La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « hagard »

Hagard

Définitions de « hagard »

Trésor de la Langue Française informatisé

HAGARD, -ARDE, adj.

A. − FAUCONN., vieilli. Faucon hagard. Faucon capturé après l'âge d'un an et qui reste farouche et difficile à apprivoiser. (Dict. xixeet xxes.).
B. − P. ext., lang. cour.
1. [En parlant gén. d'une pers.] Dont le comportement général traduit un état d'égarement, de désarroi, d'affolement hébété. Il arriva effaré, hagard, n'ayant pas l'air de voir ceux au milieu desquels il tomba (Gozlan, Notaire,1836, p. 245).Il avait l'air d'une bête forcenée. Il était livide, hagard (Duhamel, Suzanne,1941, p. 284) :
1. ... si le professeur s'avisait de l'interroger, Paul, hagard et le regard perdu, semblait revenir de si loin que toute la classe éclatait de rire. Gide, Si le grain,1924, p. 513.
En partic. [Appliqué à une allure gén. ou à un trait phys. partic.]
a) Air, allure, mine hagard(e); traits hagards. L'air fou, presque hagard, les yeux à la fois vagues et dilatés (Goncourt, Journal,1882, p. 146).Je me rappelle son allure hagarde, son air de bête traquée (Alain-Fournier, Meaulnes,1913, p. 292) :
2. Ses traits hagards exprimaient encore l'horreur suprême, et ses yeux, tournés en dedans, avaient une expression indicible d'égarement et de tristesse. Moselly, Terres lorr.,1907, p. 274.
b) Usuel. Œil (yeux) hagard(s), regard hagard. Œil (yeux), regard égaré(s), perdu(s), agrandi(s) par la peur, la souffrance, un état de déséquilibre physique ou mental :
3. Elle haletait, plus pâle que ses draps, secouée de frissons épouvantables, la figure convulsée, l' œil hagard, comme si une chose horrible lui eût apparu. Maupass., Contes et nouv., t. 1, Confess., 1883, p. 889.
P. métaph. L'épouvante au visage étonné, la vengeance à l'œil hagard (Chateaubr., Martyrs, t. 2, 1810, p. 50).
c) Voix hagarde, geste(s), propos hagard(s). Les amants séparés font des gestes hagards (Aragon, Crève-cœur,1941, p. 24).Elle releva la tête et dit d'une voix hagarde : « D'où viens-tu? » (Beauvoir, Mandarins,1954, p. 566).
2. Au fig.
a) Domaine psychologique et moralÂme/esprit hagard(e). Âme/esprit atteint(e) d'égarement, de folie. Un esprit inculte, puéril et hagard (Chardonne, Éva,1930, p. 74) :
4. Ils [les bourreaux allemands] savaient qu'il est toujours une heure de la journée et de la nuit où le plus courageux des hommes se sent lâche. Ils ont toujours su attendre cette heure. Et à cette heure, ils ont cherché l'âme à travers les blessures du corps, ils l'ont rendue hagarde et folle, et, parfois, traîtresse et menteuse. Camus, Actuelles I,1944, p. 27.
b) Domaine concret, littéraireDont l'aspect a quelque chose d'étrange, d'un peu fou. Les grands immeubles hagards, couverts d'une étrange teinte livide (Montherl., Songe,1922, p. 22).Hagarde et toute sombre, la cathédrale [de Reims] se dressait sur la place déserte (Sem, Ronde nuit,1923, p. 79).
Poét. Le vent hagard, soufflant dans son clairon, Dénoue au-dessus d'eux sa longue et folle tresse (Hugo, Légende, t. 1, 1859, p. 767).
Prononc. et Orth. : [aga:ʀ] init. asp., fém. [-aʀd]. Att. ds Ac. dep.1694 Étymol. et Hist. 1. Ca 1393 fauconn. « qui, ayant mué à l'état sauvage, est farouche et difficilement dressable » (Ménagier, II, 317 ds T.-L. : esprevier hagart est celluy qui est de mue de haye [les mués de haye « sauvages » p. oppos. aux müés de ferme « domestiques »]); 2. 1410-17 « sauvage et inconstant » cueur hagart (Troilus, éd. Moland et d'Héricault, Nouvelles fr. du xives., p. 119); 1577 « d'aspect farouche » regard hagart (R. Belleau, Reconnue, IV, 1, éd. Marty-Laveaux, Œuvres poétiques, II, 397); 1585 (N. du Fail, Contes et Discours d'Eutrapel, éd. J. Assézat, Œuvres Facétieuses, II, 120 : regardant ce son non accoustumé d'un œil estonné et hagard). Orig. obsc. La 1reattest. laisse supposer une dérivation de haie* sur la forme norm. hague (1341 a. norm. hague de sens difficile à interpréter ds Gdf., à rapprocher de formes dial. modernes comme hague « palissade » en 1780 ds Littré, hague « bâton, trique » ds Moisy, haguete « baguette » ds Delb., cf. FEW t. 16, p. 115), mais il s'agit vraisemblablement d'une étymol. pop. (cf. Bl.-W.). Un empr. à un m. angl. hagger, dér. de hag « sorcière, vieille femme laide » semble confirmé sémantiquement par le fait que la forme angl. haggard, elle-même empr. en m. fr. à hagard, a été rattachée p. étymol. pop. à hag et en a pris la signification (cf. NED, s.v. haggard adj. et haggard subst. 3); cette hyp., proposée par EWFS d'apr. l'étymol. avancée par Kluge pour l'all. hager « maigre, have » et reprise par FEW t. 16, p. 113, est difficile à retenir étant donné que l'existence du m. angl. hagger n'est pas assurée (Kluge, s.v. hager ayant d'ailleurs abandonné cette hypothèse). Fréq. abs. littér. : 651.

Wiktionnaire

Adjectif - français

hagard (h aspiré)\a.ɡaʁ\

  1. (Fauconnerie) Qualifie un oiseau de proie qui a été pris, après plus d’une mue, hors du nid et qu’on a de la peine à apprivoiser.
    • Le colonel Montagu, le naturaliste, parle d'un cormoran sauvage qu'il apprivoisa ; et puisque les fauconniers se servent des faucons hagards, pourquoi ne pourrait-on pas aussi apprivoiser des cormorans hagards ? — (Jean-Emmanuel Le Couteulx de Canteleu, La Pêche au cormoran, Paris : bureaux de la "Revue britannique", 1870)
  2. Qui a une expression égarée, éperdue.
    • Ses yeux brûlés de fièvre étaient rouges et secs, deux lignes noires et profondes les rendaient caves et hagards. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Et Jourgeot, d’un œil hagard, dilaté, le rouge au front, le sang aux tempes, voyait tout cela, un étrange pincement au cœur. — (Louis Pergaud, La Vengeance du père Jourgeot, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • Aussitôt reçue la nouvelle, elle m’entraîna, échevelée, hagarde, à l’assaut de la gare du Nord. — (Louis-Ferdinand Céline (Louis-Ferdinand Destouches), Voyage au bout de la nuit, Denoël et Steele, Paris, 1932 (réédition Gallimard, Folio #28, 2019, page 449)
    • Les pas que je fis après avoir laissé Oroshi aux rapaces, ma déambulation hagarde, écrasée de tristesse, au bord du plateau vide, et saturé de chrones, vide et saturé sans cesse, vide, sur plus de trois mille kilomètres de marche, jusqu’à l’étendue de glace crevassée, cisaillée de crivetz, qui marque de manière si caractéristique la limite de la bande de Contre, ces pas, je ne les ai dus qu’à moi. — (Alain Damasio, La Horde du Contrevent, 2004)
  3. Dont l'aspect a quelque chose d'étrange, d'un peu fou.
    • Ils [les bourreaux allemands] savaient qu'il est toujours une heure de la journée et de la nuit où le plus courageux des hommes se sent lâche. Ils ont toujours su attendre cette heure. Et à cette heure, ils ont cherché l'âme à travers les blessures du corps, ils l'ont rendue hagarde et folle, et, parfois, traîtresse et menteuse. — (Albert Camus, Actuelles I, 1944)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HAGARD, ARDE. (H est aspirée.) adj.
Qui a une expression égarée. Avoir l'œil hagard, les yeux hagards, le visage hagard. La mine farouche et hagarde. En termes de Fauconnerie, Faucon hagard, Faucon qui a été pris après plus d'une mue et qui ne s'apprivoise pas aisément.

Littré (1872-1877)

HAGARD (ha-gar, gar-d') adj.
  • 1 Terme de fauconnerie. Faucon hagard, faucon qui a été pris après plus d'une mue et qui ne s'apprivoise pas aisément. L'on appelle les vieux faucons, hagards, qui ont beaucoup plus de blanc que les jeunes, Buffon, Ois. t. II, p. 9.

    Se dit aussi des autres oiseaux.

  • 2 Fig. Qui a l'air farouche et sauvage comme ces faucons. C'est [Boot, médecin anglais] un homme hagard, superbe et presque insupportable, qui se pique de grande science de chimie, de philosophie nouvelle non péripatétique et de politique, Patin, Lett. t. II, p. 30. Et le barreau n'a point de monstres si hagards, Dont mon œil n'ait cent fois soutenu les regards, Boileau, Lutrin, III.

    Il se dit, dans un sens analogue, du visage, du regard, etc. Crispin : Ce qui m'en plaît, monsieur, sa folie est gaillarde. - Albert : Elle a les yeux troublés et la mine hagarde, Regnard, Folies am. II, 7. C'était [Thyus] un grand homme, d'une haute taille, d'un visage hagard et terrible, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. IV, p. 336, dans POUGENS. Le tigre, trop long de corps, trop bas sur ses jambes, les yeux hagards, la langue couleur de sang, Buffon, Quadrup. t. III, p. 241. Tantôt d'un insensé, dans mes accès fougueux, J'imitais l'œil hagard et le sourire affreux, Delavigne, Vêpres sicil. I, 1.

HISTORIQUE

XIVe s. Esprevier hagart est celluy qui est de mue de hayes, Ménagier, III, 1.

XVe s. Ne soyons point si vilains et hagards Que de laissier ce bon vin aulx souldars Qui nous font tant d'outraige, Basselin, Vau de Vire, 52.

XVIe s. Un regard inconstant, farouche et hagard, Paré, Introd. 6. Oyseaux aguars, peregrins, essors, rapineux, Rabelais, IV, 47. Ayant les lettres d'elles mesmes ceste proprieté de façonner et civiliser les hommes, tant hagards et barbares soient ils, Du Verdier, Biblioth. p. 111, dans LACURNE. L'habitude de l'air produit quand et soy les esprits plus doux ou plus hagards, Pasquier, Lettres, t. I, p 405.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HAGARD, adj. (Gramm.) épithete relative au regard. On dit de celui qui a dans la vûe quelque chose d’incertain, de farouche & de trouble, qu’il a les yeux hagards.

Hagard, (Fauconnerie.) est le contraire de sor. Le faucon hagard est celui qui n’a pas été pris au nid, & qui est difficile à apprivoiser.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hagard »

(1393)[1] De l’ancien français hagart (« sauvage, inconstant »)[2] ; d’origine obscure. Diez[3] en propose deux étymologies :
  1. le vieil anglais hauke, aujourd'hui hawk, « faucon », avec le suffixe péjoratif -ard ;
  2. le scandinave hak-r, « tête chaude », avec le même suffixe.
  3. Huet[3] avait proposé l'allemand Hag, ancien français hague[1] (d'où haie), « lieu propre à rendre fier celui qui l'a pour défense » ; l'explication est mauvaise, mais l'étymologie est bonne[3], car un auteur du XIVe siècle dit que le faucon hagard est celui qui est de mue de haie :
    N'est mestiers c'om m'apaie [apaise]
    Par tels discours ; ne sui muiers de haie
    — (Ménagier, II, 317).
    Le faucon hagard est le faucon qui mue de haie, c'est-à-dire dans les haies, et non en domesticité[3]. Mais il s'agit vraisemblablement d'une étymologie populaire[1].
  4. Apparenté[1] à l’anglais haggard, lui-même issu du français mais à rapprocher de hag (« sorcière, vieille femme ») ; étymologie avancée[1] par Kluge pour l'allemand hager (« maigre, hâve ») mais non retenue par la suite[1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Angl. hagard. Les étymologistes anglais disent le mot anglais venu du français. Diez en propose deux étymologies : 1° vieux angl. hauke, aujourd'hui hawk, faucon, avec le suffixe péjoratif ard ; 2° le scandinave hak-r, tête chaude, avec le même suffixe. Huet avait proposé l'allemand Hag, bas-latin haga (d'où haie), lieu propre à rendre fier celui qui l'a pour défense ; l'explication est mauvaise, mais l'étymologie est bonne, car un auteur du XIVe siècle dit que le faucon hagard est celui qui est de mue de haie. C'est dans le sens de oiseau hagard qu'on trouve muier de haie : N'est mestiers c'om m'apaie [apaise] Par tels discours ; ne sui muiers de haie, Poésies mss. avant 1300, t. II, p. 829, dans LACURNE. Le faucon hagard est le faucon qui mue de haie, c'est-à-dire dans les haies, et non en domesticité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hagard »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hagard agar

Citations contenant le mot « hagard »

  • L'animal, c'est de l'ombre errant dans les ténèbres ; On ne sait s'il écoute, on ne sait s'il entend ; Il a des cris hagards, il a des yeux funèbres ; Une affirmation sublime en sort pourtant. De Victor Hugo / L'Art d'être grand-père
  • Cette foule hagarde ! Elle annonce : Nous sommes la triste opacité de nos spectres futurs. De Stéphane Mallarmé / Toast funèbre
  • Il a été retrouvé hagard par la police à 2h du matin, la nuit suivante, dans les rues du quartier Beauregard, à Rennes. Conduit au CHU, il a été rapatrié à l’hôpital d’Auray où sa famille est venue le récupérer quelques jours après. , Atteint d'Alzheimer, il prend la route pour Rennes et oublie où il s'est garé : la voiture recherchée | Actu Rennes
  • Mais l’ex-avocat, davantage habitué au calme des prétoires, semble déstabilisé, ou feint de l’être, par les multiples interruptions des parlementaires. « C’est déjà compliqué pour moi, c’est une première… », puis il se tourne vers le président de l’Assemblée nationale, désabusé : « Est-ce qu’on décompte les interruptions ? » Richard Ferrand ironise : « Non, non, on ne décompte pas, on souffre en silence. » Le temps imparti s’écoule, la gauche de l’hémicycle égrène les dernières secondes, laissant Dupond-Moretti hagard, les bras levés. , Gouvernement Castex : Le Premier ministre sous le feu de l’Assemblée, Dupond-Moretti chahuté
  • C’est grâce à la géolocalisation de son téléphone portable et à divers témoignages recueillis sur place, que le désespéré a été retrouvé, hagard, sous le pont Pierre-Escuras. Après avoir avalé un cocktail alcool et médicaments, il s’apprêtait à se jeter à l’eau. L’intervention rapide des gendarmes aura permis d’éviter le pire. , Faits-divers - Justice | Déception amoureuse : les gendarmes le sauvent du suicide

Traductions du mot « hagard »

Langue Traduction
Anglais haggard
Espagnol demacrado
Italien sparuto
Allemand verstört
Chinois 枯槁
Arabe صقر قريش
Portugais abatido
Russe изможденный
Japonais ハガード
Basque haggard
Corse haggard
Source : Google Translate API

Synonymes de « hagard »

Source : synonymes de hagard sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « hagard »

Hagard

Retour au sommaire ➦

Partager