Pauvre : définition de pauvre


Pauvre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PAUVRE, adj. et subst.

I. − [En fonction d'épith., l'adj. est placé derrière le subst.]
A. − [En parlant d'une pers. ou d'un ensemble de pers.] Dont les ressources sont insuffisantes, qui possède à peine le strict nécessaire pour subvenir à ses besoins, qui a très peu d'argent. Synon. fauché (fam.), nécessiteux, ruiné.Pauvre et misérable; classes pauvres. J'étais si pauvre que, si j'avais dû payer mon billet de chemin de fer pour le Cotentin, je n'y serais certainement pas allé (Billy,Introïbo,1939, p.172):
1. De qui le père du médecin tenait-il sa fortune? Était-il propriétaire, ou seulement usufruitier? S'il était riche, qu'on explique sa richesse; s'il était pauvre, comment a-t-il pu subvenir à une dépense si considérable? Proudhon,Propriété,1840, p.235.
[P. allus. au personnage biblique] Pauvre comme Job. Très pauvre. Un jeune étudiant, candide, beau, doué d'une âme artiste et passionnée, mais pauvre comme Job (...) lui conta des douceurs et la mit à mal (Villiers de L'I.-A.,Contes cruels,1883, p.12).
Traiter qqn en parent* pauvre.
Empl. subst. masc. Personne qui n'a vraiment rien pour vivre, qui est dans la misère. Synon. indigent, misérable, miséreux.Il hésita s'il donnerait dix ou vingt sous, prit entre ses doigts vingt sous, puis les changea pour dix sous quand il vit que le pauvre avait les mains propres, ce qui lui parut indiquer que l'homme avait de l'argent (Montherl.,Célibataires,1934, p.855).[Ils] avaient tous (...) signé le document. La tante Torture aussi, stupidement mariée à un pauvre, veuve de ce pauvre et fidèle au souvenir de ce pauvre! Alors, que venait maintenant réclamer cette indigente? (H. Bazin, Vipère,1948, p.76).
Rem. Le subst. est plus fort que l'adj.; un pauvre (au fém. une pauvresse*) ne vit que de charité.
Empl. subst., au plur. L'ensemble des gens pauvres. Donner aux pauvres; secourir les pauvres; quête pour les pauvres; les pauvres de la paroisse. Dieu a choisi les pauvres pour leur donner en héritage le royaume qu'il a promis à ceux qui l'aiment (Théol. cath.t.4, 11920, p.1022).Une bonne femme parlant toujours (...) de ses tricots, de ses éternels tricots pour les pauvres. C'est drôle comme les pauvres ont éternellement besoin de tricots. On dirait qu'ils n'ont besoin que de tricots (Anouilh,Antig.,1946, p.209):
2. Le grignotement des riches par les pauvres: voilà le type de ces maux dont on ne parle pas! Tout pour les pauvres, toujours! Quand les trois quarts des pauvres sont pauvres parce qu'ils le veulent bien! Montherl.,op.cit.,p.864.
Nouveaux pauvres. V. nouveau.
Pauvres honteux. Personnes indigentes qui n'osent pas mendier. [Les mendiants] sont des fainéants, mais il y a les pauvres honteux, et ceux-là sont à plaindre. Il y en a partout; ils se cachent, et ils souffrent plutôt que de demander (A. France,Vie fleur,1922, p.290).V. honteux ex. de Balzac.
(Bienheureux* les) pauvres en esprit. J'ai surtout relu l'Évangile, en priant Dieu avec ardeur de me donner la soumission des pauvres en esprit (Coppée,Bonne souffr.,1898, p.16).
Petites soeurs des pauvres. [Nom d'une congrégation religieuse] Je croise (...) un carrosse de harem fermé comme un cercueil, quatre persans coiffés d'astrakan, deux pompes à incendie qui galopent (...) trois derviches, un évêque bulgare, deux petites soeurs des pauvres (Farrère,Homme qui assass.,1907, p.15).
[Précédé d'un adj. poss.] Personnes indigentes prises en charge par quelqu'un. Avoir ses pauvres. Pardon!... qu'il nous demande... c'était pour mes petits pauvres... pour mes aveugles! pour mes petits-sourds-et-muets... Il supplie qu'on le laisse quêter (Céline,Mort à crédit,1936, p.529).
Empl. générique. Assurer du travail au pauvre. J'aime à voir glaner le pauvre. Laissez-lui quelques épis de plus. Laissez à l'indigent une part des moissons (Chênedollé,Journal,1823, p. 126):
3. Dans la lutte éternelle que la société amène entre le pauvre et le riche (...), il y a deux observations à faire: la première est que leurs actions, leurs discours sont évalués à des mesures différentes, à des poids différents... Chamfort,Max. et pens.,1794, p.79.
Rem. On trouve dans la lang. littér. des ex. où l'adj. est antéposé: Il n'y a que les pauvres gens qui donnent, parce que l'habitude du besoin leur a enseigné la pitié (Nodier, Fée Miettes, 1831, p.160).
P. méton.
[En parlant d'un lieu] Qui est habité, occupé par des personnes sans ressources, sans revenus. Il m'est arrivé, dans les quartiers pauvres de Paris, de voir soudain, descendu dans la rue, séparé par des agents intervenus dans la bataille, un ménage qu'on croyait heureux, uni, honnête (Alain-Fournier,Meaulnes,1913, p.294).
[En parlant d'un pays] Dont la situation financière ou économique n'est pas prospère. Synon. sous-développé.Il est devenu banal de classer les pays selon l'importance décroissante de leurs revenus nationaux par tête. Les écarts entre les pays les plus pauvres et les pays les plus riches peuvent alors s'étager de 1 à 20, 30 ou 40 (Univers écon. et soc.,1960, p.8-2).
B. − [En parlant d'une réalité concr.]
1. Qui n'a pas de valeur, qui a peu de valeur, de prix, qui dénote des ressources très modestes. [La chambre] était une espèce de galetas assez spacieux meublé d'un matelas posé à terre, d'une table et de quelques chaises (...). Le réverbère du boulevard éclairait vaguement cet intérieur pauvre (Hugo,Misér.,t.1, 1862, p.522).Au bout d'un long mur il avisait une maison pauvre: deux fenêtres en haut, une fenêtre en bas et la porte (Jouve,Paulina,1925, p.254).Quelque modeste que soit un vêtement, quelque pauvre que soit une toilette, si le linge d'une personne est en bon état, s'il est d'une irréprochable propreté, cette personne est de mise convenable (Lar. mén.1926, p.752).
2. Qui est insuffisant, en quantité trop faible. Dieu peut vous rendre plus que vous n'avez perdu; nos biens sont fort pauvres en comparaison de ses richesses (Cottin,Mathilde,t.2, 1805, p.300).Bien des femmes pensaient à un Bonaparte en le voyant [M. Barrès] tel que je le peignis à vingt-cinq ans, les cheveux pauvres et plats, la peau olivâtre, maigre, en veste grise (Blanche,Modèles,1928, p.3).L'étroite fenêtre ne laisse passer qu'une lumière pauvre, encore assombrie par les sapins proches (Bernanos,M. Ouine,1943, p.1362).
3. Qui contient, qui renferme une faible quantité d'éléments d'une seule sorte ou de plusieurs. Minerai pauvre. Mangée de chlorose, trop grande pour ses douze ans, elle avait la laideur molle et bouffie, les cheveux rares et décolorés de son sang pauvre (Zola,Terre,1887, p.50).V. intra-muros ex. de Macaigne.
Pauvre en + subst.Qui n'a guère de. Sol pauvre en humus; roches pauvres en alcalis; crâne pauvre en cheveux. Il existe 73 000 écoles élémentaires publiques, qui sont habituellement très pauvres en livres (Civilis. écr.,1939, p.46-7).L'Espagne était pauvre en refuges; je craignais, en face de la panne menaçante, de ne pas savoir où chercher l'accueil d'un champ de secours (Saint-Exup.,Terres hommes,1939, p.143).Les viandes sont très pauvres en calcium, mais elles sont riches en phosphore (Lalanne,Alim. hum.,1942, p.70).
Pauvre de + subst.Il restait replié sur lui-même, encore trop pauvre de sang pour se dépenser au dehors (Zola,Faute Abbé Mouret,1875, p.1330).Devant les organismes patronaux, les syndicats de salariés sont pauvres de ressources, mais aussi d'hommes (Reynaud,Syndic. en Fr.,1963, p.131).
Spécialement
AGRIC. [En parlant du sol] Peu fertile, qui donne peu. Terrain, zone pauvre. Les montagnes peu élevées d'abord que nous traversons sont entièrement nues et presque désertes. Le sol en général est pauvre et stérile (Lamart.,Voy. Orient,t.2, 1835, p.196).Usure des terres pauvres par la monoculture du pin (Forêt fr.,1955, p.8).
CHIM. et INDUSTR. CHIM.
Gaz pauvre. Mélange gazeux obtenu en brûlant du carbone en présence d'air, de manière à former de l'oxyde de carbone, de formule CO (d'apr. Encyclop.Sc. Techn. t.2 1970, p.653). Synon. gaz* à l'air.Moteur à gaz pauvre. On donne le nom de gaz pauvre au gaz obtenu par la combustion du charbon en présence d'un gros excès de combustible (...). Le gaz pauvre contient (...) théoriquement un tiers d'oxyde de carbone et deux tiers d'azote (Dupont,Bois carburant,1941, p.48):
4. Carburant national (...), le «gaz des forêts» (c'est-à-dire le gaz pauvre produit par des gazogènes à bois ou à charbon de bois) va tenir une grande place parmi les carburants de remplacement. Tinard,Automob.,1951, p.359.
Mélange pauvre. ,,Mélange gazeux qui contient une quantité insuffisante de vapeurs inflammables`` (Soé-Dup. 1906).
GÉOL. [En parlant de couches minérales] Qui contient peu d'éléments exploitables. Gisement, filon pauvre. Différentes couches (...), localement bien distinctes et séparées par des intercalaires stériles ou pauvres, peuvent être jointives à certains endroits (D.C.F.G.1976).
C. − Au fig.
1. Peu fourni, dont le contenu est insuffisant. Son stock de citations latines était assez pauvre, suffisant d'ailleurs pour émerveiller ses élèves (Proust,Sodome,1922, p.1072).[Le paysan] pense peu et mal dans la pensée articulée, où son vocabulaire est pauvre (Mounier,Traité caract.,1946, p.85):
5. Elle eût voulu dire, expliquer tout ce qu'il avait fait, l'appui qu'elle avait trouvé en lui, mais ces choses-là ne s'expliquent pas ainsi tout d'un coup. Les mots sont trop pauvres, elle ne trouvait rien que des phrases banales, des répétitions dont elle sentait elle-même le vide... Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.244.
Langue pauvre. Langue dans laquelle les mots nécessaires à l'expression des nuances de sens font défaut. On a souvent accusé notre langue d'être pauvre et l'on a tort: une langue n'est pas riche par la quantité de mots dont elle se compose mais par la quantité d'expressions créées qui se trouvent dans ses écrivains (Chênedollé, Journal,1815, p.79).
Pauvre en + subst.Une preuve d'aveuglement des gens qui, contre tout bon sens et contre toute raison, préfèrent tout à l'aveu de l'iniquité commise, est livrée par la polémique, bien pauvre en idées, du poète François Coppée (Affaire Dreyfus,1899, p.243).
Pauvre de + subst.Explication pauvre de logique. Ce que vous sentez maintenant, c'est le seringa, dont l'arôme est enivrant. Il commence à peine de fleurir. Il fait penser à l'oranger. Nous sommes si pauvres de mots pour parler des parfums! (Duhamel,Suzanne,1941, p.100).
Empl. subst. [En parlant d'une pers.] Un, une pauvre d'esprit. Personne qui ne jouit pas de toutes ses facultés intellectuelles. Il n'est pas de feuilleton, si fade ou si coriace qui ne soit avalé jusqu'à la dernière tranche par quelque pauvre d'esprit affamé de grosse littérature (A. France,Vie littér.,1892, p.318):
6. ... il parabolait «heureux les pauvres d'esprit, ceux qui ne cherchent pas à comprendre, ils travailleront dur, ils recevront des coups de pieds au cul, ils feront des heures supplémentaires qui leur seront comptées plus tard dans le royaume de mon père». Prévert,Paroles,1946, p.35.
2. [En parlant d'une manifestation de l'activité intellectuelle ou artist.] Qui offre, qui présente peu de matière, peu de possibilités de développement, qui dénote un manque de qualités intellectuelles ou artistiques. Conversation, pensée pauvre. Il arrive souvent qu'un morceau pauvre en lui-même, mais exécuté par une jeune fille sous l'empire d'un sentiment profond, fasse plus d'impression qu'une grande ouverture pompeusement dite par un orchestre habile (Balzac,U. Mirouët,1841, p.151):
7. Pour résumer mon père d'un mot, c'était un Rezeau statique. Plus d'esprit que d'intelligence. Plus de finesse que de profondeur. Grandes lectures et courtes réflexions. Beaucoup de connaissances, peu d'idées. Le sectarisme des jugements pauvres lui tenait quelquefois lieu de volonté. H. Bazin, Vipère,1948, p.38.
Rime pauvre. Rime ne portant que sur la dernière voyelle. La rime du vers français est dite (...) pauvre si elle ne comporte que la répétition d'un élément vocalique finale (déjà −voilà) (Mar. Lex.1933, p.162).
II. − [En fonction d'épith., l'adj. est placé avant le subst.]
A. − Qui inspire de la pitié, de la commisération. Pauvre homme; pauvre monde. Une femme, qui pleurait à chaudes larmes la mort de Louis XVI, me disait: «Mais, cher monsieur, est-il vrai que le pauvre roi était vêtu d'une redingote, quand on lui coupa la tête?» (Chateaubr.,Mém.,t.1, 1848, p.524).Il arrivait (...) que Jean Valjean lui prenait sa petite main rouge et crevassée d'engelures et la baisait. La pauvre enfant, accoutumée à être battue, ne savait ce que cela voulait dire (Hugo,Misér.,t.1, 1862, p.526):
8. Elle vous plaît? dit Claudie avec un petit rire canaille quand les deux femmes se furent éloignées. Si le coeur vous en dit, vous pouvez y aller: elle n'est pas très regardante, la pauvre gosse. −Pourquoi pauvre? −Lucie n'est pas facile à vivre; vous savez, les femmes qui en ont bavé trop longtemps avant de réussir, généralement c'est pas des tendres. Beauvoir,Mandarins,1954, p.270.
Pauvre diable*, pauvre hère*.
Empl. subst. [Exclam. ou en incise, marquant une pitié, un attendrissement feint ou réel du locuteur à l'égard de celui ou de celle dont il parle] Le pauvre, la pauvre; oh, le pauvre! Il est vrai que le beau Léon était un peu jaloux de moi parce qu'il croyait que je lui avais soufflé une danseuse, le pauvre, et nous nous en étions expliqué en riant (Cendrars,Bourlinguer,1948, p.188):
9. Mon dieu, que je suis malheureuse!... Il lisait des livres, monsieur, que rien que les titres, ça me donnait du respect pour mon garçon... La pauvre! Elle revint la semaine d'après. Il était affreusement changé, le bas du corps paralysé... Benjamin,Gaspard,1915, p.99.
Loc. interj. Pauvre de moi, de nous (etc.)! Gondran (...) le regarde et boit ses étranges paroles. −Tu t'imagines de tout voir, toi, avec tes pauvres yeux? (...) Tu crois, toi, que les arbres c'est tout droit planté dans la terre, avec des feuilles, et que ça reste là, comme ça. Ah, pauvre de moi, si c'était ça, ce serait facile (Giono,Colline,1929, p.33).
B. −
1. Qui est en mauvais, en piteux état, ou de qualité médiocre. Pauvre caleçon; pauvre logis; pauvres souliers crevés; pauvres bras, pauvres yeux. Va voir le pauvre jardin! Les poules n'y laissent pas une graine (Renard,Journal,1900, p.577).C'était une pièce banale, assez grande, avec de pauvres rideaux blancs à ses fenêtres nues (G. Leroux, Parfum,1908, p.17).Sa pauvre main crevassée par l'hiver, tachée de noir (il badigeonnait d'encre ses gerçures) fit le geste d'effacer (Bernanos,M. Ouine,1943, p.1466).
2. De peu de valeur. Vous pourriez empêcher la dissipation de mes biens... de mes pauvres biens (Balzac,Illus. perdues,1843, p.605).V. londrès ex. de Miomandre:
10. ... il ne nous resta rien. Les pauvres bijoux de ma mère, légers d'or et peu fournis de diamants et de perles, la vieille argenterie de famille toute bossuée et dépareillée (...) tout fut mis en gage... A. France,Pt Pierre,1918, p.155.
C. − Au fig.
1. De peu d'importance; insignifiant, faible. Pauvre argument, comparaison; des pauvres petits soucis quotidiens. Ces quatorze pauvres kilomètres d'air respirable qui environnent la planète (Bourget,Disciple,1889, p.175).Ces pauvres petits succès d'écolier bien noté étaient, pour son imagination d'adolescent, des triomphes d'imperator romain (Larbaud,F. Marquez,1911, p.53):
11. ... elle est bien jolie ce soir! Gérard gardait le silence. −N'est-ce pas votre avis? continua-t-elle en insistant. −Elle est très-fraîche, répondit-il d'un air indifférent. − Fraîche!... c'est un pauvre compliment que vous lui faites là... Elle a de jolis yeux, de beaux cheveux. Theuriet,Mariage Gérard,1875, p.85.
2. Qui est triste, pénible. Pauvre aveu, histoire. M. Malvy a dit à la Chambre dans la pauvre séance du 4 octobre: −Toute la Chambre sait (...) quelles sont les responsabilités qui ont pesé sur ce mouvement (les incidents militaires de mai-juin 1917) (Barrès,Cahiers,t.11, 1917, p.283).Pendant des années, j'avais rêvé de ce fils inconnu. Au long de ma pauvre vie, je n'avais jamais perdu le sentiment de son existence (Mauriac,Noeud vip.,1932, p.231):
12. Henriette, nous devions annoncer nos fiançailles à la Noël, n'est-ce pas? Vous voyez, je me souviens!... Eh bien! Je ne me rappelle pas les mots, naturellement, mais cette pauvre date du vingt-cinq décembre, que nous avions aimée ensemble... Bernstein,Secret,1913, II, 10, p.26.
D. − Familier
1. [Souvent précédé d'un adj. poss. marquant la pitié, l'amitié ou une tendresse réelle ou feinte] Mon pauvre chou, ma pauvre petite, mon pauvre gars; la pauvre bête. Ce n'est pas le bon chemin, ma pauvre dame, ici ça ne mène nulle part (Triolet,Prem. accroc,1945, p.18).Tu peux être content de toi, mon pauvre ami. Ton père a l'air fin devant ces Pluvignec, à qui tu as confié le soin de contrôler ses abus de pouvoir! (H. Bazin, Vipère,1948, p.216):
13. ... quand vous éprouvez le besoin de me dire quelque chose de finement désagréable, vous ne pouvez imaginer comme je le sens bien. −Alors, ma pauvre amie, vous faites fausse route. Vous ne serez pas Cordelia parce que nous ne jouerons pas Le Roi Lear, tout simplement. Duhamel,Suzanne,1941, p.34.
En partic. [En parlant d'une pers. défunte] Je prends soin du jardin de M. Muller, dit le jardinier; et, si vous venez au printemps, vous verrez qu'il n'a jamais été plus beau. Le pauvre cher homme, s'il revenait, je suis sûr qu'il serait content (Karr,Sous tilleuls,1832, p.256).Si tu voulais renoncer purement et simplement à la succession de ta pauvre chère mère défunte, et t'en rapporter à moi pour l'avenir, j'aimerais mieux ça (Balzac,E. Grandet,1834, p.220).MmeLoiseau expliqua qu'elle avait rêvé d'une salle à manger de chêne clair (...) et elle avait fini par l'avoir quand ils s'étaient installés ici, son pauvre mari n'en avait pas profité longtemps (Triolet,Prem. accroc,1945p.211).
2. [Marque le dédain, le mépris] Pauvre andouille; mon pauvre ami! Le cher frère Arcangeli ne donnait rien en réponse à ses plaintes (...) et Christiane enfin, de qui même, la pauvre sotte avait espéré du secours, s'obstinait à rester invisible, et sa chambre fermée à tous (Bourges,Crépusc. dieux,1884, p.257).De braves gens, disiez-vous, oui, braves comme ceux qui se sont fait tuer à la guerre, n'est-ce pas? Tranchons-en, des héros: beaucoup de malheureux et quelques pauvres imbéciles (Breton,Nadja,1928, p.66).
Pauvre type*.
[En parlant d'un auteur, d'un artiste] Piètre, mauvais dans son genre. Pauvre écrivain. L'Allemand Offenbach (...) avait du génie, mais était un bien pauvre musicien (Saint-Saëns,Germanophilie,1916, p.39).Ces gens si difficiles, pour qui H. de Balzac est un pauvre scribouilleur, quand ils écrivent à leur tour, se montrent au-dessous de toute critique, et en les lisant nous nous sentons rassurés (Larbaud,Journal,1934, p.300).
Prononc. et Orth.: [po:vʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1050 «qui est nécessiteux, qui manque de biens matériels nécessaires» (Alexis, éd. Chr. Storey, 527); 2. a) ca 1050 (d'une chose) «digne d'un pauvre, d'un misérable» (ibid., 419); b) 1176-81 «qui n'a pas de valeur ni de force, piètre, pitoyable» (Chrétien de Troyes, Chevalier lion, éd. M. Roques, 3174); 1188 «de peu de valeur ou de peu d'importance» (Aimont de Varennes, Florimont, 4094 ds T.-L.); 1549 langue [...] pauvre (Du Bellay, Deffence et illustration, éd. H. Chamard, p.84, l. 8); 1615 rime [...] pauvre (Th. Sebillet, Art poétique, éd. F. Gaiffe, p.66); 1690 ouvrage pauvre (Fur.); 3. 1190 povre de «qui manque de» (Herman de Valenciennes, Bible de Sapience, 224 ds Bartsch Chrestomathie, 23, p.76); 1671 pauvre en «qui manque de, a peu de» (Pomey); 4. a) xves. [mss] «(d'une personne) qui fait pitié» (Combat de trente Bretons ds Bartsch Chrestomathie, 83, p.37); b) 1461-69 par affaiblissement avec une valeur affective un peu condescendante (Farce de Maistre Pathelin, éd. R. T. Holbrook, 679: le povre homme!); c) ca 1485 id. avec une valeur dépréc. (Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 42124: povres meschans). B. Subst. 1. ca 1050 «personne nécessiteuse» (Alexis, éd. Chr. Storey, 94); 2. a)1553 les povres d'esprit (Bible de l'imprimerie Jean Gérard, Matth. 5, 3); 1560 les povres en esprit (Bible de l'imprimerie d'Antoine Rebul, Matth. 5, 3); b) 1690 (Fur.: On appelle aussi un pauvre d'esprit, un imbecille qui manque de jugement, de vivacité pour comprendre les choses). Du lat. pauper, -eris «pauvre». La forme pauvre, fruit d'une restitution étymol. de la graph. au (Alexandre, ms. Poitiers, 215 179 [après 1480] éd. E. Fleischmann, dactyl. Strasbourg, 1958, p.6, l. 8), a supplanté povre au xvies.; H. Estienne en 1579 (Precellence du Langage, éd. E. Huguet, p.204, 209 etc.) cite encore povre comme la forme normale alors que la forme pauvre était pourtant généralisée chez les auteurs de la Pléiade, très courante chez Rabelais (p.ex. ds Gargantua, éd. R. Calder et M. A. Screech, une seule fois la forme de l'Ouest pouvre XXXII, 64, p.204 à côté de pauvre généralisé), les éd. de l'oeuvre de Du Fail attestant aussi cette évolution (Propos Rustiques, éd. J. Assézat selon éd. de 1547 donne presque toujours la forme povre et Contes et Discours d'Eutrapel, selon l'éd. de 1585 donne toujours la forme pauvre, dans les passages dépouillés pour l'IGLF). Fréq. abs. littér.: 29903. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 45164, b) 59372; xxes.: a) 42125, b) 31486. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.370. _ Quem. DDL t.13, 17.

Pauvre : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

PAUVRE, adj. et subst.

I. − [En fonction d'épith., l'adj. est placé derrière le subst.]
A. − [En parlant d'une pers. ou d'un ensemble de pers.] Dont les ressources sont insuffisantes, qui possède à peine le strict nécessaire pour subvenir à ses besoins, qui a très peu d'argent. Synon. fauché (fam.), nécessiteux, ruiné.Pauvre et misérable; classes pauvres. J'étais si pauvre que, si j'avais dû payer mon billet de chemin de fer pour le Cotentin, je n'y serais certainement pas allé (Billy,Introïbo,1939, p.172):
1. De qui le père du médecin tenait-il sa fortune? Était-il propriétaire, ou seulement usufruitier? S'il était riche, qu'on explique sa richesse; s'il était pauvre, comment a-t-il pu subvenir à une dépense si considérable? Proudhon,Propriété,1840, p.235.
[P. allus. au personnage biblique] Pauvre comme Job. Très pauvre. Un jeune étudiant, candide, beau, doué d'une âme artiste et passionnée, mais pauvre comme Job (...) lui conta des douceurs et la mit à mal (Villiers de L'I.-A.,Contes cruels,1883, p.12).
Traiter qqn en parent* pauvre.
Empl. subst. masc. Personne qui n'a vraiment rien pour vivre, qui est dans la misère. Synon. indigent, misérable, miséreux.Il hésita s'il donnerait dix ou vingt sous, prit entre ses doigts vingt sous, puis les changea pour dix sous quand il vit que le pauvre avait les mains propres, ce qui lui parut indiquer que l'homme avait de l'argent (Montherl.,Célibataires,1934, p.855).[Ils] avaient tous (...) signé le document. La tante Torture aussi, stupidement mariée à un pauvre, veuve de ce pauvre et fidèle au souvenir de ce pauvre! Alors, que venait maintenant réclamer cette indigente? (H. Bazin, Vipère,1948, p.76).
Rem. Le subst. est plus fort que l'adj.; un pauvre (au fém. une pauvresse*) ne vit que de charité.
Empl. subst., au plur. L'ensemble des gens pauvres. Donner aux pauvres; secourir les pauvres; quête pour les pauvres; les pauvres de la paroisse. Dieu a choisi les pauvres pour leur donner en héritage le royaume qu'il a promis à ceux qui l'aiment (Théol. cath.t.4, 11920, p.1022).Une bonne femme parlant toujours (...) de ses tricots, de ses éternels tricots pour les pauvres. C'est drôle comme les pauvres ont éternellement besoin de tricots. On dirait qu'ils n'ont besoin que de tricots (Anouilh,Antig.,1946, p.209):
2. Le grignotement des riches par les pauvres: voilà le type de ces maux dont on ne parle pas! Tout pour les pauvres, toujours! Quand les trois quarts des pauvres sont pauvres parce qu'ils le veulent bien! Montherl.,op.cit.,p.864.
Nouveaux pauvres. V. nouveau.
Pauvres honteux. Personnes indigentes qui n'osent pas mendier. [Les mendiants] sont des fainéants, mais il y a les pauvres honteux, et ceux-là sont à plaindre. Il y en a partout; ils se cachent, et ils souffrent plutôt que de demander (A. France,Vie fleur,1922, p.290).V. honteux ex. de Balzac.
(Bienheureux* les) pauvres en esprit. J'ai surtout relu l'Évangile, en priant Dieu avec ardeur de me donner la soumission des pauvres en esprit (Coppée,Bonne souffr.,1898, p.16).
Petites soeurs des pauvres. [Nom d'une congrégation religieuse] Je croise (...) un carrosse de harem fermé comme un cercueil, quatre persans coiffés d'astrakan, deux pompes à incendie qui galopent (...) trois derviches, un évêque bulgare, deux petites soeurs des pauvres (Farrère,Homme qui assass.,1907, p.15).
[Précédé d'un adj. poss.] Personnes indigentes prises en charge par quelqu'un. Avoir ses pauvres. Pardon!... qu'il nous demande... c'était pour mes petits pauvres... pour mes aveugles! pour mes petits-sourds-et-muets... Il supplie qu'on le laisse quêter (Céline,Mort à crédit,1936, p.529).
Empl. générique. Assurer du travail au pauvre. J'aime à voir glaner le pauvre. Laissez-lui quelques épis de plus. Laissez à l'indigent une part des moissons (Chênedollé,Journal,1823, p. 126):
3. Dans la lutte éternelle que la société amène entre le pauvre et le riche (...), il y a deux observations à faire: la première est que leurs actions, leurs discours sont évalués à des mesures différentes, à des poids différents... Chamfort,Max. et pens.,1794, p.79.
Rem. On trouve dans la lang. littér. des ex. où l'adj. est antéposé: Il n'y a que les pauvres gens qui donnent, parce que l'habitude du besoin leur a enseigné la pitié (Nodier, Fée Miettes, 1831, p.160).
P. méton.
[En parlant d'un lieu] Qui est habité, occupé par des personnes sans ressources, sans revenus. Il m'est arrivé, dans les quartiers pauvres de Paris, de voir soudain, descendu dans la rue, séparé par des agents intervenus dans la bataille, un ménage qu'on croyait heureux, uni, honnête (Alain-Fournier,Meaulnes,1913, p.294).
[En parlant d'un pays] Dont la situation financière ou économique n'est pas prospère. Synon. sous-développé.Il est devenu banal de classer les pays selon l'importance décroissante de leurs revenus nationaux par tête. Les écarts entre les pays les plus pauvres et les pays les plus riches peuvent alors s'étager de 1 à 20, 30 ou 40 (Univers écon. et soc.,1960, p.8-2).
B. − [En parlant d'une réalité concr.]
1. Qui n'a pas de valeur, qui a peu de valeur, de prix, qui dénote des ressources très modestes. [La chambre] était une espèce de galetas assez spacieux meublé d'un matelas posé à terre, d'une table et de quelques chaises (...). Le réverbère du boulevard éclairait vaguement cet intérieur pauvre (Hugo,Misér.,t.1, 1862, p.522).Au bout d'un long mur il avisait une maison pauvre: deux fenêtres en haut, une fenêtre en bas et la porte (Jouve,Paulina,1925, p.254).Quelque modeste que soit un vêtement, quelque pauvre que soit une toilette, si le linge d'une personne est en bon état, s'il est d'une irréprochable propreté, cette personne est de mise convenable (Lar. mén.1926, p.752).
2. Qui est insuffisant, en quantité trop faible. Dieu peut vous rendre plus que vous n'avez perdu; nos biens sont fort pauvres en comparaison de ses richesses (Cottin,Mathilde,t.2, 1805, p.300).Bien des femmes pensaient à un Bonaparte en le voyant [M. Barrès] tel que je le peignis à vingt-cinq ans, les cheveux pauvres et plats, la peau olivâtre, maigre, en veste grise (Blanche,Modèles,1928, p.3).L'étroite fenêtre ne laisse passer qu'une lumière pauvre, encore assombrie par les sapins proches (Bernanos,M. Ouine,1943, p.1362).
3. Qui contient, qui renferme une faible quantité d'éléments d'une seule sorte ou de plusieurs. Minerai pauvre. Mangée de chlorose, trop grande pour ses douze ans, elle avait la laideur molle et bouffie, les cheveux rares et décolorés de son sang pauvre (Zola,Terre,1887, p.50).V. intra-muros ex. de Macaigne.
Pauvre en + subst.Qui n'a guère de. Sol pauvre en humus; roches pauvres en alcalis; crâne pauvre en cheveux. Il existe 73 000 écoles élémentaires publiques, qui sont habituellement très pauvres en livres (Civilis. écr.,1939, p.46-7).L'Espagne était pauvre en refuges; je craignais, en face de la panne menaçante, de ne pas savoir où chercher l'accueil d'un champ de secours (Saint-Exup.,Terres hommes,1939, p.143).Les viandes sont très pauvres en calcium, mais elles sont riches en phosphore (Lalanne,Alim. hum.,1942, p.70).
Pauvre de + subst.Il restait replié sur lui-même, encore trop pauvre de sang pour se dépenser au dehors (Zola,Faute Abbé Mouret,1875, p.1330).Devant les organismes patronaux, les syndicats de salariés sont pauvres de ressources, mais aussi d'hommes (Reynaud,Syndic. en Fr.,1963, p.131).
Spécialement
AGRIC. [En parlant du sol] Peu fertile, qui donne peu. Terrain, zone pauvre. Les montagnes peu élevées d'abord que nous traversons sont entièrement nues et presque désertes. Le sol en général est pauvre et stérile (Lamart.,Voy. Orient,t.2, 1835, p.196).Usure des terres pauvres par la monoculture du pin (Forêt fr.,1955, p.8).
CHIM. et INDUSTR. CHIM.
Gaz pauvre. Mélange gazeux obtenu en brûlant du carbone en présence d'air, de manière à former de l'oxyde de carbone, de formule CO (d'apr. Encyclop.Sc. Techn. t.2 1970, p.653). Synon. gaz* à l'air.Moteur à gaz pauvre. On donne le nom de gaz pauvre au gaz obtenu par la combustion du charbon en présence d'un gros excès de combustible (...). Le gaz pauvre contient (...) théoriquement un tiers d'oxyde de carbone et deux tiers d'azote (Dupont,Bois carburant,1941, p.48):
4. Carburant national (...), le «gaz des forêts» (c'est-à-dire le gaz pauvre produit par des gazogènes à bois ou à charbon de bois) va tenir une grande place parmi les carburants de remplacement. Tinard,Automob.,1951, p.359.
Mélange pauvre. ,,Mélange gazeux qui contient une quantité insuffisante de vapeurs inflammables`` (Soé-Dup. 1906).
GÉOL. [En parlant de couches minérales] Qui contient peu d'éléments exploitables. Gisement, filon pauvre. Différentes couches (...), localement bien distinctes et séparées par des intercalaires stériles ou pauvres, peuvent être jointives à certains endroits (D.C.F.G.1976).
C. − Au fig.
1. Peu fourni, dont le contenu est insuffisant. Son stock de citations latines était assez pauvre, suffisant d'ailleurs pour émerveiller ses élèves (Proust,Sodome,1922, p.1072).[Le paysan] pense peu et mal dans la pensée articulée, où son vocabulaire est pauvre (Mounier,Traité caract.,1946, p.85):
5. Elle eût voulu dire, expliquer tout ce qu'il avait fait, l'appui qu'elle avait trouvé en lui, mais ces choses-là ne s'expliquent pas ainsi tout d'un coup. Les mots sont trop pauvres, elle ne trouvait rien que des phrases banales, des répétitions dont elle sentait elle-même le vide... Van der Meersch,Invas. 14,1935, p.244.
Langue pauvre. Langue dans laquelle les mots nécessaires à l'expression des nuances de sens font défaut. On a souvent accusé notre langue d'être pauvre et l'on a tort: une langue n'est pas riche par la quantité de mots dont elle se compose mais par la quantité d'expressions créées qui se trouvent dans ses écrivains (Chênedollé, Journal,1815, p.79).
Pauvre en + subst.Une preuve d'aveuglement des gens qui, contre tout bon sens et contre toute raison, préfèrent tout à l'aveu de l'iniquité commise, est livrée par la polémique, bien pauvre en idées, du poète François Coppée (Affaire Dreyfus,1899, p.243).
Pauvre de + subst.Explication pauvre de logique. Ce que vous sentez maintenant, c'est le seringa, dont l'arôme est enivrant. Il commence à peine de fleurir. Il fait penser à l'oranger. Nous sommes si pauvres de mots pour parler des parfums! (Duhamel,Suzanne,1941, p.100).
Empl. subst. [En parlant d'une pers.] Un, une pauvre d'esprit. Personne qui ne jouit pas de toutes ses facultés intellectuelles. Il n'est pas de feuilleton, si fade ou si coriace qui ne soit avalé jusqu'à la dernière tranche par quelque pauvre d'esprit affamé de grosse littérature (A. France,Vie littér.,1892, p.318):
6. ... il parabolait «heureux les pauvres d'esprit, ceux qui ne cherchent pas à comprendre, ils travailleront dur, ils recevront des coups de pieds au cul, ils feront des heures supplémentaires qui leur seront comptées plus tard dans le royaume de mon père». Prévert,Paroles,1946, p.35.
2. [En parlant d'une manifestation de l'activité intellectuelle ou artist.] Qui offre, qui présente peu de matière, peu de possibilités de développement, qui dénote un manque de qualités intellectuelles ou artistiques. Conversation, pensée pauvre. Il arrive souvent qu'un morceau pauvre en lui-même, mais exécuté par une jeune fille sous l'empire d'un sentiment profond, fasse plus d'impression qu'une grande ouverture pompeusement dite par un orchestre habile (Balzac,U. Mirouët,1841, p.151):
7. Pour résumer mon père d'un mot, c'était un Rezeau statique. Plus d'esprit que d'intelligence. Plus de finesse que de profondeur. Grandes lectures et courtes réflexions. Beaucoup de connaissances, peu d'idées. Le sectarisme des jugements pauvres lui tenait quelquefois lieu de volonté. H. Bazin, Vipère,1948, p.38.
Rime pauvre. Rime ne portant que sur la dernière voyelle. La rime du vers français est dite (...) pauvre si elle ne comporte que la répétition d'un élément vocalique finale (déjà −voilà) (Mar. Lex.1933, p.162).
II. − [En fonction d'épith., l'adj. est placé avant le subst.]
A. − Qui inspire de la pitié, de la commisération. Pauvre homme; pauvre monde. Une femme, qui pleurait à chaudes larmes la mort de Louis XVI, me disait: «Mais, cher monsieur, est-il vrai que le pauvre roi était vêtu d'une redingote, quand on lui coupa la tête?» (Chateaubr.,Mém.,t.1, 1848, p.524).Il arrivait (...) que Jean Valjean lui prenait sa petite main rouge et crevassée d'engelures et la baisait. La pauvre enfant, accoutumée à être battue, ne savait ce que cela voulait dire (Hugo,Misér.,t.1, 1862, p.526):
8. Elle vous plaît? dit Claudie avec un petit rire canaille quand les deux femmes se furent éloignées. Si le coeur vous en dit, vous pouvez y aller: elle n'est pas très regardante, la pauvre gosse. −Pourquoi pauvre? −Lucie n'est pas facile à vivre; vous savez, les femmes qui en ont bavé trop longtemps avant de réussir, généralement c'est pas des tendres. Beauvoir,Mandarins,1954, p.270.
Pauvre diable*, pauvre hère*.
Empl. subst. [Exclam. ou en incise, marquant une pitié, un attendrissement feint ou réel du locuteur à l'égard de celui ou de celle dont il parle] Le pauvre, la pauvre; oh, le pauvre! Il est vrai que le beau Léon était un peu jaloux de moi parce qu'il croyait que je lui avais soufflé une danseuse, le pauvre, et nous nous en étions expliqué en riant (Cendrars,Bourlinguer,1948, p.188):
9. Mon dieu, que je suis malheureuse!... Il lisait des livres, monsieur, que rien que les titres, ça me donnait du respect pour mon garçon... La pauvre! Elle revint la semaine d'après. Il était affreusement changé, le bas du corps paralysé... Benjamin,Gaspard,1915, p.99.
Loc. interj. Pauvre de moi, de nous (etc.)! Gondran (...) le regarde et boit ses étranges paroles. −Tu t'imagines de tout voir, toi, avec tes pauvres yeux? (...) Tu crois, toi, que les arbres c'est tout droit planté dans la terre, avec des feuilles, et que ça reste là, comme ça. Ah, pauvre de moi, si c'était ça, ce serait facile (Giono,Colline,1929, p.33).
B. −
1. Qui est en mauvais, en piteux état, ou de qualité médiocre. Pauvre caleçon; pauvre logis; pauvres souliers crevés; pauvres bras, pauvres yeux. Va voir le pauvre jardin! Les poules n'y laissent pas une graine (Renard,Journal,1900, p.577).C'était une pièce banale, assez grande, avec de pauvres rideaux blancs à ses fenêtres nues (G. Leroux, Parfum,1908, p.17).Sa pauvre main crevassée par l'hiver, tachée de noir (il badigeonnait d'encre ses gerçures) fit le geste d'effacer (Bernanos,M. Ouine,1943, p.1466).
2. De peu de valeur. Vous pourriez empêcher la dissipation de mes biens... de mes pauvres biens (Balzac,Illus. perdues,1843, p.605).V. londrès ex. de Miomandre:
10. ... il ne nous resta rien. Les pauvres bijoux de ma mère, légers d'or et peu fournis de diamants et de perles, la vieille argenterie de famille toute bossuée et dépareillée (...) tout fut mis en gage... A. France,Pt Pierre,1918, p.155.
C. − Au fig.
1. De peu d'importance; insignifiant, faible. Pauvre argument, comparaison; des pauvres petits soucis quotidiens. Ces quatorze pauvres kilomètres d'air respirable qui environnent la planète (Bourget,Disciple,1889, p.175).Ces pauvres petits succès d'écolier bien noté étaient, pour son imagination d'adolescent, des triomphes d'imperator romain (Larbaud,F. Marquez,1911, p.53):
11. ... elle est bien jolie ce soir! Gérard gardait le silence. −N'est-ce pas votre avis? continua-t-elle en insistant. −Elle est très-fraîche, répondit-il d'un air indifférent. − Fraîche!... c'est un pauvre compliment que vous lui faites là... Elle a de jolis yeux, de beaux cheveux. Theuriet,Mariage Gérard,1875, p.85.
2. Qui est triste, pénible. Pauvre aveu, histoire. M. Malvy a dit à la Chambre dans la pauvre séance du 4 octobre: −Toute la Chambre sait (...) quelles sont les responsabilités qui ont pesé sur ce mouvement (les incidents militaires de mai-juin 1917) (Barrès,Cahiers,t.11, 1917, p.283).Pendant des années, j'avais rêvé de ce fils inconnu. Au long de ma pauvre vie, je n'avais jamais perdu le sentiment de son existence (Mauriac,Noeud vip.,1932, p.231):
12. Henriette, nous devions annoncer nos fiançailles à la Noël, n'est-ce pas? Vous voyez, je me souviens!... Eh bien! Je ne me rappelle pas les mots, naturellement, mais cette pauvre date du vingt-cinq décembre, que nous avions aimée ensemble... Bernstein,Secret,1913, II, 10, p.26.
D. − Familier
1. [Souvent précédé d'un adj. poss. marquant la pitié, l'amitié ou une tendresse réelle ou feinte] Mon pauvre chou, ma pauvre petite, mon pauvre gars; la pauvre bête. Ce n'est pas le bon chemin, ma pauvre dame, ici ça ne mène nulle part (Triolet,Prem. accroc,1945, p.18).Tu peux être content de toi, mon pauvre ami. Ton père a l'air fin devant ces Pluvignec, à qui tu as confié le soin de contrôler ses abus de pouvoir! (H. Bazin, Vipère,1948, p.216):
13. ... quand vous éprouvez le besoin de me dire quelque chose de finement désagréable, vous ne pouvez imaginer comme je le sens bien. −Alors, ma pauvre amie, vous faites fausse route. Vous ne serez pas Cordelia parce que nous ne jouerons pas Le Roi Lear, tout simplement. Duhamel,Suzanne,1941, p.34.
En partic. [En parlant d'une pers. défunte] Je prends soin du jardin de M. Muller, dit le jardinier; et, si vous venez au printemps, vous verrez qu'il n'a jamais été plus beau. Le pauvre cher homme, s'il revenait, je suis sûr qu'il serait content (Karr,Sous tilleuls,1832, p.256).Si tu voulais renoncer purement et simplement à la succession de ta pauvre chère mère défunte, et t'en rapporter à moi pour l'avenir, j'aimerais mieux ça (Balzac,E. Grandet,1834, p.220).MmeLoiseau expliqua qu'elle avait rêvé d'une salle à manger de chêne clair (...) et elle avait fini par l'avoir quand ils s'étaient installés ici, son pauvre mari n'en avait pas profité longtemps (Triolet,Prem. accroc,1945p.211).
2. [Marque le dédain, le mépris] Pauvre andouille; mon pauvre ami! Le cher frère Arcangeli ne donnait rien en réponse à ses plaintes (...) et Christiane enfin, de qui même, la pauvre sotte avait espéré du secours, s'obstinait à rester invisible, et sa chambre fermée à tous (Bourges,Crépusc. dieux,1884, p.257).De braves gens, disiez-vous, oui, braves comme ceux qui se sont fait tuer à la guerre, n'est-ce pas? Tranchons-en, des héros: beaucoup de malheureux et quelques pauvres imbéciles (Breton,Nadja,1928, p.66).
Pauvre type*.
[En parlant d'un auteur, d'un artiste] Piètre, mauvais dans son genre. Pauvre écrivain. L'Allemand Offenbach (...) avait du génie, mais était un bien pauvre musicien (Saint-Saëns,Germanophilie,1916, p.39).Ces gens si difficiles, pour qui H. de Balzac est un pauvre scribouilleur, quand ils écrivent à leur tour, se montrent au-dessous de toute critique, et en les lisant nous nous sentons rassurés (Larbaud,Journal,1934, p.300).
Prononc. et Orth.: [po:vʀ ̥]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. Ca 1050 «qui est nécessiteux, qui manque de biens matériels nécessaires» (Alexis, éd. Chr. Storey, 527); 2. a) ca 1050 (d'une chose) «digne d'un pauvre, d'un misérable» (ibid., 419); b) 1176-81 «qui n'a pas de valeur ni de force, piètre, pitoyable» (Chrétien de Troyes, Chevalier lion, éd. M. Roques, 3174); 1188 «de peu de valeur ou de peu d'importance» (Aimont de Varennes, Florimont, 4094 ds T.-L.); 1549 langue [...] pauvre (Du Bellay, Deffence et illustration, éd. H. Chamard, p.84, l. 8); 1615 rime [...] pauvre (Th. Sebillet, Art poétique, éd. F. Gaiffe, p.66); 1690 ouvrage pauvre (Fur.); 3. 1190 povre de «qui manque de» (Herman de Valenciennes, Bible de Sapience, 224 ds Bartsch Chrestomathie, 23, p.76); 1671 pauvre en «qui manque de, a peu de» (Pomey); 4. a) xves. [mss] «(d'une personne) qui fait pitié» (Combat de trente Bretons ds Bartsch Chrestomathie, 83, p.37); b) 1461-69 par affaiblissement avec une valeur affective un peu condescendante (Farce de Maistre Pathelin, éd. R. T. Holbrook, 679: le povre homme!); c) ca 1485 id. avec une valeur dépréc. (Viel Testament, éd. J. de Rothschild, 42124: povres meschans). B. Subst. 1. ca 1050 «personne nécessiteuse» (Alexis, éd. Chr. Storey, 94); 2. a)1553 les povres d'esprit (Bible de l'imprimerie Jean Gérard, Matth. 5, 3); 1560 les povres en esprit (Bible de l'imprimerie d'Antoine Rebul, Matth. 5, 3); b) 1690 (Fur.: On appelle aussi un pauvre d'esprit, un imbecille qui manque de jugement, de vivacité pour comprendre les choses). Du lat. pauper, -eris «pauvre». La forme pauvre, fruit d'une restitution étymol. de la graph. au (Alexandre, ms. Poitiers, 215 179 [après 1480] éd. E. Fleischmann, dactyl. Strasbourg, 1958, p.6, l. 8), a supplanté povre au xvies.; H. Estienne en 1579 (Precellence du Langage, éd. E. Huguet, p.204, 209 etc.) cite encore povre comme la forme normale alors que la forme pauvre était pourtant généralisée chez les auteurs de la Pléiade, très courante chez Rabelais (p.ex. ds Gargantua, éd. R. Calder et M. A. Screech, une seule fois la forme de l'Ouest pouvre XXXII, 64, p.204 à côté de pauvre généralisé), les éd. de l'oeuvre de Du Fail attestant aussi cette évolution (Propos Rustiques, éd. J. Assézat selon éd. de 1547 donne presque toujours la forme povre et Contes et Discours d'Eutrapel, selon l'éd. de 1585 donne toujours la forme pauvre, dans les passages dépouillés pour l'IGLF). Fréq. abs. littér.: 29903. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 45164, b) 59372; xxes.: a) 42125, b) 31486. Bbg. Dub. Pol. 1962, p.370. _ Quem. DDL t.13, 17.

Pauvre : définition du Wiktionnaire

Adjectif

pauvre \povʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est dans la pauvreté ; qui ne dispose pas de ressources suffisantes.
    • Mais quand donc les a-t-il achetées ? Et avec quoi ? Il disait tantôt qu’il était pauvre, qu’il n’avait pas d’argent. — (Comtesse de Ségur, L’Auberge de l’Ange-Gardien, 1888)
    • Ma femme aurait désiré être riche, et voilà que j’étais pauvre, avec mes petits appointements de deux mille francs. — (Octave Mirbeau, La tête coupée,)
  2. Qui dénote la pauvreté.
    • Une ville, une maison pauvre.
  3. Qui ne renferme, ne dispose que de peu de quelque chose.
    • Un aliment pauvre en gras, en fer, en vitamines, en sel.
    • Une personne pauvre d’esprit, d’argent, de talent, de ressources.
    • Une terre pauvre.
  4. Qui inspire la pitié, la compassion.
    • Mon pauvre ami, vous voici bien ennuyé.
    • Ce pauvre petit s’est perdu.
    • D’ailleurs, ce qui est particulier à la politique de l’histoire sainte, c’est que, chaque fois qu’un personnage marquant fait quelque chose de mal, c’est toujours le pauvre peuple qui écope. — (Émile Thirion, La Politique au village, p. 131, Fischbacher, 1896)
    • Je suis une pauvre rate
      Ma vie est un enfer.
      Mon frère est un bandit
      Ma mère une sorcière.
      — (Les Enquêtes de Chlorophylle, 1992–1995)
    1. Il se dit aussi par manière de plainte.
      • Voilà mon pauvre manteau tout gâté.
      • Nos pauvres vignes sont toutes gelées.
      • Il a eu en me voyant un pauvre sourire.
  5. Qui inspire le mépris.
    • Pauvre imbécile !
    • Il a fait un pauvre discours.
  6. (Midi de la France) Mort, décédé.
    • Mon pauvre grand-père.
  7. Sans variété ; sans subtilité.
    • Enfin les îles sorties des eaux (atolls) portent une flore extrêmement pauvre, venue par des apports lointains. — (Henri Gaussen, Géographie des Plantes, Armand Colin, 1933, p.69)
    • Cet enfant à un vocabulaire bien pauvre pour son âge.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Pauvre : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

PAUVRE. adj. des deux genres
. Qui n'a pas le nécessaire, ou qui l'a trop strictement. Famille pauvre. Devenir pauvre. Il a vécu pauvre et il est mort pauvre. Il est pauvre comme Job. Un pauvre hère, un pauvre diable, Un homme qui est dans la misère. Substantivement, Donnez l'aumône à ce pauvre. On doit assister les pauvres. Les pauvres sont les membres de JÉSUS-CHRIST. Pauvres honteux, Personnes qui sont dans l'indigence et qui n'osent demander publiquement l'aumône. Pauvres de la paroisse, de la commune, Ceux qui sont à l'aumône de la paroisse, de la commune. En termes de l'Écriture, Pauvres en esprit, Ceux qui ont le cœur et l'esprit détachés des biens de la terre. L'Évangile dit : Bienheureux les pauvres en esprit car le royaume des cieux est à eux. Fig. et fam., Pauvre d'esprit, Personne de peu d'esprit.

PAUVRE se dit, par extension, d'une Personne qui n'a pas de quoi subsister honorablement selon sa condition. Il est trop pauvre pour un homme de son rang. Substantivement, Cet homme fait le pauvre, Il feint de n'avoir pas le nécessaire convenable à son état.

PAUVRE se dit aussi des Pays stériles ou dont les habitants sont misérables, et des Associations, des établissements qui ont des revenus très modiques ou insuffisants. Ce pays est pauvre. Cet hospice est pauvre, fort pauvre. Il se dit en outre de Ce qui annonce la pauvreté, de ce qui en a l'apparence. Une pauvre demeure. Il se dit encore de Certaines choses dans lesquelles on ne trouve pas l'abondance qu'on y pourrait désirer. Une mine pauvre, Celle d'où l'on n'extrait que peu de métal. Une langue pauvre, Celle qui n'a pas tous les termes et tous les tours nécessaires pour bien exprimer les pensées. Un sujet pauvre, une matière pauvre, Un sujet, une matière stérile, qui fournit peu à l'écrivain.

PAUVRE se dit quelquefois par sentiment de compassion; il se place alors avant le nom. Le pauvre homme! il a bien souffert. Il se dit encore par tendresse et par familiarité. Mon pauvre enfant. Mon pauvre ami. Le pauvre petit! Il se dit aussi de Diverses choses, par manière de plainte. Voilà mon pauvre manteau tout gâté. Nos pauvres vignes sont toutes gelées. Il a eu en me voyant un pauvre sourire. Il se dit également par mépris et signifie Qui est chétif, mauvais dans son genre. Il a fait un pauvre discours. Il nous a donné une pauvre pièce. C'est un pauvre esprit. C'est un pauvre poète. Il nous a servi un pauvre repas. Ce décor fait un pauvre effet. Employé dans ce sens figuré, il précède en général le nom, et il le suit quand il est employé au propre. Ainsi un pauvre écrivain n'est pas la même chose qu'un écrivain pauvre; dans le premier cas l'écrivain manque de talent, dans le second cas il manque de fortune. Il ne m'a pas dit un pauvre mot, Pas un seul mot de politesse, de consolation. Fig. et fam., Un pauvre sire, Un homme sans considération, sans mérite. Un pauvre homme, Celui qui manque d'adresse, de volonté, d'énergie. Vous êtes un pauvre homme de vous laisser mener ainsi, de vous laisser duper de la sorte. J'ai cru qu'il était malhonnête : ce n'est qu'un pauvre homme.

Pauvre : définition du Littré (1872-1877)

PAUVRE (pô-vr' ; Palsgrave, p. 11, au XVIe siècle, remarque que poure se prononçait povre) adj.
  • 1Qui n'a pas le nécessaire, ou qui ne l'a qu'à peine. Lorsqu'on lui voulait représenter cela [l'exiguïté de son revenu] quand il faisait quelque aumône considérable, il se fâchait et disait : j'ai remarqué une chose, que, quelque pauvre que l'on soit, on laisse toujours quelque chose en mourant, Vie de Pascal par Mme Périer. Mandez-moi ce qu'il faut pour la nourriture et les ustensiles de ces pauvres femmes, Bossuet, Anne de Gonz. Entre le pauvre et vous, vous prendrez Dieu pour juge ; Vous souvenant, mon fils, que, caché sous ce lin, Comme eux vous fûtes pauvre, et comme eux orphelin, Racine, Athal. IV, 3. Quand on est jeune, souvent on est pauvre : ou l'on n'a pas encore fait d'acquisitions, ou les successions ne sont pas échues, La Bruyère, VI. Un homme n'est pas pauvre parce qu'il n'a rien, mais parce qu'il ne travaille pas, Montesquieu, Esp. XXIII, 29. Jean-Baptiste Massillon naquit à Hyères en Provence, en 1663, il eut pour père un citoyen pauvre de cette petite ville, D'Alembert, Éloges, Massillon.
  • 2 Par extension, qui n'a pas de quoi vivre selon sa condition. Il est venu dans le monde une certaine bienséance imaginaire… qui nous fait de nouvelles nécessités… de là, messieurs, il est arrivé, le croirez-vous, si je vous le dis ? de là, dis-je, il est arrivé, qu'on peut être pauvre sans manquer de rien, Bossuet, Sermons, Nécessités de la vie, 2. On se dit pauvre, lorsqu'il y a des pauvres à soulager ; mais on cesse de l'être, dès que le moment et l'occasion se présentent de jouer, Bourdaloue, 3e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 98. Celui-là est riche qui reçoit plus qu'il ne consume ; celui-là est pauvre dont la dépense excède la recette, La Bruyère, VI. Tel avec deux millions de rente pour être pauvre chaque année de cinq cent mille livres, La Bruyère, ib. Si je compare… les grands avec le peuple, ce dernier me paraît content du nécessaire, et les autres sont inquiets et pauvres avec le superflu, La Bruyère, IX. S'il est vrai que l'on soit pauvre par toutes les choses que l'on désire, l'ambitieux et l'avare languissent dans une extrême pauvreté, La Bruyère, VI.

    Cet hospice est pauvre, c'est-à-dire il a des revenus insuffisants.

  • 3Qui a l'apparence de la pauvreté. Une pauvre demeure. Tout devint pauvre et dans sa maison et sur sa personne, Bossuet, Anne de Gonz.
  • 4 Fig. Il se dit de tout ce qui présente de l'insuffisance, et où manque l'abondance voulue. Si j'avais le cœur aussi pauvre que l'esprit, je serais bien heureux ; car je suis merveilleusement persuadé que la pauvreté est un grand moyen pour faire son salut, Vie de Pascal par Mme Périer.

    Pays pauvre, pays stérile ou dont les habitants sont misérables. Cette terre, lui disait-on, doit vous faire oublier la pauvre Ithaque avec ses cabanes, les rochers affreux de Dulichie, et les bois sauvages de Zacinthe, Fénelon, Tél. XX.

    Mine pauvre, mine qui contient peu de métal.

    Langue pauvre, langue qui manque des termes, des tours nécessaires à l'expression exacte de la pensée. Toute langue en général étant pauvre de mots propres pour les écrivains qui ont l'imagination vive, ils sont dans le même cas que des étrangers qui ont beaucoup d'esprit, Diderot, Lett. sur les aveug.

    Sujet, matière pauvre, sujet, matière peu féconde.

    Rime pauvre, rime où la consonnance est réduite au minimum, par opposition à rime riche.

  • 5 Terme de beaux-arts. Qui manque de grandeur, de richesse ; qui est sans élévation, sans dignité, sans énergie.

    Tête pauvre, tête sans caractère, sans expression, faiblement modelée, sans vigueur de dessin ni de couleur.

    Draperie pauvre, draperie qui manque d'ampleur et de développement.

    Composition pauvre, celle dans laquelle le sujet est mal développé.

    Architecture pauvre, celle dont les membres sont grêles, les profils mous et sans saillie, les ornements rares ou de mauvais goût.

  • 6 Familièrement. Il se dit par une sorte d'attendrissement ou de commisération. Celui qui ci maintenant dort Fit plus de pitié que d'envie, Et souffrit mille fois la mort Avant que de perdre la vie ; Passant, ne fais ici de bruit, Garde bien que tu ne l'éveilles ; Car voici la première nuit Que le pauvre Scarron sommeille, Scarron, Épitaphe. Philaminte : Comment ! vous avez peur d'offenser la coquine ! Vous lui parlez d'un ton tout à fait obligeant ! - Chrysale : Moi ? point ; allons, sortez. (D'un ton plus doux) Va-t'en, ma pauvre enfant, Molière, F. sav. II, 6. Ma chère enfant, le pauvre M. Fouquet est mort, j'en suis touchée ; je n'ai jamais vu perdre tant d'amis ; cela donne de la tristesse, Sévigné, 3 avril 1680. C'est moi qui imaginai d'engager M. le maréchal de Richelieu à faire ce qu'il pourrait pour sauver la vie à ce pauvre amiral Bing ; je l'avais fort connu dans sa jeunesse…, Voltaire, Lett. Schomberg, 31 oct. 1769. Eh ! messieurs, leur dit le malheureux Rustan, de quoi vous mêliez-vous ? et pourquoi deux génies pour un pauvre homme ? Voltaire, Blanc et noir.

    Il se dit des choses en un sens analogue. Vous voyez bien, ma fille, que les moindres choses qui ont rapport à vous, ont fait impression dans mon pauvre cerveau, Sévigné, 375. Vous voilà donc à nos pauvres Rochers, mes chers enfants, Sévigné, 20 sept. 1695. Pas un pauvre petit procès, Brueys, Avoc. Pat. I, 1. Tout ce que je demande, c'est qu'on me laisse finir ma pauvre carrière sur les bords de mon lac, Voltaire, Lett. d'Alemb. 11 avr. 1773. Ma pauvre santé n'avait pas besoin de cette secousse [l'imputation d'être auteur d'un certain livre], Voltaire, ib. 9 juill. 1769.

    En un sens particulier, isolé, peu nombreux, en parlant de choses. Je n'ai été, ma fille, qu'une pauvre fois à votre belle lune, Sévigné, 443. J'ai passé le commencement de cette année assez brutalement, je ne vous ai dit qu'un pauvre mot, Sévigné, 182. M. de Lavardin m'a vue un pauvre moment qu'il a été ici, Sévigné, 13 nov. 1673. Il faut que l'air de Ferney ne soit pas bon pour les tragédies : l'auteur de Warvick [la Harpe] n'a pas encore fait une pauvre petite scène, Voltaire, Lett. Villette, 8 juill. 1765.

    Il ne m'a pas dit un pauvre mot, il ne m'a pas dit un seul mot d'honnêteté, de consolation. Je lui dis : Mais disons donc un pauvre mot de ma fille ; vraiment nous sommes bien ingrats, Sévigné, 43.

  • 7Il se dit parfois aussi par simple terme d'amitié, et sans idée de commisération. Ah ! mon pauvre Scapin ! je suis mon pauvre Scapin, à cette heure qu'on a besoin de moi, Molière, Fourb. II, 7. Mais, ma pauvre Toinette, crois-tu qu'il m'aime autant qu'il me le dit ? Molière, Mal. im. I, 4. Mon pauvre petit bec… Écoute seulement ce soupir amoureux, Molière, Éc. des f. v, 4. Ma pauvre madame Drixa, ne vous fâchez pas contre mon mari ; je me suis assez fâchée contre lui, Voltaire, Socrate, II, 5. Jeté sur cette boule, Laid, chétif et souffrant, Étouffé dans la foule, Faute d'être assez grand ; Une plainte touchante De ma bouche sortit ; Le bon Dieu me dit : chante, Chante, pauvre petit ! Béranger, Vocation.
  • 8 Par mépris, chétif, mauvais dans son genre. Cela fait un pauvre effet. Une pauvre étoffe. Ce serait à mon gré une pauvre ambition d'ériger des trophées de deux marottes rompues, Guez de Balzac, liv. VI, lett. 5. Tout auprès, de pauvres poëtes, Qui rarement ont des manchettes, Y récitent de pauvres vers, Scarron, Virg. VI. Il n'y a si pauvre esprit qui n'en fît bien autant, Molière, l'Av. III, 5. Quelle pauvre espèce que le genre humain, si le grand Newton a cru trouver dans l'Apocalypse l'histoire présente de l'Europe ? Voltaire, Dict. phil. Fanatisme. L'Académie ne veut pas paraître philosophe ; quelles pauvres observations que ses observations sur mes remarques concernant Polyeucte ! Voltaire, Lett. d'Argental, 27 nov. 1761. Cet écrivain pauvre [Boissy] a fait, sur le théâtre, la petite fortune de quelques pauvres écrivains, D'Alembert, Éloges, Boissy. Elle s'est avisée d'aimer un jeune homme, honnête à la vérité, mais sans bien, enfin un musicien pauvre. - Versac : Et peut-être un pauvre musicien, Al. Duval, Maison à vendre, SC. 9.

    Un pauvre sire, un homme sans mérite, sans considération.

    Un pauvre homme, un homme sans industrie, sans courage.

    On dit aussi : vous êtes un pauvre homme, à un homme à qui on reproche quelque trait honteux.

    Un pauvre hère, un pauvre diable, un homme qui est dans la misère. Çà, fais-moi, pauvre diable, De ton désastre un récit véritable, Voltaire, le Pauv. diable.

    En ce sens il se met d'ordinaire avant son substantif.

  • 9 Fig. Privé, dénué, manquant de. Riches de mots, pauvres de sens, Lamotte, Fabl. III, 8. Il brûle d'un feu sans remède, Moins riche de ce qu'il possède, Que pauvre de ce qu'il n'a pas, Rousseau J.-B. Odes, II, 9. Ils étaient si pauvres de talents et de ressources…, Diderot, Opin. des anc. philos. (jésuites). Pauvre de couleur, mais riche de sa voix, Le rossignol encor enchantera nos bois, Delille, l'H. des champs, IV. Les champs de ces Helvétiens Pauvres de vains trésors, mais riches de vrais biens, Chênedollé, dans LAVEAUX.
  • 10 S. m. Celui qui est dans la misère, mendiant. Le pauvre en sa cabane où le chaume le couvre Est sujet à ses lois [de la mort], Malherbe, Ode à du Perier. Si le riche est ébranlé, ses amis le soutiennent ; mais, si le pauvre commence à tomber, ses amis même contribuent à sa chute, Sacy, Ecclésiastiq. XIII, 25. Que de pauvres… ont subsisté, pendant tout le cours de sa vie, par l'immense profusion de ses aumônes ! Bossuet, Reine d'Anglet. Recommandez-lui, Monseigneur, les pauvres des villages encore plus malheureux que ceux des villes, Maintenon, Lett. au card. de Noailles, 26 déc. 1699. Dans toutes les conditions, le pauvre est bien proche de l'homme de bien, et l'opulent n'est guère éloigné de la friponnerie, La Bruyère, VI. On sait que les pauvres sont chagrins de ce que tout leur manque, et que personne ne les soulage, La Bruyère, ib.

    Rire comme des pauvres, rire de bon cœur, rire à ventre déboutonné.

    Pauvres honteux, gens d'honnête condition qui souffrent beaucoup sans oser découvrir leurs nécessités.

    Pauvres de la paroisse, de la commune, ceux qui sont à l'aumône de la paroisse, de la commune.

    Pauvre volontaire, pauvre de Jésus-Christ, celui qui renonce volontairement aux biens du monde. Et vous, pauvres de Jésus-Christ, pour qui seuls elle ne pouvait endurer qu'on lui dît que ses trésors étaient épuisés, vous premièrement, pauvres volontaires… religieux, vierges sacrées… et vous, pauvres, quelque nom que vous portiez, pauvres connus, pauvres honteux…, Bossuet, Marie - Thér.

    Pauvre des pauvres, titre que prenait saint Ignace.

    Cet homme fait le pauvre, il feint de n'avoir pas le nécessaire relatif à son état.

    Droit des pauvres, droit prélevé en France en faveur des hôpitaux sur les recettes des spectacles, concerts, bals, et autres amusements publics.

    Taxe des pauvres, impôt établi en Angleterre en faveur des pauvres.

  • 11 Terme de l'Écriture. Les pauvres d'esprit, ceux dont le cœur et l'esprit sont détachés des biens de la terre. Et ouvrant la bouche, il les enseignait en disant : Bienheureux les pauvres d'esprit, parce que le royaume des cieux est à eux, Sacy, Bible, Év. St Math. V, 3.

    On dit dans le même sens, les pauvres de cœur. Les pauvres de cœur, c'est-à-dire ceux qui ont vécu comme ne possédant rien sur la terre, Massillon, Profess. relig. Serm. 3.

    Familièrement. Les pauvres d'esprit, ceux qui sont dépourvus d'intelligence.

  • 12Pauvre de Lyon, membre d'une secte vaudoise (XIIe siècle). Je conviens que les Vaudois, les insabbatés et les pauvres de Lyon sont la même secte, Bossuet, Variat. XI, 133.
  • 13Pauvre homme, crustacé du genre pagure (bernard l'ermite).

    Herbe à pauvre homme, gratiole.

    PROVERBE

    Le pauvre est toujours pauvre, c'est-à-dire les moyens lui manquent pour se tirer de la misère.

REMARQUE

1. Pauvre ne s'emploie pas au féminin comme substantif ; on ne dit pas une pauvre, mais une pauvresse.

2. Un auteur pauvre est un auteur indigent ; un pauvre auteur est un mauvais écrivain, ou celui à qui les idées manquent.

SYNONYME

PAUVRE, INDIGENT. Pauvre est le terme le plus général ; c'est aussi celui qui signifie le moins. Le pauvre a peu, est mal partagé, ou mal aisé. L'indigent souffre et est, par le manque, dans un état de peine.

HISTORIQUE

XIIe s. Et poure gent et clerc et vavassor, Ronc. p. 176. Et joie a poure savor, Qui en tel lieu est gastée, Couci, I.

XIIIe s. [Tobie] dona ce que il avoit as prisonniers et as poures, Latini, Trés. p. 60. Ne soiez vers les poures ne sure [aigre] ne amere, Berte, IV. Poure hostel ot la dame, quant vint à l'anuitier, ib. XXXVIII. De moi ert [sera] à vo [votre] pere poure [triste] nouvelle aprise, ib. C. Noz avons veu moult de debas, es bones viles, des uns contre les autres, si comme des poures contre les rices, Beaumanoir, L, 5. Tandis que nous mangions, ils vindrent ferant des esperons jusques à nostre ost, et occistrent pluseurs poures gens qui estoient alez aus chans à pié, Joinville, 221. Que tout ensi come en la mer Li grans poissons prent le petit, Ensi sont au siecle aatit [disposés] Li riche des poures mangier, Baudouin de Condé, t. I, p. 3.

XIVe s. Grant bonte est à homme qui a le cuer poure et la bourse riche, Ménagier, 1, 9.

XVe s. …Et se vestirent de poures cotes dechirées et de poures chapeaux, en guise de poures marchands…, Froissart, I, I, 131. Poure garde [surveillance mal faite], Froissart, II, III, 26. Et si n'ont pas d'argent grans sommes, Mais sont aussi poures que Job, Coquillart, Droits nouveaux.

XVIe s. Je laisse à dire les fantasies pernicieuses dont on a abbreuvé le poure monde, Calvin, Instit. 955. Pauvre fol que tu es, Montaigne, I, 73. La pauvre Iphigenia au port d'Aulide…, Montaigne, II, 258. Sur ce point Philopoemen arriva, vestu d'un pauvre manteau, Amyot, Philop. 3. C'est grand mal d'un pauvre endormy, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 263. C'est grand peine d'estre pauvre et vieux, mais il ne l'est pas qui veult, Leroux de Lincy, ib. [Henri IV] Prince lors sans parti, sans hommes, sans finance, Prince pauvre de tout, si ce n'est d'esperance, Dubartas. Jean Boulaise, prestre, professeur des sainctes lettres hebraïques, pauvre perpetuel [boursier] du college de Montaigu à Paris, Du Verdier, Biblioth. p. 657, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

PAUVRE. Ajoutez :
14Arbre à pauvre homme, l'ulmus campestris, BAILLON, Dict. de botanique, p. 257. (On disait en proverbe : Chêne de seigneur et orme de pauvre homme, pour signifier que le chêne a toute sa valeur quand on le garde intact, mais que l'orme gagne à être souvent ébranché ; de là le nom donné à l'orme.)
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « pauvre »

Étymologie de pauvre - Littré

Bourg. prôve ; Berry, poure, pouvre, paure ; norm. pouret ; picard, poure, paure ; wallon, pôv ; prov. paupre, paubre, paure ; esp. pobre ; ital. povero ; du lat. pauper ou pauperus, que les étymologistes décomposent en pauca pariens, produisant peu ; comparez opiparus, et, par le changement de a en e, puerpera, vipera. La confusion de l'u et du v fait qu'on ne sait si dans les hauts temps on prononçait poure ou povre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de pauvre - Wiktionnaire

(Date à préciser) Du latin pauper qui donne povre en ancien français. La graphie savante pauvre, apparue en moyen français, par réaction étymologique, a supplanté povre, graphie usuelle jusqu’au XVIe siècle.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « pauvre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
pauvre povr play_arrow

Citations contenant le mot « pauvre »

  • Les ministres des Finances et chefs des banques centrales des pays du G20 ont tenu ce samedi une réunion d'étape sur leur réponse à la crise du Covid-19, annonçant qu'ils se prononceraient prochainement sur la prolongation du moratoire sur la dette des pays pauvres. Le Figaro.fr, Moratoire sur la dette des pays pauvre: le G20 temporise
  • Une fois le vernis de solidarité inter-classe en début de crise sanitaire a séché, les relents de stigmatisation du pauvre comme vecteur de maladies de par son indiscipline sont remontés à la surface. Plongée dans un climat social pestilentiel. , Au Maroc, le coronavirus est trop souvent associé au stigmate du pauvre indiscipliné [Edito]
  • Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade : la phrase de Francis Blanche, même prononcée avec le sourire, a pris des allures de dicton. Le comédien aurait-il pu imaginer que quelques décennies plus tard, un vilain virus donnerait à sa boutade le sérieux d’un résultat scientifique ? Quatre économistes français viennent en effet de montrer que le Covid-19 tue d’abord, et de façon particulièrement importante, les plus modestes. En croisant les données de mortalité, le revenu des communes et les zones de déconfinement, ils mettent en évidence, pour la première fois, par une étude systématique, l’excès de mortalité provoqué par l’épidémie dans les municipalités aux revenus les plus bas. Leur travail vient d’être rendu public, en prépublication, sur le site d’archives ouvertes HAL. Le Monde.fr, En France, le Covid-19 a beaucoup tué dans les villes pauvres
  • « Étant donné qu’il est difficile d’identifier chaque ménage pauvre, l’expérience a montré que le ciblage géographique pouvait, dans une certaine limite, s’avérer une approche d’importance dans les initiatives visant à atteindre les pauvres », explique l’auteur. Le ciblage géographique a gagné en précision dans la procédure de localisation des personnes éligibles à des programmes sociaux mais il n’est pas exempt d’erreur. Le problème des cartes de pauvreté, quelles que soient les difficultés de leur mise en œuvre est moins dans la technique de rapprochement des données provenant de sources différentes EcoActu, Ciblage De La Population Pauvre: Quelles Leçons Pour L'après-covid-19 ? (Larabi Jaïdi)
  • Du pauvre au riche, deux mains ; du riche au pauvre, deux doigts. De Proverbe espagnol
  • Le cinéma est l’art du pauvre. De Nicolas Boukhrief / Studio Magazine - Avril 2004
  • Egalitarisme : rêve de pauvre, cauchemar de riche. De Georges Elgozy / L'Esprit des mots ou l'antidictionnaire
  • Ca fait pauvre, de détester les riches. De Ylipe / Textes sans paroles
  • Riche vilain vaut mieux que pauvre gentilhomme. De Mathurin Régnier / Satires
  • Le remords est un sentiment de pauvre. De Pierre Turgeon / La Première Personne
  • Dieu est la consolation du pauvre. De Proverbe géorgien
  • La reconnaissance est le paiement du pauvre. De Proverbe indien
  • La fidélité est un vice de pauvre. De Charles Baudelaire
  • Le sage ne peut être pauvre. De Proverbe oriental
  • Penser est une besogne de pauvre. De Jacques Rigaut
  • Qui donne au pauvre prête à Dieu. De Victor Hugo / Pour les pauvres
  • A pauvre coeur petit souhait. De Proverbe français
  • Maison pauvre, voie riche. De Koan zen
  • Hélas ! pauvre Yorick. William Shakespeare, Hamlet, V, 1, Hamlet
  • L'avare est toujours pauvre : bornez sagement vos désirs. Horace en latin Quintus Horatius Flaccus, Épîtres, I, II, 55
  • Il faut bien passer quelque vanité aux pauvres gens. C'est le seul dédommagement de leurs misères. Charles Nodier, La Fée aux miettes

Images d'illustration du mot « pauvre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « pauvre »

Langue Traduction
Corse poveri
Basque pobrea
Japonais 貧しい
Russe бедных
Portugais pobre
Arabe فقير
Chinois 较差的
Allemand arm
Italien povero
Espagnol pobre
Anglais poor
Source : Google Translate API

Synonymes de « pauvre »

Source : synonymes de pauvre sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « pauvre »


Mots similaires