La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « lier »

Lier

Définitions de « lier »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIER, verbe trans.

I. − [Dans le domaine matériel]
A. − Lier qqc., lier qqn
1. Entourer quelque chose ou quelqu'un en serrant avec un lien (pour réunir deux ou plusieurs éléments de même nature, assurer la cohésion des parties d'un tout, empêcher une action ou un mouvement). Synon. ficeler, ligaturer, ligoter.[Lors de l'accouchement] avec l'un de ces cordonnets on lie le cordon avant de retirer l'enfant de dessus le petit lit (Baudelocque, Art accouch.,1812, p. 218).Les gerbes sont liées, les unes, avec une corde, les autres, avec un lien de paille (Renard, Journal,1902, p. 770):
1. ... de l'autre main il dénoua la corde qui lui servait de ceinture, et, en quelques minutes, Benoît fut ficelé, lié, enchevêtré, de manière à ne pouvoir faire le plus léger mouvement... Sue, Atar-Gull,1831, p. 10.
SYNT. Lier un paquet, un fagot; lier le blé, l'avoine, la javelle; lier en bottes, en gerbes; lier une artère, un nerf, un vaisseau; lier qqn, lui lier la langue, les membres; lier un prisonnier, un fou; lier fortement, étroitement.
P. hyperb. Être fou à lier (v. fou I A) et p. ell. être à lier. Avoir un comportement, des idées, des propos extravagants. Ma parole, elle est à lier, s'écria Cadignan, stupéfait. Tu n'as pas un grain de bon sens, Mouchette, avec tes phrases de roman (Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 81).
Absol., AGRIC. Lier en gerbes, en bottes. Synon. gerber, botteler.Si le beau temps dure, on liera demain (Littré).Celui qui a été le dernier à faucher ou à lier est le plus souvent contraint de monter auprès du mai et, de crainte de le voir renversé par les cahots, reste debout auprès de lui (Menon-Lecotté, Vill. Fr., t. 2, 1954, p. 12).
P. méton. Lier dans qqc.Envelopper, enfermer dans quelque chose que l'on noue. Lier qqn dans un sac. La dame, sans me demander si l'on m'a payé ma course, tire un napoléon du coin de son mouchoir, où il était lié (Jouy, Hermite, t. 3, 1813, p. 33).
Au fig.
a) Locutions
Lier les mains, (ou plus rarement) les bras à qqn. Le rendre impuissant à agir, le réduire à la passivité. Avoir les mains liées :
2. Parcourez l'univers connu, vous trouverez l'homme fort et tyran, la femme faible et esclave; que si quelquefois elle a l'adresse de lier les mains à son maître et de commander à son tour, ce cas est extrêmement rare. Laclos, Éduc. femmes,1803, p. 457.
Lier la langue. Rendre incapable de parler. Quelque chose comme un souffle venu de l'au-delà, qui oppressait les poitrines et qui liait les langues (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 291).
Pieds et poings liés. Dans une situation de dépendance complète. L'idée géante de racheter toutes les actions, pour tenir les vendeurs à découvert, pieds et poings liés, à sa merci (Zola, Argent,1891, p. 339).Elle [la solitude] sait bien ce qui lui livre, pieds et poings liés, les hommes nés solitaires comme d'autres sont nés bossus ou aveugles (Mauriac, Journal 3,1940, p. 273).
Rem. On relève de légères var. dans des expr. du même type : Si paresse vous lie les doigts, faites-moi écrire par l'ami commun (Courier, Lettres Fr. et Ital., 1825, p. 741). Il est triste de n'être pas libre, de ne pouvoir aller où l'on veut et que la fortune toujours nous lie les pieds (Flaub., Corresp., 1847, p. 56).
b) Lier qqn.Priver quelqu'un de la possibilité ou de la liberté d'agir ou de réagir; paralyser, asservir. Par le traité qui termina la seconde guerre punique, Rome avait lié Carthage (Michelet, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 100).Terrifiées, liées par la peur, une de ces peurs de campagne qui ferment toutes les bouches (Pourrat, Gaspard,1931, p. 164).
Vx. Paralyser en jetant un charme. Elle [une musique aérienne] attache, elle entraîne, elle subjugue l'attention, qui ne peut se délivrer de son empire. Elle rappelle ces accords redoutables et doux des divinités marines, qui lioient les voyageurs et qui attiroient leur navire dans des écueils inévitables (Nodier, J. Sbogar,1818, p. 122).
2. P. anal.
a) Serrer quelqu'un (dans ses bras), enlacer, étreindre. Les deux amoureuses firent venir dans leur chambre l'amant enorgueilli de sa double bonne fortune; et tandis que l'une le liait passionnément de ses bras, l'autre passionnément le poignardait dans le dos (Rolland, J.-Chr., Buisson ard., 1911, p. 1360).
b) CHASSE. [Le suj. désigne un faucon ou p. anal. un autre rapace] Lier la proie. La saisir avec ses serres. Un faucon lie la perdrix, le gibier (Ac.1798).Il [le hibou] rase le sol : les prés, les guérets, les landes fauchées, les ruisseaux dont les éclats intermittents le guident, s'il veut lier une taupe, un rat, un levraut (Pesquidoux, Chez nous,1923, p. 208).
c) ESCR. Lier l'épée (le fer, la lame). Faire tourner son épée autour de celle de l'adversaire, en exerçant sur elle une pression continue. Au moment où, Bastien rendait à demi l'épée, le baronnet la lui lia rapidement tierce sur tierce, l'enleva d'un énergique coup de poignet (Ponson du Terr., Rocambole, t. 1, 1859, p. 370).
B. − Lier qqc./qqn à qqc.
1. Attacher, fixer au moyen d'un lien. Lier un homme à un arbre, à un poteau (Ac.1798-1935).Une perche pointue, liée au bras de l'homme, oscillait avec ses mouvements (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 133).Le thème du Prométhée (...) : c'est le héros humain réduit à l'immobilité, lié au roc (Thibaudet, Réflex. litt.,1936, p. 87).
Emploi pronom.
réfl. Ceux qui ne veulent pas mourir sans être montés au Matterhorn, et qui vont se lier à la corde en se recommandant à leur guide ou à Dieu (Peyré, Matterhorn,1939, p. 204).
réciproque. Aussi, les colons s'étaient-ils liés les uns aux autres au moyen d'une corde (Verne, Île myst.,1874, p. 164).
En partic. [L'obj. désigne le lien ou ce qui en tient lieu] En attacher les deux bouts, les nouer. Lier les cordons de ses souliers, lier des rubans (Ac.1798-1935).On ne refuse rien à qui lie et délie les cordons du sac (Balzac, Gobseck,1830, p. 398).
Emploi pronom. à valeur passive. Le chapeau, fortement enfoncé et sur lequel une courte voilette noire se liait (Daniel-Rops, Mort,1934, p. 533).
P. méton. Des infirmiers, des médecins, des aides, le grand tablier lié sous les bras, allaient et venaient (Erckm.-Chatr., Conscrit 1813,1864, p. 139).
2. P. anal.
a) Réunir, joindre (deux ou plusieurs choses) par un élément d'assemblage ou de liaison. Dans les chiens le cœcum (...) repose sur l'iléon, auquel il adhère par du tissu cellulaire. Ce tissu lie aussi entre eux les tours du cœcum (Cuvier, Anat. comp., t. 3, 1805, p. 485).
Emploi pronom. à valeur passive. En revenant nous montâmes, dans la tour du nord, sans doute celle que commença Richard III. À mi-ceinture, elle se lie aux deux tours de la porte par un parapet, qui est sans garde-fou du côté de la cour (Michelet, Journal,1834, p. 133).
BÂT. Assembler (des matériaux) à l'aide d'un liant (v. ce mot II A 1) ou les disposer en liaison (v. ce mot A 1 a). Avec la truelle le maçon étale le ciment, lie les pierres des édifices (Adam, Enf. Aust.,1902, p. 27).
MAR. ,,Mettre en place et fixer les liaisons`` (Soé-Dup. 1906; cf. liaison A 1 b). Lier les couples (Lar. 19e-Lar. encyclop.).
ÉCRITURE. Lier des lettres. Réunir, relier des lettres entre elles. Liez bien vos lettres (Ac.1798-1935).Des lettres mal liées (Littré, s.v. lié).
PHONÉT. Lier des mots. Prononcer les mots d'un énoncé en faisant les liaisons (v. ce mot A 4). Deux, trois, dans les dates, peuvent être liés avec le nom du mois : le deux-z-avril, le trois-z-octobre, mais la prononciation « soignée » (ou recherchée) ne les lie pas : le deu(x) avril, le troi(s) octobre (Grev.1964,§ 100).
MUS. Lier les notes, les sons. Les jouer ou les chanter en les enchaînant, en passant des uns aux autres sans interruption. Synon. couler; anton. piquer, détacher.L'art de lier les sons est un des principaux mérites d'un bon chanteur ou d'un bon instrumentiste (Brenet, Dict. prat. et hist. mus.,1926, p. 223).Les contrepoints exécutés au piano doivent l'être avec certaine douceur, en liant les notes, sans qu'on perçoive aucune attaque martelée (Koechlin, Règles contrepoint,1926, p. 17).
b) En partic. Assurer la cohésion (d'un mélange, d'une préparation). Lier le mortier. Le sable [dont on couvre les fonds des cazettes d'encastage] doit (...) être (...) lié par un peu d'eau argileuse (Al. Brongniart, Arts céram., t. 1, 1844, p. 203).
ART CULIN. Lier une préparation. La rendre consistante et homogène en faisant une liaison (v. ce mot A 2). Versez le potage sur le pain, liez avec six jaunes d'œufs et deux décilitres de crème double (Gdes heures cuis. fr., J. Gouffé, 1877, p. 183).Veux-tu mon idée, gosse de gosse? Eh bien, ton fricot serait meilleur si t'ajoutais un peu de riz... ça te lierait ta sauce (Dorgelès, Croix de bois,1919, p. 70).
Emploi pronom. Il faut remuer cette sauce jusqu'à ce qu'elle se lie (Ac.1935).
BEAUX-ARTS. Lier des couleurs. Les mettre en accord, en harmonie. Des reflets bleus adoucissent et fondent ces couleurs ennemies; le bleu du ciel lie toutes les nuances (Alain, Propos,1910, p. 74).
II. − Au fig.
A. − Lier qqc. à qqc., lier deux ou plusieurs choses entre elles. Associer étroitement, mettre ensemble, réunir par un rapport logique ou nécessaire, par une relation de ressemblance, de continuité, de dépendance. Synon. attacher, rattacher, coordonner, conjuguer, faire dépendre.
1. [Le suj. désigne une pers. ou une faculté humaine telle que l'esprit, l'intelligence] Lier son sort, son nom à qqc.; lier ses idées, ses pensées, ses phrases. Les scélérats et les lâches qui ont lié leur destinée au mensonge, à l'iniquité (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 28).L'artillerie et l'infanterie ne cherchaient point à lier leurs efforts (...) les différentes armes ignoraient profondément les besoins et les possibilités les unes des autres (Joffre, Mém., t. 1, 1910-14, p. 33):
3. Le rapport est cette vue de notre esprit, cet acte de notre faculté de penser par lequel nous rapprochons une idée d'une autre, par lequel nous les lions, les comparons ensemble d'une manière quelconque. Destutt de Tr., Idéol. 1,1801, p. 51.
2. [Le suj. désigne le rapport existant ou établi par l'esprit] La connaissance des faits, sans la connaissance des rapports qui les lient, n'est que le savoir non digéré d'un commis de bureau (Say, Écon. pol.,1832, p. 8).On dira (...) que la phrase est une suite de mots liés entre eux par un rapport logique. (...) la phrase constate les relations multiples, directes ou inverses, des idées, des êtres, des actes (Gourmont, Esthét. lang. fr.,1899, p. 279):
4. L'abolir [un objet] est agir sur lui dans le temps et peut-être aussi dans l'espace; c'est accepter, par conséquent, les conditions de l'existence spatiale et temporelle, accepter la solidarité qui lie un objet à tous les autres et l'empêche de disparaître sans être remplacé aussitôt. Bergson, Évol. créatr.,1907, p. 284.
3. Emploi pronom. Les arts mécaniques commencèrent à se lier aux sciences (Condorcet, Esq. tabl. hist.,1794, p. 68).Dans les premiers [poèmes] les idées se lient comme les faits, les transitions sont bien ménagées, l'intérêt suit la marche progressive (Baour-Lormian, Ossian,1827, p. xi):
5. ... voici que l'objet virtuel naît de l'objet réel, qu'il devient réel à son tour, voici qu'ils font image, du réel au réel, comme un mot avec tous les autres. On ne se trompe plus d'objet, puisque tout s'accorde, se lie, se fait valoir, se remplace. Éluard, Donner,1939, p. 76.
Au part. passé. Souvenir lié à un lieu, à une époque; choses intimement, indissolublement liées entre elles; tout est lié. Deux faits psychologiques simultanés sont liés si étroitement que l'analyse ne peut les séparer sans les mutiler. En est-il de même pour deux faits physiques? (H. Poincaré, Valeur sc.,1905, p. 48).
B. − [Dans le domaine des relations hum.]
1. Lier qqn (à qqn, avec qqn)
a) Mettre dans un état de dépendance, entraver la liberté en imposant des obligations, engager. Lier qqn par un pacte; contrat liant réciproquement deux personnes; être lié par un vœu, par une promesse, par le devoir, par un serment. À Rome enfin, une régression nouvelle et encore plus accusée se manifeste. Les seules obligations de famille que consacre la loi pénale sont celles qui lient le client au patron et réciproquement (Durkheim, Divis. trav.,1893, p. 130).C'était sans doute le contentement de lui être agréable (...). C'était aussi celui de le lier par un marché, un donnant-donnant, un moyen de pression (Montherl., Songe,1922, p. 71):
6. Si un contrat, naturel ou civil, pouvait encore lier le roi et son peuple, il y aurait obligation mutuelle; la volonté du peuple ne pourrait s'ériger en juge absolu pour prononcer le jugement absolu. Camus, Homme rév.,1951, p. 150.
Emploi abs. C'est à vingt ans qu'on est sage : on sait alors que rien n'engage ni ne lie, et qu'aucune maxime n'est plus basse que la fameuse phrase sur les pensées de jeunesse réalisées dans l'âge mûr (Nizan, Conspir.,1938, p. 24).
Emploi pronom. réfl. La dévotion des pêcheurs et habitants de la côte, qui dans les périls se liaient par quelque vœu (Sainte-Beuve, Volupté, t. 1, 1834, p. 78).
Vieilli, au part. passé. (Être) lié à + inf.Obligé, tenu de. Ne vous croyez pas lié à venir pour cela (Staël, Lettres L. de Narbonne,1794, p. 271).
RELIG. Lier les pécheurs et p. méton., les péchés. ,,Refuser d'absoudre, soumettre à une loi, une pénitence, une censure`` (Marcel 1938). Il demanda des conseils à celui qui conféra aux apôtres le pouvoir de lier et de délier les âmes (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 87).
Emploi abs. Le pouvoir, le droit de lier et de délier. (...) le Mot sacramentel Suffit, lie et délie; et l'unique blasphème Est de nier qu'un mot lave un péché mortel (Leconte de Lisle, Poèmes trag.,1886, p. 121).
b) Unir (deux ou plusieurs personnes) par des relations d'ordre affectif ou social. Lier qqn avec qqn; être lié d'amitié avec qqn; être lié à qqn (cf. aussi lié I A 2 a). Qu'elles sont belles et utiles ces institutions sociales! Comme elles lient et unissent les hommes! Comme elles servent à entretenir l'amitié, à encourager le commerce, à propager les connoissances! (Crèvecœur, Voyage, t. 1, 1801, p. 190).Lisbeth, que le baron Hulot désirait lier avec MmeMarneffe pour avoir un œil dans ce ménage (Balzac, Cous. Bette,1846, p. 92):
7. Il s'avisait peu à peu que cet homme était sûrement un ami, qu'une étroite amitié, une amitié céleste, d'une céleste lucidité, les liait ensemble, les avait sans doute toujours liés. Bernanos, Soleil Satan,1926, p. 187.
Emploi pronom. Contracter des rapports d'amitié, de société.
réfl. Se lier d'amitié, se lier avec qqn; se lier facilement, se lier peu. Locke s'y lia [dans la société de Londres] avec les personnages les plus importans de l'époque (Cousin, Hist. philos. xviiies., t. 1, 1829, p. 71).C'est l'âme même d'Éveline dont mon âme s'était éprise, à laquelle elle s'était liée par les liens les plus indissolubles (Gide, Robert,1930, p. 1336).
réciproque. Ils ont vite découvert d'autres jeunes gens que le même goût particulier rapproche d'eux, comme dans une petite ville se lient le professeur de seconde et le notaire qui aiment tous les deux la musique de chambre, les ivoires du moyen âge (Proust, Sodome,1922, p. 618).
2. Lier qqc. avec qqn
a) Vieilli. [Le compl. dir. exprimant un type de relation est déterminé] Établir, organiser, s'engager dans. Lier des relations, une partie. J'offris à Sara de lier une correspondance, qui la formerait au style épistolaire (Restif de La Bret., M. Nicolas,1796, p. 52).Mais voilà qu'aujourd'hui je reçois du gouverneur l'avertissement de ne chercher à lier aucun rapport secret dans l'île (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène, t. 1, 1823, p. 1056).
b) Loc. Lier amitié, connaissance, conversation avec qqn. Contracter une amitié, entrer en relation, engager la conversation avec quelqu'un. Il l'a maintes fois entretenu de vous (...) lui témoignant un vif désir de lier avec vous connaissance et amitié (M. de Guérin, Corresp.,1834, p. 154).Mon père voulut lier conversation et plaisanter avec le jeune tringlot (Guéhenno, Journal homme 40 ans,1934, p. 42).
Lier partie avec qqn. S'entendre, s'accorder avec lui en vue d'une certaine fin. M. de Saint-Gilles passait en Hollande pour lier directement partie avec le cardinal de Retz (Sainte-Beuve, Port-Royal, t. 3, 1848, p. 130).Si la jeune finance veut remplir sa mission (...) elle doit entretenir commerce et même lier partie avec les forces spirituelles du pays et du monde entier (Duhamel, Nuit St-Jean,1935, p. 203).
Avoir partie liée (avec qqn). Être solidaire, agir de concert, être de connivence. De plus en plus, l'Autriche a partie liée avec l'Allemagne comme l'ont montré les incidents de Bosnie et d'Herzégovine (Joffre, Mém., t. 1, 1931, p. 107):
8. ... plus que jamais je dépends du temps, des courants, de l'entourage, des circonstances. (...) que nous le voulions et sachions ou non, chacun de nous fait partie de l'ensemble, a partie liée, reste, fût-ce à son insu, dépendant. Gide, Journal,1941, p. 78.
Prononc. et Orth. : [lje], (il) lie [li]. Homon. formes du verbe lire. À ce sujet, Buben 1935 § 58 souligne, que dans la bonne prononc. parisienne il n'y a aucune différence de durée entre je lierai et je lirai [liʀ ε], malgré la présence de e dans le premier qui induit en erreur les étrangers en les incitant à allonger la voyelle. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. I. Entourer d'un lien; attacher ensemble, réunir par un lien. A. Un animé 1. 2emoitié xes. « entourer quelqu'un de liens, l'entraver pour le maintenir captif » (St Léger, éd. J. Linskill, 150 : [Ewruins] Penre'l rovat, lïer lo fist [Sanct Lethgier]); ca 1100 (Roland, éd. J. Bédier, 3965 : Puis si li lient e les piez e les mains [a Guenelun]); id. liier a « attacher à l'aide de » (ibid., 3738 : Les mains li lient a curreies de cerf [id.]); 1668 lier un fou (Racine, Plaideurs, I, VIII); 2. liier (aucun) a « attacher (quelqu'un) à (quelque chose) »; ca 1130 une personne (Couronnement de Louis, 758 ds T.-L. : Et a l'estache leiez et arestez); ca 1170 un cheval (Chrétien de Troyes, Erec, éd. M. Roques, 466 : A la mangëoire le loie); 3. 1160-74 « lacer (une femme), lui attacher les liens de ses vêtements » (Wace, Rou, éd. J. Holden, III, 576); 4. ca 1200 liier les plaies « bander les plaies » (Chanson de Guillaume, éd. D. McMillan, 521); 5. 1377 p. ext. cynégétique « (en parlant d'oiseaux dressés à la chasse) saisir sa proie pour la plaquer à terre ou l'enlever » (Gace de La Buigne, Deduis, 2242 ds T.-L.); ca 1393 (Ménagier, II, 281, ibid.). B. Un inanimé 1. « unir par un lien les différents éléments d'un assemblage » a) ca 1150 tonneaus loier (Charroi de Nîmes, éd. D. McMillan, 966); b) ca 1393 liier [un potage, une sauce], part. prés. adj. lÿant « (d'un potage) dont les éléments font corps, moelleux, épais » (Ménagier, II, 15 ds T.-L. : Gravé d'oiselets... ne doit point estre trop lÿant, mais claret; doncques ne convient il que le pain ou les foies pour lïer); c) 1396 « unir, lier avec du ciment » cloquier bien loyés et bien ferme (doc. ap. Pièces et doc. relatifs au siège de Péronne, p. 79, Techener ds Gdf. Compl.); 2. ca 1170 liier aucune rien a « fixer, assujettir par un lien (quelque chose) à » (Marie de France, Lais, Fresne, éd. J. Rychner, 128); 1606 vitic. (Nicot); 3. fin xiiie-début xives. [ms.] « fermer (un sac) par un lien » (Erberie, texte anonyme du ms. BN fr. 19152, fol. 89, publ. ds Œuvres de Rutebeuf, éd. E. Faral et J. Bastin, t. 2, p. 268 : s'il la met en un sac et il loie bien la bouche); 4. 1386 « attacher entre eux divers éléments d'un vêtement (ici, d'une armure) » (doc. ap. Lobin, Hist. de Bret., II, 672 ds Gdf. Compl.); 1530 « lacer [cf. A 3] » (Palsgr., p. 560 b : je lie ma chause); 5. « établir une continuité entre divers éléments » a) 1690 lier ses lettres (Fur.); b) 1771 mus. notes liées (Trév.). II Fig. A. 1174 cont. biblique synon. de vetare, interdicere, non remittere [Blaise Liturg., § 280] « ne pas pardonner, imposer des obligations, des peines en relation avec le péché » v. Théol. cath. t. 1, 1, p. 139 b (Guernes de Pont-Ste-Maxence, St Thomas, éd. E. Walberg, 2269 : lïer et deslïer [cf. Matthieu, xvi, 18-19]). B. Établir un lien affectif, moral, logique. 1. 1160-74 lien religieux, moral (Wace, Rou, éd. J. Holden, 1717 : Gardez vous de mal fere, que pechié ne vous lit); 1erquart xiiies. (Reclus de Molliens, Carité, 130, 10 ds T.-L. : Moine ... cui li liiens de l'ordre lie); ca 1245 (St Alban, 488, ibid. : A lui [Dieu] vus cumant e abandun e li); 1269-78 lien du mariage (Jean de Meun, Rose, éd. F. Lecoy, 8752); 2. 1176 lien affectif (Chrétien de Troyes, Cligès, éd. A. Micha, 6663); 3. 1269-78 soi loier « engager son service contre rétribution » (Jean de Meun, Rose, 7595); 4. 1283 lien jur. (Beaumanoir, Coutumes de Beauvaisis, éd. A. Salmon, § 1263); 5. av. 1563 lien log. (La Boétie, 200 ds Littré). C. « Inhiber, entraver, assujettir » ca 1200 (Renart, éd. M. Roques, 10982 : la parole m'enpire et lie); 2emoitié xiiies. (Eudes de La Courroirie, V, 37 ds Z. fr. Spr. Lit. t. 32, 1908, p. 213 : ...la langue me lie); 1269-78 (Jean de Meun, Rose, 16348 : Qui se fie en fame ... Il se lie Les mains e se cope la gueule), ca 1274 (Adenet Le Roi, Berte, éd. A. Henry, 453 : Les mains li ont loiies par lour desloiauté); 1408 lier [aucun] « lier l'aiguillette [à quelqu'un] » (Arch. nat. JJ 162, pièce 240 ds Gdf.). Du lat. ligare « attacher, lier, assembler, bander; entourer, encercler; fixer, maintenir; unir, joindre » au propre et au fig. Les formes régulières issues de lĭgat - lĭgare étant leie, loie - leiier, loier (formes qui demeurent dans de nombreux dial., notamment du quart nord-est de la France, FEW t. 5, p. 319 a), le type très anc. [il] lie - lier est le plus souvent expliqué p. anal. avec prie < prĕcat, scie < sĕcat, nie < nĕgat, avec extension à la conjug. entière, du rad. du prés. de l'ind. 3 (Fouché, p. 448; Bl.-W.5; v. aussi l'hyp. de Fouché, p. 282 qui, constatant l'ancienneté du type lie - lier, suppose qu'il pourrait reposer sur un *līgat - *līgare que postuleraient de même l'a. prov. liar, ligar, le cat. lligar, le cast. et port. ligar). Fréq. abs. littér. : 2 241. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 4 220, b) 2 818; xxes. : a) 2 261, b) 3 063. Bbg. Barb. Misc. 29 1944-52, p. 433.

Wiktionnaire

Verbe - français

lier \li.je\ ou \lje\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Serrer avec une corde ou avec toute autre chose flexible.
    • Deux autres aides […] enlevèrent rapidement la camisole de Troppmann, lui placèrent les mains derrière le dos, les lièrent en croix et lui couvrirent le corps de courroies. — (Ivan Tourgueniev, L'Exécution de Troppmann, avril 1870, traduction française de Isaac Pavlovsky, publiée dans ses Souvenirs sur Tourguéneff, Savine, 1887)
    • Lier un fagot, une botte de foin, une gerbe de blé. — Lier avec un mouchoir.
    • En ce moment, l'entretien fut interrompu par l'apparition de Tord-Chêne, qui frappa le petit avec un gros gourdin, en lui reprochant de n'avoir pas seulement lié encore un fagot. — (Gérard de Nerval, Les Filles du feu, Chansons et légendes du Valois, 1854)
    • Vous liez ce sac trop lâche, il faut le lier plus serré, plus étroitement.
    • Lier des fleurs ensemble pour en faire un bouquet.
    • Lier un paquet. — Lier un homme à un arbre, à un poteau. — Lier un fou furieux.
  2. (Fauconnerie) Saisir l’oiseau avec ses serres, en parlant d'un oiseau de proie.
  3. Faire un nœud.
    • Lier les cordons de ses souliers.
    • Lier des rubans.
  4. Joindre ensemble différentes parties par quelque substance qui s’incorpore dans les unes et dans les autres.
    • Seules la testostérone et la dihydrotestostérone sont des androgènes actifs qui se lient spécifiquement aux récepteurs des androgènes. — (Loïc Guillevin, Sémiologie médicale, 2e éd., Lavoisier, 2011, p.343)
    • La chaux et le ciment servent à lier les pierres.
  5. (Cuisine) Donner de la consistance, épaissir une sauce.
    • Lier une sauce.
    • La farine sert à lier les sauces.
    • Il faut remuer cette sauce jusqu’à ce qu’elle se lie.
    • Ces ingrédients ne peuvent pas se lier, s’incorporer ensemble.
  6. Joindre les lettres dans l’écriture.
    • Lier les lettres.
    • Liez bien vos lettres.
    • Liez mieux vos lettres.
  7. (Musique) Exécuter successivement deux ou plusieurs notes d’un même coup d’archet, ou d’un seul coup de langue sur un instrument à vent, ou d’un seul coup de gosier en chantant.
    • Lier des notes.
  8. Faire une liaison lors d’un énoncé, modifier la prononciation d’un mot en fonction de son contexte dans la phrase.
    • Dans le mot « quinquet » le « t » ne se lie pas.
    • - Comment allez-vous? demandai-je à Mme Pergamino en veillant à éviter de lier le t de comment à l’a d’allez-vous, car c'est le ton du ton dans les VIIIe et XVIe arrondissements de Paris. — (Maurice Bedel, Mémoire sans malice sur les dames d'aujourd'hui, 1935)
  9. (Figuré)
    • Lier les idées, les propositions, les pensées, les parties d’un discours, etc., Les unir entre elles, les enchaîner les unes aux autres.
    • La logique est l’art de lier les idées.
    • Ce conférencier n’a pas bien lié les différentes parties de son exposition.
    • Toutes les parties de cette démonstration sont étroitement liées.
    • Les scènes de cette pièce se lient mal entre elles, Elles ne sont point amenées les unes par les autres.
    • Le fait que vous racontez se lie à une aventure dont j’ai connaissance, Il a du rapport avec cette aventure, il s’y rattache.
    • Lier partie, Concerter son action, unir ses intérêts avec une ou plusieurs personnes.
    • Ils ont partie liée, leurs intérêts dépendent les uns des autres.
    • On dit dans le même sens :
    • Mon sort est lié au vôtre.
    • Jouer en parties liées, Jouer avec la condition que l’enjeu appartiendra à celui qui aura gagné le plus de parties sur un nombre déterminé.
  10. (Figuré)
    • Lier amitié avec quelqu’un, Contracter amitié avec quelqu’un.
  11. (Figuré) Entrer en conversation, en commerce, en relations avec quelqu’un.
    • Jean-Joseph Pasteur, sans qu'on put l'accuser de fierté, ne se liait pas facilement. Dans les habitudes ou le langage, il n'avait rien d'un sous-officier à la retraite. Ne parlant guère de ses campagnes, il n'entrait jamais dans un café. — (René Vallery-Radot, La vie de Pasteur, Hachette, 1900, Flammarion, 1941, p. 12)
  12. (Figuré) Attacher, unir, enchaîner ensemble en parlant des personnes.
    • La sympathie les a liés autant que l’intérêt.
    • Ils sont liés d’une étroite amitié.
    • Je me suis liée avec lui.
    • Ils se sont liés dès qu’ils se sont connus.
    • Nous nous sommes liés d’amitié.
  13. Astreindre, obliger.
    • En règle générale, les avis du Conseil d’État ne lient pas le Gouvernement. — (Secrétariat général du gouvernement et Conseil d’État, Guide de légistique, 3e version, La Documentation française, 2017, ISBN 978-2-11-145578-8 → lire en ligne)
    • Les paroles, les contrats lient les hommes.
    • Son serment, sa parole le lie d’une manière indissoluble.
    • Je suis lié par ma promesse.
    • Se lier par un serment, un vœu, etc. S’astreindre à quelque obligation par un serment, par un vœu, etc.
  14. (Religion) Exprime le pouvoir de juridiction spirituelle donné par Jésus-Christ à l’église, au for intérieur et au for extérieur.
    • Lier ou délier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIER. v. tr.
Serrer avec une corde ou avec toute autre chose flexible. Lier le bras, la main, le corps. Lier un fagot, une botte de foin, une gerbe de blé. Lier avec un cordon. Lier avec un mouchoir. Vous liez ce sac trop lâche, il faut le lier plus serré, plus étroitement. Lier des fleurs ensemble pour en faire un bouquet. Lier un paquet. Lier à quelqu'un les mains derrière le dos. Lier les pieds. Lier un homme à un arbre, à un poteau. Lier un fou furieux. Par exagération, C'est un fou à lier, C'est un extravagant. Fig., Se livrer à quelqu'un pieds et poings liés, Se mettre entièrement à la merci de quelqu'un. Fig., Lier les mains à quelqu'un, Le réduire à l'inaction dans une affaire. Avoir les mains liées, Être empêché d'agir dans une affaire. Je ne veux pas qu'on me lie les mains, je ne veux pas avoir les mains liées. Fig., Lier la langue, Empêcher de parler. Le respect, la crainte de vous déplaire m'a lié la langue. Il se dit, en termes de Fauconnerie, du Faucon qui saisit l'oiseau avec ses serres. Il signifie aussi Faire un nœud. Lier les cordons de ses souliers. Lier des rubans. Il signifie encore Joindre ensemble différentes parties par quelque substance qui s'incorpore dans les unes et dans les autres. La chaux et le ciment servent à lier les pierres. En termes de Cuisine, Lier une sauce, Lui donner de la consistance. La farine sert à lier les sauces. Il faut remuer cette sauce jusqu'à ce qu'elle se lie, Jusqu'à ce qu'elle s'épaississe. Ces ingrédients ne peuvent pas se lier, Ils ne peuvent pas s'incorporer ensemble. Lier les lettres, Les joindre l'une à l'autre dans l'écriture. Liez bien vos lettres. Liez mieux vos lettres. En termes de Musique, Lier des notes, Exécuter successivement deux ou plusieurs notes d'un même coup d'archet, ou d'un seul coup de langue sur un instrument à vent, ou d'un seul coup de gosier en chantant. Fig., Lier les idées, les propositions, les pensées, les parties d'un discours, etc., Les unir entre elles, les enchaîner les unes aux autres. La logique est l'art de lier les idées. Ce conférencier n'a pas bien lié les différentes parties de son exposition. Toutes les parties de cette démonstration sont étroitement liées. Les scènes de cette pièce se lient mal entre elles, Elles ne sont point amenées les unes par les autres. Le fait que vous racontez se lie à une aventure dont j'ai connaissance, Il a du rapport avec cette aventure, il s'y rattache. Lier partie, Concerter son action, unir ses intérêts avec une ou plusieurs personnes. Ils ont partie liée, Leurs intérêts dépendent les uns des autres. On dit dans le même sens : Mon sort est lié au vôtre. Jouer en parties liées, Jouer avec la condition que l'enjeu appartiendra à celui qui aura gagné le plus de parties sur un nombre déterminé. Fig., Lier amitié avec quelqu'un, Contracter amitié avec quelqu'un. Fig., Lier conversation, commerce, société avec quelqu'un, Entrer en conversation, en commerce, en relations avec lui. Il signifie au figuré, en parlant des Personnes, Attacher, unir, enchaîner ensemble. La sympathie les a liés autant que l'intérêt. Ils sont liés d'une étroite amitié. Je me suis liée avec lui. Ils se sont liés dès qu'ils se sont connus. Nous nous sommes liés d'amitié. Il signifie aussi Astreindre, obliger. Qu'est-ce qui vous lie? Les paroles, les contrats lient les hommes. Son serment, sa parole le lie d'une manière indissoluble. Je suis lié par ma promesse. Se lier par un serment, un vœu, etc., S'astreindre à quelque obligation par un serment, par un vœu, etc. Dans le langage de l'Église, Lier ou délier, exprime le Pouvoir de juridiction spirituelle donné par JÉSUS-CHRIST à l'Église, au for intérieur et au for extérieur.

Littré (1872-1877)

LIER (li-é), je liais, nous liions, vous liiez ; que je lie, que nous liions, que vous liiez v. a.
  • 1Serrer avec une corde passée autour de quelqu'un ou de quelque chose. Lier un paquet, un faisceau. Alors l'ange Raphaël prit le démon, et l'alla lier dans le désert de la Haute-Égypte, Sacy, Bible, Tobie, VIII, 3. Mais je ne veux point, monsieur, que l'on me lie, Racine, Plaid. I, 7. Il est dit dans ce décret [de Childebert], que, si le juge trouve un voleur fameux, il le fera lier pour être envoyé devant le roi, si c'est un Franc, Montesquieu, Esp. XXX, 25.

    Par exagération. C'est un fou à lier, c'est un extravagant. Ma foi, juge et plaideurs, il faudrait tout lier, Racine, Plaid. I, 8. Il y a plus de gens à lier dans un pays que dans un autre, Voltaire, Cand. 23.

    Fig. Vous avez besoin d'un lit pour vous y livrer au sommeil qui lie et ensevelit votre raison, Bossuet, Concupisc. 9.

    Fig. Lier les mains à quelqu'un, le réduire à l'inaction dans une affaire. [Sa haine]… Veut lier les mains au destin adouci Qui m'offre en d'autres lieux ce qu'on me vole ici, Corneille, Œdipe, II, 2. Pour me lier les mains lorsqu'il me rompt sa foi ? Rotrou, Antig. I, 6. Je ne crois pas que la nature Se soit lié les mains [par les destinées et les astres] et nous les lie encor…, La Fontaine, Fabl. VIII, 16. La jalousie des chefs lui liait les mains, Hamilton, Gramm. 5. Richelieu envoyait un capucin à la diète pour lier les mains à l'empereur dans les affaires d'Italie, Voltaire, Mœurs, 176.

    Fig. Lier les doigts, empêcher d'écrire. Si la paresse vous lie les doigts, faites-moi écrire par l'ami commun, Courier, Lett. I, 185.

    Fig. Lier la langue, empêcher de parler. Le respect lui liait la langue.

    Absolument, lier, c'est, en agriculture, lier les gerbes ou botteler le foin. Si le beau temps dure, on liera demain.

  • 2 Par extension, attacher avec une corde à quelque chose. Lier un homme à un arbre, à un poteau.
  • 3Lier se dit quelquefois pour fixer un bandage avec des liens. Il est ce Samaritain miséricordieux qui, trouvant en son chemin le pauvre blessé, est touché de miséricorde et s'approche, et ne dédaigne pas de lier ses plaies, Bossuet, Sermons, 3e dim. après la Pentec. 1.
  • 4Faire un nœud. Lier des rubans. Lier les cordons d'un soulier.
  • 5 Terme de fauconnerie. Lier se dit du faucon qui saisit l'oiseau avec ses serres. Le vautour s'en allait le lier [le pigeon], quand des nues Fond à son tour un aigle aux ailes étendues, La Fontaine, Fabl. IX, 2.
  • 6 Terme de marine. Réunir fortement, rapprocher entre elles, soutenir par de certaines pièces de bois toutes les parties d'un navire que l'on construit.

    Un bâtiment est bien lié quand toutes les parties en restent à peu près invariablement à la place qu'elles doivent occuper et ne tendent point à se désunir.

  • 7Joindre ensemble différentes parties par quelque substance qui s'incorpore dans les unes et dans les autres. La chaux et le ciment lient les pierres.

    Terme de cuisine. Lier une sauce, lui donner de la consistance. La farine sert à lier les sauces.

  • 8Lier les lettres, les joindre l'une à l'autre par certains petits traits.

    Lier les mots, les prononcer l'un après l'autre sans interruption et en faisant sentir, quand il le faut, les consonnes finales sur les voyelles initiales.

    Terme de musique. Lier des notes, exécuter deux ou plusieurs notes d'un même coup d'archet, ou d'un seul coup de langue sur un instrument à vent, ou d'un seul coup de gosier en chantant.

  • 9 Fig. Unir par des rapports grammaticaux, logiques, nécessaires. Lier les idées, les propositions, les pensées, les parties d'un discours. Lier fortement toutes les parties d'un système, d'une théorie. Ces personnages qui deviennent muets lient assez mal les scènes où ils ont si peu de part qu'ils n'y sont comptés pour rien, Corneille, 3e discours.

    Il ne sait pas lier deux idées ensemble, se dit d'un homme incapable de poursuivre un raisonnement. On voit des hommes qui ne paraissent pas capables de lier deux idées ensemble, et qui cependant font au jeu les combinaisons les plus compliquées, les plus sûres et les plus rapides, Duclos, Consid. sur les mœurs, 12.

    Absolument. L'esprit de l'homme embrasse plus qu'il ne peut lier, Vauvenargues, Max. II. Rien ne lie mieux que la précision, Condillac, Art d'écr. I, 11.

  • 10Servir de passage, d'intermédiaire, de connexion. Les bitumes les soufres lient les terres aux métaux, les vitriols unissent les métaux aux sels, Bonnet, Caus. prem. 7e part. ch. 3.
  • 11Disposer, arranger, en parlant d'une partie de divertissement, de promenade, etc. Au lieu de cet air toujours complaisant que le monde nous inspire, l'esprit de pénitence nous met dans le cœur je ne sais quoi de rude et de sauvage, ce n'est plus cet homme doux et galant qui liait toutes les parties, Bossuet, Sermons, Vérit. convers. 1. On se moqua de ses raisonnements ; la partie fut liée pour le lendemain, et les violons passèrent à la pluralité des voix, Hamilton, Gramm. 4.

    Fig. Il a bien lié, mal lié sa partie, c'est-à-dire il a bien concerté, mal concerté son entreprise.

  • 12Lier amitié avec quelqu'un, contracter amitié avec quelqu'un. C'est au retour de ce voyage que Scipion trouva Polybe à Rome, et lia avec lui cette étroite amitié qui devint si utile à ce jeune Romain, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. I, p. 574, dans POUGENS.

    Lier conversation, commerce, société avec quelqu'un, entrer en conversation, en commerce, faire société avec lui. Nous lions cependant un commerce d'amitié qui doit durer pendant notre séjour ici, Marivaux, Surpr. de l'amour, II, 5.

  • 13 Fig. Enchaîner ensemble, unir par des liens moraux. Mais puisque le destin à toi m'a su lier, Régnier, Élég. II. L'âge liait une amitié sincère Entre ces gens ; les deux pères s'aimaient, La Fontaine, Fabl. X, 12. Il est vrai que vous êtes le centre de bien des cœurs et de bien des pays, qui sont liés par vous, Sévigné, 20 juin 1685. Le Fils de Dieu, voulant s'opposer à cette humeur discordante [des hommes]… vient aujourd'hui lier les esprits par les nœuds d'une charité indissoluble, Bossuet, Sermons, vendredi après les Cendres, Préambule. Sur ce principe de religion était bâtie toute la loi [de Moïse], loi sainte, juste, bienfaisante, honnête, sage, prévoyante et simple, qui liait la société des hommes entre eux par la sainte société de l'homme avec Dieu, Bossuet, Hist. II, 3. C'est qu'en effet les hommes mettent ordinairement leur félicité dans les choses qui flattent leurs sens ; et cela même les lie au corps, d'où dépendent les sensations, Bossuet, Connaiss. V, 1. Unissez vos chagrins ; liez vos intérêts, Racine, Brit. I, 4. L'intérêt, la raison, l'amitié, tout vous lie, Racine, Bérén. III, 2. Comme s'ils avaient été liés d'une amitié étroite, Fénelon, Tél. XX. Allez, suivez l'époux à qui le sort vous lie, Voltaire, Orphel. III, 3. Quel est l'objet de la philosophie ? c'est de lier les hommes par un commerce d'idées et par l'exercice d'une bienfaisance mutuelle, Diderot, Claude et Nér. II, 2. Quand j'ai lié mon sort à celui des Valois, Mon âme a tant d'horreurs n'était pas résignée, Chénier M. J. Charles IX, IV, 4.
  • 14Astreindre, obliger. Ah ! plutôt… mais hélas ! j'idolâtre Émilie ; Un serment exécrable à sa haine me lie, Corneille, Cinna, III, 2. Juge ainsi de la haine où mon devoir me lie, Corneille, M. de Pomp. v, 4. Il n'est plus lié par son vœu d'obéissance, Pascal, Prov. VI. Sa parole le lie sans doute, parce qu'il est fidèle et véritable ; mais le lien n'est pas moins volontaire qu'inviolable, Bossuet, Var. VI, § 30. Par les nœuds des serments as-tu lié son cœur ? Voltaire, Fanat. III, 5. C'est en vain qu'il [Sénèque] se propose de lier son élève [Néron] à l'exercice de la clémence et à la pratique des vertus, Diderot, Claude et Nér. I, 41. Il n'aperçut pas qu'un sentiment de délicatesse empêchait Corinne de profiter de l'émotion d'Oswald pour le lier par un serment, Staël, Corinne, VIII, 4. Quel serment ? - J'ai juré. - Non, non, rien ne te lie, Hugo, Hernani, V, 6.
  • 15Dans le langage de l'Église, lier et délier, refuser ou donner l'absolution. Tout ce que vous lierez sur la terre sera aussi lié dans les cieux, Sacy, Bible, Évang. St Math. XVI, 19.
  • 16Se lier, v. réfl. Se serrer, s'attacher soi-même avec une corde, un lien. Il se lia lui-même au poteau.
  • 17Être uni par quelque chose d'incorporé, d'interposé. Ces ingrédients ne se peuvent pas lier. Puis là-dessus entassant encore des arbres et des pierres, le tout venait à se lier en corps, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. VI, p. 278, dans POUGENS.

    Prendre de la consistance. Il faut remuer cette sauce jusqu'à ce qu'elle se lie.

  • 18Être uni par des rapports logiques, grammaticaux. Les scènes de cette pièce se lient mal entre elles.

    Avoir connexion. Le fait que je vous raconte se lie à une aventure dont j'ai connaissance.

    Terme de beaux-arts. Se lier, former un bel ensemble par l'union assortie. Ces couleurs se lient bien.

  • 19 Fig. S'astreindre à, s'obliger à. L'Église catholique, loin de se vouloir rendre maîtresse de la foi, a fait au contraire tout ce qu'elle a pu pour se lier elle-même et pour s'ôter tous les moyens d'innover, Bossuet, Expos. de la doctr. cath. 19. Par les mêmes serments Britannicus se lie, Racine, Brit. V, 5. Aucune de ces sociétés ne connut cette effrayante coutume de se lier par serment au genre de vie qu'elles embrassaient, de se donner des chaînes perpétuelles, de se dépouiller religieusement de la nature humaine dont le premier caractère est la liberté, Voltaire, Dict. phil. Esséniens. Nous nous sommes liés au salut public par le serment de ne nous séparer jamais que la constitution ne fût établie et affermie, Mirabeau, Collection, t. III, p. 272.
  • 20Être uni par des liens moraux. Mais toi, dont la valeur, d'Amurat oubliée, Par de communs chagrins à mon sort s'est liée, Racine, Bajaz. IV, 7.

    Absolument. Se lier, contracter amitié. Avant que nous lier, il faut nous mieux connaître, Molière, Mis. I, 2. Il me semble que vous croyez que je mens, quand je vous parle de la connaissance de Fagon et de du Chesne [deux médecins] ; ç'a été, ma belle, pendant la blessure de M. de Louvois qu'ils furent quarante jours ensemble, et se sont liés d'une estime très particulière, Sévigné, 29 déc. 1679. Je ne suis guère entrée dans la raison de commencer votre noviciat promptement, de peur que nos filles se liassent avec les anciennes, Maintenon, Lett. à Mme de la Viefville, 24 oct. 1705.

SYNONYME

LIER, ATTACHER. Lier, c'est passer un lien autour de quelque chose. Attacher, c'est, comme l'indique la préposition à qui est dans ce mot, fixer à, joindre à, par un lien ; là est l'idée précise de chacun de ces deux mots : on lie un prisonnier ; on attache un chien. Au figuré, attaché à quelqu'un indique qu'on a pour lui de l'attachement, qui peut n'être pas rendu ; au contraire, lié avec quelqu'un indique une relation réciproque d'amitié ; l'idée essentielle de ces deux mots subsiste.

HISTORIQUE

XIe s. Pris et liez serez par poested, Ch. de Rol. XXXII. Les mains [ils] lui lient à courreies de cerf, ib. CCLXXII.

XIIe s. Pieds et poing au felon, lui faites bien lier, Ronc. 201.

XIIIe s. De ses bras li uns l'autre lie, Et en baisier cascuns s'oublie, Fl. et Bl. 2417. Et donna pooir à le vesque Nevelon de Soissons de lier et deslier les pecheeurs, jusques à tant que li cardonaus [le cardinal] vendroit en l'ost, Villehardouin, LV. Les mains lui ont loié par leur desloyauté, Berte, X. Les parties qui se metent en arbitrage se doivent lier el compromis par foi, par pleges, Beaumanoir, XLI, 3. Et s'il y a beste liée et ele romt son lien et va en damace…, Beaumanoir, XXX, 57. Et Mahius Bliaus a pris Rauoul le castelain de Cristople, et l'a fait loier sur un povre roncin, H. de Valenciennes, XXVI.

XIVe s. La maniere de lier et de deslier artificielment et de coustre [il s'agit de bandages], H. de Mondeville, f° 35, verso. Pour lier [relier] les heures le roy et pour paindre dehors les armes de France, De Laborde, Émaux, p. 370. En toutes sausses et potages lians, en quoy l'en broie espices et pain, Ménagier, II, 4. [Le mets] ne doit point estre trop lyant, mais claret ; donques ne convient il que le pain ou les foies pour lier, ib. II, 5. Tantost qu'ils voient que l'esprevier a liée et abatue la perdris, ib. III, 2.

XVe s. Montés sur petites haquenées qui ne sont ni liées ni estrillées, Froissart, I, I, 34. Pour ce qu'il estoit voix et commune renommée que Bernard de la Tapie avoit ensorcelé et lié Guillaume Fors et sa femme, tellement que icellui Fors ne povoit avoir compaignie avec saditte femme, Du Cange, ligatio.

XVIe s. Toutes ces choses là sont liées ensemble, et s'entresuivent l'une l'autre, La Boétie, 200. Estant les racines eschauffées, à raison de la seicheresse de la terre, pour estre lasche et mal liée, La Boétie, 245. Encor Protée, après mainte desfaite, Lier se laisse ; et qui te liera, Puisque le neud de ma foy ne t'arreste ? La Boétie, 502. Grosses pieces de bois quarré liées ensemble à grosses bandes et liures de fer, Amyot, Anton. 84. Il avoit eu l'ame et les aureilles si battues, qu'il se trouva lié [l'aiguillette nouée] du trouble de son imagination, Montaigne, I, 95. Il reçut des lettres de Rome, qui luy lioient les mains, Montaigne, II, 37. La partie ainsi liée [le duel convenu], d'Aubigné se leva de grand matin, D'Aubigné, Vie, LV. La langue liée, l'œil immobile, Paré, VIII, 9. La terebenthine y est mise pour lier les autres choses qui sont seiches, Paré, XVI, 14. On lie bien le sac avant qu'il soit plein, Cotgrave Il ne faut pas lier les asnes avec les chevaux, Cotgrave

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « lier »

Du latin ligare.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wall. loiî ; Hainaut, loier ; pic. leuyer, loyer ; provenç. liguar, liar ; catal. lligar ; espagn. ligar ; portug. ligar, liar ; ital. legare ; du lat. ligare ; comparez λύγος, osier, λυγίζειν, lier ; sanscr. ling, fléchir (d'après Curtius).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « lier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lier lije

Fréquence d'apparition du mot « lier » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « lier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « lier »

  • La relation avec la vie est éthique, la relation avec la littérature est esthétique. J’essaie de lier les deux.
  • Il ne faut pas lier un navire à une seule ancre, ni une vie à un seul espoir.
    Epictète
  • Se lier de tefillin est une manière de vous attacher au service de Dieu avec votre cœur, votre esprit et votre force.
    Samuel Blumenfeld
  • La corde à lier les pensées n’est pas encore tressée.
    Proverbe scandinave
  • […] Je crois qu'il ne faut se laisser lier par rien, surtout par les serments qu'on se fait à soi-même. Ils coûtent toujours trop cher.
    Georges Adrien, dit Georges Darien — Le Voleur, Stock
  • Investissement locatif : nos conseils pour bien investir dans l’immobilier
    JepargneEnLigne.com — La néobanque Revolut évolue pour devenir un agrégateur de comptes bancaires
  • Dès ce dimanche 8 mars et jusqu’au dimanche 5 avril, la compagnie des Z’Allumés du Foyer présente sa nouvelle pièce « Les Fous à lier du Foyer », au profit de huit associations caritatives et scolaires.
    La Voix du Nord — Bousbecque: les Z’Allumés du Foyer sont tous… fous à lier!
  • D’ailleurs, il sera aussi requis de lier son compte Facebook à Oculus pour pouvoir profiter de fonctionnalités déjà existantes à l’heure actuelle : joindre une partie, ajouter des amis, visiter l’espace Oculus Home d’un autre utilisateur… jusqu’à présent, un compte Oculus suffisait.
    Réalité-Virtuelle.com — Oculus veut vous pousser à lier votre compte Facebook à votre casque VR
  • Monter un film, c'est lier les personnes les unes aux autres et aux objets par les regards.
    Robert Bresson — Notes sur le cinématographe
  • Une relation amoureuse est toujours faite de hauts et de bas. Cependant, lorsque la limite du tolérable est dépassée, la meilleure alternative est de déposer le tablier. On peut dire que c’est ce qu’a fait Léana Zaoui avec Ilan, celui qu’elle appellera désormais, son ex.
    Breakingnews.fr - Actualités en temps réel ! — Breakingnews.fr - Actualités en temps réel !
Voir toutes les citations du mot « lier » →

Traductions du mot « lier »

Langue Traduction
Anglais bind
Espagnol enlazar
Italien collegamento
Allemand binden
Chinois 捆绑
Arabe ربط
Portugais ligar
Russe привязывать
Japonais 練る
Basque bind
Corse vintu
Source : Google Translate API

Synonymes de « lier »

Source : synonymes de lier sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « lier »

Combien de points fait le mot lier au Scrabble ?

Nombre de points du mot lier au scrabble : 4 points

Lier

Retour au sommaire ➦