Mélancolie : définition de mélancolie


Mélancolie : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MÉLANCOLIE, subst. fém.

A. − PATHOLOGIE
1. MÉD. ANC. Une des quatre humeurs qui, selon la théorie ancienne des tempéraments, était supposée avoir son siège dans la rate et prédisposer à la tristesse, à l'hypocondrie; p. méton., état causé par cette humeur. Synon. vx atrabile, bile, humeur noire, hypocondrie, lypémanie.Accès de mélancolie, être atteint de mélancolie. On l'emploie [une solanée somnifère] utilement contre la mélancolie, les convulsions et la goutte (Nodier, Fée Miettes, 1831, p.182).Le système du médecin en chef était spécialement pour la mélancolie, la lypémanie des médecins aliénistes (...). Il était partisan du traitement moral (...) comme traitement prédominant (Goncourt, Ch. Demailly, 1860, p.398).V. hypocondrie A 2 ex. de Amiel.
2. PSYCHOPATHOL. État morbide caractérisé par un abattement physique et moral complet, une profonde tristesse, un pessimisme généralisé, accompagné d'idées délirantes d'autoaccusation et de suicide. Synon. dépression (nerveuse), névrose, neurasthénie.Mélancolie anxieuse, délirante, intermittente, périodique; accès, crise de mélancolie. Sa mélancolie avait augmenté et (...) elle croyait comme Rousseau, qu'on s'était ligué pour la persécuter (Chateaubr., Mém., t.2, 1848, p.727).Le vieillard se persuadait que sa mort était imminente, il sombrait dans l'apathie et la mélancolie, il ne parlait plus, il ne souriait plus à ses petits-enfants (Queffélec, Recteur, 1944, p.173).V. accusation2ex. 3 et auto(-)destructeur ex.:
1. Strauss et Gebstattel ont mis en évidence l'emprise presque absolue du passé dans la mélancolie: la certitude d'une catastrophe immédiate, les idées de ruine, d'indignité, de culpabilité, l'hypocondrie... Mounier, Traité caract., 1946, p.318.
B. −
1. État affectif plus ou moins durable de profonde tristesse, accompagné d'un assombrissement de l'humeur et d'un certain dégoût de soi-même et de l'existence. Synon. idées noires, cafard (fam.), dépression; anton. allégresse, entrain, gaieté, joie.Il était dans une de ses heures de mélancolie, où le néant lui apparaissait au bout prochain de la vie (A. France, Lys rouge, 1894, p.352).Elle passa la nuit dans des rêves doux et pénibles, une mélancolie accablante (Rolland, J.-Chr., Antoinette, 1908, p.917):
2. ... appuyée au mur du jardin, serrant la chienne entre ses bras, elle éprouvait une si poignante mélancolie, tant de rancoeur contre elle ne savait quoi, tant d'espérance sans but, qu'elle leva la tête vers le ciel constellé, et souhaita, pendant quelques secondes, de mourir avant d'avoir essayé de vivre. Martin du G., Thib., Belle sais., 1923, p.923.
SYNT. Propension à la mélancolie; accès, crise de mélancolie; mélancolie amère, âpre, profonde, sombre; plonger, sombrer, tomber dans la mélancolie; être en proie à la mélancolie; chasser, dissiper la mélancolie.
[P. méton. du compl. déterminatif] Mélancolie du regard, de la voix. Fabrice (...) fut frappé surtout de l'expression de mélancolie de sa figure (Stendhal, Chartreuse, 1839, p.250).La mélancolie du sourire qui vous accueillait décelait les maux endurés (Pesquidoux, Livre raison, 1925, p.95).
Loc. verb., fam. (par litote). Ne pas engendrer la mélancolie.
[Le sujet désigne une pers.] Être d'une gaieté irrésistible, communicative, par tempérament ou dans une circonstance donnée. V. engendrer B 2.
[Le suj. désigne une chose ou une situation] Être très amusant. Je te promets que cette partie de mon roman n'engendrera pas la mélancolie (Duhamel, Cécile, 1938, 98).
P. méton. Manifestation de cet état d'âme (dans la pensée, l'attitude, le sentiment). Une mélancolie, des mélancolies:
3. Lorsque Lazare la négligeait un instant pour écrire une lettre ou pour s'absorber dans une de ses mélancolies subites, sans cause apparente, elle devenait si malheureuse, qu'elle se mettait à le taquiner, à le provoquer, préférant le danger à l'oubli. Zola, Joie de vivre, 1884, p.942.
2. En partic., littér. Sentiment d'une tristesse vague et douce, dans laquelle on se complaît, et qui favorise la rêverie désenchantée et la méditation (thème poétique et littéraire cher aux préromantiques et aux romantiques). Synon. chagrin (arg.), ennui, langueur, nostalgie, spleen (littér.), vague à l'âme.Gloriette: (...) je sens que je m'attriste. − Ce n'est pas grave. Ce n'est pas de la tristesse sans charme; c'est de la mélancolie, tu as les papillons blancs (Renard, Œil clair, 1910, p.134).Angelo s'en alla faire un tour sur les boulevards extérieurs de la ville pour jouir d'un peu de mélancolie très savoureuse (Giono, Angelo, 1958, p.155):
4. Elle aimait la musique, quoique n'étant pas musicienne; elle y trouvait un bien-être physique et moral, où sa pensée s'engourdissait paresseusement dans une agréable mélancolie. Rolland, J.-Chr., Matin, 1904, p.184.
SYNT. Mélancolie douce, attendrissante, indicible, indéfinissable, rêveuse, romantique, vague, voluptueuse; accent, nuance, pointe de mélancolie; les délices de la mélancolie; air, expression de mélancolie; éprouver de la mélancolie; inciter, se laisser aller à la mélancolie.
[Personnification de cet état] La Mélancolie. Une figure de la Mélancolie, assise, devant le disque d'un soleil, sur des rochers, dans une pose accablée et morne (Huysmans, À rebours, 1884, p.86).Watteau, (...) Ton art léger fut tendre et doux comme un soupir, Et tu donnas une âme inconnue au désir En l'asseyant aux pieds de la Mélancolie (Samain, Chariot, 1900, p.68):
5. Je suis le ténébreux, − le veuf, − l'inconsolé, Le prince d'Aquitaine à la tour abolie: Ma seule étoile est morte, − et mon luth constellé Porte le soleil noir de la Mélancolie [it. ds le texte]. Nerval, Chimères, 1854, p.693.
[En parlant d'une chose concr. ou abstr.] Caractère, aspect de ce qui inspire un tel état. Synon. brume, grisaille, ombre.Mélancolie du crépuscule, du soir, de l'automne, d'un site, d'un paysage, d'un chant; mélancolie des adieux, des souvenirs, d'une vie. Le lieu isolé, silencieux, exquis, où ces fouilles se passaient, et la mélancolie sereine de l'été finissant, jetaient un charme rare sur notre petit rêve d'aventuriers (Loti, Rom. enf., 1890, p.277).Par les nuits bleues, il semble suivre un rêve enchanté dans la mélancolie du clair de lune (Coppée, Bonne souffr., 1898, p.54):
6. Une aube affaiblie Verse par les champs La mélancolie Des soleils couchants. Verlaine, Œuvres compl., t.1, Poèmes saturn., 1866, p.69.
Prononc. et Orth.: [melɑ ̃kɔli]. Ac. 1694 et 1718: me-; dep. 1740: mé-. Étymol. et Hist. 1. a) 1176-81 «état de tristesse profonde» (Chrétien de Troyes, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 3001); b) 1669 «tristesse douce et vague» (La Fontaine, Contes, Préface ds Œuvres, éd. A. Régnier, t.4, p.14); 2. ca 1256 «bile noire, une des quatre humeurs cardinales de l'organisme» (Aldebrandin de Sienne, Regime du Corps, éd. L. Landouzy et R. Pépin, p.45, 20); 3. 1816 «maladie mentale caractérisée par une tristesse perpétuelle» (Encyclop. méthod. Méd. t.9). Empr. au lat. mélancolia (transcrivant le gr. μ ε λ α γ χ ο λ ι ́ α) «humeur noire» et «maladie engendrée par la bile noire»; le développement du sens psychol. (att. antérieurement au sens méd. parce que cette accept. était entrée dans le vocab. littér. courtois où le mot exprime un registre d'états et de sentiments: humeur sombre, inquiétude, folie, fureur, délire) est propre au fr. et témoigne de l'évolution du goût (v. FEW t.6, p.656). Fréq. abs. littér.: 2360. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 3772, b) 3635; xxes.: a) 3880, b) 2535. Bbg. Schalk (F.). Diderot's Artikel mélancolie in der Enzykl. Z. fr. Spr. Lit. 1956, t.66, pp.88-107.

Mélancolie : définition du Wiktionnaire

Nom commun

mélancolie \me.lɑ̃.kɔ.li\ féminin

  1. (Histoire de la médecine) (Désuet) Hypothétique bile noire dont l’excès de sécrétion prédisposerait le patient à la tristesse, selon la médecine ancienne et sa théorie des humeurs.
  2. (Médecine) Variété de maladie mentale provoquant un état de détresse apathique, forme extrême de la dépression, pouvant conduire au suicide.
    • Ce juge, auquel il donnait des soins habituels comme docteur, sans aucune cause apparente de dérangement dans la santé, dépérissait à vue d’œil : une sombre mélancolie s’était emparée de lui. — (Alexandre Dumas, Les Mille et Un Fantômes, 1849, chapitre 8, Le Chat, l’huissier et le squelette)
    • Une femme de dix-sept ans, non réglée, d’un tempérament nerveux, affectée d’une mélancolie à la suite de souffrances morales, avait été soumise sans succès, pendant plus de deux mois, aux purgatifs, aux antiphlogistiques et aux nervins. — (Des avantages de l’ellébore noir contre la manie et la mélancolie ; par M. Gozzi (Avril 1846), dans Annales médico psychologiques : Vol. 11, Société médico-psychologique, 1848, page 284)
    • Mon beau-frère que je ne voyais jamais, succomba à une maladie assez mystérieuse, une sorte de mélancolie chronique qu’il combattit ou essaya de combattre avec des drogues. Je ne sais à quels excès il se porta, mais il mourut à peine âgé de quarante ans. — (Julien Green, Le voyageur sur la terre, 1927, Le Livre de Poche, page 80)
    • Alors qu'à l’époque on ne portait ce diagnostic que pour des mélancolies profondes et que le mot « dépression » était tabou, il concernerait aujourd’hui entre 5 et 10 millions de Français. — (Thomas Mahler, Jérôme Vincent, Deux professeurs contre les antidépresseurs sur LePoint.fr, SEBDO Le Point. Mis en ligne le 29 août 2018)
    • Je me souviens d'une cheffe de service dans un hôpital psychiatrique parisien qui avait raconté comment elle avait découvert, médusée, qu'un des antidotes possibles de la mélancolie (appelée aujourd'hui la dépression sévère), ce sont les jeux BDSM. Dit comme ça, cela peut faire sourire ou choquer. — (Sarah Chiche, Une histoire érotique de la psychanalyse: De la nourrice de Freud aux amants d'aujourd'hui, Paris : Éditions Payot & Rivages, 2018, chap. 47)
  3. Certaine disposition de l’âme à la tristesse.
    • Modeste reprochait la mélancolie de Molière à toutes les femmes du dix-septième siècle. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
    • Par les fentes et les ouvertures, la mélancolie s’insinuait sous toutes les formes, moisissures, clair de lune, chanson; mon ennui aussi devenait de la mélancolie, de cette mélancolie qui caractérise notre race, et qui est de la résignation, du fatalisme. — (Chevalier Léopold de Sacher-Masoch ; Don Juan de Kolomea, in « Contes Galiciens », traduction anonyme de 1874)
    • Souriante, avec, cependant, une ombre de mélancolie dans le regard, Yasmina écoutait Jacques lui chanter, maladroitement encore, toute sa passion qu’il n’essayait même plus d’enchaîner. — (Isabelle Eberhardt, Yasmina, 1902)
    • Arrivé la veille au matin en Argentine […], il a la mélancolie rêveuse que provoque parfois le jetlag et, durant les deux jours de vagabondage qu’il nous accordera, cette saudade ne le quittera pas, […]. — (Philippe Azoury, Macadam à deux voix, Libération, no 9532, cahier cinéma, p. II, 4 janvier 2012)

Forme de verbe

mélancolie \me.lɑ̃.kɔ.li\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de mélancolier.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de mélancolier.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de mélancolier.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de mélancolier.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de mélancolier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mélancolie : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MÉLANCOLIE. n. f.
T. de Médecine. Bile noire et Disposition triste que l'ancienne médecine attribuait à un excès de bile noire. Il se dit aujourd'hui d'une Variété de maladie mentale. Accès de mélancolie. Atteint de mélancolie. Il désigne dans le langage courant une Certaine disposition de l'âme à la tristesse. Accablé de mélancolie. Tomber dans une sombre mélancolie. Quand elle n'est qu'un penchant à la rêverie et à la méditation vague, la mélancolie a son charme et même sa poésie. À l'époque romantique, la mélancolie était à la mode dans la littérature et dans les arts. Fig. et fam., Il n'engendre point la mélancolie, se dit d'un Homme qui vit sans souci, qui est d'humeur gaie.

Mélancolie : définition du Littré (1872-1877)

MÉLANCOLIE (mé-lan-ko-lie) s. f.
  • 1 Terme d'ancienne médecine. Bile noire, humeur hypothétique, un des quatre éléments qui, suivant les anciens, constituaient le corps humain, et dont ils avaient placé le siége dans la rate. On regardait la mélancolie comme capable de produire les affections, les maladies hypocondriaques. Le mal de cette dame ne me paraît rien autre chose qu'une mélancolie noire qui se peut dissiper en excitant tout à coup en elle une émotion qui lui cause une dilatation de cœur, Lesage, Est. Gonz. ch. 46.
  • 2Dans la médecine actuelle, nom d'une lésion des facultés intellectuelles caractérisée par un délire roulant exclusivement sur une série d'idées tristes ; c'est la variété de la monomanie qu'Esquirol a nommée lypémanie. La mélancolie s'observe aussi chez les animaux dont on change brusquement les habitudes, chez ceux qu'on prive des sujets de leur affection.
  • 3Disposition triste provenant d'une cause physique ou morale, dite aussi vulgairement vapeurs du cerveau. La mélancolie que j'ai dans le cœur et dans les yeux me fait paraître tous les visages comme si je les voyais au travers de la fumée de l'eau-de-vie, et je n'aperçois rien qui ne me semble effroyable, Voiture, Lett. 8. Laissons-le un peu nager dans la mélancolie, Mairet, Sophon. IV, 5. Et laisse-moi de grâce, attendant Émilie, Donner un libre cours à ma mélancolie, Corneille, Cinna, III, 2. J'ai honte de montrer tant de mélancolie, Corneille, Hor. I, 2. Je n'irai, par monts ni par vaux, M'exposer au vent, à la pluie ; Je vivrai sans mélancolie, La Fontaine, Fabl. IV, 3. Dans les frayeurs de l'enfer dont il [St François de Sales] était saisi, une noire mélancolie et des convulsions qui lui faisaient perdre le sommeil et le manger, le poussèrent…, Bossuet, Ét. d'orais. IX, 3. De là les dépits secrets et les mélancolies ; de là les désolations et les désespoirs, les colères et les transports, les blasphèmes et les imprécations, Bourdaloue, 3e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 105. Pauvre esprit, dira-t-on, que je plains ta folie ! Modère ces bouillons de ta mélancolie, Boileau, Sat. VII. Surtout je redoutais cette mélancolie Où j'ai vu si longtemps votre âme ensevelie, Racine, Andr. I, 1. Une noire mélancolie, causée par le dépit et les remords, entretenue par la présence de Tencin, resté ministre de France à Rome, conduisit à la fin Innocent XIII au tombeau, Duclos, Mém. rég. Œuv. t. VI, p. 74, dans POUGENS.

    Il n'engendre pas la mélancolie, de mélancolie, se dit d'un homme qui vit sans souci. Pour ne point engendrer la mélancolie, Lesage, Gil Blas, X, 10.

    Le tombeau de la mélancolie, le vin.

    La mélancolie ne paye point de dettes, c'est-à-dire au lieu de se chagriner de ses dettes, il faut s'évertuer.

  • 4Tristesse déjà adoucie qui succède à une perte cruelle. La nature, qui, en nous condamnant à vivre, nous a laissé deux précieuses ressources, la mort pour finir les maux qui nous déchirent et la mélancolie pour nous faire supporter la vie dans les maux qui nous flétrissent, D'Alembert, Tomb. l'Espinasse. Il adoucit ses douleurs en peignant, dans des vers remplis d'une mélancolie douce et profonde, les vertus et les grâces de celle qu'il pleurait, Condorcet, Haller. Dès que le désespoir peut retrouver des larmes, à la mélancolie il vient les confier, Pour adoucir sa peine et non pour l'oublier, Delille, Imag. III.
  • 5Tristesse vague qui n'est pas sans douceur, à laquelle certains esprits et surtout les jeunes gens sont assez sujets, et qui n'a pas été sans action sur la poésie moderne de l'Europe. Ô mélancolie enchanteresse ! ô langueur d'une âme attendrie ! combien vous surpassez les turbulents plaisirs, la gaîté folâtre, la joie emportée, et tous les transports qu'une ardeur sans mesure offre aux désirs effrénés des amants ! Rousseau, Hél. I, 38. Et la mélancolie errante au bord des eaux, Chénier M. J. la Promenade. Dans un âge beaucoup plus détaché [que le XVIIe siècle] des formes austères de la religion, la mélancolie vint comme un supplément à ce besoin de l'homme de s'élever par la méditation, Villemain, Litt. franç. XVIIIe siècle, 2e part. 2e leçon. C'est l'heure où la mélancolie S'assied pensive et recueillie Aux bords silencieux des mers, Lamartine, Méd. I, 21. C'est parmi les hautes herbes des vastes prairies de l'ouest, les forêts solennelles du nord… que j'ai cherché à découvrir les choses cachées de la nature et les splendides mélancolies de nos solitudes, Cap, Audubon, p. 34.

HISTORIQUE

XIIIe s. Melancolie qui est froide et seche, Latini, Trésor, p. 103. Dont lui est or venue ceste melancolie ? Berte, LXXII.

XVe s. Etle [le captal de Buch] convint mourir par melancolie en la tour du Temple à Paris, dont grandement deplaisoit à ses amis, Froissart, II, II, 30. Or entrai en merancolie, De ce qu'elle estoit aussi lie [gaie] Aux aultres gens qu'elle ert à moi, Froissart, Espin. amour. Ce me seroit trop grand folie, Quand demourer puis en repos, De reprendre merencolie, Orléans, La départie d'amours en balade. Elle entra en telle melancolie [rêverie, méditation], qu'elle ne cessa, si eut mis par vers sa response, Perceforest, t. VI, f° 83.

XVIe s. Nous devisons, passant melancolie, Sur le chemin des Alpes d'Italie, Marot, II, 81. Toutes les especes de melancholie contre nature sont fort chaudes, Paré, Introd. 5. Elle a fait plusieurs petites melancholies [minauderies] à son ami, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Mélancolie : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MÉLANCOLIE, s. f. (Economie animale.) c’est la plus grossiere, la moins active, & la plus susceptible d’acidité de toutes nos humeurs. Voyez Humeur.

La mélancolie étoit, selon les anciens, froide & seche ; elle formoit le tempérament froid & sec. Voyez Tempérament.

Mélancolie, s. f. c’est le sentiment habituel de notre imperfection. Elle est opposée à la gaieté qui naît du contentement de nous-mêmes : elle est le plus souvent l’effet de la foiblesse de l’ame & des organes : elle l’est aussi des idées d’une certaine perfection, qu’on ne trouve ni en soi, ni dans les autres, ni dans les objets de ses plaisirs, ni dans la nature : elle se plaît dans la méditation qui exerce assez les facultés de l’ame pour lui donner un sentiment doux de son existence, & qui en même tems la dérobe au trouble des passions, aux sensations vives qui la plongeroient dans l’épuisement. La mélancolie n’est point l’ennemie de la volupté, elle se prête aux illusions de l’amour, & laisse savourer les plaisirs délicats de l’ame & des sens. L’amitié lui est nécessaire, elle s’attache à ce qu’elle aime, comme le lierre à l’ormeau. Le Féti la représente comme une femme qui a de la jeunesse & de l’embonpoint sans fraîcheur. Elle est entourée de livres épars, elle a sur la table des globes renversés & des instrumens de mathématique jettés confusément : un chien est attaché aux piés de sa table, elle médite profondément sur une tête de mort qu’elle tient entre ses mains. M. Vien l’a représentée sous l’emblème d’une femme très-jeune, mais maigre & abattue : elle est assise dans un fauteuil, dont le dos est opposé au jour ; on voit quelques livres & des instrumens de musique dispersés dans sa chambre, des parfums brûlent à côté d’elle ; elle a sa tête appuyée d’une main, de l’autre elle tient une fleur, à laquelle elle ne fait pas attention ; ses yeux sont fixés à terre, & son ame toute en elle-même ne reçoit des objets qui l’environnent aucune impression.

Melancholie religieuse, (Théol.) tristesse née de la fausse idée que la religion proscrit les plaisirs innocens, & qu’elle n’ordonne aux hommes pour les sauver, que le jeûne, les larmes & la contrition du cœur.

Cette tristesse est tout ensemble une maladie du corps & de l’esprit, qui procéde du dérangement de la machine, de craintes chimériques & superstitieuses, de scrupules mal fondés & de fausses idées qu’on se fait de la religion.

Ceux qui sont attaqués de cette cruelle maladie regardent la gaieté comme le partage des réprouvés, les plaisirs innocens comme des outrages faits à la Divinité, & les douceurs de la vie les plus légitimes, comme une pompe mondaine, diamétralement opposée au salut éternel.

L’on voit néanmoins tant de personnes d’un mérite éminent, pénétrées de ces erreurs, qu’elles sont dignes de la plus grande compassion, & du soin charitable que doivent prendre les gens également vertueux & éclairés, pour les guérir d’opinions contraires à la vérité, à la raison, à l’état de l’homme, à sa nature, & au bonheur de son existence.

La santé même qui nous est si chere, consiste à éxécuter les fonctions pour lesquelles nous sommes faits avec facilité, avec constance & avec plaisir ; c’est détruire cette facilité, cette constance, cette alacrité, que d’exténuer son corps par une conduite qui le mine. La vertu ne doit pas être employée à extirper les affections, mais à les regler. La contemplation de l’Etre suprême & la pratique des devoirs dont nous sommes capables, conduisent si peu à bannir la joie de notre ame, qu’elles sont des sources intarissables de contentement & de sérenité. En un mot, ceux qui se forment de la religion une idée différente, ressemblent aux espions que Moïse envoya pour découvrir la terre promise, & qui par leurs faux rapports, découragerent le peuple d’y entrer. Ceux au contraire, qui nous font voir la joie & la tranquillité qui naissent de la vertu, ressemblent aux espions qui rapporterent des fruits délicieux, pour engager le peuple à venir habiter le pays charmant qui les produisoit. (D. J.)

Melancholie, s. f. (Médecine) μελανχολια est un nom composé de μελαινα, noire, & χολη, bile, dont Hippocrate s’est servi pour désigner une maladie qu’il a cru produite par la bile noire dont le caractere générique & distinctif est un délire particulier, roulant sur un ou deux objets déterminément, sans fievre ni fureur, en quoi elle differe de la manie & de la phrénesie. Ce délire est joint le plus souvent à une tristesse insurmontable, à une humeur sombre, à la misanthropie, à un penchant décidé pour la solitude, on peut en compter autant de sortes qu’il y a des personnes qui en sont attaquées ; les uns s’imaginent être des rois, des seigneurs, des dieux ; les autres croient être méthamorphosés en bêtes, en loups, en chiens, en chats, en lapins : on appelle le délire de ceux-ci lycanthropie, cynanthropie, gallantropie, &c. voyez ces mots, & en conséquence de cette idée, ils imitent ces animaux & suivent leur genre de vie ; ils courent dans les bois, se brûlent, se battent avec les animaux, &c. on a vû des mélancholiques qui s’abstenoient d’uriner dans la crainte d’inonder l’univers & de produire un nouveau déluge. Trallian raconte qu’une femme tenoit toujours le doigt levé dans la ferme persuasion qu’elle soutenoit le monde ; quelques uns ont cru n’avoir point de tête, d’autres avoir le corps ou les jambes de verre, d’argille, de cire, &c. il y en a beaucoup qui ressentant de la gêne dans quelque partie, s’imaginent y avoir des animaux vivans renfermés.

Il y a une espece de mélancholie que les arabes ont appellé kutabuk, du nom d’un animal qui court toujours de côté & d’autre sur la surface de l’eau, ceux qui en sont attaqués sont sans cesse errans & vagabons : le délire qui est diamétralement opposé à celui-là est extrèmement rare. Sennert dit lui-même ne l’avoir pas pû observer dans le cours de sa pratique. Un médecin de l’électeur de Saxe nommé Janus, raconte qu’un pasteur tomba dans cette espece de mélancholie ; il restoit dans l’état & la situation où il s’étoit mis jusqu’à ce que ses amis l’en tirassent ; lorsqu’il étoit une fois assis, il ne se seroit jamais relevé ; il ne parloit pas, ne faisoit que soupirer, étoit triste, abattu, ne mangeoit que lorsqu’on lui mettoit le morceau dans la bouche, &c. on peut rapporter à la mélancholie, la nostralgie ou maladie du pays, le fanatisme & les prétendus possessions du démon. Les mélancholiques sont ordinairement tristes, pensifs, rêveurs, inquiets, constans dans l’étude & la méditation, patiens du froid & de la faim ; ils ont le visage austere, le sourcil froncé, le teint basané, brun, le ventre constipé. Forestus fait mention d’un mélancholique, qui resta trois mois sans aller du ventre, lib. II. observ. 43. & on lit dans les memoires de Petersbourg, tom. I. pag. 368. l’histoire d’une fille aussi mélancholique, qui n’alla pas à la selle de plusieurs mois. Ils se comportent & raisonnent sensément sur tous les objets qui ne sont pas relatifs au sujet de leur délire.

Les causes de la mélancholie sont à-peu-près les mêmes que celles de la manie ; voyez ce mot : les chagrins, les peines d’esprit, les passions, & sur-tout l’amour & l’appétit vénerien non satisfait, sont le plus souvent suivis de délire mélancholique ; les craintes vives & continuelles manquent rarement de la produire : les impressions trop fortes que font certains prédicateurs trop outrés, les craintes excessives qu’ils donnent des peines dont notre religion menace les infracteurs de sa loi, font dans des esprits foibles des révolutions étonnantes. On a vû à l’hôpital de Montelimart plusieurs femmes attaquées de manie & de mélancholie à la suite d’une mission qu’il y avoit eu dans cette ville ; elles étoient sans cesse frappées des peintures horribles qu’on leur avoit inconsidérement présentées ; elles ne parloient que désespoir, vengeance, punition, &c. & une entr’autres ne vouloit absolument prendre aucun remede, s’imaginant qu’elle étoit en enfer, & que rien ne pouvoit éteindre le feu dont elle prétendoit être dévorée. Et ce ne fut qu’avec une extrème difficulté que l’on vint à bout de l’en retirer, & d’éteindre ces prétendues flammes. Les dérangemens qui arrivent dans le foie, la rate, la matrice, les voies hemorroïdales donnent souvent lieu à la mélancholie. Le long usage d’alimens austeres, endurcis par le sel & la fumée, les débauches, le commerce immodéré avec les femmes dispose le corps à cette maladie, quelques poisons lents produisent aussi cet effet ; il y en a qui excitent aussi-tôt le délire mélancholique : Plutarque (dans la vie d’Antoine) rapporte que les soldats d’Antoine passant par un désert, furent obligés de manger d’une herbe qui les jetta tous dans un délire qui étoit tel, qu’ils se mirent tous à remuer, à tourner, à porter les pierres du camp ; vous les eussiez vû couchés par terre, occupés à défricher & transporter ces rochers, & peu de tems après mourir en vomissant de la bile ; le vin fut, au rapport de cet auteur, le seul antidote salutaire.

Quelques médecins, très-mauvais philosophes, ont ajouté à ces causes l’opération du démon ; ils n’ont pas hésité à lui attribuer des mélancholies dont ils ignoroient la cause, ou qui leur ont paru avoir quelque chose de surnaturel ; ils ont fait comme ces auteurs tragiques, qui ne sachant comment amener le dénouement de leur piece, ont recours à quelque divinité qu’ils font descendre à propos pour les terminer.

Les ouvertures des cadavres des personnes mortes de cette maladie, ne présentent aucun vice sensible dans le cerveau auquel on puisse l’attribuer ; tout le dérangement s’observe presque toujours dans le bas-ventre, & sur-tout dans les hypocondres, dans la région épigastrique ; le foie, la rate, l’uterus paroissent principalement affectés & semblent être le principe de tous les symptômes de la manie ; parcourons pour nous en convaincre, les différentes observations anatomiques qu’on a faites dans le cas présent. 1°. Bartholin a trouvé la rate extrèmement petite & les capsules atrabilaires considerablement augmentées, centur. 1. hist. 38. Riviere a vu l’épiploon rempli de tumeurs skirrheuses, noirâtres, dans un chanoine de Montpellier, mélancholique, lib. XIII. cap. jx. Mercatus écrit, que souvent les vaisseaux mésaraïques sont variqueux, carcinomateux, engorgés, distendus par un sang noirâtre. Wolfrigel a fait la même observation, miscella 2. curios. ann. 1670. Antoine de Pozzis raconte, qu’on trouva dans le cadavre d’un prince mort mélancholique, le mésentere engorgé, parsemé de varices noirâtres, le pancreas obstrué, la rate fort grosse, le foie petit, noir & skirrheux, les reins contenans plus de cent petits calculs, &c. ibid. ann. 4. observ. 29. Enfin, nous remarquerons en géneral, que très-souvent les cadavres des mélancholiques examinés, nous font voir un dérangement considerable dans le bas-ventre ; dans les uns les viscères ont paru grossis, monstrueux, dans d’autres extrèmement petits, flétris ou manquans absolument ; dans ceux-ci, durs, skirrheux ; dans ceux-là, au contraire, ramollis, tombant en dissolution : dans la plûpart on les a vûs de même que l’estomac, le cœur & le cerveau, inondés d’un sang noirâtre ou d’une humeur noire, épaisse, gluante comme de la poix, que les anciens appelloient atrabile ou mélancholie ; on peut consulter à ce sujet Bartholin, Dodonée, Lorichius, Hoechstetter, Blazius, Hoffman, &c. Considerant toutes ces observations, & les causes les plus ordinaires de cette maladie, l’on ne seroit pas éloigné de croire que tous les symptômes qui la constituent sont le plus souvent excités par quelque vice dans le bas-ventre, & sur-tout dans la region épigastrique. Il y a tout lieu de présumer que c’est-là que reside ordinairement la cause immediate de la mélancholie, & que le cerveau n’est que sympathiquement affecté ; pour s’assurer qu’un dérangement dans ces parties peut exciter le délire mélancholique, il ne faut que faire attention aux lois les plus simples de l’économie animale, se rappeller que ces parties sont parsemées d’une grande quantité de nerfs extrèmement sensibles, considérer que leur lesion jette le trouble & le désordre dans toute la machine, & quelquefois est suivie d’une mort prochaine ; que l’inflammation du diaphragme determine un délire phrénétique, connu sous le nom de paraphrénesie ; & enfin, il ne faut que savoir que l’empire & l’influence de la region épigastrique sur tout le reste du corps, principalement sur la tête, est très-considerable ; ce n’est pas sans fondement que Van-Helmont y avoit placé un archée, qui de là gouvernoit tout le corps, les nerfs qui y sont répandus lui servoient de rènes pour en diriger les actions.

Des faits que nous avons cités plus haut, on pourroit aussi déduire que la bile noire ou atrabile que les anciens croyoient embarrassée dans les hypocondres, n’est pas aussi ridicule & imaginaire que la plûpart des modernes l’ont pensé : outre ces observations, il est constant que des mélancholiques ont rendu par les sels & le vomissement des matieres noirâtres, épaisses comme de la poix, & que souvent ces évacuations ont été salutaires ; on lit dans les mélanges des curieux de la nature, decad. 1. ann. 6. pag. lxxxxij. une observation rapportée par Dolée, d’un homme qui fut guéri de la mélancholie par une sueur bleuâtre qui sortit en abondance de l’hypocondre droit. Schmid ibid. raconte aussi que dans la même maladie, un homme fut beaucoup soulagé d’une excrétion abondante d’urine noire ; mais comment & par quel méchanisme, un pareil embarras dans le bas-ventre peut-il exciter ce délire, symptôme principal de mélancholie, c’est ce que l’on ignore ? Il nous suffit d’avoir le fait constaté, une recherche ulterieure est très-difficile purement théorique & de nulle importance ; il seroit ridicule de dire avec quelques auteurs, que les esprits animaux étant infectés de cette humeur noire, ils en sont troublés, perdent leur nitidité & leur transparence, & en consequence l’ame ne voit plus les objets que confusement, comme dans un miroir terni ou à travers d’une eau bourbeuse.

Cette maladie est trop bien caracterisée par l’espece de délire qui lui est propre, pour qu’on puisse la méconnoître, on peut même la prévoir lorsqu’elle est prête à se décider ; les symptômes qui la précedent sont à-peu-près les mêmes que nous avons rapportés à l’article Manie, voyez ce mot. Si la tristesse & la crainte durent long-tems, c’est un signe de mélancholie prochaine, dit Hippocrate : le même auteur remarque, que si quelque partie est engourdie & que la langue devienne incontinente, cela annonce la mélancholie ; aphor. 23. lib. VI. &c.

La mélancholie est rarement une maladie dangereuse, elle peut être incommode, desagréable, ou au contraire plaisante, suivant l’espece de délire ; ceux qui se croient rois, empereurs, qui s’imaginent goûter quelque plaisir, ne peuvent qu’être fâchés de voir guérir leur maladie ; c’est ainsi qu’un homme qui s’imaginoit que tous les vaisseaux qui arrivoient à un port lui appartenoient, fut très-fâché ayant ratrappé son bon sens, d’être désabusé d’une erreur aussi agréable. Tel étoit aussi le mélancholique dont Horace nous a transmis l’histoire, qui étant seul au theâtre, croyoit entendre chanter de beaux vers & voir jouer des tragédies superbes ; il étoit fâché contre ceux qui lui avoient remis l’esprit dans son assiete naturelle, & qui le privoient par-là de ce plaisir.

Post me occidistis, amici,
Non servastis, ait ; cui sic extorta voluptas,
Et demptus per vim mentis gratissimus error.

Epist. 2. lib. II.

Il n’en est pas de même de ceux qui pensent être transformés en bêtes, qui ont des délires tristes, inquiets ; celui, par exemple, qui s’abstenoit de pisser crainte d’inonder le monde, risquoit beaucoup pour sa santé & pour sa vie, en retenant un excrément dont le séjour dans la vessie ou la suppression peut occasionner des maladies très-fâcheuses. Le délire, dit Hippocrate, qui roule sur les choses nécessaires, est très-mauvais en géneral : il est à craindre que les vices du bas-ventre n’empirent, que la bile noire ne se forme & n’engorge ces vaisseaux & même se mêle avec le sang ; l’épilepsie succedant aussi quelquefois à la mélancholie. Les transports ou metastases des maladies mélancholiques, dit Hippocrate, sont dangereuses au printems & à l’automne ; elles sont suivies de même, de convulsion, de mortification ou d’aveuglement, aphor. 56. lib. II. il y a beaucoup à esperer que la mélancholie sera dissipée si le flux hemorroïdal, les varices surviennent ; les déjections noires, la galle, les différentes éruptions cutanées, l’élephantiasis sont aussi, suivant Hippocrate, d’un très-heureux augure.

Il faut dans la curation de la mélancholie, pour que le succès en soit plus assuré, commencer par guérir l’esprit & ensuite attaquer les vices du corps, lorsqu’on les connoît ; pour cela il faut qu’un médecin prudent sache s’attirer la confiance du malade, qu’il entre dans son idée, qu’il s’accommode à son délire, qu’il paroisse persuadé que les choses sont telles que le mélancholique les imagine, & qu’il lui promette ensuite une guérison radicale, & pour l’operer, il est souvent obligé d’en venir à des remedes singuliers ; ainsi lorsqu’un malade croira avoir renfermé quelque animal vivant dans le corps, il faut faire semblant de l’en retirer ; si c’est dans le ventre, on peut par un purgatif qui secoue un peu vivement produire cet effet, en jettant adroitement cet animal dans le bassin, sans que le malade s’en apperçoive ; c’est ainsi que certains charlatans par des tours de souplesse semblables abusent de la crédulité du peuple, & passent pour habiles à faire sortir des viperes ou autres animaux du corps. Si le mélancholique croit l’animal dans sa tête, il ne faut pas balancer à faire une incision sur les tégumens, le malade comptera pour rien les douleurs les plus vives, pourvû qu’on lui montre l’animal dont la présence l’incommodoit si fort ; cette incision a cet autre avantage, que souvent elle fait cesser les douleurs de tête qui en imposoient au malade pour un animal & sert de cautere toujours très-avantageux.

On voit dans les différens recueils d’observations, des guérisons aussi singulieres. Un peintre, au rapport de Tulpius, croyoit avoir tous les os du corps ramollis comme de la cire, il n’osoit en conséquence faire un seul pas ; ce médecin lui parut pleinement persuadé de la vérité de son accident ; il lui promit des remedes infaillibles, mais lui défendit de marcher pendant six jours, après lesquels il lui donnoit la permission de le faire. Le mélancholique pensant qu’il falloit tout ce tems aux remedes pour agir & pour lui fortifier & endurcir les os, obéit exactement, après quoi il se promena sans crainte & avec facilité.

Il fallut user d’une ruse pour engager celui dont nous avons parlé plus haut à pisser : on vint tout effarouché lui dire que toute la ville étoit en feu, qu’on n’avoit plus espérance qu’en lui pour empêcher la ville d’être réduite en cendres ; il fut ému de cette raison & urina, croyant fortement par-là d’arrêter l’incendie. Il est aussi quelquefois à-propos de contrarier ouvertement leurs sentimens, d’exciter en eux des passions qui leur fassent oublier le sujet de leur délire : c’est au medecin ingénieux & instruit à bien saisir les occasions. Un homme croyoit avoir des jambes de verre ; & de peur de les casser, il ne faisoit aucun mouvement : il souffroit avec peine qu’on l’approchât ; une servante avisée lui jetta exprès contre les jambes du bois : le mélancholique se met dans une colere violente, au point qu’il se leve & court après la servante pour la frapper. Lorsqu’il fut revenu à lui, il fut tout surpris de pouvoir se soutenir sur ses jambes, & de se trouver guéri. Trallian raconte qu’un medecin dissipa le délire mélancholique d’un homme qui s’imaginoit n’avoir point de tête, en lui mettant dessus une balle de plomb dont le poids douloureux lui fit appercevoir qu’il en avoit une. On doit avoir vis à-vis des mélancholiques l’attention de ne rien dire qui soit relatif au sujet de leur délire : par ce moyen ils l’oublient souvent eux-mêmes ; ils raisonnent alors, & agissent très-sensément sur tout le reste ; mais dès qu’on vient à toucher à cette corde, ils donnent des nouveaux signes de folie. On doit aussi écarter de leur vûe les objets qui peuvent les reveiller. Un de ces mélancholiques qui s’étoit figuré qu’il étoit lapin, raisonnoit cependant en homme très-sensé dans un cercle ; lorsque malheureusement un chien entroit dans la chambre, alors il se mettoit à fuir & alloit se cacher promptement sous un lit pour éviter les poursuites du chien. On peut dans ce cas-là occuper l’esprit de ces personnes ailleurs, l’amuser, le distraire par des bals, des spectacles, & sur-tout par la musique, dont les effets sont merveilleux.

Pour ce qui regarde le corps, les secours dont l’efficacité est la mieux constatée, sont ceux qu’on tire de la diete ; ils sont préférables à ceux que la pharmacie nous offre, & encore plus à ceux qui viennent de la Chirurgie. Je prens ici le mot diete dans toute son étendue, pour l’usage des six choses non naturelles ; & on doit interdire aux mélancholiques des viandes endurcies par le sel & la fumée, les liqueurs ardentes, mais non pas le vin, qui est un des grands anti-mélancholiques, qui fortifie & réjouit l’estomac ; les viandes les plus legeres, les plus faciles à digérer, sont les plus convenables ; les fruits d’été bien mûrs sont très-salutaires. On doit beaucoup attendre dans cette maladie du changement d’air, du retour du printems, des voyages, de l’équitation, des frictions sur le bas-ventre, des exercices vénériens, sur-tout quand leur privation a occasionné la maladie, & encore plus de la jouissance d’un objet aimé, &c. la maladie du pays exige le retour dans la patrie ; il est dangereux de différer trop tard ce remede spécifique : on est quelquefois obligé d’en venir, malgré ces secours, à quelques remedes ; on doit bien se garder d’aller recourir à ces bisarres compositions qui portent ces noms fastueux d’exhilarans, anti-mélancholiques, &c. ces remedes semblent n’être faits que pour en imposer, ad fucum & pompam, comme on dit. Les seuls remedes vraiment indiqués, sont ceux qui peuvent procurer le flux hémorrhoïdal ou le rappeller, les apéritifs salins, le nître, le sel de Glauber, le sel de seignette, le tartre vitriolé, &c. les martiaux, les fondans aloétiques, hémorrhoïdaux, hépatiques, les savonneux sur-tout : ces médicamens variés suivant les indications, les circonstances, les cas, & prudemment administrés, sont très-efficaces dans cette maladie, & la guérissent radicalement. Il est quelquefois aussi à-propos de purger ; il faut, suivant l’avis d’Hippocrate, aphor. 9. liv. IV. insister davantage sur les purgatifs catharctiques, même un peu forts, & parmi ceux-là il faut choisir ceux que les observateurs anciens ont regardés comme spécialement affectés à la bile noire, & qui sont connus sous le nom de mélanagogues, tels sont, parmi les doux ou médiocres, les mirobolans indiens, le polypode, l’épithime, le séné ; parmi les forts, on compte la pierre d’Arménie, lazuli, la coloquinte, l’hellébore noir, &c.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « mélancolie »

Étymologie de mélancolie - Littré

Wallon, mîracolèie ; bourg. mérancolie ; provenç. melancolia, malenconia ; esp. melancolia ; ital. melancolia, malinconia ; du lat. melancholia, qui vient du grec μελαγχολία, de μέλας, noir, et χολὴ, bile.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de mélancolie - Wiktionnaire

Du latin melancholia, lui-même transcrit du grec ancien μελαγχολία, melagkholía, composé de μέλας, mélas (« noir ») et de χολή, kholế (« bile »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « mélancolie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mélancolie melɑ̃kɔli play_arrow

Citations contenant le mot « mélancolie »

  • Pour son retour derrière la caméra, Judd Apatow signe avec "The King of Staten Island" une comédie empreinte de mélancolie, un virage dans la carrière du roi de l'humour trash. AlloCiné, Judd Apatow : "Je me sens moins obligé d’être drôle tout le temps" - Actus Ciné - AlloCiné
  • C’est doux et puissant à la fois. Une belle promesse pour l’avenir de Zed Yun Pavarotti qui semble effacer de plus en plus les frontières entre la chanson et le rap, qui fait de la mélancolie une arme musicale poignante. aficia, Clip “Mon dieu” : Zed Yun Pavarotti plonge dans la mélancolie
  • La Dispute maison | Partez à la rencontre des Dragons, une bande hard-rockers chevelus, et laissez-vous emporter par la joyeuse mélancolie de ce spectacle à voir en ligne. France Culture, "La Mélancolie des Dragons" de Philippe Quesne, une invitation à redécouvrir l’émerveillement
  • René Vietto était déjà surnommé le Roi René grâce à l’écrivain Louis Nucéra. C’est au cours d’une discussion avec l’ancien cycliste, devenu auteur, Olivier Haralambon, dans laquelle il évoquait la notion de mélancolie à propos des ressorts psychologiques des sportifs, que j’ai trouvé cette image intéressante et particulièrement significative concernant René Vietto. Ses proches et coéquipiers ont toujours dépeint un cycliste doté d’une grande abnégation et d’une rigueur incommensurable. Il faisait preuve d’un sens inimaginable du sacrifice, il était prêt à mourir pour ce sport. On se demande même s’il avait une réelle volonté de gagner, si cela l’aurait véritablement rendu heureux de remporter le Tour. En réalité, je pense que l’acte sportif, cet acte de dépassement, était plus important pour lui que le prestige qu’il pouvait en tirer. Et il dégageait de cette mélancolie une véritable force. Et en faisant un parallèle avec le monde artistique, on peut dire que le parcours de René Vietto montre que la mélancolie peut être aussi au cœur de l’effort sportif, comme elle est souvent au fondement de la création artistique. Libération.fr, «René Vietto montre que la mélancolie peut être au cœur de l’effort» - Libération
  • La mélancolie, c’est le bonheur d’être triste. De Victor Hugo / Les Travailleurs de la mer
  • La mélancolie est le partage de tous les hommes de génie. De Cicéron / Première tusculane
  • La mélancolie est une maladie qui consiste à voir les choses comme elles sont. De Gérard de Nerval
  • Le sexe mène à la violence ou à la mélancolie. De Philippe Sollers / Passion fixe
  • Il y a dans la mélancolie assez de poison pour tuer un homme. De Maurice Toesca / Le livre dialogue
  • Tous les changements, même les plus souhaités, ont leur mélancolie. De Anatole France
  • Cent livres de mélancolie ne payent pas un sou de dettes. De Proverbe français
  • La mélancolie est le petit luxe des âmes pauvres. De Henry de Montherlant
  • La mélancolie C'est un chat perdu Qu'on croit retrouvé. De Léo Ferré / La mélancolie
  • La gaieté est aux hommes ce que la mélancolie est aux femmes ; mais la mélancolie est une voilette, et la gaieté est un voile plus difficile à soulever. De Maurice Donnay / Le Geste
  • Philosopher n'est qu'une façon de raisonner la mélancolie. Louise Levêque de, dite Louise de Vilmorin, Julietta, Gallimard
  • En verrai ge jamais la fin De voz œuvres, Merancolie* ? Quant au soir de vous me deslie** Vous me ratachez au matin. Charles d'Orléans, Rondeaux
  • Le désespoir n'habite jamais le cœur des mélancoliques. Pierre Dumarchais, dit Pierre Mac Orlan, Le Bal du pont du Nord, Gallimard
  • La mélancolie n'est que de la ferveur retombée. André Gide, Les Nourritures terrestres, Gallimard
  • La gaieté est aux hommes ce que la mélancolie est aux femmes ; mais la mélancolie est une voilette, et la gaieté est un voile plus difficile à soulever. Maurice Donnay, Le Geste, Fasquelle
  • Il y a une mélancolie qui tient à la grandeur de l'esprit. Sébastien Roch Nicolas, dit Nicolas de Chamfort, Maximes et pensées

Images d'illustration du mot « mélancolie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mélancolie »

Langue Traduction
Corse malincunia
Basque malenkonia
Japonais 憂鬱
Russe меланхолия
Portugais melancólico
Arabe كآبة
Chinois 忧郁的
Allemand melancholie
Italien malinconia
Espagnol melancolía
Anglais melancholy
Source : Google Translate API

Synonymes de « mélancolie »

Source : synonymes de mélancolie sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « mélancolie »



mots du mois

Mots similaires