La langue française

Misérable

Sommaire

  • Définitions du mot misérable
  • Étymologie de « misérable »
  • Phonétique de « misérable »
  • Citations contenant le mot « misérable »
  • Images d'illustration du mot « misérable »
  • Traductions du mot « misérable »
  • Synonymes de « misérable »
  • Antonymes de « misérable »

Définitions du mot misérable

Trésor de la Langue Française informatisé

MISÉRABLE, adj.

A. − Qui inspire la pitié.
1. [En parlant d'une pers.] Synon. infortuné, malheureux, pitoyable.Cet animal si misérable, c'est l'homme (Bern. de St-P.,Harm. nat.,1814, p.289).Il avait un air si misérable, que le chef répondit: − Si vous y tenez, moi... je m'en fous!... (Benjamin,Gaspard,1915, p.116).À genoux près du misérable corps étendu, la cuisinière essayait de soutenir au creux de son bras replié la nuque fracassée (Bernanos,Joie,1929, p.722):
1. Les savants qui souhaitent d'introduire les hommes très misérables à la connaissance des mystères, il arrive le plus souvent qu'on les mette aux oubliettes. Duhamel,Suzanne,1941, p.24.
2. [En parlant d'un inanimé] Triste, pénible. Synon. lamentable.Condition, existence misérable. Donc pas de coeur à écrire les détails d'une si misérable journée (Barb. d'Aurev.,Memor. A... B...,1864, p.412).Voilà cette misérable histoire. Je n'aime pas à la raconter, parce que je ne peux le faire sans ressentir un inexprimable agacement (Duhamel,Confess. min.,1920, p.18).Quel misérable spectacle qu'une vie humaine! (Martin du G.,Thib.,Mort père, 1929, p.1263).
B. − D'une extrême pauvreté.
1. [En parlant d'une pers.] Synon. indigent, nécessiteux, pauvre.Il ne resta plus (...) que quelques bandes misérables crevant, aux carrefours, de faim et de misère (Clemenceau,Vers réparation,1899, p.114).
Emploi subst. Synon. miséreux.On peut noter le moment précis où la colère des misérables va déborder (Coppée,Bonne souffr.,1898, p.40).
2. [En parlant d'un inanimé] Qui dénote la misère, l'indigence. Son aspect était misérable, ses vêtements troués, sa tête immonde, et son œil unique dardait un terrible feu (Boylesve,Leçon d'amour,1902, p.100).Quand on rentre dans un intérieur misérable à ces heures tardives où l'argent et l'amour manquent (Fargue,Piéton Paris,1939, p.105).
C. −
1. Qui inspire le mépris, sans valeur. Synon. insignifiant, minable (fam.).Mais comment, avec ces moyens misérables, atteindre à un minimum de vraisemblance et de variété? (Romains,Hommes bonne vol.,1932, p.138).C'est l'impression que ma misérable petite vie a un sens, tu comprends? (Mauriac,Mal Aimés,1945, iii, 2, p.231).
2. [En parlant d'une pers.] Qui provoque l'indignation:
1. Et c'est à moi que vous venez dire cela! Misérable assassin! Je ne sais pas si mon devoir de citoyen ne serait pas de vous conduire au poste de police le plus proche... Maurois,Silences Bramble,1918, p.98.
Emploi subst. Ah! misérable! pensai-je en moi-même, c'est toi qui jettes les petits enfants dans le feu! (About,Roi mont.,1857, p.207).Misérable, que fais-tu? (Jarry,Ubu,1895, i, 3, p.39).Je suis un infect misérable! un abominable gredin (Céline,Mort à crédit,1936, p.465).[Dans des tours interpellatifs] Petit misérable. Les mots ont un sens infiniment plus profond que leur sens, et, surtout, petits misérables, que leur si-gni-fi-ca-tion (Péguy,Clio,1914, p.28).
Rem. Dans certains cont., le mot peut associer les sens B et C: Sans doute ils paraissaient bien dépravés, bien corrompus, dégradés; d'ailleurs il y a un point où les infortunés et les infâmes se mêlent et se confondent dans un seul mot, mot fatal, les misérables (Hugo, Misér., t.1, 1862, p.884).
Prononc. et Orth.: [mizeʀabl̥]. Ac. 1694-1740: -se-; dep. 1762: -sé-. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. «qui apporte le mal, qui blesse (en parlant d'une lance)» (Prise Orange, AB, éd. Cl. Régnier, 1052); 2. 1336 «qui est malheureux» (Reg. criminel de St-Martin-des-Champs, éd. C. L. Tanon, p.60); 1549 subst. masc. «celui qui est dans le malheur» (Est.); 3. mil. xves. «qui est dans la misère, qui manque de ressources» (A. Chartier, Le Curïal ds Bartsch Chrestomathie, 90c, 18); 1616 subst. masc. «personne sans ressources» (Crespin d'apr. FEW t.6, 2, p.168a); 4. a) 1550 «avare» (B. de La Grise, trad. de Guevara, L'Orloge des princes ds Hug.); 1560 «vil, méprisable (personne, chose)» (Bible Rebul 4 Eccl 15, 47 ds FEW t.6, 2, p.168a); b)subst. fém. 1638 «personne très malhonnête» (Rotrou, Antig., IV, 2 ds Littré); 1718 «femme de mauvaise conduite» (Ac.); subst. masc. 1655 «personne qui n'a aucun mérite» (Molière, L'Estourdy, I,2); 1798 grand misérable «homme très malhonnête» (Ac.); id. petit misérable «enfant ou jeune homme vicieux» (ibid.). Empr. au lat. miserabilis «touchant, triste, déplorable», dér. de miserari «avoir compassion, pitié de». Fréq. abs. littér.: 5448. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 7499, b) 10431; xxes.: a) 9810, b) 5279. Bbg. Dub. Dér. 1962, p.344. _ Mack. t.2 1939, p.100. _ Vardar Soc. pol. 1973 [1970], p.268.

Wiktionnaire

Adjectif

misérable \mi.ze.ʁabl\ masculin et féminin identiques

  1. Qui est réduit à la misère ; qui inspire la pitié.
    • Les habitants passagers des garnis qui constituent la population nomade de Paris ne représentent malheureusement pas à eux seuls la population misérable. — (Paul-Gabriel d’Haussonville, L’Enfance à Paris, 1879, Calmann-Lévy, p. 231)
    • Les paysans du Lot, il y a vingt ans, étaient misérables, accablés par les hypothèques dont une prospérité relative, survenue à la suite de la guerre, les libéra. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • Dans l’excavation […] on descendit les misérables bières de sapin, on les rangea l’une près de l’autre puis […] les fossoyeurs saisirent leurs pelles et comblèrent la tranchée. — (Francis Carco, Messieurs les vrais de vrai, Les Éditions de France, Paris, 1927)
    • Il se disait qu’il était seul au monde, affreusement seul, misérable. Cette idée l’affligeait. — (Francis Carco, Brumes, Éditions Albin Michel, Paris, 1935, page 58)
    • En parlant des choses.
    • Il mène une vie, il a une existence bien misérable. Son sort est misérable. Une santé misérable.
    • (Par hyperbole) Il n’a qu’un misérable cheval dans son écurie. Il n’est couvert que d’un vêtement misérable. Salaire misérable.
  2. Qui inspire une pitié mêlée de mépris ou d’indignation.
    • Aujourd’hui les homélies misérables d’un vieillard cauteleux, ennemi de la République […] ont servi de texte à de nouvelles inculpations […] — (Danton, Déclaration de guerre aux Girondins, à la Convention, le 10 mars 1793, texte du Moniteur universel)
    • Las, dans le petit monde de l’Université, la probité candide ne mène à rien, et l’enthousiasme pèse peu face aux manœuvres misérables de ceux qui ne reculent devant rien pour faire carrière. — (Alexis Liebaert, On achève bien les profs, dans Marianne (magazine), n° 758, 29 octobre 2011, p. 85)
  3. Qui est sans valeur.
    • Un auteur, un livre misérable. — Toutes les raisons qu’il allègue sont misérables.

Nom commun

misérable \mi.ze.ʁabl\ masculin et féminin identiques

  1. Celui, celle qui vit dans la misère.
    • […] les gens de cour, les favoris recevaient des distributions gratuites de sel, des francs-salés. La taille était une flétrissure pour le misérable, le franc-salé un honneur pour le noble. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • C'est une erreur, les statistiques du XIXe siècle démontrent que les misérables des fabriques cotonnières ou sidérurgiques se suicidaient très peu, et n'étaient absolument pas éthyliques, au contraire de leur bourgeois et petits commerçants. — (Emmanuel Todd, Le Fou et le Prolétaire, 1979, réédition revue et augmentée, Paris : Le Livre de Poche, 1980, page 78)
  2. (Injurieux) Homme de néant, ou très malhonnête homme.
    • J’ai ramené au bien et au repentir des misérables qui, un soir, au détour d’un chemin, avaient voulu m’assommer à coups de hache. — (Octave Mirbeau, Contes cruels : La Chanson de Carmen (1882))
  3. (Péjoratif) (Parfois) Enfant, jeune homme vicieux.
  4. (Péjoratif) (Parfois) Femme décriée pour sa mauvaise conduite.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MISÉRABLE. adj. des deux genres
. Qui est réduit à la misère, qui inspire la pitié. Cet homme, cette famille est bien misérable. Être réduit à un état misérable. En parlant des Choses, Il mène une vie, il a une existence bien misérable. Son sort est misérable. Une santé misérable. Par exagération, Il n'a qu'un misérable cheval dans son écurie. Il n'est couvert que d'un vêtement misérable. Salaire misérable. Substantivement, Secourir les misérables. Faire une fin misérable, Mourir dans la misère, ou Trouver la mort dans des conditions peu honorables.

MISÉRABLE signifie aussi Qui inspire une pitié mêlée de mépris ou d'indignation. Il faut être bien misérable pour faire une telle action.

MISÉRABLE signifie encore Qui est sans valeur. Un auteur, un livre misérable. Toutes les raisons qu'il allègue sont misérables.

MISÉRABLE se dit substantivement par injure. C'est un misérable, ce n'est qu'un misérable, C'est un homme de néant, ou C'est un très malhonnête homme. Dans ce dernier sens, on dit quelquefois C'est un grand misérable. On dit aussi d'un Enfant, d'un jeune homme vicieux, C'est un petit misérable; et d'une Femme décriée pour sa mauvaise conduite, C'est une misérable.

Littré (1872-1877)

MISÉRABLE (mi-zé-ra-bl') adj.
  • 1Qui est dans la misère, ou dans le malheur. Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir, La Fontaine, Fabl. VII, 1. La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se connaît misérable, Pascal, Pens. I, 3, éd. HAVET. Il [l'homme] veut être heureux, et il se voit misérable, Pascal, ib. I, 8. C'est être d'autant plus misérable qu'on est tombé de plus haut, Pascal, ib. VIII, 13. On n'est pas misérable sans sentiment : une maison ruinée ne l'est pas ; il n'y a que l'homme de misérable, Pascal, ib. XXV, 82. Nous sommes plaisants de nous reposer dans la société de nos semblables : misérables comme nous, impuissants comme nous, Pascal, ib. XIV, 1. Nous voici donc, hélas ! À ce jour détestable Dont la seule frayeur me rendait misérable, Racine, Théb. I, 1. Et ce héros aimable Est aussi malheureux que je suis misérable, Racine, Mithr. II, 1. Haï, craint, envié, souvent plus misérable Que tous les malheureux que mon pouvoir accable, Racine, Esth. II, 1. Mais dans l'ennui qui m'accable, Si mes amis sont heureux, Je serai moins misérable, Voltaire, Usage de la vie. Le plus heureux est celui qui souffre le moins de peines ; le plus misérable est celui qui sent le moins de plaisirs, Rousseau, Ém. II.

    Par exagération. Ce misérable M. d'Auxerre n'a pas même un bon carrosse ? Maintenon, Lett. à Mme de Caylus, 24 nov. 1716.

    Il se dit des choses. Une misérable condition. Son sort est misérable. La plupart des hommes emploient la première partie de leur vie à rendre l'autre misérable, La Bruyère, XI.

    Faire une fin misérable, mourir dans la misère, et aussi mourir d'une mort funeste.

  • 2Digne de pitié. Misérable, je puis adoucir des taureaux, Et je ne puis toucher les volontés d'un homme, Corneille, Médée, III, 3. Misérable vengeur d'une juste querelle, Et malheureux objet d'une injuste rigueur, Corneille, Cid, I, 9. Misérables humains, ceci s'adresse à vous, La Fontaine, Fabl. X, 13.

    Il se dit aussi des choses. C'est une misérable suite de la nature humaine, Pascal, dans COUSIN. On traîne, on va donner en spectacle funeste De son corps tout sanglant le misérable reste, Racine, Esth. III, 8.

  • 3Digne de mépris et de haine. Il faut être bien misérable pour faire une telle action. Le croyez-vous vous-mêmes, misérables que vous êtes ? Pascal, Prov. XVI. Misérable, tu cours à ta perte infaillible, Racine, Phèdre, IV, 3. Misérable ! et je vis ! et je soutiens la vue De ce sacré soleil dont je suis descendue, Racine, ib. IV, 6. Misérable Zaïre ! Tu ne jouiras pas…, Voltaire, Zaïre, V, 7.
  • 4Qui est sans valeur, sans mérite. Un auteur misérable. N'avez-vous point de honte de me mettre en état d'appréhender auprès de vous un misérable bourgeois ? Bussy-Rabutin, dans RICHELET. Un misérable faiseur de vers, Patru, Oraison pour Archias, dans RICHELET. Lucrèce était un misérable physicien, et il avait cela de commun avec toute l'antiquité, Voltaire, Dict. phil. Poëtes.

    Il se dit aussi des choses. Un livre misérable. Si vous ne m'aimiez, il faudrait brûler mes misérables lettres avant que de les ouvrir, Sévigné, 425. Il n'y a rien de plus éclatant [que la gloire], ni qui fasse plus de bruit parmi les hommes, et tout ensemble il n'y a rien de plus misérable ni de plus pauvre, Bossuet, la Vallière. Rien n'est si petit et si misérable que de se donner pour ce qu'on n'est pas et se faire honneur du personnage d'un autre, Massillon, Carême, Doutes sur la relig. Telle est la misérable faiblesse des hommes, qu'ils regardent avec admiration ceux qui ont fait du mal d'une manière brillante, et qu'ils parleront souvent plus volontiers du destructeur d'un empire que de celui qui l'a fondé, Voltaire, Charles XII, discours. C'est une misérable consolation d'apprendre que des monstres sont abhorrés, mais c'est la seule qui reste à notre faiblesse, Voltaire, Lett. d'Alemb. 18 juill. 1766. Je l'ai lu, sans pouvoir y glaner une misérable ligne qui me servît, Diderot, Salon de 1767, Œuv. t. XIV, p. 391, dans POUGENS. Quelques-uns, tels que les fourmiliers, les paresseux, etc. sont d'une nature si misérable, qu'ils ont à peine les facultés de se mouvoir et de manger, Buffon, Quadrup. t. V, p. 168. Tous ces êtres sont misérables sans être malheureux, et, dans ses productions les plus négligées, la nature paraît toujours plus en mère qu'en marâtre, Buffon, ib. t. VI, p. 88. Ah ! monsieur, me dit-il, ma santé est bien misérable, et il entra dans le détail de ses maux de nerfs…, Marmontel, Mém. VIII.

  • 5 Substantivement. Un misérable, une misérable, celui, celle qui est dans la misère ou dans le malheur. Comme les joies des misérables ne durent guère, Voiture, Lett. 25. Puis la peur de la mort sied mal aux misérables, Rotrou, Bélis. I, 2. Il ne se faut jamais moquer des misérables ; Car qui peut s'assurer d'être toujours heureux ? La Fontaine, Fabl. V, 17. En un mot il languit, le pauvre misérable, Molière, Éc. des f. II, 6. J'aime les biens, parce qu'ils donnent le moyen d'en assister les misérables, Pascal, Pens. XXIV, 69. Et pour nous rendre heureux, perdons les misérables, Racine, Brit. II, 8.

    Il se dit aussi de ceux qui sont dans une condition inférieure, ou de gens sans ressources. Quand nous faisons besoin, nous autres misérables, Nous sommes les chéris et les incomparables, Molière, l'Ét. I, 2. Moi qui sens de la pitié pour ce qui s'appelle des misérables, Maintenon, Lett. à Mme des Ursins, 4 juill. 1706. Lorsqu'en 1763 la Floride fut cédée par la cour de Madrid à celle de Londres, les cinq ou six cents misérables qui végétaient dans cette région se réfugièrent à Cuba, Raynal, Hist. phil. XII, 11.

  • 6Celui, celle qui est digne de haine ou de mépris. On distingue les hommes en deux classes : la première, des hommes divins qui sacrifient leur amour-propre au bien public ; la seconde, des misérables qui n'aiment qu'eux-mêmes, Voltaire, Trait. métaph. ch. 8.

    C'est un misérable, ce n'est qu'un misérable, c'est un homme de néant, ou c'est un très malhonnête homme.

    Dans ce dernier sens, on dit quelquefois : c'est un grand misérable.

    C'est un petit misérable, se dit d'un enfant vicieux, et aussi d'une personne sans consistance. Comment ! petit misérable, vous faites entendre qu'il n'y a que de mauvais catholiques qui aient justifié Jean Calas, rétabli sa mémoire, et déclaré sa famille innocente ! Voltaire, Facéties, Quest. sur les mir. 17e lettre.

    C'est une misérable ; la misérable, en parlant d'une femme que l'on méprise. Quoi ! cette misérable à mon fils destinée Déclare maintenant sa haine contre moi ! Rotrou, Antig. IV, 2.

HISTORIQUE

XVIe s. On dit que la consolation des miserables est d'avoir des pareils, l'Amant ressuscité, p. 502, dans LACURNE. Au dernier coin se sied la miserable crainte, D'Aubigné, Tragiques, la Chambre dorée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MISÉRABLE, adj. & s. (Gramm.) celui qui est dans le malheur, dans la peine, dans la douleur, dans la misere, en un mot, dans quelque situation que lui rend l’existence à charge, quoique peut-être il ne voulût ni se donner la mort, ni l’accepter d’une autre main. La superstition & le despotisme couvrent & ont couvert dans tous les tems la terre de misérables. Il se prend encore en d’autres sens ; on dit un auteur misérable, une plaisanterie misérable, deux misérables chevaux, un préjugé misérable.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « misérable »

(1336) Du latin miserabilis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. et esp. miserable ; ital. miserabile ; du lat. miserabilis, de miserari, avoir pitié (voy. MISÈRE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « misérable »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
misérable miserabl

Citations contenant le mot « misérable »

  • Vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misère supprimée. De Victor Hugo / Quatre-vingt-treize
  • La nécessité donne de l'industrie, et souvent les inventions les plus utiles ont été dues aux hommes les plus misérables. Henri Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie
  • Selon que vous serez puissant ou misérable, Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. Jean de La Fontaine, Fables, les Animaux malades de la peste
  • La grandeur de l'homme est grande en ce qu'il se connaît misérable. Un arbre ne se connaît pas misérable. Blaise Pascal, Pensées, 397 Pensées
  • Le vrai secours aux misérables, c'est l'abolition de la misère. De Victor Hugo / Actes et paroles
  • Un premier constat misérable de l'application StopCovid mais cependant, Cédric O, le secrétaire d'Etat au Numérique, continue de défendre son utilité. Selon lui, il faut aussi prendre en compte le fait que la circulation du virus diminue et qu'on "ne teste qu’une trentaine de personnes par jour à Paris aujourd’hui”. , StopCovid : misérable bilan pour l'application contre le coronavirus - Sortiraparis.com
  • « Le misérable châtiment d’Ivgy est tout simplement honteux et montre comment, à maintes reprises, le système judiciaire ne parvient pas à traiter les délinquants en série », a dénoncé Mme Sulitzeanu, ajoutant qu’elle avait demandé aux procureurs de faire appel. « La place d’Ivgy est en prison. » The Times of Israël, L'acteur Moshe Ivgy condamné à 6 mois de TIG pour attentat à la pudeur | The Times of Israël
  • Il trône, misérable, déchiré, bousculé par le vent qui peut souffler si fort sur les braises qu'il décime régulièrement le paysage par des feux incontrôlés. Il flotte, petit drapeau aux couleurs d'un pays qui tente coûte que coûte de rester debout face au géant gringo, là-bas au loin et dont on aperçoit les grues, féroces, qui creusent le sol brun et ocre pour parvenir à une jonction du mur de séparation. Tijuana, ville frontière de 2 millions d'habitants sur la côte pacifique, est un condensé de drames, condamnée à vivre au tempo ordonné par "El Trumpo", qui veut aller très vite et voir sortir de terre ce qui fut l'une de ses principales promesses de campagne électorale. lejdd.fr, Comment Tijuana contourne le mur antimigrants de Trump
  • COVID n’est, bien sûr, qu’un seul facteur dans le misérable été de Twitter après que les comptes les plus prestigieux de la plate-forme aient été violés par des pirates. Il est probable que ces utilisateurs, et beaucoup d’autres, reconsidèrent leur relation avec le service après l’accès aux flux de tant de personnes. Et si vous perdez les A-Listers, vous pourriez perdre toutes les personnes qui sont sur Twitter juste pour les garder à l’œil. Aujourd’hui, Twitter a déclaré qu’il s’était «engagé à gagner la confiance» de ses parties prenantes et qu’il serait «transparent» en parlant de la manière dont il résout le problème. Urban Fusions, Twitter voit une augmentation record du nombre d'utilisateurs | Tech
  • Schwimmer a également déclaré à Fallon qu’il n’avait presque pas pris le rôle de Geller, après une expérience «misérable» en tant que série régulière avant «Friends». News 24, La réunion des `` amis '' pourrait commencer le tournage le mois prochain, dit David Schwimmer - News 24

Images d'illustration du mot « misérable »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « misérable »

Langue Traduction
Anglais wretched
Espagnol desdichado
Italien infelice
Allemand erbärmlich
Chinois 可怜
Arabe بائس
Portugais miserável
Russe несчастный
Japonais 惨め
Basque penagarria
Corse disgraziatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « misérable »

Source : synonymes de misérable sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « misérable »

Partager