Citer : définition de citer


Citer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CITER, verbe trans.

I.− Domaine du dr.
A.− Appeler quelqu'un par exploit d'huissier à se présenter comme défendeur ou comme témoin devant un juge de paix, un tribunal de police ou un tribunal correctionnel. Hennedyck arriva dans la salle du tribunal vers quatre heures. David l'avait fait citer comme témoin à décharge (Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 486):
1. Entre-temps, j'avais comparu deux ou trois fois chez le juge d'instruction (...) qui n'avait aucun aveu à obtenir de moi (...) et me fit citer par le procureur du Roi en police correctionnelle Verlaine, Œuvres complètes,t. 4, Mes prisons, 1893, p. 384.
2. Exploit d'huissier me citant à la justice de paix, vendredi, pour m'y « entendre condamner » à payer 25 francs à la salope et aux dépens. Coût 4 fr. 45. Bloy, Journal,1903, p. 191.
Rem. Les quasi-synon. ajourner et assigner s'emploient pour une citation devant un tribunal de première instance.
SYNT. Citer en justice; citer à comparaître; citer qqn en témoignage, en conciliation.
Anc. [Devant un tribunal ecclésiastique] Il fut cité devant l'official; on le cita au concile (Ac. 1835, 1878) :
3. Ainsi, nous vous enjoignons à tous et à chacun de vous, en particulier, par ces présentes lettres, de citer immédiatement et d'une manière définitive (...) devant nous ou devant l'official de notre église cathédrale, pour le lundi de la fête de l'Exaltation de la Sainte-Croix, le 19 septembre, Gilles, noble baron de Rais, soumis à notre puissance et relevant de notre juridiction, et nous le citons, nous-mêmes, par ces lettres, à comparaître à notre barre pour avoir à répondre des crimes qui pèsent sur lui. [Extrait du mandat d'arrêt prononcé contre Gilles de Ray par Jean de Malestroit, 1440]. Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 101.
B.− P. ext. Faire venir en appelant. Alban alla droit vers le taureau, le cita. Il fut un peu saisi quand la bête arriva sur lui (Montherlant, Les Bestiaires,1926, p. 421).
II.− DIDACT. et autres domaines
A.− DIDACT. Reproduire mot à mot, oralement ou par écrit, des paroles ou un texte empruntés à un auteur, pour éclairer, illustrer ou prouver ce qu'on dit. Citer un passage, des vers; citer la loi; citer de mémoire, textuellement, exactement. À propos d'une fleur, Julien cita quelques mots des Géorgiques de Virgile (Stendhal, Le Rouge et le Noir,1830, p. 300):
4. Le Président prévit alors l'entière et inévitable subversion de la monarchie; je me rappelle à ce sujet un passage de Montaigne, qu'il me cita à l'appui de son opinion. « La majesté royale s'avale plus difficilement du sommet au milieu, qu'elle ne se précipite du milieu à fonds. » Sénac de Meilhan, L'Émigré,1797, p. 1587.
5. ... je (...) t'accablais d'exemples pour te prouver que la sainteté consiste justement à suivre l'Évangile au pied de la lettre. Si tu avais le malheur de protester que tu n'étais pas une sainte, je te citais le précepte : « Soyez parfaits comme votre Père céleste est parfait ». Mauriac, Le Nœud de vipères,1932, p. 113.
SYNT. Citer du latin, l'Évangile, le Coran, le Talmud, un proverbe, en épigraphe, à tout propos, volontiers, souvent, abondamment, pour mémoire, en entier, en preuve, à l'appui, en faveur d'une opinion; aimer à, se borner à citer.
Ouvrage déjà cité. Dont on a déjà indiqué le titre. [Dans un livre, pour indiquer un ouvrage précédemment cité] op. cit. Abréviation du latin opere citato « dans l'ouvrage cité ».
Auteur cité. Dont on a déjà indiqué le nom.
P. méton. Citer des écrivains. Citer des fragments de leurs écrits. Citer les Anciens. Ce sont les symétries du style de Sénèque qui le font citer (J. Joubert, Pensées t. 2, 1824, p. 161):
6. Il m'assurait aussi qu'il fallait accepter ce que la vie a de quotidien et me citait Verlaine : « La vie humble, aux travaux ennuyeux et faciles ». S. de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée,1958, p. 202.
Emploi abs. Faire des citations. Le plaisir, la manie de citer :
7. Dans les lettres, dans la philosophie, dans la morale, l'examen ne s'était pas encore introduit; les textes étaient un pouvoir, et pour convaincre, il ne fallait que citer. Barante, Hist. des ducs de Bourgogne,t. 1, 1821-24, p. 82.
8. Ce que E. C. louait surtout, c'était mon style; il donnait un grand nombre d'exemples, et je ne sais s'il citait « de mémoire » ainsi que font Proust ou Maurras; mais toujours est-il que sur cette quantité de citations qu'il faisait, la plupart étaient inexactes. Gide, Journal,1934, p. 1206.
[En incise] Je cite. Le visiteur illustre se baissa vers le jeune duc de Luynes, âgé de sept ans, et (je cite) le combla de gâteaux (Mallarmé, La Dernière mode,1874, p. 786).
B.− P. anal. Rapporter, invoquer à titre de preuve. Citer un exemple, des faits. Synon. alléguer, rapporter, donner (en exemple).Il parle des gens de finance à éclipses dans les prisons, nous en citant un, sans le nommer (E. et J. de Goncourt, Journal,1887, p. 644):
9. Il n'hésita pas à dire à Phileas Fogg que si Mrs. Aouda restait dans l'Inde, elle retomberait inévitablement entre les mains de ses bourreaux. (...) Et Sir Francis Cromarty citait, à l'appui de ce dire, un fait de même nature qui s'était passé récemment. Verne, Le Tour du monde en 80 jours,1873, p. 70.
C.− Indiquer avec précision, nommer.
1. Désigner expressément, nommer. Citer des noms, des dates, des chiffres. Synon. mentionner.L'Empereur alors s'est enquis particulièrement de quelques-uns, en les citant [ses officiers] par leurs noms (Las Cases, Le Mémorial de Sainte-Hélène,t. 1, 1823, p. 209).Ni l'un ni l'autre des deux compilateurs n'avait daigné citer la source où il avait puisé (Musset, Le Temps,1831, p. 104).
Loc. fam. Citer son auteur, ses sources, ses références. Nommer la personne qui a donné un renseignement :
10. À propos de vue, vous a-t-on dit que l'hôtel particulier que vient d'acheter madame Verdurin sera éclairé à l'électricité? Je ne le tiens pas de ma petite police particulière, mais d'une autre source : c'est l'électricien lui-même, Mildé, qui me l'a dit. Vous voyez que je cite mes auteurs! Proust, À l'ombre des jeunes filles en fleurs,1918, p. 607.
[En parlant d'une suite d'obj.] Citer dans l'ordre, au hasard, en vrac. Synon. énumérer :
11. − (...) Voulez-vous me citer quelques verbes irréguliers, avec leur forme au présent et au participe passé? − To see, voir, I saw, seen. To be, être. I was, been. To drink, boire. I drank, drunk. Colette, Claudine à l'école,1900, p. 234.
2. Signaler à l'attention quelqu'un ou quelque chose de remarquable sous quelque aspect.
Citer qqn en exemple :
12. ... une des femmes que les deux faubourgs citaient pour sa beauté, son esprit et ses vertus. Ponson du Terrail, Rocambole,t. 4, Les Exploits de Rocambole, 1859, p. 278.
13. ... les créanciers la tourmentaient plus qu'autrefois, lorsqu'elle n'avait pas le sou; chose qui lui causait une continuelle surprise, car elle se citait comme un modèle d'économie. Zola, Nana,1880, p. 1265.
Citer qqc. Citer un trait de courage. Magistrat intègre dont la vie irréprochable était citée dans toutes les cours de France (Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Fou, 1885, p. 1010).
Spéc., ARM. Citer à l'ordre du jour, de l'armée, du régiment, du bataillon, etc. Signaler par une nomination honorifique un militaire ou une unité qui a accompli un acte de courage ou de dévouement (cf. citation). On parle de te citer à l'ordre du jour de l'armée pour ta conduite à Maubeuge (Montherlant, L'Exil,1929, I, 2, p. 25):
14. ... je cite à l'ordre de l'Empire le territoire du Tchad pour le motif suivant : « Sous l'impulsion de ses chefs, le gouverneur Éboué, gouverneur, et le colonel Marchand, commandant militaire du territoire, le Tchad a montré qu'il demeurait, par excellence, une terre de Français vaillants ». De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 289.
Prononc. et Orth. : [site], (je cite [sit]. Enq. : /sit/ (il) cite. Ds Ac. 1694-1932. Homon. cité. Étymol. et Hist. 1. xiiies.-xives. [date ms.] citer qqn que + verbe « sommer quelqu'un de faire quelque chose » (De celui qui espousa l'Ymage de pierre, 432 ds Nouv. recueil fabliaux, éd. Méon, t. 2, p. 306), emploi isolé; 2. xives. [date du ms.] « sommer de comparaître en justice » (Bers., Tite-Live, B.N. 20312 ter, fo23 vods Gdf. Compl.); 3. av. 1618 « rapporter les paroles, les écrits de quelqu'un à l'appui de ce qu'on avance » citer les auteurs (C. du Perron ds L. Dochez, Nouv. dict. de la lang. fr., Paris, 1860); 4. 1704 « désigner quelqu'un ou quelque chose qui mérite d'être remarqué » (Trév.). Empr. au lat. class. citare « citer en justice, proclamer ». Fréq. abs. littér. : 4 311. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 6 472, b) 5 476; xxes. : a) 6 155, b) 5 938.
DÉR. 1.
Citable, adj.,rare. Qui peut être cité; qui mérite d'être cité. La Bible, en France, n'a jamais été le monument littéraire qu'elle est en Angleterre et en Allemagne. (...) elle n'est pas citable dans les traductions françaises. Quand un Anglais cite un verset des Écritures, il reproduit, avec un scrupuleux respect des mots et de l'ordre des mots, une traduction de génie (Green, Journal,1945, p. 242). [sitabl̥]. 1resattest. a) ca 1290 « (d'une pers.) qui mérite d'être cité comme témoin » (Voy. de Marc Pol, c. I, Roux ds Gdf. Compl.); b) 1845 « (d'un auteur, d'un passage littér.) qui peut être cité, digne d'être cité » (Besch.); de citer*, suff. -able*. Fréq. abs. littér. : 1.
2.
Citateur, trice, citeur, euse, subst.Personne qui cite toujours, qui fait de nombreuses et fréquentes citations dans ses paroles ou dans ses écrits. Je ne lis pas un livre pour y trouver un citateur perpétuel, un arrangeur de textes (Léautaud, Le Théâtre de Maurice Boissard,t. 2, 1943, p. 313).Il [Degas] avait beau être né en plein « Romantisme » (...), il n'en demeurait pas moins un de ces connaisseurs délicieux (...) impitoyables aux nouveautés qui ne sont que neuves, nourris de Racine et d'ancienne musique, citateurs et « classiques » jusqu'à la férocité, à l'extravagance, aux éclats, qui nous sont malheureusement une espèce disparue (Valéry, Degas, danse, dessin,1936, p. 41). [sitatœ:ʀ], fém. [-tʀis]. Le subst. masc. ds Ac. 1835-1878. Seule transcr. de citeur ds DG : si-teùr, -teúz. 1resattest. a) citeur, av. 1688 (Furet, Rom. bourg. II, 16 ds DG : citeurs de code); de citer*, suff. -eur2*; b) citateur, 1696 (Bayle d'apr. Lar. Lang. fr.); 1708 « compilateur » (Fur.); de citer, suff. -ateur (-eur2*). Fréq. abs. littér. Citateur : 2.

Citer : définition du Wiktionnaire

Verbe

citer \si.te\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Droit) Assigner à comparaître devant une juridiction civile ou religieuse.
    • Citer devant un tribunal, en police correctionnelle. - Citer un prévenu. - Citer des témoins devant une Cour d’assises.
    • Citer devant le concile - Citer quelqu’un à comparaître.
  2. Alléguer ; rapporter.
    • […]; et, d’autre part, elle citait, de mémoire, des morceaux d’une mystique un peu bizarre de la fin du XVIe siècle, Jeanne Chézard de Matel, […]. — (Joris-Karl Huysmans, La Cathédrale, Plon-Nourrit, 1915)
    • (Absolument)Jason était intelligent, mignon, malheureusement, il avait le cœur en lambeaux et des vagues pleins l'âme : il en bavait des ronds de chapeau depuis que sa petite amie de Jackson l’avait largué pour, je cite Jason, « un soudeur tendance délinquant juvénile et de surcroit tatoué ». — (Sarah Dessen, En route pour l'avenir, traduit de l'anglais (américain) par Véronique Minder, Pocket Jeunesse (Univers Poche), 2012, chap. 2)
  3. Désigner le passage du livre que l’on allègue ou l’auteur de la nouvelle qu’on rapporte ; nommer celui de qui on tient une nouvelle, ou quelque chose de semblable.
    • Sieger dira qu'il énonce en exégète et non en théologien (enseigne à la faculté des arts, non de théologie), et que citer un auteur n'est pas reprendre à son compte l'énoncé. — (De l'art du passage: histoire et représentation, L'Harmattan, 2010, note de bas de page 515)
    • Voilà une étrange nouvelle ; celui de qui vous la tenez vous a-t-il cité son auteur ?
  4. Signaler, distinguer une personne ou une chose qui mérite d’être remarquée, de quelque manière que ce soit.
    • Il est cité pour sa bravoure. - On le cite parmi les plus habiles. - Citer quelqu’un pour exemple, en exemple. - Il serait trop long de citer tous ceux qui se distinguèrent.
    • Ils citaient avec orgueil ces grands noms. - Les connaisseurs citent principalement tel tableau.
    • (Militaire)Ce soldat a été cité à l’ordre de l’armée.
  5. (Tauromachie) Action pour le toréador d' attirer l'attention du taureau, de le provoquer.
    • Citer, étymologiquement, c'est appeler, faire venir à soi pour le meilleur et pour le pire (ainsi, le matador cite le taureau), alors que l'exemplum est un extrait. — (Alain Rey, Dictionnaire amoureux des dictionnaires, 2011).
    • Le toréador cite le taureau avec la muleta.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Citer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CITER. v. tr.
Assigner à comparaître devant une juridiction civile ou religieuse. Citer devant un tribunal, en police correctionnelle. Citer un prévenu. Citer des témoins devant une Cour d'assises. Citer devant le concile. Citer quelqu'un à comparaître. Il signifie encore Alléguer, rapporter. Citer un passage. Citer la loi. Citer un exemple, des faits. Citer les auteurs anciens. Absolument, Citer faux, citer juste. Citer son auteur, citer quelqu'un, Désigner le passage du livre que l'on allègue ou l'auteur de la nouvelle qu'on rapporte; Nommer celui de qui on tient une nouvelle, ou quelque chose de semblable. Voilà une étrange nouvelle; celui de qui vous la tenez vous a-t-il cité son auteur? Il signifie encore Signaler, indiquer une personne ou une chose qui mérite d'être remarquée, de quelque manière que ce soit. Il est cité pour sa bravoure. On le cite parmi les plus habiles. Citer quelqu'un pour exemple, en exemple, Il serait trop long de citer tous ceux qui se distinguèrent. Ils citaient avec orgueil ces grands noms. Les connaisseurs citent principalement tel tableau. On cite de lui un beau trait. En Termes militaires, Ce soldat a été cité à l'ordre de l'armée.

Citer : définition du Littré (1872-1877)

CITER (si-té) v. a.
  • 1Appeler à comparaître devant le juge. Citer un débiteur en conciliation. On le cita au concile. Cette dernière aurore éveillera les morts ; L'ange rassemblera les débris de nos corps ; Il les ira citer au fond de leur asile, La Fontaine, Odes, VI, 8.
  • 2En parlant du grand maître de Malte, sommer les chevaliers de se rendre à Malte. Tous les chevaliers furent cités à Malte, parce que l'île était menacée par les Turcs.
  • 3Rapporter un texte à l'appui de ce que l'on avance. Quoique je ne fasse que rapporter simplement et citer fidèlement leurs paroles, Pascal, Prov. 7. Ce passage que S. Paul cite ici, Bossuet, Hist. II, 7. Il citait la Ste Écriture et les Pères, Sévigné, 116. Là-dessus il cita Virgile et Cicéron, Avec force traits de science, La Fontaine, Fabl. IX, 5. On citait d'Apollon l'oracle solennel ; On menaçait ce fils du meurtre paternel, Voltaire, Œdipe, III, 4.

    Absolument. Hérille, soit qu'il parle, qu'il harangue ou qu'il écrive, veut citer, La Bruyère, XII.

    Familièrement. Citer son auteur, nommer celui de qui l'on tient une nouvelle. Vous pouvez répéter ce que je viens de vous dire, mais ne me citez pas.

  • 4Indiquer, désigner une personne, une chose digne d'attention. On cite partout cette femme pour son élégance. Caligula, Néron, Monstres dont à regret je cite ici le nom, Racine, Bérén. II, 2. Je pourrais vous citer des pontifes ingrats, Chénier M. J. Charles IX, III, 2. Au rang de ces grands noms nous pouvons être admis ; Soyons cités comme eux au rang des vrais amis, Chénier, 184.
  • 5Se citer, v. réfl. Rien n'est plus désagréable qu'un homme qui se cite lui-même à tout propos, La Rochefoucauld, Réf. div. 173, 6. Leurs officiers étaient dignes d'eux ou le devenaient ; car, pour conserver l'ascendant de son grade sur de pareils hommes, il fallait avoir à leur montrer des cicatrices et pouvoir se citer soi-même, Ségur, Hist. de Napol. III, 3.

SYNONYME

CITER, ALLÉGUER. Alléguer est plus général que citer. On allègue toutes sortes de choses, des faits, des raisons, des passages d'auteurs. Mais on ne cite que des passages empruntés à des écrivains, ou des paroles entendues.

HISTORIQUE

XIVe s. Quant il virent que li pere citez ne venoient pas en senat, Bercheure, f° 63, verso.

XVIe s. Citer les auteurs par centons, Card. DU PERRON, dans le Dict. de DOCHEZ.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Citer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

CITER, (Jurisprud.) c’est assigner quelqu’un devant un juge d’église. Voyez ci-devant Citation. (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « citer »

Étymologie de citer - Littré

Provenç. et espagn. citar ; ital. citare ; du latin citare, mettre en mouvement, faire venir, citer, fréquentatif de ciere, mouvoir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de citer - Wiktionnaire

De cis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de citer - Wiktionnaire

Du latin citare (« pousser, faire sortir, (pousser un cri >) appeler, citer, mentionner »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « citer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
citer site play_arrow

Conjugaison du verbe « citer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe citer

Évolution historique de l’usage du mot « citer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « citer »

  • Parmi eux, on peut citer "Never(s)" (P.O.L) de Frédérique Berthet, histoire d'amour épistolaire d'un couple séparé par la guerre ou le réjouissant "Flambeur de la Caspienne" (Flammarion) de Jean-Christophe Rufin qui raconte une nouvelle aventure d'Aurel le consul cette fois en Azerbaïdjan. TV5MONDE, Les livres à glisser dans sa valise cet été
  • j'attends le quiz du match suivant, pour citer tous les joueurs francais champions du monde en 1999 Le Rugbynistère, QUIZ - Peux-tu citer tous les joueurs du XV de France à la Coupe du monde 1999 ? - Le Rugbynistère
  • On pourrait citer de nombreux exemples de dépenses inutiles. Les murs des cimetières : ceux qui sont dedans ne peuvent pas en sortir, et ceux qui sont à l'extérieur ne veulent pas y entrer. De Mark Twain
  • C’est un livre à la mode ancienne qui est proposé ici. Avec les protocoles d’antan. Celui par exemple qui consiste à citer ses sources ! De Olivier Poivre d'Arvor / Bug made in France
  • Il y a un proverbe chinois qui ne dit rien. Il m’arrive de le citer quand je n’ai rien à dire... De Philippe Geluck / Ma langue au chat
  • Il y a deux choses inadmissibles sur la terre : la mort - et les impôts. Mais j'aurais dû citer en premier les impôts. De Sacha Guitry
  • La plus sûre façon de faire passer quelqu'un pour un crétin est de le citer. De Robert Benchley
  • Il n'appartient qu'à ceux qui n'ont jamais été cités de ne citer personne. De Gabriel Naudé
  • La faculté de citer est un substitut commode à l’intelligence. De Somerset Maugham
  • Les vainqueurs n’hésitent pas à citer la compétence. De Catherine Pia
  • Le diable peut citer les Écritures pour ses besoins. De William Shakespeare
  • J'hésite à citer, car citer c'est tronquer. De Julien Green / Discours de réception à l'Académie française
  • On peut citer de mauvais vers, quand ils sont d'un grand poète. Pierre Choderlos de Laclos, Les Liaisons dangereuses

Traductions du mot « citer »

Langue Traduction
Portugais citar
Allemand nennen
Italien citare
Espagnol citarse
Anglais quote
Source : Google Translate API

Synonymes de « citer »

Source : synonymes de citer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « citer »



mots du mois

Mots similaires