La langue française

Affolé

Définitions du mot « affolé »

Trésor de la Langue Française informatisé

AFFOLÉ, ÉE, part. passé, adj. et subst.

I.− Part. passé de affoler1*. Cf. infra II 3.
II.− Emploi adj.
A.− Lang. commune
1. Littér. [Avec un compl., prép. de, indiquant la cause du trouble] Rendu ou devenu comme fou, profondément troublé sous l'effet d'une émotion violente (cf. affoler1I A) :
1. ... les chevaux, affolés de douleur, se cabrèrent, lancèrent des ruades et, prenant le mors aux dents, quelques efforts que leurs cavaliers fissent pour les contenir, ils gagnèrent à la main et se mirent à galoper comme si le diable les emportait, sans souci des fossés ni des obstacles, si bien qu'en un moment ils furent hors de vue. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 366.
2. En partic., vieilli. Tombé amoureux de quelqu'un :
2. Je me disais : il n'est ni beau ni jeune; j'enrageais tout bas de te sentir affolée de ce petit chafouin; ... J. Sandeau, Sacs et parchemins,1851, p. 28.
P. ext. Entiché de quelque chose :
3. ... mes deux salons, simples jusqu'à la nudité, et seulement parés de grands tapis persans, couleur de pourpre sombre, n'ont pas de quoi plaire aux yeux d'une petite grecque de Péra, affolée de bibelots. C. Farrère, L'Homme qui assassina,1907, pp. 215-216.
3. Sens affaibli
a) Qui a perdu la tête, la maîtrise de soi dans l'action :
4. ... le parti communiste et prolétarien, ayant perdu la liberté de la presse et la liberté de réunion, c'est-à-dire tous les moyens légaux de conquête, fut réduit à rentrer sous terre et à s'organiser en sociétés secrètes. Ainsi s'était constituée une société communiste allemande, dont le comité central, en 1850, était à Londres. Tout naturellement, dans ces petites sociétés obscures et exaltées, aigries par la défaite, impatientes de revanche et affolées par l'absence même du contrepoids de la vie, les plans puérils de conspirations abondaient. J. Jaurès, Études socialistes,1901, p. 35.
Rem. L'emploi de la prép. par indique que dans cet ex. il s'agit d'un emploi intermédiaire entre l'emploi adj. et l'emploi verbal passif.
b) Extrêmement agité :
5. Lorsqu'il arrive au temps où Camille Desmoulins cherche à provoquer un mouvement d'opinion capable d'arrêter la Terreur, Jaurès se prononce avec énergie contre cette tentative. Il reconnaîtra cependant, quelques pages plus loin, que le système de la guillotine ne pouvait toujours durer; mais Desmoulins, ayant succombé, a tort aux yeux de notre humble adorateur du succès. Jaurès accuse l'auteur du Vieux Cordelier d'oublier les conspirations, les trahisons, les corruptions et tous les rêves dont se nourrissait l'imagination affolée des terroristes; ... G. Sorel, Réflexions sur la violence,1908, p. 159.
6. Jean, affolé, ne trouvait pas ses mots. Quelle honte d'éprouver une telle terreur! n'était-ce pas enfin l'instant de s'échapper du troupeau des esclaves et d'agir en maître? F. Mauriac, Le Baiser au lépreux,1922, p. 162.
7. ... s'étant levée, elle gagna la porte, d'un pas discret presque humble. Mais c'est en vain qu'elle tourna la poignée, d'un geste d'abord hésitant, puis de plus en plus nerveux, puis affolé. G. Bernanos, Sous le soleil de Satan,1926, p. 103.
8. Sur le carrefour, les chevaux piaffaient. Des piétons étaient renversés. Des visages affolés, rageurs, des fronts égratignés, apparaissaient et disparaissaient, au gré des remous. R. Martin du Gard, Les Thibault,L'Été 1914, 1936, p. 409.
Rem. L'ex. 7 montre que affolé est devenu un simple superl. de nerveux.
B.− Emplois techn.
1. HORTIC. [Se dit de l'anémone] Cf. affoler1II B.
Rem. Emploi mal attesté, signalé seulement ds Lar. 19e.
2. PHYS. (cf. affoler1II C) [Se dit de l'aiguille d'une boussole] Dérangée de sa direction naturelle sous l'influence de certaines variations du champ magnétique :
9. ... il était hors de lui; il ne savait plus au juste de quel parti il était; on le voyait tour à tour vieux républicain, royaliste, et révolutionnaire. Son culte de la violence était une boussole affolée, dont l'aiguille sautait du nord au midi et du midi au nord. R. Rolland, Jean-Christophe,Le Buisson ardent, 1911, p. 1314.
3. TECHNOL. (cf. affoler1II D) :
10. Rien ou à peu près ne survivait du beau fonctionnement d'une maison sagement ordonnée naguère, tombée depuis entre des mains furieuses, et devenue comparable à ces horloges détraquées dont s'immobilisent les rouages autour d'un cylindre affolé qui tourne, tourne, tourne sans cesse, atteint de rotation frénétique. G. Courteline, Messieurs les Ronds-de-Cuir,1893, I, 5etabl., p. 167.
III.− Emploi subst.
Personne qui est rendue ou qui est devenue comme folle :
11. Il a tiré d'elle tout ce dont la loi permettait à cette pauvre affolée de disposer. H. de Balzac(Lar. 19e).
12. « Presque tous nos malheurs nous viennent de n'avoir pas su rester dans notre chambre », dit un autre sage, Pascal, je crois, rappelant ainsi dans la cellule du recueillement tous ces affolés qui cherchent le bonheur dans le mouvement et dans une prostitution que je pourrais appeler fraternitaire, si je voulais parler la belle langue de mon siècle. Ch. Baudelaire, Petits poèmes en prose,La Solitude, 1867, p. 111.
13. Le courage des martyrs chrétiens leur paraissait [aux stoïciens] une folle obstination (...) Ces troupes d'affolés d'Asie, qui venaient demander la mort, les irritaient. E. Renan, L'Église chrétienne,1879, p. 312.
14. ... la tendance trop naturelle de considérer l'époque que l'on vit comme une époque extraordinaire est trop commune pour que de bons esprits ne s'en méfient pas systématiquement. Je serais enclin, pour ma part, chaque fois que la tentation s'en présente, et notamment en politique par exemple, à renvoyer les enthousiastes, ou les affolés, à l'éternel recommencement des choses. P. Schaeffer, À la recherche d'une musique concrète,1952, p. 135.
Un affolé. ,,Un Cosaque, un maladroit.`` (R. Mulot, Notes manuscrites sur l'argot de Saint-Cyr en 1903-1905, rédigées en 1918-1919).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 746. Fréq. rel. litt. : xixes. : a) 44, b) 770; xxes. : a) 2 615, b) 1 148.

AFFOULÉ, ÉE, AFFOLÉ, ÉE, adj.

Région., rare. Accablé, écrasé :
Blanchet (...) affoulé de mauvaises dettes. (François le Champi). L. Vincent, La Langue et le style rustiques de George Sand dans les« romans champêtres », 1916, p. 192.
Étymol. ET HIST. − Terme dial. pour affolé; voir affoler étymol. 1.
BBG. − Dupin-Lab. 1846.

Wiktionnaire

Adjectif

affolé \a.fɔ.le\

  1. Rendu fou, fou de.
    • Il est affolé de sa femme.
  2. (Marine) Qualifie l'aiguille de la boussole, lente à prendre sa direction, ou qui oscille.
    • Aiguille affolée, se dit de l’aiguille d’une boussole lorsqu’elle est dérangée de sa direction naturelle vers le Nord, soit par le voisinage du fer, soit par un orage violent, etc.
    • On est quelquefois obligé d’aimanter de nouveau une aiguille affolée.
    • Puis, la boussole affolée, secouée par les phénomènes électriques, me confirmait dans mon opinion; l’écorce minérale menaçait de se rompre, les massifs granitiques de se rejoindre, la fissure de se combler, le vide de se remplir, et nous, pauvres atomes, nous allions être écrasés dans cette formidable étreinte. — (Jules Verne, Voyage au centre de la Terre, 1864)

Forme de verbe

affolé \a.fɔ.le\

  1. Participe passé masculin singulier de affoler.

Forme d’adjectif

affolée \a.fɔ.le\

  1. Féminin singulier de affolé.

Forme de verbe

affolée \a.fɔ.le\

  1. Participe passé féminin singulier du verbe affoler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AFFOLER. v. tr.
Rendre comme fou. Cet événement a de quoi l'affoler. Cette femme l'a affolé. Il est affolé de sa femme. Il est affolé de sa maison. S'affoler de quelqu'un, de quelque chose. En termes de Marine, Aiguille affolée, se dit de l'Aiguille d'une boussole lorsqu'elle est dérangée de sa direction naturelle vers le Nord, soit par le voisinage du fer, soit par un orage violent, etc. On est quelquefois obligé d'aimanter de nouveau une aiguille affolée.

Littré (1872-1877)

AFFOLÉ (a-fo-lé, lée) part. passé.
  • 1Rendu fou et, par extension, qui aime d'une manière folle. Vous ne sauriez croire comme elle est affolée de ce Léandre, Molière, Méd. m. lui, III, 7.
  • 2 En termes de marine, aiguille affolée se dit de l'aiguille d'une boussole qui est dérangée soit par le voisinage du fer, soit par un orage.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « affolé »

De affoler.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « affolé »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
affolé afɔle

Évolution historique de l’usage du mot « affolé »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « affolé »

  • Sans grande surprise, la chanteuse canadienne a une nouvelle fois affolé les ventes de la billetterie. Alors que l’édition 2020 du célèbre festival breton n’aura pas lieu, Céline Dion sera encore de la partie l’an prochain. Son concert interviendra dans le cadre de sa tournée mondiale, intitulée “Courage World Tour”. Tonic Radio, Hit et Pop Music Lyon, Vieilles Charrues : Céline Dion affole les ventes de la billetterie - Tonic Radio, Hit et Pop Music Lyon

Traductions du mot « affolé »

Langue Traduction
Anglais distraught
Espagnol enloquecido
Italien sconvolto
Allemand panisch
Portugais perturbado
Source : Google Translate API

Synonymes de « affolé »

Source : synonymes de affolé sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « affolé »

Affolé

Retour au sommaire ➦

Partager