La langue française

Réduction

Sommaire

  • Définitions du mot réduction
  • Étymologie de « réduction »
  • Phonétique de « réduction »
  • Citations contenant le mot « réduction »
  • Images d'illustration du mot « réduction »
  • Traductions du mot « réduction »
  • Synonymes de « réduction »
  • Antonymes de « réduction »

Définitions du mot réduction

Trésor de la Langue Française informatisé

RÉDUCTION, subst. fém.

A. − Action de ramener (quelque chose) à un certain état; résultat de cette action.
1. CHIR. Opération qui consiste à ramener à sa position anatomique normale un organe déplacé accidentellement, à remettre en place un os luxé ou fracturé. Réduction chirurgicale ou sanglante; réduction orthopédique; réduction articulaire/d'une articulation luxée; anesthésie pour réduction de fracture importante; (fracture) de réduction facile; chirurgie, manœuvres de réduction; exactitude de la réduction. La hernie était double et mauvaise. Très bien! Je procède à la réduction par le taxis (...). Et ce n'est qu'au bout de cinq heures (...) que j'ai pu opérer la réduction (A. France, Orme,1897, p. 130):
1. La radiographie après administration d'un lavement de baryte opaque aux rayons X précise la réalité de l'invagination et son siège exact. Bien mieux il arrive qu'en augmentant légèrement la pression du lavement, on puisse obtenir une réduction de l'invagination. Quillet Méd.1965, p. 169.
2. [À propos de qqc. de concr., au moyen d'une transformation] Action de ramener quelque chose à un état plus simple, plus élémentaire.
Spécialement
a) ART CULIN. [Corresp. à réduire I A 2 a et b, II, III A b] Diminution de volume généralement par évaporation. Réduction longue; rapidité de la réduction; (faire bouillir) jusqu'à réduction complète. Tâchez que votre bouillon ne soit pas trop salé à cause de la réduction (Viard, Cuisin. impérial,1814, p. 10).Les tomates donnent lieu à une préparation spéciale dite réduction ou concentration (Industr. conserves,1950, p. 7).
P. méton. Le résultat, la solution ainsi obtenue. Filet d'Aloyau au vin de Malaga. On peut se passer de sauce en faisant réduire l'entier de la sauce: ayez assez de quoi saucer votre filet (...) vous le glacez, et vous versez votre réduction dessus (Viard, Cuisin. impérial,1814p. 95).
b) CHIM., MÉTALL. Soustraction d'oxygène ou adjonction d'hydrogène ou d'autres donneurs d'électrons à des substances (v. hydrogénation, oxydoréduction). Anton. oxydation.Réduction d'un oxyde métallique; réduction (directe) au minerai de fer. Ce procédé [combustion au gazogène] n'apporte pas une grande amélioration; la chaleur empruntée par la réduction de l'acide carbonique pour se transformer en oxyde de carbone étant en réalité empruntée à celle du four (Barnerias, Aciéries,1934, p. 135).La réduction est un procédé important pour la production de métaux à partir de minerais qui sont souvent des oxydes (Énergie1979).
c) PÉTROCHIM. ,,Élimination par distillation des parties volatiles d'un brut jusqu'à obtention d'un résidu lourd pouvant aller jusqu'au bitume`` (Pétrol. 1964).
3. [À propos de qqc. de plus ou moins abstr., au moyen d'une opération, d'un traitement, d'une transformation] Action de ramener un problème, une donnée, une proposition à un modèle antérieur ou simplifié dans le but d'aboutir à une forme équivalente ou plus fondamentale mais plus maniable, plus facile à traiter ou encore plus aisée à interpréter. L'homme préhistorique (...) avait déjà tenté cette réduction du réel à ses éléments simplifiés, fortement maîtrisés par l'esprit (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 177).Il proteste contre la réduction des faits moraux aux seules conduites habituelles et régulières, conformes aux devoirs et aux normes (Traité sociol.,1968, p. 142).
a) INFORMAT. Réduction de données. ,,Condensation de données`` (Balay 1971).
b) LOG. Réduction à l'absurde, à l'impossible. Démonstration qui consiste à faire voir que le contraire d'une proposition serait absurde ou impossible. Que l'hypoténuse (ou diagonale du carré) soit incommensurable par rapport à l'un des côtés pris comme unité, les pythagoriciens avaient réussi à le prouver par une pratique heureuse de la réduction à l'absurde (Gds cour. pensée math.,1948, p. 524).
− Dans le domaine philos.Tout procédé susceptible de ramener un raisonnement, un enchaînement d'idées à son origine, à ce qu'il comporte d'essentiel, de fondamental. Réduction en axiomes et en formules. Procéder par voie d'analyse, de comparaison, d'élimination et de réduction, seul moyen de découvrir la vérité à travers les formes de la pensée et les fantaisies de l'opinion (Proudhon, Propriété,1840, p. 175):
2. ... je voudrais pouvoir d'un seul coup d'œil mesurer toutes ces idées. Tu sais ce que c'est: observation minutieuse du vrai mental, réduction systématique de tout langage à certaines propriétés, recherche incessante des unités (...) à quoi doit se ramener toute démarche humaine. Valéry, Corresp.[avec Gide], 1902, p. 393.
Réduction eidétique. Attitude de l'esprit ne considérant dans le donné, que les seules essences et non les faits dans leur individualité concrète. Ce que Husserl a appelé la réduction eidétique, c'est-à-dire la mise entre parenthèses du fait et l'affleurement de l'idée, du sens (Ricœur, Philos. volonté,1949, p. 7).
Réduction phénoménologique ou transcendantale. ,,Attitude de l'esprit qui ne considère les données de l'expérience (...) que comme des phénomènes (...). Cette réduction est dite aussi transcendantale parce qu'elle met en face de la seule réalité irréductible: le moi transcendantal`` (Foulq.- St-Jean 1962).
− Dans le domaine de la psychol.[Corresp. à réducteur B 4] ,,Phénomène mental par lequel une image hallucinatoire est reconnue comme dénuée d'objectivité et ramenée à une pure image`` (Morf. Philos. 1980). La méthode même de la phénoménologie peut servir de modèle aux psychologues. Sans doute, la démarche essentielle de cette méthode demeure la « réduction » (...) c'est-à-dire la mise entre parenthèses de l'attitude naturelle (Sartre, Imagination,1936, p. 140).
c) MATHÉMATIQUES
α) ALG. Réduction des termes semblables dans une somme algébrique; réduction d'un polynôme. ,,Réduction d'un système d'équations à une seule`` (Legrand 1972).
[À propos d'une matrice; corresp. à réduire I A 3 b α] Simplification. Réduction d'une matrice (Chamb. 1981).
β) ARITHM. Réduction de deux (ou de plusieurs) fractions au même dénominateur*.
γ) GÉOM. Opération par laquelle on change une figure ou un polyèdre en une/un autre équivalent(e). Réduction d'un polygone au rectangle. La réduction d'un polygone en un parallélogramme (Littré).
d) MÉTROL. [À propos des unités de mesure, des monnaies] Réduction d'un système d'unités en unités d'un système différent. Transformation, évaluation de ces unités les unes par rapport aux autres. Synon. conversion.Réduction au système décimal. Par le système métrique, on a opéré la réduction des mesures à une seule (Ac.1878).
e) MUS. Réduction (d'une partition). Transcription de cette partition pour un seul ou pour plusieurs instruments de nature différente et moins nombreux. Réduction d'une partition d'orchestre pour (le) piano, pour chant et piano; réduction d'un morceau à plusieurs voix, pour une seule voix. Louis Diémer (...) nous fit déchiffrer la réduction de l'orchestre [des Variations symphoniques de Franck] sur un second piano (Cortot, Mus. fr.,1930, p. 102).La réduction a pour but de faciliter l'étude de certaines œuvres ou d'en permettre l'exécution sans accompagnement d'orchestre (Mus.1976).
En partic. [Dans le plain-chant, p. oppos. à déduction] ,,Suite descendante de notes, formée par une série de degrés conjoints`` (Guérin 1892).
f) PHYS. Calcul effectué sur un résultat expérimental afin d'éliminer l'intervention de certains facteurs.
MÉCAN. Réduction au vide. ,,Addition de la poussée de l'air au résultat brut d'une pesée, donnant ainsi le poids dans le vide`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983).
OPT. ,,Multiplication de la longueur d'onde d'une radiation mesurée dans l'air par l'indice de réfraction n de l'air, pour obtenir la longueur d'onde (...) dans le vide`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983).
P. anal., MÉTÉOR. Réduction des lectures barométriques. ,,Correction aux lectures brutes pour tenir compte de ce que la température diffère de 0 oC et de ce que l'instrument n'est pas au niveau de la mer, ni à la latitude 45 o`` (Mathieu-Kastler Phys. 1983. La comparaison des pressions moyennes en différents points (...) nécessite naturellement la réduction au niveau de la mer des pressions observées à différentes altitudes; après réduction, on peut tracer les lignes isobares (Maurain, Météor.,1950, p. 63).
g) SÉM. ,,La réduction est une des opérations d'analyse sémantique, qui fait partie de cette procédure plus générale qu'est la structuration`` (Greimas-Courtés 1979). Réduction des synonymes, des tournures ambiguës, des expressions redondantes, etc. (Cros-Gardin1964).
4. Action de ramener (quelque chose) à une dimension moindre; résultat de cette action.
a) GÉOM. ,,Opération par laquelle on change une figure en une autre semblable, mais plus petite`` (Ac.). ,,Opération par laquelle on divise une figure en plusieurs parties`` (Ac.). Réduction d'un polygone en triangles (Ac.).
Compas* de réduction; échelle* de réduction.
b) P. anal., BEAUX-ARTS, ARTS GRAPH. La réduction d'un dessin, d'un objet d'art, d'un tableau, d'une gravure, d'une statue. Sa reproduction dans des proportions plus petites. Une réduction de la Vénus de Milo (Ac.).Une cheminée parée d'une réduction en bronze de la Jeanne d'Arc de Frémiet, entre deux lampes en porcelaine du Japon (Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 24).Les cartes n'ont pas été imaginées d'après les textes. Ce sont des copies ou des réductions des documents officiels (P. Lavedan, Urban.,1926, p. 119).
Au fig. ou p. métaph. Pour le citoyen le plus humble comme pour le plus élevé, la commune est la meilleure, la plus intime réduction de la patrie (Gambetta, 1876ds Fondateurs 3eRépubl., p. 321).Pour moi, Octave cessait de vivre quand il était silencieux. Armande n'admettait qu'une réduction d'Octave, adaptée aux nécessités de la vie commune (Chardonne, Romanesques,1937, p. 52).
Loc. adv. En réduction. En plus petit. Gouache. Gravée en réduction par Simonet, sous le titre l'Épouse indiscrète (E. de Goncourt, Mais. artiste,t. 1, 1881, p. 45).Il construisait, en réduction, des maisons, des bateaux, fouillés jusqu'au détail, avec un goût, une ingéniosité, et une virtuosité technique qui en faisaient de vraies petites œuvres d'art (Montherl., Célibataires,1934, p. 755).
Au fig. En raccourci. Le monastère est un microcosme, un diminutif de la société, une image en réduction de la vie commune (Huysmans, Oblat,t. 1, 1903, p. 88).
Carreaux de réduction. Carreaux que l'on trace sur un modèle pour le copier en le réduisant, ou sur un transparent à travers lequel on regarde ce modèle. La réduction s'obtient soit par la mise au carreau, soit par des moyens mécaniques (Havard1890).Procédé de report aux carreaux de réduction (Bég.Dessin1978).
c) PHOTOGR. [Corresp. à réduire I A 4] Opération consistant à obtenir une image photographique de dimensions inférieures à celles de l'image initiale; p. méton., résultat de l'opération. L'extrême sensibilité du gélatino-bromure et la docilité de la lumière électrique ont résolu maintenant les problèmes de l'agrandissement et de la réduction (Prinet, Phot.,1945, p. 21).
d) STAT. Réduction des données. ,,Opération consistant à substituer à un ensemble d'observations, ou à [un] nombre considérable de chiffres se prêtant mal aux comparaisons, un petit nombre de paramètres, de caractéristiques ou de résultats numériques, qu'on tire, par des calculs, de l'ensemble ordonné des données numériques`` (Lar. encyclop.).
5.
a) P. anal. [Le compl. de nom désigne un nombre, une quantité, une valeur, un volume...]
α) [plus ou moins abstr.] Réduction de peine. Lebrun, la victime de l'erreur judiciaire (...) en faveur de qui j'étais intervenu pour obtenir une réduction de sa peine (Gide, Journal,1916, p. 555).
β) [plus ou moins concr.] L'intérêt économique et social d'une politique de désarmement ou de réduction des armements est incontestable (Beaufre, Dissuasion et strat.,1964, p. 161).
Escompte, rabais. Vous me ferez bien une petite réduction. Vous tenez vos prix trop haut (...). Faites-moi ma petite réduction (A. France, P. Nozière,1899, p. 136).
SYNT. Réduction proportionnelle, rigoureuse, très sensible, significative, substantielle, temporaire, totale; réduction du chômage; réduction générale des prix; réduction de la durée du service militaire, du travail; réduction des délais d'attente, des profits; réduction importante, notable, progressive de la mortalité infantile; réduction volontaire de la natalité; réduction de la production charbonnière; réduction de tarif, de taxe; réduction des charges fiscales; réduction brutale, extrême, graduée des dépenses, des importations; réduction dans le coût des biens courants.
b) Spécialement
α) BIOL. Réduction chromatique/chromosomique ou méiotique (v. méiose et mitose réductionnelle, infra dér.). Mécanisme par lequel les gamètes perdent la moitié de leurs chromosomes. Une réduction va se produire dans le nombre des chromosomes avant la formation de nouveaux gamètes (Plantefol, Bot. et biol. végét.,t. 1, 1931, p. 90).
β) DROIT
DR. CIVIL. Réduction de libéralités excessives. Action par laquelle un héritier réservataire fait entrer dans la masse successorale un bien dont le défunt avait disposé par libéralité alors qu'il dépassait la quotité disponible. Action en réduction. Réduction des donations et legs (Code civil,1804, art. 919, p. 167).
♦ Dans le domaine des assurances-vie.,,Opération par laquelle le souscripteur qui, cessant le paiement des primes après trois versements au moins, obtient de l'assureur une nouvelle assurance réduite, dont la prime unique est constituée par la valeur des primes versées' ``(Barr. 1967).
DR. COMM. Réduction du capital (social). ,,Diminution du montant du capital nominal d'une société`` (cida 1973).
DR. FISCAL. [En matière d'impôts et sur réclamation du contribuable] ,,Atténuation d'impôts prononcée par l'administration pour réparer une erreur d'imposition`` (Bern.-Colli 1981). Synon. dégrèvement.Parlez donc de réductions, d'adoucissements au Fisc représenté par ce monsieur? (...) il vous répond turlututu, en taillant sa plume (Balzac, Paysans,1844, p. 142).
DR. PÉNAL. ,,Mesure permettant de raccourcir la durée de la peine temporaire, privative de liberté prononcée contre un délinquant`` (Jur. 1981).
γ) LING. On appelle réduction la transformation d'un mot en un mot plus court par abrègement, apocope, évolution phonétique, etc. Cinéma est une réduction de cinématographe (Ling.1972).
δ) MÉCAN., loc. adj. [Corresp. à réducteur A 5 b] Subst. + à réduction.Muni d'un réducteur. Les bâtiments à vapeur étaient propulsés par des turbines à réduction et dotés de chaudières à tubes d'eau (Le Masson, Mar.,1951, p. 87).
B. −
1. [Corresp. à réduire I C 2 b α; à propos des clercs mineurs et des clercs majeurs à certaines conditions] Réduction à l'état laïque. Cessation de l'état clérical et retour à l'état laïque (d'apr. Foi t. 1 1968).
2. [Corresp. à réduire I C 2 b]
a) Action de ramener (quelqu'un et, p. méton., un peuple, une ville, une région) à un certain état de dépendance, action de le ou la soumettre. Il termina ses conquêtes par la réduction de cette province (Ac.).La réduction de la Grèce en province romaine fut l'époque de la décadence de la religion en Italie (Chateaubr., Essai Révol.,t. 2, 1797, p. 297).La procession annuelle instituée en mémoire de la réduction de Paris sous l'obéissance de Henri IV, le 22 mars 1594 (Jouy, Hermite,t. 1, 1811, p. 103).
b) En partic., au plur. [Dans l'Amérique méridionale ou les Indes occidentales] Centre de populations indiennes autrefois sous la domination des Jésuites. Les héros (...) en qui je m'identifiais avec une foi passionnée et libre de crainte, c'étaient les missionnaires des Indes, les Jésuites des réductions, les humbles et hardis confesseurs des Lettres édifiantes (Sainte-Beuve, Volupté,t. 1, 1834, p. 13).
REM. 1.
Réductionnaire, subst.,hapax. Personne en faveur d'une réduction. Un coup de feu de discussion sur la rente. Je suis presque seul contre la réduction après avoir été six ans pour (...). Le ministère passe aux réductionnaires (Lamart., Corresp.,1836, p. 180).
2.
Réductionniste, adj.Qui prône la réduction. Quelque chose qui proteste et « remurmure » en nous contre le succès des entreprises réductionnistes (Jankél., Je-ne-sais-quoi,1957, p. 1).
Prononc. et Orth.: [ʀedyksjɔ ̃]. Ac. 1694, 1718: re-; dep. 1740: ré-. Étymol. et Hist. I. 1. Ca 1290 redution « rapprochement » (trad. Fauconnerie empereur Frédéric II ds Z. rom. Philol. t. 46, p. 279: par la redutïon et l'aplicatïon de lor eiles au cors [reductionem]); d'où l'expr. ca 1470 avoir reduction à qqn « être en relation avec quelqu'un » (Georges Chastellain, Chron., éd. Kervyn de Lettenhove, III, p. 475); 2. ca 1290 reducion dou faucon « action de faire revenir et rasseoir le faucon sur la main du fauconnier » (Trad. du De arte venandi cum avibus, éd. G. Holmér, 71, 21, p. 201); d'où 1377 « restitution au précédent état, rétablissement » en partic. la bonne reduction [d'une luxation] (Lanfranc, f o108 ds Littré). II. 1. 1413 « action de diminuer la valeur de quelque chose » la reduction des franchises et libertez de l'Eglise (Journal de Nicolas de Baye, éd. A. Tuetey, II, 157); d'où 1808 « quantité dont quelque chose est réduit; rabais » une réduction de 200 francs (Legouvé, Mort Henri IV, p. 291); 2. 1752 « action de reproduire quelque chose en diminuant toutes les dimensions de l'original dans les mêmes proportions » (Trév.); 1800 « compas » quartiers de réduction (Chateaubr., Fragm. Génie, pp. 198-199); 3. 1897 réduction chromatique (L'Année biol., p. 3 [1899] ds Quem. DDL t. 6); 4. 1932 mécan. (Lar. 20e); 5. 1933 ling. (Mar. Lex.). III. 1. 1450 « action de soumettre par la force quelqu'un » la conqueste et redduction en nostre obeissance (Mars, A.N. JJ 185, pièce 73 ds Gdf. Compl.); 2. a) 1718 « état de gêne, d'indigence où se trouve réduit quelqu'un » (Ac.); b) av. 1750 « état d'épuisement, de pénurie d'une collectivité » la réduction où se trouvait la France (St-Simon, 27, 50 ds Littré); 3. 1770 « au Paraguay, aux xviieet xviiies., centre de population indienne sous la domination des jésuites » (Raynal ds Lar. 19e); cf. 1773 plur. gén. en Amérique du Sud, ici au Chili (Bougainville, Voy. autour du monde, I, 90); 4. déb. xxes. « action de réduire quelqu'un à un état d'infériorité ou de contrainte » (Claudel ds Lar. Lang. fr.). IV. 1. 1680 chim. (Rich.); 2. 1814 art culin. (Viard, Cuisin. impérial, p. 95). V. 1. 1690 math. reduction des entiers en fractions (Fur.); 1924 fig. la réduction au commun dénominateur « gidien » (Massis, Jugements, p. 24); 2. 1701 log. reduction ad absurdum (Fur.); 1718 reduction à l'absurde (Ac.); 3. 1829 « action de ramener une chose abstraite à une forme équivalente plus simple, plus commode ou plus facile à comprendre » (Cousin, Hist. philos. XVIIIes., 1, p. 190: la réduction de l'espace au corps est la réduction de l'infini au fini); 1943 la réduction phénoménologique (Sartre, Être et Néant, p. 16); 4. 1834 mus. (Fétis, La Musique mise à la portée de tout le monde, p. 376 [Paulin] ds Quem. DDL t. 25); 5. 1870 astron. (Littré); 6. 1951 « action de réduire une notion à un équivalent trop limitatif ne rendant pas suffisamment compte de son contenu » (Camus, Homme rév., p. 258: la réduction du travail à une marchandise et du travailleur à un objet). Empr. au lat. class.reductio « action de ramener », formé sur reductum, supin de reducere, v. réduire. Fréq. abs. littér.: 531. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 598, b) 531; xxes.: a) 530, b) 1 144.
DÉR. 1.
Réductionnel, -elle, adj.,biol. Division, mitose réductionnelle. La méiose (meion: moins) correspond à la succession de deux mitoses: la première étant réductionnelle, la seconde étant équationnelle (Husson, Graf, Biol. gén.,1965, p. 99). [ʀedyksjɔnεl]. 1reattest. 1931 divisions réductionnelles (Plantefol, Bot. et biol. végét., t. 2, p. 465); de réduction, suff. -el, v. -al.
2.
Réductionnisme, subst. masc.,log. Le réductionnisme consiste dans la théorie ou la tendance, principalement en psychologie et en sociologie, à expliquer les faits complexes par une de leurs composantes, laquelle suffirait à rendre compte des autres (Foulq.Sc. soc.1978).En partic. Le réductionnisme consiste à affirmer que le couple formé par la logique et les mathématiques pures peut être réduit à l'unité simple de la logique mathématique, forme moderne, pure et pleinement rationnelle de la logique (Log. et connaissance sc.,1967, p. 334 [Encyclop. de la Pléiade]). [ʀedyksjɔnism̭]. 1reattest. 1966 (Battro); de réduction, suff. -isme*.
BBG.Quem. DDL t. 24 (s.v. réductionniste).

Wiktionnaire

Nom commun

réduction \ʁe.dyk.sjɔ̃\ féminin

  1. (Génériquement) Action de diminuer, de réduire ou de se réduire ; résultat de cette action.
    • Notons en passant que le pâturage intensif amène une réduction notable et même la disparition de certaines Graminées (Koeleria, Festuca). — (Gustave Malcuit, Contributions à l’étude phytosociologique des Vosges méridionales saônoises : les associations végétales de la vallée de la Lanterne, thèse de doctorat, Société d’édition du Nord, 1929, p. 106)
    1. (Plomberie) Diminution du diamètre d’un conduit.
      • Une réduction et un mamelon mâle-mâle sont nécessaires pour raccorder l’entrée du chauffe-eau. — (Robert Longechal, La plomberie : J’installe, je pose, je change, je répare, Dunod, 2012, page 77)
    2. (Commerce) (Économie) Ristourne, diminution de prix.
      • Impacts comparés d’une réduction du prix de soutien et d’un système de quotas sur le bien-être. — (La réforme des politiques laitières et de la libéralisation, OECD Publishing, 2005, page 87)
    3. (Finance) Diminution d’une rente qu’on met à un taux plus bas.
      • La réduction de la rente par le remboursement intégral de son capital, est un phénomène nouveau dans les annales de nos finances. — (Charles Ganilh, De la réduction des rentes en 1824, Bossange pére, 1824, page 5)
    4. (Droit) Réintégration dans une succession des biens précédemment donnés, lorsque leur valeur excède la quotité disponible..
      • Cette réduction des libéralités n’est pas automatique, les héritiers concernés doivent la demander (action en réduction). Cependant, les héritiers peuvent renoncer à la réduction (renonciation à l’action en réduction). — (Succession sur expert-invest.fr. Mis en ligne le 8 juin 2018, consulté le 15 octobre 2019)
    5. (Géométrie) Opération par laquelle on change une figure en une autre semblable par application d’un taux inférieur à 1.
      • Le principal usage du compas de proportion, c’est la réduction des figures, ce qui lui a fait auffi donner le nom de compas de réduction. — (Denis Diderot, Encyclopédie Ou Dictionnaire Raisonné Des Sciences, 1765, page 881)
    6. (Musique) Partition que l’on a mise en état d’être exécutée par un orchestre moins nombreux ou même par un seul instrument.
      • Admiré de Wagner, qui découvrit son œuvre en réalisant une réduction piano-chant de La Reine de Chypre, apprécié de Berlioz […] — (Piotr Kaminski, Les 101 grands opéras, Fayard/Pluriel, 2014)
    7. (Automobile) Diminution de la masse, des dimensions et de la cylindrée d’un moteur, visant à réduire sa consommation et son encombrement, tout en conservant ses performances de couple et de puissance.
      • D’autres réductions pourraient être obtenues en diminuant le poids des véhicules et la résistance au roulement. — (OECD, Voitures propres stratégies pour des véhicules peu polluants, 2004, page 65)
  2. (Par extension) Transformation d’un objet en d’autres le représentant intégralement.
    • Ensuite Leibniz reprend une argumentation assez semblable contre la réduction cartésienne de la substance physique à l’étendue. — (Gérard Chazal, Formes, figures, réalité, Éditions Champ Vallon, 1997, page 59)
    1. (Géométrie) Construction transformant une figure en une autre.
      • Ainsi pour réduire un polygone à un triangle, la construction sera la même, soit que ce triangle doive avoir son sommet à l’un des angles ou sur un côté de ce polygone. Mais il faut remarquer qu’il y aura une réduction de moins à faire lorsque le sommet du triangle sera à l’un des sommets du polygone. — (Charles-Etienne-Louis Camus, Cours De Mathématique, volume 2, Ballard, 1769, page 118)
    2. (Arts) Copie d’un objet dans une grandeur moindre que celle de l’original.
      • C’est une réduction en bronze de la statue équestre de Louis XIV, ouvrage de Coysevox, établie en 1725, à Rennes, sur la place du Palais et renversée en 1793. — (Barthélémy Pocquet du Haut-Jussé, Les aventures d’une statue, Oberthur, 1922, page 146)
    3. (Funéraire) Regroupement des restes d’un corps lors d’une exhumation.
      • Ainsi la crémation, en tant qu’elle constitue une réduction du corps par le feu ne correspond pas nécessairement à la volonté d’une disparition complète du mort. — (Bernard Andrieu, Dictionnaire du corps, CNRS Éditions via OpenEdition, 2015, page 82)
    4. (Philosophie) Conception objective d’un objet restreinte à un point de vue subjectivé. → voir réduction phénoménologique et Épochè
      • Ce programme est en quelque sorte le point extrême de la réduction spiritualiste de la philosophie écossaise aux seules questions de psychologie. — (Elisabetta Arosio, Michel Malherbe, Philosophie française et philosophie écossaise 1750-1850, Vrin, 2007, page 151)
    5. (Mathématiques) Opération par laquelle on ramène à d’autres des nombres, des poids, des mesures, des monnaies, etc.
      • Table de réduction de fractions ordinaires en décimales. — (Jacques François Lescan, Tables de réduction des mesures et poids anciens en usage dans le département de la Gironde, en mesures et poids suivant le nouveau système métrique, De l’imprimerie de Valade, 1803, page 274)
  3. Action de soumettre, de subjuguer, résultat de cette action.
    • Le mot réunion exprime dans le droit & dans l’histoire de France , la réduction d’une province sous la dépendance immédiate de la Couronne. — (Jean-Louis Delolme, Constitution de l’Angleterre, Barde, Manget, 1789, page 17)
  4. (Logique) Raisonnement par lequel on démontre une proposition, en faisant voir que le contraire serait impossible ou absurde, ou que la proposition elle-même contient quelque chose d’absurde ou d’impossible, ou conduit nécessairement à des conséquences qui auraient ces mêmes vices.
    • La conversion exige donc que le syllogisme soit déjà tout fait ; la réduction à l’absurde n'a besoin que d’une seule proposition, dont la vérité est prouvée par cela seul que sa contradictoire est absurde. — (Aeistote, Aristote : Œuvres complètes et annexes (annotées, illustrées), Arvensa Éditions, 2019)
  5. (Chirurgie) Opération par laquelle on remet en place les os luxés ou fracturés, les hernies, etc.
    • Les types de réduction osseuse sont la réduction osseuse ouverte et la réduction osseuse fermée. — (Rumi Michael Leigh, Fracture, page 11)
  6. (Chimie) Transfert d’électrons par lequel un ion, un atome ou une molécule en capte un ou plusieurs ; l’espèce chimique qui est réduite est appelée oxydant.
    • La réduction cathodique des ions de cuivre créés à l’anode d’une cuve à électrolyse permet d’obtenir un métal purifié.
    1. Extraction du métal d’un oxyde par élimination de l’oxygène. → voir réaction d’oxydoréduction et rédox
      • Les citoyens Anfri et Lecour ont fait connoître que pour opérer la réduction de l’oxide d’étain , il falloit le mêler avec un onzième de poudre de charbon […] (sic) — (Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts, volume 54, Fuchs, 1802)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉDUCTION. n. f.
Action de diminuer, de réduire ou de se réduire; ou Résultat de cette action. La réduction de ses ressources le force à l'économie. Réduction des dépenses. Réduction de traitement, d'appointements. La réduction des impôts. Une faible réduction. Une forte réduction. Réduction importante, considérable. La réduction d'un liquide par l'évaporation. Absolument, il se dit, dans le langage courant, d'une Réduction de prix. Il a une réduction de cinquante pour cent sur les chemins de fer. J'ai une réduction sur les achats de librairie. Consentir une réduction à un client. En termes de Jurisprudence, La réduction d'un legs, La diminution d'un legs plus fort que la loi ne permet. On dit de même : La réduction d'une donation. En termes de Finance, La réduction d'une rente, La diminution d'une rente qu'on met à un taux plus bas. En termes de Géométrie, il se dit de l'Opération par laquelle on change une figure en une autre semblable, mais plus petite; et de l'Opération par laquelle on divise une figure en plusieurs parties. Échelle de réduction. Réduction d'un polygone en triangles. Compas de réduction. En termes de Peinture, il se dit de l'Opération par laquelle on copie un objet dans une grandeur moindre que celle de l'original, en conservant toujours la même forme et les mêmes proportions. On le dit également dans la Statuaire. Une réduction de la Vénus de Milo. On dit dans un sens analogue : La réduction d'une médaille, la réduction d'un plan; la réduction d'une photographie et absolument Une réduction, Une photographie réduite de format. En termes de Musique, il se dit d'une Partition que l'on a mise en état d'être exécutée par un orchestre moins nombreux ou même par un seul instrument. Réduction d'un opéra pour piano.

RÉDUCTION se dit aussi de l'Action de soumettre, de subjuguer, et du Résultat de cette action. Il termina ses conquêtes par la réduction de cette province. En termes de Mathématiques, il se dit de l'Opération par laquelle on ramène à d'autres des nombres, des poids, des mesures, des monnaies, etc. Faire la réduction des fractions en nombres entiers. La réduction des milles d'Angleterre en kilomètres. La réduction des francs en centimes et des centimes en francs. Par le système métrique, on a opéré la réduction des mesures à une seule. En termes de Logique, Réduction à l'impossible, à l'absurde, Argument par lequel on démontre une proposition, en faisant voir que le contraire serait impossible ou absurde, ou que la proposition elle-même contient quelque chose d'absurde ou d'impossible, ou conduit nécessairement à des conséquences qui auraient ces mêmes vices. On peut démontrer la vérité de cette proposition par la réduction à l'impossible, par la réduction à l'absurde.

RÉDUCTION se dit, en termes de Chirurgie, de l'Opération par laquelle on remet en place les os luxés ou fracturés, les hernies, etc. La réduction d'une fracture. En termes de Chimie, il se dit de l'Opération par laquelle on extrait d'un oxyde le métal qu'il renferme, en éliminant l'oxygène.

Littré (1872-1877)

RÉDUCTION (ré-du-ksion ; en vers, de quatre syllabes) s. f.
  • 1Proprement, action de réduire.
  • 2 Terme de chirurgie. Opération chirurgicale qui a pour but de ramener, de remettre à leur place les os luxés ou fracturés, ou les parties molles quelconques qui ont formé hernie. La réduction d'une fracture, d'une luxation, d'une hernie.
  • 3 Terme de chimie. Opération qui a pour but de ramener à l'état métallique les composés où le métal est combiné soit avec l'oxygène, soit avec le soufre, etc. La réduction s'emploie pour faire reparaître les oxydes des métaux sous la forme métallique ; on la nomme aussi révivification ; c'est une véritable désoxydation, Fourcroy, Conn. chim. t. I, p. 95.
  • 4 Terme de géométrie. Action de ramener une figure à une autre semblable, mais plus petite. Échelle de réduction.

    Opération par laquelle on divise une figure plane en plusieurs parties. Réduction d'un polygone en triangles.

    Opération par laquelle on change une figure ou un polyèdre en un autre équivalent. La réduction d'un polygone en un parallélogramme.

  • 5 Terme de peinture. Copie d'un objet dans une grandeur moindre que l'original.

    Carreaux de réduction, carreaux que l'on trace sur un modèle, pour le copier en le réduisant, ou sur un transparent, à travers lequel on regarde ce modèle.

    On dit de même : faire la réduction d'un plan.

  • 6 Terme de musique. Faire la réduction d'une partition, mettre les parties des divers instruments en une seule pour piano ou pour piano et chant, ou pour chant et quatuor, etc.

    Terme de plain-chant. Suite de notes qui descendent diatoniquement.

  • 7Opération par laquelle on trouve le rapport entre les différents nombres, les différentes mesures, les différentes monnaies, etc. Faire la réduction des deniers en sous, des sous en livres, des fractions en entiers, etc. La réduction des francs en livres et des livres en francs.

    Terme d'arithmétique et d'algèbre. Conversion d'une quantité en une autre équivalente, mais plus simple.

    La réduction de fractions au même dénominateur, opération par laquelle on ramène plusieurs fractions à un même dénominateur ; ce qui permet de les additionner, de les soustraire.

  • 8 Terme d'astronomie. Action de corriger une observation des effets de la réfraction, de la parallaxe, de la précession, etc.

    Terme de marine. Quartier de réduction, instrument qui sert à résoudre plusieurs problèmes de pilotage, par les angles semblables.

    Réduction d'une route, recherche de la différence en latitude et longitude donnée par une route cinglée.

    Se dit aussi de l'action de déduire une route unique de deux ou plusieurs routes partielles.

    Se dit enfin de l'action de déterminer la forme de tous les couples à l'aide de celle des couples extrêmes et du maître couple.

  • 9 Terme de logique. Réduction à l'impossible, à l'absurde, démonstration qui consiste à faire voir que le contraire d'une proposition serait impossible ou absurde.
  • 10Action de diminuer (signification qui est provenue des opérations de géométrie, de peinture par lesquelles on change une figure en une figure semblable, mais moindre). Réduction des dépenses. Sa fortune a subi une grande réduction. La réduction d'un liquide par l'évaporation. La réduction [de la valeur du denier romain] était bien considérable, puisque la république gagna cinq sixièmes sur toute la monnaie de cuivre, Montesquieu, Espr. des lois, XXII, 12. La réduction des espèces [d'animaux] suppose beaucoup de connaissances, de réflexions et de comparaisons, au lieu qu'il n'y a rien de si aisé que d'en augmenter la quantité, Buffon, Ois. t. I, p. 100.

    Terme de jurisprudence. La réduction d'un legs, la diminution d'un legs plus fort que la loi ne permet de le faire.

    On dit de même : la réduction d'une donation.

    La réduction d'une rente, diminution d'une rente qu'on met à un taux plus bas.

    Réduction de la rente, opération financière par laquelle l'État offre à certains de ses créanciers un intérêt moindre ou le remboursement. La réduction du 5 p. 0/0 en 4 1/2 et en 3 p. 0/0.

  • 11Gêne où l'on tombe d'un état meilleur ; sens qui a vieilli. Il se voit dans une étrange réduction, après avoir été dans la prospérité, Richelet.
  • 12Exténuation. Les Hollandais eurent l'impudence de faire sentir à M. d'Harlay, dont la maigreur et la pâleur étaient extraordinaires, qu'ils le prenaient pour un échantillon de la réduction où se trouvait la France, Saint-Simon, 27, 50.
  • 13Action de subjuguer ; sens qui vient de ce que réduction s'est dit de l'action de ramener sous l'autorité ce qui s'y était soustrait. La réduction des rebelles. Il [le prince d'Orange] s'était excusé du peu de secours qu'ils [ses alliés] avaient reçu de lui, sur la nécessité où il s'était vu d'employer à la réduction de l'Irlande la meilleure partie de ses forces, Racine, Siége de Namur. La réduction du royaume de Macédoine en province de l'empire romain, Rollin, Hist. anc. XXV, ch. II, I, 2. C'est de l'année 1392 qu'on peut compter la réduction entière de la Bulgarie sous la domination ottomane, Silvestre de Sacy, Inst. Mém. inscr. et bell. lettr. t. VII, p. 316.
  • 14Il se disait autrefois, dans les Indes occidentales, des peuples gouvernés par les jésuites. Les réductions du Paraguay. À mesure que les Églises indiennes s'élevèrent, elles furent comprises sous le nom général de réduction, Chateaubriand, Génie, IV, IV, 5.

HISTORIQUE

XIVe s. Le certain de la bonne reduction [d'une luxation], Lanfranc, f° 108.

XVe s. Laquelle avoit conduit ceste reduction [de la Normandie à l'autorité du duc de Berry], Commines, I, 13.

XVIe s. Là après plusieurs escarmouches, toutes avantageuses pour Montbrun, il fallut encores parlementer et conclure à la reduction [reddition] des prisonniers d'une part et d'autre, D'Aubigné, Hist. I, 99. La refformation de l'ordre ecclesiastique, reduction de vos officiers, D'Aubigné, ib. II, 256. Et fut reduicte la place en l'obeissance du roy… pour leur annoncer le premier ceste heureuse reduction…, Carloix, IX, 29. Lors que par la force des mains on ne peut assez suffisamment tirer les membres pour faire la reduction, Paré, Introd. 27.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉDUCTION. Ajoutez :
15Amaigrissement procuré médicalement. Le soir on prend quelques pilules de réduction à base de bi-carbonate de soude, E. Bouchut, Journ. offic. 3 janv. 1875, p. 32, 3e col. Elles [les femmes] gémissent, commencent la cure de réduction, puis se découragent et se résignent à leur sort, ib. p. 32, 1re col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

RÉDUCTION, s. f. (Logique.) opinion des anciens sur les réductions.

Pour entendre le galimathias de l’école sur les réductions des syllogismes, il faut se rappeller, 1°. Que les quatre voyelles A E I O, désignent les quatre diverses especes de propositions.

2°. Que la disposition des trois propositions d’un syllogisme, selon leurs quatre différences A E I O, s’appelle mode.

3°. Que par la combinaison l’on peut trouver soixante-quatre modes, mais que si on a égard aux regles générales & particulieres des syllogismes, il n’y a que dix-neuf modes concluans, que les anciens ont exprimés par les vers suivans, je veux dire par les trois voyelles de chaque mot.

Barbara, Celarent, Darii, ferio, Baralip-ton
Celantes, dabitis, fapesmo, friseso-morum
Cesare, Camestres, festino, Baroco, Darapti
Felapton, Disamis, Datisi, Bocardo, ferison.

4°. Que de ces dix-neuf modes, il n’y a que les quatres premiers qui soient parfaits, c’est-à-dire, selon les péripatéticiens, dont la conclusion soit déduite clairement des prémisses. Dans les quinze autres, ou la conclusion n’est pas naturelle & directe, ou du moins on ne saisit pas aisément la conséquence du syllogisme ; delà vient qu’on les a nommés modes imparfaits ou indirects : ils n’ont été admis que pour être transformés en modes parfaits, & cela par des changemens dont la recherche ne suppose pas peut-être moins d’esprit que les plus sublimes démonstrations géométriques. Ils ont appellé réduction la maniere de réduire un mode imparfait au mode parfait : nous allons voir qu’ils admettoient deux sortes de réductions.

Réduction ostensive, lorsqu’un mode imparfait est réduit au mode parfait sans changer ni le moyen terme, ni la conclusion, c’est la réduction ostensive. Les vers mystérieux que j’ai rapportés ci-dessus, sont faits pour nous conduire dans le procedé de la réduction.

Car 1°. chaque mode imparfait commence par la consonne ou B, ou C, ou D, ou f, pour avertir qu’il doit être réduit à celui de ces modes parfaits, Barbara, Celarent, Darii, ferio, qui a la même lettre initiale.

2°. Les Lettres S. P. M. qu’on trouve dans les mots des mêmes vers, désignent les transpositions & les différentes conversions des propositions nécessaires à la réduction : car la lettre S qui suit une proposition marque qu’elle doit être convertie simplement. P demande une conversion par accident. Enfin M désigne la transposition de la proposition après laquelle elle est écrite dans les vers, c’est-à-dire que la mineure doit devenir majeure, & la conclusion doit devenir majeure ou mineure. C’est ainsi qu’ils l’ont exprimé en latin :

Si vult simpliciter verti, P vero per accid.
M vult transponi, C per impossibile duci.

Les dernier mots signifient que les modes où il y a C, se réduisent à l’impossible.

Voici un exemple de la reduction ostensive sur un mode où sont les trois consonnes S, P, M.

Fa Tout animal est vivant,
pesm Nulle pierre n’est animal :
o Donc quelque vivant n’est pas pierre.

Par la lettre initiale f, je suis averti que je dois réduire mon syllogisme au mode ferio.

AP, désigne la conversion par accident de la majeure.

ES, dénote la conversion simple de la mineure.

Enfin M qui suit, m’avertit de transposer cette mineure & d’en faire la majeure de mon nouveau syllogisme que voici :


Fe Aucun animal n’est pierre,
ri Quelque vivant est animal :
o Donc quelque vivant n’est pas pierre.

Réduction à l’impossible. La réduction à l’impossible consiste à forcer quelqu’un d’admettre quelque chose de contraire aux prémisses accordées d’un syllogisme en forme dont il a nié la conclusion : cela se fait par le moyen d’un nouveau syllogisme, qui contient une proposition contradictoire à la conclusion niée du premier syllogisme, avec une des prémisses déja accordée dans le même syllogisme. Par exemple, si l’on m’avoit accordé les deux prémisses du syllogisme suivant, & que l’on m’en eût nié la conclusion.


Bo Quelque animal n’est pas raisonnable,
car Tout animal est substance :
do Donc quelque substance n’est pas raisonnable ;

Pour lors prenant la contradictoire de la conclusion avec une des prémisses, j’aurois ce nouveau syllogisme :


Toute substance est raisonnable,
Tout animal est substance :
Donc tout animal est raisonnable.

Par ce moyen mon adversaire seroit fort embarrassé ; car la conséquence de ce dernier syllogisme est si claire, qu’on ne peut pas la nier. Il ne pourroit pas non plus nier la majeure, puisque c’est la contradictoire de la conclusion qu’il m’auroit niée dans le premier syllogisme. Enfin la mineure est une des prémisses qu’il m’auroit accordée dans le même syllogisme.

Pour montrer à quel mode parfait on doit réduire chaque mode imparfait, les péripatéticiens ont inventé le vers suivant :

Phoebifer axis obit terras sphoeramque quotannis.

dont ils décomposent les parties, en écrivant une sillabe sur chaque mode imparfait, depuis baralipton Phæ bi jusqu’à ferison, de cette façon : Baralipton, Celantes fer axis Dabitis, fapesmo &c. Puis ils remarquent les quatre voyelles A, E, I, O. Les modes imparfaits qui sont écrits sous A, se réduisent à Barbara ; ceux qui sont sous E, à celarent ; les modes qui sont sous I, à Darii ; enfin ceux qui se trouvent sous O, se réduisent à ferio.

La doctrine de la réduction à l’impossible, suppose que nous sçachions au juste quelle prémisse il faut changer. Les mêmes philosophes y ont pourvu, ils nous en instruisent par les vers suivans :

Major sit minor, & sit contradictio major
Dempto celantes in quo convertitur ordo.
Servat majorem, variatque secunda minorem
Tertia majorem variat servatque minorem.

Cela signifie que dans les modes de la premiere & troisieme figure, on fait la mineure de la majeure, à laquelle on substitue la contradictoire de la conclusion.

Au contraire dans le mode celantes, ou dans les modes de la seconde figure, on conserve la majeure & on change la mineure, à laquelle on substitue la contradictoire de la conclusion.

Réduction, s. f. terme d’Arithmétique ; se dit des nombres, des poids, mesures, monnoies, &c. lorsqu’on veut savoir le rapport qu’elles ont les unes aux autres ; ainsi l’on dit, faire la réduction des nombres entiers en fractions, & des fractions en nombres entiers ; faire la réduction des poids étrangers en poids de France, & des poids de France en poids étrangers ; il en est de même des mesures, des monnoies, &c. Voyez Mesure, Monnoie.

La réduction est de deux especes, 1°. rescendante : quand on réduit une grande quantité en une moindre ; elle se fait en considérant combien la plus grande contient des parties de la moindre, & en multipliant la premiere par le nombre de ces parties. Voyez Multiplication.

On réduit la livre monnoie en sols, en la multipliant par 20 ; les sols en deniers, en les multipliant par 12. Voyez Livre.

La livre de poids se réduit en onces, en la multipliant par 16 ; les onces en gros, en les multipliant par 8, &c. Voyez Livre, Once, &c.

La réduction ascendante, est celle par laquelle on réduit une espece de moindre valeur en une autre de valeur plus grande.

Elle se fait en divisant la plus petite espece par le nombre des parties de cette espece que contient la plus grande ; ainsi 24720 sols, divisés par 20, donnent 1236 liv. Voyez Division.

Pour faciliter cette pratique, on a imaginé plusieurs manieres d’abréger les réductions. Voyez Pratique.

On réduit, par exemple, les verges en aunes, en retranchant , & en aunes de Flandres en y ajoutant . On réduit l’aune de Flandres en verge en retranchant , &c.

La réduction des équations en algebre, consiste à débarrasser les équations de toutes les quantités superflues, à les réduire aux expressions les plus simples, à séparer les quantités connues des inconnues, jusqu’à ce que celles-ci se trouvent seules dans un membre de l’équation, & les autres dans l’autre. Voyez Equation.

La réduction d’une équation est la derniere partie de la résolution d’un problème. Voyez Resolution & Problème.

La fin de toutes les opérations algébriques, est que l’inconnue demeure seule dans l’un des membres de l’équation, & qu’il n’y ait que des grandeurs connues dans l’autre, sans le mélange d’aucune inconnue ; car il est évident qu’on aura par-là la valeur de la quantité inconnue.

Cette réduction se fait par l’addition, la soustraction, la multiplication, la division, l’extraction des racines, & en élevant une puissance à un plus haut degré ; ensorte que l’égalité subsiste toujours. Ces opérations suffisent pour la réduction des équations simples ; mais les équations d’un plus haut degré demandent des procédés plus composés.

Il paroît par la formation des puissances, qu’en élevant une inconnue à sa plus haute puissance, elle se trouve mêlée autant de fois avec des quantités connues, que sa puissance a de degrés, ce qui la rend beaucoup plus difficile à dégager. Voyez Racine & Equation.

La réduction d’une figure, d’un dessein, &c. consiste à en faire une copie plus petite que l’original, en conservant toujours sa forme & sa proportion.

Le principal usage du compas de proportion, c’est la réduction des figures, ce qui lui a fait aussi donner le nom de compas de réduction. Voyez Compas.

Il y a plusieurs méthodes de réduire les figures ; la plus aisée est de se servir du pantographe, mais cette méthode a ses défauts. Voyez Pantographe. Voici celles dont on se sert pour l’ordinaire.

Pour réduire une figure ABCDE, Pl. géometr. fig. 64. n°. 2. e figure semblable de moindre étendue ; d’un point pris vers le milieu de la figure, par exemple en z, tirez des lignes à tous ses angles A, B, C, menez la ligne ab parallele à AB, bc, parallele à BC, & vous aurez la figure abcde semblable à ABCDE.

Supposez que l’on veuille augmenter la figure abcde, il ne faut que prolonger les lignes au-delà des angles, comme zD, zC, &c. & mener les lignes DC, DB paralleles aux côtés dc, db, &c.

Réduire une figure en proportion donnée ; supposez que l’on veuille diminuer la figure ABCDE, fig. 65. suivant le rapport de a b, fig. 66, à la ligne AB ; menez la ligne indéfinie G H, fig. 67 ; prenez sur cette ligne GH = AB ; du point G comme centre, décrivez l’arc HI. Portez ab sur l’arc HI, afin qu’elle en devienne une corde, & tirez GI ; vous aurez par le moyen de l’angle IGH toutes les mesures de la figure que vous voulez réduire. Ainsi pour avoir le point c, portez BC, prenez de G en K ; du centre G décrivez l’arc KL, & prenez bc égale à la corde KL & l’angle abc = ABC.

On décrira de même tous les autres côtés & tous les autres angles de la figure. Cette méthode peut aussi servir à augmenter une figure.

Maniere de réduire une figure par le moyen de l’échelle : mesurez tous les côtés de la figure ABCDE avec une échelle, & servez-vous d’une échelle plus petite pour y prendre ces mêmes mesures, suivant la proportion requise. Voyez Echelle.

Réduire une carte, un dessein, une figure par le moyen des carreaux ; divisez l’original aussi-bien que le papier sur lequel vous voulez le copier en un nombre égal de carreaux, en observant de faire ceux du papier plus grands ou plus petits, suivant qu’on voudra la copie plus ou moins grande.

Il ne reste plus qu’à dessiner dans chaque carré de la seconde figure, ce qui se trouve enfermé dans le carré correspondant de la premiere. Voyez Chassis, Echelle de réduction.

L’échelle de réduction, est un morceau de buis large & mince, sur lequel sont marquées différentes lignes ou échelles de parties égales, qui servent à transformer les longueurs mesurées en parties plus petites.

Cet instrument est utile aux Arpenteurs, pour réduire des cartes ou plans d’une dimension dans une autre ; on le nomme quelquefois échelle d’arpenteur. Voyez Echelle. Chambers. (E)

Réduction a l’écliptique, en Astronomie ; c’est la différence entre l’argument de latitude, tel que N P, fig. 26. Pl. astronom. & un arc NR de l’écliptique, intercepté entre le lieu d’une planete dans l’écliptique, & le nœud N. Voyez Ecliptique & Lieu.

Pour trouver cette réduction, l’angle d’inclinaison PNR & l’argument de la latitude NP étant donnés, il n’y a qu’à déterminer l’arc NR, par la trigonométrie sphérique, soustraire NR de NP & le reste sera la réduction.

Réduction, (Chimie.) opération de chimie par le moyen de laquelle les corps métalliques, les demi-métalliques, & les autres mines réduites en cendres, en chaux, en crocus, & même en verre, reprennent leur premiere composition, leur premiere forme, & leur premiere propriété.

Cette opération se fait de deux manieres générales, c’est-à-dire en redonnant à un corps le principe sulphureux ou inflammable qu’on lui a enlevé, ou en lui ôtant les parties salines, & les autres particules étrangeres qui lui sont adhérentes. Dans le premier cas, on se sert d’ingrédiens remplis de principes inflammables ; par exemple, des sucs des animaux, d’huiles onctueuses, de la poix, du suif, des charbons, &c. & même quelquefois se sert-on du soufre commun minéral pour la réduction du régule d’antimoine ; dans le second cas, on se sert d’ingrédiens salins alkalis, tels que le sel de tartre, les cendres gravelées, le flux noir, &c. Nous devons cependant observer qu’il y a très-souvent des réductions qui ne se font qu’en redonnant au corps le principe dont il a été dépouillé, & en le débarrassant des parties hétérogènes qui y sont adhérentes ; elles ont par conséquent besoin d’un ingrédient, tant inflammable, que salin alkali.

Outre les ingrédiens dont nous venons de parler, il faut aussi pour achever la réduction, que les matieres soient fondues jusqu’à être liquides, afin qu’on puisse en ôter plus facilement & plus exactement les parties hétérogènes ; que le principe inflammable qui doit en rétablir la composition puisse y rentrer, & que les cendres, les crocus & les chaux puissent pendant leur fusion, recouvrer leur premiere forme, & leur consistance métallique ou demi-métallique. (D. J.)

Réduction, terme de Chirurgie, opération par laquelle on remet & on réduit en leur place les parties qui en sont sorties.

Ce terme est applicable à plusieurs maladies chirurgicales. Dans les luxations, l’indication curative est de remettre la tête des os dans les cavités d’où elles sont sorties. On remédie dans les fractures à la solution de continuité, en mettant les pieces d’os à leur niveau naturel. On replace les parties molles qui font une tumeur dans les hernies ; on repousse dans leur lieu naturel, le vagin, la matrice, l’anus, descendus ou renversés.

Les préceptes généraux sur la méthode de réduire les luxations & les fractures sont exposés aux mots Luxation & Fracture. La réduction des hernies peut se faire avec la main sans le secours de l’incision, par l’opération du taxis. Voyez Hernie & Taxis.

Pour parvenir à la réduction des hernies, il faut mettre le malade en situation convenable, couché sur le dos, les cuisses & les jambes fléchies ; le bassin & la poitrine élevés, pour que les muscles du bas-ventre ne soient point tendus. On met un coussin sous la tête, pour qu’elle soit fléchie sur la poitrine, afin de relâcher les muscles sterno-mastoidiens. Si la tête étoit renversée, ou seulement à-plat, le moindre effort que feroit le malade pour la relever, occasionneroit la contraction des muscles droits du bas-ventre, parce qu’alors ces muscles seroient obligés d’agir pour fixer la poitrine, & donner un point d’appui solide aux muscles sterno mastoidiens, par la contraction desquels la tête seroit relevée.

Le malade placé, comme on vient de le dire, doit éviter tout effort capable de pousser les intestins du côté de la hernie. Le chirurgien embrasse la tumeur à sa racine, & le plus près de l’anneau qu’il lui est possible ; il la manie doucement, tâche d’amollir & d’étendre les matieres contenues dans la portion d’intestin. Il est bien de tirer un peu à soi, si cela se peut sans effort, pour faire sortir doucement une plus grande portion d’intestin dans le sac herniaire. On a dû souvent le succès de la réduction à cette tentative, parce que les matieres étendues dans un plus grand espace, ont fait moins de violence. On parvient quelquefois à réduire une partie de l’intestin, sans pouvoir réussir à une réduction entiere. C’est sur-tout ici le cas de retirer un peu à soi l’intestin, & de le comprimer mollement & latéralement : par ce moyen on alonge l’anse que l’intestin forme dans le sac herniaire, & l’on fait refluer les matieres vers le ventre. Le poids du paquet intestinal peut beaucoup contribuer à retirer dans le ventre les parties qui en sont sorties. Dans cette vûe, on fait quelquefois coucher le malade, avec succès, du côté opposé à la hernie ; & j’ai vu des hernies dont les symptomes fâcheux ne paroissoient laisser d’autre ressource que celle de l’opération, se réduire d’elles-mêmes, en soutenant les malades la tête en-bas, & les piés en-haut.

Il y a des précautions à prendre dans les diverses tentatives qu’on fait pour obtenir la réduction des hernies ; & ces précautions sont relatives à la structure des parties qui donnent passage à celles qui sont déplacées. Dans la hernie inguinale, on doit diriger les parties vers la crète de l’os des îles ; parce que l’anneau du muscle oblique externe, entre les piliers duquel passent l’intestin & l’épiploon, ensemble ou séparément, étant formé par l’écartement des fibres aponévrotiques de ce muscle, les parties ont suivi cette obliquité dans leur issue ; & on les fatigueroit inutilement en voulant les réduire sans être toujours attentif à cette direction. Dans la hernie crurale, il faut faire lever le genou du côté de la hernie, pour relâcher le ligament de Falloppe, sous lequel passent les parties, & on les repousse vers l’ombilic. Dans l’exomphale, le malade doit avoir les fesses & la poitrine fort élevées, & on dirige les mouvemens de la main de façon à faire rentrer les parties perpendiculairement.

On s’apperçoit de la réduction de l’intestin par un gargouillement assez sensible, à l’instant que la tumeur diminue de volume. Il n’en est pas de même de l’épiploon, qui ne rentre que peu-à-peu & sans aucun bruit. Sa tuméfaction considérable, & les adhérences qu’il a contractées avec le sac herniaire, sont des obstacles à sa réduction ; ce qui a lieu sur-tout dans les anciennes hernies.

Lorsque la réduction des parties est faite, il faut que l’application d’un bandage convenable les contienne, & s’oppose à leur issue. Voyez Brayer. On doit le porter continuellement, parce que si on laisse retomber les parties dans le sac herniaire, ne fût-ce qu’une seule fois, cela suffit pour retarder de beaucoup la guérison radicale qu’on peut espérer d’obtenir, sur-tout dans la jeunesse, en continuant assez long-tems l’usage du brayer.

On ne doit point appliquer le bandage contentif que la hernie ne soit bien réduite. Cependant cette regle générale souffre une exception à l’égard des hernies épiploïques, qu’il n’est pas toujours possible de réduire parfaitement, par les raisons que nous avons exposées. On ne laisse pas de se servir avec succès d’un brayer, dont la pelotte creuse, faite en cuillier, & moulée sur la figure de la tumeur, comprimera mollement l’épiploon. Ce brayer empêchera qu’il ne sorte davantage, & occasionnera peu-à-peu sa flétrissure, en affaissant les cellules graisseusses les unes sur les autres, & empêchant le suc huileux qui s’y figeoit, d’y pénétrer. Cette méthode n’a point lieu, faute de point d’appui, pour une hernie où l’épiploon seroit tombé dans le scrotum.

Lorsque la hernie est réduite, si les signes d’étranglement qui n’auroient pas encore paru venoient à se manifester, on y remédieroit suivant l’exigence du cas. Voyez Hernie.

Les tentatives pour la réduction des hernies, doivent souvent être précédées de saignées, de lavemens & de fomentations émollientes, de l’application des cataplasmes de même vertu, afin de relâcher les parties enflammées. Voyez Étranglement.

La réduction de l’anus, du vagin & de la matrice, a été décrite aux mots Chute de l’anus, &c. (Y)

Réductions, s. f. terme de relation, on appelle dans les Indes occidentales réductions, les peuplades indiennes gouvernées par les Jésuites. Ces réductions sont en grand nombre dans le Paraguay. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « réduction »

Provenç. reductio ; espagn. reduccion ; ital. riduzione ; du lat. reductionem, de reducere (voy. RÉDUIRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(fin XIIIe siècle) Du latin reductio, du latin reducere (« ramener »). Le premier sens apparu était « rapprochement ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « réduction »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
réduction redyksjɔ̃

Citations contenant le mot « réduction »

  • La réduction du temps de travail : pour les chômeurs, c'est déjà fait. De Guy Bedos / Revue de presse - 1997
  • Un homme amoureux est comme un coupon de réduction, il faut le faire passer à la caisse sans plus attendre. De Mae West / On sex, health and ESP
  • Pourquoi est-ce qu’en matière d’impôts une légère augmentation vous coûte 500 francs alors qu’une réduction substantielle vous fait gagner 20 balles ? De Peg Bracken
  • Le problème avec la réduction des impôts sur le revenu c’est que ça stimule suffisamment l’économie pour que tout le monde rentre dans la tranche supérieure. De Harold Coffin
  • Le centre n'est pas un point, sinon il serait facile de l'atteindre. Il n'est pas même la réduction d'un point à son infini... De Roberto Juarroz
  • Lutte, réduction et amélioration sont les trois termes clefs du langage politique. Ils ont l'avantage de pouvoir être accolés indifféremment à inflation, déficit, finances publiques... Et toutes les combinaisons sont possibles. De Jacques Mailhot / La politique d'en rire
  • Crédits, dettes, avances et réductions ont l'inconvénient de ralentir la circulation de l'argent et de brouiller les amis. De Massa Makan Diabaté / Le Coiffeur de Kouta
  • La réduction du temps de travail est à l’origine d’une dégradation de la situation des plus fragiles notamment des femmes ayant des emplois peu qualifiés. De Ségolène Royal / Challenges - Juin 2006
  • Les jeunes dessinateurs préfèrent se consacrer à la bande dessinée. Je l'explique aussi par la dépolitisation de la génération des années Mitterrand, et par la réduction du nombre de supports. De Cabu / interview de A Nous du 27 janvier 2014
  • 2. Pour de longs trajets, tel celui que je prends de temps en temps, 360 km, ma voiture consomme, à 130 km/h, six litres aux 100 kilomètres et roule pendant trois heures, soit une consommation de 21,6 litres d’essence. À 110 km/h, la consommation serait réduite d’un facteur que l’on peut estimer proportionnel à la réduction de vitesse, soit 5,077 litres au 100 kilomètres. Au total, la consommation serait de 18,28 litres, soit une économie de 3,32 litres. C’est peu. La Croix, Je ne suis, personnellement, pas favorable à la réduction à 110 km/h
  • Le décret fixant les règles de la nouvelle activité partielle de longue durée, mise en place pour aider les entreprises confrontées à une réduction d'activité durable, a été publié jeudi 30 juillet au Journal officiel, pour une entrée en vigueur vendredi. Boursorama, Réduction du temps de travail, compensation de l'État : l'activité partielle de longue durée entre en vigueur - Boursorama
  • Si vous avez pour projet d’investir dans l’immobilier locatif neuf, pour notamment bénéficier du dispositif Pinel, il est important pour vous de savoir comment se calcule votre (future) réduction d’impôt. SeLogerNeuf, Dispositif Pinel : comment calculer sa réduction d'impôt ? | Fiscalité SeLogerNeuf

Images d'illustration du mot « réduction »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « réduction »

Langue Traduction
Anglais reduction
Espagnol reducción
Italien riduzione
Allemand die ermäßigung
Chinois 减少
Arabe تخفيض
Portugais redução
Russe сокращение
Japonais 削減
Basque murrizketa
Corse riduzzione
Source : Google Translate API

Synonymes de « réduction »

Source : synonymes de réduction sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « réduction »

Partager