Charnel : définition de charnel


Charnel : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

CHARNEL, ELLE, adj.

Qui est de chair, qui appartient à la chair.
I.− Rare. Relatif à la chair dans son aspect essentiellement physique.
A.− [En parlant de l'Homme ou de l'animal] Qui est principalement composé de chair, substance somatique relativement molle; qui présente extérieurement une forte abondance de chair. (Quasi-)synon. charnuv(cf. charnu A).Refluer en une sorte d'onde fougueuse et musclée la croupe de Legrandin que je ne supposais pas si charnue (...) cette ondulation de pure matière, ce flot tout charnel (Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 125).Ces femmes au visage un peu trop arrondi et charnel, aux lèvres fleuries (Romains, Les Hommes de bonne volonté,La Douceur de la vie, 1939, p. 189).
Spéc., domaine des arts plast. :
1. Ce sang qui court, cette palpitation charnelle, cette irrégularité sourde qui mine la forme et libère la flexibilité de la chair, (...) cet éclat radieux de la couleur, cette intensité, cette chaleur, sont la présence même du grand Anversois [Rubens]. Qu'un de nos contemporains, Bernard Buffet, soit tenté de se mesurer avec Courbet, avec ses charnelles, puissantes et voluptueuses Dormeuses et la densité sensuelle et grasse se dessèche. L'opulent intérieur second Empire se mue en garni sordide; (...) la rondeur devient angulosité. L'énorme gourmandise de la chair et de la matière s'est transformée en âcre amertume des misères humaines. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 262.
P. anal. Qui évoque l'aspect extérieur de la chair humaine par son volume, sa couleur, etc. Surfaces dégagées (...) comme des courbes charnelles, des peaux nues au milieu des fourrures forestières (J. de La Varende, Nez-de-Cuir,Gentilhomme d'amour, 1936, p. 84).Lumière [des bougies], douce, chaude, intime, discrète, aussi charnelle que l'émanation et l'odeur familière d'une peau humaine qui respire (Cendrars, Le Lotissement du ciel,1949, p. 279).
En partic. Couleur charnelle. Couleur de chair. Rose charnel. Briques (...) dont les nuances évoluaient souplement, d'un rose tendre et charnel à des rouges vifs de coquelicots (Genevoix, Raboliot,1925, p. 56).Abside ronde, d'une chaude couleur charnelle à veines mauves (T'Serstevens, L'Itinéraire espagnol,1963, p. 318).
Rem. L'expr. couleur de chair ou chair a un caractère plus concret et plus technique, (comme l'indique sa forme de subst. inv.). Mais les expr. du même genre construites avec charnel/le sont toutes plus ou moins affectées de valorisation morale. D'où la difficulté de discerner, au niveau des textes, si le mot est employé sur un plan strictement physique ou sur un plan moral (cf. Péguy, Ève, 1913, p. 753 : Et la rose et l'œillet et tant de fleurs charnelles, / (...) jusqu'aux fleurs de hautesse). En fait, dans toutes ses accept. I, charnel/le présente la même ambiguïté − ce qui explique qu'il tend à limiter son emploi aux seules accept. II.
B.− [En parlant d'alim.] Composé de chair, d'aliments consistants, substantiel. Synon. plus usuel carné.[Prendre] une nourriture charnelle (Mérimée, Théâtre de Clara Gazul,1825, p. 292).
P. métaph. La chair mystérieuse et vague de la femme / (...) nudités roses / Qui furent ton festin charnel! (M. Rollinat, Les Névroses,1883, p. 92).
II.− [En parlant gén. de l'Homme, d'un trait humain] Relatif à la chair dans ses interférences avec l'ordre spirituel et/ou moral.
A.− Relatif à la chair en tant que manifestation de l'être en général.
1. Qui a trait à la chair en tant que support de la vie humaine.
a) [Dans sa nature propre, opposée à celle de l'âme, de l'esprit, du cœur] Enveloppe charnelle :
2. Qui peut dire que les passions s'éteignent et meurent juste avec la dernière pulsation du cœur qu'elles ont agité? L'âme ne pourrait-elle pas rester quelquefois volontairement captive dans le corps vêtu déjà pour le cercueil, et, du fond de sa prison charnelle, épier un moment les regrets et les larmes? Murger, Scènes de la vie de bohème,1851, p. 215.
PARAD. (Quasi-)synon. corporel, physique, somatique; (quasi-) anton. intellectuel, moral, spirituel.
En emploi de subst. neutre. Ce qui a trait à la chair, aux choses du corps :
3. ... il arrive que les philosophes du charnel aient à peine un corps pour vivre. Mounier, Traité du caractère,1946, p. 679.
b) [Dans son aspect temporel]
[En tant qu'élément mortel] :
4. Mais la psyché pourtant, Madame, Vous dit : « Ce corps vainement beau, Caduc abri d'un semblant d'âme Ne peut éviter le tombeau. Alors cette masse charnelle Quittera les os, et les vers Fourmillant en chaque prunelle Y mettront de vagues éclairs. » Ch. Cros, Le Coffret de santal,Paroles perdues, 1873, p. 91.
P. anal. (...) ouvrages (...) éphémères, charnels, / Réels, mortels, humains (Hugo, L'Âne,1880, p. 293).
[En tant que support ou facteur de survie d'une lignée] Famille charnelle (...) famille spirituelle (Hugo, Les Misérables,t. 1,1862, p. 616);descendance (...) génération charnelle (...) cette chaîne charnelle, cette chaîne de race (Péguy, Victor-Marie, comte Hugo,1910, p. 739).
2. P. ext.
a) Qui s'attache aux choses matérielles, qui relève de la condition terrestre, du monde matériel. Monde, présence charnel/le :
5. ... celui qui conserve du penchant pour les choses sensibles n'est point encore dégagé des désirs terrestres. Il tombe dans la tristesse quand il se prive de ce qu'il aime ou que quelque chose lui résiste. Il n'y a point de paix dans le cœur de l'homme charnel, livré aux choses extérieures. Maine de Biran, Journal,1819, p. 255.
6. Aimer Dieu, n'est-ce pas trouver la pure flamme Qu'on crut voir dans les yeux de quelque jeune femme? Dans cette femme aussi n'est-ce point ici-bas Chercher comme un rayon du Dieu qu'on ne voit pas? Ainsi, ces deux amours, le céleste et le nôtre, Pareils à deux flambeaux, s'allument l'un par l'autre : L'idéal purifie en nous l'amour charnel, Et le terrestre amour nous fait voir l'éternel. Brizeux, Marie,1840, p. 35.
PARAD. (Quasi-)synon. tangible, temporel; (quasi-)anton. angélique, céleste, désincarné, immatériel, intemporel, surnaturel.
P. anal. Anvers (...) reine de l'Escaut, féconde, opulente, charnelle et mystique, éprise de joies terrestres et d'éternité (Van der Meersch, L'Empreinte du dieu,1936, p. 90).
En emploi de subst. neutre. Ce qui a trait à la chair, à la nature humaine, à la condition terrestre. Renoncement de l'intelligence à raisonner le concret (...) triomphe du charnel (Camus, Le Mythe de Sisyphe,1942, p. 134).
b) En partic., péj. Qui est soumis à la chair, à la nature humaine dans ses limites, ses imperfections; qui est trop assujetti aux données matérielles, qui accorde plus d'importance à la lettre qu'à l'esprit. (Quasi-)synon. matérialiste; (quasi-)anton. idéaliste.L'indignité des affections charnelles et imparfaites pour la créature périssable et créée (E. et J. de Goncourt, MmeGervaisais, 1869, p. 279); les juifs et les chrétiens, liseurs charnels d'un livre effroyablement symbolique (Bloy, Journal,1892, p. 60).
En emploi de subst. masc. (surtout au plur.). Personne qui s'en tient aux apparences, au sens littéral, sans chercher une signification profonde. Les terrestres (...) les charnels (...) les temporels (...) les païens (...) les mystiques de la première loi (Péguy, Victor-Marie, comte Hugo,1910, p. 732).
Spéc. Qui relève de la chair et de sa nature pécheresse. [Être] charnel, vendu au péché (P. Leroux, De l'humanité,t. 1,1840, p. 81);péché inhérent à la condition humaine, culpabilité charnelle (Béguin, L'Âme romantique et le rêve,1939, p. 229).
En emploi de subst. neutre. Nature pécheresse de l'Homme :
7. C'est parce que nous sommes charnels, et que nous naissons de la concupiscence de la chair, qu'il faut nécessairement que notre amour, ou notre cupidité, car c'est tout un, commence par la chair. Cet amour, ou cette cupidité, pourront être ensuite rectifiés par la grâce et dirigés selon l'ordre qu'il convient vers la fin spirituelle la plus haute; mais ce n'est pas par le spirituel que commence un homme né du péché, c'est par l'animal et le charnel. Gilson, L'Esprit de la philos. médiév.,1932, p. 90.
B.− Relatif à la chair en tant qu'objet de valorisation morale, religieuse.
1. Qui a trait aux sens. Tentée de la grossière mortification corporelle (...) tentation d'une souffrance charnelle (E. et J. de Goncourt, MmeGervaisais,1869, p. 217).
En emploi de subst. neutre. Ce qui est sensuel :
8. L'idéalisme, à quoi se complaisait un Mallarmé, n'était guère fait pour retenir Claudel. Comme l'a justement noté Daniel Halévy : « Claudel est trop violent, trop charnel. L'invention des idées et des mythes est un amusement, et Claudel ne s'amuse pas. Il ne s'intéresse pas à la pensée pure... Il s'intéresse à l'âme, au cœur qui est un muscle où le sang afflue et bat, une bouchée de chair haletante ». Son lyrisme, lui-même, a quelque chose de charnel, ses images ruissellent d'une sensualité qu'il lui a fallu dompter à force de volonté... Massis, Jugements,1924, p. 273.
2. En partic.
a) [En parlant d'une pers.] (Personne) qui s'adonne volontiers au plaisir sexuel. Le tourbillon vertigineux des charnels, esclaves de la sexualité (J. Péladan, Le Vice suprême,1884, p. 192).Célébrer la sincérité des charnels parce qu'ils sont d'accord avec leur instinct (...) dénoncer le mensonge (...) des êtres qui écoutent en eux l'appel à la pureté et à la perfection (Mauriac, Mes grands hommes,1949, p. 35).
b) [En parlant d'une partie du corps humain] Qui a trait aux relations sexuelles :
9. ... la véritable caresse c'est le contact des deux corps dans leurs parties les plus charnelles; (...) la main qui caresse est malgré tout trop déliée, trop proche d'un outil perfectionné. Mais l'épanouissement des chairs l'une contre l'autre et l'une par l'autre est le but véritable du désir. Sartre, L'Être et le Néant,1943, p. 466.
c) [En parlant d'un trait humain] Qui concerne l'amour physique :
10. Ne voyez-vous pas qu'elles sont toutes amoureuses d'Adonis? C'est l'éternel époux qu'elles demandent. Ascétiques ou libidineuses, elles rêvent l'amour, le grand amour; (...). Je suis convaincu que les appétits matériels les plus furieux se formulent insciemment par des élans d'idéalisme, de même que les extravagances charnelles les plus immondes sont engendrées par le désir pur de l'impossible, l'aspiration éthérée de la souveraine joie. Flaubert, Correspondance,1859, p. 313.
11. ... il est, en effet, remarquable combien une personne excite toujours d'admiration pour ses qualités morales chez les parents de toute autre personne avec qui elle a des relations charnelles. L'amour physique, si injustement décrié, force tellement tout être à manifester jusqu'aux moindres parcelles qu'il possède de bonté, d'abandon de soi, qu'elles resplendissent jusqu'aux yeux de l'entourage immédiat. Proust, Du côté de chez Swann,1913, p. 147.
SYNT. Acte : le sentiment du péché que ni l'un ni l'autre n'avons jamais éprouvé après un acte charnel (Green, Journal, 1945, p. 251), amour : le poète brutal et triste des instincts aveugles, des passions grossières, des amours charnelles, des parties basses et répugnantes de la nature humaine (Lemaitre, Les Contemporains, 1885, p. 255), appétit, commerce : femmes dites indépendantes qui ne font pas le mal, si l'on donne au commerce charnel son ancien nom de « mal » (Colette, La Naissance du jour, 1928, p. 25), désir, joie, lien, plaisir : ouvrager le plaisir charnel comme un orfèvre (Ch. Guérin, Le Cœur solitaire, 1904, p. 101), rapports, tentations, union, voluptés charnel/elle(s).
PARAD. (Quasi-)synon. bestial, impur, lascif, luxurieux, voluptueux; (quasi-)anton. chaste, platonique.
En emploi de subst. neutre. Ce qui relève des sens, de la sexualité. Une tendresse où le charnel se voile à peine sous le sentiment (A.Arnoux, Les Crimes innocents,1952, p. 204).
Prononc. et Orth. : [ʃaʀnεl]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. 2emoitié xes. « physique, corporel » (Saint Léger, 171 ds Henry Chrestomathie : Et si el non ad ols carnels, Encor los ad espiritiels); 2. ca 1170 « des sens, de l'instinct sexuel, impur » (Rois, 3elivre, XI, 2, éd. E. R. Curtius). Du lat. chrét. carnalis « de la chair, corporel, physique » (sens 1) attesté dep. Tertullien (TLL s.v., 474, 67; cf. oculi carnales, St Jérôme ds Blaise); il est attesté au sens 2 dep. St Jérôme (ibid. : carnale commercium); carnalis est dér. de caro (v. chair) parallèlement à l'adj. spiritalis dér. de spiritus et attesté au sens de « spirituel, de l'esprit » dep. le lat. chrét., les deux adj. traduisant le gr. σ α ρ κ ι κ ο ́ ς « de la chair » et π ν ε υ μ α τ ι κ ο ́ ς « de l'esprit ». Fréq. abs. littér. : 791. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 229, b) 484; xxes. : a) 2 403, b) 1 463. Bbg. Roche (P.). L'Arg. de l'Éc. de l'air. Vie Lang. 1961, p. 176.

Charnel : définition du Wiktionnaire

Adjectif

charnel \ʃaʁ.nɛl\ masculin

  1. (Vieilli) Attaché aux plaisirs des sens.
    • Homme charnel.
  2. (Religion) Relatif à la chair. — Note : Ne s’emploie guère en ce sens que dans un sens religieux, par opposition à ce qui a rapport à l’âme.
    • Depuis le 24 janvier nous sommes en ramadan, neuvième mois de l’année lunaire mahométane, pendant lequel tout bon musulman s’abstient de manger, de boire, de fumer, bref, de toute jouissance charnelle, depuis l’aube jusqu'au coucher du soleil. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 126)
    • Les biens charnels et périssables. — (Blaise Pascal)
  3. Qui est fait de chair.
    • Ces docteurs confondent, par un grossier sophisme, un idéal qui, en tant que non changeant, peut par pure métaphore être qualifié de mort, avec les hommes, les êtres charnels qui embrassent cet idéal, lesquels, en cet embrassement, peuvent être si peu morts qu’ils se battront avec acharnement pour le défendre. — (Julien Benda, La trahison des clercs : Appendice des valeurs cléricales, 1927, éd. 1946)

Adjectif

charnel \Prononciation ?\ masculin ou masculin et féminin identiques

  1. Charnel, de chair.
    • hom carnals — (La Passion du Christ, anonyme, vers 980)
    • ols carnels — (La Vie de Saint Léger, anonyme, vers 980)
  2. Charnel, en parlant de plaisir charnel.
    • Restreignez en tei les apetiz
      Ke vienent de charneus deliz
      — (Secré des secrez, ms. 25407 de la BnF, f. 177v., 1re colonne. Voir delit.)
  3. Proche, en parlant d’un ami.
    • Li quens de Bar quest ses amis carnels — (Hervis de Metz, édition de E. Stengel, p. 225, 1200-25. Quest, sic.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Charnel : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CHARNEL, ELLE. adj.
Qui a rapport à la chair. Il ne s'emploie guère que dans un sens religieux, par opposition à ce qui a rapport à l'âme. Plaisir charnel. Appétit charnel. Commerce charnel. Homme charnel, Qui est tout entier aux plaisirs de la chair et néglige le salut de son âme.

Charnel : définition du Littré (1872-1877)

CHARNEL (char-nèl, nê-l') adj.
  • 1Qui dépend de la chair. Appétit, plaisir charnel.

    Fig. Dont les pensées et le cœur sont attachés à la chair, en parlant des personnes. Non, ces hommes charnels dont les cœurs s'abandonnent à tout ce que les sens ordonnent, Ne possèdent jamais un bien si précieux, Corneille, Imit. I, 6. Obligé de ménager la faiblesse d'un peuple charnel, Massillon, Car. Pardon. Ils avaient à entretenir un peuple charnel, Pascal, Fig. 1.

    Substantivement. La grandeur qui vient de Dieu est invisible aux charnels et aux gens d'esprit, Pascal, dans le Dict. de BESCHERELLE.

  • 2Qui est engendré selon la chair. Enfants d'un père charnel, nous naissons tous charnels comme lui, Massillon, Carême, Culte.

HISTORIQUE

XIe s. J'à n'ert [il ne sera] vaincut par nul homme carnel, Ch. de Rol. CLVIII.

XIIe s. Ne coneit-il negum home charné, Ronc. p. 91. Et Olivier et ses amis carnaus, ib. p. 149. Que od eles [ils] ne oussent conversement charnel ne cumpaignie, Rois, 275. Ce est li charneiz deliz, Job, 452. Sire, fait ele, por noient en parlez ; Je vos aim plus que nul home charnel, Raoul de C. 228.

XIIIe s. Mais l'amor qui te tient ou las [au lacs], Charnex delis te represente, la Rose, 4617. Femme efforcier, si est quant aucuns prent à force carnele compaignie à feme contre le [la] volenté de le [la] feme, Beaumanoir, XXX, 7.

XIVe s. Et comme telles fortunes qui peuvent avenir as amis charnels ou autres soient de moult manieres…, Oresme, Eth. 26. Fole amour charnel, Oresme, ib. 239. Et en delettacion charnel, Oresme, ib. 94. Deliz corporels et charneux, Oresme, ib. IX, 15.

XVe s. Si aucuns des dits prisonniers ou de leurs parents ou amis charnels tiennent contre nous aucunes forteresses, Froissart, II, II, 241.

XVIe s. Ceulx qui sont de leur nature subjects aux voluptez charnelles…, Amyot, Comment il faut nourrir les enfants, 40. Les appetits charnels, Montaigne, I, 383.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

CHARNEL. Ajoutez : - REM. Avant Pascal, Corneille avait employé charnel substantivement pour homme dont le cœur est attaché à la chair. Que je vois de charnels porter haut leurs desseins ! Imit. V. 3607.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Charnel : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

* CHARNEL, adj. (Gramm.) terme de consanguinité ; frere charnel, ou du même pere & de la même mere, de la même chair, voyez l’art. suivant : terme de Théologie, Juif charnel, ou attaché aux choses de ce monde, c’est l’opposé de spirituel. Voyez Spirituel.

CHARNEL, adj. (Jurisprud.) ami charnel dans les anciens actes, signifie parent. Dans des lettres manuscrites de Louis cardinal duc de Bar, seigneur de Cassel, administrateur perpétuel de l’évêché & comté de Verdun, du 27 Avril 1420, il est parlé des oncles & amis charnels de Jean seigneur de Watronville. Ce terme d’ami charnel paroît venir du Latin amita, qui signifie tante paternelle, & amitinus, amitina, cousin & cousine, enfans du frere & de la sœur (A)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « charnel »

Étymologie de charnel - Littré

Provenç. et espagn. carnel ; ital. carnale ; du latin carnalis, de caro, carnis, chair (voy. CHAIR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de charnel - Wiktionnaire

(Vers 980) carnal (La Passion du Christ) et carnel (La Vie de Saint Léger). Du latin carnalis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de charnel - Wiktionnaire

Du latin carnalis (« relatif à la chair, au corps »). (Vers 980) carnal.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « charnel »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
charnel ʃarnɛl play_arrow

Évolution historique de l’usage du mot « charnel »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « charnel »

  • L’art de Pompéi si souvent charnel, qu’il soit érotique ou cruel, délivre parfois quelques messages plus mystiques, comme cette étonnante mosaïque découverte par l’équipe de Massimo Osanna. The Conversation, Pompéi : l’antique cité renaît de ses cendres à Paris
  • Une jeunesse en perdition. C'est l'image qui s'offre en public dans le quartier d'Est-Vinany au bas côté d'une banque. Nombreux sont les jeunes voire des adolescents , garçons et filles, plus d'une vingtaine qui se donnent rendez vous dans ce quartier pour s'adonner à l'abus de l'alcool à la consommation de produits stupéfiants entraînant de ce fait jusqu'au plaisir charnel a ciel ouvert. Et sans scrupule ! news.sen360.sn, Madagascar: Ambositra - Est Vinany - Des jeunes délinquants s'adonnent à des plaisirs charnels à ciel ouvert | SEN360.SN
  • Parce qu’il semblerait que les femmes aient un rapport quasi charnel au temps qui passe, au rythme des mois et des saisons qui se succèdent. Le corps féminin ne connaît pas la linéarité : il est habité par des cycles, il les vit de la tête aux pieds, hormones et humeurs comprises. C’est un corps qui invite au souvenir et au projet. Alors que la tentation de l’immédiat, du « tout tout de suite, à portée de “click” » n’est jamais très loin, le BuJo se dessine à la main, en prenant son temps, pour concrétiser le temps qui passe et y inscrire les événements qu’on attend. C’est aussi une occasion formidable pour nos filles d’imaginer un moyen d’y faire figurer quelque part des notifications qui indiquent son cycle (en langage codé de son choix...). Son journal dit ce qui compte pour elle, ce qu’elle aime, quoi de plus précieux que ce corps plein de vie ? , Ados : encourager le « bullet journal » - Ados - Famille - éducation - famillechretienne.fr
  • Les écologistes convergent alors vers les halles du faubourg où leurs militants les attendent. En vélo pour Grégory Doucet qui s’offre une remontée de l’avenue Jean Jaurès, filmé par les caméras de France 3. À son arrivée au QG des écologistes, il est acclamé par les militants. L’arrivée de Bruno Bernard sera, elle, plus calme. Le coeur des troupes penche pour le maire de Lyon qui a construit avec eux un rapport plus charnel. La température monte au fil de la soirée. “On est plus chaud que le climat”, entonne les militants dans une salle caniculaire. Les candidats devenus élus sont hilares et goûtent à leurs premiers succès électoraux. “À gauche, nous n’avons pas souvent l’occasion de faire la fête”, sourit Elliott Aubin de La France Insoumise. Les socialistes sont heureux. La victoire des écologistes redonne des perspectives à la gauche. “Si nous gérons bien la ville et la métropole, nous ferons de Lyon un exemple pour les combats nationaux à venir”, resituent Renaud Payre, chef de file du PS au premier tour. Les différentes composantes du rassemblement se côtoient sans trop se mélanger. Lyon Capitale, La douce euphorie des verts à Lyon
  • Ses chansons, mêlant l'intime à l'universel, touchent avec une sensibilité nouvelle à l’amour charnel et aux méandres de la passion. Artiste d'une exigence sans faille, Barbara consacre sa vie à la scène et à d’inlassables répétitions. France Culture, Barbara (1930-1997) : femme-passion
  • “J’ai su que j’avais été privée d’elle avant de la rencontrer” : dans un pensionnat, Thérèse côtoie Isabelle, et sa haine première se transforme en amour passionné, trouvant "le paradis" entre ses jambes. En 1954, Violette Leduc invente un érotisme alors inédit, charnel, mais le roman est censuré... France Culture, Violette Leduc, l'amour censuré de Thérèse et Isabelle - Ép. 2/4 - Les histoires d'amour finissent mal en général
  • Les relations charnelles trouvent leur justification dans une relation spirituelle, autrement, l’homme ne se distingue en rien de l’animal. De Ludmila Oulitskaïa / Sincèrement vôtre, Chourik
  • Pour parler à un cheval, il n’y a pas besoin de mots. C’est une étreinte charnelle qui alimente nos rêves. De Bartabas / Bartabas, roman
  • La passion charnelle reste la plus haute forme de quête spirituelle. Elle est un aperçu d'éternité. De François Cheng / Cyberpresse - 15 Mars 2002
  • Pour comprendre qu'être jaloux charnellement est une idiotie, il faut avoir été un libertin. De Cesare Pavese / Le Métier de vivre
  • Seule la volonté soulage, qu'elle soit divine, charnelle, ou simplement intellectuelle. De Thérèse Tardif / Désespoir de vieille fille
  • Et toute la beauté charnelle de ma femme N'a que la minceur de la peau. De Thomas Overbury / Une Epouse
  • L'équitation est la plus noble expression d'une union charnelle. De Jacques Ferron / Le Don Juan Chrétien
  • Si un homme mange une fois par jour, c'est un moine ; s'il mange deux fois par jour, c'est un homme charnel ; et s'il mange trois fois par jour, c'est une bête. De Les Pères du désert
  • L'amour, c'est le physique, c'est l'attrait charnel, c'est le plaisir reçu et donné, c'est la jouissance réciproque, c'est la réunion de deux êtres faits l'un pour l'autre. De Paul Léautaud / Aphorismes
  • Dans l'univers confus et moite, chaotique et charnel de l'effusion sentimentale, le père introduit de l'ordre, autrement dit le principe de réalité. De Geneviève Bersihand / Les Filles et leurs pères
  • Tout ce qui est de l'ordre du charnel, du passionnel, du désir est contradictoire avec l'amour. A cause de l'aspect possessif. De Yasmina Reza / Entretien avec Catherine Argand - Septembre 1999
  • L'amour platonique est à l'amour charnel ce que l'armée de réserve est à l'armée active. De Pierre Dac
  • Dénuée de contact charnel, l'amitié est un sentiment plus noble et plus détaché que l'amour. De Christine de Rivoyre
  • L’anthropophagie est le comble de l’amour charnel. De Georges Elgozy
  • Sous toute douceur charnelle un peu profonde, il y a la permanence d'un danger. Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, la Prisonnière , Gallimard

Traductions du mot « charnel »

Langue Traduction
Portugais carnal
Allemand sinnlich
Italien carnale
Espagnol carnal
Anglais carnal
Source : Google Translate API

Synonymes de « charnel »

Source : synonymes de charnel sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « charnel »


Mots similaires