La langue française

Affliction

Sommaire

Définitions du mot affliction

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFLICTION, subst. fém.

A.− Souvent au plur. Épreuve qui cause une profonde douleur :
1. La liberté dont je suis privé a grandi dans mon imagination : elle me ressemble comme une sœur. Si le privilège d'être aimé m'a été retiré, c'est avec les couleurs d'un désir intact que ma pensée me représente la créature à qui tant d'infortune me reprend. Si une telle affliction ne m'a pas réduit au désespoir, c'est que ma voix m'est restée. J. Bousquet, Traduit du silence,1935-1936, p. 80.
2. Et même, lui qui s'était trouvé incapable de secourir le malheur qui l'entourait, il fut saisi d'une fièvre intrépide à la pensée de combattre les grandes afflictions ravageant le monde. G. Roy, Bonheur d'occasion,1945, p. 459.
En partic., dans le domaine relig.Épreuve douloureuse envoyée par Dieu. Les afflictions qu'il plaît à Dieu de nous envoyer. (Ac. 1798-1932) :
3. Ô Mathilde! De quoi te plains-tu? Ne sais-tu pas ce qui t'attend? Pour des épreuves de peu de jours, des afflictions de quelques heures, des misères qui passent ne sais-tu pas ce que Dieu t'a promis? MmeCottin, Mathilde,t. 2, 1805, p. 353.
4. Vous êtes ma nièce, ma chère fille, et je voudrais vous donner, plus qu'à pas une autre, une parole de soulagement. Mais il n'appartient pas à une créature de donner du soulagement dans une affliction; c'est un office que Dieu a retenu pour soi seul. Et quel besoin de soulagement? Vous souffrez et vous avez l'amour de Dieu. Vous avez tout. H. de Montherlant, Port-Royal,1954, p. 1003.
Rem. Syntagme d'orig. biblique le pain de l'affliction. La douleur qui est le lot d'ici-bas (génitif hébraïque). Cf. dans le psaume 42, verset 4, l'expr. manger le pain des larmes, au sens de « être dans l'épreuve » (cf. Dheilly 1964, s.v. pain).
B.− Douleur profonde, généralement durable, accompagnée d'un abattement de l'esprit causé par un événement malheureux :
5. Mais ces traités et cette soumission à l'ennemi du royaume jetaient dans une profonde affliction beaucoup de gens, même parmi ceux qui étaient attachés au duc de Bourgogne. P. de Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 4, 1821-1824, p. 306.
6. Ici l'homme cache aux autres ses propres tumultes, dans le dessein de les apaiser. Il se renferme, non pour tromper, mais pour ne pas se tromper. La toge couvrait même le visage, dans les grandes afflictions. On cite le trait sublime de ce peintre ancien qui ne sut représenter la douleur d'un père que par une figure ainsi voilée. Alain, Système des beaux-arts,1920, pp. 227-228.
En partic., dans un contexte relig. Douleur profonde causée par une épreuve envoyée par Dieu :
7. la foi. − Tous les maux sont légers si tu songes qu'il les commande et qu'il a ordonné que tu les éprouves. l'espérance. − Mais l'affliction est suivie de la joie, la douleur aura sa récompense. antoine. − L'affliction me débordait et j'étais écrasé par la douleur. la charité. − Tu souffrais pour toi seul; le Christ, lui, a souffert pour les autres. Que n'immolais-tu ta souffrance dans la pensée des siennes? Ton supplice t'eût paru doux à la tendre recordation du calvaire. G. Flaubert, La Tentation de saint Antoine,1849, pp. 331-332.
8. Devant les tribulations, le chrétien − qui est encore dans le monde! − ressent de l'« affliction ». Il sait qu'elle est passagère (Ap. 21.4; 22.12), mais que pour le moment elle fait intimement partie de son existence de chrétien. Allmen1956, s.v. persécuter.
Rem. Syntagmes rencontrés : grande, extrême affliction, affliction mortelle (Ac. 1798-1932); profonde affliction, plonger dans l'affliction, être dans l'affliction (Rob.).
P. méton.
1. Dans un cont. relig.Personne plongée dans l'affliction :
9. Mon ami, tant que nous n'aurons pas pour le bien ces mêmes élancements de cœur et cette même vélocité de pieds que nous avions dans le mal, tant qu'à la première annonce d'un frère inconnu souffrant, d'une affliction à visiter, d'une misère à adoucir, nous ne courrons pas ainsi par les rues, murmurant, chemin faisant, des projets d'amour, laissant déborder des paroles de miséricorde, de manière que les passants se retournent et nous jugent insensés, nous ne serons pas des hommes selon la sublime folie de la Croix, des convertis selon le Christ de Dieu. Ch.-A. Sainte-Beuve, Volupté,t. 2, 1834, pp. 135-136.
2. ICONOLOGIE. ,,Femme assise, la tête penchée, le visage empreint de douleur, le front rétréci, les sourcils baissés, les yeux obscurcis, les joues affaissées.`` (Besch. 1845).
Prononc. ET ORTH. : [afliksjɔ ̃]. − Enq. : /afliksiɔ ̃/. − Rem. Fér. Crit. t. 1 1787 propose la graph. afliction avec un seul f.
Étymol. ET HIST. − 1. Ca 1040 « état de celui qui est frappé de coups douloureux au physique et au moral » (Alexis, st. 72eds Gdf. Compl. : Metent lur cors en granz afflictiuns); le sens purement phys. disparaît apr. Trév. 1752; 2. 1174 « humiliation » (Thom. Cantorb., p. 65, v. 26 ds Gdf. Compl. : Venge le sanc des tuens, Deus, qui est espanduz, E les afflictiuns, dunt numbres n'est ouz). Empr. au lat. chrét. afflictio « état de celui qui est plongé dans le malheur » (Vulg. Gen., 31, 42 ds TLL s.v., 1230, 64 : afflictionem meam et laborem manuum mearum respexit deus).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 368. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 996, b) 539; xxes. : a) 417, b) 174.
BBG. − Allmen 1956. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bar 1960. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Bonnaire 1835. − Daire 1759. − Dup. 1961. − Fér. 1768. − Gramm. t. 1 1789. − Guizot 1864. − Laf. 1878. − Sardou 1877. − Sommer 1882. − Synon. 1818.

Wiktionnaire

Nom commun

affliction \a.flik.sjɔ̃\ féminin

  1. Immense chagrin ; abattement profond.
    • Après que plusieurs mois furent passés, elle sortit de cette violente affliction où elle était, et passa dans un état de tristesse et de langueur. — (Mme de La Fayette, La Princesse de Clèves, 1678)
    • Si de tous les hommes les uns mouraient, les autres non, ce serait une désolante affliction que de mourir. — (La Bruyère, Les Caractères, 1688)
    • Ce fut une joie de les revoir, car on les croyait perdus. Mais cette joie fit place à une profonde affliction, quand on apprit la mort du vieux Norman. — (Jules Verne, Le Pays des fourrures, 1873)
    • C'est avec tes poisons que tu t'es préparé ton baume; tu as trait la vache Affliction, maintenant tu bois le doux lait de ses mamelles. Et rien de mal ne naît plus de toi, si ce n'est le mal qui naît de la lutte de tes vertus. — (Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, 1883, trad. H. Albert, 1898)
    • Et, par-dessus le marché, elle ne rit jamais. Ou bien elle pose pour l’affliction, elle fait exprès de pincer les joues, ou alors, c’est de nature, elle a un tempérament ingrat. — (Léon Frapié, La marchande, dans Les contes de la maternelle, 1910, éditions Self, 1945, pages 201-202)
    • 34- J'ai vu l'affliction de mon peuple qui est en Égypte, j'ai entendu leur gémissement, et je suis descendu pour les délivrer. Et maintenant viens, que je t'envoie en Égypte.— (Bible, Actes des Apôtres, 7, 34, trad. Crampon, 1923)
    • Il n'appartient pas à une créature de donner du soulagement dans une affliction; c'est un office que Dieu a retenu pour soi seul. — (Montherlant, Port-Royal,1954)
    • (...) Je prie pour que Notre Père qui est au ciel apaise la douleur de votre affliction et vous laisse seulement le tendre souvenir de vos chers disparus et la fierté bien fondée et solennelle d'avoir offert un si précieux sacrifice sur l'autel de la Liberté. — (Lettre de Lincoln à Madame Lydia Bixby, 21 novembre 1864)
  2. Grand malheur ; catastrophe.
    • Les afflictions qu’il plaît à Dieu de nous envoyer. — (Académie, 9ème éd.)
    • 29- Aussitôt après ces jours d'affliction, le soleil s'obscurcira, la lune ne donnera plus sa lumière, les étoiles tomberont du ciel, et les puissances des cieux seront ébranlées. — (Bible, Matthieu, 24, 29, trad. Crampon, 1894)

Nom commun

affliction \Prononciation ?\ féminin

  1. Génuflexion.
  2. Acte d’humilité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFLICTION. n. f.
État d'abattement produit par un événement malheureux. Grande, extrême affliction. Cela lui causa une affliction mortelle. Il est dans l'affliction, dans l'affliction la plus profonde. Les consolations indiscrètes ne font qu'aigrir les grandes afflictions. Il se dit quelquefois des Accidents, des malheurs mêmes qui sont une cause d'affliction. Les afflictions qu'il plaît à Dieu de nous envoyer.

Littré (1872-1877)

AFFLICTION (a-fli-ksion ; de quatre syllabes en poésie) s. f.
  • 1Peine morale. Profonde affliction. Être plongé dans l'affliction. Si vous voyez quelqu'un dans l'affliction. Le temps amortit les afflictions. Dieu, qui voyez mon trouble et mon affliction, Racine, Athal. V, 7. Quelque soulagement pour votre affliction, Corneille, Hor. V, 2. Les enfants ont des joies immodérées et des afflictions amères sur de très petits sujets ; ils ne veulent point souffrir de mal et ils aiment à en faire : ils sont déjà des hommes, La Bruyère, 11. Si, de tous les hommes, les uns mouraient, les autres non, ce serait une désolante affliction que de mourir, La Bruyère, 11. Soyons tous dans les larmes, retranchons toutes les visites, comme au jour d'une grande affliction…, Bossuet, Pensées chrét. 7. Pendant que tant de mondains sur la terre nous assurent encore tous les jours et nous prennent à témoin qu'il n'y a pour eux dans le monde qu'amertume, que trouble et affliction d'esprit…, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 456. Calypso ressent une nouvelle fureur, voyant que l'affliction augmente la beauté d'Eucharis, Fénelon, Tél. VII.
  • 2Malheur, tribulation. Il succomba sous les afflictions. Les pertes, les afflictions, les disgrâces. L'affliction et la misère publique dans les empires. Si toutes ces souffrances et toutes ces afflictions étaient prises, acceptées, offertes en sacrifice et présentées par un esprit de foi, tout profiterait alors pour la vie éternelle, et rien ne serait perdu, Bourdaloue, Pensées, t. I, p. 215. Dans mes afflictions, dans toutes mes traverses et tous les chagrins inséparables de la misère humaine, Bourdaloue, ib. p. 413.
  • 3 En termes de spiritualité, le pain de l'affliction. Nourri du pain de l'affliction.

SYNONYME

AFFLICTION, DOULEUR. L'idée commune à ces mots est de représenter notre âme comme sujette à une action qui lui cause du mal. La différence est que affliction porte l'esprit sur une cause qui a agi, tandis que, dans douleur, l'action de la cause est présente. On éprouve de la douleur ; on reçoit une affliction ; mais, lorsque le coup est porté, être plongé dans la douleur ou être plongé dans l'affliction est d'une synonymie à peu près complète.

HISTORIQUE

XIe s. [Qu'il] les prie et serve par grant afflictiun, Ch. de Rol. CCXXXVII.

XIIe s. [Il] s'en est entrez à grant affliction, Ronc. p. 116. Quant ert entré laenz, dunc jut en oreisun, E en plur e en lermes e en afflictiun, Th. le Mart. 101. Certes je prierai al seignur de vertuz : Venge le sanc des tuens, Deus, qui est espanduz, E les afflictiuns, dunt numbres est oüs [eu], ib. 76.

XIIIe s. Humeliez me sui en afflictions ; sire Dieux, met moi en vie pardurable, Psautier, f° 146.

XIVe s. Si comme aucune afflicion ou peine corporel, Oresme, Eth. 49. Car eulx punissent et establissent peines et afflictions à tous ceux qui font mal, Oresme, ib. 72.

XVIe s. Il n'appartient pas aux fideles d'affliger [frapper, punir] ne faire nuisance. Mais aussi ce n'est pas faire nuisance ni afliger, de venger par le mandement de Dieu les afflictions des bons, Calvin, Inst. 1198. Ils s'attendoient bien de recepvoir toutes les plus extremes afflictions et peines, que peuvent souffrir les vaincus d'un vainqueur justement indigné, Amyot, Démétr. 55.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

AFFLICTION, s. f. (Med.) passion de l’ame, qui influe beaucoup sur le corps. L’affliction produit ordinairement les maladies chroniques. La phthisie est souvent la suite d’une grande affliction. Voyez Chagrin. (N)

* AFFLICTION, chagrin, peine, synonymes. L’affliction est au chagrin, ce que l’habitude est à l’acte. La mort d’un pere nous afflige ; la perte d’un procès nous donne du chagrin ; le malheur d’une personne de connoissance nous donne de la peine. L’affliction abat ; le chagrin donne de l’humeur ; la peine attriste pour un moment : l’affliction est cet état de tristesse & d’abattement, où nous jette un grand accident, & dans lequel la mémoire de cette accident nous entretient. Les affligés ont besoin d’amis qui les consolent en s’affligeant avec eux ; les personnes chagrines de personnes gaies, qui leur donnent des distractions ; & ceux qui ont une peine, d’une occupation, quelle qu’elle soit, qui détourne leurs yeux, de ce qui les attriste, sur un autre objet.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « affliction »

(XIe siècle) Du latin afflictio → voir affliger.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(XIe siècle) Du latin afflictio.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Afflictio (voy. AFFLIGER) ; provenç. affliction ; espagn. affliccion ; ital. affizione.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « affliction »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affliction afliksjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « affliction »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affliction »

  • Le remède le plus honteux à l'affliction chez un homme raisonnable, c'est de guérir par lassitude. Sénèque en latin Lucius Annaeus Seneca, dit Sénèque le Philosophe, Lettres à Lucilius, LXIII
  • L'affliction ne guérit pas le mal. De Proverbe français
  • Certains compliments de consolation Qui sont surcroît d'affliction. De Jean de La Fontaine / Fables
  • Deux choses causent de l'affliction, un ami triste, et un ennemi joyeux. De Proverbe oriental
  • La difficulté à vaincre est l'affliction par excellence de l'homme moyen. De François Hertel / Un canadien errant
  • Celui qui est ami aime en tout temps, et le frère se connaît dans l'affliction. De La Bible / Le livre des proverbes
  • Il ne peut y avoir de Créateur, tout simplement parce que son affliction devant le sort de sa création lui serait inconcevable et insupportable. De Elias Canetti
  • S'il est vrai que nos joies sont courtes, la plupart de nos afflictions ne sont pas longues. De Vauvenargues
  • Une circonstance imaginaire qu'il nous plaît d'ajouter à nos afflictions, c'est de croire que nous serons inconsolables. De Bernard Fontenelle
  • Le député LREM de la Loire, Jean-Michel Mis, a, lui, fait part de son « affliction » et adressé ses « hommages respectueux à sa famille ». leparisien.fr, L’ancien ministre de la Justice Pascal Clément est mort - Le Parisien
  • J'ai appris avec une profonde affliction le décès du Colonel à la retraite Hocine Senoussi, mardi à l'hôpital Ain Naadja d'Alger, a écrit le ministre dans son message de condoléances. , Décès du moudjahid Senoussi: le ministre des Moudjahidine salue son riche parcours
  • Peu importe combien ils crient ou s’ils sont terrifiés, le fardeau de la preuve retombe toujours sur les épaules des personnes lésées, de peur qu’elles ne soient condamnées ou placées dans un asile d’aliénés. Mais comment prouvez-vous que le diable veut votre bébé? Comment montrez-vous à quelqu’un qu’un fantôme hante votre enfant? Comment fournissez-vous une preuve irréfutable de votre affliction à quelqu’un qui ne peut pas le croire ou ne veut pas le croire? Breakingnews.fr, Comment les films d'horreur sont parallèles au fait d'être noir en Amérique
  • Le Colonel Senouci s’était vraiment investi entièrement dans la promotion d’une musique algérienne, le raï, un beat rebelle et juvénile. Celui qui avait pris part à cette belle aventure du raï, en produisant l’unique et bel album Kutché, Safy Boutella, ne pouvait cacher son affliction : «Je viens d’apprendre cette terrible nouvelle et mon cœur est brisé. Hocine Senouci nous a quittés ce matin. Rabbi yarrahmou. El Watan, Décès du colonel Senouci : C’était un incroyable mécène du raï à l’international | El Watan
  • Ils ont carrément pas bossé sur cette classe sauf un peu sur la spécialisation affliction en accentuant son obligation de canaliser , donc rester immobile, pour que les dots fassent des degats . Demoniste : une classe à eviter sur cette extension Millenium, WoW Shadowlands : Changements sur le Démoniste - Millenium

Images d'illustration du mot « affliction »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « affliction »

Langue Traduction
Anglais affliction
Espagnol aflicción
Italien afflizione
Allemand leiden
Portugais aflição
Source : Google Translate API

Synonymes de « affliction »

Source : synonymes de affliction sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affliction »

Partager