Fâcher : définition de fâcher


Fâcher : définition du Wiktionnaire

Verbe

fâcher \fɑ.ʃe\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : se fâcher)

  1. Mettre en colère, irriter.
    • Mais, quand j’y songe deux fois, je ne puis être longtemps fâché contre un homme qui ne peut avoir d’autre motif que son zèle pour le service de son maître. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
  2. Mettre dans le déplaisir, dans la peine.
    • Cet événement me fâche beaucoup. Votre refus l’a un peu fâché. Je vous ai fait mal; j’en suis bien fâché.
  3. (Pronominal) Se mettre en colère.
    • On n’a recours aux invectives que quand on manque de preuves. Entre deux controversistes, il y a cent à parier contre un, que celui qui aura tort se fâchera. — (Denis Diderot, Pensées philosophiques, Texte établi par J. Assézat, Garnier, 1875-77)
    • Te fâche pas, Jo, qu’il a rambiné très papelard, à toi la parole, je ne l’ouvre plus. — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, Gallimard, 1956, chapitre XIX)
  4. (Pronominal) Se brouiller avec quelqu’un.
  5. (Régionalisme) Gronder.
    • Au moins promettez-moi de ne pas le fâcher... Je lui expliquerai demain. Si vous pouvez, préparez-le... — (Suzanne Pairault, Florence fait un diagnostic, Bibliothèque verte)
    • De peur de se faire fâcher par sa mère, à quelques pas de l'école, il fit demi-tour et retourna chez lui le faisan à la main, ne sachant plus quoi en faire. — (Gérard Brutus, Victor, l'enfant d'un autre, Éd. Flanant, Limoges 1999)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Fâcher : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FÂCHER. v. tr.
Mettre en colère. Prenez garde de le fâcher. Il est bien fâché contre vous. Avoir l'air fâché. Écoutez-moi, je vous prie, sans vous fâcher. Parlons sans nous fâcher. C'est un homme qui se fâche de tout. Se fâcher avec quelqu'un, Se brouiller avec lui. Ces deux frères se sont fâchés. Il signifie aussi Mettre dans le déplaisir, dans la peine. Cet événement me fâche beaucoup. Votre refus l'a un peu fâché. Je vous ai fait mal; j'en suis bien fâché. Je suis fâché que vous ne m'ayez pas prévenu. Il est fâché de ne vous avoir pas rencontré. On l'emploie quelquefois par une sorte d'ironie, dans certaines phrases familières. Cela ne vous contente pas : j'en suis bien fâché. Vous ne voulez pas venir : j'en suis fâché, j'irai sans vous. Fam., Soit dit sans vous fâcher s'emploie lorsqu'on veut faire entendre à une personne que, si on lui dit quelque chose de peu flatteur, ce n'est cependant pas dans l'intention de la fâcher. Soit dit sans vous fâcher, vous êtes quelquefois un peu brusque. Il s'emploie quelquefois impersonnellement. Il me fâche, il lui fâche de ou que, Je suis chagrin, je suis affligé, il est chagrin, il est affligé de. Il me fâche de vous quitter. Cet emploi tend à vieillir.

Fâcher : définition du Littré (1872-1877)

FÂCHER (fâ-ché) v. a.
  • 1Exciter un déplaisir permanent, indisposer fortement. Il ne faut fâcher personne. … Si vous me fâchiez, j'ajouterais peut-être…, Corneille, Nicom. III, 3. Affable à tous avec dignité, elle savait estimer les uns sans fâcher les autres ; et, quoique le mérite fût distingué, la faiblesse ne se sentait pas dédaignée, Bossuet, Duch. d'Orl.

    Familièrement. Soit dit sans vous fâcher, sorte d'excuse dont on se sert quand on veut faire entendre à quelqu'un que, si on lui dit quelque chose de peu flatteur, ce n'est pas pour le fâcher.

  • 2Causer du déplaisir, de la peine. Votre refus l'a fâché. Les enfants n'ont l'âme occupée Que du continuel souci Qu'on ne fâche pas leur poupée, La Fontaine, Fabl. IX, 6. Il est vrai qu'il me fâcherait s'il parlait ; mais il serait à propos qu'il me fâchât, Marivaux, Fausses confid. II, 13.

    Il prend aussi pour sujet un nom de chose. Une chose me fâche, c'est que le chevalier Folard, que je cite dans cette histoire, vient de devenir fou ; il a des convulsions au tombeau de saint Pâris, Voltaire, Lett. Formont, 10 déc. 1731.

  • 3Dans le style élevé, causer de la douleur, de l'indignation. Te dirai-je un penser indigne, bas et lâche ; Je l'étouffe, il renaît, il me flatte et me fâche, Corneille, Poly. III, 5. Des dieux qu'a pu fâcher sa vertu trop sévère, Corneille, Hor. v, 3. Son retour me fâchait plus que son hyménée, Corneille, Rodog. II, 2. Nicomède, en deux mots, ce désordre me fâche, Corneille, Nicom. IV, 3. Pour moi, je l'avoûrai, sa trahison me fâche, Th. Corneille, Ariane, v, 2. Quoique j'attendisse il y a longtemps la nouvelle que vous m'avez mandée [la mort de Mme de Fontanges], elle n'a pas laissé de me surprendre et de me fâcher, Louis XIV, dans Extr. de la corresp. de la fam. de Noailles (GODEFROY, Lex. de Corneille).

    Fig. Que faites-vous pour eux [les innocents tués par Hérode], si vous les regrettez ? Vous fâchez leur repos, et vous rendez coupables Ou de n'estimer pas leurs trépas honorables, Ou de porter envie à leurs félicités, Malherbe, I, 4.

  • 4Fâcher, s'emploie impersonnellement avec à, et signifie il est pénible à. Il me fâche, et j'ai dépit que notre Démosthène ait été de ces gens-là, Guez de Balzac, 6e discours sur la cour. Il leur fâche d'avoir admiré sérieusement des ouvrages que mes satires exposent à la risée de tout le monde, Boileau, Disc. sur la satire. Il te fâche en ces lieux d'abandonner ta proie, Racine, Mithr. III, 1. Avec ce surcroît de princes vrais et faux dont son fils [à Mme d'Espinoy] était environné de si près, bien leur fâchait de ne l'être pas aussi, Saint-Simon, 59, 246. Les courtisans enlèvent du produit de nos champs le plus clair, le plus net, dont bien fâche audit seigneur roi, Courier, I, 326.

    Avec que et le subjonctif. Il leur fâchait qu'il en fût ainsi.

    On trouve aussi l'indicatif. Il leur fâchait qu'il ne déclarait pas sa toute-puissance, Bossuet, Serm. quinq. 1.

    On lit dans J. J. Rousseau cette phrase : Les Ximenès et les Voltaire peuvent critiquer la Julie [la Nouvelle Héloïse] à leur aise ; ce n'est pas à eux qu'elle est curieuse de plaire ; et tout ce qui fâche à l'éditeur de leurs critiques, c'est qu'ils les fassent de si loin, Lett. à Mme de Luxemb. 1766, t. XIX, p. 185, édit. 1824. Cette phrase est incorrecte ; c'est fâcher impersonnel qu'il faut ici.

  • 5Se fâcher, v. réfl. Prendre de l'humeur, témoigner un vif mécontentement. Par adresse il se fâche, après s'être assuré, Corneille, Pomp. IV, 1. Je ne me fâche jamais que l'on m'écrive, Bossuet, Lett. Corn. 16. Mme de Maintenon, charmée du roi, ne pouvait se fâcher de rien, Genlis, Mme de Maintenon, t. I, p. 204, dans POUGENS.
  • 6S'affliger. Ne vous fâchez point tant, ma très chère madame, Molière, Sgan. 16.

    S'irriter.

    Par extension. Votre sang est trop bon, n'en craignez rien de lâche, Rien dont la fermeté de ces grands cœurs se fâche, Corneille, Hor. II, 6. Il [Claude] régna toutefois, bien qu il se fît haïr, Jusqu'à ce que Néron se fâcha d'obéir, Corneille, Othon, III, 5. Tu charmais trop ma peine ; et le ciel qui se fâche Me vend déjà bien cher ce moment de relâche, Corneille, Hor. III, 1.

  • 7Se brouiller. Se mettre mal avec quelqu'un. Ils se sont fâchés sans motif.

    PROVERBE

    S'il se fâche, il aura deux peines, c'est-à-dire il aura la peine de se fâcher et puis de se calmer, on se rit de sa colère.

SYNONYME

FÂCHER, METTRE EN COLÈRE. Mettre en colère, c'est exciter un accès de colère qui peut ne laisser aucune trace après soi ; au contraire, ce qui fâche laisse des traces qui durent, une impression lente à s'effacer.

HISTORIQUE

XIVe s. La femme et le suppliant se facherent, Du Cange, Sangulatus.

XVIe s. Il vous dira verité de plusieurs chouses dont je crains par lectre vous ennuyer, saichant bien les affaires que vous avez, qui ne sont pour estre faschés de petites chouses, Marguerite de Navarre, Lett. CXIX. Il nous fasche qu'ils nous marchent sur les talons, Montaigne, II, 71. Son valet estant surchargé d'argent, il luy ordonna qu'il versast là ce qui luy faschoit, Montaigne, II, 124. L'estre mort ne les fasche point, mais oui bien le mourir, Montaigne, II, 385. Je me desrobbe aux occasions de me fascher, Montaigne, IV, 71. Les plus ambitieux d'entre les Spartiates commenceoient à se fascher de luy pour l'envie qu'ilz luy portoient, Amyot, Alc. 46. Je ne le cognois point, mais il me fasche de l'ouir ainsi partout appeler le juste, Amyot, Arist. 20. Je luy ay trouvé un mary, qui ne sera pas mal à propos pour elle, si d'adventure l'aage ne luy fasche, Amyot, Caton, 50.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Fâcher : définitions subjectives sur Dicopedia

Dicopedia est un dictionnaire participatif où n'importe qui peut partager sa propre définition des mots de la langue française. L'intérêt de cette initiative est de proposer des définitions subjectives et très diverses, selon l'expérience de chacun. Nous ajouterons dans cette section les définitions de « fâcher » les plus populaires.

✍️

Étymologie de « fâcher »

Étymologie de fâcher - Littré

Prov. fastigar, dégoûter, qui a donné fascher, comme masticare a donné mascher. Fastigar vient de fastic, fastig, qui représente le latin fastidium, dégoût, ennui (voy. FASTIDIEUX). Cette étymologie, donnée par Diez. paraît tout à fait véritable. Cependant il est étonnant que fâcher qui, s'il vient de fastigar, est certainement un mot ancien, ne se trouve pas dans les vieux textes ; mais, à cela, une lecture plus étendue peut remédier en le fournissant.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de fâcher - Wiktionnaire

Du latin fastidire (« dégouter, éprouver du dégoût ») devenu, en latin populaire *fasticare, voir fastic en ancien occitan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fâcher »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fâcher faʃe play_arrow

Conjugaison du verbe « fâcher »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe fâcher

Évolution historique de l’usage du mot « fâcher »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fâcher »

  • Si les deux pays semblent vivre une idylle, les dossiers qui pourraient fâcher ne tarderont toutefois pas à refaire surface: achats de nouveaux avions de combat, avenir de la libre circulation entre la Suisse et l’Union européenne (UE) ou signature d’un accord-cadre. L’ambassadeur de France en Suisse, Frédéric Journès, espère que la bonne collaboration entre les deux pays au plus fort de la vague de coronavirus permettra d’en parler «plus calmement».  SWI swissinfo.ch, Frédéric Journès: «Si la Suisse met fin à la libre circulation, ce ne sera plus la même vie» - SWI swissinfo.ch
  • Hermine de Clermont-Tonnerre, dont la famille a annoncé la mort ce vendredi, a mené sa vie en aristocrate rebelle, avec le goût de l'éclat et de la provocation, sans se soucier du qu'en-dira-t-on… Quitte à se fâcher avec une grande partie du gotha, qui voyait souvent en elle une duchesse un peu fofolle, qu'on est bien obligé de fréquenter pour les mariages mais qu'on fuit au moment des photos pour éviter la disgrâce… Le Point, Hermine de Clermont-Tonnerre, la duchesse rebelle, est morte - Le Point
  • Dans ses fictions, feu Vladimir Volkoff avait inventé la religion du dieutoutlemondisme, une sorte de gloubi-boulga destiné à ne fâcher personne, à dire des banalités et à être compatible avec toutes les croyances... , La RATP met Paris à l'heure du dieutoutlemondisme - Décryptage - Actualité - Liberté Politique
  • Écrire sur un ami, c'est se fâcher avec lui. De Jules Renard / Journal 1893 - 1898
  • En amitié, il importe de se fâcher à temps pour n'avoir point à se montrer ingrat. De Pierre Belfond / Le Métier de nègre
  • Il faut avoir une bonne conscience pour se bien fâcher. De Claire Martin / Quand j'aurai payé ton visage
  • Celui qui demande qu'on lui rase la barbe ne doit pas se fâcher si on l'égratigne. De Boleslaw Prus / La poupée
  • Celui qui ne sait pas se fâcher est un sot, mais celui qui ne veut pas se fâcher est un sage. De W. Scarborough
  • Celui qui se fâche a deux peines : celle de se fâcher et celle de se remettre. De L.F. Sauvé

Traductions du mot « fâcher »

Langue Traduction
Corse fastidiu
Basque annoy
Japonais いらいらさせる
Russe раздражать
Portugais incomodar
Arabe تزعج
Chinois 烦恼
Allemand nerven
Italien infastidire
Espagnol molestar
Anglais annoy
Source : Google Translate API

Synonymes de « fâcher »

Source : synonymes de fâcher sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « fâcher »


Mots similaires