. (Quasi-)synon. contrefaire.
a) [L'obj. désigne une réalité matérielle (un objet, une substance comestible − pour la rendre impropre à la consommation − ou non)] Dénaturer du sel, du vin. Le rapport Lilienthal faisait en plus état de la possibilité de dénaturer les matières fissiles par la présence d'isotopes les rendant impropres aux usages militaires tout en permettant leur utilisation à des fins civiles (Goldschmidt, Avent. atom.,1962, p. 66).
DR. Dénaturer son/un bien. Transformer le(s) bien(s) immobilier(s) que l'on possède, en capitaux mobiliers. Dénaturer une créance. La convertir en une créance de nature différente.
b) [L'obj. désigne une entité abstr.; cf. altérer1ex. 16] Dénaturer les paroles, la pensée de qqn. Synon. défigurer, déformer, fausser, travestir.
Dénaturer un texte. Lui faire subir des modifications qui en altèrent la signification. On n'eut plus que la ressource banale de tronquer des passages pour dénaturer un texte (Chateaubr., Essai Révol.,t. 1, 1797, p. XXVI).
c) [L'obj. désigne une pers., un aspect de l'être humain] Je vois Verlaine superbe, endimanché, absurde et dénaturé déjà par quelques apéritifs, arriver à ce restaurant avec Cazales (Barrès, Cahiers,t. 9, 1911-12, p. 26):
1. Le bonhomme suffoquait d'indignation et de peur. « Si on peut dire! ... si on peut dire... des menteries comme ça pour dénaturer un honnête homme! Si on peut dire! ... » Maupassant, Contes et nouvelles,t. 1, La Ficelle, 1883, p. 127.
2. [Avec une idée de modification en mal] Rendre dur, méchant, dépraver (quelqu'un, quelque chose). Elle [l'autopunition inconsciente] est immorale deux fois; elle dénature la mauvaise conscience qu'elle rend, de mauvaise, méchante, tout en lui retirant sa clairvoyance de conscience morale (Mounier, Traité caract.,1946, p. 705).
B.− Emploi pronom.
1. Perdre spontanément ou volontairement sa nature, ses qualités naturelles.
a) Emploi à sens passif
[Le suj. désigne une réalité physique, un objet, une substance] Ces sensations se mêlent d'une manière remarquable; elles se dirigent, s'éclairent, se modifient, et peuvent même se dénaturer mutuellement (Cabanis, Rapp. phys. mor.,t. 2, 1808, p. 309).
[Le suj. désigne une entité abstr.] Par elles enfin [l'ignorance et la cupidité] se sont dénaturées les idées du « bien » et du « mal », du « juste » et de l' « injuste », du « vice » et de la « vertu » (Volney, Ruines,1791, p. 49).
[Le suj. désigne un être vivant, un aspect de l'être humain] L'homme n'a pas cessé de se dénaturer dans le tragique orgueil de condamner son frère (Hugo, Fin Satan,1885, p. 887).
b) Emploi à sens réfl. Au XIVesiècle il y avait en Castille, à l'usage des « Ricos omes », une procédure particulière pour se dénaturer, c'est-à-dire pour changer de roi et de patrie (Mérimée, Portr. hist. et littér.,1870, p. 81).
2. [Avec une idée de modification en mal, le suj. désignant une pers.] Perdre ses sentiments naturels d'humanité, devenir méchant. Son cœur s'était endurci et dénaturé (Ac.1835-78).Synon. se pervertir :
2. Parmi ceux-là [les soldats qui s'endurcirent aux excès], quelques vagabonds se vengèrent de leurs maux jusque sur les personnes; au milieu de cette nature ingrate ils se dénaturèrent. Ségur, Hist. de Napol.,IV, 4 ds Littré.
Prononc. et Orth. : [denatyʀe]. Ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. a) Apr. 1174 desnaturer pronom. « avoir une attitude contraire à la nature, changer de nature, dégénérer » (Wace, Rou, Chron. ascendante des ducs de Normandie, éd. A. J. Holden, 78) − 1611 « renier l'hommage dû à son seigneur, renier son pays » (Cotgr.); b) fin du xiiies. part. passé « dépouillé de sentiments naturels, humains » (Chanson d'amors de pure povreteit, 69, ms. Germot, éd. P. Meyer ds Bulletin de la S.A.T.F., 1884, p. 79); 1690 part. passé subst. (Dancourt, Folle enchère, 193 ds IGLF); 2. a) 1718 « changer la nature de quelque chose » (Ac. : denaturer son bien); b) 1735-43 « altérer, changer l'apparence de quelque chose » (Obs. sur les Ecrits mod., t. 11, p. 4 et 5 ds Trév. Suppl. 1752); c) 1779 chim. « modifier la nature d'une substance » (Buffon, Hist. nat., t. 21, p. 55); 1873 part. prés. adj. « propre à altérer la nature d'une substance » (Gazette des Tribunaux, 4 janv., p. 10 ds Littré); 1927 part. prés. subst. (Champly, Nouv. Encyclop. prat., t. 18, p. 28); d) 1845-46 « rendre impropre à sa destination ordinaire » (Besch. : dénaturer une liqueur, du vin); 1863 part. passé adj. (Littré); e) 1964 part. prés. subst. (Nucl.). Dér. de nature*; préf. dé-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 298. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 737, b) 261; xxes. : a) 367, b) 276.
DÉR.
Dénaturement, subst. masc.,rare. Action de dénaturer [une entité abstr.]. Nier radicalement tous les fameux bienfaits de 89. Montrer l'énormité de l'enflure, de la blague, du dénaturement de la presse, des journaux, des livres libéraux, à propos des idées, des principes, des faits mêmes de la Révolution (Goncourt, Journal,1861, p. 925). 1resattest. a) Av. 1475 desnaturement « action de dénaturer; déshéritement; rébellion, félonie » (G. Chastellain, Chronique, éd. J. Kervyn de Lettenhove, t. 4, p. 9), seulement chez cet aut.; b) [av. 1870 « action de dénaturer » (Ragon, s. réf. ds Lar. 19e)] 1861 (Goncourt, loc. cit.); de dénaturer, suff. -ment1*. Fréq. abs. littér. : 1.

Dénaturer : définition du Wiktionnaire

Verbe

dénaturer \de.na.ty.ʁe\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Altérer une chose dans sa nature ou dans ses qualités, faire qu’elle ne soit plus ce qu’elle était ou ce qu’elle devrait être.
    • En outre, les marchés d’ingénierie classiques ne permettent pas de déceler et d’anticiper suffisamment les risques liés à des inadaptations des projets aux contraintes techniques ou constructives, ou au contraire, à des difficultés de réalisation des ouvrages pouvant conduire à dénaturer les caractéristiques initiales des projets. — (Agence publique pour l'immobilier de la justice, Le Nouveau marché d’ingénierie, p. 2. Brochure éditée le 31 août 2001, téléchargeable au format PDF.)
    • Il dénatura les objets volés, pour qu’on ne pût les reconnaître.
    • Il a dénaturé le fait, en changeant, en taisant plusieurs des circonstances principales.
    • Dénaturer la pensée de quelqu’un par une fausse interprétation.
  2. (Fiscalité) (Commerce) Rendre impropre à la consommation humaine certains aliments, pour les destiner à des usages industriels, en y mélangeant certaines substances.
    • Dénaturer l'alcool alimentaire en alcool pour la combustion.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dénaturer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

DÉNATURER. v. tr.
Altérer une chose dans sa nature ou dans ses qualités, faire qu'elle ne soit plus ce qu'elle était ou ce qu'elle devrait être. Il dénatura les objets volés, pour qu'on ne pût les reconnaître. Il a dénaturé le fait, en changeant, en taisant plusieurs des circonstances principales. Dénaturer le sens d'une phrase. Dénaturer la pensée de quelqu'un par une fausse interprétation. Souvent les faits se dénaturent quand ils passent par plusieurs bouches. Alcool, sucre dénaturé, Alcool, sucre qui, par le mélange de certaines substances, sont rendus impropres à la consommation et destinés à des usages industriels. Fig., Père dénaturé. Mère dénaturée. Fils dénaturé, Qui n'a plus pour les siens l'affection naturelle qu'il devrait avoir.

Dénaturer : définition du Littré (1872-1877)

DÉNATURER (dé-na-tu-ré) v. a.
  • 1Changer la nature d'une chose. Dénaturer des objets volés.

    On dénature un bien en le vendant pour en acquérir d'autres, dont on puisse disposer librement. Comme il fait surtout des efforts pour dénaturer sa fortune, Beaumarchais, Mère coup. I, 2.

    Terme de jurisprudence. Dénaturer une créance, changer une créance en une créance d'une autre nature.

    Dénaturer un fait, lui donner une autre nature, un autre caractère, en ajoutant, retranchant, changeant les circonstances.

    Dénaturer une pensée, une phrase, un langage, y faire des changements tels que le caractère en soit tout à fait altéré.

  • 2Rendre dur, dépravé. Ce peuple, qui depuis s'est peut-être laissé dénaturer, était alors la bonté même, Marmontel, Mém. t. I, liv. II, p. 165, dans POUGENS. Son âme a dû s'aigrir au sein de la misère ; J'aurai dénaturé cet heureux caractère, Ducis, Lear, II, 4.
  • 3Se dénaturer, v. réfl. Perdre sa nature. Des biens qui se dénaturent aisément. Des faits qui se dénaturent en passant de bouche en bouche.

    Devenir dénaturé, méchant. Parmi ceux-là [les soldats qui s'endurcirent aux excès], quelques vagabonds se vengèrent de leurs maux jusque sur les personnes ; au milieu de cette nature ingrate ils se dénaturèrent, Ségur, Hist. de Napol. IV, 4.

HISTORIQUE

XIIIe s. Vos me dites que je soivre [sèvre] mon enfant et desnature et face norrir del lait d'autre fame, Merlin, f° 67, verso. De la joie qu'ele ot [elle] fu si desnaturée [mise hors de soi], Berte, LXXXII. Lors dist Gavains : Segnor, veéz, Cis leus [loup] est tous desnaturés [changé de nature]. Entr'aus [eux] dient tot li baron, Qu'ainc si cortois leu ne vit-on, Lai de Melion. Toute riens veult et aime son pareil par nature ; Pour ce di-ge que fame et homs se desnature Qui n'aime à ceste fin humaine creature, J. de Meung, Test. 62.

XIVe s. Tel homme se desnature et degenere ou forligne, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVe s. Moult sont belles les euvres de nature, Laides aussi quant au desnaturer ; Une jument n'aroit d'un toreau cure, Ne la chievre n'a cure d'un sangler, Deschamps. Fou et vieux homme. L'eclipse fut toute pleniere ; Environ trois heures dura ; Nature se desnatura, Conv. de St Denis.

XVIe s. Des amours desnaturées [contre nature], Montaigne, I, 117.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « dénaturer »

Étymologie de dénaturer - Littré

Dé… préfixe, et nature avec la terminaison verbale er ; provenç. et portug. desnaturar ; ital. disnaturare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de dénaturer - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Composé de dé-, nature et -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « dénaturer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
dénaturer denatyre play_arrow

Conjugaison du verbe « dénaturer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe dénaturer

Évolution historique de l’usage du mot « dénaturer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « dénaturer »

  • Malgré toutes ces précautions, les animateurs vont tenter de ne pas dénaturer la colonie. "Nous sommes en montagne, pour la distanciation sociale, c’est beaucoup plus simple. Nous pourrons toujours organiser les activités que nous mettons en place chaque année." VTT, tir à l’arc, randonnée en montagne, escalade… Les enfants "vont pouvoir garder cette idée de lâcher prise", assure Maëlle Benureau. Après cette période compliquée, les parents ont à cœur d’envoyer leurs enfants en colonie de vacances : "Il y a ces idées de déconnexion et de vivre ensemble qui sont importantes. Notamment avec des enfants qui sont restés enfermés pendant plusieurs semaines et qui n’ont plus eu de contact avec leurs amis." Avec un effectif réduit, le séjour du centre Jean Pouzet est presque complet pour cet été. Quelques places sont encore à prendre pour aller découvrir la montagne. petitbleu.fr, La colo "Jean-Pouzet" au rendez-vous de cet été - petitbleu.fr
  • Le patriarche maronite, Béchara Raï, a accusé dimanche certaines parties d'envoyer des "fauteurs de troubles" lors des manifestations afin de "dénaturer la révolution" des Libanais, lesquels réclament depuis sept mois le départ de toute la classe politique, accusée de corruption, et crient leur colère face à la crise économique et financière. Dans son homélie, le dignitaire maronite a demandé à ces formations politiques de rappeler leurs "émeutiers" avant que le pays "ne glisse vers la sédition".  L'Orient-Le Jour, Raï accuse certaines parties d'envoyer des ''fauteurs de troubles'' dans la rue pour ''dénaturer la révolution'' - L'Orient-Le Jour
  • Ludovic Obraniak : "On a essayé de dénaturer ce club, de le vider de son âme" , Ludovic Obraniak : "On a essayé de dénaturer ce club, de le vider de son âme"
  • Quelle malchance a pu dénaturer l'homme - seul vraiment né pour vivre libre - au point de lui faire perdre la souvenance de son premier état et le désir de le reprendre ? De Etienne de La Boétie / Discours de la servitude volontaire

Traductions du mot « dénaturer »

Langue Traduction
Corse denatura
Basque denature
Japonais 変性
Russe денатурация
Portugais desnaturar
Arabe تفسد
Chinois 变性
Allemand denaturieren
Italien denaturare
Espagnol desnaturalizar
Anglais denature
Source : Google Translate API

Synonymes de « dénaturer »

Source : synonymes de dénaturer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « dénaturer »



mots du mois

Mots similaires