Accablement : définition de accablement


Accablement : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

ACCABLEMENT, subst. masc.

A.− Gén. péj. État d'une personne accablée par un poids physique ou moral.
1. Par le contrecoup d'une crise violente, phys. ou mor. :
1. ... je passai dans cet affreux délire une partie de la nuit; ensuite je tombai dans un profond accablement. je vins m'asseoir au pied de l'arbre : là mes larmes recommencèrent à couler, mais sans violence; abattu, épuisé, je n'avois plus la force de penser d'une manière distincte; mon imagination éteinte ne m'offroit plus que des tableaux vagues... Mmede Genlis, Les Chevaliers du Cygne,t. 1, 1795, p. 213.
2. Il passait à présent par des crises d'accablement glacé, qui le tenaient des heures assis au pied d'un arbre, les yeux vides, ou bien vautré contre terre à plat ventre, sans un mouvement et semblable à un mort. Cela durait jusqu'à ce que la fièvre lui brûlât de nouveau toute la chair, ... M. Genevoix, Raboliot,1925, p. 320.
3. Je ne puis vous dire ce qui s'est emparé de moi tout à coup; je ne savais pas si c'était de l'accablement ou du bonheur. J'en étais ivre. Je ne pensais à rien. C'est peut-être l'heure la plus pleine que j'aie vécue. M. Arland, L'Ordre,1929, p. 535.
4. ... il devint malade. Intoxiqué d'alcool, son organisme rejeta, repoussa le poison. Zidore, abattu, prostré, misérable, incapable de boire, incapable de chasser l'obsession de son acte, vécut dans une espèce d'accablement physique, la tête lucide et le corps abruti. Sitôt remis, il fuit de nouveau la solitude, but davantage encore, retomba dans une espèce de folie furieuse à laquelle succéda une seconde phase d'accablement. M. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 183.
Cf. encore : J.-K. Huysmans, En route, t. 1, 1895, p. 281; G. Bernanos, Sous le soleil de Satan, 1926, p. 151.
2. Par une souffrance vive, une grande tristesse, etc. :
5. 29 mai. Accablement toute la journée. Douleur physique à force de peine morale. B. Constant, Journaux intimes,mai 1814, p. 404.
6. Je me retire bien triste ce soir, je suis dans un accablement où toutes mes forces de l'âme et du corps viennent se perdre! Pourquoi? Je ne pourrais l'assigner. C'est une affection douloureuse uniformément répandue dans tout mon être, un mal étrange qui me tient arrêté dans une sorte de stupeur. M. de Guérin, Correspondance,1837, p. 259.
7. Ma mélancolie devint donc de la tristesse, et ma tristesse de la douleur. De là au dégoût de la vie et au désir de la mort il n'y a qu'un pas. Mon existence domestique était si morne, si endolorie, mon corps si irrité par une lutte continuelle contre l'accablement, mon cerveau si fatigué de pensées sérieuses trop précoces, et de lectures trop absorbantes aussi pour mon âge, que j'arrivai à une maladie morale très-grave : l'attrait du suicide. G. Sand, Histoire de ma vie,t. 3, 1855, p. 353.
8. ... nous trouvons Gavarni dans son grand salon-atelier, dans le demi-jour de persiennes fermées, assis, n'ayant pu dormir, pâle, affaissé sous l'accablement de l'oppression, ayant à peine la force de nous donner sa chaude poignée de main, un peu de l'étranglement d'une angine dans la voix, essayant de nous faire ses anciennes plaisanteries bonhommes, mais on en voit l'effort. E. et J. de Goncourt, Journal,août 1863, p. 1312.
9. Les âmes robustes, nous venons de le dire, sont parfois, par de certains coups de malheur, destituées presque, non tout à fait. Les caractères virils, tels que Lethierry, réagissent dans un temps donné. Le désespoir a des degrés remontants. De l'accablement on monte à l'abattement, de l'abattement à l'affliction, de l'affliction à la mélancolie. V. Hugo, Les Travailleurs de la mer,1866, p. 400.
10. Dans le cachot moral où le pessimisme verrouille ses victimes, un libre champ est donné de même aux divers tempéraments. Amiel, lui, fut un pessimiste tendre, comme Schopenhauer fut un pessimiste féroce. Le penseur de Genève aboutit de bonne heure à un renoncement triste et doux, qui fait songer à une languissante agonie dans une chambre remplie de fleurs. Il se disait bien qu'il allait se perdre « dans les sables, comme le Rhin ». Les mots de satiété, de lassitude, d'accablement, d'abdication se retrouvaient chaque matin sous sa plume quand il cherchait à rendre son état intérieur. P. Bourget, Nouveaux essais de psychologie contemporaine,1885, p. 300.
11. Les accablements de la douleur ou les duperies plus dégoûtantes de la volupté ne justifieraient jamais à elles seules le pessimisme et ne suffiraient pas à détromper l'homme de son fanatique amour de l'être. M. Blondel, L'Action,1893, p. 27.
Cf. encore : É. Zola, Madeleine Férat, 1868, p. 287.
3. Par la fatigue, l'usure lente, etc. :
12. Le 25, j'ai eu de la fièvre, l'estomac s'est embarrassé, j'ai éprouvé à dîner de l'inappétence et un état pathologique; la fièvre a été assez forte la nuit; c'est une maladie catharrale qui me donne un accablement extraordinaire et m'ôte toute espèce de goût et d'aptitude pour le travail, mais non pour la conversation. (...) J'ai été fatigué de tête et de corps. Je renonce difficilement à mes habitudes actives et extérieures. Le 26, j'ai resté chez moi toute la journée dans un grand état d'accablement et de malaise; la conversation me fatigue; l'inappétence continue. Maine de Biran, Journal,1819, p. 222.
13. ... je me crois juste en pensant que l'on ne saurait moins jouir, moins vivre, être plus constamment au-dessous de ses besoins. Je ne suis pas souffrant, impatienté, irrité; je suis las, abattu; je suis dans l'accablement. E.-P. de Senancour, Obermann,t. 1, 1840, p. 214.
14. Pendant deux longs mois, il avait dû garder le lit, bien que le major Bouroche n'eût diagnostiqué qu'une fêlure de la cheville : la plaie ne se fermait pas, toutes sortes de complications étaient survenues. Maintenant, il se levait, mais dans un tel accablement moral, en proie à un mal indéfini, si têtu, si envahissant, qu'il vivait ses journées étendu sur une chaise longue, devant un grand feu de bois. Il maigrissait, devenait une ombre, sans que le médecin qui le soignait, très surpris, pût trouver une lésion, la cause de cette mort lente. Ainsi qu'une flamme, il s'éteignait. É. Zola, La Débâcle,1892, p. 543.
15. ... ce fut une période inquiète d'attente et comme une traversée de marais. Je sombrais en des accablements de sommeil dont dormir ne me guérissait pas. Je me couchais après le repas; je dormais, je me réveillais plus las encore, l'esprit engourdi comme pour une métamorphose. A. Gide, Les Nourritures terrestres,1897, p. 159.
16. La tonalité particulière de la vie de l'asthénique est l'accablement. Ils sont plus vite et plus complètement que d'autres écrasés et comme dévorés par le milieu, surtout quand le milieu les serre de trop près ou les sollicite avec trop de force. La fatigue vient en général brusquement, sans transition. Souvent elle est à retardement... E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 263.
Cf. encore : E. et J. de Goncourt, Renée Mauperin, 1864, p. 175; Id., Journal, oct. 1866, p. 296; É. Zola, Pot-Bouille, 1882, p. 321; R. Rolland, Jean-Christophe, Antoinette, 1908, p. 908; H. Pourrat, Gaspard des montagnes, À la belle bergère, 1925, p. 143.
4. Par la perte de tout désir, de tout espoir :
17. ... les deux coins de sa bouche s'abaissaient comme dans ce masque que les anciens sculptaient sur les tombeaux; il regardait le vide avec un air de reproche; on eût dit un de ces grands êtres tragiques qui ont à se plaindre de quelqu'un. Il était dans cette situation, la dernière phase de l'accablement, où la douleur ne coule plus; elle est, pour ainsi dire, coagulée; il y a sur l'âme comme un caillot de désespoir. V. Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 703.
18. Ils étaient simplement las et ahuris de tout ce qui se passait; les faits de la journée tournaient dans leur tête, incompréhensibles et monstrueux. Ils restaient là, muets, souriants, n'attendant rien, n'espérant rien. Au fond de leur accablement, s'agitait une anxiété vaguement douloureuse. É. Zola, Thérèse Raquin,1867, p. 130.
19. Une fois l'heure passée, il retombait dans sa prostration. Plus de travail, plus de promenades : le but seul de l'existence était d'attendre le prochain courrier; et toute son énergie était dépensée à trouver la force d'attendre jusque-là. Mais quand le soir venait et qu'il n'y avait plus d'espérance pour la journée, alors c'était l'accablement : il lui semblait qu'il ne réussirait jamais à vivre jusqu'au lendemain; et il restait des heures, assis devant sa table, sans parler, sans penser, n'ayant même pas la force de se coucher, jusqu'à ce qu'un reste de volonté lui fît gagner son lit; et il dormait d'un lourd sommeil, plein de rêves stupides, qui lui faisaient croire que la nuit ne finirait jamais. R. Rolland, Jean-Christophe,Le Matin, 1904, p. 211.
20. La surestimation d'autrui et l'accablement de la conscience de soi par cette illusion systématique sont liées à la conscience morose et aux psychismes faibles : ou bien ils se sentent écrasés par la présence d'autrui, ou bien ils ont besoin d'ériger leurs admirations en absolu pour étayer solidement leur propre incertitude. Cette idéalisation d'autrui renforce les tendances inactives et inhibe la vie morale par un découragement chronique. E. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 723.
Cf. encore : H.-F. Amiel, Journal intime, 26 mai 1866, p. 295; É. Zola, Madeleine Férat, 1868, p. 174.
5. Par la répétition monotone, l'ennui, le sentiment de solitude :
21. Léon était las d'aimer sans résultats; puis il commençait à sentir cet accablement que vous cause la répétition de la même vie, lorsque aucun intérêt ne la dirige et qu'aucune espérance ne la soutient. Il était si ennuyé d'Yonville et des Yonvillais, que la vue de certaines gens, de certaines maisons l'irritait à n'y pouvoir tenir; ... G. Flaubert, Madame Bovary,t. 1, 1857, p. 134.
22. La monotonie de l'état d'esprit d'André, la série banale de ses recherches et de ses expériences finissent par produire une impression d'accablement telle que l'écrivain capable de la donner, d'ennuyer à ce point le lecteur tout en le retenant, a certainement une force en lui. Et le sentiment de la bêtise de la vie se relève ici d'une amertume de plus en plus féroce à l'égard des hommes et des choses. J. Lemaître, Les Contemporains,1885, p. 321.
23. Le sentiment de la nature reflète ses désespoirs comme ses exaltations. En face de la plaine nordique, pluvieuse et morne, il connaît un accablement très werthérien : la solitude du moi, incapable de s'échapper à lui-même, s'accentue devant l'immensité. A. Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 35.
Cf. encore : F. Ambrière, Les Grandes vacances, 1946, p. 235.
B.− P. méton. Force ou ambiance qui accable (Dans cette accept., empl. le plus souvent d'une manière absolue, et précédé d'un art. indéf. − ce qui tend à lui faire perdre sa valeur abstr. et à lui donner une valeur plus concr. − accablement devient synon., très vague, de poids, charge, etc. Rarement usité en cette signif., il semble dénoter une intention de recherche styl.) :
24. ... la clameur des rues s'affaiblissait, des ombres violettes s'allongeaient devant le péristyle des temples, (...) on n'entendait aucun bruit, un accablement indicible pesait dans l'air. G. Flaubert, Salammbô,t. 2, 1863, p. 28.
25. ... ils n'auraient pu dire ce qui les rendait misérables; ils étaient tristes à mourir sans avoir pourquoi; il leur semblait qu'ils respiraient le malheur, qu'un accablement lent et continu les écrasait. Une telle situation était sans issue. É. Zola, Madeleine Férat,1868, p. 81.
26. Mais ces vaines tempêtes ne valaient pas ces heures du lourd accablement méridien. Alors un silence de plomb engourdissait les membres recrus de fatigue, et le corps prostré haletait, crucifié sur le sol... E. Psichari, Le Voyage du centurion,1914, p. 49.
Rem. 1. Accablement est le plus souvent empl. sans compl. Un compl. introd. par de ou par peut préciser la nature ou l'orig. de l'accablement : cf. ex. 8, 11, 15, 20, 30; après de le nom est gén. empl. sans art. (ex. 15). Le même rôle est parfois confié à une épithète (cf. ex. 4, 23), plus gén. au cont. (passim et inf., b). a) Syntagmes fréq. Accablement est souvent qualifié par des adj. exprimant sa nature phys. ou mor. : maladif, moral; son caractère extrême ou négatif : étrange, grand, immense, indicible, morne, muet, profond (très fréq.), stupide. Il complète fréquemment un nom : air d'-, état d'-, geste d'-, sensation d'-, sommeil d'-; un verbe : être dans, rester dans, retomber dans, sortir de, tomber dans, de. b) Accablement est fréquemment associé à des termes appartenant : soit au domaine phys. : dégoût, faiblesse, fatigue (très fréq.), fièvre, lassitude, malaise, mort, oppression, poids, repos, sommeil (très fréq.), souffrance; anton. agitation, bien-être, crise, force, vie; soit au domaine mor. : amertume, angoisse, défaite, désespoir (très fréq.), douleur (très fréq.), ennui, honte, horreur, inquiétude, malheur, misère, peine, silence, stupeur, tristesse (fréq.); anton. espérance, espoir, joie.
Rem. 2. Accablement prend parfois quasiment une valeur de personnification :
27. Je trouvais une délectation lugubre dans ces nuits de Maremma, passées parfois tout entières auprès d'elle, qui sombraient par le bout − comme les pilotis de la lagune dans le gonflement matinal de l'eau noire − au creux d'un déferlement de lassitude, comme si la perte de ma substance qui me laissait exténué et vide m'eût accordé à la défaite fiévreuse du paysage, à sa soumission et à son accablement. (...) il semblait que de la terre prostrée ne pût désormais se soulever même le faible souffle qui s'échappe d'un poumon crevé : la nuit pesait de tout son poids sur elle dans son gîte creusé de bête lourde et chaude. J. Gracq, Le Rivage des Syrtes,1951, p. 179.
Except. accablement peut prendre une valeur favorable :
28. Madame Gervaisais eut, dans ces jardins de la villa Borghèse, des jours de printemps, − il était cette année-là chaud et pluvieux, − des jours de singulier bien-être, d'une espèce d'accablement suave, d'une détente qui la laissait un moment heureuse; des jours qui avaient la tiédeur d'un bain, avec des odeurs chaudes d'acacias et d'orangers, un ciel de poussière, un soleil qui ne paraissait plus qu'une lueur orange, un étouffement du bruit des cloches lointaines, un chant à petits cris et comme lassé des oiseaux... E. et J. de Goncourt, Madame Gervaisais,1869, p. 188.
29. Et sa colère s'en allait, comme si la gifle l'avait calmée. Elle le respectait, elle se collait contre le mur de la ruelle, pour lui laisser toute la place. Même elle finit par s'endormir, la joue chaude, les yeux pleins de larmes, dans un accablement délicieux, dans une soumission si lasse, qu'elle ne sentait plus les miettes. É. Zola, Nana,1880, p. 1295.
Rem. 3. Pour la synon., cf. cet essai de Laf. 1858, p. 297 : 30. Abattement, accablement, langueur; découragement, désespoir. Tous ces termes expriment un état pénible de l'âme, une sorte de détresse à laquelle elle est réduite par les maux qu'elle éprouve. Mais les trois premiers ne s'emploient pas seulement en parlant de l'âme; ils signifient aussi un état du corps causé par les maux physiques ou les maladies. Ce sont des termes de médecine en même temps que des expressions morales. (...) La langueurse distingue par la durée et l'affaiblissement général des forces; l'abattementet l'accablement par l'intensité de la souffrance et par l'impuissance de résister précisément aux maux auxquels on est en proie. (...) abattement et accablement diffèrent aussi l'un de l'autre. (...) L'un donne l'idée d'une affliction, d'un revers, d'un souffle, ou d'un choc qui renverse, de manière cependant qu'on peut se relever; l'autre, celle d'un poids énorme qui nous écrase et nous anéantit en quelque sorte. Abattement signifie en conséquence un état moins absolu, une simple défaillance, et non une oppression totale, et comme un anéantissement. (...) Mais accablement exprime toujours un état absolu, sans degré ni restriction. (...) Outre cela,abattement est plutôt subjectif, et accablement objectif; ce que Condillac indique en disant que l'un peint plus particulièrement la situation de celui qui succombe sous le poids des maux; et l'autre, le poids des maux sous lequel il succombe. De là vient qu'on dit : l'abattement de l'âme, de l'esprit, des forces, du visage, et l'accablement des maux, des affaires, du travail, du chagrin, du sommeil.
Prononc. : [akɑbləmɑ ̃]. D'apr. Fouché Prononc. 1959, p. 89 et Warn. 1962, il y a hésitation entre [ɑ] post. et [a] ant. pour la 2esyllabe de ce mot. Enq. : /akabləmã/.
Étymol. ET HIST. − 1. Sens propre a) 1556 « action de renverser à terre » (Noguier Hist. tolosaine, 351 ds R. hist. litt. Fr., p. 183 : La future ruine et accablement de leur forteresse). − 1689 [date à laquelle A. de Boisregard, Réflex. sur l'usage présent de la langue fr., p. 18, blâme cet emploi, Brunot t. 4, p. 588]; b) fin xvie-début xviies. « écrasement consécutif à une chute » (St François de Sales, Lettres, 714 ds Hug. : Ayant veu à Six l'espouventable et irreparable accablement survenu il y a quelques années par la cheute d'une piece de montagne); 2. sens fig. 1656 « action d'accabler, de maltraiter qqn » (Scarron, Rom. Comique, I, 10, éd. Pléiade ds Dub.-Lag. 1960 : Pour dernier accablement, son adversaire... lui donna un coup de pied); d'où p. ext., 1651-56 « ce qui accable » (Corn., Imit., I, 22 ds DG : Ces pompeux accablements); 1680 avec compl. Rich. t. 1, s.v. : accablement... de visites, d'affaires; 3. 1662 « état de celui qui est accablé » (Corn., Sert., IV, 1 ds Littré : Et je préférerais un peu d'emportement Aux plus humbles devoirs d'un tel accablement); 1680 avec compl. accablement de poulx, Rich. t. 1 1680, s.v. : accablement de poux, terme de méd. Dérèglement de poux lorsque l'accès commence ou redouble. − 1771 (Trév.); 1740, Ac., ibid. : accablement, s. m. l'état où on tombe par maladie, ou par excès de douleur et d'affliction. Dér. de accabler* : 1 a de accabler I; 1 b de accabler II 1; 2 et 3 de accabler II 2; suff. -ement*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 402. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 368, b) 984; xxes. : a) 735, b) 425.
BBG. − Garnier-Del. 1961 [1958]. − Littré-Robin 1865. − Nysten 1814-20.

Accablement : définition du Wiktionnaire

Nom commun

accablement \a.ka.blə.mɑ̃\ masculin

  1. État d’une personne accablée par la maladie, par l’affliction, ou par des charges morales pesantes.
    • Sous le grand ciel du printemps, limpide encore et lumineux, sous l’accablement lourd de l’été, les dunes du Souf s’étendaient […] — (Isabelle Eberhardt, Le Major, 1903)
    • Je m’arrêtai un instant sur un banc ruisselant de pluie, et tel était mon accablement que je ne sentais point l’humidité froide. — (Octave Mirbeau, Lettres de ma chaumière : La Tête coupée, A. Laurent, 1886)
    • L’accablement particulier qui l’oppressait ne provenait pas tant d’une anxiété patriotique que de la faim ; évidemment, il se sentait très affamé. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 326 de l’éd. de 1921)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Accablement : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACCABLEMENT. n. m.
État d'une personne accablée par la maladie ou par l'affliction. Accablement de corps. Accablement d'esprit. Sa maladie l'a mis dans un si grand accablement qu'il a peine à se soutenir. Depuis la mort de son fils, il est dans le dernier accablement. Il est dans un accablement d'affaires, de travail, qui lui laisse à peine le temps de respirer.

Accablement : définition du Littré (1872-1877)

ACCABLEMENT (a-kâ-ble-man) s. m.
  • 1État d'une personne, d'un corps, d'un esprit, d'un peuple accablés. Être dans l'accablement de la douleur. Son accablement est extrême. Plongé dans l'accablement. Et je préférerais un peu d'emportement Aux plus humbles devoirs d'un tel accablement, Corneille, Sert. IV, 1. On croit cette imposition prématurée dans l'accablement où sont les peuples, Bossuet, Lett. quiét. 472. Quand il dort, c'est d'accablement, Sévigné, 502. Des infortunés qui vivent dans l'accablement, Massillon, Affl. Vous qui n'avez jamais de sourire moqueur Pour les accablements dont une âme est troublée, Hugo, Crép. 38.
  • 2Action d'accabler. Pour dernier accablement, son adversaire lui donna un coup de pied, Scarron, Rom. com. 10.
  • 3Surcharge. Accablement d'affaires. Que deviennent les lois et le prodigieux accablement de leurs commentaires ? La Bruyère, 12. Si c'est trop de se trouver chargé d'une seule famille, si c'est assez d'avoir à répondre de soi seul, quel poids, quel accablement que celui que donne un royaume ! La Bruyère, 10.

SYNONYME

ACCABLEMENT, ABATTEMENT, DÉCOURAGEMENT. L'idée commune est un état de langueur de l'âme. L'accablement est plus fort que l'abattement. L'homme abattu peut se relever ; l'homme accablé a succombé sous le poids, et ses forces sont brisées. Pour l'abattement et l'accablement, il y a toujours une cause extérieure et antérieure, un coup porté, une surcharge imposée. Le découragement, au contraire, est plus général, et ne suppose pas nécessairement quelque chose de grave qui ait précédé. Certains hommes sont pris de découragement pour des motifs fort légers ; on peut avoir perdu courage et n'être ni abattu ni accablé, mais l'abattement et l'accablement ôtent le ressort de l'âme et impliquent le découragement.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « accablement »

Étymologie de accablement - Littré

Accabler.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de accablement - Wiktionnaire

(1556) Du latin populaire catabola issu du grec ancien καταβολη, katabolê, « action de lancer ». → voir accabler et -ment
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « accablement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
accablement akablǝmɑ̃ play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « accablement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « accablement »

  • Reconnaissant un « moment d’accablement » à la suite de la série de révélations sur les abus sexuels dans l’Église, il pointe la propension de l’Église à ne réagir que sous la pression extérieure, qu’il étend d’ailleurs aux choix financiers dans les diocèses. Ces deux prises de parole d’évêques avec des approches différentes nourrissent chacune le débat interne salutaire à l’Église de France. La Croix, Deux évêques qui veulent rebâtir l’Église
  • Sur le chemin qui longe leur exploitation de Coivert, chacun des deux associés encaisse la nouvelle à sa manière : Clotilde Bichaud sans se départir de son large sourire, Thierry Baty, lui, ne cache pas son accablement. C’est dans la salle de gavage de leur entreprise Foie gras saintongeais, sur la commune voisine de Loulay (dans le nord-est du département), qu’un agent pathogène H5 a été identifié… SudOuest.fr, Grippe aviaire (17) : "Si vous croisez le propriétaire, dites-lui que je suis désolé"
  • Quelques personnes sont en train d’installer des banderoles autour du carrefour, des slogans bombés à la peinture blanche sur du film plastique étirable noir. Le gilet marqué d’autocollants SUD et CGT, une jeune femme passe, partagée entre l’accablement et l’envie d’en rire. « La police a arraché ma banderole », lance-t-elle. Sur l’écriteau en question : « On ne négocie pas avec les voleurs de LRM [La République en marche]. » Sous le regard blasé de gardiens de la paix, elle l’a remplacé par un autre : « STOP. La retraite à points, c’est un pillage. » Le Monde.fr, A Besançon, avocats, « gilets jaunes » et cheminots dans la rue contre la réforme des retraites
  • Pour Pascal, le divertissement travaille sur un autre objet : le temps. Comment divertir un être humain accablé de toutes parts ? Pascal imagine le faire chasser (le sanglier, par exemple) pendant quelques heures. Son accablement disparaît pendant le temps de la chasse. Sitôt terminée, la douleur revient. Pour être efficace, un divertissement doit être sans fin. Pascal décrit ainsi ce que sont les carrières politiques. Pour les athées, chercher un divertissement par une occupation violente, impétueuse : voilà la solution du désespoir. Sauf que les athées ne répondent pas ainsi, car ils ne se connaissent pas eux-mêmes, ils ignorent leur divertissement. Pour les chrétiens, c’est encore pire : car il y a l’illusion qu’on peut y échapper par toutes sortes d’expédients. Une misère tragique : « Nous courons sans souci dans le précipice après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir » (Commencement 16). Que faire ? Pour Pascal, regarder en face la misère de l’homme. , Géographies en mouvement - «Tout le malheur des hommes vient d’une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer au repos dans une chambre.» - Libération.fr
  • François Gabart n’est pas le genre à parler pour parler, il n’est pas le plus loquace des capitaines d’Ultims, surtout avant une course, mais la fluidité de sa parole à cet instant surprend. Tout d’abord, il se met de côté, modestement. Il dit que son confinement est « choisi » quand il part en mer et qu’il s’y « prépare ». Ce qui est toute la différence avec nous, qui subissons ce voyage à la maison. Il dit qu’il faut « chercher au fond de soi » des raisons « d’y arriver, de tenir» dans cette traversée «terrible, il y a des morts» . Anne-Sophie Lapix a ensuite cette très jolie question liée aux mots qui font la phrase qu’elle prononce : « Comment fait-on pour ne pas sombrer dans la mélancolie ? » Parle-t-elle de sa propre situation ou touche-t-elle au nœud du sujet, car la mélancolie n’est-elle pas le lieu de cette détresse morale dans laquelle il nous arrive de n’être qu’à soi, de se sentir vivant à l’extrême, en dépit d’un accablement ? Elle a soudain l’air mélancolique et François Gabart, outre les considérations du compétiteur qu’il est, et qui s’oblige en course à tenir un rythme, d’expliquer une chose très belle qui est que quand les éléments sont contraires, il parle du vent : il ne faut pas tenter de les contrôler. Ici, il n’y a pas de compétition, donc il insiste : « Il ne faut pas essayer de contrôler des choses qui sont à l’extérieur ». Extérieures à nous. En revanche, il faut arriver à contrôler son comportement, ne pas essayer de perdre de l’énergie à maîtriser les choses incontrôlables, laisser filer le mauvais temps. Enfin, point d’orgue, François Gabart nous enjoint à nous laisser aller, parce que si notre liberté de nous déplacer est réduite notre liberté de penser, d’imaginer, de rêver, celle-là existe toujours. « Dans un bateau, on peut se projeter à terre avec ses proches, ses amis, et, pour les personnes qui sont seules aujourd’hui, il faut vraiment aller puiser dans cet imaginaire pour créer du positif et passer cette période difficile. » CONTRE-PIED, François Gabart et le pouvoir de l’imaginaire – CONTRE-PIED
  • Une fois passée cette première séquence de pur bonheur, le récit se précipite dans une série d’évènements dramatiques qui vont transformer à jamais les trois personnages principaux. L’accablement du désespoir fait craindre le pire, mais le cinéaste parvient miraculeusement à ne jamais succomber au mélo et à l’invraisemblance. Au contraire, si le film décrit le pire qui puisse survenir à un jeune couple, à commencer l’atteinte quasi mortelle d’un enfant, la mise en scène très sobre, jamais larmoyante, engage le spectateur dans un combat intérieur profond où chaque personnage fait valoir son désarroi légitime. Il est impossible de condamner la mère ou le père. L’enfant, au milieu des deux, devient l’emblème d’une lutte éthique où chacun est amené à faire valoir sa vérité. Le médecin qui soigne le jeune blessé incarne peut-être le mieux la difficulté à identifier une solution qui tienne compte de l’intérêt suprême de l’enfant, tout en préservant les deux parents et en respectant les lois tunisiennes. Avoir Alire - Critiques de films, Livres, BD, musique, séries TV, Spectacles, Un fils - Mehdi M. Barsaoui - critique
  • Dans l'incapacité de juguler l'essor des dettes nationales et face au refus de la mutualisation des dettes – qui est salutaire – l'Europe est en passe d'opter pour une étape de socialisation de ses besoins, autrement dit par un recours à un nouveau porteur de ses dettes. Si l'équation politico-budgétaire fonctionne, il y aura très vraisemblablement plus de 8000 milliards de dette " européenne " d'ici à 10 ans sous les applaudissements des zélateurs de la dépense publique et sous l'accablement de celles et ceux qui n'oublient pas le principe ricardien selon lequel la dette d'aujourd'hui n'est rien d'autre que l'impôt de demain. Atlantico.fr, Plan de relance européen : attention aux risques de dérapages toxiques | Atlantico.fr
  • En parlant d’un monde du travail cruel et qui provoque une souffrance intime, Antoine Russbach a voulu un film à l’ambiance froide et au ton âpre. C’est le cas, effectivement. Mais était-il nécessaire de le traduire par une mise en scène minimaliste, bien trop figée ? La froideur s’exprime donc ici par le manque de mouvement, même dans l’espace intime de la maison familiale, où les comportements explicites du père ne semblent interroger absolument personne autour de lui… La mise en scène corporelle confond en permanence l’accablement avec l’épuisement, l’amertume avec la nonchalance. On retiendra pourtant une séquence, qui sort totalement du lot par sa tendresse et par la volonté de continuer à rêver / espérer : celle entre le père (incarné par Olivier Gourmet) et sa fille cadette lorsque celle-ci doit se rendre une journée sur le lieu de travail de son père pour un projet scolaire. Onlike, Ceux qui travaillent
  • C’est lorsque l’état de tristesse perdure dans le temps et devient envahissant que nous parlons davantage de dépression.  Il est important de souligner que face à la dépression, nous ne réagissons pas tous de la même façon. Certaines personnes peuvent ressentir une simple impression de fatigue, d’épuisement ou faire de l’insomnie.  D’autres peuvent montrer des signes de tristesse et d’accablement de manière très évidente. EnBeauce.com, Déprime ou dépression? | EnBeauce.com
  • Le Québec s’est construit dans l’adversité et il y a dans la culture des réflexes profonds qui ont resurgi avec force. Mais ce sont les réflexes développés devant l’adversité physique, matérielle, des réflexes qui nous ont rendu capables de composer avec l’hiver, avec l’indigence. C’est avec l’adversité politique, avec les manœuvres d’assujettissement que nous avons toujours eu du mal à composer. L’usure du confinement, l’accablement provoqué par le spectacle du désastre ont commencé de nous rattraper. Et de déclencher la sournoise mécanique de la condition minoritaire. Une mécanique que l’arrivée en force de l’État canadian a vite fait de replacer au centre de la situation. Et lentement le gouvernement Legault a recommencé à glisser et à s’enliser dans les ornières provinciales. De leader de notre gouvernement national, il est progressivement redevenu le gérant d’une agence de services brinquebalante que le désastre ramenait à sa vérité première : Ottawa apporterait le secours en ronchonnant discrètement sur l’incompétence de la province à apporter le soulagement. Insidieusement, sournoisement, les allusions et commentaires des politiciens, la condescendance des mandarins du Ottawa knows best ont commencé de saper la confiance. La fierté de se savoir capables a cédé le pas au doute. Et l’état des CHSLD a fini d’imposer le retour à la culture du dénigrement. La médiocrité et l’incompétence devenaient des thématiques omniprésentes pour instruire le procès des services publics, pour condamner les choix politiques et surtout, pour le faire en ne retenant que la gestion provinciale pour horizon. Les dégâts apparaissant dans les sphères de compétence du Québec, une armée de bonimenteurs s’est lancé sur la carcasse dans une surenchère d’anecdotes, de pseudo-analyses et de jugements péremptoires. Le Québec a vite été retourné à lui-même, c’est-à-dire au regard voilé qu’il porte sur sa propre condition. , L'Action nationale - Éditorial - Saisir la crise
  • Cependant, si des études scientifiques établissent les effets secondaires des infrasons sur l’état d’accablement ou de fatigue, aucune d’entre elles ne démontre pourtant de lien direct avec la présence d’éoliennes dans le champ de perturbations. , Froyennes: riverains, vent debout contre Éole - DH Les Sports+
  • Nous savons tous que les pluies sont bonnes pour les récoltes. Mais quand les pluies abondantes créent aussi un environnement favorable à la reproduction des criquets, la joie et les promesses d’abondance qu’elles devaient apporter font soudainement place à l’accablement que provoque la perspective d’une famine. La meilleure des périodes est-elle en train de devenir la pire ? , En plus de la crise sanitaire du Covid-19, l’Afrique ne peut pas se permettre de subir une crise alimentaire due au criquet pèlerin
  • D’ailleurs, l’accablement était du côté des parties civiles, à l’énoncé du verdict. Longuement, la femme de 44 ans qui a frôlé la mort, la pointe d’une lame de 20 centimètres fichée dans la boîte crânienne, a pleuré, au bord de la crise de nerfs. « Une partie d’elle est morte, plaide son conseil Me Houria Zanovello. L’homme de sa vie a failli la tuer dans ce lit conjugal où on fait les enfants, ce lieu sacré. Il a tout gâché, il a violé le sanctuaire familial. » Courrier picard, Tentative de meurtre à Amiens: sept ans de réflexion pour El Messaoudi
  • Quel accablement au sortir du Châtelet après avoir vu Les Justes et quelle lassitude, le lendemain, après avoir vu Jungle book, en sortant du sous-sol où se situe le 13e-Art, grande salle de spectacle du centre commercial de la place d’Italie, louée par le Théâtre de la Ville en attendant, dans deux ans, la fin des travaux de la salle place du Châtelet. Club de Mediapart, Robert Wilson et Abd Al Malik unis dans la déconvenue | Le Club de Mediapart
  • Je me souviens que c’était le 8 mars, la “Journée de la femme”, et je tentais de réfléchir à une image pour la circonstance, mais les nouvelles qui arrivaient prenaient le pas sur toute autre pensée. Les médecins et les infirmières qui essayaient de faire face à un virus dont ils ne savaient rien ou presque, souvent sans protections adéquates, les couloirs qui se remplissaient toujours plus de malades gravement atteints, les structures de soins intensifs insuffisantes et le sentiment d’impuissance, d’accablement. L'Obs, Manara : « C’était un devoir de rendre hommage au courage de femmes épuisées »
  • «Cette lecture m'a accablé. Je suis prêtre, j'ai donné ma vie au Christ et à l'Église, et voir cette Église déformée me rend profondément triste. Mais cet accablement est aussi celui de quelqu'un qui, depuis des années, sait qu'il existe une part de réalité dans ce que décrit Frédéric Martel. Qu'il y ait des clercs dont les mœurs sont dépravées n'est pas un phénomène nouveau : l'histoire de l'Eglise est émaillée de ce genre de scandales ; il suffit de se rappeler les horreurs de la cour des Borgia. Il y a trente ans, quand j'étudiais à Rome, l'homosexualité de certains cérémoniaires (chargé... Le Point, Vatican - Abbé Christian Venard : « Tirer sur l'Église est un sport facile » - Le Point
  • André forme avec sa femme (Isabelle Sadoyan) un couple uni depuis plus de 50 ans. Leurs deux filles tentent de les inciter à quitter leur domicile pour les installer dans une maison de retraite. La scène se répète car l'auteur imagine la disparition de l'un et l'autre de ses comédiens. Hirsch est prodigieux dans ce personnage de vieillard bougon qui ne veut pas déroger à ses habitudes et s'accroche à sa maison. Son jeu de corps, dans les intonations qu'il donne à sa voix pour simuler l'accablement, la tristesse, l'inquiétude, l'espoir, l'agacement que sa femme et ses filles lui inspirent touche au génie. Même quand il ne parle pas, il hypnotise l'assistance tant sa vis comica ou sa vis dramatica suintent par tous les pores de sa peau. Le Point, Allez voir Robert Hirsch avant qu'il ne s'envole ! - Le Point
  • Face à l'ampleur de cette polémique venue du camp de Jair Bolsonaro, l'accablement est bien présent. Dans un article du Parisien, un fidèle de la première dame glisse : "Forcément, ça fout un coup". Mais passé l'énervement, les questions persistent sur les raisons de ces attaques. "Elle se demande pourquoi, pourquoi cette haine lui tombe dessus ! C'est inédit" assure un macroniste à propos de Brigitte Macron. Prise pour cible, la Première dame serait un moyen pour Jair Bolsonaro d'affirmer son pouvoir politique. Selon Christophe Ventura dans un entretien avec Madame Figaro, "une telle polémique a d'abord pour fonction de solidifier et de cimenter son propre camp. Jair Bolsonaro s’adresse là à sa base sociale et politique. Elle est constituée d'une population au sein de laquelle cette vision de la société, cette perception de la virilité trouve un véritable écho" . Une stratégie de communication qui écorche plutôt celle entre la France et le Brésil. Gala.fr, Brigitte Macron insultée : « Forcément, ça fout un coup » - Gala
  • Il l’emploiera à concevoir des sculptures étranges, brutes, torturées parfois, mais toujours animées d’un éclat de vie qui les transcende, les sauve de la misère existentielle. Ces personnages, s’ils disent l’accablement du quotidien, la grande pantalonnade de la vie moderne, le temps qui passe, disent aussi, en effet, la grâce de vivre, la possibilité de résister aux pesanteurs de nos sociétés déshumanisées en injectant du mouvement dans son existence. De la joie. À l’anti-héros post-industriel houellebecquien, ils opposent une vitalité retrouvée, une résistance se nichant dans un geste a priori anodin : un sourire, un morceau de piano, un face-à-face amoureux… Ils composent un manuel de résistance poétique. Art Critique, José Pinon, la grâce insoupçonnée des matériaux bruts
  • Ici l’accablement et le confinement de par sa racine latine, tout cela va de pair. Le confinement est une forme d’accablement contraignant. Il est rare que nous nous confinassions purement par plaisir. L’actualité, Journal des temps inédits : Le déconfinement | L’actualité
  • L’écrivain romantique précise évidemment sa pensée, dont je vous épargne le contexte (tout en vous conseillant de vous y attarder). Il écrit que le «désespoir a des degrés remontants. De l’accablement on monte à l’abattement, de l’abattement à l’affliction, de l’affliction à la mélancolie. La mélancolie est un crépuscule. La souffrance s’y fond dans une sombre joie.» Et d’en conclure, on l’a vu, que la mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. Le Temps, Le bonheur d’être triste - Le Temps
  • Il y a deux rentrées littéraires : une en septembre pour les prix et l'autre en janvier pour les auteurs qui ont déjà eu un prix ou n'en espèrent aucun. J'ai retenu trois livres de cette rentrée qu'on appelait naguère la petite rentrée et qui est maintenant aussi grosse que la grande, celle de l'automne, où 567 romans sauf un manquent le Goncourt. La littérature, ce monde de l'échec. Tous les écrivains travaillent pour la postérité, où seulement un sur mille passera. Ça fait chaque fois 999 ratés. Qui, la vieillesse venue, se regarderont avec accablement dans le miroir de leur narcissisme b... Le Point, Patrick Besson - Ma rentrée - Le Point
  • Dans les "Animaux malades de la peste", Jean de La Fontaine décrit l’accablement d’un monde sans rémission: "Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés". Cette lugubre réalité s’est insinuée dans le monde financier. Jour après jour, ce dernier pénètre dans les ténèbres des taux d’intérêt négatifs. Après déduction de l'inflation, ces taux d’intérêt sont évidemment déjà dans le rouge: il suffit de penser que la rémunération des dépôts bancaires est inférieure à la perte de pouvoir d’achat de la monnaie. L’épargne perd 1 à 2% de sa valeur annuellement. Mais les choses s’aggravent: les taux d’intérêts nominaux, c’est-à-dire apparents, deviennent négatifs. De nombreux gouvernements, dont désormais l’État belge, empruntent à un taux d’intérêt négatif sur l’échéance de 10 ans. En d’autres termes, l’État belge rembourse moins que ce qu’il emprunte. Si des investisseurs paient pour la sécurité d’un investissement dans l’économie publique, c’est un signe de défiance portant sur l’économie privée et sur le futur. L'Echo, "La BCE est indiciblement en train de nationaliser tout le secteur bancaire" | L'Echo
  • Pourtant, cette avalanche de mauvaises nouvelles n'est pas forcément synonyme d'accablement. Sur Facebook, le groupe «La collapso heureuse» compte aujourd'hui 14.000 membres. Loin de l'humour potache, ce collectif vise à «affronter collectivement les peurs en partageant les initiatives», souligne son fondateur, Loïc Steffan, professeur d'économie à Albi, cité par Le Monde. La prise de conscience écologique entraîne un sursaut. Les imaginations jusque-là bridées par le capitalisme triomphant se lâchent pour inventer un monde différent et sauver celui-ci de la catastrophe annoncée. Capital.fr, Ces entrepreneurs ont décidé de lutter contre la crise écologique - Capital.fr
  • « J’ai été dans l’émotion et à certains moments dans l’accablement, parce d’une certaine façon, il y a une diminution des francophones partout dans les régions du Canada, statistiquement. (…) Je comprends les francophones, ils ne veulent pas avoir cette vision-là, mais moi, je l’ai cette vision-là ! » , Le passage de Denise Bombardier à TLMEP provoque de nouvelles vagues | ONfr+
  • Pour éviter l’accablement, Parrot se tourne vers une recette éprouvée au fil de sa carrière sportive. « Ça ne sert à rien de m’en faire avec quelque chose que je ne sais pas ou que je ne contrôle pas. Je vais donc aller faire mon scan et attendre les résultats. » La Presse, Max Parrot : « Chanceux d’être sur ma planche »
  • La presse britannique est partagée entre l’espoir de voir XR obtenir des mesures concrètes de la part de la classe politique et l’accablement à l’idée de devoir subir les excès des manifestants.  Courrier international, Extinction Rebellion promet deux semaines de protestation à Londres, la presse partagée
  • Après l’intense sidération et l’accablement qui ont suivi l’incendie spectaculaire par son intensité et sa progression de l’hôtel d’entreprise construit en bois il y a une bonne douzaine d’années, les Vabrais veulent désormais réagir afin d’aider au mieux les trois artisans locataires de ce bâtiment appartenant à la communauté de communes. ladepeche.fr, Vabre. La volonté d’aider les trois artisans sinistrés - ladepeche.fr
  • Un cyclone est passé. Dans son sillage : désolation végétale, ruptures diverses, et l’accablement des plus démunis… Mais les moments chaotiques sont souvent des lieux de renaissance. (…) Plus la perturbation est sévère, plus le renouvellement qui s’ensuit est profond, puissant, parfois jusqu’à la mutation. (…) (…) Quand tout s’effondre ou se voit bousculé, ce sont aussi des rigidités et des impossibles qui se voient bousculés. Ce sont des improbables qui soudain se voient sculptés par de nouvelles clartés (…) (…) Dans toute crise un maintenant s’ouvre d’emblée. Sceneweb, / actu / Théâtre d'Outre Mer en Avignon se réinvente sur le web et à la radio
  • Ce que je fais ici, moins encore. Quand le mistral ou la tramontane ne soufflaient pas trop fort, je venais me mettre entre deux roches au ras de l’eau, au milieu des goélands, des merles, des hirondelles, et j’y restais presque tout le jour dans cette espèce de stupeur et d’accablement délicieux que donne la contemplation de la mer. Vous connaissez, n’est-ce pas, cette jolie griserie de l’âme ? On ne pense pas, on ne rêve pas non plus. Tout votre être vous échappe, s’envole, s’éparpille. On est la mouette qui plonge, la poussière d’écume qui flotte au soleil entre deux vagues, la fumée blanche de ce paquebot qui s’éloigne, ce petit corailleur à voile rouge, cette perle d’eau, ce flocon de brume, tout excepté soi-même… Oh ! que j’en ai passé dans mon île de ces belles heures de demi-sommeil et d’éparpillement !… Widoobiz, [Samedi, on lit] Lettres de mon moulin - Alphonse Daudet - Widoobiz
  • Comme les parents d’enfants atteints d’autisme confient souffrir de plus de stress que ceux dont les enfants n’ont pas ces troubles, leurs résultats suggèrent qu’un animal domestique pourrait aider à réduire les sentiments d’accablement et offrir une source de réconfort pour toute la famille. Metro, Enfant autiste : un animal domestique peut alléger le stress familial
  • Mais il y avait d’abord la réalité judiciaire dont le cadre et la procédure résistent malgré tout aux débordements spectaculaires. Le cardinal Barbarin devait d’ailleurs lui rendre hommage. Surtout, ce premier procès était celui des victimes qui enfin parlaient, osaient parler publiquement. Ce fut, aux dires de tous les témoins, saisissant, accablant. Mais l’accablement devait-il retomber sur les seules épaules de l’archevêque de Lyon? Sans doute, oui, parce qu’il était le principal accusé et qu’au terme d’une telle accumulation d’horreurs, on ne pouvait le laisser sortir indemne du prétoire. Pouvait-il échapper à une peine, même symbolique? On ne l’aurait pas compris. Le Figaro.fr, Gérard Leclerc: «Ne faisons pas de Mgr Barbarin un bouc-émissaire»
  • Au jour 45, c'est très clairement la lassitude qui ressort des témoignages des Icaunais. Une lassitude souvent nourrie de la déception suscitée par les annulations de rendez-vous culturels et de loisirs en série. "Ça commence à être lourd pour tout le monde, et pour tous les enfants en France", déplore ainsi un habitant d'Auxerre sur notre journal de bord ; lui-même un peu moins fourni ces dernières 48 heures, comme pour venir confirmer un certain ras-le-bol, une forme d'accablement, face à ce confinement qui dure. www.lyonne.fr, Confinement dans l'Yonne, jour 45 : "Ça commence à être lourd pour tout le monde, et pour tous les enfants en France" - Auxerre (89000)
  • En mettant en œuvre toutes les solutions que nous pouvons imaginer en fonction de nos compétences, à hauteur de notre accablement, à la mesure de l’espoir que nous mettons dans le présent et dans l’avenir. Média : Alternative Guinée, Esclavage en Libye : « Personne ne protège les Africains, alors chacun peut faire son marché (TRIBUNE, Hemley Boum) | Média : Alternative Guinée
  • Jeudi 17 octobre, un village anglais - Le préfet de police n'a pu masquer son accablement ce matin, lors de la plus récente conférence de presse concernant le mystérieux bipède volant dans les plumes des tranquilles habitants du comté. Voilà désormais un mois que l'oiseau dicte ses propres règles et provoque l'apocalypse, au grand dam des autorités qui rapportent des chiffres alarmants. , Une oie malicieuse a semé la terreur dans plus de 100.000 bourgades virtuelles - Actu - Gamekult
  • Assommés. Epuisés. Déboussolés. En première ligne contre le terrorisme islamiste, face auquel la tuerie de la préfecture de police de Paris vient de nouveau d’illustrer leur vulnérabilité, policiers et gendarmes français oscillent entre accablement et colère. Inquiets de devenir, dans une République de plus en plus conflictuelle et communautarisée, de commodes boucs émissaires. Le Temps, «France, ta police fout le camp!» - Le Temps
  • Au milieu de cet accablement qui touche le secteur culturel (tout comme d’ailleurs d’autres secteurs, notamment touristique), le comité d’organisation du festival Jazz à Carthage a réuni les journalistes et différents représentants des médias dans la matinée du jeudi 12 mars à la Cité de la Culture afin d’aborder l’éventuelle possibilité de maintenir le festival dans sa période initiale, c’est-à-dire du 2 au 11 avril 2020. Kapitalis, Le festival Jazz à Carthage est maintenu jusqu'à nouvel ordre - Kapitalis
  • Baisser les bras, céder à l’accablement ou… prendre le train. Comme tant d’autres catholiques, Isabelle de Gaulmyn, rédactrice en chef à La Croix,éprouve un immense découragement, ce 5 mars 2019, à la vue du terrible documentaire d’Arte, Religieuses abusées, l’autre scandale de l’Église. Passée la sidération, elle reprend ses réflexes de journaliste et décide de questionner ce que d’aucuns considèrent comme un effondrement de l’institution. La foi qui l’anime à titre personnel rend naturellement ses interrogations encore plus vives. La Croix, Voyage au cœur d’un catholicisme éprouvé
  • Ogossagou est inaccessible à un journaliste étranger sans une escorte militaire exceptionnelle. Mais le récit des témoins retrace l'angoisse qui étreint le village quand la garnison établie après le carnage de mars 2019 quitte la place sans prévenir, la terreur et la fuite éperdue pendant l'attaque, et l'accablement après. Le Point, Ogossagou, Mali, 14 février 2020: anatomie d'un massacre - Le Point
  • C’était il y a 80 ans, c’était la douloureuse année 1940. Dans l’accablement général, le « non » du premier jour dessinait un nouvel espoir. Le général de Gaulle avait insufflé une volonté, belle mais redoutable, enthousiasmante mais périlleuse. Celle du maintien, en tout lieu, de la France au combat, pour que, à l’heure de la victoire, ce mot se proclame toujours en français. , metz.fr - Commémoration de la Journée nationale de la Résistance
  • Le chiffre a frappé de stupeur et d’accablement les associations de défense des enfants victimes de maltraitances, rassemblées au sein du Conseil national de la Protection de l’Enfance (CNPE) : pendant cinq semaines marquées par le confinement, seulement 92 ordonnances de placements provisoires, qui permettent de protéger des enfants en les confiant en urgence à des centres d’accueil, ont été prononcées sur l’ensemble du territoire. « C’est incroyable. C’est juste rien ! Rien que dans mon département, le Nord, en temps normal, c’est une moyenne de 15 à 20 gamins en danger que nous plaçons chaque semaine à l’abri de leur famille… », s’étrangle Olivier Treneul, travailleur social et porte-parole de SUD à l’échelle de son département (1). L'Obs, La maltraitance a explosé pendant le confinement, et la protection de l’enfance cafouille
  • Ce qui nous accable, surtout ? Hé bien, j’ai toujours vu ma mère comme une Mafalda adulte. Souvenez-vous de l’accablement de Mafalda face au globe-terrestre… Voilà ! C’est ma mère. Ses refuges sont, du coup, ses souvenirs et ses plaisirs d’enfance, mais aussi une rébellion, un refus des préjugés, des injustices, et une réflexion (salvatrice pour moi, son premier lecteur) sur les douleurs, y compris, justement, la maladie, ou la peur de perdre un être cher (comme dans l’album «  L’Heure est grave »). Et tout ça, grâce à son humour. , Alexis Dormal (« Pico Bogue ») : « Quelles que soient les (...) - ActuaBD
  • ÉDITORIAL. Après trois semaines d’enfermement relatif, certains sont envahis par l’accablement, au point de demander des assouplissements qui réduiraient à néant tous les efforts consentis. L’heure de relâcher le dispositif n’est pas venue Le Temps, La fatigue du confinement gagne les esprits - Le Temps
  • C’est sûr qu’il y a quelque chose des gens qui portent le poids d’un accablement social, mais c’est des vraies guerrières. Ce qui m’a beaucoup plu, c’est que ça humanise les prostituées, elles sont regardées dans leur double vie, ce qui est assez rare. En général, le sujet de la prostitution est soit traité d’une manière purement sociale, soit ce sont des films où on érotise leur activité, ce sont de regards masculins. Dans ce film, le regard n’est ni au-dessous ni au-dessus, c’est un regard très droit, on les regarde pour ce qu’elles sont, c’est-à-dire des femmes qui travaillent, des femmes qui ont une double vie, c’est avant tout des personnes ; avant d’être des prostituées, c’est des femmes. Il y a quelque chose d’assez inédit dans ce regard, on est avec elles. Infodujour.fr, « Filles de joie » et doubles vies
  • Ce nouveau drame insupportable, dont on peut avancer sans risque de se tromper qu’il porte la marque du racisme anti-Noirs le plus implacable, a plongé un peu plus dans l’accablement la communauté noire et musulmane. Il a également totalement anéanti une mère qui, devant les objectifs des caméras, a eu à peine la force de brandir la photo de son fils tant aimé, à qui un avenir radieux tendait les bras, assis derrière son violoncelle. Oumma, Philadelphie : Mouhamed Cisse, un virtuose du violoncelle, abattu froidement six jours après la mort de George Floyd
  • Artistiquement raccordés, sur fond d’images d’un Hirak frais et joyeux, heureux d’être enfin dans la rue, Ils racontent leur Algérie, leur accablement, leurs désillusions et clouent au ban de la société, en attendant le banc des accusés, un pouvoir vieillissant dirigé par une ploutocratie de gérontocrates qui leur ont fait perdre jusqu’à l’estime d’eux-mêmes. Un docufilm criant de vérités, 70 minutes haletantes qui se terminent, pour leur bonheur et le notre sur une note d’espoir qui assimile le Hirak à des bourgeons qu’il faudra tendrement couver pour le jour où ils finiront par faire fleurir aux Algériens leur printemps.  Quid.ma, Algérie Mon Amour
  • Depuis la divulgation de l'identité de ce nouveau suspect, les langues se délient et les témoignages se multiplient. Tous accablement Christian Brückner. L'homme a été catalogué comme un homme violent par la soeur de son ex-petite amie. "Il a frappé ma sœur. C'était horrible pour elle", a-t-elle expliqué dans les colonnes du Daily Mail. Une ancienne collègue du présumé coupable s'est souvenue du jour où ce dernier, alors gérant d'un petit magasin, a "perdu son sang-froid" en évoquant la mort de la fillette. Closermag.fr, Disparition de Maddie McCann : le suspect allemand Christian Brückner refuse de parler  - Closer
  • Le moment d’accablement et de désolation passé, l’heure sera aux dédommagements (assurances, etc.)… et aux questions : pourquoi ? Au cœur du village, les deux frères révèlent qu’il y avait deux marches pour pénétrer dans le temps dans la maison de leur aïeul ; celles-ci sont désormais effacées, la route ayant été relevée d’autant. Sans doute était-ce autrefois la réponse des anciens aux caprices du temps. Quelle sera celle d’aujourd’hui ? LA VDN, Des coulées de boues à Paillencourt après l’orage
  • Dans une Amérique aux prises avec deux terribles fléaux, celui du Covid-19 et du racisme anti-Noirs, la désormais célèbre Ilhan Omar, la première parlementaire noire, musulmane et voilée à siéger au Congrès, est frappée par un deuil cruel qui vient ajouter à son accablement devant la résurgence de vieux démons qui se déchaînent tragiquement. Oumma, Etats-Unis : Ilhan Omar pleure la perte de son père, mort du Coronavirus
  • Malgré le sentiment d’accablement induit par le huis clos, et le peu de sympathie que ces personnages frappés par le destin suscitent, ce texte marque durablement son lecteur par la grande qualité de son écriture. France Culture, Devenez captif de "La Femme qui rit", un puissant huis clos familial
  • A noter que le sous-brigadier Cédric Nkomegniang Mba était de la promotion 2010 B. Son décès et à la fleur de l’âge a plongé tout le commissariat de police d’Oyem dans un accablement indescriptible. L'UNION | L'actualité du Gabon, Tuerie : une fusillade fait deux morts à Oyem | Justice & Faits divers au Gabon
  • Un sentiment d’accablement était perceptible, ce vendredi matin, lors du point presse organisé par les associations Eau et Rivières et Baie de Douarnenez Environnement. Les militants ont regretté que, malgré les discours des élus, le modèle agricole industriel continue à prospérer. C’est le premier grief soulevé par Jean Hascoët, président de Baie de Douarnenez Environnement et trésorier d’Eau et Rivières de Bretagne. « Depuis des décennies, les élus locaux accordent permis sur permis pour des extensions d’élevages industriels, souligne-t-il. Il y a quelques semaines, c’était à Plonévez-Porzay, Plomodiern. Aujourd’hui c’est un élevage à Pouldergat. Les conseils municipaux ont un avis consultatif mais il est toujours favorable. Nous aimerions qu’ils argumentent ». Le Telegramme, Les associations mobilisées contre deux dossiers agricoles - Douarnenez - Le Télégramme
  • L'oisiveté est le plus lourd des accablements. De Victor Hugo / Post-Scriptum de ma vie
  • Sans ennemi, l’être humain est une pauvre chose. Sa vie est une épreuve, un accablement de néant et d’ennui. De Amélie Nothomb / Le Sabotage amoureux
  • Tout ce qui fait le compte des vainqueurs fait l’accablement des vaincus. De Tacite

Traductions du mot « accablement »

Langue Traduction
Allemand niedergeschlagenheit
Italien prostrazione
Espagnol agobio
Anglais despondency
Source : Google Translate API

Synonymes de « accablement »

Source : synonymes de accablement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « accablement »



mots du mois

Mots similaires