La langue française

Malheureux, malheureuse

Sommaire

Définitions du mot malheureux, malheureuse

Trésor de la Langue Française informatisé

MALHEUREUX, -EUSE, adj. et subst.

A.− Qui n'est pas heureux, qui n'est pas favorisé par la nature, les circonstances ou le destin.
1. [En parlant d'une pers. ou d'une activité hum.]
a) Qui a connu l'échec, qui a raté son but. Adversaire, candidat malheureux; être le rival malheureux de qqn. On dit d'un homme tout à fait malheureux : Il tombe sur le dos et se casse le nez (Chamfort, Caract. et anecd.,1794, p. 178).Le coup de pied de l'âne au héros vaincu, la huée du supporter au champion malheureux (Gracq, Beau tén.,1945, p. 198).De grandes familles, ruinées par un luxe excessif ou par des spéculations malheureuses, ont dû morceler leurs biens et en disperser les lambeaux (E. Schneider, Charbon,1945, p. 138).
Amour malheureux. Amour qui n'est pas partagé. Plus tard il se brûla la cervelle. Un amour malheureux fut la cause de cette fuite et de ce suicide (Sand, Hist. vie,t. 2, 1855, p. 85).Mari malheureux. Mari trompé. Synon. cocu.Être malheureux en amour. Être éconduit. Vous devez être malheureux en amour, monsieur (...). Parce que vous avez du bonheur au jeu (Dumas père, Halifax,1842, prol., 5, p. 7).
Être malheureux en duels (vx). ,,Blesser ou tuer son adversaire`` (Littré). Je suis violent, emporté, querelleur, et jusqu'à présent malheureux en duels (Sue, Atar-Gull,1831, p. 11).
Avoir la main malheureuse. Être maladroit de ses mains, casser (tout) ce que l'on touche. Faites les honneurs : car vous savez que j'ai la main malheureuse, et que quand je me mêle de découper, je taille en deux le rôt, l'assiette, la nappe, voire un peu de la table, et cela vous fâche (Sand, Péché de M. Antoine,t. 1, 1845, p. 25).Avoir la main malheureuse avec qqn (au fig.). Ne pas réussir avec lui. Grand dieu! Chère amie, j'ai la main malheureuse avec cet enfant, et vous allez encore m'en vouloir (Stendhal, Chartreuse,1839, p. 417).
Proverbe, fam. vieilli. Il est malheureux, il se noierait dans un crachat. Il ne réussit à rien. (Ds Littré, Guérin 1892, Lar. 20e).
b) Qui perd la vie, dont la vie se termine d'une façon désastreuse, qui est à plaindre, dont le sort est triste. Synon. infortuné.Les malheureux assiégés, condamnés à mort. On précipitait les malheureux Suisses par les fenêtres, on les fusillait dans les cours, dans les rues, dans les jardins (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 2, 1870, p. 11).À trois kilomètres d'Hersek les malheureux pèlerins furent surpris et massacrés en masse par les Turcs (Grousset, Croisades,1939, p. 14):
1. Un jour, un enfant employé dans son palais excita les animaux [deux lions] à coups de pierre, si bien qu'ils brisèrent les barreaux d'un élan, dévorèrent le malheureux bambin et allèrent se coucher dans les jardins pour le digérer à l'ombre. Du Camp, Nil,1854, p. 314.
2. [En parlant de ce qui entraîne des conséquences négatives]
a) Qui est fâcheux, regrettable ou tragique. Malheureuse maladie; guerre malheureuse. La malheureuse expédition d'Italie, mal commencée par Charles VIII, mal continuée par Louis XII, a privé la France d'une partie des biens que ce dernier lui destinait (Staël, Consid. Révol. fr.,t. 1, 1817, p. 20).Milorioux, l'ancien braconnier de Tancogne, s'était fait condamner pour un coup de fusil malheureux (Genevoix, Raboliot,1925, p. 89).
b) Qui manque des qualités requises.
− Domaine esthétique.Qui ne satisfait pas un certain goût. Une toilette malheureuse. C'est ici [à Saint-Jean-de-Latran] le malheureux goût du dix-septième siècle, ni païen, ni chrétien (Taine, Voy. Ital.,t. 1, 1866, p. 306).
− Domaine littér., intellectuel.Qui est malvenu, malencontreux. Malheureux mémoire, opuscule; malheureuse hérésie; mot malheureux. Alors on vit se former cette malheureuse philosophie scolastique, qui se composait des subtilités de la dialectique péripatéticienne, et du jargon mystique de Platon (Chateaubr., Essai Révol.,t. 2, 1797, p. 232).M. Herriot vient de prononcer des paroles malheureuses. Une parole malheureuse est une parole qui ne vient pas à son heure (Camus, Actuelles I,1945, p. 75).
P. méton. Facilité malheureuse. Facilité dont on abuse et qui ne produit que de mauvais ouvrages. (Ds Littré, Ac. 1935). Mémoire malheureuse. Mémoire qui retient difficilement, qui a des défaillances (Ac.).
Exclamativement. Il est (bien) malheureux, c'est (bien) malheureux que. Il est triste, dommage que. C'est bien malheureux que le champagne ne soit pas frappé (Murger, Scènes vie bohème,1851, p. 150).
Est-ce malheureux de, c'est malheureux de + inf. (fam.).C'est-il pas malheureux! Ce ne sera pas malheureux quand. Ah bien! dit-elle, ce ne sera pas malheureux quand j'aurai voiture! (Zola, Assommoir,1877, p. 715).
3. [En parlant du destin, de la chance] Qui porte malheur, qui annonce le malheur. Malheureux augure, destin, sort; fatalité malheureuse. On ne savait plus si c'était Dreyfus ou l'affaire Dreyfus qui était malheureuse, qui était fatale, qui était mal douée pour le bonheur, incapable de bonheur, marquée de la fatalité (Péguy, Notre jeun.,1910, p. 194).
ASTROL. Il est né sous une malheureuse étoile (Ac., Littré, DG). Le Capricorne. Dixième signe du zodiaque (...). Situation malheureuse : Lune en exil. Jupiter en chute (Divin.1964, p. 203).
JEUX. Malchanceux. En deux mots, tenez, j'ai été malheureux à la Bourse (...). Et voilà pourquoi je ne puis payer votre mémoire (Zola, Curée,1872, p. 462).Être malheureux au jeu. Perdre (v. avoir du malheur au jeu).
4. Emploi subst.
a) Personne qui vit dans la misère. Synon. indigent, miséreux.Secourir les malheureux. Elle (...) servait elle-même le pain tout chaud aux malheureux. Neuf cents pauvres venaient ainsi chaque jour lui demander leur nourriture (Montalembert, Ste Élisabeth,1836, p. 104):
2. Les gens d'autrefois ne se séparaient jamais d'un lit hérité. Lorsqu'ils voulaient exprimer qu'un malheureux, une malheureuse surtout avait atteint l'extrémité de la détresse et de la misère, ils disaient : « Elle s'est vendu le lit... » Pesquidoux, Livre raison,1932, p. 27.
b) Personne qui souffre physiquement, qui est menacé dans sa vie même, victime d'un accident, d'une catastrophe. Soulager un malheureux; porter secours aux malheureux. Le malheureux étouffe, supplie qu'on lui donne de l'air; l'on se précipite sur la croisée... (Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 44).On parle de plus de deux cents malheureux, bloqués ainsi sous l'effondrement d'un immeuble (Gide, Journal,1943, p. 204):
3. Ces féroces alligators (...) étaient là une dizaine qui battaient l'eau de leur queue formidable (...). À cette vue, les malheureux se sentirent perdus. Une mort épouvantable leur était réservée, qu'ils dussent périr dévorés par les flammes ou par la dent des caïmans. Verne, Enf. cap. Grant,t. 1, 1868, p. 244.
En partic., au fém. (vieilli). Prostituée. On appelle aussi malheureuse, une femme publique, une femme abandonnée au libertinage (Lav.1828ds Quem. DDL t. 1).
Vieilli. Fou, insensé. Frapper comme un malheureux. Comme un forcené. Je frappe aux volets de la chambre où dormaient maître Jean et sa femme; je frappe comme un malheureux (Erckm.-Chatr., Hist. paysan,t. 1, 1870, p. 48).
TYPOGR. Tour de malheureux. ,,Ouvriers typographes qui restent après les autres pour corriger la morasse ou épreuve faite à la brosse d'une page de journal avant le serrage définitif de la forme`` (France 1907).
Exclamativement. Qui marque la colère, l'indignation contre quelqu'un. Petit malheureux! Comment, malheureux, vous n'avez pas l'ordre écrit? Alors qu'avez-vous à nous montrer? (Clemenceau, Iniquité,1899, p. 342).
B.− Qui est sans importance, qui mérite peu d'attention ou qui n'est d'aucune efficacité. Une malheureuse voiture; le malheureux gendarme ne put rien faire. Aujourd'hui ce personnage se trouve à grand'peine Maître des requêtes avec quelques malheureux vingt mille francs (Balzac, Employés,1837, p. 77).Il a suffi d'un malheureux sonnet en l'honneur de Mazarin pour lui mettre la tante Sainte-Thècle et tous ces messieurs aux chausses (Mauriac, Vie Racine,1928, p. 30).
P. hyperb., fam. Maudit, satané. Ce malheureux latin. Mais fermez donc cette malheureuse porte! Cette chambre ne sera plus habitable (Musset, Il faut qu'une porte,1845, p. 263).Ces malheureuses bottes étaient si étroites que, n'y pouvant tenir (...) il demanda à des voisins un canif pour les fendre et se mettre à l'aise (Delacroix, Journal,1854, p. 184).
C.− Qui se trouve dans un état de malheur, de peine, d'affliction.
1. [En parlant d'une pers., des circonstances de sa vie, et p. méton. d'un aspect du comportement] Cœur malheureux; air, visage malheureux; âme, créature, enfance, mère malheureuse. Ce soir, soudain, je me sens très malheureux. Accablé par une tristesse dont il faut bien que je vienne à bout avec mes seules forces. Un chagrin que je comprends, que je connais, dont personne ne peut me guérir (J. Bousquet, Trad. du silence,1935-36, p. 113).Ma patrie est comme une barque Qu'abandonnèrent ses haleurs Et je ressemble à ce monarque Plus malheureux que le malheur (Aragon, Crève-cœur,1941, p. 56):
4. Mais aussi, Violaine, je suis bien malheureux! Il est dur d'être un lépreux et de porter avec soi la plaie infâme de savoir que l'on ne guérira pas et que rien n'y fait, mais que chaque jour elle gagne et pénètre, et d'être seul et de supporter son propre poison, et de sentir tout vivant corrompre! Claudel, Annonce,1912, prol., p. 22.
Être malheureux avec qqn; être le plus malheureux des hommes; être malheureux en ménage. Par une méchanceté de femme, elle aurait voulu voir ce dernier malheureux en ménage (Zola, E. Rougon,1876, p. 319).Être malheureux par sa faute, pour qqn. Avec la sagesse des gens non amoureux, qui trouvent qu'un homme d'esprit ne devrait être malheureux que pour une personne qui en valût la peine (Proust, Swann,1913, p. 343).Être si malheureux que; être malheureux de + inf. À la descente du carrosse, M. d'Antilly (...) se jeta à ses pieds en lui disant qu'il était bien malheureux d'avoir vécu soixante-quinze ans pour voir ce qu'il allait voir (Sainte-Beuve, Port-Royal,t. 4, 1859, p. 104).
Rendre qqn malheureux; ce qui rend malheureux c'est de + inf. C'est peut-être la femme qui m'a le plus aimé, et c'est une de celles qui m'ont rendu le plus malheureux (Constant, Journaux,1804, p. 116).
En partic., PHILOS. Conscience malheureuse. ,,État de la conscience de soi qui, dans la Phénoménologie de Hegel, culmine avec le déchirement chrétien`` (Legrand 1972). Au delà d'une coexistence analogue à celle du fini et de l'infini dans la « conscience malheureuse » (G. Vallin, La Perspective métaphysique,Paris, P.U.F., 1959, p. 127).
Proverbes. Être malheureux comme un chien (qui se noie). Être malheureux comme une pierre, comme les pierres (les pierres étant foulées par les pieds de tout le monde. Littré). Être extrêmement malheureux. J'ai le cœur triste comme un lampion forain... Bah! J'irai passer la nuit dans le premier train; sûr d'aller, ma vie entière, malheureux comme les pierres (Laforgue, Complaintes,1885, p. 135).On n'est jamais aussi malheureux qu'on croit. On exagère son malheur. On ne connaît pas son bonheur. On n'est jamais aussi malheureux qu'on croit (Proust, Swann,1913p. 354).
Exclamativement. Malheureux que je suis! Voilà la dixième que je vous écris, malheureuse que je suis de vous tant aimer (Staël, Lettres L. de Narbonne,1793, p. 126).
Pop. Ah! malheureux! (v. malheur B rem. malheur! Qu'elle est belle!). Nous avons entendu un Berrichon, venu pour la première fois à Paris, s'écrier à chaque objet qui excitait son admiration : « Ah! malheureux (7)! c'est-il beau! » (...) 7. C'est-à-dire : ,,Combien je m'estime malheureux (pauvre) devant une telle magnificence!`` (Larch.Suppl.1880).
Emploi subst. On s'étonne que le malheur n'ennoblisse pas. C'est que, quant on pense à un malheureux, on pense à son malheur. Mais le malheureux ne pense pas à son malheur : Il a l'âme emplie de n'importe quel infime allègement qu'il puisse convoiter (Weil, Pesanteur,1943, p. 84).
2. [En parlant d'un pays, d'une ville, d'une époque, etc.] Malheureux temps; malheureuse époque, patrie, ville. Au milieu des tristes circonstances dans lesquelles se trouve cette malheureuse capitale, accablée des maux sans nombre qui la dévorent (Latouche, L'Héritier, Lettres amans,1821, p. 92).
Prononc. et Orth. : [malœ ʀø], fém. [-ø:z]; [-lø-], cette prononc. est donnée pour la plus fréq. ds Martinet-Walter 1973. Att. ds Ac. dep. 1694. V. mal2. Étymol. et Hist. 1. a) 1155 adj. « (d'une pers.) accablé de malheur » Dolenz fud e malëurus (Wace, Brut, éd. I. Arnold, 13377); 1176-81 subst. (Chr. de Troyes, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 5125); b) 1176-81 « (id.) digne de commisération; pitoyable » (Id., op. cit., 2464); 1656 p. ext. « méprisable » ici subst. (Pascal, Provinciales, VI ds Œuvres compl., éd. L. Lafuma, p. 396); 1672 malheureux! (Racine, Bajazet, IV, 5); c) xves. adj. « (id.) qui a de la malchance » (Perceforest, t. III, fo34 ds Littré); d) 1690 « qui exprime ou annonce le malheur » une malheureuse physionomie (Fur.); 2. a) xves. « (d'une chose) qui a une issue fâcheuse, des conséquences funestes » (Perceforest d'apr. Lar. Lang. fr.); cf. 1680 entreprise malheureuse (Rich.); b) 1558 « (id.) funeste » (J. du Bellay, Divers jeux rustiques, éd. V.L. Saulnier, Vœux rustiques, IV, à Cérès, 9); c) 1567 « (id.) regrettable » acte bien malheureux et meschant (Amyot, Cam., 18 ds Littré); d) 1690 « (id.) sans importance » un malheureux arpent de pré (Fur.). Dér. de malheur*; suff. -eux*. Fréq. abs. littér. : 10 938. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 21 787, b) 14 884; xxes. : a) 15 175, b) 10 823. Bbg. Quem. DDL t. 1 (s.v. malheureuse).

Wiktionnaire

Adjectif

malheureux \ma.lœ.ʁø\ masculin

  1. Qui porte malheur ; qui annonce ou qui cause du malheur.
    • Il est né sous une malheureuse étoile.
    • Il croit que le vendredi est un jour malheureux pour lui.
    • Avoir la main malheureuse, ne pouvoir rien faire sans porter malheur.
    • Il a la main malheureuse, tous les mariages dont il s’est mêlé ont mal tourné.
    • Ce joueur a la main malheureuse, on perd presque toujours après qu’il a donné les cartes ou qu’il les a coupées.
  2. Qui est funeste, désastreux.
    • Il a fait là un choix bien malheureux.
    • Cette affaire a eu des suites malheureuses.
    • Il a la malheureuse habitude de jouer.
    • Faire une fin malheureuse, finir sa vie d’une manière triste ou déshonorante.
  3. Qui n’est pas heureux ; qui est frappé par le malheur.
    • Cuba n’était pas encore colonisée et servait de refuge aux malheureux Indiens que le désespoir chassait d’Hispaniola ; les forêts en étaient remplies, et plus d'une fois ils attaquèrent les naufragés. — (Washington Irving, Voyages et découvertes des compagnons de Colomb, Paris : librairie Hachette & Cie, 3e éd., 1893)
    • Je ne connais personne de plus malheureux que lui.
  4. Qui est misérable, digne de pitié.
    • Il est dans une situation malheureuse.
    • Sa condition est des plus malheureuses.
    • Il n'y a que trois sortes de personnes : les uns qui servent Dieu l'ayant trouvé, les autres qui s'emploient à le chercher ne l'ayant pas trouvé, les autres qui vivent sans le chercher ni l'avoir trouvé. Les premiers sont raisonnables et heureux, les derniers sont fous et malheureux, ceux du milieu sont malheureux et raisonnables. — (Blaise Pascal, Pensées, Fragment 192 de l'éd. Sellier, 149 de l'éd. Le Guern.)
  5. Qui est médiocre, de peu d’importance, négligeable.
    • Ce qui détermina la chute de gros Zidore et de gros Léon ce fut tout simplement une petite jalousie de chasseurs provoquée par un malheureux renard, un vulgaire goupil, un vieux charbonnier à museau chafouin, à queue pelée […]. — (Louis Pergaud, La Chute, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • À ton âge, je buvais un julep le dimanche matin et deux ou trois malheureux cocktails en semaine. — (Julien Green, « Moïra », 1950, réédition Le Livre de Poche, page 41)
    • Un procès qu’il a eu pour un malheureux arpent de terre l’a ruiné totalement. — Pour une malheureuse économie qu’il a voulu faire, il lui en a coûté bien davantage.
  6. (Par extension) Médiocre, malhabile.
    • Un malheureux auteur.
    • Mémoire malheureuse, qui retient difficilement, qui a des défaillances.

Nom commun

malheureux \ma.lœ.ʁø\ masculin (pour une femme on dit : malheureuse) singulier et pluriel identiques

  1. Celui, celle qui est vil et méprisable.
    • C’est un malheureux que les honnêtes gens ne peuvent plus voir.
    • Malheureux, qu’as-tu fait ? — Malheureux que vous êtes !
    • La malheureuse ! Elle a abandonné ses enfants !
  2. Celui, celle qui souffre de maladie ou d'accident.
    • Était-ce bien Charlotte, cette malheureuse sur laquelle, en quelques mois, semblaient s’être abattus vingt ans de maladie cruelle ? — (Jules Mary, La Pocharde, 1898, chap. 1, Paris : chez H. Geoffroy, 1904-1905, p. 11)
    • Enfin, ayant réussi à se mettre sur son séant, le malheureux frotta sa joue contusionnée et rajusta le pansement qui lui enveloppait encore la tête. — (H. G. Wells, La Guerre dans les airs, 1908, traduction d’Henry-D. Davray et B. Kozakiewicz, Mercure de France, Paris, 1910, page 240 de l’éd. de 1921)
    • La malheureuse était grise et il allait falloir bientôt la transporter dans une salle du premier pour l'y laisser cuver son vin. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Le signataire de ces lignes, en 1918, a vu transporter des malheureux attaqués par le gaz moutarde, alors que rien ne le laissait prévoir, plusieurs jours après un bombardement. — (Victor Méric, La guerre qui revient : Fraiche et Gazeuse, page 161, Sirius, 1932)
  3. Pauvre.
    • Secourir les malheureux.
    • La pauvre malheureuse !

Nom commun

malheureuse \ma.lœ.ʁøz\ féminin

  1. Femme ou fille subissant un malheur ; éprouvée, affaiblie.
    • En bref, ce soir-là, étaient venus un Beethoven halluciné mâchonnant un stylo-bille, trois types bizarres roulant des yeux en bille de loto, une malheureuse qui avait l'air d'avoir cent vingt ans (elle en avait trente-cinq) et quelques autres plus anodins dans l'aspect, […]. — (Vincent Ravalec, La vie miraculeuse du clochard André, éditions Flammarion, 2013, chap. 1)
    • Blanc de poil, l’œil noir vif, la moustache taillée aux ciseaux, on disait de lui qu’il avait dû faire, en son jeune temps, bien des malheureuses. — (Colette, Le képi, Fayard, 1943 ; éd. Le Livre de Poche, 1968, p. 66.)
  2. Femme ou fille pauvre ; indigente.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
  3. (Vieilli) Prostituée.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)

Forme d’adjectif

malheureuse \ma.lœ.ʁøz\

  1. Féminin singulier de malheureux.
    • Malheureuse famille, qui ne s’apercevait pas que le siècle s’avançait comme le dictateur romain précédé de ses faisceaux de commandement !!! — (anonyme, Revue littéraire, 1830, Revue des Deux Mondes, 1830, tome 1)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MALHEUREUX, EUSE. adj.
Qui porte malheur, qui annonce ou qui cause du malheur. Il est né sous une malheureuse étoile. Il croit que le vendredi est un jour malheureux pour lui. Cette circonstance est d'un malheureux augure. Il a quelque chose de malheureux dans la physionomie. Avoir la main malheureuse, Ne pouvoir toucher à rien sans le casser. Il signifie figurément Réussir mal dans ce qu'on entreprend ou Choisir mal entre les personnes ou entre les choses. Il a la main malheureuse, tous les mariages dont il s'est mêlé ont mal tourné. Ce joueur a la main malheureuse, On perd presque toujours après qu'il a donné les cartes ou qu'il les a coupées.

MALHEUREUX signifie par extension, en parlant des Choses, Qui est funeste, désastreux. Il a fait là un choix bien malheureux. Événement malheureux. Cette affaire a eu des suites malheureuses. Entreprise malheureuse. Temps, règne malheureux. Guerre malheureuse. Il a la malheureuse habitude de jouer. Il est malheureux d'avoir affaire à un tel homme. Il vous a donné là un conseil malheureux. Faire une fin malheureuse, Finir sa vie d'une manière triste ou déshonorante. Il signifie aussi Qui n'est pas heureux. Les hommes sont souvent malheureux par leur faute. Il est né malheureux. Il a toujours été malheureux. Malheureux au jeu, en affaires. Je ne connais personne de plus malheureux que lui. Substantivement, Secourir les malheureux. La pauvre malheureuse! Prov., Être malheureux comme les pierres, Être habituellement malheureux, ou Être extrêmement malheureux. Il se dit, par extension, des Choses et signifie Qui est misérable, digne de pitié. Il est dans une situation malheureuse. Il mène une vie fort malheureuse. Sa condition est des plus malheureuses. Passion malheureuse, Passion dont l'objet ne répond pas aux désirs de celui qui l'éprouve. Il se dit aussi figurément de ce Qui est médiocre, de peu d'importance, négligeable. Un procès qu'il a eu pour un malheureux arpent de terre l'a ruiné totalement. Pour une malheureuse économie qu'il a voulu faire, il lui en a coûté bien davantage. Par extension, Un malheureux auteur. Mémoire malheureuse, Mémoire qui retient difficilement, qui a des défaillances. Facilité malheureuse, Facilité dont on abuse et qui ne produit que de mauvais ouvrages. Il se dit substantivement de Celui, celle qui est vil et méprisable. Ce malheureux fera une mauvaise fin. C'est un malheureux que les honnêtes gens ne peuvent plus voir. Malheureux, qu'as-tu fait? Malheureux que vous êtes! La malheureuse! elle a abandonné ses enfants!

Littré (1872-1877)

MALHEUREUX (ma-leu-reû, reû-z') adj.
  • 1Qui porte malheur (première acception déterminée par le sens propre du mot heur). Il est né sous une malheureuse étoile. Cette circonstance est d'un malheureux augure. Je suis tenté, mon cher philosophe, de croire avec messieurs de l'antiquité qu'il y a des jours, des mois et des années malheureuses, Voltaire, Lett. d'Alembert, 2 juin 1773.

    Ce joueur a la main malheureuse, c'est-à-dire on perd presque toujours après qu'il a donné les cartes ou qu'il les a coupées.

    Avoir la main malheureuse, ne pouvoir toucher à rien sans le casser.

    Fig. Avoir la main malheureuse, réussir mal dans tout ce qu'on entreprend.

    Avoir la main malheureuse, se dit aussi d'un homme qui, ayant eu plusieurs duels, a tué ou blessé chaque fois son adversaire.

    Populairement. Il est malheureux en fricassée, il ne réussit à rien.

    Il est malheureux, il se noyerait dans un crachat.

  • 2Qui ne réussit pas, qui a un insuccès. Concurrent malheureux à cette place insigne [le consulat], Votre orgueil l'attendait ; mais en étiez-vous digne ? Voltaire, Rome sauv. I, 5.
  • 3Qui n'est pas heureux. Ô malheureuse fille, Sur qui j'établissais l'espoir de ma famille ; Ô race détestable et digne de son sort, Rotrou, Antig. IV, 2. On n'est jamais si heureux ni si malheureux qu'on se l'imagine, La Rochefoucauld, Max. 49. Quand je suis assez malheureuse de ne vous avoir plus, ma consolation toute naturelle, c'est de vous écrire, Sévigné, 14 juin 1675. Malheureux homme que je suis, qui me délivrera de ce corps mortel ? Bossuet, Bourgoing. Combien de fois a-t-elle remercié Dieu de deux grandes grâces : l'une, de l'avoir faite chrétienne… l'autre, de l'avoir faite reine malheureuse ! Bossuet, Reine d'Anglet. Quand vous vous trouverez malheureux, songez aux plus malheureux que vous : la recette est infaillible, Maintenon, Lett. à d'Aubigné, 20 oct. 1681. Le plus malheureux de tous les hommes est celui qui croit l'être ; car le malheur dépend moins des choses qu'on souffre que de l'imagination avec laquelle on augmente son malheur, Fénelon, Tél. V. On prétend qu'on est moins malheureux quand on ne l'est pas seul, Voltaire, Zadig, 17. Malheureuse j'appris à plaindre le malheur, Delille, Pitié, IV. Mais, si nous ne vivons, ne mourons qu'une fois, Eh ! pourquoi, malheureux sous de bizarres lois, Tourmenter cette vie et la perdre sans cesse ? Chénier, Élég. XXXIII.

    Fig. et familièrement. Être malheureux comme les pierres, être habituellement malheureux ou être extrêmement malheureux (les pierres étant foulées par les pieds de tout le monde).

  • 4Affligeant, digne de pitié, en parlant des choses. Sa mort a été malheureuse. Une vie malheureuse. Que peut-on imaginer de plus malheureux que de ne pouvoir conserver la foi, sans s'exposer au supplice ? Bossuet, Reine d'Anglet. Et moi je suis venu, détestant la lumière, … Et m'acquitter, seigneur, du malheureux emploi Dont son cœur expirant s'est reposé sur moi, Racine, Phèdre, V, 6.

    Passion malheureuse, passion dont l'objet ne répond pas aux désirs de celui qui l'éprouve.

  • 5Funeste, fâcheux, préjudiciable. Une année, une époque malheureuse. Une guerre malheureuse. Que je vous connais bien, mon père, et que j'ai de douleur de voir que Dieu vous abandonne, jusqu'à vous faire réussir si heureusement dans une conduite si malheureuse ! Pascal, Prov. XVII. Souvent il se disait en son cœur que le plus malheureux effet de cette faiblesse de l'âge était de se cacher à ses propres yeux, Bossuet, le Tellier. Tous deux ils préviendront tes conseils malheureux, Racine, Théb. I, 5. Et toi, fatal tissu, malheureux diadème…, Racine, Mithr. V, 1. Ce malheureux amour dont votre âme est blessée, Voltaire, Zaïre, V, 3. Ce malheureux talent de tromper et de plaire, Voltaire, Tancr. II, 4. Cet esclave, sa mort, ce billet malheureux, Voltaire, ib. IV, 5.

    Malheureux à. La crainte qu'un si grand voyage [à Rome] ne fût malheureux à la vie de son mari [le duc de Chaulnes], Sévigné, 4 sept. 1689.

  • 6Que la nature n'a pas favorisé. L'Arabie déserte est le pays malheureux habité par quelques Amalécites, Moabites, Madianites…, Voltaire, Mœurs, introd.

    Mémoire malheureuse, mémoire qui retient difficilement.

  • 7 Par exagération, qui manque des qualités requises. Convenons que c'est un grand homme [Corneille], qui fut trop souvent différent de lui-même, sans que ces pièces malheureuses fissent tort aux beaux morceaux qui sont dans les autres, Voltaire, Comm. Corn. Tite et Bérén. I, 3. Les malheureuses expériences de Needham [sur la génération spontanée], si bien convaincues de fausseté par M. Spallanzani, Voltaire, Singul. nat. XII. Ces malheureux écrivains, ridicules par la vanité au sein même de l'indigence, dont la prétention est d'avoir évité l'esprit dans leurs ouvrages, D'Alembert, Éloge Destouches.

    Facilité malheureuse, facilité dont on abuse, qui ne produit que de mauvais ouvrages.

    Plaisir malheureux, plaisir qu'on ne devrait pas prendre à… Quelques étrangers mal instruits qui se livrèrent sans aucune raison à ce plaisir malheureux de supposer de grands crimes à ceux qu'on croit intéressés à les commettre, Voltaire, Russie, II, 17. Le malheureux plaisir que vous vous êtes toujours fait de vouloir humilier les autres hommes, Voltaire, Lett. au roi de Prusse, 21 avril 1760.

  • 8Il se dit pour qualifier des choses ou des personnes dont on se plaint, sans vouloir dire par là qu'elles soient bonnes ou mauvaises. Ma malheureuse chanson court la ville. Dans Rome où je naquis, ce malheureux visage D'un chevalier romain captiva le courage, Corneille, Poly. I, 3. Je fais mille compliments à M. l'abbé Renaudot, et j'exciterai ce matin M. de Croissy à empêcher, s'il peut, le malheureux Mercure galant de défigurer notre victoire, Racine, Lett. 36 à Boileau. C'est une affaire de conscience que vous ne sauriez prouver, et ce malheureux soufflet a eu des témoins, Marivaux, Pays. parv. 4e part. Il arrive, ce malheureux baron ; il a gagné son maudit procès que l'on croyait immortel, Marivaux, Préjugé vaincu, sc. 8. C'est que je n'en puis plus, c'est que j'ai absolument perdu la santé, et qu'étant menacé de perdre la vue, tout ce que je peux faire, c'est de dicter une malheureuse lettre, Voltaire, Lett. Chauvelin, 2 avr. 1764. Ce malheureux baiser donné par sa princesse au roi d'Égypte, ne lui laissait pas [à Amadan] assez de liberté dans l'esprit pour étudier les hautes sciences, Voltaire, Princ. de Babyl. 8. Le voilà fou, dit mon père à ma mère, si vous ne lui faites pas quitter ce malheureux latin ; et l'étude fut suspendue, Marmontel, Mém. I.
  • 9Qui mérite peu d'attention, de considération. Il y avait alors dans le camp moscovite une femme aussi singulière que le czar même ; elle n'était encore connue que sous le nom de Catherine ; sa mère était une malheureuse paysanne du village de Ringen, en Estonie, Voltaire, Charles XII, 5. Devais-je m'expliquer devant un malheureux valet ? Beaumarchais, Mère coup. II, 20.
  • 10De qui on a mauvaise opinion. Voilà qu'Arius, ce malheureux prêtre, lui suscite [à l'Église] de plus grands troubles qu'elle n'en avait jamais souffert, Bossuet, Hist. II, 7. Je soupçonne violemment ce malheureux Italien-là d'être l'auteur de toutes les noirceurs qu'on vous a faites, Collé, Partie de ch. III, 14.

    Méchant, criminel. Pleure, Jérusalem, pleure, cité perfide, Des prophètes divins malheureuse homicide ! Racine, Ath. III, 7.

  • 11 S. m. et f. Un malheureux, une malheureuse, celui, celle qui est dans le malheur. Le trône bien souvent porte des malheureuses, Rotrou, Vencesl. II, 2. Un malheureux comme moi qui ne sort jamais de sa chambre ne connaît bien les choses et les personnes que sur le rapport des autres, Scarron, Lett. Œuvr. t. I, p. 261, dans POUGENS. Plaindre les malheureux n'est pas contre la concupiscence ; au contraire, on est bien aise d'avoir à rendre ce témoignage d'amitié, et à s'attirer la réputation de tendresse sans rien donner, Pascal, Pens. VI, 34, éd. HAVET. Que de pauvres, que de malheureux, que de familles ruinées pour la cause de la foi ont subsisté pendant tout le cours de sa vie par l'immense profusion de ses aumônes ! Bossuet, Reine d'Anglet. Un malheureux s'attache à qui plaint sa misère, Quinault, Agrippa, II, 3. Engraisse-toi, mon fils, du suc des malheureux ; Et, trompant de Colbert la prudence importune, Va par tes cruautés mériter la fortune, Boileau, Sat. VIII. Rien ne rafraîchit le sang, comme de secourir les malheureux, Voltaire, Lett. Boisgelin, mars 1767. Deux malheureux sont comme deux arbrisseaux faibles qui, s'appuyant l'un l'autre, se fortifient contre l'orage, Voltaire, Zadig, 17. À tous les malheureux je rendrai désormais Ce que dans mon malheur je dus à ses bienfaits, Chénier, Idylles, le Mendiant. Hélas ! les malheureux sont des objets sacrés, Ducis, Abufar, I, 1.
  • 12Il se dit pour exprimer la colère, le dépit contre quelqu'un. Les malheureux, qui m'ont obligé de parler du fond de la religion ! Pascal, Pens. XXIV, 83, édit. HAVET. Malheureuse ! quel mot est sorti de ta bouche ! Racine, Phèdre, I, 3. Malheureux ! vous quittez le maître des humains Pour adorer l'ouvrage de vos mains, Racine, Esth. II, 9. Malheureuse, dis-moi seulement s'il respire, Racine, Bajaz. V, 8. Malheureux que vous êtes ! vous avez dans vos mains des lettres qui contiennent des ordres prompts et violents, Montesquieu, Lett. pers. 150.

    C'est aussi un terme de reproche qu'on s'adresse à soi-même. Tu pleures, malheureuse ! [Roxane se parle à elle-même] ah ! tu devais pleurer, Lorsque, d'un vain désir à ta perte poussée…, Racine, Baj. IV, 5.

  • 13Un malheureux, un méchant homme, un homme méprisable. Ce malheureux, étant interrogé, avoua qu'il avait pris quelques plats d'étain à vos pères, Pascal, Prov. VI. C'est un grand malheureux, Regnard, le Joueur, III, 13. Je serais un grand malheureux de m'exposer à rompre avec elle à si bon marché, Lesage, Turcaret, I, 2. Ah ! le malheureux ! me répond le portier, il est au For l'Évêque, il nous a escroqué à tous le peu d'argent que nous avions, Marmontel, Mém. III.

    Au féminin, une malheureuse, une femme méprisable, de mauvaise vie. …Quelque malheureuse Dont le noble talent est celui de coureuse, Hauteroche, Espr. follet, I, 4. Moi, j'ai peint tout cela d'une couleur affreuse, Et la femme, entre nous, comme une malheureuse, Collin D'Harleville, Vieux célib. I, 6.

PROVERBES

Les malheureux n'ont point de parents, c'est-à-dire tout le monde les abandonne.

Le gibet n'est fait que pour les malheureux, c'est-à-dire les riches s'en sauvent par l'argent.

SYNONYME

MALHEUREUX, MISÉRABLE. Étymologiquement, le malheureux est celui qui a mauvaise chance ; le misérable est celui qui est digne de pitié. Toutes les fois que l'idée de chance, de sort, se présente, c'est malheureux qu'il faut employer ; on est malheureux au jeu, et non misérable. Toutes les fois que l'idée de pitié, de misère, prévaut, c'est de misérable qu'il faut se servir ; le jeu ruine et rend misérable ; si on disait malheureux, on exprimerait une nuance différente. Quand malheureux et misérable sont termes de colère, ils sont équivalents.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et Ysengrin [le loup] tot coi se gist Grant piece après, et puis si dist : Haï ! maleüreus chaitis ! Ren. 7665.

XVe s. Dame, dist le chevalier, toute personne doit doubter [craindre] sa perte ; car la pierre chet voulentiers sur le plus malheureux, Perceforest, t. III, f° 3.

XVIe s. Camillus, ayant ouy ces paroles, trouva l'acte bien malheureux et meschant, Amyot, Cam. 18. Qui ont perdu d'un malheureux plomb ce frere, Montaigne, I, 22. Que la malheureuse avene Ne foisonne sur la plaine, Ny toute autre herbe qui nuit, Du Bellay, J. VII, 6, recto. Qui avec malheureux couche, il a froid quoy qu'il luy touche, Génin, Récréat. t. II, p. 248. Plus malheureux que le bois dont on fait le gibet, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « malheureux »

 Dérivé de malheur avec le suffixe -eux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Mal, et heureux ; bourguign. maulhurous ; Berry, malhureux ; wallon, mâl'hureûs ; picard, malhureux ; provenç. malauros, malahuros. L'ancienne langue employait beaucoup une autre forme, malheuré.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « malheureux »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
malheureux malœrø

Citations contenant le mot « malheureux »

  • La mémoire, ce fléau des malheureux. De Maxime Gorki
  • La susceptibilité est interdite aux malheureux. De Proverbe français /
  • Les malheureux n’ont point de parents. De Proverbe français
  • Un peuple malheureux fait les grands artistes. De Alfred de Musset / Lorenzaccio
  • Les amants malheureux vieillissent en un jour. De André Chénier / Elégie
  • Un amour malheureux est encore un bonheur. De Adélaïde Dufrenoy / Elégies
  • Quand on aime on est toujours malheureux. De Robert de Roquebrune / Les habits rouges
  • On devient malheureux mais on naît solitaire. De Paul Guimard / Rue du Havre
  • L’amour véritable n’est jamais malheureux. De Louis Scutenaire / Mes inscriptions III
  • Les malheureux se consolent en voyant plus malheureux qu'eux. De Esope
  • Celui qui n'aime est malheureux, Et malheureux est l'amoureux. De Pierre de Ronsard / Mélanges, Odelette
  • On n'est jamais si heureux ni si malheureux qu'on s'imagine. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • On n'est jamais si malheureux qu'on croit, ni si heureux qu'on avait espéré. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • On se console souvent d'être malheureux par un certain plaisir qu'on trouve à le paraître. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Les hommes qui sont malheureux, comme ceux qui dorment mal, sont toujours fiers de ce fait. Bertrand, 3e comte Russell, La Conquête du bonheur, I The Conquest of Happiness, I
  • Célèbre. Visiblement très malheureux. De Ambrose Bierce / Le Dictionnaire du diable
  • Les malheureux ont toujours tort. De F.-J. Desbillons
  • Malheureuse, j'appris à plaindre le malheur. Nicolas Joseph Florent Gilbert, Héroïdes
  • Je n'ai plus d'ennemis quand ils sont malheureux. Victor Hugo, L'Année terrible
  • Les délicats sont malheureux, Rien ne saurait les satisfaire. Jean de La Fontaine, Fables, Contre ceux qui ont le goût difficile
  • L'automobiliste impliqué aurait alors pris la fuite et un autre conducteur, qui arrivait sur place, se serait arrêté pour porter assistance à la malheureuse et appeler à l'aide.  lindependant.fr, Pyrénées-Orientales. : une jeune femme grièvement blessée à scooter, un conducteur en fuite - lindependant.fr
  • On se console souvent d'être malheureux par un certain plaisir qu'on trouve à le paraître. François, duc de La Rochefoucauld, Maximes
  • Les délicats sont malheureux, Rien ne saurait les satisfaire. Jean de La Fontaine, Fables, Contre ceux qui ont le goût difficile
  • Je n'ai plus d'ennemis quand ils sont malheureux. Victor Hugo, L'Année terrible
  • L’homme malheureux de Paris est l’homme malheureux complet, car il trouve encore de la joie pour savoir combien il est malheureux. De Honoré de Balzac / La fille aux yeux d’or
  • Les malheureux sont ingrats ; cela fait partie de leur malheur. De Victor Hugo
  • Le tribunal administratif de Lille est seul pour accueillir et juger toutes les protestations électorales du Nord et du Pas-de-Calais. Les candidats malheureux du second tour ont jusqu’à ce vendredi soir pour s’exprimer. Après, il sera trop tard. LA VDN, Municipales : les candidats malheureux ont jusqu’à vendredi 18 h pour émettre un recours
  • Oui, c’est malheureux ! Les feux d’artifice sont tirés quand tout va bien. Un feu, c’est la convivialité. Mais cette année est pourrie. Avec la crise sanitaire, l’ambiance est morose. Il n’y a pas de bonheur. Donc il n’y a pas de feux d’artifice, ou presque… Le Telegramme, Vos nuits étoilées : « c’est malheureux ! » - Pontivy - Le Télégramme
  • Le chauffard, avec deux passagers à bord, aurait repris le volant et renversé la jeune fille en la traînant sur plusieurs centaines de mètres. Il a alors pris la fuite. Les pompiers n'ont pu que constater le décès de la malheureuse. Le corps d'Axelle Dorier, aide-soignante a été retrouvé 800 mètres plus loin que le lieu déclaré de l'accident. midilibre.fr, Tuée après avoir été traînée sur 800 m par une voiture : le chauffard et son passager mis en examen - midilibre.fr
  • Un jour tout de même, elle tombe sur la correspondance amoureuse entre Carrie Phillips – qu’elle croyait être sa chère amie – et Warren. Elle menace ce dernier de divorcer, mais sait très bien qu’elle y aurait plus à perdre qu’à gagner. À partir de ce jour, Florence Harding s’endurcit. Elle ne sera plus jamais la naïve des premières années. Qu’elle soit heureuse ou malheureuse, plus personne ne devra savoir ce qu’elle ressent. Toujours stoïque, le menton haut, elle hérite du surnom de « la duchesse », comme le rappellent l’historienne Nicole Bacharan et l’écrivain Dominique Simonnet dans First Ladies, à la conquête de la Maison Blanche (Éditions Perrin). Un titre de noblesse qu’elle ne renierait pour rien au monde. Vanity Fair, First Lady : Mariage malheureux, tromperies et chantage… Florence Harding, une « duchesse » à la Maison Blanche

Images d'illustration du mot « malheureux »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « malheureux »

Langue Traduction
Anglais unfortunate
Espagnol desgraciado
Italien sfortunato
Allemand unglücklich
Chinois 不幸的
Arabe مؤسف
Portugais infeliz
Russe несчастный
Japonais あいにく
Basque penagarria
Corse sfurtunatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « malheureux »

Source : synonymes de malheureux sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « malheureux »

Partager