La langue française

Tristesse

Sommaire

Définitions du mot tristesse

Trésor de la Langue Française informatisé

TRISTESSE, subst. fém.

A. − [À propos d'un être animé]
1. [À propos d'une pers.] État d'incapacité à éprouver de la joie, à montrer de la gaieté, se traduisant notamment par les traits du visage affaissés, le regard sans éclat. Synon. abattement, affliction, amertume, cafard1(fam.), chagrin2, dépression, ennui, mélancolie, morosité, nostalgie, peine.
a) État pénible de dépression morale due au tempérament. Sentiment de tristesse; être enclin à la tristesse; s'abandonner à la tristesse; tristesse maladive. Ce n'était pas une de ces douleurs aiguës qui semblent tordre l'âme, mais une morne et lugubre tristesse (Maupass., Une Vie, 1883, p. 240).Le cyclothyme oscille entre la tristesse et la gaieté, deux contraires qui comme tous les contraires se ressemblent. Ils se ressemblent en ce qu'ils représentent tous deux un état fort de l'humeur, une vibration élémentaire et intense qui intègre tous les autres états d'âme dans une résonance unique (Delay, Psychol. méd., 1953, p. 145).
b) Réaction douloureuse en présence d'un mal que l'on ne peut fuir ou en l'absence d'un bien dont on éprouve la frustration. Tristesse accablante, insupportable, mortelle; extrême tristesse; être envahi d'une grande tristesse; tomber dans une tristesse profonde; quelle est la cause de votre tristesse? Je vais essayer de mettre en scène l'odieux Bismarck. Retour de la tristesse qui me martyrise habituellement, surtout lorsqu'il me faut écrire pour le Gil Blas, dont je suis si peu sûr et auquel je suis si honteux d'appartenir (Bloy, Journal, 1893, p. 75).Cher ami, La mort de Mallarmé m'emplit d'une grande tristesse... Ne pourrais-tu m'envoyer quelques détails? C'est le seul écrivain d'hier qui nous ait permis de l'admirer (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1898, p. 331).
Au plur. [Dans un style élevé] L'affection qu'elle [ma sœur] conçut pour ses trois élèves, le bonheur de voir ses efforts fructifier (...) lui firent oublier les tristesses inséparables de ces sortes de positions (Renan, Ma Sœur, 1862, pp. 25-26).Le poète chante ce qu'il aime et qui le dépasse. Ses chants de guerre ou de révolte, ses tristesses et ses plaintes ne sont que la contre-partie d'un amour que les choses ou les êtres ont déçu (Philos., Relig., 1957, p. 36-12).
[Avec passage de l'abstr. au concr.] Moments marqués par cet état. Pour cet Éden d'espoir dont rêvaient vos tristesses (Laforgue, Poés., 1887, p. 200).Caro, tu as bien fait de me récrire, je me désolais après toi; et surtout de me sentir aussi silencieux devant ton mal. (...) Rien ne vaut dans ces tristesses, que la persistance de l'amitié (Gide, Corresp.[avec Valéry], 1896, p. 257).
Synon. de malaise (v. ce mot B).Criqueville, à Antoine: Eh bien, qu'est-ce que tu fais là? Antoine: Monsieur, je suis mélancolique... j'ai des tristesses d'estomac (Labiche, Chasse corb., 1853, IV, 1, p. 349).
c) Manière d'être caractéristique chez une personne dans cet état. Sourire avec tristesse; visage empreint, marqué par la tristesse; tristesse du regard, du sourire. Le visage de M. Sariette exprimait une tristesse infinie, irréparable, éternelle, une tristesse de momie (A. France, Révolte anges, 1914, p. 344).
2. P. anal. [Corresp. à triste A 5; à propos d'un animal] Chez le chien, la bronchite et la pneumonie coexistent, d'où le nom de broncho-pneumonie. Elle se traduit par une grande tristesse du chien qui refuse toute nourriture (Garcin, Guide vétér., 1944, p. 98).
B. − [À propos d'un inanimé]
1. Caractère des choses peu agréables, qui manquent d'éclat, d'animation, de gaieté, de couleurs... et qui portent à la mélancolie, à des réflexions sombres ou graves. Paysage d'une tristesse pénétrante, noire; tristesse d'une façade, de murailles; tristesse d'étendues sans fin; tristesse de l'hiver, de la nuit. Dans le ciel gris de décembre, le long des hautes passerelles, trois ou quatre berlines oubliées avaient la tristesse muette des choses (Zola, Germinal, 1885, p. 1326).Maisonnettes mal construites, baraques en planches, (...) domaine des pauvres hères que ballottent les remous d'une vie sans discipline, voilà la banlieue! Sa laideur et sa tristesse sont la honte de la ville qu'elle entoure (Le Corbusier, Charte Ath., 1957, p. 26).
Rare. [Corresp. à triste B 1] Une tristesse absurde pesait sur les choses (Bernanos, Joie, 1929, p. 635).
2. En partic., dans le domaine artist. ou littér. Cachet, touche, impression de mélancolie qui se dégage d'une œuvre (littéraire, musicale, picturale...) et qui gagne le sujet qui lit, écoute ou observe cette œuvre. Tristesse d'Olympio (poème de V. Hugo, faisant partie des Rayons et des Ombres); page d'une (sublime) tristesse; refrain plein d'une tristesse (naïve); tristesse d'un allegro. L'art musulman avait, en Égypte ou en Syrie, la nudité, la tristesse et la grandeur du désert (Faure, Hist. art, 1912, p. 263).Carré qui cependant n'avait pas retenu l'ouvrage sans en connaître le sujet, s'avisa tout à coup de la tristesse du livret: Alyette est lépreuse, elle cache son mal, parce qu'elle est passionnément aimée par Ervoanik (Dumesnil, Hist. théâtre lyr., 1953, p. 193).
P. méton. Objet symbolisant la tristesse par ses couleurs sombres. Vase de tristesse. Ce minuscule calice de tristesse acquis pour 720.000 F, la première enchère avait été portée sur 150.000 F (L'Est Républicain, 30 sept. 1990, p. 16, col. 1).
3. [Parfois avec ironie] Caractère de ce qui est affligeant, déplorable. Synon. malheur, misère.Quelle tristesse! quelle tristesse d'entendre une chose pareille! de voir ça! Visite de Doxie Dexter (...) qui écrit une thèse de doctorat sur mes livres. Tristesse de devenir un sujet de thèse (Maurois, Journal, 1946, p. 152).
Prononc. et Orth.: [tʀistεs]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1165 tristece (Benoît de Ste-Maure, Troie, éd. L. Constans, 16028). Dér. de triste*, suff. -esse1* d'apr. le lat. tristitia, -ae « affliction; caractère sombre, sévère ». Fréq. abs. littér.: 6 107. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 8 023, b) 9 462; xxes.: a) 10 481, b) 7 751. Bbg. Arnold (W.). Ennui, spleen, nausée, tristesse. N. Spr. 1966, t. 15, pp. 159-173.

Wiktionnaire

Nom commun

tristesse \tʁis.tɛs\ féminin

  1. Affliction, état de dépression morale causé par quelque événement fâcheux.
    • Il est tombé dans une grande tristesse.
    • […] : légère, étourdie, folle même, elle riait de tout, ne s’intéressait à rien; confondait la tristesse avec l’humeur, et ne voyait dans une personne affligée qu’une personne ennuyeuse. — (Marie-Jeanne Riccoboni, Histoire d’Ernestine, 1762, édition Œuvres complètes de Mme Riccoboni, tome I, Foucault, 1818)
    • La physionomie de la Renaude prit une expression de gravité et de tristesse profonde. — (Octave Mirbeau, La Bonne, dans Lettres de ma chaumière, 1885)
    • C'est l’absence de sublime qui fait peur à Renan ; comme tous les vieillards en leurs jours de tristesse, il pense à son enfance […]. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, Chap. VII, La morale des producteurs, 1908, p. 331)
    • Et cette tristesse semblait emporter avec elle la chose à laquelle il tenait plus que tout au monde, son énergie vitale. — (Thomas Gunzig, Manuel de survie à l'usage des incapables, Gallimard, 2013, p. 123)
  2. Mélancolie de tempérament.
    • Karl s’arrêta de nouveau un instant pour examiner cette étrange tristesse, plus étrange encore chez l’hôte lui-même, qui semblait avoir donné aux autres toute la joie et n’avoir gardé que les soucis, […]. — (Alexandre Dumas, Othon l’archer, 1839)
    • Yasmina avait bien remarqué la tristesse et l’inquiétude croissante de son Mabrouk, […]. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • C’est un homme qui est né avec un fond de tristesse.
    • La tristesse est naturellement répandue sur son visage.
  3. Ambiance où se marque de l’affliction, de la mélancolie.
    • Le dîner, la soirée a été d’une grande tristesse à la suite de cette nouvelle.
  4. Aspect d’une chose qui nous met dans un état d’affliction ou de mélancolie.
    • Cet avis mortuaire, avec son laconisme, me parut d’une indicible tristesse et m’imposa la vision d’un de ces mornes corbillards qui, parfois, traversent Paris à vive allure sans personne derrière eux. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Ce paysage est d’une tristesse pénétrante.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

TRISTESSE. n. f.
Affliction, état de dépression morale causé par quelque événement fâcheux. Profonde, extrême tristesse. Être accablé de tristesse. Il est tombé dans une grande tristesse. Il est d'une tristesse mortelle. Quelle est la cause de votre tristesse? S'abandonner à la tristesse. Un voile de tristesse couvrit son visage. Chasser, dissiper la tristesse. Il signifie aussi Mélancolie de tempérament. C'est un homme qui est né avec un fond de tristesse. La tristesse est naturellement répandue sur son visage. Il se dit encore des Choses où se marquent de la tristesse, de la mélancolie. Le dîner, la soirée a été d'une grande tristesse à la suite de cette nouvelle. Il se dit des Choses dont l'aspect nous met dans un état de tristesse. Ce paysage est d'une tristesse pénétrante.

Littré (1872-1877)

TRISTESSE (tri-stè-s') s. f.
  • 1Sorte de souffrance morale dont le propre est de peser sur l'âme, et qui d'ordinaire apparaît dans l'extérieur. Nos plus heureux succès sont mêlés de tristesse, Corneille, Cid, III, 5. Le fils qui est sage est la joie du père, le fils insensé est la tristesse de sa mère, Sacy, Bible, Prov. de Salom. x, 1. On fait beaucoup de bruit [après la mort d'un mari], et puis on se console ; Sur les ailes du temps la tristesse s'envole, La Fontaine, Fabl. VI, 21. Cette mauvaise tristesse dont saint Paul dit qu'elle donne la mort, au lieu qu'il y en a une autre qui donne la vie, Pascal, Lett. à Mlle de Roannez, 7. Et ainsi, comme dit Tertullien, il ne faut pas croire que la vie des chrétiens soit une vie de tristesse ; on ne quitte les plaisirs que pour d'autres plus grands, Pascal, ib. 6. Vos malheurs me font une tristesse au cœur qui me fait bien sentir que je vous aime, Sévigné, à Bussy, 15 juill. 1673. Nous sommes toujours dans la tristesse des troupes qui nous arrivent [en Bretagne, pour punir la province] de tous côtés, Sévigné, 4 déc. 1675. Vous ne sauriez mieux faire que de promener votre tristesse à Versailles ; ce qui serait pourtant encore mieux, serait de n'avoir point de tristesse, Sévigné, 7 fév. 1685. Il faut écouter le saint apôtre, qui nous dit : il y a la tristesse du siècle, la tristesse selon le monde, et la tristesse selon Dieu, Bossuet, Sermons, Trist. des enfants de Dieu, 2. Ces pieux devoirs que l'on rend à sa mémoire [de Mme de Montausier], ces chants lugubres qui frappent nos oreilles et qui vont porter la tristesse jusque dans le fond des cœurs, Fléchier, Mme de Mont. La tristesse n'est bonne, ni pour ce monde, ni pour l'autre, Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 29 sept. 1715. Elle [l'élégie] peint des amants la joie et la tristesse, Boileau, Art p. II. Comme autrefois David, par ses accords touchants, Calmait d'un roi jaloux la sauvage tristesse, Racine, Esth. III, 3. Idoménée… tomba dans une tristesse mortelle, Fénelon, Tél. XXIII. Dans la tristesse, les deux coins de la bouche s'abaissent, la lèvre inférieure remonte, la paupière est abaissée à demi, la prunelle de l'œil est élevée et à moitié cachée par la paupière, les autres muscles de la face sont relâchés, de sorte que l'intervalle qui est entre la bouche et les yeux est plus grand qu'à l'ordinaire, et par conséquent le visage paraît allongé, Buffon, Hist. nat. hom. Œuv. t. IV, p. 300. Et non moins que le temps la tristesse a des rides, Chénier, Élég. X.

    Au plur. Elle [la vue de la volonté de Dieu] retranche l'inquiétude, l'empressement, les désirs trop ardents pour les choses qui ne sont pas encore arrivées, les tristesses et les chagrins pour celles qui sont présentes ou passées, Nicole, Ess. de mor. 2e traité, ch. 4. Ce sont des tristesses retirées dans le fond de l'âme qui la flétrissent et qui la laissent comme morte, Marivaux, Marianne, 9e part.

    Terme de médecine. Tristesse ébrieuse, nom donné à un état d'hébétude chez les personnes qui abusent de l'alcool.

  • 2Mélancolie habituelle de tempérament. C'est un homme qui est né avec un fond de tristesse. Voilà les horreurs de la séparation… toutes les tristesses des tempéraments sont des pressentiments, tous les songes sont des présages, Sévigné, 6 mai 1671.
  • 3Il se dit de ce qui inspire la tristesse. Le bruit de ces torrents et de la mer est d'une tristesse qui serre le cœur, Genlis, Veillées du château t. III, p. 353, dans POUGENS.
  • 4Il se dit des lieux sans agréments, des fêtes sans gaieté, etc. Les appartements de cette maison sont d'une grande tristesse. Le bal du mardi gras pensa être renvoyé ; jamais il ne fut une telle tristesse : je crois que c'était votre absence qui en était la cause, Sévigné, 18.

HISTORIQUE

XIIIe s. Tristesce et moleste sont choses mauvaises, et sont contraires au delit [plaisir], Latini, Trésor, p. 324.

XIVe s. Toutes choses que l'en fait par force et par violence et contre sa volenté, l'en les fait avecques tristesse, Oresme, Éth. 50. Et se au contraire il vient à un homme beneuré pluseurs grandes males fortunes et adversités, il le tribulent et troublent et lui font tristeces, Oresme, ib. 25.

XVIe s. Il delibere de mourir en cette tristesse, n'ayant autre plaisir que de suivre son enfant au sepulcre, Calvin, Instit. 332. Je crains la cruauté de vos fieres maistresses, J'ay part à vos soupirs, je gouste vos tristesses, Desportes, Bergeries, IV, discours. De tristesse et ennuy nul fruict, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 287.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

TRISTESSE, s. f. (Morale.) Cicéron définit la tristesse, l’opinion d’un grand mal présent, & tel que celui qui l’éprouve croit qu’il est juste & même nécessaire de s’affliger. Nos jours seront toujours malheureux, dit-il, si nous ne luttons de toutes nos forces contre cette passion, que la folie suscite comme une furie pour nous tourmenter. « Je n’aime point cette passion, dit Montagne, quoique le monde ait entrepris comme à prix fait, de l’honorer de faveur particuliere ; ils en habillent la sagesse, la vertu, la conscience ; bizarre habillement toujours nuisible, & toujours fâcheux » ! (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « tristesse »

(Date à préciser) Du bas latin *trīstĭcĭa (Gaule et Ibérie), en latin classique trīstĭtĭa.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. tristicia, tristessa ; espagn. tristeza ; ital. tristezza ; du latin tristitia, de tristis, triste. Le mot le plus usité dans l'ancienne langue était tristor.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « tristesse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
tristesse tristɛs

Citations contenant le mot « tristesse »

  • La tristesse pure est aussi impossible que la joie pure. Lev [en français Léon] Nikolaïevitch, comte Tolstoï, Guerre et Paix, livre IV, 4e partie, 1
  • La vie est tristesse Surmonte-la.
  • L'argent emprunté porte tristesse. De Proverbe français
  • La tristesse vient de l'eau. De Emma Andievska / Djalapita
  • La tristesse rend vieux avant l’heure. De Hazrat Ali
  • Surtout, ne pas confondre tristesse et ennui. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • La tristesse vient de la solitude du coeur. De Montesquieu
  • La tristesse est un mur élevé entre deux jardins. De Khalil Gibran
  • Les filles de joie ont pour mère la tristesse. De Jean Cazeneuve
  • Nos plaisirs les plus doux ne vont pas sans tristesse. De Pierre Corneille
  • La seule vraie tristesse est dans l’absence de désir. De Charles-Ferdinand Ramuz / Journal
  • La seule vraie tristesse est l'absence de désir. De Charles-Ferdinand Ramuz / Journal
  • Ainsi toujours la joie s’achève en tristesse. De Walther von der Vogelweide / La Chanson de Nibelungen
  • Prenez garde à la tristesse, c’est un vice. De Gustave Flaubert / Guy de Maupassant
  • La tristesse est le passage de l'homme d'une plus grande à une moindre perfection. Baruch Spinoza, L'Éthique, Livre III
  • Hélas ! la grande tristesse actuelle est que les choses n'ont pas le temps de vieillir. François Carcopino-Tusoli, dit Francis Carco, Rendez-vous avec moi-même, Albin Michel
  • La tristesse : un appétit qu'aucun malheur ne rassasie. Émile Michel Cioran, Syllogismes de l'amertume, Gallimard
  • Nos plus heureux succès sont mêlés de tristesse. Pierre Corneille, Le Cid, III, 5, Don Diègue
  • La matière retombe toujours dans la tristesse. Eugène Delacroix, Œuvres littéraires
  • Je ne suis pas de ceux qui estiment que les larmes et la tristesse n'appartiennent qu'aux femmes, et que, pour paraître homme de cœur, on se doive contraindre à montrer toujours un visage tranquille. René Descartes, Correspondance, à Pollot, janvier 1641
  • La cause la plus ordinaire de la fièvre lente est la tristesse. René Descartes, Correspondance, à Élisabeth, 18 mai 1645
  • Souvent une fausse joie vaut mieux qu'une tristesse dont la cause est vraie. René Descartes, Les Passions de l'âme
  • Prenez garde à la tristesse. C'est un vice. Gustave Flaubert, Correspondance, à Guy de Maupassant, 1878
  • Sur les ailes du Temps, la tristesse s'envole. Jean de La Fontaine, Fables, la Jeune Veuve
  • L'âme résiste bien plus aisément aux vives douleurs qu'à la tristesse prolongée. Jean-Jacques Rousseau, Julie ou la Nouvelle Héloïse
  • Le désir qui naît de la joie est plus fort, toutes choses égales d'ailleurs, que le désir qui naît de la tristesse. Baruch Spinoza, L'Éthique, Livre IV
  • La haine est la tristesse, accompagnée de l'idée d'une cause extérieure. Baruch Spinoza, L'Éthique, Livre III
  • Anne et Thomas semblaient avoir perdus cette joie dans leur couple, et avec elle le sens de leur relation. Ils étaient mariés depuis à peine 5 ans, mais ils vivaient une profonde crise. Toute conversation sereine était devenue presque impossible, même si les deux avaient les meilleures intentions du monde. Ils étaient fatigués de ne plus pouvoir se faire comprendre de l’autre et d’avoir perdu la confiance mutuelle, celle qui avait été le trésor de leurs premières années. Une certaine méfiance s’était installée, accompagnée d’une grande tristesse. Cette tristesse qui est la voix de l’âme qui n’arrive pas à aimer dans la gratuité, et qui nous indique que nous cherchons quelque chose qui nous ne convient pas. Aleteia, Quand la tristesse s’invite dans la vie de couple
  • Préparez-vous à être emporté par le nouvel et premier album du groupe Lesneu, Bonheur ou tristesse, le 5 août 2020, place Sainte-Croix, à Quimperlé. Les mercredis musicaux n’ont pas fini de surprendre les Quimperlois. Derrière ce groupe, cinq amis réunis autour du projet de Victor Gobbé qui réalise une carrière solo depuis quatre ans. Auparavant membre des Nantais de Slow Sliders, il avait besoin d’exprimer ses émotions dans des chansons plus personnelles : « J’écrivais déjà quand j’étais avec les Slow, j’avais besoin de m’exprimer dans un album solo ». Et c’est chose faite dans Bonheur ou tristesse que le jeune Finistérien a écrit ces quatre dernières années. Avec des premières chansons en français : « J’ai souvent essayé de chanter en français mais ça ne sonne pas toujours bien et là, ça me trottait dans la tête et c’est venu naturellement ». Des chansons dans la langue de Molière dont celle qui a donné son titre à l’album : « Les deux émotions que j’essaie de retrouver quand j’écris, une certaine mélancolie, de la tristesse mais avec un son doux et entraînant ». Le Telegramme, Lesneu prêt à charmer le premier mercredi musical à Quimperlé - Quimperlé - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « tristesse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « tristesse »

Langue Traduction
Anglais sadness
Espagnol tristeza
Italien tristezza
Allemand traurigkeit
Chinois 悲伤
Arabe الحزن
Portugais tristeza
Russe печаль
Japonais 悲しみ
Basque tristura
Corse a tristezza
Source : Google Translate API

Synonymes de « tristesse »

Source : synonymes de tristesse sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « tristesse »

Partager