La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « idéal »

Idéal

Variantes Singulier Pluriel
Masculin idéal idéals idéaux
Féminin idéale idéales

Définitions de « idéal »

Trésor de la Langue Française informatisé

IDÉAL1, -ALE, -ALS ou -AUX, adj.

A. − [P. oppos. à réel] Qui n'a qu'une existence intellectuelle, sans être ou sans pouvoir être perçu par les sens; en partic. qui a les caractères de l'idée. Synon. abstrait, idéel, théorique.Figure idéale; personnage, type idéal; êtres idéaux. Quel que soit l'objet idéal, nombre carré, ligne droite, figure, solide géométrique, vitesse, masse, force, si la définition qu'on en fournit est bien faite, il est entièrement et exactement exprimé par elle (Taine, Intellig., t. 2, 1870, p. 409).[Dans la démarche kantienne, les objets fournis par la raison] ne sont pas des objets, mais des schèmes idéaux sous lesquels se représente une unité systématique des objets donnés, achèvement de leur unité empirique (V. Delbos, La Philos. pratique de Kant, Paris, F. Alcan, 1926 [1905], p. 204) :
1. Tout ce qui est apparence pour les yeux, tout ce qui est idéal, non substantiel, n'existe pas pour le peuple. Il n'admet que le réel. Quand il a dit : « Cela n'existe pas », tout est fini. Renan, Drames philos., Caliban, 1878, IV, 4, p. 421.
Littér. Qui n'existe que dans l'imagination. Synon. chimérique, irréel.Il chiffonnait de la main un jabot idéal (Murger, Scènes vie boh.,1851, p. 177).
Spécialement
LITT. (symbolisme). Qui renvoie, qui correspond à l'Idée (v. ce mot II A 1) :
2. Ils [les Symbolistes] peuplaient leurs parcs enchantés et leurs sylves évanescentes d'une faune toute idéale. Chaque chose était allusion; rien ne se bornait à être; tout pensait, dans ces royaumes ornés de miroirs; ou, du moins, tout semblait penser... Valéry, Variété [I], 1924, p. 107.
SOCIOL. Type idéal. Type ou concept ayant une valeur purement opératoire, permettant en particulier de formuler des hypothèses, d'établir des comparaisons entre les différents faits de la réalité historico-sociale. Citons, à titre d'exemple, le type idéal que Weber construit du capitalisme, du charisme, de la bureaucratie, de l'artisanat (Sociol.1970) :
3. Max Weber a appliqué sa méthode de compréhension interprétative des sens internes conduisant aux types idéaux, en particulier à la sociologie des religions, à la sociologie juridique, à la sociologie politique et à la sociologie économique. Traité sociol.,1967, p. 56.
B. − [Non exclusif de A] Cour. Qui a toutes les qualités propres à son type, à son modèle et correspond à l'idée que l'on se fait de la perfection; qui présente le caractère élevé de la perfection. Monde idéal; femme, pureté, société idéale. Elle était d'une beauté splendide, grave, pâle, idéale, et que je ne lui connaissais pas (Barb. d'Aurev., Memor. 1,1838, p. 209).Tout homme qui se compare à un homme idéal, par exemple savant, tempérant, courageux, juste, se trouve aussitôt bien petit (Alain, Propos,1913, p. 154).Saint-Just rêve de la cité idéale où les mœurs, enfin conformes aux lois, feront éclater l'innocence de l'homme et l'identité de sa nature avec la raison (Camus, Homme rév.,1951, p. 159) :
4. Quand nous pensons, nous détachons de la réalité perçue comme un reflet embelli d'elle-même, nous projetons en avant de nous la vision d'un avenir où le présent se déploierait meilleur, nous créons un type supérieur au fait; et, à l'aide de cette forme idéale, nous mesurons le fait lui-même, nous l'apprécions. La notion du mieux est nécessaire à toute qualification. A. Ricardou, De l'Idéal, Paris, F. Alcan, 1890, p. 45.
Souvent fam. [En parlant d'une pers. ou d'une chose] Qui a ou semble avoir toutes les qualités que l'on peut souhaiter. Synon. parfait, rêvé.Couple, gendre idéal; maison idéale; vacances idéales. Un mari charmant, parfait, idéal, dont vous raffolerez, j'en suis sûr (Gautier, Fracasse,1863, p. 480).Je recommence à chasser cet animal aussi rare qu'il est farouche : l'appartement idéal (Green, Journal,1937, p. 112) :
5. Le vêtement (...) a subi en 1936 un profond changement pour s'adapter au nouveau style de vie. Le pantalon de golf et les chaussettes de laine, qui évoquaient jusque-là, dans les caricatures, le personnage de l'Anglais globe-trotter, se révélèrent comme la tenue idéale pour pédaler à l'aise... Cacérès, Hist. éduc. pop.,1964, p. 100.
Spécialement
BEAUX-ARTS. [P. oppos. à beauté naturelle] Beau idéal. La perfection dans l'art par opposition à la pure imitation de la réalité (v. idéalisme B 2). Ceux dont l'âme est ouverte au beau idéal, au sentiment ineffable que cause la perfection dans l'art (Balzac, Cous. Pons,1847, p. 154).Le réalisme, malgré les sursauts spectaculaires du caravagisme, avait été peu à peu résorbé, remis à sa place sous la férule de la beauté idéale (Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 153) :
6. ... pourquoi une Vénus de Praxitèle toute nue, charme-t-elle plus notre esprit que nos regards? C'est qu'il y a un beau idéal, qui touche plus à l'âme qu'à la matière. Chateaubr., Génie, t. 1, 1803, p. 324.
MATH. Nombres idéaux. Classe de nombres possédant les propriétés de divisibilité des nombres entiers. Les nombres idéaux, comprenant les entiers algébriques mais pour lesquels la notion du pgcd[plus grand commun diviseur] reprend sa signification classique (Gds cour. pensée math.,1948, p. 84) :
7. ... les travaux de Kummer avaient ouvert tout un nouveau domaine de recherches, celui des corps de nombres algébriques. Sa théorie des nombres idéaux fut en particulier transformée par Dedeking, en 1871, en celle des idéaux qui se révéla des plus fécondes. Hist. gén. sc.,t. 3, vol. 1, 1961, p. 75.
PSYCHANAL. Moi idéal. ,,Formation intrapsychique que certains auteurs, la différenciant de l'idéal du moi, définissent comme un idéal de toute-puissance narcissique forgé sur le modèle du narcissisme infantile`` (Lapl.-Pont. 1967, s.v. moi). Le Moi Idéal conçu comme un idéal narcissique de toute-puissance ne se réduit pas à « l'union du Moi et du Ça », mais comporte une identification primaire avec un autre être, investi de la toute-puissance, c'est-à-dire à la mère (D. Lagache, La Psychanalyse et la structure de la personnalité ds La Psychanalyse, 1961, no6, p. 43) :
8. Pour ma part, je n'ai pas jugé nécessaire de distinguer entre Idéal du Moi et Moi idéal, dans la mesure où toute étude de l'Idéal du Moi implique celle des différents modes des reconquêtes du narcissisme perdu. J. Chasseguet-Smirgel, L'Idéal du Moi, Paris, Tchou, 1975, p. 267.
Prononc. et Orth. : [ideal], masc. plur. [-o]. Ac. 1694-1740 : ideal, ensuite -é-. Ac. 1762, 1798 ,,Il n'a point de plur. au masc.`` Ac. 1935 tolère un plur. idéals. Étymol. et Hist. a) 1551 formalité Ideale « qui participe à la nature des idées, et n'existe ou ne peut exister que dans l'intelligence ou dans l'imagination » (Du Parc Champenois, Trad. : L. Hébreu, Philosophie d'amour, 431-2 ds Quem. DDL t. 7); b) 1758 « qui réunit toutes les perfections que l'esprit peut concevoir, indépendamment de la réalité » (Buffon, Hist. nat., t. 7, p. 26). Empr. au lat. médiév.idealis « relatif à l'idée », dér. du lat. idea (v. idée); pour l'hist. de ce mot v. FEW t. 4, pp. 536-537. Bbg. Dub. Pol. 1962, p. 318. - Duch. Beauté 1960, p. 137.

IDÉAL2, -ALS ou -AUX, subst. masc.

A. − [Avec une valeur relative : un idéal particulier]
1. Ce que l'on conçoit comme conforme à la perfection et que l'on donne comme but ou comme norme à sa pensée ou son action dans quelque domaine que ce soit. Oui, mon cher Marsal, je me marie, et j'ai trouvé l'idéal. Vous m'entendez, l'idéal (Bourget, Sens mort,1915, p. 21).Le Cervin qui fut, dans une heure brève, le but de désirs ardents, et dont les échos retentissent de cris de douleur et de cris de victoire, le Cervin passera comme ont passé d'autres idéals (Peyré, Matterhorn,1939, pp. 18-19).Je ne connais pas d'idéal politique (...) qui vaille la mort d'un homme (Abellio, Pacifiques,1946, p. 389) :
1. Il me fallait trouver, non pas en dehors, mais au-dessus des conceptions passagères de l'humanité, au-dessus de moi-même, un idéal de force, de vérité, un type de perfection immuable à embrasser, à contempler, à consulter et à implorer sans cesse. Sand, Hist. vie, t. 4, 1855, p. 54.
SYNT. Avoir, (s'efforcer d') atteindre, poursuivre, servir, (faire) triompher un idéal; se dévouer, être fidèle, (se) sacrifier à un idéal; combattre, mourir pour un idéal; trahir son idéal; idéal bourgeois, démocratique, économique, moral, olympique, religieux, républicain, révolutionnaire, romantique, social, socialiste; idéal grec, médiéval; idéal impossible, irréalisable; grand, haut idéal; idéal de l'anarchiste, de l'artiste, de la chevalerie, du poète; idéal d'une société, d'une vie; idéal d'ascétisme, de beauté, de bonheur, de fraternité, d'humanité, de justice, de liberté, de vertu.
En partic. Ce, celui, celle qui représente ou incarne cette perfection. Synon. modèle (du genre).L'idéal de la beauté; un idéal de vertu. L'idéal du calme est dans un chat assis (Renard, Journal,1889, p. 21).Les prières de saint Thomas d'Aquin, c'est pour moi l'idéal même de la prière (Du Bos, Journal,1927, p. 381) :
2. Sa physionomie, noble et vide, annonçait des idées convenables et rares : l'idéal de l'homme aimable, l'horreur de l'imprévu et de la plaisanterie, beaucoup de gravité. Stendhal, Rouge et Noir,1830, p. 266.
Spécialement
BEAUX-ARTS. Modèle parfait conçu par l'artiste :
3. Cette double et inconciliable définition du mot « idéal » qui pour Ingres désigne un principe parfait, unique et commun à tous, et pour Delacroix la manifestation la plus privée des émotions de l'individu, repose sur le conflit entre les recherches plastiques, d'une part, et les recherches expressives d'autre part, que trop d'esthétiques, au gré des tempéraments, prônent contradictoirement. Huyghe, Dialog. avec visible,1955, p. 267.
MATH. Idéal à gauche (ou à droite) de l'anneau A. Tout sous-groupe additif J de A tel que, pour tout élément x de A et pour tout élément y de J l'élément xy (ou yx) appartient à J (d'apr. Chamb. 1972). V. idéal1ex. 7.On dit qu'une partie I d'un anneau commutatif A constitue un idéal de A si : 1) I est un sous-groupe du groupe additif constitué par A; 2) les relations x ∈ I et y ∈ I entraînent xy ∈ I (J. Lelong-Ferrand, Ensembles algèbre et analyse, Paris, A. Colin,1964, p. 212).
PHILOS. [Chez Kant] Être individuel dont les caractères sont déterminés par l'idée, modèle suprême dont la perfection ne peut être égalée :
4. Un idéal est un individu, non plus une généralité comme une idée ou une loi. Le sage, l'homme vertueux est un idéal, tandis que la sagesse, la vertu sont des idées. L'idéal qui contient en lui toutes les perfections et les ramène à l'unité, c'est l'idée de Dieu. E. Boutroux, La Philos. de Kant, Paris, Vrin, 1926, p. 232.
PSYCHANAL. Substitut de la perfection narcissique marquant le début de l'autonomie de l'enfant, résultat d'identification aux parents, à leurs substituts ou à des idéaux collectifs. [J. Sandler, A. Holder et D. Meers] soulignent que, dans l'évolution du concept, Freud est passé d'un Idéal du Moi que le sujet constitue pour lui-même (afin de reconquérir sa perfection perdue) à celle d'un Idéal se référant aux modèles parentaux (J. Chasseguet-Smirgel, L'Idéal du Moi, Paris, Tchou, 1975, p. 265) :
5. Les divers âges de la vie produisent en fait plusieurs « idéals du moi »; le refoulement doit choisir entre leurs sollicitations divergentes : n'y aurait-il pas là l'image d'un sujet qui se cherche? Mounier, Traité caract.,1946, p. 581.
2. [Avec indication du domaine envisagé] Ce qui représente la perfection pour quelqu'un dans ce domaine. L'idéal pour Javert, ce n'était pas d'être humain, d'être grand, d'être sublime; c'était d'être irréprochable (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 582).Mon idéal personnel c'est de faire de la France un paradis terrestre où l'homme n'ait plus rien d'autre à faire que de bien manger, bien boire et s'amuser (Aymé, Travelingue,1941, p. 261) :
6. Maintenant, mon idéal serait un vieux château patriarcal, rempli d'enfants qui chantent, de filles et de garçons qui folâtrent, où tout le monde mangerait, boirait, danserait, vivrait de moi. Renan, Drames philos., Eau Jouvence, 1881, III, 2, p. 482.
Loc. (Ne pas) être l'idéal (souvent fam.). (Ne pas) être ce qu'il y a de mieux, la meilleure solution. L'idéal pour toi est évidemment la bourse de licence à Paris. Là tu pourras bûcher à l'aise les math. (Alain-Fournier, Corresp. [avec Rivière], 1905, p. 44).Jonas regardait la chambre conjugale. Bien sûr, ce n'était pas l'idéal, le lit était très large. Mais la pièce était vide toute la journée (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1643) :
7. [La] liberté de l'avortement entre les mains des médecins et des commissions que nous préconisons est loin d'être l'idéal. Il vaut mieux, toujours, prévenir que guérir. Il serait donc préférable d'éviter les grossesses « insupportables » et, pour cela, éduquer les femmes et leur donner les possibilités de n'être mères qu'à bon escient. Biot, Pol. santé publ.,1933, p. 46.
L'idéal est, serait de + inf., que + subj.Le mieux est, serait de, que. L'idéal, vois-tu, ce serait de ne prêcher l'Évangile qu'aux enfants (Bernanos, Journal curé camp.,1936, p. 1073).L'idéal, dans un ménage, c'est que la femme comprenne la division du travail (Abellio, Pacifiques,1946, p. 335) :
8. ... la critique externe est toute préparatoire; elle est un moyen, non un but; l'idéal serait qu'elle eût été suffisamment pratiquée pour qu'il fût désormais possible de s'en dispenser; ce n'est qu'une nécessité provisoire. Langlois, Seignobos, Introd. ét. hist.,1898, p. 92.
B. − [Avec une valeur absolue : l'idéal]
1. Ce qui satisferait toutes les exigences du cœur et de l'intelligence, par opposition à la réalité limitée et décevante. L'idéal purifie en nous l'amour charnel, Et le terrestre amour nous fait voir l'éternel (Brizeux, Marie,1840, p. 35).Chimère pour chimère, je crois qu'il vaut mieux que l'idéal soit terrestre, parce que cela donne aux hommes un principe inépuisable d'activité (Barrès, Cahiers, t. 6, 1908, p. 69) :
9. Comment te consolerai-je du tourment qui accable ton âme? Quel remède à ces cris de découragement? Non, mon ami, l'idéal n'est pas incompatible avec la nature humaine. Non, ce n'est pas seulement une chimère enfantée à travers quelque rêve de poète! L'idéal pour moi, (c'est difficile à expliquer) mais, pour moi, c'est mêler du grand aux plus humbles choses terrestres... Martin du G., Thib., Cah. gr., 1922, p. 621.
2. Ensemble des valeurs intellectuelles, morales, esthétiques par opposition aux intérêts matériels particuliers. Aspirer à l'idéal; s'élever, tendre vers l'idéal; goût, recherche de l'idéal. La classe sérieuse et lettrée, qui pratique le devoir, le travail, la pensée et conserve le culte de l'idéal (Amiel, Journal,1866, p. 541) :
10. La politique de Carthage. C'est le « enrichissez-vous » (...). On voit son plan : une société sans idéal, purement matérialiste; il n'aspire qu'à dire au peuple : tu auras du cinéma, des bons dîners, des filles... Barrès, Cahiers, t. 11, 1917, p. 307.
Prononc. et Orth. : [ideal], plur. [-o]. Att. ds Ac. dep. 1835. Le plur. idéals est, d'après Ac. 1935, littér.; v. Peyré, loc. cit. et ex. 5. L'usage sc. a toujours idéaux, v. Bourbaki, Hist. math., 1960, p. 123. ,,En fait l'usage n'a pas tranché et l'on évite le pluriel`` (Lar. Lang. fr.). À rapprocher de l'observation ds Ac. 1762, 1798 sous idéal1. Étymol. et Hist. 1. 1746 « ensemble des représentations abstraites les plus adéquates se rapportant à un être ou à un objet particulier » (Batteux, Les Beaux-Arts, p. 109); 2. a) 1765 « modèle intérieur guidant un artiste dans l'exécution de son œuvre » (Diderot, Salon, éd. J. Seznec et J. Adhémar, t. 2, p. 149); b) 1799 « assemblage abstrait de perfections spirituelles et esthétiques dont l'âme se forme la notion sans pouvoir y atteindre complètement » (Senancour, Rêveries, p. 12); 3. 1831 « l'ensemble des valeurs esthétiques, morales ou intellectuelles, par opposition aux intérêts matériels » (Hugo, Feuilles automne, p. 768); 4. 1836 « ce qui réalise la perfection dans le domaine envisagé et donne pleine satisfaction » (Stendhal, H. Brulard, t. 2, p. 335). Empr. à l'all. philos.Ideal, lui-même empr. au lat. médiév. idealis (v. idéal1). Ce mot, véhiculé par les ouvrages de Kant [1724-1804] (cf. 1781, Critique de la Raison pure, livre II, ch. III, § 2 : Von dem transcendentalem Ideal, prototypon transcendentale cité par Lal., p. 435) et de Lessing [1729-1781], semble avoir été employé pour la première fois par Francesco De Lana [1631-1687] (1670, Prodromo, chap. 2 cité ds Historisches Wörterbuch der Philosophie, éd. J. Ritter et K. Gründer, IV, col. 25); pour l'hist. de ce mot v. FEW t. 4, pp. 536-537. Fréq. abs. littér. : 4 261. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 3 443, b) 8 327; xxes. : a) 8 220, b) 5 777.

Wiktionnaire

Nom commun - français

idéal \i.de.al\ masculin

  1. Ce qui donnerait à l’intelligence, à la sensibilité humaine une satisfaction parfaite.
    • Il faut viser à l’idéal, tendre à l’idéal.
    • Rêver un idéal impossible.
    • Rencontrer son idéal.
  2. Ensemble des intérêts moraux, intellectuels, esthétiques, qui s’opposent à ceux de la vie matérielle et qui les dépassent.
    • Ces docteurs confondent, par un grossier sophisme, un idéal qui, en tant que non changeant, peut par pure métaphore être qualifié de mort, avec les hommes, les êtres charnels qui embrassent cet idéal, lesquels, en cet embrassement, peuvent être si peu morts qu’ils se battront avec acharnement pour le défendre.— (Julien Benda, La trahison des clercs : Appendice des valeurs cléricales, 1927, édition 1946)
    • De tous les idéals tu composais ton âme. — (Victor Hugo, Les contemplations, livre VI: Au bord de l’infini, VIII: Claire ; Éditions Rencontre, Lausanne, 1962, pages 443)
  3. Modèle.
    • Le Christianisme romain tend alors à n’être qu'un formalisme rituel, pour lequel l’idéal du fidèle devient le bon paroissien qui pratique et qui croit sans discussion. — (Louis Rougier, Histoire d’une faillite philosophique: la Scolastique, 1925, édition 1966)
    • Cet homme est l’idéal du fonctionnaire.
  4. (Mathématiques) Certains sous-ensembles des anneaux.
  5. (En particulier) Se dit de certains ensembles de nombres dont la considération permet d’étendre sans réserve aux nombres algébriques les théories élémentaires fondamentales de la divisibilité et des nombres premiers.
  6. (Vieilli) (Viticulture) Autre nom du cépage italia qui fournit du raisin de table blanc.

Adjectif - français

idéal \i.de.al\ masculin

  1. (Philosophie) Qui n’existe ou ne peut exister que dans l’entendement, dans l’imagination par opposition à réel.
    • Les choses que désignent les mots abstraits n’ont qu’une existence idéale. — Le héros de ce poème est un personnage idéal.
  2. Qui réunit toutes les perfections, ou qui est plus beau que les modèles offerts par la nature.
    • Beauté, perfection idéale.
    • Formes idéales.
    • Type idéal.
    • On dit souvent que la perfection n’est pas de ce monde ; c’est qu’on en imagine un autre, idéal, auquel on compare celui-ci. — (André Comte-Sponville, Dictionnaire philosophique, Presses universitaires de France, 2001)
    • Être top model consiste à exhiber une physionomie hors normes censée incarner les mensurations idéales de la femme d’aujourd'hui. — (Isabelle Alonso, Et encore, je m’retiens ! Propos insolents sur nos amis les hommes, Paris : Robert Laffont, 1995)
  3. Paradigmatique, modèle.
    • […]: les amis de Jaurès, les cléricaux et les démocrates placent leur idéal de l’avenir dans le Moyen Âge : ils voudraient que la concurrence fût tempérée, que la richesse fût limitée, que la pro­duction fût subordonnée aux besoins. — (Georges Sorel, Réflexions sur la violence, chapitre II, Les préjugés contre la violence, 1908)
    • Citons, à titre d'exemple, le type idéal que Weber construit du capitalisme, du charisme, de la bureaucratie, de l'artisanat.
  4. Opportun ; qui correspond exactement aux besoins.
    • La rade de Casablanca — nous l’avons vu déjà — n’est pas idéale; tant s’en faut. Les vapeurs y mouillent à un mille ou un mille et demi, les voiliers, à plus de deux milles de terre. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, page 21)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

IDÉAL, ALE. adj.
Qui n'existe ou ne peut exister que dans l'entendement, dans l'imagination. Il s'oppose à Réel. Les choses que désignent les mots abstraits n'ont qu'une existence idéale. Le héros de ce poème est un personnage idéal. Il signifie aussi Qui réunit toutes les perfections, ou qui est plus beau que les modèles offerts par la nature. Beauté, perfection idéale. Formes idéales. Type idéal. On l'emploie quelquefois comme nom masculin dans cette dernière acception et il se dit de Ce qui donnerait à l'intelligence, à la sensibilité humaine une satisfaction parfaite. Nous concevons Dieu comme l'idéal de la bonté, de la puissance. Il faut viser à l'idéal, tendre à l'idéal. Rêver un idéal impossible. Rencontrer son idéal.

IDÉAL s'applique aussi à Tous les intérêts moraux, intellectuels, esthétiques, qui s'opposent à ceux de la vie matérielle et qui les dépassent. Sacrifier ses droits à son idéal. Dans un sens plus restreint, il est quelquefois simplement synonyme de Modèle. Cet homme est l'idéal du fonctionnaire.

IDÉAL fait au pluriel Idéaux ou Idéals. Idéaux est employé plutôt dans la langue technique de la Philosophie et des Mathématiques, Idéals dans le langage de la Littérature, des Beaux-Arts et de la Morale.

IDÉAUX, en termes d'Arithmétique supérieure, se dit de Certains ensembles de nombres dont la considération permet d'étendre sans réserve aux nombres algébriques les théories élémentaires fondamentales de la divisibilité et des nombres premiers.

Littré (1872-1877)

IDÉAL (i-dé-al, a-l') adj.
  • 1Qui n'a d'existence que dans l'idée, dans l'esprit. Des êtres idéaux. Plus une philosophie est subtile et idéale, plus elle est vaine et inutile pour expliquer des choses qui ne demandent qu'un sens droit pour être connues, La Bruyère, XVI. Ne voyant rien d'existant qui fût digne de mon délire, je le nourris dans un monde idéal que mon imagination eut bientôt peuplé d'êtres selon mon cœur, Rousseau, Confess. IX. L'hypothèse de Ptolémée cesse alors d'être purement idéale et propre uniquement à représenter à l'imagination les mouvements célestes, Laplace, Expos. I, 11. Le langage idéal de la musique, Staël, Corinne, XV, 4.

    Chimérique. Richesses idéales.

  • 2 Par extension, qui réunit toutes les perfections que l'esprit peut concevoir, indépendamment de la réalité. Cet état idéal d'innocence, de haute tempérance, d'abstinence entière de la chair, de tranquillité parfaite, de paix profonde a-t-il jamais existé ? Buffon, Quadrup. t. II, p. 166. Malheur à qui du fond de l'exil de la vie Entendit ces concerts d'un monde qu'il envie ! Du nectar idéal sitôt qu'elle a goûté, La nature répugne à la réalité, Lamartine, Méd. I, 2. Là je m'enivrerais en la source où j'aspire ; Là je retrouverais et l'espoir et l'amour, Et ce bien idéal que toute âme désire, Et qui n'a pas de nom au terrestre séjour, Lamartine, ib. I, 1. Ce qu'il sait, ce qu'il voit des choses de la vie, Tout le porte, l'entraîne à son but idéal, Musset, La coupe et les lèvres, IV, 1.
  • 3 S. m. Assemblage abstrait de perfections dont l'âme se forme l'idée, mais sans pouvoir y atteindre complétement. Des traits qui portent l'empreinte des passions, mais ne retracent point l'idéal de la beauté, Staël, Corinne, XVIII, 3. Il règne ici [dernière scène d'Alzire] un idéal de vérité au-dessus de tout idéal poétique, Chateaubriand, Génie, II, II, 7.

    Le modèle intérieur du poëte, de l'artiste. Le sujet de ce tableau n'est pas clair ; l'idéal n'en est pas assez caractéristique, Diderot, Salon de 1765, Œuv. t. XIII, p. 198, dans POUGENS. Scène froide et mauvaise, où la misère de l'idéal n'est point rachetée par le faire, Diderot, Salon de 1767, t. XIV, p. 364. Il y a entre le mérite du faire et le mérite de l'idéal la différence de ce qui attache les yeux et de ce qui attache l'âme, Diderot, ib. p. 421. Quel que soit le faire, point de vraie beauté sans l'idéal, Diderot, ib. p. 421. Le beau, celui même qu'on appelle idéal, en sculpture, comme en peinture, doit être un résumé du beau réel de la nature, Falconet, Réflex. sur la sculpture, t. III, p. 5.

    Au plur. Faut-il dire des idéals, comme on dit des chorals, ou des idéaux ? L'usage n'a pas prononcé. L'adjectif fait idéaux au pluriel. Le substantif peut le suivre ; cependant il semble que les idéals conserve mieux le sens du mot et a une forme moins lourde ; en traduisant la pièce de Schiller intitulée die Ideale, ne vaudrait-il pas mieux dire les Idéals que les Idéaux ?

SYNONYME

IDÉAL, CHIMÈRE, UTOPIE. Gardons-nous de confondre l'idéal et la chimère ; la chimère est une fantaisie, une imagination sans raison, une conception contre nature ; les anciens en donnaient bien l'idée quand ils formaient leurs chimères de parties qui ne peuvent aller ensemble, le corps d'une chèvre, la tête d'un lion et la queue d'un dragon ; l'idéal n'est point cela : il n'est rien de monstrueux ; c'est proprement une chose existante prise dans sa perfection ; sans doute cette perfection n'est pas actuellement réalisée, mais la réalité y tend, c'est sa destinée, sa règle, l'ordre le meilleur où elle puisse être, et où elle s'efforce de se placer, c'est, dans la vie privée, la sainteté, dans la vie publique, la justice et la fraternité la plus complète, c'est-à-dire la perfection ; et il est également sûr que l'homme y tend et qu'il n'y arrivera jamais. On reconnaît ici quelle ligne délicate sépare l'idéal et l'utopie : il s'agit de décider à quel point de perfection il est permis d'atteindre, et de ne pas passer au delà ; or il n'est pas aisé de marquer ce point, car l'homme et la société ont causé et réservent encore plus d'une surprise à ceux qui prétendent les borner, E. Bersot, J. Débats du 22 oct. 1864.

HISTORIQUE

XVIe s. Leur forme idéale [des beaux pensers], Desportes, Cléonice, XX.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

IDÉAL.
3Ajoutez : Sur la question, discutée au Dictionnaire, de savoir s'il faut dire, au pluriel, idéaux ou idéals, voici des exemples contradictoires. On ne les aperçoit pas [le Christ et la Vierge] à la façon des personnages idéaux, reculés dans une antiquité lointaine, ou confinés dans un ciel supérieur : on les sent corporels, H. Taine, Journ. des Débats, 18 nov. 1866. Cette tendance réaliste…, qui consiste à déshabiller familièrement les idéals les mieux gardés par le charme ou le respect, Aubryet, Monit. univ. 30 sept. 1867, p. 1257, 4e col. En prenant en considération les exemples du Dictionnaire et ceux du Supplément, on peut penser qu'il est préférable de dire, comme M. Taine, idéaux au pluriel de l'adjectif ; mais que, au pluriel du substantif, les idéals est admissible comme présentant plus rapidement à l'esprit le sens de ce mot, qui, en cet emploi, n'est pas ancien.

REMARQUE

On voit à l'historique que Desportes a employé le mot idéal. Malherbe l'en blâme, comme d'un mot d'école (Lexique, éd. L. Lalanne). Ce blâme est malheureux ; car idéal est excellent et il a eu une grande fortune.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « idéal »

Lat. idealis, de idea, idée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(XVIIIe siècle)  (information à préciser ou à vérifier) Du latin idealis (« idéal »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « idéal »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
idéal ideal

Fréquence d'apparition du mot « idéal » dans le journal Le Monde

Source : Gallicagram. Créé par Benjamin Azoulay et Benoît de Courson, Gallicagram représente graphiquement l’évolution au cours du temps de la fréquence d’apparition d’un ou plusieurs syntagmes dans les corpus numérisés de Gallica et de beaucoup d’autres bibliothèques.

Évolution historique de l’usage du mot « idéal »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « idéal »

  • Le mari idéal, c'est celui qui rentre tôt, fait les courses, la vaisselle et s'occupe des enfants. On en conclut que le mari idéal, c'est la femme !
  • L'idéal des architectes est parfois singulier ; l'architecte de la rue de Rivoli a eu pour idéal la trajectoire d'un boulet de canon.
    Victor Hugo — Quatre-vingt-treize
  • L'idéalisme tend vers le bureaucrate, le bureaucrate vers l'idéalisme.
    Emmanuel Berl — Mort de la morale bourgeoise, Gallimard
  • Toute question a son idéal. Pour moi, l'idéal de cette question de l'enseignement, le voici : L'instruction gratuite et obligatoire. Obligatoire au premier degré seulement, gratuite à tous les degrés.
    Victor Hugo — Assemblée législative contre la loi Falloux, 15 janvier 1850
  • Idéal : modèle qu’on se compose, en vue de l’admirer et de l’imiter. L’idéal est toujours nettoyé d’un peu de réalité qui ferait tache.
    Alain — Définitions
  • On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années, on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal. Les années rident la peau ; renoncer à son idéal ride l’âme.
    Douglas MacArthur — Normal Instructor & Primary Plans
  • Nous avons demandé à quelques passionnés de voyages en voiture, chez Skyscanner et ailleurs, de nous faire part de leurs meilleurs conseils pour planifier, préparer et faire le voyage idéal. Voici ce qu’ils nous ont répondu.
    Skyscanner France — 75+ conseils pour planifier le road-trip idéal | Skyscanner
  • En amour, il n’y a pas lieu de trouver le partenaire idéal, mais bien de devenir le partenaire idéal.
    Anonyme
  • Dans un monde idéal, on devrait tout juger comme on juge devant la cour d’assises, c’est-à-dire en prenant le temps, et en faisant en sorte que rien ne soit préjugé ; qu’aucun élément ne soit acquis aux débats avant même qu’ils n’aient débuté.
    « Dans un monde idéal, on devrait tout juger comme on juge devant la cour d’assises » | Interview | Dalloz Actualité
  • Alors que dans la forme démo­cra­tique l’émotion com­mune est en quelque sorte pro­je­tée dans un objec­tif loin­tain (un pro-jet), un ave­nir à construire, une socié­té par­faite pour demain, dans la forme émer­gente de l’idéal com­mu­nau­taire(2), la com­mu­nion est immé­diate et pré­sente. Les émo­tions com­munes, l’éprouver ensemble, l’esthétique (« ais­the­sis » en grec, c’est éprou­ver ensemble des émo­tions, des pas­sions …) se vivent ici et main­te­nant. Non plus l’attente d’une « éter­ni­té » dans une socié­té par­faite à venir, mais le désir de vivre dans ce que j’ai appe­lé « l’instant éter­nel ».
    Michel Maffesoli : « Saturation de l'idéal démocratique » | Nice Provence Info
Voir toutes les citations du mot « idéal » →

Traductions du mot « idéal »

Langue Traduction
Anglais ideal
Espagnol ideal
Italien ideale
Allemand ideal
Chinois 理想
Arabe المثالي
Portugais ideal
Russe идеальный
Japonais 理想的な
Basque ideal
Corse ideale
Source : Google Translate API

Synonymes de « idéal »

Source : synonymes de idéal sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « idéal »

Combien de points fait le mot idéal au Scrabble ?

Nombre de points du mot idéal au scrabble : 5 points

Idéal

Retour au sommaire ➦