Opposer : définition de opposer


Opposer : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

OPPOSER, verbe trans.

I.
A. − [Correspond à opposition A] Rare. Placer deux choses face à face, mettre vis-à-vis. Opposer une porte feinte à la porte d'entrée (Ac.). Mais sur la tranche que ces plateaux de molasse opposent aux vallées, se succèdent des bourgs ou villages (Vidal de La Bl.,Princ. géogr. hum., 1921, p.176).Ça vous plaît qu'il ait cinq doigts à chaque main et qu'il puisse opposer le pouce aux autres doigts (Sartre dsLar. Lang. fr.).
B. −
1. [Correspond à opposition B 1] Mettre en contraste. Opposer deux couleurs. Courbet et Manet avaient échoué à rendre l'éclat et les délicatesses de la lumière, parce qu'ils ne savaient guère qu'opposer le clair et le sombre, le noir et le blanc (Hourticq,Hist. art, Fr., 1914, p.428).C'est merveille de voir la liberté avec laquelle (...) [Mozart] serre et desserre les formes, varie les timbres et oppose les voix (Ghéon,Prom. Mozart, 1932, p.208).
2. Mettre en balance deux choses, deux personnes différentes.
a) Mettre en parallèle de manière à faire valoir les différences ou ressemblances. On osa la juger [la doctrine d'Aristote] et la combattre; on lui opposa Platon (Condorcet,Esq. tabl. hist., 1794, p.121):
1. Crédules et abstraits, ils opposent le fond à la forme; opposition qui n'a de sens que dans le monde pratique, celui dans lequel il y a échange immédiat de paroles contre actes et d'actes contre paroles. Valéry,Variété III, 1936, p.26.
En partic. Mettre en concurrence. Si la duchesse eût daigné avoir recours à la moindre coquetterie, elle eût conquis ce coeur, par exemple, en lui opposant un rival (Stendhal,Chartreuse, 1839, p.145).
b) Présenter comme totalement différent. Cette femme a été conduite machinalement à faire cette phrase par l'antithèse banale des deux mots bon et bête que l'on oppose fort souvent l'un à l'autre dans notre langue (Delécluze,Journal, 1826, p.357):
2. Je crois qu'il n'y a pas là deux mondes séparés, le spirituel et le matériel, et qu'il est vain de les opposer. Ce sont deux aspects d'un même et unique univers; comme il est vain d'opposer l'âme et le corps. Gide,Journal, 1949, p.338.
C. − Opposer à
1. Placer quelque chose de manière à faire obstacle à quelque chose. Ce sont les maladies qui, parfois, déciment les écrevisses sans que l'on puisse rien opposer au fléau (Coupin,Animaux de nos pays, 1909, p.407).
[Dans un cont. métaph.] C'est par centaines de mille que les paysans russes de la terre noire se précipitaient en Sibérie, si le gouvernement russe n'eût opposé une digue à l'irruption trop brusque du flot (Vidal de La Bl.,Princ. géogr. hum., 1921, p.46).
En partic.
Répondre par. M. de Vaudreuil crut donc devoir opposer la ruse à la ruse (Baudry des Loz.,Voy. Louisiane, 1802, p.90).Elle ne lui a pas fait un seul reproche; elle ne lui a opposé que le refus le plus obstiné et la plus terrassante douceur (Barb. d'Aurev.,Mémor. pour l'A... B..., 1864, p.438).Ayant ouvert, il crut reconnaître de ces gens dont Monsieur de Meillan lui disait qu'il fallait leur opposer la plus grande inertie (Miomandre, Écrit sur eau, 1908, p.242).
Alléguer, objecter. Aimer d'un même amour des êtres dissemblables à des époques différentes, est peut-être le plus sûr des arguments à opposer aux négateurs de l'immortalité (Milosz,Amour. initiation, 1910, p.127):
3. Quelle objection juridique pourrait opposer la société bourgeoise après les précédents légaux qu'elle-même a créés? Jaurès,Ét. soc., 1901, p.235.
2. [L'obj. désigne des pers.] Mettre en face de quelqu'un, face à face pour un combat, une compétition. Comment oseraient-ils me combattre seuls (...) N'eussent-ils que mille hommes à t'opposer, ils te les opposeraient (A. France,Voie glor., 1915, p.64).Abusant de la servitude militaire, ils vont jusqu'à nous opposer les poitrines de certaines troupes professionnelles (De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p.422).
JEUX, SPORTS. Un débat entre l'Est et l'Ouest incarné par une partie d'échecs qui oppose deux champions qui sont aussi, de plus ou moins bon gré, champions de leurs systèmes politiques respectifs (Télérama,10 avr. 1985, p.29).
Faire s'affronter. C'est là tout le sens du conflit qui oppose Ingres à Delacroix (Huyghe,Dialog. avec visible, 1955, p.206).
II. − Empl. pronom.
A. − Rare. ,,Être en face, vis-à-vis`` (Rob., Lar. Lang. fr.).
B. −
1. Contraster (avec). La basse harmonique se dégage de la mélodie, s'oppose à elle et en souligne l'articulation (Schaeffner,Orig. instrum. mus., 1936, p.61):
4. Il y a aussi les autres coiffures (...) surmontées d'aigrettes de fleurs raides, dont les couleurs s'opposent deux par deux et se marient étrangement. Artaud,Théâtre et son double, 1938, p.71.
2. Être le contraire de. Le beau s'oppose au laid. Les yeux saillants, à fleur de tête, s'opposent aux yeux profondément enfoncés (Richer,Nouv. anat. artist., t.2, 1920, p.123).Pour la logique de l'inconscient le terme composé amour-haine s'oppose à l'indifférence (Choisy,Psychanal., 1950, p.41).
C. − S'opposer à.Faire obstacle à quelque chose/quelqu'un.
1. Résister (à), combattre. Deux champions qui s'opposent. Les forces allemandes qui s'opposaient à l'avance de l'armée (Joffre,Mém., t.1, 1931, p.437).
2. [Le suj. désigne une ou des pers.]
a) Interdire. Toute une famille s'oppose à un mariage (Balzac,Cous. Bette, 1846, p.363).Je m'oppose à la vente! (R. Bazin,Blé, 1907, p.261):
5. Je n'ai pas besoin de vous dire que je m'oppose formellement à un pareil émiettement. Nos généraux et nos états-majors ne le cèdent en rien aux leurs. Nous refusons absolument de laisser employer nos moyens en détail par nos alliés. De Gaulle,Mém. guerre, 1954, p.636.
S'opposer à ce que + subj.Et moi je m'oppose à ce qu'on le prenne [ce monsieur] (Becque,Corbeaux, 1882, iii, 3, p.165).
b) Agir contre quelqu'un, braver quelqu'un. Mon grand mobile en m'opposant à Bock n'avait pas été de sauver un principe, mais de me trouver sur place quand les fouilleurs arriveraient à la trappe (Ambrière,Gdes vac., 1946, p.348).
3. Empêcher, faire obstacle à. Ici, rien ne restait du monde, qu'une nuit à laquelle Tchen s'accordait d'instinct comme à une amitié soudaine: ce monde nocturne, inquiet, ne s'opposait pas au meurtre (Malraux,Cond. hum., 1933, p.187).L'abstraction pour Rambert était tout ce qui s'opposait à son bonheur (Camus,Peste, 1947, p.1291).
Prononc. et Orth.: [ɔpoze], [o-], (il) oppose [ɔpo:z], [o-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1176 oposer «objecter» (Chrétien de Troyes, Cligés, éd. A. Micha, 4364); 2. a) ca 1224 «résister, se mettre en opposition» (Compl. de Jerus., ap. Bartsch, Lang. et litt. fr., 376, 10 ds Gdf. Compl.); b) 1431 part. prés. subst. «qui s'oppose à» (Enq., ap. Varin, Arch. admin. de Reims, 1, 48, ibid.); 1751 «hostile au pouvoir établi» (Voltaire, Louis XIV, 37 ds Littré); c) 1580 «placer de façon à faire obstacle» (Montaigne, Essais, éd. P. Villey, L. II, XII, p.598); d) 1671 «opposer une personne à une autre» (Molière, Psyché, Prol.); 3. a) 1321 «placer (une chose) vis-à-vis d'une autre» (Donat. Font.-les-Blanches ds Gdf. Compl.); b) 1681 part. passé subst. «chose ou personne d'une nature directement contraire» (Menestrier, Abrégé méthod. des principes héraldiques, p.155); c) 1873 «côté opposé, revers d'une monnaie» (Journ. Off., 18 févr., p.1186, 3ecol. ds Littré Suppl. 1877). B. Mil. xiies. verbe pronom. «se rebeller, désobéir» (Jeu d'Adam, éd. W. Noomen, 595); 1480 s'opposer à «refuser son accord à» (Mystere V. Testament, éd. J. de Rothschild, II, 334); 2. 1845-46 à l'opposé «au contraire» (Besch.); 1857 à l'opposé de «du côté opposé à» (Fromentin, Été Sahara, p.99). Empr. au lat. opponere «placer devant», «se dresser contre quelqu'un», «opposer comme obstacle, comme objection», francisé d'apr. poser*. Fréq. abs. littér.: 4213. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7071, b) 2897; xxes.: a) 3993, b) 7930.

Opposer : définition du Wiktionnaire

Verbe

opposer \ɔ.po.ze\ ou \o.po.ze\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’opposer)

  1. Mettre une chose vis-à-vis d’une autre, ou en placer plusieurs de manière à faire contraste.
    • Opposer une fausse porte à la porte d’entrée, un trumeau à une cheminée.
    • Opposer, dans un tableau, des bruns aux clairs.
  2. (Par extension) Placer une chose de manière qu’elle fasse obstacle à une autre.
    • Opposer une digue à l’impétuosité de la mer.
    • Opposer une batterie à une autre.
    • (Figuré)Vous mettrez en avant que…, mais à cela j’oppose que…
    • (Figuré)Il opposa de fortes raisons à tout ce qu’on lui avait dit.
    • Opposer la force à la force.
    • Opposer un obstacle aux entreprises de quelqu’un.
    • Opposer l’autorité d’Aristote à celle de Platon.
    • On leur opposa des troupes fraîches, de nouvelles troupes.
    • On lui opposa un dangereux adversaire.
    • Opposer Aristote à Platon.
  3. Mettre en comparaison, en opposition ou en parallèle.
    • Une autre réponse, plus fréquente qu'on ne l’imagine, et que l’on oppose également, par exemple, à toute tentative de réforme progressive de l'orthographe : puisque nous en avons « bavé », il serait immoral que les générations qui nous suivent n'en bavassent point aussi. — (G. Van Hout, « L'apprentissage des nombres naturels », chap. 1 de Troubles du calcul et dyscalculies chez l'enfant, dirigé par Anne Van Hout, Claire Meljac & Jean-Paul Fischer, Éditions Masson, 2001, rééd. 2005, page 35)
    • Quels orateurs pouvait-on opposer à Cicéron, à Démosthène ? — Il y a peu de statues modernes qu’on puisse opposer aux statues antiques.
  4. (Pronominal) Se mettre en opposition face à quelque chose ou à quelqu’un.
    • S’opposer aussi. S’opposer d’abord. S’opposer sans donner le sentiment – comme nous le faisons trop souvent – d’avoir toujours besoin de nous justifier de notre rejet radical de la politique impulsée par la majorité actuelle. — (Motion pour le congrès de Reims du Parti socialiste, Un monde d’avance ; la Gauche décomplexée, 2008)
  5. (Pronominal) (En particulier) (Droit) Déclarer suivant les formes judiciaires qu’on met empêchement à l’exécution de quelque acte, de quelque arrêt, de quelque formalité de justice.
    • S’opposer à la levée des scellés, à un paiement, à un mariage.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Opposer : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

OPPOSER. v. tr.
Mettre une chose vis-à-vis d'une autre, ou En placer plusieurs de manière à faire contraste. Opposer une fausse porte à la porte d'entrée, un trumeau à une cheminée. Opposer, dans un tableau, des bruns aux clairs. Il signifie, par extension, Placer une chose de manière qu'elle fasse obstacle à une autre. Opposer une digue à l'impétuosité de la mer. Opposer une batterie à une autre. Fig., Vous mettrez en avant que..., mais à cela j'oppose que... Il opposa de fortes raisons à tout ce qu'on lui avait dit. Opposer la force à la force. Opposer un obstacle aux entreprises de quelqu'un. Opposer l'autorité d'Aristote à celle de Platon. La fortune s'oppose à toutes mes entreprises. Il se dit aussi en ce sens en parlant des Personnes. On leur opposa des troupes fraîches, de nouvelles troupes. On lui opposa un dangereux adversaire. Opposer Aristote à Platon. Je m'oppose à cela. Il s'est toujours opposé à mes desseins. Il signifie encore Mettre en comparaison, en parallèle. Quels orateurs pouvait-on opposer à Cicéron, à Démosthène? Il y a peu de statues modernes qu'on puisse opposer aux statues antiques.

S'OPPOSER signifie particulièrement, en termes de Jurisprudence, Déclarer suivant les formes judiciaires qu'on met empêchement à l'exécution de quelque acte, de quelque arrêt, de quelque formalité de justice. S'opposer à la levée des scellés, à un paiement, à un mariage.

Opposer : définition du Littré (1872-1877)

OPPOSER (o-pô-zé) v. a.
  • 1Mettre une chose vis-à-vis d'une autre, de manière qu'elles soient en face. Opposer une glace à une fenêtre.

    Placer des choses en contraste. Opposer, dans un tableau, des bruns aux clairs.

  • 2Placer une chose de manière qu'elle fasse obstacle. Opposer une digue à un torrent.

    Fig. Et comme un saint rocher opposant ton courage, Régnier, Épître I. N'oppose aucun obstacle à cet ordre sacré, Voltaire, Orphel. I, 6.

    Faire qu'une chose serve d'obstacle. Ils vous opposeront de vastes solitudes, Racine, Alex. V, 1.

  • 3Faire que quelqu'un tienne tête à d'autres. L'opposer seul à tous serait trop d'injustice, Corneille, Cid, IV, 5. L'archiduc… par un soudain mouvement du prince, qui lui oppose des troupes fraîches à la place des troupes fatiguées, est contraint à prendre la fuite, Bossuet, Louis de Bourbon. Il fallait opposer à tant d'ennemis un homme d'un courage ferme et assuré, d'une capacité étendue…, Fléchier, Turenne. Qui donc opposez-vous contre ces satellites ? Racine, Athal. I, 2. Thémistocle mourut dans ces circonstances, lorsque le roi de Perse songeait à l'opposer à Cimon, Condillac, Hist. anc. II, 3. Comme il a de l'éloquence et de l'audace, on le fit venir de son exil pour l'opposer à Platon, Barthélemy, Anach. ch. 33.

    Mettre en lutte. C'est toi qui, me flattant d'une vengeance aisée, M'as vingt fois en un jour à moi-même opposée, Racine, Athal. V, 6. Opposant sans relâche avec trop de prudence Les Guises aux Condés, et la France à la France, Voltaire, Henr. II. Quel sujet toutefois a pu vous diviser ? Quels méchants l'un à l'autre ont su vous opposer ? Chénier M. J. Tibère, I, 1.

  • 4 Fig. Mettre en obstacle quelque chose de moral comme on y met quelque chose de physique. Opposons la constance aux périls…, Corneille, Héracl. I, 4. Et [il] n'oppose à mes vœux que son propre mérite, Corneille, Nicom. III, 8. À quoi sert d'opposer leur innocence à votre calomnie ? Pascal, Prov. XVI. Achille, à qui tout cède, Achille à cet orage Voudrait lui-même en vain opposer son courage, Racine, Iph. V, 3. J'oppose à ses raisons un courage inutile, Racine, Brit. IV, 4. Il oppose à l'amour un cœur inaccessible, Racine, Phèdre, III, 1. Les philosophes ne peuvent opposer la force à la force ; leurs armes sont le silence, la patience, l'amitié entre les frères, Voltaire, Lett. Damilaville, 16 avr. 1764. Et n'opposa plus à ses ennemis que le travail, le succès et le silence, D'Alembert, Éloges, Crébillon. Le prélat français sut opposer la prudence à la finesse, la modération aux vains éclats du zèle, l'activité à la lenteur, et la vigueur à l'opiniâtreté, D'Alembert, Éloges, Card. d'Estr.
  • 5Objecter, présenter comme une difficulté. Si nous savons nous connaître, nous confesserons, chrétiens, que les vérités de l'éternité sont assez bien établies ; nous n'avons rien que de faible à leur opposer, Bossuet, Duch. d'Orl. Que si M. Jurieu refusait à des livres si anciens la vénération qui leur est due, il n'y aurait qu'à lui demander d'où il a donc pris l'histoire des Machabées, qu'il nous oppose, Bossuet, 5e avert. 24. Ce qu'on oppose le plus ordinairement dans le monde à ce devoir, Massillon, Carême, Prière 1. L'usage, voilà tout ce que vous avez à nous opposer, Massillon, Carême, Élus. Quel indigne artifice ose-t-on m'opposer ? Voltaire, Orphel. III, 2.

    Opposer que. Je me suis accusé de trop de violence, Et ta beauté sans doute emportait la balance, Si je n'eusse opposé contre tous tes appas Qu'un homme sans honneur ne te méritait pas, Corneille, Cid, III, 4.

  • 6 Fig. Se servir de personnes ou de choses pour résister à d'autres ou pour les combattre. Opposer une puissante recommandation à une autre. Opposer l'autorité d'Aristote à celle de Platon. Opposer Aristote à Platon.
  • 7Mettre en contraste. J'oppose quelquefois, par une double image, Le vice à la vertu, la sottise au bon sens, Les agneaux aux loups ravissants, La Fontaine, Fabl. V, 1. Après avoir opposé de la sorte péché à péché, vous opposerez pénitence à pénitence, Bourdaloue, Exhort. char. env. les pauvres, t. I, p. 21. Ma rivale, accablant mon amant de bienfaits, Opposait un empire à mes faibles attraits, Racine, Bajaz. I, 4. Je craignais beaucoup que Guillaume Tell ne fût précisément mon Indatire ; il était si naturel d'opposer les mœurs champêtres aux mœurs de la cour, que je ne conçois pas comment l'auteur de Guillaume a pu manquer cette idée, Voltaire, Lett. d'Argental, 19 déc. 1766. La seule chose que j'oserais blâmer dans le rôle du Misanthrope, c'est qu'Alceste n'a pas toujours tort d'être en colère contre l'ami raisonnable et philosophe que Molière a voulu lui opposer comme un modèle de la conduite qu'on doit tenir avec les hommes, D'Alembert, Lett. à J. J. Rouss. Discerner la vérité au milieu de l'erreur générale, c'est le caractère du génie ; opposer son sentiment à celui de tout un peuple, c'est l'indice d'une âme forte, Diderot, Claude et Nér. II, 40.

    Mettre en comparaison, en parallèle. Un homme que notre siècle oppose à toute l'antiquité, Guez de Balzac, liv. I, lett. 2. Jérôme Bignon, cet illustre magistrat que les derniers siècles peuvent hardiment opposer aux plus grands personnages de l'antiquité, Mairan, Éloges, l'abbé Bignon. Osons opposer Socrate même à Caton : l'un était plus philosophe, l'autre plus citoyen, Rousseau, Écon. polit.

  • 8S'opposer, v. réfl. Être placé en obstacle. Hermione, seigneur, arrêtera vos coups ; Ses yeux s'opposeront entre son père et vous, Racine, Andr. I, 2. Les périls menacent, les obstacles s'opposent, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Hérac. I, 4.
  • 9 Terme de danse. S'opposer, effectuer un mouvement contraire, opposé. Dans la marche, le bras gauche s'oppose naturellement au pied droit, Dict. de danse, 1787.
  • 10Se faire contre-poids. Des forces qui se balancent, qui s'opposent sans pouvoir s'anéantir, Buffon, Morc. choisis, p. 15.
  • 11Faire tête à des personnes. Mon esprit en désordre à soi-même s'oppose, Corneille, Cinna, I, 2. Il est tard de vouloir s'opposer au vainqueur, Racine, Bajaz. IV, 3. Si les jésuites sont fessés, les jansénistes ne sont-ils pas trop fiers ? gens de bien, opposez-vous aux uns et aux autres ; soyez hardis et fermes, Voltaire, Lett. Damilaville, 6 déc. 1761.

    Faire tête, résister à quelque chose, empêcher quelque chose. L'homme s'oppose en vain contre la destinée, Régnier, Élégie V. Je ne m'oppose point à la commune joie, Corneille, Héracl. V, 8. Et insultant contre le premier qui s'opposait à son avis, il forma le dessein de le perdre, Pascal, Prov. II. Ne sait-on pas qu'il fallait souvent s'opposer aux inclinations du cardinal son bienfaiteur [Mazarin] ? Bossuet, le Tellier. Comme un fleuve majestueux et bienfaisant, qui …ne s'élève et ne s'enfle que lorsqu'avec violence on s'oppose à la douce pente qui le porte à continuer son tranquille cours, Bossuet, Louis de Bourbon. Il faut le dire, toujours il [Mazarin] y voulait revenir trop tôt [à la cour] ; le Tellier s'opposait à ses impatiences jusqu'à se rendre suspect, Bossuet, le Tellier. La puissance et l'autorité s'opposèrent à son dessein [de se faire religieuse], Fléchier, Mme d'Aiguillon. M. de Turenne s'oppose à la jonction de tant de secours ramassés, Fléchier, Turenne. À l'erreur de Roxane ai-je dû m'opposer, Et perdre mon amant pour la désabuser ? Racine, Baj. I, 4. On lui sut gré ici [à Lauzun] d'avoir contribué à une fuite [de Jacques II] à laquelle le prince d'Orange n'aurait eu garde de s'opposer, Mme de Caylus, Souvenirs, p. 232, dans POUGENS.

  • 12 Terme de jurisprudence. Mettre un empêchement judiciaire à l'exécution d'un acte. S'opposer à un payement, à un mariage.

HISTORIQUE

XIIIe s. Rois Avenir en sa couronne Se delite molt et opose, Car il cuide que nule chose Ne li puist nuire ne retraire Nes [même] un voloir de son affaire, Gui de Cambrai, Barl. et Jos. p. 3. Li uns pensers vers l'autre opose, Gui de Cambrai, ib. p. 15. De mainte chose i fut Berte mout araisnie, Et souvent oposée [contredite] et souvent assaillie, Berte, CXIX. Resons, qui d'autre part l'oppose Qu'ele se gart de fere chose Dont ele se repente au loing, Lai de l'ombre. Car riens qu'il voil, el ne refuse ; S'il opose, el se cent concluse ; S'ele commande, il obeist, la Rose, 21442.

XVIe s. À ses legions mutines Cesar opposoit seulement la fierté de ses paroles, Montaigne, I, 351. Ses argumens sont aussi solides que nuls autres qu'on leur puisse opposer, Montaigne, II, 149. Et peut on opposer à la prise de Samos, que Periclès prit à force, le recouvrement de Tarente, Amyot, Péric. et Fab. comp. 5. Ses malvueillans s'opposerent à ce que l'honneur du triumphe ne luy fut point decerné, Amyot, Marcel. 35. Si tous les autres d'un accord avoient arresté une chose ensemble, et qu'il y en eust un seul qui s'y opposast, le seul opposant l'emportoit par dessus tous les autres, Amyot, C. d'Utiq. 32.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Opposer : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

OPPOSER, v. act. & neut. (Gram.) former un obstacle : on dit, la nature n’a opposé à l’homme aucune barriere que son ambition sacrilege, son avarice insatiable, son infatigable curiosité n’ait franchie : on oppose des digues à la violence des eaux & des passions : on oppose la patience à la force : l’intérêt des autres s’oppose toujours à nos desseins : le blanc n’est pas plus opposé au noir que son caractere & le mien : les poles d’une sphere sont diamétralement opposés : qu’opposez-vous à cette preuve ! qu’oppose-t-elle à ses persécuteurs, des plaintes, des cris, des larmes, contre lesquelles ils se sont endurcis dès long-tems : si la fortune s’oppose à vos desseins, opposez à la fortune du courage & de la résignation : opposez-vous à la vente de ces effets.

Opposer. on dit d’un escrimeur, qu’il tire avec opposition quand il allonge une estocade en se garantissant de l’épée de l’ennemi, c’est-à-dire que la pointe de son épée attaque le corps de l’ennemi, tandis que le talon défend le sien.

Pour tirer avec opposition, il faut en détachant une estocade quelconque placer le bras droit & la main comme pour la parer : on tire avec opposition quand on détache l’estocade comme je l’ai enseigné. Voyez Estocade de quarte, de tierce, &c.

On peut dire que l’opposition est une parade, puisqu’on ne peut opposer sans faire un mouvement semblable à celui de parer. Quand on fait assaut, il faut être dans une continuelle opposition, & diriger la pointe de son épée sur l’estomac de l’ennemi, tandis que du talon de l’épée on met la sienne hors l’alignement du corps.

Cette opposition est une espece d’attaque, parce que l’ennemi qui veut comme vous diriger la pointe de son épée sur votre corps, ne souffre pas qu’elle en soit détournée, c’est pourquoi ce mouvement le détermine ou à dégager ou à forcer votre épée.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « opposer »

Étymologie de opposer - Wiktionnaire

(Siècle à préciser) Du latin opponere, francisé d’après poser.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de opposer - Littré

Verbe fait sur le modèle d'opposition (voy. ce mot).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « opposer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
opposer ɔpoze play_arrow

Conjugaison du verbe « opposer »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe opposer

Citations contenant le mot « opposer »

  • « Même si vous n’en avez pas l’obligation légale, il est de tradition de contacter la famille d’une personnalité dont une collectivité souhaite utiliser le nom, non seulement pour l’informer, mais pour demander sur accord de principe. Ce qui n’a pas été le cas. J’ai bien reçu un appel téléphonique de votre directeur général des services, M. Pierre, il y a quelques jours, pour m’informer de votre souhait de dénommer une future voie de la ZAC des Simonettes, du nom de mon mari ; sans me préciser la voie concernée, et en m’indiquant que je ne pourrai m’y opposer. Vous conviendrez que cela manque de politesse » , Champigny-sur-Marne. La Ville veut renommer une rue Dominique Adenot, sa famille s'y oppose | Actu Val-de-Marne
  • Plusieurs nouveaux maires écologistes souhaitent s'opposer au déploiement à venir du réseau 5G dans leur commune. Le principe de précaution semble un moyen d'action incertain. En revanche, le non-respect du Plan local d'urbanisme ou l'atteinte aux paysages naturels et urbains peuvent être invoqués par les élus.  Franceinfo, Les maires écologistes peuvent-ils s'opposer au déploiement de la 5G dans leur commune ?
  • L’affiche a de l’allure. Mais à circonstances exceptionnelles, date exceptionnelle… Le Trophée des Champions qui doit opposer le Paris Saint-Germain à l’Olympique de Marseille devrait bien avoir lieu. Cette idée circule depuis quelques jours dans les hautes instances du foot français. Et pour cause, un Classique entre les deux grands rivaux du foot hexagonal a toujours des retombées non négligeables. Mais la programmation de ce trophée mineur n’était pas aisée. 24matins.fr, Trophée des Champions : PSG - OM en janvier 2021 ?
  • Mais le juge n’est pas là pour faire la loi : il sert la loi, c’est-à-dire la volonté générale. Il l’interprète en tentant d’exprimer ce que souhaite la société à un moment donné. Aussi ne faut-il pas opposer la liberté à la sécurité : l’une ne va pas sans l’autre. Notre Constitution protège les libertés d’aller et venir, de culte, de manifester etc., mais elle proclame aussi que la Nation a le devoir de protéger notre santé. Le droit à la vie et le droit à la santé sont aussi des libertés fondamentales ! La mission du juge est de concilier entre elles ces libertés. La Croix, Bruno Lasserre : « Il ne faut pas opposer la liberté à la sécurité »
  • Le pouvoir, l'enfant, et surtout la femme, peuvent opposer l'ami à l'ami, le frère à son cadet ou le père à son fils. De Proverbe mandigue
  • La bonne politique n'est pas de s'opposer à ce qui est inévitable ; la bonne politique est d'y servir et de s'en servir. De Ernest Renan / La Réforme intellectuelle et morale de la France
  • Qu’est-ce que provoquer ? C’est avoir le courage d’affronter des idées reçues, de s’opposer à la pensée majoritaire. De Elisabeth Badinter / Lire, 1er mars 2015
  • Il ne s’agit pas d’opposer les petits avantages des femmes aux petits acquis des hommes, mais bien de tout foutre en l’air. De Virginie Despentes / King Kong Théorie
  • Seules les femmes sont réalistes ; elle n’ont qu’un but dans la vie : opposer leur réalisme à l’idéalisme extravagant, excessif, parfois éthylique des hommes. De Gilbert Keith Chesterton / A Handful of Authors
  • La mort est l'aînée, la vie sa cadette ; nous, humains, avons tort d'opposer la mort à la vie. De Proverbe africain
  • S’opposer n’est autre que proposer. Une opposition sans proposition n’est qu’un mouvement d’humeur. De Robert Sabatier / Le Livre de la déraison souriante
  • A la gravité des problèmes, il faut opposer l’audace d’objectifs sociaux élevés. De Robert Hue / Roberthue2002.net
  • S'opposer à quelque chose, c'est contribuer à son maintien. De Ursula Le Guin / La Main gauche de la nuit
  • Exister, c'est aussi s'opposer, ne pas toujours suivre l'opinion générale. De Christophe Malavoy / Valeurs Actuelles

Images d'illustration du mot « opposer »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « opposer »

Langue Traduction
Corse oppone
Basque aurka
Japonais 反対する
Russe оппонировать
Portugais opor
Arabe أعارض
Chinois 反对
Allemand ablehnen
Italien opporsi
Espagnol oponerse a
Anglais oppose
Source : Google Translate API

Synonymes de « opposer »

Source : synonymes de opposer sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « opposer »


Mots similaires