Répéter : définition de répéter


Répéter : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

RÉPÉTER, verbe trans.

I. − Empl. trans.
A. −
1. Redire.
a) Redire ce qu'on a déjà dit. Nos économistes ne savent que répéter (...) leur stérile aphorisme de liberté industrielle absolue (Comte,Philos. posit., t. 4, 1839-42, p. 221).M. de Broglie vint ensuite, avec des formes peu séantes, me sommer de répéter devant la Chambre les paroles que j'avais dites devant la commission de permanence, à l'occasion du discours de Grenoble (Thiers,Notes et souvenirs, 1870-1873, 1901 ds Rec. textes hist., p. 70).
[P. méton. du suj.] Sa lettre répétait indéfiniment: « Vous avez pu!... Vous avez pu!... Vous avez pu vous résigner à cela!... Vous avez pu vous perdre ainsi! » (Alain-Fournier,Meaulnes, 1913, p. 352).Il fit un pas vers Erlane dont la tête répétait « non », mécaniquement (Vercel,Cap. Conan, 1934, p. 164).
Empl. abs. La lassitude de répéter sans être compris nous invitait bientôt à nous taire (Ambrière,Gdes vac., 1946, p. 351).
SYNT. Répéter un mot, un nom, une phrase; répéter lentement, machinalement, posément; répéter avec énergie, insistance, rage, violence; répéter avec une voix déchirante, lamentable, querelleuse, sourde; répéter comme un perroquet, un refrain, une cantilène; répéter d'une voix enfantine, éteinte, pleurante; répéter à voix basse, haute; répéter bien/tout haut; répéter à demi-voix, à mi-voix; répéter par cœur; avoir souvent, maintes fois l'occasion de le répéter; tenir à le répéter; répéter une fois de plus; ne cesser de le répéter; répéter à s'égosiller, à satiété, à tout bout de champ (fam.).
b) Redire ce que quelqu'un d'autre a dit, le raconter. Les gens du pays lui ont donné un nom bizarre que je ne saurais vous répéter dans leur impossible patois (G. Leroux,Parfum, 1908, p. 44):
1. Les béatitudes célestes et les tourments de l'enfer étaient sans prise sur son esprit (...). Elle en faisait le récit fidèle à Pomme d'Api avant de s'endormir, mais de la même façon qu'elle lui eût répété un conte de fées ou une légende de Marie Coquelière. Boylesve,Leçon d'amour, 1902, p. 243.
Au passif. On ne se donnera pas même la peine d'examiner la question, de lire ce dont on parle sciemment sans l'avoir lu! Tout mensonge répété devient une vérité: on ne saurait avoir trop de mépris pour les opinions humaines (Chateaubr.,Mém., t. 3, 1848, p. 98).Tout ou presque allait être répété par les mouchards à l'affût (Céline,Voyage, 1932, p. 81).
Empl. factitif. [Le suj. désigne un appareil] Un ingénieur poète réussit enfin à faire répéter un mot par un appareil qu'il venait d'inventer, un mot bref, selon la chronique, et fort mal considéré dans la langue française (Samuel,Art mus. contemp., 1962, p. 630).
[Le suj. désigne l'écho] L'écho, comme le tonnerre, se mit aussitôt à sonner et répéta les aboiements (Cladel,Ompdrailles, 1879, p. 128).Au passif. Les colibris, les brillants oiseaux de Java et les tourterelles (...) dont les chants et les doux murmures sont répétés par les échos (Bern. de St-P.,Harm. nat., 1814, p. 351).
Synon. de rediffuser.Le disque souple naquit du désir du producteur de pouvoir procéder lui-même à des enregistrements. D'abord pour répéter des émissions, telles que le journal parlé (Matras,Radiodiff. et télév., 1958, p. 43).
SYNT. Répéter un bruit, un secret, une calomnie, une conversation, une nouvelle; répéter qqc. fidèlement, mot à mot, mot pour mot; s'abstenir de répéter.
2. P. ext. Exprimer à nouveau une idée, une pensée (en l'empruntant à quelqu'un d'autre), la reformuler, s'en faire l'écho. Les gens médiocres (...) ne sont étonnés de rien (...) quand ils prennent la parole à leur tour, ils vous répètent avec beaucoup de confiance, comme si c'était de leur cru, ce qu'ils ont ailleurs entendu dire à vous même (Delacroix,Journal, 1852, p. 461).
[Avec insistance ou d'une manière fastidieuse, notamment avec les adv. toujours, trop, tant] Rabâcher, ressasser, seriner. Répéter toujours la même chose; on ne saurait trop le répéter. L'aveugle accusation absolue, tant répétée contre le catholicisme, d'avoir (...) toujours tendu à étouffer le développement populaire de l'intelligence humaine (Comte,Philos. posit., t. 2, 1839-42, p. 295):
2. On se souvient qu'au « Grand Siècle » un de nos moralistes les plus lucides avait hasardé cette définition que nos maîtres nous ont répétée, sans trop faire effort d'ailleurs pour nous l'expliquer à fond: « L'honnête homme est celui qui ne se pique de rien ». Antoine, Passeron,Réforme Univ., 1966, p. 112.
[Dans un sens de blâme] Rapporter ce qu'on a entendu. Prenez garde à cet homme, il est sujet à répéter ce qu'on a dit, ou simplement à répéter. Les enfants répètent sans se douter des inconvénients que cela peut avoir (Ac.1935).V. coûter B 2 ex. de Gracq.
B. − Refaire. Synon. réitérer, renouveler.
1.
a) Refaire ce qu'on a déjà fait. Répéter un geste, des efforts, des essais; répéter des examens (médicaux), des exercices physiques; répéter une expérience (avec succès), une observation, des tentatives. Tu as répété sur toi-même l'expérience dont va mourir cette pauvre enfant (Curel,Nouv. idole, 1899, iii, 2, p. 240).Nous sommes en train de répéter toutes les erreurs d'avant-guerre! (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 223).
b) [Le suj. désigne un indéterminé à valeur de neutre] Qu'il s'agisse de la science ou des arts, on observe (...) que toujours ce qui se fait répète ce qui fut fait, ou le réfute: le répète en d'autres tons, l'épure, l'amplifie, le simplifie (Valéry,Variété II, 1929, p. 197).
c) Au passif. L'opération [l'épilation] peut être répétée sans inconvénient (Quillet Méd.1965, p. 316).
d) [P. méton. du suj.] Dans le domaine de la circulation ferroviaire, de la nav.Répéter un signal/des signaux. La lanterne à trois couleurs d'un homme d'équipe décrivit des arcs de cercle et sa trompe mugit le coup double du refoulement. À l'autre bout de la voie, proche la machine attelée, une autre lanterne répétait le signal (Hamp,Marée, 1908, p. 42).
2. En partic.
a) Redire ou refaire pour fixer dans sa mémoire. Répéter un sermon, une leçon. Toutes ces phrases de fatuité moqueuse que j'avais répétées comme une leçon et comme un rôle pendant le temps de mes désordres, me traversèrent l'esprit subitement (Musset,Confess. enf. s., 1836, p. 225).
b) MUS., THÉÂTRE. Dire, faire plusieurs fois ce qu'on doit dire/faire/exécuter au cours d'une réprésentation en public, s'exercer à le dire/faire à plusieurs reprises en privé; mettre (une pièce) en répétition. Répéter un morceau, un rôle, une pièce. Nous répétons les quatre actes avec les décors (Flaub.,Corresp., 1872, p. 2).Elle exécute de temps en temps, en dix minutes, un morceau qu'elle a répété pendant huit jours (Alain,Propos, 1921, p. 240).Empl. abs. [Les figurantes] ont, pour répéter, épinglé leurs jupes en pagne autour des hanches (Colette,Music-hall, 1913, p. 115).
C. − Reproduire.
1. [Le suj. et l'obj. désignent un inanimé]
a) Dans le domaine concr.
α) [Le suj. désigne une horloge] Synon. indiquer, sonner.Toutes les horloges répétèrent une heure comme elles avaient annoncé minuit (Maupass.,Bel-Ami, 1885, p. 373).
β) [Le suj. désigne un miroir, une image réfléchie] Synon. réfléchir.Le lac, les flots du lac répète(nt) la lumière de la lune, les feux du soleil couchant. Pour lui la mer était gaie, vive, spirituelle au milieu du jour, lorsqu'elle frissonnait en répétant l'éclat de la lumière par ses mille facettes éblouissantes (Balzac,Enf. maudit, 1831, p. 391).[Faust] vit par les yeux, et ses grands yeux jamais ne se lassent de s'imprégner de figures et de couleurs. Il s'enivre de tout objet qui lui répète la lumière; il vit de voir (Valéry,Variété IV, 1938, p. 110).
P. anal., ou p. métaph. Mais sa voix juste et pure était le diapason auquel il accordait son âme. Il suffisait que Christophe crût entendre, par avance, cette voix répéter sa pensée, pour qu'il ne pensât rien qui ne fût juste, pur, et digne d'être répété (Rolland,J.-Chr., Nouv. journée, 1912, p. 1549).
γ) [Le suj. désigne un motif, un ornement, un lieu reproduit avec symétrie] Pour cacher le grand mur nu de la maison de gauche (...) on y avait répété les fenêtres, de fausses fenêtres peintes, aux persiennes éternellement closes (Zola,Pot-Bouille, 1882, p. 7).
b) Dans le domaine abstr.Aujourd'hui répétait hier, il n'y avait ni arrêt ni dénouement (Zola,Pot-Bouille, 1882, p. 381).
2. [Le suj. et l'obj. désignent des êtres animés] Synon. perpétuer, recréer.Des fils dignement nés et dressés continuent et répètent leurs pères (Barrès,Amit. fr., 1903, p. 35).[P. méton. du compl.] On a vu que l'infériorité de la femme venait originellement de ce qu'elle s'est d'abord bornée à répéter la vie (Beauvoir,Deux. sexe, t. 2, 1949, p. 340).
D. − DR. Réclamer le remboursement d'une somme dont on n'était pas redevable. Répéter l'indu; avoir le droit de répéter. Donc, répétez, c'est-à-dire demandez l'arriéré de votre usufruit, faites-le liquider et déterminer, quitte à ne pas le prendre immédiatement, ainsi que toutes vos dépenses pour le procès et pour votre séjour (Balzac,Lettres étr., t. 2, 1844, p. 364).
II. − Empl. pronom.
A. − Souvent réfl.
1.
a) [Corresp. à supra I A] Redire les mêmes choses. Avoir le défaut de se répéter; se répéter avec affectation, obstination; se répéter sans cesse, sans s'en apercevoir; se répéter fastidieusement, volontiers. Sur les choses extrêmes − comme la mort − les vivants, qui se renouvellent, se répètent indéfiniment. Ils vont entre trois ou quatre idées qui leur sont les quatre murs de leur chambre mentale, renvoyés de l'une à l'autre paroi comme balles (Valéry,Mauv. pens., 1942, p. 103).
[Avec une connotation péj.] Synon. radoter.Les vieillards sont sujets à se répéter (DG).
Empl. réfl. indir. Se redire un mot; se redire que; se répéter un mot; se répéter que. La culture serait comme un stupéfiant de la volonté, une dépravation de l'intelligence, un vice qu'on aime (...). Ces phrases fameuses, combien d'entre nous se les sont répétées désespérément (Massis,Jugements, 1923, p. 151):
3. ... si j'ai bonne mémoire tu n'as rien trouvé de plus clair pour répondre à ma plainte que ces deux mots éternels: « Il pleut! » en les faisant précéder toutefois (...) de cette affirmation que je me suis souvent répétée en me persuadant qu'elle nous rapprochait: « Il me semble... il me semble qu'il pleut! » J. Bousquet,Trad. du sil., 1936, p. 61.
b) En partic. [Corresp. à supra I B 2 a] Se répéter un mot; se répéter que (pour s'en souvenir). Pendant que l'officier essaye de lire, le coureur lui débite, en haletant toujours, le contenu du message qu'il s'est gravé dans la tête pour le cas où il perdrait le papier. Il se l'est répété vingt fois (Romains,Hommes bonne vol., 1938, p. 39).
2. [Corresp. à supra I B; le suj. désigne notamment un artiste, un écrivain] Employer les mêmes moyens, traiter les mêmes sujets. Tout ce qu'il [Marivaux] avait à donner de bon, il l'avait produit et à plusieurs reprises (...) aux yeux des autres, il se répétait (Sainte-Beuve,Caus. lundi, t. 9, 1854, p. 378).Il ne m'intéresse pas d'établir si Chirico peint mieux ou plus mal, s'il se répète ou s'il invente (Cocteau,Crit. indir., 1932, p. 18).
3. [Corresp. à supra I C 1] Se reproduire; se reproduire plusieurs fois.
a) Domaine concr.
α) [Le suj. désigne la sonnerie de la pendule...] La sonnerie de la pendule se répète, exactement la même, toutes les demi-heures (Dagn.1965).
β) [Le suj. désigne l'image réfléchie par une surface plane, un miroir] Se refléter, se réfléchir. Emma (...) appuyait son chignon contre le dossier du vieux fauteuil (...) et sa tête nue se répétait dans la glace avec la raie blanche au milieu, et le bout de ses oreilles dépassant sous ses bandeaux (Flaub.,MmeBovary, t. 2, 1857, p. 77).Sur le sol, la verrière se répétait, verte et rouge (Benoit,Atlant., 1919, p. 252).
γ) [Le suj. désigne l'ornement du motif d'un tableau, l'ordonnance, la disposition des pièces d'un même appartement, d'un niveau par rapport à un autre...] Telle courbure, tel ovale, tel angle, telle sinuosité dans le modèle doit se répéter dans la copie par une ligne de même nature (Taine,Philos. art, t. 1, 1865, p. 68).
δ) [Le suj. désigne un individu] [Les soldats] se consultaient des yeux, et plus d'un sourire se répétait de bouche en bouche (Balzac,Chouans, 1829, p. 27).
b) Domaine abstr.Synon. se renouveler.La nature se répétait de plus en plus paresseusement, sans goût, sans verve créatrice (Arnoux,Calendr. Fl., 1946, p. 316).C'était vraiment un de ces endroits où les jours se répètent à longueur d'année (...) sans que rien n'arrive jamais (Beauvoir,Mandarins, 1954, p. 499).
B. − Empl. pronom., passif
1. [Corresp. à supra I B 1; le suj. désigne un inanimé] Être répété. On peut à la rigueur, en accaparant des stocks ou en spéculant en bourse, réaliser quelques gains aux dépens d'autrui; mais ces « coups » ne peuvent se répéter souvent (Wilbois,Comment fonct. entr., 1941, p. 4).
2. En partic.
a) Dans le domaine des arts.[Le suj. désigne un mot, une note, un ornement, un motif...] Le même mot se répète trois fois dans un rondeau (Ac.).Toute note qui a été entendue à la fin d'un temps ou d'une mesure et qui se répète au temps ou à la mesure qui suit, pour descendre ensuite d'un degré, est une appogiature (Fétis,Harm., 1849, p. 117).La difficulté réside dans le fait que la véritable poterie représente une réussite technique qui ne peut se répéter souvent (Lowie,Anthropol. cult., trad. par E. Métraux, 1936, p. 148).
b) [Corresp. à supra I B 2 b; le suj. désigne une œuvre musicale, dramatique, chorégraphique] ,,Être mise en répétition`` (Littré).
C. − Empl. pronom. réciproque. Se redire mutuellement plusieurs fois la même chose, les mêmes paroles. P. métaph. Ô l'Eau, sœur de mon âme, empire des noyés, Se répétant le soir l'une à l'autre: « Voyez S'il est une douleur comparable à la mienne! » (Rodenbach,Règne sil., 1891, p. 65).
REM. 1.
Répétable, adj.Qui peut être répété, recommencé, refait ou reproduit. Il n'y a de fait, objet de science, que répétable (Schaeffer,Rech. mus. concr., 1952, p. 144).
2.
Répétailler, verbe trans.,fam. Répéter sans cesse. Répétailler toujours la même chose; ne faire que répétailler. Quel langage [celui de Guizot] sec, monotone, (...) répétant, répétaillant, à satiété les mêmes choses (Sainte-Beuve,Poisons, 1896, p. 66).Empl. pronom. réfl. Un jour un député méridional, ministériel et ennuyeux, cherchait à mettre en ordre ses feuillets à la tribune, sans y réussir, et (...) le président, l'entendant se répétailler pendant cette opération, s'écria: « Tu auras beau battre tes cartes, tu n'y trouveras pas d'atouts! » (Balzac, Œuvres div., t. 3, 1843, p. 567).
Prononc. et Orth.: [ʀepete], (il) répète [ʀepεt]. Ac. 1694, 1718: repeter; dep. 1740: répéter. Conj. v. abréger. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1210 « redire, exprimer de nouveau » (Raoul de Houdenc, Meraugis, 314, var. ds T.-L.); 2. 1269-78 « ramener à sa mémoire » (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 7137); 3. 1530 répéter une leçon (Palsgr., p. 686); 1663 théâtre (Molière, Impromptu de Versailles, 1); 4. 1660 « expliquer en particulier à des élèves l'enseignement donné par un professeur » (Oudin Fr.-Esp.) 5. 1671 « reproduire un son (de l'écho) » (Pomey); 6. 1682 « refaire ce que l'on a déjà fait » (La Fontaine, Poème du quinquina ds Œuvres, éd. H. Régnier, t. 6, p. 323); 7. 1798 « reproduire pour la symétrie » (Ac.); 8. id. « rapporter ce qu'on a entendu » (ibid.). B. 1. Ca 1360 « réclamer, redemander » (H. Capet, 127 ds T.-L.); 2. 1626 dr. « réclamer ce qu'on a prêté » (A. Hardy, Théagène et Cariclée, éd. J. Quesnel, 141, 170). C. Verbe pronom. 1. 1718 « être redit, en parlant d'une chose » (Ac.); 2. 1693 « se servir des mêmes tours, des mêmes moyens à des fins stylistiques » (Fontenelle, Parallèle Racine, Corneille ds Littré); 3. 1827 « être reproduit » (Chateaubr., Voy. Amér. et Ital., t. 1, p. 64); 4. 1872 « être mise en répétition (d'une pièce de théâtre) » (T. Gautier, Le Bien public, 3 mars ds Littré Suppl. 1877). Empr. au lat.repetere « reprendre, recommencer », « évoquer », « revendiquer, réclamer », « se remettre à faire quelque chose »; cf. aussi repeir « répéter » (ca 1200, Règle St Benoit, éd. A. Héron, 1618, 1642). Fréq. abs. littér.: 12 065. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 14 610, b) 17 297; xxes.: a) 21 931, b) 16 382.
DÉR.
Répéteur, subst. masc.a) Rare. Celui qui répète. Les ignorants, les imbéciles, les répéteurs de banalités, parlaient de lui parce qu'on en parlait (Richepin,Morts biz., 1876, p. 258).Avoir vingt-cinq ans, l'âge des illusions (...) et être déjà un suiveur, un répéteur! (Léautaud,Journal littér., 3, 1914, p. 141).b) Télécomm. Ensemble d'organes permettant l'amplification des courants téléphoniques dans les deux sens de transmission. Il est franchi dans l'alimentation des caténaires de nos chemins de fer électrifiés, comme dans celle des « répéteurs » de nos câbles téléphoniques à grande distance (Decaux,Mesure temps, 1959, p. 38).Sc. Techn. spat. 1978 signale ,,ne pas confondre avec répondeur``. [ʀepetœ:ʀ]. 1resattest. a) fin xives. « celui qui redemande » (Gl. Gall.-lat., Richel. 1. 7684 ds Gdf.), b) 1660 « celui qui répète » (Oudin Esp.-fr., s.v. repetidor), c) 1953 télécomm. (Lar. 20eSuppl.); de répéter, suff. -eur2*.
BBG.Dub. Dér. 1962, p. 41 (s.v. répéteur). − Quem. DDL t. 27.

Répéter : définition du Wiktionnaire

Verbe

répéter \ʁe.pe.te\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se répéter)

  1. Redire, dire ce qu’on a déjà dit soi-même.
    • Il se tut. Les autres devisaient toujours paisiblement. Il répéta sa question. Ils s’obstinaient à ne point faire la moindre attention à lui. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 352 de l’éd. de 1921)
    • Brüder répéta ses instructions, mais c'était inutile, elle savait qu'il avait raison. Face à une pandémie potentielle, le confinement total était la seule solution viable. — (Dan Brown, Inferno, Jean-Claude Lattès, 2013)
    • Tout général, ayant droit à un triomphe (défilé de ses légions victorieuses dans Rome), est accompagné d'un esclave lui répétant à l'oreille : « La roche Tarpéienne est proche du Capitole. » — (Philippe Moreau Defarges, L'Histoire du monde : Pour les Nuls, First Éditions, 2010)
    • Le commissaire me prenait pour une bille ou bien il avait des trous de mémoire, je penchais plutôt pour la première solution, alors je répétai sans m'énerver, que ça soit naturel :
      – Non, il était en costard, je crois vous l'avoir déjà dit, non ?
      — (Pascal Dessaint, Les Hommes sont courageux, Éditions Rivages, 2013)
  2. Redire, dire ce qu’un autre a dit.
    • L’écho de la forêt voisine répétait nos cris, le mugissement des troupeaux, le tintement des clochettes et le claquement du fouet […] — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • Vous répétez ce qu’on a dit cent fois.
    • Répétez avec moi.
  3. Rapporter ce qu’on a entendu.
    • La quakeresse répéta en détail la conversation qu'elle avait entendue la veille. Sa mémoire était excellente et elle put redire mot pour mot les propos des officiers britanniques. — (Kurt Singer & Jane Sherrod, Les espions qui ont changé l’histoire, traduit de l'anglais par Bruno Bax, Paris : Presses de la Cité, 1961, p. 36)
  4. Refaire ; renouveler. — Note : on le dit surtout de ce dont le retour est fâcheux, désagréable, fatigant.
    • Un célèbre Académicien a déjà tenté cette expérience , & j'ai lieu de croire que la répétant & opérant avec tout le soin qu'elle exige, nos résultats seront à-peu-près les mêmes. — (Résultat des Expériences & Observations de MM. De Ch… & Cl… sur l'Acier fondu, dans le Journal de physique, de chimie, d'histoire naturelle et des arts, juillet 1788, , vol.33, p.46)
    • De cent façons, New York et sa somptueuse ploutocratie répétaient Venise : dans la magnificence de son architecture, de ses arts, de ses édifices, dans le farouche acharnement de ses luttes politiques, dans sa suprématie commerciale et maritime. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 209 de l’éd. de 1921)
    • Cela se répète souvent, se répète tous les jours, cela se renouvelle, a lieu souvent, tous les jours.
    • (Marine) Répéter les signaux, faire les mêmes signaux que le commandant, afin que les vaisseaux les plus éloignés puissent les voir ou les entendre.
  5. (Figuré) Réitérer le même motif.
    • On a répété cet ornement à droite et à gauche.
    • Les mêmes ornements se répètent sur les autres faces de l’édifice.
  6. Réfléchir les images des objets.
    • L’eau du lac répétait son image.
    • Ces deux glaces placées en regard répètent les objets à l’infini.
  7. (En particulier) Réviser plusieurs fois une même chose, pour pouvoir la prononcer ou l’exécuter en public.
    • Répéter son sermon, sa leçon.
    • Je lui ai fait répéter son rôle.
    • Répéter un trio, un quatuor.
  8. (Droit) Réclamer.
    • Répéter les dommages et intérêts.

se répéter transitif

  1. Redire les mêmes choses.
    • C’est un conteur agréable, mais il se répète quelquefois.
    • Ce poète, ce musicien a le défaut de se répéter.
  2. (Plus rare) Recommencer.
    • L’unité physionomique d'un paysage provient de ce que certaines plantes se répétant très fréquemment lui impriment une allure particulière. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p. 101)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Répéter : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

RÉPÉTER. v. tr.
Redire, dire ce qu'on a déjà dit soi-même. Je vous ai dit cela et je vous le répète. On ne saurait trop lui répéter ces sages paroles. Répétez-moi votre question. Il répète dix fois la même chose. Je vous répète ce que je lui ai dit. Le public a fait répéter ce couplet. Le même vers se répète deux fois à la fin de chaque couplet de cette chanson. Le même mot se répète trois fois dans un rondeau. Il signifie aussi Redire ce qu'un autre a dit. Vous répétez ce qu'on a dit cent fois. Cet écho répète deux fois, trois fois les paroles, les sons. Absolument, Répétez avec moi. Il signifie encore Rapporter ce qu'on a entendu, et il s'emploie dans un sens de blâme. Prenez garde à cet homme, il est sujet à répéter ce qu'on a dit, ou simplement à répéter. Les enfants répètent, sans se douter des inconvénients que cela peut avoir. Il signifie également Faire une chose qu'on a déjà faite ou qui a déjà été faite par un autre. Répéter une expérience, une observation. Cela se répète souvent, se répète tous les jours, Cela se renouvelle, a lieu souvent, tous les jours. On le dit surtout de Ce dont le retour est fâcheux, désagréable, fatigant. En termes de Marine, Répéter les signaux, Faire les mêmes signaux que le commandant, afin que les vaisseaux les plus éloignés puissent les voir ou les entendre.

RÉPÉTER se dit aussi, figurément, en parlant d'une Disposition symétrique qui présente deux ou trois fois le même motif. On a répété cet ornement à droite et à gauche. Les mêmes ornements se répètent sur les autres faces de l'édifice. Il signifie également Réfléchir les images des objets. L'eau du lac répétait son image. Ces deux glaces placées en regard répètent les objets à l'infini. Il signifie encore Dire ou faire en particulier plusieurs fois une même chose, pour pouvoir la prononcer ou l'exécuter en public. Répéter son sermon, sa leçon. Répéter une comédie. Répéter un ballet. Je lui ai fait répéter son rôle. Répéter un trio, un quatuor. En termes de Droit, il signifie Réclamer. Répéter les dommages et intérêts.

SE RÉPÉTER se dit de Quelqu'un qui redit les mêmes choses. C'est un conteur agréable, mais il se répète quelquefois. Ce poète, ce musicien a le défaut de se répéter.

Répéter : définition du Littré (1872-1877)

RÉPÉTER (ré-pé-té. La syllabe pé prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette : je répète, excepté au futur et au conditionnel : je répéterai) v. a.
  • 1Dire ce qu'on a déjà dit soi-même. Dieu ne parle qu'une fois, et il ne répète point ce qu'il a dit, Sacy, Bible, Job. XXXIII, 14. Que dirai-je des saintes prières des agonisants… ? il se les fit répéter trois fois, et il y trouva toujours de nouvelles consolations, Bossuet, Louis de Bourbon. On vit de part et d'autre [entre le prince de Condé mourant et sa famille] tout ce qu'on affaiblit en le répétant, Bossuet, ib. Ce nom qu'à tous moments votre bouche répète, Racine, Bérén. I, 4. Il nous semblerait qu'une telle éloquence [de Démosthène] est contraire au génie de la multitude, qui demande qu'on lui répète souvent les mêmes choses, et que, pour les rendre plus intelligibles, on leur donne plus d'étendue, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 86, dans POUGENS. Quand on répète ce qu'on a déjà dit, c'est une preuve qu'on n'a rien à dire, Voltaire, Comm. Corn. Rem. Sert. III, 4. Quand on répète la pensée, il faut fortifier l'expression, Voltaire, ib. Poly. V, 3. Il répète les noms de devoir, de justice, Voltaire, Orph. IV, 2. Au bonhomme d'oncle il répète sans cesse, Que c'est le seul parti qui convienne à sa nièce, Gresset, le Méch. I, 1.

    Ne pas se le faire répéter, exécuter sur-le-champ ce qui est commandé. La chambrière… Ne se le fait pas deux fois répéter, La Fontaine, Gag.

    Absolument. Il parle avec confiance ; il fait répéter celui qui l'entretient, et ne goûte que médiocrement tout ce qu'il lui dit, La Bruyère, VI. Allez savoir, Lisette, Si l'on peut voir Cléon… faut-il que je répète ? Gresset, le Méch. I, 3.

  • 2Redire ce qu'un autre a dit. Cet écho répète les mots. Il [Sénèque] dit que, dans sa jeunesse, il répétait jusqu'à deux mille mots, après les avoir simplement entendus, et il les répétait dans le même ordre qu'on les lui avait récités, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. XI, 2e part. p. 696, dans POUGENS. Ovide a conté cette affaire ; la Fontaine en parle après lui ; Moi je la répète aujourd'hui, Et j'aurais mieux fait de me taire, Voltaire, Filles de Minée. C'est Platon qui l'a dit le premier, et d'autres l'ont répété ensuite, Voltaire, Blanc et noir. Le moyen le plus sûr d'accréditer une opinion auprès de la frivolité française, est d'inventer quelques phrases que tous les sots puissent répéter en croyant dire quelque chose, D'Alembert, Éloges, Crébillon. D'une chaste harmonie enivrant nos oreilles, Nous répétons les vers de ces hommes divins Qui parlent par image ainsi que la nature, Lamartine, Harm. I, 5.

    Cette montre, cette pendule répète les heures, les quarts, on lui fait sonner, en poussant un ressort, en tirant un cordon, l'heure et les quarts.

    Terme de marine. Répéter les signaux, faire les mêmes signaux que le commandant, au moyen de pavillons, de feux ou en tirant le canon, afin que les navires les plus éloignés voient ou entendent ces signaux.

  • 3Recommencer. La nature, si variée dans ses ouvrages, ne paraît avoir répété aucune de ses formes dans l'autre continent, mais les avoir faites sur des modèles tout neufs, Buffon, Ois. t. XIII, p. 275. Il serait bien utile d'établir des sociétés uniquement destinées à répéter les expériences contestées sur les objets dont les arts et les sciences s'occupent, Sennebier, Ess. art. d'observ. t. III, p. 63, dans POUGENS.
  • 4En mauvaise part, rapporter ce qu'on a entendu. Quoi que vous lui disiez, il ira le répéter partout.

    Absolument. Les enfants sont sujets à répéter.

  • 5Représenter, reproduire, réfléchir. Il fut se placer au pied d'un rocher, qui, le jour précédent, lui répétait les sons de cette voix touchante, Marmontel, Cont. mor. Berg. Alp. Des fleuves et des lacs, ou sombres ou brillants, Répétant le soleil, les masses des nuages, Des troupeaux animant ces riches pâturages, Saint-Lambert, Sais. III.
  • 6Présenter symétriquement d'un côté l'équivalent de ce qu'on voit de l'autre. On a répété cet ornement à droite et à gauche.
  • 7S'exercer à dire ou à faire en particulier quelque chose qu'on devra dire ou faire en public. Puisque nous voilà tous habillés, et que le roi ne doit venir de deux heures, employons ce temps à répéter notre affaire, et voir la manière dont il faut jouer les choses, Molière, Impromptu, 1. On répète des danses dans mon cabinet ; j'ai plus d'envie de pleurer que de m'en divertir, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 15 févr. 1699. L'on répétait alors à Fontainebleau un ballet que le roi et Madame dansèrent, La Fayette, Hist. Henr. d'Angl. Nous répétâmes hier une tragédie ; si vous voulez un rôle, vous n'avez qu'à venir, Voltaire, Lett. d'Arget, 8 janv. 1758. La pièce, dans l'état où je l'avais mise, fut répétée au grand théâtre de l'opéra, Rousseau, Conf. VII. Tiens, papa, ce matin encor nous répétions Un petit dialogue à nous deux, Collin D'Harleville, Vieux célib. III, 2.

    Fig. Nous répétons un peu nos vieilles leçons, Sévigné, 456.

    Absolument. Songeons à répéter, s'il vous plaît, Molière, Impromptu, 1. Les acteurs du divertissement vont venir répéter ici, Dancourt, l'Opéra de village, SC. 10. Quand répétera-t-on ? - Vos affaires vont mal ; La pièce est aux arrêts chez le censeur royal, Delavigne, Comédiens, II, 3.

    Fig. Je fus l'autre jour me promener dans ces belles allées de Chaulnes… je répétais pour les Rochers, Sévigné, 19 avr. 1689.

  • 8Exercer en particulier des élèves sur ce qui fait l'objet de l'enseignement du professeur qu'ils suivent. Il répète ces deux élèves.

    Fig. Le vendredi 9 août (1715) le P. Tellier répéta le roi longtemps le matin sur l'enregistrement pur et simple de la constitution, Saint-Simon, 402, 247.

    Il se dit aussi de la chose sur laquelle on exerce l'élève. Il répète la rhétorique. Une grande économie n'eût pas suffi ; il fallut qu'il répétât à d'autres écoliers plus riches et plus paresseux ce qu'on venoit presque dans l'instant de leur enseigner à tous, Fontenelle, Littre.

  • 9Redemander, réclamer (il ne se dit guère qu'en termes de jurisprudence civile ou militaire. Mme de Lesdiguières m'envoyait Vincerot de Saint-Germain où elle était, sous prétexte de répéter quelques prisonniers, Retz, II, 207. Nos soldats tuèrent un Espagnol, prirent presque tous les autres, et ne les voulurent pas rendre, quoiqu'on les eût envoyé répéter, Saint-Simon, 95, 2. Les récompenses les plus dues Sont souvent des dettes perdues, Pour qui tarde à les répéter, Rousseau J.-B. Odes, IV, 7. Les soldats vétérans, qui craignaient qu'on ne répétât les dons immenses qu'ils avaient reçus, Montesquieu, Rom. 12. En France, l'innocent qui a été plongé dans les cachots, qui a été appliqué à la torture, n'a nulle consolation à espérer, nul dommage à répéter contre personne, Voltaire, Pol. et lég. Comm. délits et peines, procéd. crim. Des biens à répéter, des partages à faire, Gresset, le Méchant, II, 3. Le créancier peut seulement répéter les dommages et intérêts tant contre les débiteurs par la faute desquels la chose a péri, que contre ceux qui étaient en demeure, Code Nap. art. 1205.

    Répéter des frais sur quelqu'un, ou mieux contre quelqu'un, demander qu'il rembourse les frais qu'on a faits.

  • 10 Terme d'officialité. Répéter des témoins, entendre en déposition des témoins qui sont venus à déposition sur la publication d'un monitoire.

    Terme de forestier. Confronter les procès-verbaux et rapports des gardes (MASSÉ, 1766.)

  • 11Remonter à (sens latin qui n'est pas usité). Qui en voudra voir davantage sur cette matière peut répéter les endroits de cette histoire où il en est parlé, Bossuet, Var. XV, 140.
  • 12Se répéter, v. réfl. Recommencer les mêmes histoires. Les vieillards sont sujets à se répéter. On dit que je me répète, écrivait-il [Voltaire] ; eh bien, je me répéterai, jusqu'à ce qu'on se corrige, Condorcet, Vie de Voltaire. C'est un charme que la mémoire ; On se répète jeune ou vieux, Béranger, Bouquet.

    Se servir souvent des mêmes tours, des mêmes moyens. Ce poëte, ce musicien a le défaut de se répéter. Le nombre des pièces de Corneille est beaucoup plus grand que celui des pièces de Racine, et cependant Corneille s'est beaucoup moins répété lui-même que Racine n'a fait, Fontenelle, Paral. Rac. Corn.

  • 13Être répété, redit. Le même mot se répète trois fois dans un rondeau.

    Être renouvelé, avoir lieu souvent. Cela se répète tous les jours.

  • 14Être reproduit, réfléchi. Les lumières se réfléchissent et se répètent sur l'argent des murs et des voûtes, Genlis, Veillées du château t. II, p. 111, dans POUGENS. Les sapins, devenus tous blancs, se répétaient dans les eaux, Staël, Corinne, XIX, 5. Les flammes se répétaient au loin dans la mer, Staël, ib. I, 4.

    Être reproduit symétriquement. Les mêmes ornements se répètent sur les autres faces de l'édifice.

HISTORIQUE

XIIIe s. Jà n'i aura mot repeté, Que je sache, se de voir [vrai] non, Meraugis, p. 15. Lidoine n'a pas atendu, Ainz a sa parole contée Devant le roi, et repetée L'amour dont cil l'aiment ainsi, ib. p. 37.

XIVe s. Et pour ce que longue chose seroit d'escripre et de repetter tout ce qu'il en monstra et dist, Modus, f° CXXXII.

XVIe s. Prevoyans que de brief seroyt France privée d'ung tant parfaict chevalier, et que les cieulx le repetoyent comme à eulx de par proprieté naturelle, Rabelais, Pant. IV, 27. Philippus, ayant ouy ces paroles, pour la premiere fois ne feit pas semblant de rien ; mais comme il les alloit repetant plusieurs fois entre ses dents…, Amyot, Alex. 9.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

RÉPÉTER. Ajoutez :
15Se répéter, être mis en répétition, en parlant d'une pièce de théâtre. Hernani se répétait, et, au tumulte qui se faisait déjà autour de la pièce, on pouvait prévoir que l'affaire serait chaude, Th. Gautier, le Bien public, 3 mars 1872.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « répéter »

Étymologie de répéter - Littré

Provenç. et espagn. repetir ; ital. ripetere ; du lat. repetere, de re, et petere, demander (voy. PÉTITION).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de répéter - Wiktionnaire

(XIIIe siècle) Du latin repeto (« atteindre, chercher à atteindre de nouveau, attaquer à son tour, riposter, redemander, réclamer, revendiquer ») composé du préfixe itératif re- et petere (« atteindre, toucher, frapper, tomber sur, chercher à atteindre, demander »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « répéter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
répéter repete play_arrow

Conjugaison du verbe « répéter »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe répéter

Images d'illustration du mot « répéter »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « répéter »

Langue Traduction
Corse ripetite
Basque errepikatu
Japonais 繰り返す
Russe повторение
Portugais repetir
Arabe كرر
Chinois 重复
Allemand wiederholen
Italien ripetere
Espagnol repetir
Anglais repeat
Source : Google Translate API

Synonymes de « répéter »

Source : synonymes de répéter sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires