Immobile : définition de immobile


Immobile : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

IMMOBILE, adj.

A. − Qui ne se meut pas.
1. [En parlant d'un animé ou d'une partie du corps]
a) Qui ne fait aucun mouvement, qui cesse de se mouvoir. Main, tête immobile; demeurer, rester, se tenir immobile; immobile comme un cadavre, une souche, une statue. Rocambole, tenu immobile sous le genou de Guignon, qui le menaçait de la pointe du couteau (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 561).Les paons immobiles cuisent au soleil sur la pelouse de velours vert (Maurois, Disraëli,1927, p. 328).Dans l'autre lit (...) un grand corps immobile insensible et chaud (Colette, Seconde,1929, p. 105).
En partic. Qui demeure sans bouger, sous l'effet d'une émotion violente. Synon. interdit, médusé, paralysé, pétrifié.Le vieillard resta quelques instants immobile et comme foudroyé, sans pouvoir parler ni respirer, comme si un poing fermé lui serrait le gosier (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 254).La terreur le cloue immobile, les yeux, la bouche ouverts, soufflant du fond de la gorge (Rolland, J.-Chr., Aube, 1904, p. 4) :
1. Malek Adhel, frappé d'une effroyable surprise, demeure immobile et éperdu : une sueur froide coule sur tous ses membres; il promène autour de lui des regards menaçans, terribles et désespérés... Cottin, Mathilde, t. 2, 1805, p. 282.
Immobile de + subst.Il le fixe, immobile d'étonnement, ensuite l'approche lentement (La Martelière, Robert,1793, V, 4, p. 62).
b) [En parlant du visage, du regard, du sourire] Figé dans une attitude, dans une expression. Synon. atone, inexpressif.Un sourire si éternellement immobile qu'il semblait peint sur ses lèvres (Mirbeau, Journal femme ch.,1900, p. 200).L'enfant divin dont les yeux immobiles entre les paupières vous regardent avec indifférence (Claudel, Protée,1927, II, 2, p. 388).Le visage de Cécile est ordinairement immobile, impassible, comme celui d'une statue (Duhamel, Cécile,1938, p. 223) :
2. ... ses traits étaient immobiles comme ceux d'un aveugle. Seulement, quand il entendait une saillie ou un trait comique, son visage s'épanouissait... Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 319.
c) Spécialement
ART VÉTÉR. [En parlant d'un cheval] Qui est atteint d'immobilité. Une grosse difficulté, dans l'expertise, surgit lorsqu'on se trouve en présence d'un cheval suspect d'être immobile, et qui a contracté une encéphalite aiguë (Brion, Jurispr. vétér.,1943, p. 239).
PHILOS. (aristotélicienne). Synon. divin, de Dieu.Le moteur immobile. Dieu. On constate que certains êtres se meuvent; puis on montre l'impossibilité de la régression à l'infini dans une série de moteurs sans un être hors de la série qui échappe à la loi de détermination du mouvement; et l'on conclut à l'existence d'un premier moteur immobile (Théol. cath.t. 4, 1, 1920, p. 942) :
3. Chez le philosophe grec [Aristote], les choses se meuvent aussi pour acquérir leur substantialité propre et imiter en cela la perfection divine des moteurs immobiles. Gilson, Espr. philos. médiév.,1931, p. 149.
2. [En parlant d'une chose]
a) Qui n'est pas agité ou mis en mouvement. Branches immobiles.
− Domaine atmosphérique.Sans mouvement. Air, brouillard, chaleur immobile. Les nuages immobiles et lourds d'un ciel de maître hollandais (Maurois, Silences Bramble,1918, p. 16).
[En parlant d'un véhicule] Synon. à l'arrêt.Voiture immobile :
4. ... des trains filaient dans l'ombre croissante, parmi l'inextricable lacis des rails, au milieu des files de wagons immobiles, stationnant sur les voies d'attente. Zola, Bête hum.,1890, p. 24.
b) En partic. Qui, par nature, ne peut se mouvoir. Arbre, cellule immobile. Dans les animaux qui suivent, le cubitus n'est plus qu'un appendice immobile du radius (Cuvier, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 287) :
5. ... les végétaux fixés sur leur racine immobile épandent leurs amours intérieurs vers une existence ailée, et se recommandent aux vents, aux flots, aux insectes, pour les faire vivre au dehors, leur donner le vol que leur refusa la nature. Michelet, Oiseau,1856, p. 24.
c) Rare, emploi subst. à valeur de neutre. Fait d'être immobile, de ne pas remuer. Transporter à la course même de la flèche tout ce qui peut se dire de l'intervalle qu'elle a parcouru, c'est-à-dire admettre a priori cette absurdité que le mouvement coïncide avec l'immobile (Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 309).
B. − Au fig.
1. [En parlant d'une pers.] Qui reste inactif, passif :
6. ... et nous nous désolions de voir les personnes que nous aimions souffrir et mourir. Et notre erreur était de nous arrêter ainsi dans la vie, et, restant immobiles, de regarder couler toutes choses... Schwob, Monelle,1894, p. 152.
2.
a) [En parlant d'une pers.] Qui n'évolue pas, ne change pas. Synon. invariable.Les chrétiens du monde sont immobiles et contents d'eux-mêmes. Les autres, en petit nombre, sont des torrents jamais satisfaits (Bloy, Journal,1907, p. 336).
Immobile dans + subst.Un peuple religieux, esclave, dominé par le mystère, immobile dans ses idées, plein de foi dans l'immortalité de la vie (Ch. Blanc, Gramm. arts dessin,1876, p. 12).Elle est restée immobile dans sa douleur depuis le jour où son mari l'a quittée (Vallès, J. Vingtras, Bachel., 1881, p. 345).
b) [En parlant d'un inanimé] Fixé une fois pour toutes, définitivement figé. Synon. stagnant.Dogme immobile. Voilà ce que c'est que les législations immobiles! Elles consacrent les barbaries séculaires, et donnent le droit d'antiquité et de légitimité à tous les crimes (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 407).Quelque jour, au milieu de votre vie stagnante et immobile, il peut passer un coup de vent (Musset, Confess. enf. s.,1836, p. 88) :
7. ... nous allons au pays de l'enfance immobile, immobile comme l'immémorial. Nous visons des fixations, des fixations de bonheur. Nous nous réconfortons en revivant des souvenirs de protection. Bachelard, Poét. espace,1957, p. 25.
c) Emploi subst. masc. Ce qui ne change pas, n'évolue pas. Synon. invariable, permanent.C'était un sentiment tout nouveau chez Pauline, cet accord avec l'immobile, le présent, ce désir que tout restât pareil autour d'elle (Chardonne, Dest. sent. I,1934, p. 196).
3. [En parlant d'une pers.] Qui reste inébranlable, insensible. À cette nouvelle, loin de s'affliger, il est resté calme et immobile (Ac.).
Immobile sous + subst.La jeune chrétienne, immobile sous l'outrage, déjà hors du monde, récite mécaniquement quelques vers glacés et purs (Brasillach, Corneille,1938, p. 252).
Immobile à (vx).Insensible à, inébranlable à. Dieu, selon lui [Malebranche] étant sa propre fin à lui-même, ne peut se complaire qu'en soi, et il demeure immobile (...) à la chute de l'homme, c'est-à-dire à la naissance du mal (Cousin, Hist. gén. philos.,1861, p. 458).
Prononc. et Orth. : [im(m)ɔbil]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1370-72 « qui ne bouge pas, fixe » (Oresme, Ethiques, éd. A.D. Menut, livre V, chap. 15, 104a, p. 304). Empr. au lat.immobilis « qui ne bouge pas », « inébranlable », dér. de mobilis, v. mobile, préf. in-1*; cf. la forme immoble (xiiies. ds T.-L.). Fréq. abs. littér. : 5 776. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 5 850, b) 8 105; xxes. : a) 10 609, b) 8 849.
DÉR.
Immobilement, adv.,rare et littér. Sans mouvement (apparent). [Le rôle d'Oreste dans Andromaque, rendu par] cette face immobilement horrible d'où sortait un monotone ronflement (Richepin, Braves gens,1886, p. 57).Sur l'eau, la libellule bleue vibre immobilement près d'un jonc coupé en deux (Jammes, De l'angélus,1898, p. 125).Mon avion immobilement suspendu, où le mouvement s'abolit (Arnoux, Zulma,1960, p. 185).[im(m)obilmɑ ̃]. xves. (Ovide moralisé, Commentaire de Copenhague, éd. C. de Boer, t. 5, p. 426); de immobile, suff. -ment2*.

Immobile : définition du Wiktionnaire

Adjectif

immobile \i.mɔ.bil\ masculin et féminin identiques

  1. Qui ne se meut pas.
    • On a cru longtemps que la terre était immobile.
    • Demeurer immobile comme une statue.
  2. (Figuré) Inébranlable.
    • à cette nouvelle, loin de s’affliger, il est resté calme et immobile.

Adjectif

immobile \ɪ.məʊ.baɪl\

  1. Immobile.
    • "You are lying." The man stared at him, perfectly immobile except for the glint in the ghostly eyes. "You and your brethren possess something that is not yours." — (Dan Brown, The Da Vinci Code, 2003)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Immobile : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IMMOBILE. adj. des deux genres
. Qui ne se meut pas. On a cru longtemps que la terre était immobile. Demeurer immobile comme une statue. Il signifie figurément Qui reste inébranlable. À cette nouvelle, loin de s'affliger, il est resté calme et immobile.

Immobile : définition du Littré (1872-1877)

IMMOBILE (i-mmo-bi-l') adj.
  • 1Qui ne se meut pas. On a cru longtemps que la terre était immobile. Le temps, cette image mobile De l'immobile éternité, Rousseau J.-B. Odes, III, 2.

    Par exagération. Qui se meut très peu ou beaucoup moins qu'à l'ordinaire. Au premier bruit de ce funeste accident [la mort de Judas Machabée], toutes les villes de Judée furent émues; des ruisseaux de larmes coulèrent des yeux de tous leurs habitants; ils furent quelque temps saisis, muets, immobiles, Fléchier, Turenne. Tout le camp immobile L'écoute avec frayeur et regarde Eriphile, Racine, Iphig. v, 6. Il fallut s'arrêter, et la rame inutile Fatigua vainement une mer immobile, Racine, ib. I, 1. Madame, je me rais et demeure immobile, Racine, ib. HI, 5. Lorsque d'un saint respect tous les Persans touchés N'osent lever leurs fronts à la terre attachés, Lui, fièrement assis et la tête immobile…, Racine, Esth. II, 1. On voit les chefs défier à un combat singulier les chefs ennemis; on les voit s'avancer hors des rangs, et combattre aux yeux des deux armées, spectatrices immobiles, Voltaire, Mœurs, 6.

    Terme de botanique. Anthères immobiles, celles qui sont attachées solidement au filet.

  • 2 Fig. Ferme, inébranlable. A cette nouvelle, loin de s'affliger, il est resté calme et immobile. Immobile à leurs coups, en lui-même. Il [Pompée] rappelle Ce qu'eut de beau sa vie et ce qu'on dira d'elle, Corneille, Pomp. II, 2.
  • 3 Substantivement. Ce qui est immobile. Il n'y a que l'immobile qui soit immuable; la nature est éternelle, mais nous autres nous sommes d'hier, Voltaire, Dict. phil. Coquilles.

HISTORIQUE

XIIIe s. De usant fit realité, D'immobil, mutabilité, J. de Meung, Test. v. 381.

XIVe s. Toute chose par nature est immoble et immuable, et a par tous lieux une meisme puissance, Oresme, Eth. 156. En tel endroit ou tel point immobile, Oresme, Thèse de MEUNIER.

XVIe s. La raison nous ordonne… ne se planter comme un colosse immobile et impassible, Montaigne, I, 339. Or' il reve immobile, et or' il se destourne, Desportes, Roland furieux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Immobile : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

IMMOBILE, adj. (Gramm.) qui ne se meut point ; il se dit au simple & au figuré. La frayeur le saisit, il reste immobile. L’immobilité de l’apathie stoïcienne n’étoit qu’apparente. Le philosophe souffroit comme un autre homme, mais il gardoit, malgré la douleur, le maintien ferme & tranquille d’un homme qui ne souffre pas. Le stoïcisme pratique caractérisoit donc des ames d’une trempe bien extraordinaire ! Qu’est-ce qui pourroit émouvoir un homme, dont les plus violentes tortures n’ébranlent pas l’immobilité ? Que seroit-ce qu’une société d’hommes aussi maîtres d’eux-mêmes ? Nous ressemblons à ce duvet que l’haleine de l’air détache des plantes, & fait voltiger dans l’espace à son gré, sans qu’on puisse deviner ce qu’il va devenir, quelle route il suivra, où il pourra se fixer ; si un rien l’arrête, un rien le sépare & l’emporte. Un stoïcien est un rocher qui demeure immobile à l’endroit où la nature l’a placé ; ni le trouble de l’air, ni le mouvement des eaux, ni la secousse de la terre, ne l’ébranleront point.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « immobile »

Étymologie de immobile - Littré

Provenç. immoble ; espagn. inmoble ; ital. immobile ; du lat. immobilis, de in, négatif, et mobilis, meuble, mobile. En ancien français, la forme régulière, celle qui reproduit l'accent latin, est immoble, d'où immeuble.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de immobile - Wiktionnaire

Du latin immōbĭlis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « immobile »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
immobile imɔbil play_arrow

Citations contenant le mot « immobile »

  • La pandémie a ainsi créé une opportunité aux créateurs de démontrer leurs capacités d’innovation et de créativité et de fournir un certain nombre d’inventions et de productions scientifiques dans divers domaines notamment dans le sport qui a vu naître le kayak immobile permettant aux athlètes de rester en contact constant avec leur activité préférée. MAP Express, Le kayak immobile, une invention marocaine en plein confinement | MAP Express MAP Express
  • L’attente est une chose complexe. On parcourt de très grandes distances, tout en restant parfaitement immobile. De Grazyna Jagielska / Amour de pierre
  • Dans un environnement qui change, il n'y a pas de plus grand risque que de rester immobile. De Jacques Chirac / Une nouvelle France
  • Dieu est une pensée qui rend courbe ce qui est droit, fait tourner ce qui est immobile. De Friedrich Nietzsche
  • Demeurer immobile, à écouter... c'est la tranquillité de l'axe au centre de la roue... De Charles Morgan / Fontaine
  • Nous avons peut-être une leçon à entendre de la présence muette et immobile des objets. De Roger-Pol Droit / Dernière nouvelles des choses
  • Le temps est immobile. Simplement, c'est nous qui nous déplaçons dans une mauvaise direction. De Stanislaw Jerzy Lec / Nouvelles pensées échevelées
  • Comme l'ombre de mon aiguille, la vie passe ainsi, tout en semblant immobile. De Anonyme / Inscription latine gravée sur un cadran solaire
  • Le sommeil est une petite mort. Une minuscule échappée sur le grand lit immobile du néant. De Rachel Fontane / Black Magic
  • Le bonheur n’est jamais immobile ; le bonheur c’est le répit dans l’inquiétude. De André Maurois / Climats
  • Tant d'énergie est dépensée pour que tout soit bien immobile. De Bernard Werber / La révolution des fourmis
  • Le centre est immobile : la roue avance, son centre ne bouge pas. De Jacques Chaban-Delmas
  • L'immobile, c'est l'inexorable. De Victor Hugo / L'Homme qui rit
  • Quand on reste immobile, la peur pousse mieux. De Daniel Picouly / L'enfant léopard
  • Le Temps est l’image mobile de l’éternité immobile. De Platon

Images d'illustration du mot « immobile »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « immobile »

Langue Traduction
Corse immobile
Basque geldi
Japonais 動かない
Russe неподвижный
Portugais imóvel
Arabe بلا حراك
Chinois 一动不动
Allemand bewegungslos
Italien immobile
Espagnol inmóvil
Anglais motionless
Source : Google Translate API

Synonymes de « immobile »

Source : synonymes de immobile sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « immobile »



mots du mois

Mots similaires