La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « spleen »

Spleen

Définitions de « spleen »

Trésor de la Langue Française informatisé

SPLEEN, subst. masc.

Littér. État affectif, plus ou moins durable, de mélancolie sans cause apparente et pouvant aller de l'ennui, la tristesse vague au dégoût de l'existence. Synon. fam. bourdon2, cafard1; dépression, ennui, hypocondrie, langueur, neurasthénie.Spleen abominable, atroce, indicible, intolérable, maladif, profond; spleen baudelairien, verlainien; accès, crise de spleen; avoir, chasser, donner le spleen; souffrir de spleen; être disposé, en proie au spleen; plonger, sombrer, tomber dans le spleen. L'ennemi est en moi et se fait sentir au moment où je le crois endormi. Je crois que ce mal est proprement le spleen des Anglais, causé par un engorgement du foie (Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 299).Aujourd'hui, le spleen est venu; ou plutôt le pressentiment, la peur à l'approche du spleen. Le spleen est surtout fait d'orgueil; cela me plaît; mais on souffre terriblement; jusqu'au désir de la souffrance physique, ou d'un abrutissement pour dériver cette angoisse vagabonde de l'âme et pour l'user (Gide, Journal, 1891, p. 19).V. cafard1ex. de Morand.
Par personnification. [Avec une majuscule] Dans ces grands parcs anglais peuplés d'arbres stériles, Où le Spleen au front pâle, à l'œil morne, au pas lent, De vapeurs obsédé, se promène en bâillant (Fontanes, Œuvres, Maison rustique, t. 1, 1821, p. 225).
P. méton.
Manifestation de cet état affectif. Le spleen, s'est-elle dit [la foule des poètes], plaît à la nation: Faisons-lui donc du spleen, de la consomption (Pommier, Crâneries, 1842, p. 158).
Spleen de qqc.Il faut que je te voye cinq à six jours. Je sens venir le dégoût de tout, qui est le spleen de l'amour (Balzac, Lettres Étr., t. 3, 1846, p. 347).
Caractère, aspect de ce qui inspire un tel état. L'artiste est donc venu, qui aura rendu la mélancolique grandeur des sites anémiques couchés sous l'infini des ciels; voici donc enfin exprimée cette note poignante du spleen des paysages, des plaintives délices de nos banlieues! (Huysmans, Art mod., 1883, p. 117).
REM.
Spleenuosité, subst. fém.,hapax. Maisons de blanc: pompes voluptiales; maisons de deuil: spleenuosités, rancœurs à la carte (Laforgue, Complaintes, 1885, p. 181).
Prononc. et Orth.: [splin]. Éventuellement voy. longue comme en angl. Att. ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1745 spleen subst. masc. (J.-B. Leblanc, Lettres d'un François, t. 1, p. 118); 1748 spleen subst. fém. (I. de Yonge, Comtesse de Denbigh, in Hist. mss. Commission, Report on the mss of the Earl of Denbigh, 5, 167 ds Quem. DDL t. 25); 1750 (Prév., s.v. splenique: la maladie particulière aux Anglois, que nous nommons Spline d'après eux. Ils écrivent Spléen); 1760 spline subst. masc. (Diderot, Lettres à Sophie Volland, p. 167); 1763 spleen subst. masc. (Favart, Angl. à Bordeaux, VIII ds Bonn., p. 140). Empr. à l'angl.spleen, terme désignant la rate, att. dep. le xives., puis spéc. la rate en tant que siège de la mélancolie, d'où son empl. pour désigner des manifestations excessives de l'humeur, et en partic., dep. la fin du xviies. un état dépressif, la mélancolie ou une morosité maladive (v. NED). Spleen est issu directement, ou par l'intermédiaire de l'a. fr. esplen (fin xiiies., G. de Bibbesworth, Traité, éd. A. Owen, 159), du lat. d'époque impériale splen, -is empr. au gr. σ π λ η ́ ν « rate » concurremment au lat. class. lien, -enis désignant cet organe considéré comme le siège des humeurs. Fréq. abs. littér.: 182. Bbg. Gohin 1903, p. 330. - Pohl (J.). Contribution à l'hist. de qq. mots. Arch. St. n. Spr. 1969, t. 205, p. 372.

Wiktionnaire

Nom commun - français

spleen \splin\ masculin

  1. Sorte d’hypocondrie qui consiste dans un ennui sans cause et dans le dégoût de la vie.
    • Et moi qui trouvais la vie aride et ennuyeuse ! Moi qui ressentais parfois, sans vous l’avouer, les atteintes du spleen, me voici tout ému, tout rajeuni. — (George Sand, Jeanne, 1844)
    • Quand il y a deux caméléons à la même corde, le spectacle devient d’une bouffonnerie transcendantale. Le spleen en personne crèverait de rire à contempler les contorsions, les regards effroyables des deux vilaines bêtes, lorsqu’elles se rencontrent. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Femme rime à infâme. Oui, j’ai le spleen, compliqué de la mélancolie, avec la nostalgie, plus l’hypocondrie, et je bisque, et je rage, et je bâille, et je m’ennuie, et je m’assomme, et je m’embête ! — (Victor Hugo, Les Misérables, 1862, tome 3, livre IV)
    • De tous les passagers, le plus amusant est sans contredit un bon bourgeois de Glasgow qui cherche dans les voyages un remède au spleen que lui cause le climat pluvieux de son pays. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 25)
    • C’est la saison, c’est la saison, la rouille envahit les masses,
      La rouille ronge en leurs spleens kilométriques
      Les fils télégraphiques des grandes routes où nul ne passe.
      — (Jules Laforgue, Poésies complètes, 1894, L’Hiver qui vient)
    • Le spleen des petits à l'école, ça rend les marteaux ! Peu d'chance de s'en sortir s'ils en ont marre tôt. — (Stupeflip, Le spleen des petits - The Hypnoflip Invasion, Production Etic System, 2011)
    • [Titre] « Nous étions acclamés comme des dieux. On n’avait jamais connu ça ! » : le spleen des « héros » du confinement — (Alexandre Piquard, Aline Leclerc, Cécile Prudhomme et Eric Béziat, « Nous étions acclamés comme des dieux. On n’avait jamais connu ça ! » : le spleen des « héros » du confinement, Le Monde. Mis en ligne le 8 juin 2020)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

SPLEEN. (EE se prononce I et on fait sonner l'N.) n. m.
Mot emprunté de l'anglais. Sorte d'hypocondrie qui consiste dans un ennui sans cause et dans le dégoût de la vie. Avoir le spleen.

Littré (1872-1877)

SPLEEN (splin') s. m.
  • Nom anglais donné quelquefois à une forme de l'hypochondrie, consistant en un ennui sans cause, en un dégoût de la vie. Pardon de m'être mis en colère, j'avais le spleen, Voltaire, Dial. XXIV, 17. Comme il était travaillé par le spleen, Grimm, Corresp. t. I, p. 224. Le spleen gagne partout, sitôt qu'on vous annonce, Delille, Convers. I. Cet homme ainsi reclus vivait en joie : à peine Le spleen le prenait-il quatre fois par semaine, Musset, Mardoche, II.

    Fig. Si c'étaient des traités longs comme les Nuits d'Young, il pourrait y avoir du génie par accident ; mais cela me fatiguerait plus que cela ne me toucherait ; j'y verrais une espèce de spleen littéraire qui pourrait finir par le suicide du talent, Villemain, Littér. franç. XVIIIe siècle, 2e part. 2e leç.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « spleen »

Angl. spleen, rate et mélancolie (en vertu de la vieille hypothèse médicale qui plaçait la cause de la mélancolie dans la rate), du grec σπλὴν, rate.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

De l’anglais spleen (« rate »), provenant du latin splen, désignant aussi cet organe, lui-même issu du grec ancien σπλήν, splēn. Le sens en français, « mélancolie », vient du fait que l’ancienne médecine associait cette maladie à la bile noire, prétendument sécrétée par la rate. On connaissait au XVIe siècle la melancolia splenica, qui, associée à l’adjectif anglais, a été entre autres popularisé par Charles Baudelaire à travers ses poèmes Spleen.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « spleen »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
spleen splin

Citations contenant le mot « spleen »

  • On a tous les droits quand on a le spleen. De Roland Topor / Journal in Time
  • Ce n'est ni le spleen, ni le marasme, ni le malheur. C'est quelque chose de plus âcre. C'est le désespoir. De François Hertel / Mondes chimériques
  • Auteur de pièces de théâtre, poésies et nouvelles éditées à compte d’auteur, le Leforestois Hugo Waschak vient de publier un nouvel ouvrage, « Le Peuple du spleen ». Un recueil de nouvelles qui prend sa source dans la dépression qu’il a surmontée. Pas étonnant d’y retrouver quelques morceaux de désespoir… La Voix du Nord, Leforest: Hugo Waschak publie «Le Peuple du spleen», recueil de nouvelles sombres et amères
  • Rendez-vous proposé par le Théâtre de Nihilo Nihil. Un montage de textes, chansons et correspondances de Patrick Meyer, Luc Gossmann et Rémi Barbier, proposé en clôture du festival 2020, retraçant le parcours artistique de Charles Baudelaire. Suivant une vie de bohème et de dandy parisien, Baudelaire consacre sa vie à sa principale création : les Fleurs du Mal. Auteur torturé, le spleen devient le fil conducteur de son œuvre. ...Demandez au vent, à la vague, à l’étoile, à l’oiseau, à l’horloge, à tout ce qui fuit, à tout ce qui gémit, à tout ce qui roule, à tout ce qui chante, à tout ce qui parle, demandez quelle heure il est ; et le vent, la vague, l’étoile, l'oiseau, l'horloge, vous répondront : « Il est l'heure de s'enivrer ! ... ! De vin, de poésie ou de vertu, à votre guise » Réservation indispensable au 03 82 83 50 98 ou [email protected] plus d'infos sur notre site : http://www.theatredenihilonihil.com/theatredenihilonihil.com/Enivrez_vous_de_poesie_%21.html , « Enivrez vous de poesie ! Charles Baudelaire » : Lecture, conte a Bousse

Traductions du mot « spleen »

Langue Traduction
Anglais spleen
Espagnol bazo
Italien milza
Allemand milz
Chinois
Arabe طحال
Portugais baço
Russe селезенка
Japonais 脾臓
Basque barea
Corse spleen
Source : Google Translate API

Synonymes de « spleen »

Source : synonymes de spleen sur lebonsynonyme.fr

Spleen

Retour au sommaire ➦

Partager