La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « tranquille »

Tranquille

[trɑ̃kil]
Ecouter

Définitions de « tranquille »

Tranquille - Interjection

  • (Adj.) Qui ne manifeste pas d'inquiétude, d'agitation ou de perturbation; paisible.

    Le journaliste, malgré le chaos qui régnait autour de lui, restait d'un calme impressionnant, tel un rocher tranquille au milieu d'une mer déchaînée.
    (Citation fictive)

Tranquille - Adjectif

  • Se dit d'un état ou d'une situation caractérisés par l'absence de trouble ou d'agitation.

    Par contraste, le côté du lagon était étrangement calme, une eau merveilleusement tranquille, à peine ridée par les alizés, où passaient des poissons aux couleurs éblouissantes.
    — Alain Gerbault, À la poursuite du Soleil; t.1
  • Qualifie un vin ne comportant pas de gaz carbonique dissous.

    Dans les vins dits « tranquilles », c’est-à-dire sans bulles, les appellations bordelaises, gardent leur longueur d’avance et dépassent la barre des 2 milliards d’euros de ventes à l’export.
    — L’alcool français continue de couler à flots à l’étranger, Le Monde. Mis en ligne le 13 février 2019

Expressions liées

  • Avoir la conscience, l'esprit tranquille
  • Baume tranquille (décoction de plantes employée pour calmer les douleurs rhumatismales.)
    Le docteur Maure me dit de me frotter avec du baume tranquille, mais cela ne me tranquillise pas du tout
    — Prosper Mérimée, Lettres à une inconnue
  • Dormir, partir tranquille
  • Enfant tranquille
  • Gens bien tranquilles
  • Jours tranquilles
  • Lac, mer tranquille
  • Laisser quelqu'un tranquille (ne pas inquiéter, troubler, importuner quelqu'un.)
  • Laisser quelqu'un tranquille avec quelqu'un/quelque chose (cesser de tourmenter quelqu'un avec quelqu'un/quelque chose.)
  • Laisser quelque chose tranquille (ne plus s'en occuper ne pas chercher à modifier.)
  • Laisser tranquille
  • Le pays, la rue est tranquille
  • Petit père tranquille (personne d'un certain âge qui aime vivre calmement, paisiblement, sans être bousculée.)
  • Soyez tranquille (ne vous inquiétez pas.)
    Soyez tranquille, Morrel, cette faiblesse, si c'en est une, est pour vous seul
    — Alexandre Dumas père, Le Comte de Monte-Cristo
  • Soyez tranquille, nous nous retrouverons
  • Tranquille comme baptiste (qui, en toutes circonstances, fait preuve d'un calme inébranlable.)
  • Être tranquille que (être assuré que, avoir la conviction que.)
  • Être, se tenir tranquille

Étymologie de « tranquille »

Du latin tranquillus.

Usage du mot « tranquille »

Évolution historique de l’usage du mot « tranquille » depuis 1800

Fréquence d'apparition du mot « tranquille » dans le journal Le Monde depuis 1945

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Synonymes de « tranquille »

Antonymes de « tranquille »

Citations contenant le mot « tranquille »

  • Je ne désire que la tranquillité et le repos, qui sont des biens que les plus puissants Rois de la terre ne peuvent donner à ceux qui ne les savent prendre d'eux-mêmes.
    René Descartes — Correspondance, à Brégy, 15 janvier 1650
  • Voilà. Ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone. Antigone, c’est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu’elle va être Antigone tout à l’heure, qu’elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu’elle va mourir, qu’elle est jeune et qu’elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n’y a rien à faire. Elle s’appelle Antigone et il va falloir qu’elle joue son rôle jusqu’au bout… Et, depuis que ce rideau s’est levé, elle sent qu’elle s’éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous, qui sommes là bien tranquilles à la regarder, de nous qui n’avons pas à mourir ce soir.Le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle, l’heureuse Ismène, c’est Hémon, le fils de Créon. Il est le fiancé d’Antigone. Tout le portait vers Ismène : son goût de la danse et des jeux, son goût du bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi, car Ismène est bien plus belle qu’Antigone ; et puis un soir, un soir de bal où il n’avait dansé qu’avec Ismène, un soir où Ismène avait été éblouissante dans sa nouvelle robe, il a été trouver Antigone qui rêvait dans un coin, comme en ce moment, ses bras entourant ses genoux, et il lui a demandé d’être sa femme. Personne n’a jamais compris pourquoi. Antigone a levé sans étonnement ses yeux graves sur lui et elle lui a dit « oui » avec un petit sourire triste… L’orchestre attaquait une nouvelle danse, Ismène riait aux éclats, là-bas, au milieu des autres garçons, et voilà, maintenant, lui, il allait être le mari d’Antigone. Il ne savait pas qu’il ne devait jamais exister de mari d’Antigone sur cette terre et que ce titre princier lui donnait seulement le droit de mourir.Cet homme robuste, aux cheveux blancs, qui médite là, près de son page, c’est Créon. C’est le roi. Il a des rides, il est fatigué. Il joue au jeu difficile de conduire les hommes. Avant, du temps d’Œdipe, quand il n’était que le premier personnage de la cour, il aimait la musique, les belles reliures, les longues flâneries chez les petits antiquaires de Thèbes. Mais Œdipe et ses fils sont morts. Il a laissé ses livres, ses objets, il a retroussé ses manches, et il a pris leur place.Quelquefois, le soir, il est fatigué, et il se demande s’il n’est pas vain de conduire les hommes. Si cela n’est pas un office sordide qu’on doit laisser à d’autres, plus frustes… Et puis, au matin, des problèmes précis se posent, qu’il faut résoudre, et il se lève, tranquille, comme un ouvrier au seuil de sa journée.La vieille dame qui tricote, à côté de la nourrice qui a élevé les deux petites, c’est Eurydice, la femme de Créon. Elle tricotera pendant toute la tragédie jusqu’à ce que son tour vienne de se lever et de mourir. Elle est bonne, digne, aimante. Elle ne lui est d’aucun secours. Créon est seul. Seul avec son petit page qui est trop petit et qui ne peut rien non plus pour lui.Ce garçon pâle, là-bas, au fond, qui rêve adossé au mur, solitaire, c’est le Messager. C’est lui qui viendra annoncer la mort d’Hémon tout à l’heure. C’est pour cela qu’il n’a pas envie de bavarder ni de se mêler aux autres. Il sait déjà…Enfin les trois hommes rougeauds qui jouent aux cartes, leurs chapeaux sur la nuque, ce sont les gardes. Ce ne sont pas de mauvais bougres, ils ont des femmes, des enfants, et des petits ennuis comme tout le monde, mais ils vous empoigneront les accusés le plus tranquillement du monde tout à l’heure. Ils sentent l’ail, le cuir et le vin rouge et ils sont dépourvus de toute imagination. Ce sont les auxiliaires toujours innocents et toujours satisfaits d’eux-mêmes, de la justice. Pour le moment, jusqu’à ce qu’un nouveau chef de Thèbes dûment mandaté leur ordonne de l’arrêter à son tour, ce sont les auxiliaires de la justice de Créon.Et maintenant que vous les connaissez tous, ils vont pouvoir vous jouer leur histoire. Elle commence au moment où les deux fils d’Œdipe, Étéocle et Polynice, qui devaient régner sur Thèbes un an chacun à tour de rôle, se sont battus et entre-tués sous les murs de la ville, Étéocle l’aîné, au terme de la première année de pouvoir, ayant refusé de céder la place à son frère. Sept grands princes étrangers que Polynice avait gagnés à sa cause ont été défaits devant les sept portes de Thèbes. Maintenant la ville est sauvée, les deux frères ennemis sont morts et Créon, le roi, a ordonné qu’à Étéocle, le bon frère, il serait fait d’imposantes funérailles, mais que Polynice, le vaurien, le révolté, le voyou, serait laissé sans pleurs et sans sépulture, la proie des corbeaux et des chacals… Quiconque osera lui rendre les devoirs funèbres sera impitoyablement puni de mort.Pendant que le Prologue parlait, les personnages sont sortis un à un. Le Prologue disparaît aussi. L’éclairage s’est modifié sur la scène. C’est maintenant une aube grise et livide dans une maison qui dort. Antigone entr’ouvre la porte et rentre de l’extérieur sur la pointe de ses pieds nus, ses souliers à la main. Elle reste un instant immobile à écouter. La nourrice surgit.
    Jean Anouilh —  Antigone
  • La morphine a été inventée pour permettre aux médecins de dormir tranquille.
    Sacha Guitry — Mon Père avait raison
  • Vivre tranquille en sa maison, Vertueux, ayant bien raison, Vaut autant boire du poison.
    Charles Cros — Le Collier de griffes, Insoumission
  • Pour vivre tranquille, il faut être complètement libre ou complètement dépendant.
    Francisco de Quevedo
  • Une bonne journée est celle où le passé s'est tenu à peu près tranquille.
    Jean Rostand
  • Sois sage, ô ma douleur, et tiens-toi plus tranquille !
    Charles Baudelaire — Recueillement
  • La vérité a un coeur tranquille.
    William Shakespeare — La vie et la mort du roi Richard II

Traductions du mot « tranquille »

Langue Traduction
Anglais quiet
Espagnol tranquilo
Italien silenzioso
Allemand ruhig
Chinois 安静
Arabe هادئ
Portugais quieto
Russe тихо
Japonais 静か
Basque lasai
Corse tranquillu
Source : Google Translate API


Sources et ressources complémentaires

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.